PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Sesamaths ce coquin

vendredi 7 août 2015 à 08:00

Ceux qui me suivent sur Facebook ... vous attachez pas trop parce que ça me gave de plus en plus, auront pu lire hier soir que tardivement j'achevais un chapitre sur l'échantillonnage. Ça me fait rire, ça me fait toujours penser à la publicité El Gringo, pas cet échantillon, mais l'autre celui-là la bas. C'est une leçon que je découvre, comme on le disait avec mon éminent collègue Alain Guichet qui est mon prof de maths rien qu'à moi, c'est une leçon que nous n'avons pas apprise à l'école à l'époque et qui appartient désormais pleinement au programme de seconde.

La difficulté c'est de s'approprier la leçon qui n'est pas évidente, et de développer les techniques pédagogiques, souvent celle de l'homme ivre pour les profs de maths, pour transmettre le savoir. Mon approche, je l'ai trouvée, je fais tirer des dés aux élèves, ou des pièces pour qu'ils réalisent que la théorie c'est une chose, la pratique une autre, que si on tire ou lance beaucoup à l'aide d'un tableur ça commence à ressembler à quelque chose, une probabilité par exemple. Dans la région, Languedoc Roussillon, enfin Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon, c'est le livre transmaths. J'ai commencé à travailler avec et notamment sur cette leçon, j'ai trouvé ça très complexe, je n'ai rien compris. Je suis passé au manuel Sésamaths de seconde, j'ai payé l'exemplaire papier pour travailler à la plage, je trouve ça très bien, c'est clair, c'est propre, c'est sans fioriture. J'apprécie aussi les exemples, Sésamaths n'a pas peur de faire dans la culture Geek avec des références aux Jedis, au seigneur des anneaux, aux Marvels, je trouve que c'est bien, cela donne une autre image des mathématiques moins austère ou moins niaise avec les personnages récurrents qu'on essaie souvent de placer. Et puis la liberté bien sûr, celle de pouvoir réutiliser les contenus comme ça nous chante tant qu'on respecte la licence, c'est une véritable plaie pour l'enseignement, si tout le monde mettait en Creative Commons on aurait beaucoup de facilité dans la communication des documents.

Il y a pourtant deux trois bricoles qui me chagrinent un peu, exercices à l'appui.

Dans le premier exemple, la conclusion est assez rapide, on voit que ça a été fait sur 8 personnes donc c'est tout pourri et on doit obligatoirement ouvrir le débat et sur la qualité des sondages et sur l'Hadopi. Même si l'exercice prouve que ce n'est pas crédible, il est quand même écrit noir sur blanc dans un bouquin de maths que la Hadopi est inefficace. Pour le second exercice, on va trouver un déséquilibre entre la Chine, ce petit village en particulier, avec trop de garçons par rapport aux filles. Cela signifie que le professeur de mathématiques doit expliquer la politique de natalité de la Chine à l'époque de l'enfant unique, et que le prodige du plus de garçon ne provient pas du miracle de mère nature qui se plierait aux exigences du gouvernement mais tout simplement du fait que les orphelinats Chinois ont été plein de petites filles abandonnées pendant un moment, celles qui ont eu la chance de ne pas être tuées (premier lien dans Google).

Je trouve que c'est limite, trop impliqué en fait. Je ne dis pas que ce n'est pas intéressant, je ne dis pas que je ne prendrais pas un plaisir de foufou à faire ça dans une salle de classe, mais ce n'est pas à moi de le faire, il n'y a pas marqué Socrate.

Les maths ce n'est pas quelque chose de simple, je pense que ce n'est pas nécessaire de rajouter à la complexité avec des exercices tendancieux. Ceci ne retirant absolument pas les qualités pédagogiques du manuel, ni la pertinence des exercices, juste une potentielle mise en difficulté pour un professeur de maths qui devrait expliquer des sujets difficiles qui dépassent très largement sa matière.