PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Parce que vendredi sera vraiment toujours vendredi

samedi 12 mars 2016 à 08:00

La semaine a été épouvantable a tous les niveaux, les élèves n'ayant pas vraiment percuté qu'ils étaient rentrés, une panne de chauffage qui fait qu'on s'est caillé comme c'était pas possible pour finir en sauna en fin de semaine, j'ai couru comme c'était pas permis, c'était un truc de fou, ça fusait dans tous les coins. Le besoin d'organisation est devenu tel que j'ai monté un kanboard, que j'ai découvert avec Bronco qui l'utilise pour gérer ses projets. Un kanboard comme son nom l'indique est un tableau, un principe simple, des posts it, vous positionnez vos tâches en attente, vos tâches prêtes, en cours et les terminées. J'ai viré les prêtes pour laisser les en attente, les en cours et les finies, ce qui donne ça :

J'en actuellement deux projets, j'ai fait le lycée bien sûr, j'aurai pu scinder entre la partie pédagogique et la partie informatique, j'ai préféré tout regrouper pour l'instant et de l'autre j'ai fait la maison. Je pense que je vais faire des comptes pour les gosses qui, je dois le reconnaître en terme d'organisation, sont une véritable catastrophe. C'est vraiment intéressant comme logiciel, on peut utiliser le calendrier, on peut faire vraiment pas mal de choses, c'est surtout très intuitif, l'installation est KISS, on jette dans un ftp, ça marche. Forcément, avec une semaine pareille, il fallait finir en force le vendredi, car vendredi sera toujours vendredi. Sept heures de cours, 6 heures de collège, une heure de lycée, une forme de récréation en fin d'après midi. 

J'ai attaqué donc par mes quatre heures d'informatique, je voulais revenir sur le thème de la recherche. Souvenez vous, la France informatique est en marche, demain nos enfants seront tous des développeurs professionnels. Peu d'entre eux font la différence entre un moteur de recherche et le navigateur, on retrouve cette confusion parmi les grands classiques bien connus comme l'incapacité de distinguer suite bureautique ou système d'exploitation. Alors forcément la différence entre IE, Firefox et Chrome, ça donne IE c'est pourri, Chrome c'est le meilleur. J'ai fait la démonstration qu'avec ou sans bloqueur de pub, on n'avait pas le même résultat, une grande partie des élèves pensaient que les liens de type annonce qui apparaissent dans Google sont les meilleurs liens ou les liens les plus consultés. Un élève a su me sortir le mot adblock, un autre a parlé des cookies sans savoir ce que c'était, de façon générale les élèves sont incapables d'utiliser correctement un moteur de recherche. Ils ont été surpris de voir comment on pouvait passer d'une recherche de plusieurs centaines de milliers de résultats à une petite centaine en affinant. Quatre heures à répéter, quatre heures à se désespérer et surtout de réaliser que si l'informatique peut être une passion, l'enseigner c'est autre chose, je préfère largement faire des maths avec les gosses, on est moins déçu. 

12h10 j'arrive en salle des profs, la matinée était déjà tendue, les questions en informatique avaient démarré à 7h40, j'avais aidé entre 7 et 10 collègues à la fin de la journée. Une secrétaire arrive paniquée, Aplon notre logiciel qui gère tout est planté, l'assistance téléphonique lui explique qu'on a pris le virus locky ...................... Bon .................... Je vais à la machine à café et je fais le deuil de mon repas, je finirai ma journée à sept cafés. Assez rapidement je peste, l'assistance a raconté n'importe quoi. Quand on cherche à se défausser on sort l'excuse la plus bidon, une fois de plus la base a planté, cette fois ci c'est parce qu'elle est trop lourde, mais bien sûr. Ne pouvant intervenir sur la base, je prépare un PC pour la secrétaire où elle n'a qu'à cliquer sur un bouton pour que l'assistance puisse travailler, il est l'heure de repartir en cours. Une heure de racines carrées, c'est vendredi, donc je finis sous les applaudissements, je rentre en classe de quatrième et je fais passer une petite au tableau après avoir mis quelques calculs. 

Dire que les enfants nous prennent pour des demeurés serait inexact, il n'y a pas de volonté systématique de nous gruger, mais disons que c'est toujours essayer d'en faire le moins possible. Dans mon établissement les colles c'est trois heures minimum, c'est lourd, c'est d'autant plus lourd pour des élèves qui sont souvent internes, je ne colle que pour motif pédagogique et non disciplinaire. Comprenez que l'heure de colle c'est la soupape, la vengeance, pour quelques minutes où un gamin se comporte comme un débile, pour ces paroles de trop, l'enseignant se soulage, pan trois heures dans les dents. Je ne le fais pas, c'est inutile. Je colle car il faut arriver à mettre les élèves en situation de réussite et de comprendre que faire un effort de temps en temps ça peut être sympa. Quand un élève prend cinq à un contrôle et qu'il aurait dû avoir dix, j'ai tendance à poser une colle, une heure ou deux pour refaire des exercices, une troisième heure pour refaire une évaluation. Oui c'est donner une chance de trop à l'élève, le rattrapage pour chaque contrôle peut devenir une mauvaise habitude, néanmoins c'est aussi une façon de montrer que réviser un peu, suivre un peu, faire un peu d'effort avant le contrôle c'est s'éviter de fournir ces efforts pendant trois heures, ou un samedi matin. Mais revenons en à mon élève. Dans mon casier, j'ai lu sa feuille, c'est un sans faute, ce n'est pas possible. Elle est en difficulté, elle aurait pu avoir de l'ordre de 13 ou 14 sur un contrôle de ce type, mais pas un sans faute. Au tableau, elle est incapable de faire un calcul, j'explique ma déception en rappelant les raisons pour lesquelles je colle, je dis qu'elle aurait pu jouer le jeu, elle reconnaît qu'elle a triché, elle et quelques autres, j'informe que je transmettrai au CPE. Récréation, je me fais topper par une collègue dont le wifi ne marche pas, je mets un linux en live ça marche, je pars finir la journée avec mes élèves de seconde, probabilités. Une élève dont je tairai les initiales me dit que dans un jeu de 32 cartes, on démarre à 1, on finit à 32 ...................... C'est pas gagné. 

A 16h50 j'attends dans le bureau du CPE pour transmettre mon histoire de collés. Je vois deux de mes élèves qui se sont faits virer du bus, l'un qui vapote de la cigarette électronique dans la tête de l'autre qui est non fumeur en plus, le chauffeur ne cherche pas à comprendre et débarque les deux. J'explique l'histoire à mon collègue, je finis, et je me propose de ramener l'autre à la gare routière, et nous voilà partis dans les embouteillages dans Pezenas, 20 minutes pour faire 2 km ............. J'arrive à la maison et je vois ma carte SIM sur mon bureau, tout ne sera donc pas perdu dans cette journée pourrie, je mets 20 minutes à comprendre qu'il y a trois niveaux de cache dans la carte, je tentais d'y mettre le nano sans succès. Tout passe, pas de problème, j'ai la 3G alors que sur le réseau Free/Orange à cet endroit de la maison j'ai de l'edge. Un courrier de mon ancienne banque est posé sur la table, je pense que c'est le papier de clôture, je découvre qu'en date du 28 février, l'inspection de l'Hérault a décidé de me rembourser les déplacements pour le diplôme national du Brevet des Collèges qu'elle me doit depuis trois ans .................. En date du 9 février, j'ai un mail de la gestionnaire qui me confirme après un appel téléphonique que mon nouveau RIB a bien été pris en compte, je crois qu'effectivement on est vendredi, j'attends avec impatience la réponse à mon mail enflammé. 

Il est 21h au moment où je finis ce billet que vous lirez demain, à 8 heures je serais peut être en train de casser des cailloux à l'arrière de la maison pour évacuer ma caféine. Je crois que comme dirai le philosophe Dick Rivers, y a le feu au plancher et moi j'ai les boules au plafond.