PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Boulot, plage, boulot, et peu de temps pour le reste

vendredi 24 juillet 2015 à 22:35

L'une de mes phrases clés quand j'ai un gamin qui me fait le plan de l'angoisse, la peur de l'échec, c'est "travaille", plus un mot clé qu'une phrase d'ailleurs. J'ai tendance quand même à appliquer ce bon conseil à moi-même, et là je dois dire que je suis en plein dedans. J'ai travaillé jusqu'à une heure du matin la veille en regardant en même temps la série Américan Dad. Américan Dad c'est l'histoire d'un père de famille républicain qui bosse pour la CIA, l'archétype du patriote qui tire sur tout ce qui bouge, complètement bourrin, qui vit avec une femme modèle mais qui a eu une jeunesse totalement dévergondée, avec leur deux enfants, un geek qui a du mal à s'intégrer notamment avec les filles, sa soeur ainée qui bien évidemment est la réactionnaire à l'univers familial, love and peace. Ils ont en supplément l'extra-terrestre Roger, qu'ils ont recueilli et qui se cache dans la maison plus ou moins, alcoolique, dépressif, obsédé par le travestissement et Klaus le poisson rouge qui n'est autre qu'un champion de ski de l'Allemagne de l'est qui a été transféré à l'intérieur de l'animal pour ne pas pouvoir gagner les JO au profits des états unis d'Amérique. Les trois premières saisons sont vraiment bonnes, l'univers est complètement déjanté et ça va réellement très loin dans le politiquement pas correct, après ça tourne en rond comme toujours, à l'excès.

Le multi-tâche c'est vraiment quelque chose qui me suivra toute ma vie, ma mère déjà s'agaçait de me voir jouer aux légos en regardant la télé en même temps, j'ai beaucoup de mal à me concentrer sur une seule chose, je suis convaincu que je dois perdre du temps mais c'est ma façon de fonctionner, connaîs toi, toi-même. En bord de mer j'ai pris les manuels officiels de l'établissement, des livres, c'est comme le CDI, une nouveauté pour moi, le manuel de 4ème est correct, je vais sans doute l'utiliser, celui de 3ème est obsolète, pour le manuel de 2nde GT je n'ai pas assez de recul, il faut que je relise et que je commande le manuel Sesamath en papier pour continuer à lire sur ma serviette.

Dans le manuel de quatrième, j'ai vu cette introduction qui m'a fait sourire :

Dans l'énoncé on écrit qu'il y a 576 cases et que dans chacun on a soit un disque soit un carré, on veut la fréquence, soit il y a quelque chose que je ne vois pas et qui est limpide soit il faut se mettre à compter les cases. Chez moi je peux vous dire déjà que si je la fais "allez les enfants on va tous les compter" sur un air hyper enjoué, j'en ai plus de la moitié qui ne commencera pas avec la phrase clé "c'est trop long". La deuxième moitié une partie va commencer, très rapidement se décourager et il restera quatre gamins courageux qui vont se taper les 576 cases pour avoir 4 résultats différents. Certes l'exemple est tiré par les cheveux, mais des problèmes surréalistes parsèment les bouquins de maths, on s'interroge sur la démarche pédagogique, se faire plaisir avec des problèmes de fou ou essayer de tirer le meilleur de l'élève. Les bouquins je ne suis pas fan, mais sortant d'une longue phase de photocopies où les élèves réussissent à perdre les feuilles dans l'heure, je pense que cela va devenir un mal nécessaire.

Sur la plage donc, je m'imprègne du programme de seconde qui sera réellement la nouveauté et de l'autre côté je fais mes cours d'informatique, l'idée étant d'avoir tous les cours et les évaluations de bouclés pour la rentrée dans toutes mes matières. Je vous donne ces deux documents, le premier est spécifique puisqu'il est basé sur SCOLINFO, le second concerne les tableurs et va s'ajuster avec ma progression de maths puisque je démarre en troisième par les probas, un chapitre qui met tout le monde d'accord et j'enchaîne par les statistiques. Ces deux chapitres sont relativement simples et permettent à des gosses qui auraient perdu pied de raccrocher les wagons. Le fait de le voir en informatique et en mathématiques va permettre d'approcher le problème sous deux angles d'attaque différents. Avec ces deux documents j'en ai jusqu'aux vacances de la toussaint. A l'heure actuelle je suis en train de rédiger un gros morceau, le concours Koad9. 

Le concours Koad9 est un concours qui commence après la Toussaint et qui se termine au mois de février. Il s'agit d'une réalisation informatique autour du journalisme pour les élèves. Cela peut être une photo, un article de presse ou la une d'un journal, c'est cette dernière catégorie que je choisis. Avec elle je vais balayer l'utilisation du traitement de texte, la gestion des images avec le poids notamment, la recherche dans les moteurs etc ... Vous noterez tout de même que le métier de professeur c'est pas j'ouvre un bouquin à la dernière minute pour occuper les élèves mais bien une progression qui se veut cohérente en essayant de placer des événements dans l'année. Ce concours par exemple où je pense il y a un appareil photo à gagner, des recherches ou des réalisations en lien avec d'autres matières, la préparation pour l'histoire de l'art et j'en passe.

A l'époque j'avais fait une page de documents à télécharger sur le blog, je ne le referai pas, je donnerai ponctuellement les liens qui vont bien, j'ai la flemme d'entretenir. Les documents que je propose vous les connaissez pour la plupart, je suis toutefois dans l'obligation d'en remanier certains devenus trop poussiéreux, mais aussi d'adapter à mon nouvel environnement de travail Windows, joie dans la maison éternelle. A l'heure actuelle je ne me pose pas trop de questions, j'ai commencé à faire des captures sur le poste de ma femme, en parallèle je virtualise ReactOS pour voir si j'arrive à faire tourner dessus Photofiltre qui sera l'un des rares logiciels non Linux compatible contrairement à Libreoffice par exemple. Je pourrai trouver un logiciel de retouche qui existe dans les deux environnements, Gimp, mais c'est trop complexe. Néanmoins je pense à une autre voie, un service en ligne pour régler le problème de façon définitive, il faudrait que je regarde ce qui se fait, peut être même en libre.

Donc comme vous l'aurez compris, peu de temps pour le reste, pas le temps de jouer, de bricoler, et cela sera certainement le cas tant que je n'aurai pas avancé de façon très significative. J'ai pu voir dans les quelques nouvelles de la blogosphère française que Gilles arrêtait le bloging, il serait certainement déçu si je ne la faisais pas : ah bon Gilles bloguait, je croyais qu'il ne faisait que des commentaires. Plaisanterie mise à part, je trouve toujours dommage qu'un blogueur s'arrête, j'espère que Gilles continuera d'hanter mon blog, une façon quelque part de contribuer. La démotivation des troupes est actuellement à son paroxysme, et je crois qu'on peut chercher des causes, des excuses, je ne vois pour ma part qu'une explication.

La bidouillabilité est en train de disparaître pour plusieurs raisons. Linux fonctionne de mieux en mieux, les nouveaux appareils sont de plus en plus difficiles à bricoler et ce à tous les niveaux, il y a donc forcément moins à écrire, les nouveautés ne sont plus des versions majeures qui révolutionnent mais une simple continuité. Moins d'inspiration chez les autres, moins d'inspiration personnelle car moins de besoins, des sites qui produisent la même information et on se retrouve avec de moins en moins de diversité. L'ensemble fait que si parfois il était facile de trouver un sujet de par les difficultés rencontrées ou des pensées profondes et philosophiques du voisin, il devient désormais difficile d'être inspiré.

Simple cercle vicieux en fait dont l'issue est simple, avec la disparition des petits acteurs de l'internet qui offraient la variété on va se retrouver avec une grande télé. C'est un peu comme la sensation de manger la même chose d'un restaurant à l'autre et c'est bien normal, c'est du tout fait, avec quelques producteurs derrières qui tiennent la fabrication. Déjà que la sensation d'ennui devant internet devient de plus en plus présente, j'ose à peine imaginer dans quelques années, on va vraiment se faire chier.