PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Un petit gars de Menilmontant

dimanche 6 août 2017 à 18:17

Olivier Marchal sort de 15 ans de prison et retrouve son quartier Ménilmontant. 15 ans de prison c'est long, il a de l'argent enterré qu'il doit transformer, il récupère son ami Smaïn qui a pris le droit chemin mais qui est harcelé par des petites racailles, il n'a pas eu de femme depuis 15 ans, il a un fils et il ne le savait pas, un fils qui fait de la danse classique, il est poursuivi par des gitans. On voulait faire plus caricatural, on n'aurait pas pu, sans être un navet puisque le film se laisse regarder, c'est mal joué, c'est complètement surréaliste, et c'est dispensable.

 

Un petit gars de Menilmontant

dimanche 6 août 2017 à 18:17

Olivier Marchal sort de 15 ans de prison et retrouve son quartier Ménilmontant. 15 ans de prison c'est long, il a de l'argent enterré qu'il doit transformer, il récupère son ami Smaïn qui a pris le droit chemin mais qui est harcelé par des petites racailles, il n'a pas eu de femme depuis 15 ans, il a un fils et il ne le savait pas, un fils qui fait de la danse classique, il est poursuivi par des gitans. On voulait faire plus caricatural, on n'aurait pas pu, sans être un navet puisque le film se laisse regarder, c'est mal joué, c'est complètement surréaliste, et c'est dispensable.

 

Les derniers parisiens

dimanche 6 août 2017 à 16:57

Reda Kateb vient de sortir de prison, il fait sa période de probation chez son frère qui tient un bistrot à Pigalle. La relation entre les deux hommes est particulièrement tendue, le second est sérieux dans ses affaires, le premier malgré la prison a de l'ambition, il rêve de transformer le bar de son frère pour organiser des soirées. Difficile de dire plus sans spoiler et je ne le ferai pas, car sous son aspect documentaire sur la vie parisienne où on ne s'étonnerait pas de croiser un Thierry Ardisson, le film est largement plus profond que cela et mérite d'être vu.

 

Sky-Doll

dimanche 6 août 2017 à 15:23

Sky-Doll est une bande dessinée de sciences fictions qui a connu un très gros succès dès son départ, et à la lecture de son tome 4, qui est sorti en 2016 pour une histoire qui a quand même démarré en 2000, je me dis que c'est plus pour les qualités graphiques que pour l'histoire. Le dessin est tout simplement somptueux, à la croisée des chemins entre le manga, le comics et le franco belge. Seulement on le sait, il ne suffit pas d'un bon dessin pour faire une bonne bédé, c'est le savant croisement de l'équilibre entre le dessin, l'histoire et le petit plus. Allons y pour le scénario. Dans un futur lointain, les gens sont obsédés par les multiples religions qui existent, l'une cartonnant plus que les autres, celle de la papesse Ludovique. Il se trouve qu'au début elles étaient deux, Agape a été assassinée par sa soeur crevant de jalousie face au charisme de Agape largement plus aimée qu'elle. Il se trouve qu'une poupée artificielle destinée à la prostitution, comme dans l'Incal d'ailleurs, réalise des miracles, que seule était capable de réaliser la papesse. Et s'il s'agissait de sa réincarnation ? Voici le pitch, pas que c'est mauvais, pas vraiment original je trouve avec la sensation d'un patchwork de pleins d'univers de sciences fictions, pour un résultat qui est agréable à lire mais pas passionnant. Il faudra conclure, je pense, rapidement la série, déjà les auteurs sont à la ramasse pour sortir un tome de façon régulière, si ça se prolonge on verra la fin dans trente ans.

 

Une femme de ménage

dimanche 6 août 2017 à 11:47

Jean-Pierre Bacri vient de se faire plaquer par sa femme, il se sent seul. Il embauche une femme de ménage comme le titre l'indique, une jeunette, Emilie Dequenne. De fil en aiguille, elle finit par emménager chez lui, elle s'est fait virer par son petit ami, lui trouve ainsi un moyen de rompre la solitude. Forcément, ce qui devait arriver, arriva, ils terminent en couple. Une femme de ménage c'est un film sur la rupture, sur la différence d'âge, sur la solitude. C'est bien mené, dans le sens où ça cadre, mais c'est quand même pas formidable. On notera que Bacri fait du Bacri comme tous les films avec du Bacri, taciturne à souhait, un rôle sur mesure.