PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Slitaz un Linux complet et léger

mercredi 31 décembre 2014 à 08:00

Les distributions majeures c'est quand même un peu bonnet blanc et blanc bonnet. Comprenez que vous utilisiez Opensuse, Mageia, Fedora ou Ubuntu, vous avez de façon systématique le choix du bureau qui sera plus ou moins bien foutu selon la tendance de la distribution, avec des inclinaisons vers KDE ou Gnome de façon majoritaire, exclusive avec Unity pour Ubuntu mais que de façon générale l'expérience utilisateur sera la même. Ces distributions sont suffisamment riches, anciennes, pour faire ce qu'on veut avec, les querelles de clochers n'ont donc aucun sens, comme je l'ai déjà expliqué, l'utilisation d'une distribution est souvent inhérente au passif de l'utilisateur.

Ce qui fait la richesse de Linux et qui n'est pas assez mis en avant c'est l'aspect spécifique, une distribution Linux dédiée au partitionnement, à la réalisation d'un serveur, à l'éducatif, pour créer un magnétoscope numérique, il y a des Linux pour tout faire, c'est ici que se trouve la richesse de Linux, bien plus que dans les nombreux fork qui n'apportent rien. Pour des machines qui sont limitées en puissance processeur, en espace disque, en RAM, la distribution Slitaz peut être intéressante si on n'est prêt à faire quelques compromis. Slitaz est comme vous pouvez l'apercevoir sur le dernier écran de HTOP, une distribution qui occupe moins de 50 Mo de RAM sans charge pour un encombrement disque de 50 Mo, une performance qui peut avoir du sens dans le cas d'un EEE PC par exemple, de nouvelles machines qui n'excèdent pas les 32 Go de RAM, ou pourquoi pas sur un raspberry pi puisque désormais la distribution se décline dans cette variante. La distribution n'existe à ma connaissance que sous LXDE ce qui explique l'aspect léger, LXDE de plus est suffisamment complet pour avoir un bureau satisfaisant. L'installation des paquets se fait via le gestionnaire léger, codé en php, j'ai lancé quelques essais, on va trouver avidemux, on va trouver openshot, on va trouver imagination, on ne trouvera pas kdenlive, logique, ce n'est pas GTK.

Le "piège", même s'il n'est pas correct de parler en ces termes, c'est que la distribution est from scratch, elle n'est pas conséquent nullement un fork d'une autre distribution, on peut penser à Debian par exemple. Par le fait, l'absence des logiciels KDE pour exemple ne peut se traduire que par une tentative de compilation, de la même manière, j'imagine que pour certains drivers ce sera compliqué pour ne pas dire impossible.

Slitaz est donc une excellente distribution, mais qui restera moins complète que les ténors Linuxiens, attention donc à l'utilisation que vous visez.


Tu connais l'histoire du con qui dit oui ? Oui

mardi 30 décembre 2014 à 15:53

A me lire, on pourrait penser que je suis un croisement d'ogre et d'ours pour les poils, ce n'est pas exactement le cas. En fait je fais partie de la race d'individus qui passe son temps à gueuler mais qui fait les choses, les gens s'en rendent compte et m'exploitent, laissez moi vous raconter la passionnante histoire du con qui dit oui. Je ne suis pas présent devant l'ordinateur durant ces vacances, je joue pas mal à la PS3, nous y reviendrons, je fais du caillou, nous y reviendrons aussi, je fais de la famille. Alors que j'étais en train de finir mon après midi au marteau-piqueur, je lève la tête, une dame, elle se présente, me dit que c'est ma voisine juste au dessus du trou, la géographie locale étant un peu particulière sachant que je modifie le territoire. La dame a un énorme pin dont le racines commencent à poser des problèmes, on voit le mur de ses voisins d'ailleurs qui a pris un coup, elle va donc le faire tomber. Le problème c'est que nos constructions en bord de mer c'est n'importe quoi, le coupeur d'arbre lui a dit que pour faire passer la dessoucheuse, il était nécessaire. de faire sauter un petit muret. Alors que je pensais qu'elle venait me supplier d'arrêter la machine infernale, elle me demande de venir voir son muret, je suis le con qui dit oui, c'est parti. J'y vais donc à grand coup de marteau-piqueur, la dame un peu gênée au début, prend ses aises et me fait une marque à la craie orange pour me dire à l'endroit où je dois m'arrêter. J'explique que le marteau piqueur n'est pas vraiment un outil de précision chirurgicale et que je vais donc faire tomber le mur. Je prends le marteau piqueur j'empale le muret comme Vlad l'empaleur, il est creux, je fais remuer d'avant en arrière, le muret s'effondre, je finis de casser. Mon fils est à côté et je commence à lui dire de jeter les gravats dans notre chantier, du fait que sa maison surplombe la mienne, il n'y a qu'à balancer par le grillage. Un peu gênée encore, par le travail occasionné, je la vois sortir des sacs en plastique pour que le petit puisse aller plus vite. Nous n'échapperons pas au verre de l'amitié dans une maison pas assez chauffée pour un type qui dégouline de sueur, j'ai froid.

Je suis le con qui dit oui et j'ai donc la copine de ma fille à la maison, son petit frère aussi. Le prof est en vacances donc le prof garde des enfants, c'est son métier, il est normal qu'il prolonge le bonheur dans cette période. Curieusement la petite se gratte la tête, deux jours après ma fille est pleine de lentes, ma femme aussi. Curieusement c'est la deuxième fois dans l'année qu'elle dort chez nous, et c'est la seconde fois qu'on a des poux dans la maison. 60 € de pouxit, des heures de traitement, toute la literie à laver, et ce n'est pas encore fini ...

On arrive à la date fatidique de la nouvelle année, et je me rends compte que j'ai trop dit oui, que je n'ai plus la capacité pour tout gérer et pour preuve. Hier, j'ai mon beau père à la maison, nous faisons des journées cailloux où en moyenne nous sortons plus de 200 seaux de 11 litres de pierre et de terre. Lui est au marteau piqueur, moi je fais les allers retours à la déchèterie, le type vient systématiquement me saluer, c'est dire le nombre de fois qu'il me croise depuis plus de un an. Il fait un froid de chien, un vent terrible, je suis fatigué, je m'en rends compte mais le beau père est sur la lancée, j'ai en mémoire les 50 cm d'eau durant les dernières grosses pluies, il faut réellement que ça avance, tout mettre à plat pour ne plus que cela se reproduise. Alors que j'en suis à mon quatorzième aller retour à la déchèterie, je vais donc apporter mon seau numéro 210, un camion est au milieu de la rue que je prends, je tourne pour prendre l'autre rue et je me prends un arbre. Je pense que j'ai décroché à ce moment là, une absence, le pare-choc a bougé sévèrement, le liquide de refroidissement fuit, certainement le radiateur de percé. La dépanneuse a récupéré la voiture ce matin pour la ramener au garage que je viens d'avoir à l'instant, mon inattention va me coûter la bagatelle de 1500 €. Ne soyez pas étonné si vous ne voyez pas d'achat hardware dans l'année 2015 :-) Dans cette histoire, là où je m'en veux le plus je pense c'est que si une petite vieille passait à ce moment là, je l'écrasais. J'aurai dû savoir m'arrêter à temps.

Je vieillis, la quarantaine est bien présente. La fatigue accumulée part moins vite, dans la tête c'est toujours le rouleau compresseur mais le physique lui, ne suit pas. Lever le pied sera vraiment l'objectif de cette année 2015, apprendre à connaître ce nouveau corps que je découvre et qui commence à me faire faux bond, savoir dire non quitte à devenir de façon systématique le con qui dit non parce qu'il a dit trop souvent oui.

Passage à la build communautaire pour le ZTE OPEN C

mardi 30 décembre 2014 à 08:00

Sur feu le blog-libre j'avais salué l'initiative de la création de build communautaires pour le ZTE OPEN C. Concrètement il s'agit de versions maintenues de Firefox OS dans une version 2.0, 2.1 et 2.2 avec bien sûr davantage d'instabilité quand on est sur les versions supérieures et davantage de mises à jour. Si j'osais la comparaison, je dirai qu'on aurait pour la 2.0 debian, la 2.1 Ubuntu ou Fedora, la 2.2 une rolling release.  Je regrettais que les builds ne soient seulement disponibles que pour la version française de l'OPEN C, désormais on peut bénéficier des builds pour la version européenne, c'est un travail qu'on doit entre autre à djib.

J'ai tenté de passer en force c'est à dire avec ma version du recovery modifiée ainsi qu'une version 2.1, je me suis fait jeter, j'ai donc fait le passage par la version Windows sur une 1.3 comme indiqué sur le tutoriel. Voilà j'ai un téléphone en 2.1, j'avais déjà un téléphone en 2.1, mais celui-ci m'a proposé une mise à jour pour le market ce qui est tout de même positif, presque une normalité. Presque, car si pour mes usages quotidiens le ZTE OPEN C me va très bien, l'expérience utilisateur est totalement castrée par rapport à ce qu'on peut obtenir avec Android, le GPS, les jeux, enfin bref, la totale. Le GPS, quand même, quand on voit les millions brassés dans les accords avec Google ou Yaho, on se demande comment une application de guidage routier n'a pas été encore codé, il faut qu'ils demandent de l'argent à la quadrature. Cela dit on ne va pas se plaindre, on peut remercier surtout les communautés de faire le travail de ZTE, on pouvait se douter que le téléphone ne serait pas "entretenu" par la firme, il n'empêche que c'est le seul FirefoxOS en France. Si on voit se développer des appareils à 25 dollars, 10 dollars, enfin tous les prix pas chers, il n'y a pas d'offre carrée à mon sens pour le moyen de gamme, les smartphones sont trop rares en Europe, c'est une véritable source d'inquiétude, faut-il stocker des ZTE par anticipation ?

La question n'est pas si stupide et mérite d'être posée, le ZTE OPEN C est apparu au mois de juillet de cette année, en moins de 6 mois on aura vu apparaître des dizaines et des dizaines de nouveaux modèles Android, pas un seul téléphone Firefox OS et aucun appareil ne se dessine à l'horizon pour remplacer celui que nous possédons actuellement. Je lance de temps en temps une recherche dans ebay pour voir un peu si des modèles apparaissent, c'est le néant, pire, l'OPEN C payé pour ma part aux environs de 50 € culmine désormais sur le site international à plus de 70 €, comme d'ailleurs sur les sites Français où l'on peut bénéficier d'une ODR. Pour ma part, je ne vous le cache pas, je recherche un second appareil au cas où, au cas où je me retrouverai un beau matin en carafe et qu'aucun smartphone Firefox OS ne soit disponible à la vente, ce qui me ramènerait vers Android. Pour l'instant je me paye une protection, je viens de voir que désormais ça existait, preuve que le téléphone a dû pas trop mal se vendre pour qu'on daigne lui faire un étui.

 

Bug hardware jamais vu

lundi 29 décembre 2014 à 08:00

Mon fils est l'heureux propriétaire d'un Lenovo Thinkpad T60, donné généreusement par Naabster, fidèle lecteur du blog. Il se trouve que cet ordinateur n'a jamais fonctionné correctement, des freeze de façon totalement aléatoires. Il apparaît qu'un ordinateur qui freeze de cette façon c'est souvent un problème de RAM, nous avons donc changé les barrettes en pensant qu'une barrette unique et sur-cadencée pouvait être à l'origine des problèmes de stabilité de la machine. Ça n'a pas fonctionné, le passage à une simple barrette de 1 Go au lieu des 2 Go maximum tolérés non plus.

J'ai bien évidement testé plusieurs systèmes d'exploitation, que ce soit Linux ou Windows le problème est identique. J'ai pensé à un dysfonctionnement de la carte mère, peut être, ce sera à confirmer. J'ai trouvé la panne en lançant le mode dégradé de Xubuntu, je me suis rendu compte que régulièrement la distribution avait du mal à passer la détection du touchpad. Depuis le BIOS, il est possible de le désactiver, c'est ce que j'ai fait, depuis la machine fonctionne parfaitement.

On en revient donc à une logique dans la démarche de réparation, éliminer le maximum de composants possibles afin de déterminer si ça passe ou non. Le touchpad est loin d'être indispensable, une souris optique apportant davantage de confort utilisateur.

Contrôle parental sous Linux

dimanche 28 décembre 2014 à 08:00

A l'époque j'avais fait pas mal de recherches sur le contrôle parental sous Linux, sur le contrôle parental tout court. La meilleure solution technique, la plus efficace, la plus simple à mettre en place était opendns. Avec le recul, avec le "barbuisme", que je n'avais pas à l'époque, je sais qu'aujourd'hui confier ses DNS à un prestataire tiers aussi open qu'il porte pour nom, ce n'est pas une bonne idée. On peut imaginer une solution de contrôle parental au niveau local. On est marrant chez les Linux quand même, alors que l'argumentation c'est la sécurité des machines, la sécurité des enfants on s'en cogne un peu, disons au niveau local puisque derrière on a la solution serveur. La seule distribution qui propose un contrôle parental solide c'est doudoulinux. Seulement quand vous voyez l'interface, on se dit que c'est vraiment sympa pour des vraiment petits, mais après c'est quand même franchement limite pour un 15 ans qui a aussi le droit à un contrôle, je dirai même qu'il a encore plus droit. Le contrôle parental est basé sur dansguardian.

Au niveau des grandes distributions Mageia propose un contrôle parental depuis le début, en fait il s'agit d'un contrôle parental qui date de Mandriva. Ce serait la bonne application, des listes blanches, des listes noires, un contrôle des durées horaires, la possibilité de restreindre le lancement de certaines applications. Ce serait, car les listes blanches, les listes noires doivent être saisies à la main, exit ici la bonne liste noire de l'université de toulouse. A mon avis pour que ce soit utilisable, il faut faire la démarche inverse, blacklister le net et donner acccès à quelques sites, wikipedia par exemple. Au lieu de proposer 152 environnements de bureau différents, Mageia ferait bien de se focaliser sur cette application qui à mon sens n'a pas évolué depuis quatre ans et pouvoir hurler haut et fort que la distribution francophone est capable de faire plus que les autres. Il est à noter que Linux Mint de mémoire possède un outil moins puissant et similaire qui permet de bloquer des noms de domaines. Je vous aurai bien montrer une version virtualisée mais malheureusement je n'arrive pas à installer la distribution dans Virtualbox, je plante l'installateur. En version live toujours virtuelle, aucune application ne se lance, voilà qui donne envie.

J'aime beaucoup la remarque notée dans le Wiki d'Ubuntu : Attention : si le besoin (mettre en place un contrôle parental) est simple, les méthodes proposées ici sont particulièrement techniques et s'adressent à un public expert. Ce qui va quand même à l'encontre du bon sens, personne ne s'est penché sur une façon simple de bloquer les domaines alors que c'est un besoin important pour les familles. Alors quelle solution mon bon Cyrille ? Oui quelle solution ? Libère nous de l'ignorance.

J'ai dernièrement expliqué qu'au lycée j'avais monté un serveur ipfire pour le contrôle parental, j'ai aussi monté cette solution à domicile. Au niveau investissement ça signifie avoir une machine autonome, allumée 24/24 avec deux cartes réseaux, une qui reçoit l'internet, l'autre qui le renvoie dans une borne Wifi avec un réseau protégé pour les enfants. On peut donc soit comme dans mon cas, utiliser un ordinateur assez ancien soit utiliser un NUC qui fera l'affaire. En effet, ces appareils sont équipés d'une carte Wifi qui sera donc la carte rouge qui va recevoir de l'internet, en sortie sur le RJ45 on peut brancher la borne. Avec un disque dur un peu conséquent on peut même imaginer installer Owncloud pour faire un serveur de fichier, pourquoi pas une imprimante puisque Cups est géré. L'installation de ipfire n'est pas bien compliquée, c'est moins de 30 minutes, paramétrage inclus, ici le plus problématique c'est l'investissement de base, la place.

Dans la partie réseau, webproxy, on active le proxy sur le vert en transparent. De cette façon là, tous les appareils qui vont se connecter à la borne Wifi qui va bien seront "filtrés", aucun paramétrage n'est à faire au niveau du navigateur web de ces appareils, cela marche de façon indifférente quel que soit le navigateur mais aussi l'appareil, le téléphone ou la tablette android sont bloqués comme les autres. Plus bas on active le filtre url, de nombreuses possibilités de blocages sont possibles, on peut mettre des quotas sur les téléchargements, interdire les exécutables ce qui est bien pratique pour des clients Windows, délimiter des plages horaires. La liste des catégories est très large, et mise à jour automatiquement depuis l'université de Toulouse.

Ipfire est une solution vraiment intéressante, complète, les professionnels devraient d'ailleurs réfléchir à installer ce genre de distribution chez les particuliers ou les petites entreprises. Je vous épargne le laïus pédagogique sur l'importance de la communication dans les familles, du fait qu'aucun système de protection n'est imparable et que vous n'échapperez pas à la conversation sur les choux, les abeilles, quand vous aurez surpris vos enfants en train d'essayer d'aller sur youporn.