PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

C'était mieux avant, la musique des années 90 : Kriss Kross - Jump

samedi 22 juillet 2017 à 21:19

Les gamins avaient à peine douze ans quand ils ont été repérés. Le succès je pense vient indéniablement de la dégaine des deux gosses dans des vêtements trois fois trop grands, d'un flow vraiment très bon et d'un JUMP JUMP qui donne envie de sauter. Comme pour beaucoup d'enfants stars, l'affaire s'est mal terminée, l'un des deux membres est décédé d'une overdose dans la trentaine.

Rechercher

samedi 22 juillet 2017 à 21:15

Rechercher c'est un bien grand mot et je dirai même que c'est un gros mot. Je ne sais pas si vous vous rappelez l'an dernier, j'évoquais que je voulais faire de la veille avec les élèves, ça ne c'est pas fait. Ce qui s'est fait par contre c'est mon fameux article où j'ai demandé aux gamins de me trouver un article sur le thème historique, sur le thème sportif, sur le thème scientifique, même sur le thème de leur choix et de répondre aux questions suivantes : la source, l'url du site, pourquoi ils ont choisi cet article, et qu'est ce que l'article a apporté. Sur une promotion d'une soixantaine de gamins, trois ont joué le jeu, à savoir qu'ils ont vraiment fait un effort de recherche et de s'intéresser à quelque chose, ce qui veut dire concrètement que je me suis pris un four phénoménal. Je rappelle aussi que l'idée sous jacente, plus que la recherche c'était de faire utiliser la fonction de dépôt de devoir disponible dans SCOLINFO pour que dès le début de l'année les élèves connaissent ce mode de fonctionnement.

Le problème peut se synthétiser de la façon suivante :

Comme je l'expliquais dans le dernier article, l'idée n'est pas de se plaindre d'un constat que nous sommes nombreux à faire mais bien de réinventer la roue pour que ça passe mieux. Je me suis mis en lien avec mes collègues pour qu'ils donnent le boulot et moi de valider la compétence informatique de dépôt de dossier et d'utilisation du moteur de recherche. Je sais que mon collègue d'histoire va faire une demande précise, sur une partie du programme, donc faute d'avoir de l'intérêt ou disons un sujet qui aurait pu intéresser les élèves, on aura un bon vieux sujet bien cadré et rassurant.

Il faut aussi utiliser l'existant, cette vidéo est percutante et n'a pas de raison d'être refaite vu son niveau de qualité

Pour la veille, ils ne sont pas capables de la faire par eux mêmes, j'essaierai donc de prendre un temps pour essayer de raconter les faits marquants de l'actualité informatique et d'ouvrir le débat. Le problème de ce genre d'exercice c'est que l'heure peut y passer et quand on y a passé l'heure, ben on n'a fait qu'échanger même si c'est important. Une heure de cours quand on sait la place que prend l'informatique, les enjeux dans notre société, c'est ça l'ambition de l'état qui veut transformer dans la foulée les gosses en codeurs.

Pour le document du classique et rien que du classique, vous noterez que j'utilise Google parce que même si tous les autres navigateurs on sait qu'ils sont mieux d'un point de vue éthique, d'un point de vue résultats je n'ai jamais été convaincu. Je démarre en préambule en écrivant que le navigateur reste une affaire de choix personnel et qu'il ne faut pas hésiter à en tester plusieurs.

rechercher

Charge mentale, attente : ça concerne les hommes (aussi)

samedi 22 juillet 2017 à 08:26

Les hommes finissent par réagir, on trouve quelques propos que j'ai pu tenir et notamment cette phrase que j'aime bien "Je pense que les enjeux sont supérieurs à essayer de monter les mamans contre les papas." Sauf que ce papa a oublié quelque chose, il y a désormais un enjeu supérieur, ce qui au départ pouvait paraître comme un cri du coeur d'une maman qui en avait marre, devient désormais un filon pour se faire connaître et ça, nous le savons, ça vaut bien le sacrifice de tous les pères qui oeuvrent au monde.

En complément, si vous voulez un créneau car c'est quelque chose que je vois se généraliser de plus en plus, la charge mentale des grands parents qui se retrouvent responsables légaux parce que leurs enfants ne veulent plus s'occuper de leurs gosses.

source

 

C'était mieux avant, la musique des années 90 : Snow Informer

vendredi 21 juillet 2017 à 23:29

Bon déjà un blanc qui fait du RAP c'est le genre de chose qui passe mal, c'est d'ailleurs l'origine de son surnom, mais un rappeur canadien c'est complètement improbable. Malgré la sortie de huit albums, on ne retiendra que ce titre totalement indémodable certainement en lien avec le débit très impressionnant du rappeur.

Tribute to C138 : le professeur réinventeur de la roue

vendredi 21 juillet 2017 à 22:40

Le sujet du jour :

Toujours pour "développer" la réflexion, puisqu'on décoche rapidement la flèche pointant une dispersion des efforts de certains libristes qui se complaisent à ré-inventer la roue, est-ce que "tu" pourrais imaginer un dispositif qui mettent à l'abri de cette même flèche les profs qui réinventent également en permanence dans leur coin leurs supports de cours ? (pour ce qui t'intéresse évidemment). [tu peux passer le couplet "oui mais les profs, c'est pas pareil, ..." c'est pas une excuse pour le Borne] 

Lorsque j'ai démarré le métier il y a désormais 15 ans, ce qui nous ne rajeunit pas, je passais en une semaine de développeur COBOL à prof en étant unique professeur de mathématiques de l'établissement dans les classes de : quatrième, troisième, seconde BEPA, terminale BEPA, 1ère et terminale BTA et en informatique les classes de quatrième et de troisième ce qui quand j'y réfléchis est une véritable folie en rajoutant tout une informatique à reprendre de zéro. Lancer un gars qui n'a jamais enseigné dans autant de niveau c'est aller au casse pipe. La première chose qui donnera un élément pour l'ami troll, c'est qu'on notera que c'est de l'enseignement agricole, donc la fameuse spécificité d'avoir des collégiens et des lycéens, une spécificité où l'on va rajouter que les programmes de lycée pro ne sont pas les mêmes que dans l'éducation nationale. Enseignements particuliers mais aussi public particulier.

Les bouquins en maths pour l'enseignement agricole sont rares, toutes les ressources sur l'internet sont de l'éducation nationale, je pense que je suis l'un des seuls profs partageurs dans l'agricole, on y viendra plus loin. Donc des documents qui sont très difficiles à trouver si on fait l'effort de les chercher mais aussi un public qui n'est pas le même d'un établissement à l'autre, d'une génération à l'autre. Lorsque je suis passé du Cantal à l'Hérault, j'ai jeté l'intégralité de mes cours à la poubelle, tout simplement parce que les élèves étaient tellement mauvais que mes cours n'étaient plus adaptés. Si je refais mes cours d'informatique cette année ce n'est d'ailleurs pas pour rien, je ne les avais pas touché honteusement depuis deux ans, ils ne sont plus adaptés. En deux ans, les cryptovirus par exemple, je crois qu'on peut difficilement y échapper, les élèves qui ne sont plus les mêmes, mais aussi moi qui change.

Pour les élèves qui ne sont plus les mêmes, je tente quelque chose de nouveau cette année en maths, le cours à trou. J'ai résisté pendant des années certainement plus par habitude qu'autre chose en ayant des cours construits sur des temps d'écritures, les élèves ne sont plus capables de tenir un cahier, désormais photocopies avec quelques parties à compléter. Baisser les bras, baisse de niveau, on s'en fout, j'essaie autre chose, ce temps que je vais gagner à arrêter de gueuler sur la propreté des cahiers, à voir des élèves qui cumulent tous les dys être en train de ramer pour prendre un cours, je le consacrerai à faire autre chose, des exercices, des activités un peu sympa, des cartes mentales un temps certainement plus utile que celui que je perds à l'heure actuelle.

J'aimerai attaquer la suite sous vos applaudissement car vous allez voir un Borne faire une pirouette extraordinaire. Je pense qu'un professeur qui ne se réinvente pas, qui n'essaie pas de réinventer sa roue, c'est le prof qui sort son cours depuis trente ans et qui attend la retraite. Je pense que notre métier c'est essayer de se réinventer tous les jours, d'essayer des trucs, de se rater, d'essayer d'autres choses pour arriver à quelques trucs qui fonctionnent un peu, pendant un temps, jusqu'à ce que les élèves en face ne comprennent plus. SOUS VOS APPLAUDISSEMENTS S'IL VOUS PLAIT !

De façon synthétique : les programmes changent, le monde change, les élèves changent, nous changeons, l'enseignement c'est l'obligation de se réinventer chaque jour.

Bien, maintenant que le décor est planté, on peut commencer à essayer de réfléchir un peu plus sérieusement. Lorsque j'ai commencé le métier dans les conditions décrites précédemment, il y a un homme qui m'a sauvé la vie, c'est Joel Négri. Professeur généreux, le gars diffusait ses cours en ligne, il le fait toujours, des choses franchement bien faites, et j'ai pris les choses telles qu'elles étaient données pour les donner à mes élèves. Je connais beaucoup de profs qui sont capables de prendre un bouquin, lire le bouquin pour faire leur cours ou le copier mot à mot, j'en suis à titre personnel totalement incapable aujourd'hui. Enseigner, on vous donne le rôle, prof de maths, les grandes étapes du film et mine de rien l'interprétation est très personnelle tout comme le public qu'on peut avoir en face, il m'est très difficile de rentrer dans les chaussures de quelqu'un d'autre sans apporter ma touche. Le public, c'est une évidence, si j'allais enseigner ce serait une catastrophe, de la même manière un prof de prépa qui viendrait chez moi, c'est comme Richard Clayderman qui tenterait de faire le zénith à la place de Suprème NTM. Je forke donc beaucoup de choses, et je pense que c'est logique. Je pense donc qu'on peut difficilement comparer l'enseignement et le logiciel libre car il y a une réelle appropriation pour l'enseignant qui dépend de son âge, de la classe qu'il a en face, du projet d'établissement, du contexte. apt-get install handbrake, faire ouvrir le fichier, encoder, la définition du mp4, effectivement ce n'est peut être pas la peine de réinventer la roue dans ce cas là et on peut imaginer collaborer comme d'ailleurs je l'avais écrit pour la création d'un Wiki unique dans les usages, enseigner face à des gosses, c'est autre chose.

Ce qui par contre pose problème de façon profonde dans le métier, ce n'est pas le prof qui réinvente la roue dans un coin, c'est le prof qui découvre le feu quand d'autres en sont aux centrales nucléaires : prof est le métier où tu ne partages pas. Nous sommes trois profs de mathématiques dans mon lycée, j'ai filé intégralement mes cours aux collègues. Ni l'un ni l'autre ne m'a donné quelque chose. Effectivement je n'ai pas demandé, mais c'est une illustration du métier. Nous n'échangeons pas, nous ne dialoguons pas sur nos pratiques pour savoir ce qui marche ce qui ne marche pas, en gros chacun travaille dans son coin quand l'autre a peut être des billes pour faire vraiment avancer un problème que rencontre l'autre. Je l'ai déjà expliqué, l'absence de partage vient de la peur du jugement de l'autre, car si à une époque on pouvait évoquer les difficultés techniques, aujourd'hui on peut faire sa page de prof facebook, un compte dropbox, un Wordpress en quelques secondes. Il n'y a rien de plus qu'avant et je dirai peut être même moins, comme dans le logiciel libre, tout le monde a pris de l'âge et ce n'est pas la jeune génération de profs qui arrive qui va changer le monde alors qu'ils maîtrisent ces outils de partage.

Pour éviter de réinventer la roue et bien c'est simple, il faudrait multiplier les lieux virtuels ou réels d'échanges pédagogiques, donner des trucs et des astuces, etc ... Je rebondis donc sur l'occasion pour vous dire que justement, le CNEAP a monté son Yammer, le réseau social d'entreprise de Microsoft. Et qu'est ce qu'on trouve dans ce Yammer ? Le père Borne qui balance ses cours dedans, en tout cas qui commence, car j'essaie de faire vivre un peu le truc. A l'heure actuelle, on a beaucoup de gens qui expliquent ce qu'ils ont fait, qui posent des questions mais peu vont échanger sur leurs pratiques pédagogiques ou simplement donner un cours ou une astuce.

On continuera de réinventer la roue ou de garder jalousement le secret du feu dans son coin dans ce métier car le malaise est bien plus profond, c'est la peur du jugement.

Voilà, je pense avoir pas trop mal balayé le sujet, en étant quand même parti dans pas mal de directions, ce billet a été rédigé en 50 minutes peu concentré en écoutant du Sinclair.

Sinclair contrairement aux profs est largement meilleur quand il se contente de chanter ses vieux tubes et qu'il n'essaie pas de réinventer la roue. Comme quoi prof et chanteur c'est pas pareil.