PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Philanthropie, la bonne blague

jeudi 5 février 2015 à 08:00

A l'époque de sa sortie, le Raspberry Pi était présenté comme un petit ordinateur pas cher destiné à l'éducation et en aucun cas à la production. Cela d'ailleurs été une des erreurs que j'ai régulièrement véhiculée ici dans mes multiples tentatives pour essayer de faire du pi quelque chose, un serveur notamment. Beaucoup ont donc "hacké" l'utilisation primaire pour un résultat souvent mono-tâche, en effet la machine est quand même assez faible, notamment pour faire un serveur mais aussi pour un poste client. La fondation raspberry vient de sortir sa nouvelle version, quatre fois plus puissantes puisqu'on passe du simple coeur au quadri-coeur, 1 Go de RAM, il s'agit d'une annonce surprise puisqu'on n'évoquait rien avant 2017 si ce n'est un travail sur la distribution raspbian. La carte qui avait été déclinée en version A trop faible trouvait une réponse dans la version B avec le minimum syndical, dès lors on peut s'interroger sur cette sortie.

Pour ma part, la seule explication rationnelle c'est la volonté de ne pas perdre du terrain sur les concurrents qui commencent à apparaître comme des petits pains. L'annonce de plus, de la possibilité d'embarquer Windows 10 marque bien le tournant dans le comportement de la boîte. Car après tout, si on veut rester dans l'éducatif, Linux c'est suffisant, un simple coeur aussi. Pour ma part, cela fait longtemps que j'ai perdu toute forme d'illusion sur la philanthropie, j'accueille donc cette nouvelle comme une bonne nouvelle d'un point de vue technique. En effet avec la carte précédente il était impossible d'envisager de faire quoi que ce soit, désormais, Ubuntu est possible pour cette machine, ce n'est pas la plus légère des distributions. On peut dès lors envisager d'équiper des salles informatiques ou de simple particuliers à faibles prix, il n'est d'ailleurs pas impossible que je rachète un raspberry pi pour voir, car à ce prix c'est dérisoire.

 

La philanthropie et l'informatique ça fait vraiment deux, on est de façon quasi systématique sur le même schéma. C'est l'histoire d'un gars qui repère un besoin, un besoin qui peut être personnel, alors il le code, c'est d'ailleurs ce qui montre que le pouvoir appartient aux codeurs, alors imaginez le codeur qui a de l'idée. Ce besoin personnel, il s'avère que c'est en fait un besoin collectif, ce qui fait que le programme rencontre un large succès. Au départ, un peu de philanthropie, on donne à tout le monde et puis arrive à un moment la masse critique, ce moment où l'on réalise qu'on peut transformer les choses en espèces sonnantes et trébuchantes, c'est le cas pour Adblock Plus qui fier des millions de téléchargements de son extension a trouvé l'astuce pour être bankable, accepter un chèque des géants de l'industrie pour ne pas bloquer leurs pubs. Si d'ailleurs pour Amazon, je peux comprendre l'absence de choix, je me demande ce qu'attendent concrètement Google et Microsoft pour intégrer leur propre bloqueur de pub et mettre fin à l'hégémonie de ce tiers, parenthèse close.

Je n'ai aucun problème avec l'argent, je n'ai aucun problème avec ceux qui gagnent de l'argent avec leurs logiciels, je dirai bien au contraire, c'est une preuve de réussite, une capacité de transformer du code en argent c'est bien. Ce par contre je réprouve c'est la contradiction ou le manque de clarté. Si on peut laisser le bénéfice à la fondation Raspberry, en ce qui concerne un bloqueur de pub qui accepte des pubs à partir du moment où l'on paye, c'est quand même un sacré coup de canif dans le contrat.

Néanmoins, la morale finit toujours par l'emporter, pas forcément dans le sens où on le croit. La publicité sur internet qui vient de dépasser celle de la presse écrite et qui dépassera demain celle de la télévision, ne pourra certainement pas être dominée par des acteurs minuscules comme Eyeo qui développe Adblockplus, bientôt les ténors reprendront le contrôle pour écraser cette petite concurrence parasite, cela ne fait aucun doute.

Utiilisation du calendrier d'Office365 dans Thunderbird

mardi 3 février 2015 à 08:00

La migration vers Office365 apporte sans l'once d'un doute des problèmes palpables au sein de mon équipe. Nous centralisons des documents communs pour les fiches points de nos élèves, il y a moins de points cette année même si effectivement c'est imputable à des classes beaucoup plus calmes (pourvu que ça dure), les documents sont moins édités. Ce qui par contre est sûr, c'est que le fait de devoir communiquer à mes collègues verbalement des annonces que j'ai envoyées par mail quatre jours auparavant montre qu'il y a un véritable problème avec ce logiciel quand Zimbra fonctionnait parfaitement. Les raisons sont simples, une interface peu commode, une véritable lenteur d'ensemble sont les raisons qui reviennent de façon récurrente.

Je n'échappe pas à la règle, et pour cause, j'utilise déjà la solution de Mozilla, Thunderbird pour lire mes courriers électroniques, aujourd'hui je vais plus loin en bypassant le calendrier en ligne pour l'intégrer à Thunderbird par le biais de l'extension lightning. On rajoute donc cette extension bien sûr et en supplément exchangecalendar. L'ajout du nouveau calendrier se fait désormais de la façon suivante.

L'adresse du serveur est la suivante : https://outlook.office365.com/ews/exchange.asmx

J'ai vérifié, ça marche, la synchronisation se fait dans les deux sens sans aucun problème, néanmoins il s'agit d'une mauvaise solution si je devais la généraliser à l'ensemble de mes collègues.

Je pense que je vais commencer à déployer cette solution sur certains ordis de mes collègues pour voir s'ils sont satisfaits. Il ne resterait que le partage de fichier avec la possibilité d'édition en ligne, dès lors je pourrai mettre une instance d'owncloud ou d'un autre groupware avec peut être un identifiant unique même si ce n'est pas une bonne idée pour la sécurité mais cela permettrait de limiter le nombre d'identifiants.

Comprenez que l'idée n'est pas de dénigrer le système propriétaire de Microsoft mais plutôt de mettre en évidence que la liberté logiciel c'est aussi pouvoir choisir l'outil le plus adapté, avoir le choix. Ce choix nous ne l'avons pas car il parait légitime d'utiliser les outils que l'institutions nous propose, néanmoins on peut réussir à contourner, détourner, si je trouvais le moyen d'éditer par un autre biais les documents contenus sur le onedrive, je serai le roi du monde.

Sosh versus Cyrille : la résiliation, première partie

lundi 2 février 2015 à 14:00

Au petit matin je suis en train de faire des tests sur owncloud et j'uploade un plugin aux environs de 15 ko/s ... Dans ma box tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, je la redémarre et j'ai même du 832 Kb/s et du 22560 Kb/s. Du côté de degrouptest : Débit descendant : 15933 kbps (1944.9 Kio/s) - Débit montant : 132 kbps (16.1 Kio/s) - Ping : 33 ms, rires dans la salle. La problématique de l'abonnement SOSH dans mon cas c'est qu'il s'agit d'un double abonnement, VDSL en 56 k, téléphonie illimitée et télévision d'un côté, de l'autre c'est le mobile. Que se passe-t-il dès lors si on résilie la partie mobile sachant que SOSH ne propose pas d'offre fixe uniquement.

Pourquoi la partie mobile, je vous explique la démarche. Si vous quittez SOSH pour la partie fixe, vous allez payer 50 €, si par contre vous quittez SOSH pour Orange vous ne payez rien. L'idée est donc la suivante, je vais basculer dans un premier temps vers l'offre play de façon à n'avoir que la partie fixe. L'offre play coûte 40.99 € avec la livebox en location, soit 41 € pour avoir une offre équivalente à la mienne, des services en plus, un décodeur plus récent. En devenant client Orange, je peux faire bouger le tech gratuitement, j'aurai un interlocuteur au téléphone et je conserve la VDSL, même si c'est plus cher. On verra plus loin comment gratter sur la partie mobile, sachant qu'aujourd'hui je paye 50 € chez SOSH pour avoir du tout illimité de tous les côtés. Si Orange n'arrive pas à se débrouiller ce dont je doute largement, je peux toujours envisager de partir à la concurrence mais sans trop de catastrophe puisque j'aurai déjà viré la partie mobile si bien que je profiterai toujours de l'internet sur le PC, surtout si je le demande à la voisine à qui j'ai cassé le muret (voir l'histoire du con qui dit oui).

Je lance donc le echat, et voici comment ça tourne, c'est surréaliste, j'ai juste édité le nom de la téléconseillère et quelques détails privés.

sosher: je souhaite résilier ma partie mobile et passer sur une offre orange play
sosher: je voudrai connaitre les modalités
A: D'accord, voyons cela de suite
A: Pouvez vous me confirmer votre numéro ligne fixe (en 01, 02, 03, 04 ou 05), afin que je sois sûre d'avoir le bon dossier ?
sosher: 0468*
sosher: Monsieur Cyrille BORNE
sosher: domicilié au **
sosher: à Saint Pierre La mer
A: Je vous prie de bien vouloir patienter, le temps que j'accède à votre dossier.
A: Je vous remercie d'avoir patienté.
sosher: je vous écoute
A: J'ai détecté un défaut
sosher: oui je détecte aussi un défaut sur ma ligne
sosher: et si aujourd'hui j'en suis à la case résiliation
sosher: ce n'est certainement pas par excès de satisfaction :smileyhappy:
sosher: donc pouvez vous m'expliquer quelle procédure à suivre pour changer d'offre
sosher: VDSL
A: Le résultat des tests et des manipulations me permet de situer le défaut sur notre réseau côté Orange.
Je vais demander l'intervention d’un de nos techniciens pour effectuer la réparation.
Pouvez vous me fournir un N° de téléphone, de préférence mobile ?
sosher: 06*
Votre chat est terminé. A bientôt sur sosh.fr

Cela fait donc plus de dix jours que je crie à corps et à cris qu'il y a un problème sur la ligne, on me dit que tout va bien, et soudainement à partir du moment où j'évoque la résiliation on détecte un problème, mais passons, c'est sans importance, je note surtout qu'on me coupe, la coupure n'est pas à ma demande. J'ai la quasi certitude que je vais bientôt recevoir un appel d'un technicien pour m'informer que le problème est résolu, désolé tout ça. Je relance le chat et j'arrive à une conseillère commerciale, qui aura passé une bonne quarantaine de minutes pour répondre à la question. Qu'est ce qu'il se passe si on résilie la partie mobile ?

L'inquiétude pour ma part c'était si je résilie le mobile, je vais résilier le fixe car les offres sont liées. Il faut d'abord résilier la partie mobile, de façon théorique lorsque SOSH reçoit la confirmation de résiliation c'est à dire dès lorsqu'on a souscrit à un autre opérateur mobile et fait une demande de portabilité du numéro. A partir du moment où la résiliation est confirmée, on doit recevoir un mail d'Orange qui vous demande si vous souhaitez conserver la box et à quelle offre vous voulez souscrire, ce qui sera certainement la suite dans notre prochain billet.

La question qui vous brûle les lèvres et que vous ne pouvez malheureusement pas poster dans les commentaires fermés, c'est quel nouvel opérateur de téléphonie mobile ? Même pas honte

Joe Mobile est le MVNO de SFR donc de Numericable, c'était la réponse de SFR à Free à l'époque des pigeons. Une réponse qui tenait plus de la plaisanterie qu'autre chose, car le forfait n'était pas compétitif, aujourd'hui la situation est différente, la formule Joe Mobile a du sens, elle a d'autant plus de sens pour ceux qui ont pu constater que le réseau Free dans la campagne c'était tout sauf formidable et que la bascule vers Orange plutôt dramatique dans certaines zones. Actuellement par rapport à SOSH je possède une super offre de la mort en mobile, la classique que vous voyez aux environs de 19.99 € par mois, de l'illimité sur la téléphonie vers les fixes et les mobiles, 3 Go d'internet puis une diminution du débit derrière. Sur ma dernière facture, je n'ai pas dû utiliser plus de 2h sur la partie voix, et quasiment rien en data. Je paye donc concrètement un service que je n'utilise pas. Avec Joemobile il est possible de faire évoluer son forfait, de l'ajuster par rapport à ses besoins. Je viens de démarrer sur les bases de 15 € avec de la téléphonie illimitée et 1 Go d'internet, sans trop d'illusion je me prépare en effet à une coupure de l'internet à la maison et je préfère mieux prévenir que guérir, l'habitude, je diminuerai le forfait après pour l'ajuster et le remonterai pour les grandes occasions comme les déplacements pour les copies du BAC.

Voilà où j'en suis, je vous donnerai plus d'informations sur l'évolution de ma situation, un grand classique.

Deux Lordis, une tour

lundi 2 février 2015 à 08:00

La semaine dernière a été plutôt riche en réparation, deux ordinateurs de la région, la tour d'un collègue. Le collègue pour aller à l'essentiel est le cas typique de la personne qui fait attention, il s'est contenté d'installer un mauvais logiciel, la machine a pris plus de 400 virus d'un coup, adwcleaner et malwarebytes en passages successifs pour purger. Le premier Lordi de la région est un cas totalement similaire, une machine sur laquelle le gamin n'a pas installé grand chose en terme de logiciels mais on sent qu'il ne les a pas pris au bon endroit, il avait la totale, boxore, les logiciels de tune up et tant d'autres, des centaines de virus. Le dernier PC est bien plus fun, il s'agit d'une machine maudite. Le gamin que je n'ai pas en cours me fait plutôt marrer, il est en CAP, mesure 1m20, doit peser 30 kilos mouillé et est le seul gars d'une classe de filles, il a l'air de survivre. Alors que le gamin de son âge a plutôt tendance à mettre des feuilles de cannabis, des filles dénudées ou des wallpaper de jeux vidéos, ce pervers met des tracteurs. C'est la seconde fois que je vois son ordinateur, la première fois sa dalle avait rendu l'âme et la région était intervenue, il n'avait absolument rien fait, il remet ça dans une variante bien sympathique pour ce deuxième round. Sa machine reboot en boucle, c'est un problème que j'ai vu un tas de fois sur le net avec des appareils qui utilisent Windows 8.1, le problème est lié à une mise à jour foireuse, du simple Windows Update à la mise à jour de Minecraft.

Théoriquement, on fait du F11 à fond et on accède au menu de réparation de Windows 8.1

Le problème c'est que son PC ne donne rien et continue de tourner en boucle. Coup de chance j'ai le premier Lordi réparé et je peux donc créer un disque de récupération Windows 8, il vous faut une clé de 16 gigas. J'ai suivi la procédure suivante, vous remarquerez à quel point l'emplacement est intuitif, en modifiant les deux paramètres de BIOS accessibles, on est chez HP quand même, je boote sur la clé USB et j'arrive au fameux menu. Aucune option ne fonctionne, on me dit que le disque est bloqué, que rien ne va, aucune action n'est possible malgré la multitude de tutoriaux que je lis pour un cas qui a l'air d'être tout de même particulièrement courant, souvent on invite à un formatage du PC pour des personnes qui ne possèdent pas de disques de récupération comme c'est le cas pour les Lordis. Ca commence à particulièrement me gaver et je lance un Windows 7 pour voir. L'installation ne peut pas se faire, il s'agit d'un problème que j'ai déjà rencontré lié aux ports USB3, seulement sur cette machine il n'y a que des ports USB3 ça part mal, ce qui laisse supposer que les installations de Windows 7 sur les machines modernes ça devient complexe. Pris d'une rage soudaine, j'installe Xubuntu. Après avoir perdu deux heures pour refaire partir la machine sous Windows, l'installation de Xubuntu se fait en 20 minutes, mises à jour comprises. Tout est plus ou moins trouvé sur la machine, elle a un problème d'arrêt et de démarrage qui est résolu par ces lignes de commande :

echo "blacklist dw_dmac" | sudo tee -a /etc/modprobe.d/blacklist.conf
echo "blacklist dw_dmac_core" | sudo tee -a /etc/modprobe.d/blacklist.conf

Il me manque un peu de paramétrage et la machine sera parfaitement opérationnelle à la dalle tactile, ça par contre, je n'ai jamais regardé sur Linux pour voir comment on gère.

Je suis tout de même objectif quant aux qualités des systèmes de Microsoft qui ne plantent que si l'on s'en sert mal, si les virus font partie du lot quotidien de l'OS de Redmond, ils peuvent être simplement évités car les gens ne lisent pas. Avec Windows 8 néanmoins, la refonte du système de dépannage interpelle tout de même, jamais je n'ai été bloqué sur un Windows pour accéder au mode sans échec d'une machine, avec Windows 8 c'est une première. Si on peut comprendre la volonté d'un mode de réparation plus user friendly que des lignes dos, c'est largement moins efficace. Le bug de la machine qui reboot, il y en a plein les forum et malheureusement ici nous ne sommes pas en présence d'une faute utilisateur mais bien d'un problème de système d'exploitation.

Owncloud 7.0.3 sur ipfire ça peut se faire, mais attention

dimanche 1 février 2015 à 08:00

On m'a interpellé par mail pour savoir si on pouvait faire tourner la dernière version de owncloud sur ipfire. A ce propos je réponds aux mails si on fait bien sûr l'effort de mettre une adresse mail qui fonctionne, mais c'est une autre histoire.

Donc ça se fait mais c'est sale, la version 7.0.3 n'est pas une version officielle même si elle est packagée par l'auteur du plugin owncloud. A titre personnel, du fait que la machine chez moi fait tout, contrôle parental et serveur de fichiers, c'est une machine trop sensible pour que je fasse le test directement dessus et je patienterai, j'ai néanmoins fait un essai concluant en apparence sur machine virtuelle. Vous allez sur le site de dweismueller, et vous récupérez l'archive owncloud-7.0.3-4.ipfire, la version du moment.

Vous allez charger cette version dans le répertoire /opt/pakfire/tmp de votre distribution, en ligne de commande un tar -xf dessus, c'est d'ailleurs à priori la façon d'installer des addons extérieurs à la distribution, certains en donnent beaucoup dont virtualbox et phpvirtualbox ce qui laisse supposer la possibilité de transformer le serveur ipfire en machine à virtualiser d'autres distributions ce qui à mon sens est un peu n'importe quoi mais pourquoi pas. En ligne de commande à l'endroit où l'on a décompressé le .ipfire, un ./install.sh

Voici comment j'ai procédé pour vérifier le comportement quand on a déjà une instance de owncloud et qu'on aimerait pas flinguer 200 ou 300 Go de données. J'ai installé de façon naturelle owncloud, soit la version 6, à partir du système de paquet. J'ai uploadé un fichier, j'ai fait l'installation et j'ai regardé, résultat en images.

Le premier écran correspond à la version 6, on voit que j'y ai uploadé l'iso de ipfire, suite à l'install, la procédure de mise à jour automatique s'exécute directement dans owncloud, on arrive en version 7, le fichier n'a pas été supprimé. Bien évidemment, aucun test n'a été réalisé pour savoir si le calendrier fonctionne ainsi que les autres plugins, si des cascadeurs sont dans la partie, ils sont welcome pour m'envoyer leurs retours de destruction de serveur ou non. Il est à noter qu'au niveau de pakfire c'est transparent, c'est à dire que lui continue de voir une version 6, je ne sais pas ce que peut donner par la suite pour une mise à jour, vous êtes prévenus.