PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Rapaces

mardi 1 août 2017 à 22:47

De nos jours, des morts étranges, des gens qui se retrouvent avec une aiguille plantée à l'arrière de l'oreille, au mur, votre royaume s'achève écrit avec leur sang. La question c'est de se demander de quel royaume il s'agit et pourquoi ces gens qui sont morts ne présentent aucune marque, cicatrice, maladie, des organes pour ainsi dire parfaits. La réponse est simple, ce sont des vampires. En fait ce sont des vampires qui ont oublié qui ils étaient, de vrais prédateurs, des bonhommes qui faisaient la chasse, des vampires qui sont devenus des fillettes, des vampires qui vieillissent. Il se trouve qu'il reste deux survivants, du vrai vampire à l'ancienne, du vampire trop balèse qui a décidé de se venger, mais on ne va pas trop spoiler. Bande dessinée en quatre tomes avec aux commandes Marini pour le dessin, au sommet de son art, on remarquera d'ailleurs la large ressemblance entre l'un des personnages et le héros du scorpion, une histoire qui démarre en fanfare, sombre, intriguante, et qui à la fin du deuxième tome commence à sentir la sucette. Ce n'est pas que c'est mauvais mais on tombe dans la facilité, là où il y avait noirceur et intrigue, on tombe sur violence et sexualité débridée, inutiles. Dommage on avait certainement l'un des musts en puissance de la bande dessinée francophone qui dépoussiérait franchement le mythe du vampire.

 

Rapaces

mardi 1 août 2017 à 22:47

De nos jours, des morts étranges, des gens qui se retrouvent avec une aiguille plantée à l'arrière de l'oreille, au mur, votre royaume s'achève écrit avec leur sang. La question c'est de se demander de quel royaume il s'agit et pourquoi ces gens qui sont morts ne présentent aucune marque, cicatrice, maladie, des organes pour ainsi dire parfaits. La réponse est simple, ce sont des vampires. En fait ce sont des vampires qui ont oublié qui ils étaient, de vrais prédateurs, des bonhommes qui faisaient la chasse, des vampires qui sont devenus des fillettes, des vampires qui vieillissent. Il se trouve qu'il reste deux survivants, du vrai vampire à l'ancienne, du vampire trop balèse qui a décidé de se venger, mais on ne va pas trop spoiler. Bande dessinée en quatre tomes avec aux commandes Marini pour le dessin, au sommet de son art, on remarquera d'ailleurs la large ressemblance entre l'un des personnages et le héros du scorpion, une histoire qui démarre en fanfare, sombre, intriguante, et qui à la fin du deuxième tome commence à sentir la sucette. Ce n'est pas que c'est mauvais mais on tombe dans la facilité, là où il y avait noirceur et intrigue, on tombe sur violence et sexualité débridée, inutiles. Dommage on avait certainement l'un des musts en puissance de la bande dessinée francophone qui dépoussiérait franchement le mythe du vampire.

 

Argent trop cher, le libre n'a pas ... Ah non c'est de 1980

mardi 1 août 2017 à 17:10

Voilà j'ai fait mon expérience sociale de quelques jours, je pense que tout le monde aura eu le temps de voir mon message. 12 dons sur 4500 attendus, c'est mon calcul théorique, soit 0.26% des lecteurs qui ont osé donné de l'argent, c'est dérisoire. Ceci sera mon dernier message, je ferme mon blog, vous ne me méritez pas, allez lire vos billets sponsos tout pourris ailleurs. J'espère que vous appréciez le message culpabilisant. La somme encaissée est de 20.16 €, Paypal s'est donc pris 3.84 € soit 16% de la somme, c'est quand même pas la panacée et ça permet d'avoir une idée de ce que ce moyen extrêmement facile vous gratte. Il est à noter que Paypal a bloqué certains pour payer, ils ont considéré que Paypal à l'instar de Google, de Facebook, c'est un membre de la légion maléfique.

Je m'en excuse à l'avance car ça va partir dans toutes les directions, bon on s'en fout, vous avez l'habitude et en plus vous ne me méritez pas. On va commencer par le moyen de paiement même si c'est pas forcément le mieux et dévier très vite pour y revenir. J'ai donc regardé les moyens de paiements, si je dois mettre en place un truc ce sera certainement un leetchi. Vous positionnez une cagnotte pour un événement particulier et vous encaissez avec un prélèvement de 4% ou c'est gratuit si vous dépensez la cagnotte dans un des 80 magasins associés au site internet. Pourquoi payer pour un événement particulier et ne pas opter pour un liberapay ou un tipee ? Attention, nouvelle direction, c'est pas voulu, mais je n'arrive pas à écrire le billet autrement.

Liberapay c'est l'idéal, c'est libre, avec même le code disponible, mais la façon de procéder me gêne puisqu'on vise un paiement périodique et pas ponctuel. Le paiement ponctuel me paraît correct. Je pourrais par exemple demander de façon ponctuelle de me donner un coup de main pour payer l'hébergement, un jeu vidéo qui coûte 60 €, comme ça, parce que vous m'aimez bien, enfin à 0.26% et à un instant t dans un contexte précis. Et là encore la démarche est quand même malaisante pour reprendre l'expression consacrée, pourquoi j'irais vous demander de l'argent ? Si je vous demandais de l'argent, ça voudrait dire qu'on a une espèce de lien qui me permettrait de vous demander, comme si on était amis, de la même famille ou que vous étiez mon patron. Néanmoins, la cagnotte pour me faire un cadeau de Noël ou pour mon anniversaire pourrait avoir du sens, vous avez le droit de m'aimer, de me trouver sympathique et moi d'essayer de vous gratter des sous, mais ça reste quand même pas très sain comme relation. Vous savez certaines choses de moi que je veux bien diffuser et qui sont peut être totalement fausses, aussi bien je suis inspecteur des impôts et je vis dans la Sarthe, je ne sais rien de vous, pas simple.

On revient sur liberapay. Donc le système libre est intéressant du fait qu'il soit libre et il est parfaitement intéressant pour les gens qui visent à vivre de leur production car justement c'est une fidélisation de la clientèle. Car, le problème quand on voit le martèlement pour l'appel au don c'est que justement c'est un martèlement, ça emmerde tout le monde, c'est un peu comme la période de Noël avec le calendrier de la poste, des pompiers, des poubelles, on se sent agressé. Si on a la capacité de transformer le don ponctuel en don récurrent on a tout gagné. Seulement le problème pour moi, enfin l'un des très nombreux problèmes, c'est que la récurrence du don entraîne un contrat, au moins moral vis à vis des gens. Je demande de l'argent, vous pouvez juger de l'oeuvre jusqu'à l'instant t, si vous payez un don régulier sur une année, ça veut dire que vous attendez quand même quelque chose, un avenir, une continuité. Le blogueur, devient le salarié de ses lecteurs, relation qui n'est vraiment pas terrible. Ah je me suis perdu, il faut que je recommence tout.

Si ce blog me rapportait 2000 € par mois, plus, je ne serais pas plus ou moins motivé pour écrire, ça me mettrait même mal à l'aise car je me sentirais redevable de quelque chose. Je me sentirai obligé de faire différemment et ça casserait ce lien exceptionnel que nous avons entre nous qui consiste en gros à me produire devant vous gratuitement sans que vous sachiez ce que je vais faire car c'est mon plaisir, comme d'autres c'est de chasser le sanglier tous les week-ends ou d'aller à la pêche, j'en connais. Je gagne ma vie autrement, pourquoi j'irais demander de l'argent ? J'irais demander de l'argent car finalement vous profitez de ce spectacle de qualité, et il n'y a pas de raison que vous ne le récompensiez pas. Et c'est ici le problème, ma récompense je la trouve dans l'expression publique, pas dans l'argent, pourquoi alors quémander ?

Si à une époque j'aurai pu penser gagner de l'argent et avoir des intentions, aujourd'hui profitant d'un trafic largement plus important, de quelques opportunités, je ne trouve pas de véritable légitimité pour en gagner. Je ne vais pas demander à ce qu'on paye mon hébergement, ou mon nom de domaine, je fais les choses pour moi. Alors forcément, la question que je me pose, c'est la suivante. Si toutes les personnes qui ont mis des pages tipee, liberapay, ne gagnent pas un rond, vont-elles arrêter ce qu'elles font ? Et bien je n'en ai aucune idée, il faudrait peut être leur demander ce qui se passerait si personne ne paye. L'association bolchévik la quadrature du net a souvent exprimé d'ailleurs que soit les sous rentraient soit ils fermaient la boutique, une façon comme une autre de vérifier si on est institution d'utilité publique. Si je lis le about de ploum par exemple, on peut lire Ce blog est donc entièrement libre mais et vit grâce à votre soutien. Je trouve que la phrase n'est pas très française, c'est peut être du belge, mais j'interprête de la façon suivante, il mourrait sans soutien. Je me suis égaré, il faut que j'arrive à synthétiser et conclure alors que je n'ai pas fini.

Philippe Scoffoni il y a quelques années, avait écrit un truc du genre qu'il fallait pouvoir proposer aux gens la possibilité de donner. J'avais fait une démonstration similaire à celle-ci, et pris un four, je crois que le blog était en dotclear ce qui nous ne rajeunit pas mais je pense qu'il a raison, cela ne nous appartient finalement pas. J'ai offert des trucs dans ma vie à des gens qui ne m'avaient rien demandé, parce que j'avais envie de le faire. Il y a des gens qui ont eu des gestes spontanés du même type pour moi, il faudra donc que je trouve un système, quelque chose, vous méritez de m'offrir des trucs et je le vaux bien.

Je crois qu'il faut en outre être clair, si on arrive à mettre dans la balance l'arrêt ou l'amélioration d'un service, selon les sommes d'argent perçues c'est qu'il s'agit effectivement d'un service et je pense qu'il est nécessaire de se positionner, de s'engager, à savoir devenir un CHATON ou écrire un bouquin. Le bon système pour se faire offrir quelque chose ou avoir un gain d'argent avec la problématique de ne pas régulariser car je considère que c'est s'engager, j'attends les retours en commentaire. La problématique du système de paiement avec des gens qui libristes utilisent TOR, veulent rester anonyme car c'est leur façon de fonctionner, là encore, on sait que ce n'est pas paypal, et je ne connais pas le système, vous pourrez lâcher vos commentaires.

Une fois de plus désolé pour ce billet très confus, ah ben non je m'en fous, je me suis fait plaisir à l'écrire et c'est ce qui compte.

j'avais le choix entre ça et le mendiant de l'amour, bon je craque je mets aussi le mendiant de l'amour parce que mine de rien Enrico Macias c'est un génie, donnez, donnez moi, Dieu vous le rendra, c'est ce qu'on devrait mettre dans tous les tipee du monde.

 

Le nombre 23

mardi 1 août 2017 à 13:38

Jim Carrey qui s'offre un de ses premiers rôles sérieux au cinéma, est un gars qui bosse pour la SPA. Un jour dans une librairie, sa femme tombe sur un bouquin, le nombre 23, une policier, elle l'offre à son mari qui trouve des similitudes étranges entre le narrateur et sa propre vie. Dans ce bouquin, est fait part d'une obssession d'un des personnages pour le nombre 23, obsession qui va finir par gagner Jim Carrey qui va chercher absolument à retrouver l'auteur du livre. Original, bien joué de la part de Carrey à contre rôle par rapport à ce qu'il faisait d'habitude, on est vraiment captivé par l'histoire, à voir.

Oseriez vous donner deux euros pour ce blog ?

Jeux d'enfants

mardi 1 août 2017 à 13:31

C'est l'histoire de deux enfants. Une gamine au nom polonais qui fait l'objet des moqueries, un gamin dont la mère est atteinte d'un cancer des poumons. Leur amitié va devenir indéfectible, mais un peu particulière tout de même car basée sur du cap ou pas cap, celui qui possède une boîte métallique pouvant mettre un gage à l'autre. Et puis comme on peut l'imaginer, l'amitié devient de l'amour, et l'amour se transforme en haine, les gamins eux, deviennent Guillaume Canet et Marion Cotillard. Les vacheries qu'ils se font sont assez énormes et si le film aurait pu rester bon enfant, ça tourne quand même un peu en sucette avec l'obsession de leur jeu qui dépasse tout, le mariage, les enfants, les parents. Dommage, jeux d'enfants aurait pu être un film puissant, c'est juste une comédie excessive. A noter quand même deux choses, à la limite du prémonitoire. Le film est daté de 2003, les acteurs n'étaient pas en couple à l'époque, et puis il y a une scène qui fait sourire avec du recul, Marion Cotillard enfant qui chante à l'enterrement de la mère de Guillaume Canet, la vie en rose.

Oseriez vous donner deux euros pour ce blog ?