PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

No place for us, no place for us in this world

mercredi 2 décembre 2015 à 21:30

La semaine est à la hauteur de mes espérances, départ à 7 heures, retour à 19 heures 30, je suis lessivé. Un dernier conseil de classe pour la semaine demain soir pour avoir la joie d'aller bosser mon jour de repos, pour finir en fanfare avec vendredi où j'aurai la joie de faire une réunion pédagogique, j'attends le weekend pour regarder un écran en bavant. Bien sûr, je ne sais pas si mon chèque de plus de 100.000 € qui me rend riche a été encaissé, ce que je sais c'est mes quatre abonnements chez free ont été refusés et que j'ai dû régulariser dans l'urgence. Peut être un problème de SEPA, SEPAgagné en tout cas, ah ah ah, on ne perd pas le sens de l'humour. Je vous épargnerai les petits bonheurs de la vie comme ma femme qui explose la porte de la salle de bain contre la porte de la machine à laver et moi qui dois chercher de la pâte à bois dans bricoman ce qui ressemble à chercher une aiguille dans une meule de foin ou le mystère de la fuite quand ma femme utilise l'évier, une fuite super légère et introuvable qu'elle est la seule à avoir, je pourrai laver un poney dans un évier, je ne mettrais pas une goutte à côté. Mariage, enfants, tout ça.

Au lycée, j'essaie de limiter la casse en évitant les trucs débiles, j'ai déjà joué à ça ce weekend en déplaçant un domaine complet et toute la pagaille qui va avec. Un peu d'informatique quand même, mais pas là où on le croit, j'ai commencé l'algo avec les secondes et l'utilisation d'algobox. J'ai démarré sur la résolution d'une équation de base, puis d'une équation produit, certains gamins ont l'air d'y prendre goût, cela reste tout de même très négatif. Les "bons élèves", disons les élèves scolaires qui se complaisent dans la répétition, dans la mécanique, sont horrifiés et m'expliquent que ça n'a aucun intérêt, j'essaie de leur faire comprendre qu'ils passent à un niveau supérieur d'abstraction, et que c'est un excellent outil de logique. J'ai demandé la résolution d'un truc du genre (ax+b)(cx+d) en inégalité par rapport à 0, en DM pour dans deux semaines, c'est la panique pour la majorité d'entre eux, les autres essaient, je ne sais pas ce que ça va donner, je pense qu'ils vont essayer de sous traiter pour la plupart, les malheureux ne se doutent pas, enfin si puisque je leur ai dit, que je leur collerai une interro dessus pour voir ce qu'ils ont compris. On ne devient pas développeur, on l'est ou pas, c'est inné. C'est une prise de conscience, une parmi d'autres qu'il faudrait que l'état prenne en considération, on ne pourra pas former des légions de gens qui savent coder.

Et pour rester dans le même domaine, on s'insurge dans le monde libre des accords entre Microsoft et l'éducation nationale. Il n'y a pas si longtemps j'écrivais un billet du genre "ça c'est fait", où j'expliquais qu'avec tonton d'Amérique qui débarquait et qui laissait les billets de partout, il serait difficile d'imaginer un espace pour le logiciel libre et qu'il ne faudrait pas s'étonner de voir des accords entre l'EN et Microsoft, voilà qui est fait. Framasoft dégaine car il faut bien que quelqu'un le fasse, c'est pas bien faut le dire, c'est dit : Accord Microsoft-Éducation nationale : le Libre offre déjà des alternatives. Je suis un peu d'humeur taquine, même au point de tirer dans l'ambulance au bazooka. Je pense que parler d'informatique, d'école, il faut vivre au quotidien pour comprendre ce que c'est. Je crois que personne n'imagine le niveau catastrophique, la mauvaise volonté, les difficultés, l'univers des profs. En lisant le billet j'ai l'impression d'avoir des discours de pédagos qui vont proposer les nouvelles méthodes innovantes qui vont révolutionner l'éducation, alors qu'ils n'ont pas vu d'élèves depuis quinze ans. Vouloir imposer des solutions libres sans être derrière au quotidien pour les piloter, c'est la bien-pensance des gens qui ne vivent pas le quotidien avec les enseignants, les mains dans la merde, jusqu'au cou, belle expression. A l'heure actuelle, moi qui vit dans les cloud, les virtualisations et les avancées technologiques, je vis à l'âge de la vidéo projection. Nos drames du quotidien sont liés à l'ampoule grillée ou l'enseignant qui s'est trompé de bouton entre l'allumage et la source perdant sa précieuse image et étant incapable de la remettre en place. De façon synthétique c'est comme si je posais la bagnole, prenais ma peau de bête, mon gourdin, et que je tentais de leur montrer désespérément le feu.

Le libre partira de la base, des petites écoles qui accepteront d'avoir un papa qui veut bien s'occuper gratuitement du réseau et un maire un peu malin qui aura compris comment faire des économies. Les petits établissements qui ont peu de moyen prendront du libre car c'est moins cher et c'est certainement l'un des mauvais paramètres, tu penses au libre quand tu es pauvre, tu penses au libre pour faire des économies et tu ne penses pas au libre pour un problème d'éthique. Quand chaque prof prendra le soin d'éteindre la lumière derrière lui, de fermer les fenêtres, les portes, je crois qu'on pourra entreprendre de parler d'éthique dans d'autres domaines que les trucs de base, l'éthique informatique sera peut être comprise dans 50 ans quand il sera trop tard.

Tonton d'Amérique vient distribuer des sous et des licences Microsoft, il est reparti en nous laissant pas les protocoles ouverts

On évoque bien sûr les qualités du libre, le code ouvert, la communauté, l'entraide, tout ça c'est bien gentil mais dans la réalité tu es seul avec toi même pour résoudre les problèmes. En ce moment nous avons des crashs d'Aplon à répétition, ma collègue sans sourciller appelle la hotline qui lui débloque le souci et qui, là, vient de trouver une solution. J'ai rencontré un problème avec epoptes, je n'ai pas trouvé la solution, qui va venir m'aider ? Certainement moi-même. Les qualités du libres sont vraies en théorie, en pratique ça devient tout de suite beaucoup plus compliqué, avoir un client mail libre sur son PC est là pour nous le rappeler. Philippe SCOFFONI, I LOOOOOOVE YOU PHILIPPE SCOFFONI a écrit un billet pour synthétiser ce qui se passe avec thunderbird, qu'on traduira de façon un peu rapide par Mozilla cherche à se débarrasser de son projet pas assez bankable. Moi quand je vois que l'un des patrons du libre cherche à lourder son produit, fait n'importe quoi avec son FirefoxOS (au fait les gens, à quand le prochain FirefoxOS en France ? Non ? Ah non), fait n'importe quoi avec Firefox avec des j'avance et je recule, mange à tous les râteliers pour gagner quatre ronds, je ne me vois pas conseiller du libre à qui que ce soit car rien ne garantit la pérennité des projets. Les clients mails libres Linuxiens d'ailleurs, c'est mort ou pas loin, il faudra aller regarder du côté de claws mail, soit un retour de dix ans en arrière en terme d'ergonomie ou evolution qui vous fera le café en plus, thunderbird c'était bien, geary ça aurait pu le devenir, c'est ballot.

Thunderbird est un super produit, outlook continue d'exister et on n'a pas l'impression qu'on pense à l'abandonner du côté de Microsoft ce qui signifie qu'avec la synchronisation IMAP c'est tout à fait le genre de produit qui a encore du sens, encore plus quand on utilise du multicompte comme c'est mon cas, 6 comptes. Je suis allé regarder du côté de Rainloop qui sera certainement ma solution d'avenir si ça sent vraiment trop le sapin, idleman ce précurseur avait écrit un article très complet sur l'outil, un webmail multicompte sans bdd. Idleman, un bon exemple, dropcenter n'a pas bougé depuis 2014 sans repreneur, comme leed l'agrégateur RSS. Je ne jette pas la pierre, je constate juste que notre fameux système du logiciel libre qui survivra malgré les tempêtes, commence à sérieusement manquer de rameurs.

No place for us, no place for us in this world c'est la chanson de Saez, je m'étonne de ne pas trouver de version live, on trouve pas grand chose d'ailleurs à part ce montage avec Final Fantasy que j'aurai trouvé plutôt réussi si j'avais été un adolescent prépubère. C'est un peu mon ressenti, avoir la sensation que le libre disparaît qu'il n'y a plus de place pour les libristes, pour le libre.

Aigri, Cyrille BORNE ? Pas plus que d'habitude, fatigué oui, lassé peut être aussi de voir qu'on n'y arrivera pas ou pas par là, pas comme ça. Mais ce n'est plus mon combat, moi je suis comme Damien, je suis désormais sur mon système d'exploitation au bec jaune, je n'ai pas besoin de Windows sur mon système d'exploitation au bec jaune, et même si les gens sans poésie se marrent de me voir compiler comme un galérien, moi je pense pense aux gens inscrits dans tous les GAFA qui s'enterrent dans leur propre tombe, quand au-dessus du local nous volons dans le cloud sur les ailes du système d'exploitation au bec jaune. Quand l'apocalypse sonnera la fin, que le trafic sera tombé, y en aura un que tu verras passer, ce sera le système d'exploitation au bec jaune.

Viens je t'emmène sur mon système d'exploitation au bec jaune !