PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Dark Souls 2 ou la poutre même joueur joue encore : jusqu'au bout

jeudi 12 février 2015 à 21:10

Ca fait quand même un sacré fossé entre les deux articles, dans le premier épisode je vous racontais mes deux premières heures décevantes, je viens de terminer le jeu et je viens de relancer une partie. Dark Souls c'est l'incarnation même du jeu pour les pervers, pendant qu'on est en train de jouer, on sait déjà ce qu'on aurait dû faire ou pas faire, on calcule que son personnage n'est pas parfait au niveau près, jouer à Dark Souls c'est penser déjà à la suite et c'est d'ailleurs le cas, puisque l'épreuve commence au new game +. Je peux vous en parler rapidement, j'ai fini le jeu avec un niveau 150, j'ai démarré le new game + en me faisant massacrer en moins de 15 secondes avant même l'introduction, quel pur bonheur, de nouveaux monstres d'ailleurs, ce qui laisse supposer une "nouvelle" aventure.

Comme je l'ai souvent évoqué, je suis un grand joueur solo, c'est la première fois que je prends autant de plaisir dans un jeu en utilisant la partie réseau et c'est une évidence, il y a intérêt à jouer en équipe pour booster l'expérience, l'ambiance de plus est particulièrement cordiale, contrairement à ce que j'avais pu trouver dans Dark Souls premier du nom où il n'était pas rare d'avoir quelqu'un qui vient vous exploser en se foutant de vous. Voici comment ça marche :

Le seul problème pour la collaboration c'est que le niveau entre les joueurs ne doit pas être trop important sinon personne ne se voit. Je vous conseille donc de ne pas monter votre niveau trop vite et d'investir directement dans les armes et armures plutôt que de faire monter le niveau, et ce à chaque zone sinon vous risquez de vous retrouver très rapidement seul. Je n'ai pas fait de pvp, je compte m'y mettre dans ma nouvelle partie, je mets quand même un bémol sur le lag au niveau des serveurs, au point que parfois on voit un monstre qui se fait tuer alors qu'on n'a pas vu le collègue taper ...

Au niveau de l'histoire c'est un peu comme d'habitude, une énorme place laissée à l'imagination, un prétexte pour taper globalement sur tout ce qui bouge. La trame principale c'est la recherche du roi disparu et tenter de résoudre le problème des carcasses dans le royaume.

J'ai fait l'effort de faire le jeu une première fois sans regarder le wiki ou quasiment pas ce qui fait que j'ai raté bien évidemment pas mal de passages secrets, de bonus, etc ... A l'heure actuelle, je suis en train de regarder les vidéos d'Exserv qui a fait le choix de faire un build force et foi, j'avais fait pour ma part force et magie, à la suite de mon aventure ce que je peux dire :

J'avais fait l'analogie avec Skyrim pour le premier Dark Souls, je pensais refaire Skyrim, je ne le ferai pas ou dans quelques années alors qu'à peine Dark Souls II fini, non seulement j'ai relancé une partie mais en plus j'ai envie de refaire le premier pour lequel je viens d'acheter le DLC. Je suis quelque part heurté dans mon côté joueur solo, l'expérience ici est tellement intéressante, c'est à dire globalement une aventure solitaire avec une histoire, un cheminement et cette liberté de pouvoir faire intervenir des compagnons, c'est vraiment bien, je pense que dans Skyrim j'aurai peur de me sentir seul. Indéniablement Dark Souls II est la poutre de l'année 2015, elle risque de me durer un sacré bout de temps, je reviendrai peut être sur un billet complémentaire sur ce qui pourrait me paraitre pertinent.

Une histoire de temps scolaire

mardi 10 février 2015 à 08:21

Comme vous pouvez le lire actuellement, on fait débat autour d'une rentrée au mois d'août, une rentrée qui d'après l'article fait bondir les enseignants. L'occasion encore de passer pour des fainéants, revenons tout de même concrètement sur une fin d'année scolaire. Mon fils est en sixième et contrairement à ce qui est écrit l'année ne va pas s'arrêter aux 15 juin ce qui laisserait supposer que les élèves et leurs enseignants vont avoir deux mois et demi de vacances donc ils peuvent rentrer plus tôt, l'année pour lui va s'arrêter au 19 comme pour mes élèves de quatrième pour la simple et bonne raison que les établissements sont dépouillés de leurs enseignants pour aller corriger les copies du BAC. Peut être pas les profs de collège d'ailleurs, donc il devrait se retrouver plutôt une semaine en carafe pour la préparation de l'établissement pour accueillir les examens du brevet. Pour ma part j'ai vu mon collègue président du jury qui fait partie du club très fermé des profs qui se croisent chaque année aux corrections dont je fais partie, le centre de correction pour l'agricole sud cette année se fera à Hyères, soit à 350 km de chez moi, une cohérence que j'ai du mal à saisir, Montpellier aurait paru plus logique, depuis ma promenade de 6 heures de route à Romans sur Isère j'ai arrêté de me poser des questions quant à la cohérence. Les élèves de troisième quant à eux sont à l'école jusqu'à la fin du mois de juin, début du mois de juillet, puisqu'ils passent les épreuves du diplôme national du brevet des collèges. Les élèves de BAC, s'ils ne sont pas à l'examen, sont en stage jusqu'à la sortie officielle aux environs du trois juillet, tout comme l'intégralité des élèves du primaire, en effet sauf si les parents retirent leur enfant de façon prématurée de l'école, les enfants continuent de travailler. Et dans mon cas personnel, je pense être aux corrections du brevet ainsi qu'au oraux du BAC pour le rattapage, plus les réunions de fin d'année, "j'arrête" donc à la date de sortie du mois de juillet comme la majorité des collègues que je connais. Vous noterez, le j'arrête entre guillemets, à part une fois de plus quelques enseignants qui se contentent de faire des photocopies ou d'assurer le minimum syndical, cet été sera l'occasion pour moi de changer intégralement ma façon de faire mes cours afin d'y inclure l'ordinateur en classe, plus une remise au goût du jour, un temps particulièrement conséquent.

Il faut savoir que le métier d'enseignant a franchement évolué, je ne parle pas des difficultés du métier que tout le monde connaît, qui sont bien réelles au point d'avoir des problèmes à recruter des profs, mais des enseignants eux mêmes. On discutait la dernière fois avec les collègues, des caricatures qu'on avait pu croiser, les fous, les alcooliques, les vrais fainéants, les mauvais profs aujourd'hui sont de plus en plus rare, les gens sont vraiment au boulot, ne comptent pas les heures avec des actions pédagogiques vraiment innovantes, abouties.

L'histoire du premier septembre tient plus lieu de symbole qu'autre chose, puisque si l'on fait le calcul, les deux mois de vacances n'y sont plus, à terme finiront par disparaître et avec eux, un des derniers bastions de l'aspect faignasse de notre métier. La vision de l'enseignant est mauvaise auprès de l'opinion publique même si j'ai l'impression que cela ça s'arrange avec des parents qui n'arrivent pas à gérer leur propre gosse ou ceux de leur conjoint quand nous faisons parfois face à plus de trente élèves dans la délinquance, dans la violence, dans la drogue et que mine de rien on s'en sort pas mal, les problèmes de recrutement illustrent bien que si c'était la planque tant recherchée, ils seraient légion à vouloir embrasser la carrière quand ils sont de plus en plus nombreux à la fuir.

Cette fin d'année inégalitaire car j'en connais qui finissent l'année avant le mois de juin parfois pourrait trouver sa solution dans la fin des examens qui fait partie des marronniers régulièrement envisagés, les examens c'est cher, ça sert à rien, tout le monde l'a, soit dans une réorganisation complète de ces mêmes examens avec la réquisition d'un personnel non enseignant dans des lieux d'accueils indépendants de l'éducation nationale, un gymnase par exemple. Une correction qui interviendrait les premiers jours de juillet en mettant tout le monde en vacances sauf les correcteurs bien sûr, sur des centres d'examens cohérents c'est à dire pas situés à 4 heures de route de son domicile avec un prix à la copie digne pour que de nombreux enseignants qui ne remplissent pas leur obligation de service se sentent enfin intéressés même s'ils devraient l'être pour des raisons éthiques et pas financières. De cette façon là si tout le monde est en vacances le 5 juillet, tout le monde rentre le 5 septembre, tout le monde est content, au moins sur un point.

Je crois qu'on n'imagine pas le rôle de l'école, le rôle des enseignants à tous les niveaux. Nous sommes pour certains enfants le dernier rempart, les gens qui expliquaient que les profs n'étaient pas des éducateurs et que nous devions nous borner à notre mission unique d'enseignement ne peuvent plus tenir ce discours, car il en va aujourd'hui pour beaucoup de l'avenir d'enfants qui s'ils n'avaient pas fait cette rencontre avec le système scolaire seraient morts ou en prison. Mépriser comme on le fait aujourd'hui les enseignants c'est mépriser la jeunesse, c'est mépriser l'avenir de son pays.

Bascule vers Joe Mobile, Firefox OS ...

samedi 7 février 2015 à 19:00

Rien à signaler sur mon nouvel opérateur, du classique, je constate tout de même que la couverture 3G de SFR est meilleure que celle de Orange, j'ai de la 3G dans toute la maison et pas uniquement dans une portion de 1 mètre carré, "le cockpit" de Joe Mobile est clair, une option intéressante qui consiste à basculer le forfait vers le mode Europe qui pour 2 € par jour permet à priori d'être transparent dans l'utilisation. J'ai reçu un message mail pour m'annoncer la bascule, quelques rapides essais sur le téléphone ça passe, sauf, sauf bien sûr, que ça ne veut pas téléphoner et que la carte SIM n'est pas reconnue.

Absolument aucune espèce de doute quant au coupable, Firefox OS nécessairement. Avec un vieux téléphone tout pourri je peux tout faire, avec mon téléphone Firefox OS je ne peux absolument rien faire. Pas d'autre choix, je réinitialise le téléphone, et ça passe. Il est à noter que j'ai tenté une mise à jour en mettant un zip de la version 2.2 dans la carte micro SD, ce n'est pas passé, j'avais évoqué à l'époque le travail de sécurisation effectué autour de la ROM pour ne pas balancer la Française à la place de l'Européenne, il semblerait que si on est en 2.1 on ne peut pas brutalement passer en 2.2, j'ai donc téléchargé la 2.1 en date pour la mettre directement sur le téléphone, ça passe. Pourquoi ? Pourquoi, parce qu'on m'a dit depuis quelques semaines qu'il y avait une mise à jour, elle ne m'a pas été proposée, on m'a signalé un passage de 2.1 vers 2.2. Le téléchargement chez moi ne se fait pas, sans aucune autre précision, je pensais donc qu'avec cette mise à jour manuelle, je n'aurai pas de message pour une nouvelle version, ce n'est malheureusement pas le cas, même problème le téléchargement se lance mais tombe en échec, si un responsable de la ROM passe par là, je suis preneur.

Le formatage c'est pénible et c'est dans ce genre de circonstances que je réalise que pourrai parfaitement me passer d'un smartphone :

Et c'est tout ... à part le GPS bien sûr mais c'est une mauvaise plaisanterie sur nos portables.

Juste une simple piqûre de rappel pour préciser que les versions communautaires restent des versions expérimentales.

Begin again, Cinéma, Cinéma, La La La plus que Tchi Tcha

vendredi 6 février 2015 à 20:48

Mark Ruffalo est un producteur qui a connu un certain succès il y a quelques années, mais ça c'était avant. Des relations difficiles avec sa fille, des relations difficiles avec son ex femme, il s'est réfugié dans l'alcool bien loin du génie de sa gloire passée. Son associé le fout à la porte, il s'enferme encore plus dans l'alcool et finit ivre mort dans un bar où il entend chanter Keira Knightley, il voit la lumière. La fille est introvertie, elle est austère, et elle a quelques raisons. Elle a accompagné son boyfriend d'Europe, un garçon qui commence à remporter un certain succès, il s'agit d'Adam Levine, le chanteur de Maroon Five qui passe donc du côté obscur de la caméra. Alors que le couple est ensemble depuis des années, compagne des débuts, muse active qui participe à l'écriture des chansons, lui tombe dans le star system et finit par céder à la facilité, ce qui explique le côté aigri de la fille. Mark Ruffalo est convaincu du succès de la fille mais comme il a perdu toute crédibilité, il va réaliser un album avec les moyens du bord, les gentils vont gagner à la fin, les méchants vont se repentir et tout ira mieux dans le meilleur des mondes comme un passage de SOSH à Orange. Begin Again est un film à l'enthousiasme calculé et vomitif, une fable qui donne surtout un prétexte pour montrer que Keira Knightley sait chanter faute de savoir jouer la comédie, que ceux qui ont vu Pirates des Caraïbes me jettent la première pierre, pendant que Mark Ruffalo fait du Mark Ruffalo.

La prestation de Adam Levine est certainement la plus intéressante, il arrive à faire passer l'émotion, jouer le pauvre mec qui se fait aspirer par la célébrité et à un moment donné il y a ça :

A mon sens c'est la plus grande claque pop love depuis quelques décennies. C'est tellement bon que ça donne envie d'écouter l'intégrale de Maroon 5 tellement il est fort avec une voix qui sait tout faire, ce timbre si particulier qui peut traîner dans les graves ou les aigus sans aucune difficulté. Lost star est donc un tube en puissance et les gens ne sont s'y pas trompés, les asiatiques surtout puisque cette chanson a été hackée dans tous les sens de façon particulièrement réussie :

Le classique avec la fille possédée par la chanson qui fait l'imitation ratée sans originalité

La fillette de 8 ans qui est trop mignonne pour qu'on puisse lui dire qu'elle devrait arrêter la guitare et peut être même le chant

L'incompris qui a le physique d'un garçon boucher mais la voix d'un ange pour susciter le paradoxe plus que l'admiration sur le talent artistique

Et puis on arrive à des choses franchement plus intéressantes comme ces trois jeunes femmes à qui on pardonnera le look que même les soeurs Ingals n'auraient pas osé arborer dans la petite maison dans la prairie ou cette version qui croise la guitare, le violon et le beat-box dont le clip est particulièrement réussi.

On évoque souvent sur la sphère libriste les droits d'auteur, les majors, les lois liberticides en oubliant le fondamental, ce que le droit d'auteur quand il est mal employé peut tuer, le simple plaisir de chanter, de partager, d'innover. Je pense que pas mal des gens qui ont repris cette chanson sont dans l'illégalité, de la même façon que lors d'une fête d'école on doit reverser de l'argent à la SACEM, ici ces gens qui partagent librement une chanson qui ne leur appartient pas, se la réapproprient, la hackent, modifient le code source pour apporter leur vision et quelque part rajouter à la légende de l'originale risquent un jour de voir leur oeuvre disparaître si la maison de disque y met son grain de sel, dommage.

Ce billet est bien sûr dédicacé à Fabrice Charretton avec qui je partage la passion de la culture asiatique dans ce qu'il y a de plus bizarre, compagnon de route depuis plus d'une décennie et pilier de la communauté, à Christophe Gallaire bien évidemment qui s'inquiétait de la quantité de films que je m'envoie qui ne se trouvera pas rassuré et dont je connais la passion pour les scripts youtube.

Sosh versus Cyrille : la résiliation, deuxième partie ou de cet amateurisme qui fait froid dans le dos

vendredi 6 février 2015 à 17:57

Nous sommes à la veille de la résiliation pour la partie mobile de SOSH, j'ai reçu ma carte SIM joe mobile, elle s'activera demain dans l'après midi à la bascule de la portabilité de SOSH vers Orange. Aucune nouvelle de SOSH pour la bascule de ma ligne fixe, vous rappelle ce qui m'avait été dit : lorsque la partie mobile sera basculée, je recevrai un mail me demandant si je souhaite poursuivre chez Orange et sous quelle forme d'abonnement. Je fais un tour dans mon panneau de configuration, je vois que je peux changer d'offre et j'arrive à un blocage où on me dit qu'il y a un incident technique, que je dois me faire rappeler par un conseiller, je m'exécute, le téléphone sonne. Voix claire, quelqu'un qui sait s'exprimer nous ne sommes pas sur un de ces fameux backoffice où la ligne grésille. La dame me dit qu'elle pense que la résiliation de mon abonnement mobile entraîne automatiquement la résiliation de ma ligne fixe comme je le craignais au départ. Le webconseiller en ligne n'y comprend rien comme tout bon webconseiller qui se respecte chez SOSH et on me fait botter en touche au 776. Le 776 est un numéro d'appel payant qui coûte 0.38€ par minutes et ce coup-ci je n'ai pas le choix. Au départ je me trompe et je fais résiliation, on me dit qu'il y a trop de monde sur la ligne, et ça raccroche automatique, je recommence dans la minute d'après, je fais changement d'offre, je patiente une minute et je tombe sur une téléconseillère, quelle honte.

Une voix enjouée, du bruit de fond, la ligne qui grésille, bienvenue dans un pays ensoleillé de l'autre côté de la Méditerranée. J'explique ma situation, on m'explique que c'est la résiliation de ma ligne dans un baratin anormalement long, comprenez qu'à 0.38€ la minute, il faut garder le client en ligne, c'est un peu comme l'amour au téléphone, sauf que le client a droit au gravier et au verre pilé. Je commence à m'énerver parce que la webconseillère ne m'avait pas expliqué cela, car on me dit que je vais être résilié et par le fait que je n'ai plus qu'à me réabonner à Orange derrière. J'explique très rapidement que si je me trouve dans une interruption de service, autant passer à la concurrence, il faudrait être un gros pigeon pour passer chez Orange. J'exprime mon incompréhension de n'avoir fait aucune demande, de ne pas comprendre comment on peut résilier un client Orange pour le remettre chez Orange. Elle fait donc appel à la technique, la personne spécialisée, on entend beaucoup de rires dans la salle, on imagine les commentaires du type "cet imbécile il va en avoir pour son argent, je vais le faire poireauter cinq bonnes minutes". Voici en fait comment cela se passe.

Au 27 février soit concrètement plus de 3 semaines après ma demande de portabilité, je deviens client Orange pour une offre appelée "Essentiel" qui n'existe pas dans le catalogue Orange. On ne me dit pas le prix, on ne me dit pas les options, mais je sais que sans rien demander je vais passer là dessus sans avoir le choix. D'après ce que j'ai compris, il s'agit de l'offre Livebox Zen, il faudra que je dise à mon épouse d'éviter d'appeler sur les portables pendant cette période car en fait je n'ai pas réellement la garantie que j'aurai pu basculer avant, je pense que je m'en rendrai compte dans mon compte, justement. A ce moment là libre à moi de changer d'offre chez Orange.

Moralité, si vous voulez résilier la partie mobile chez Sosh mais que vous êtes lié en ligne fixe pas de souci, à la résiliation mobile vous allez glisser vers une offre Orange de base en conservant votre matériel, même si le décodeur n'est pas le bon, je pense. Les informations contradictoires, la sensation d'incompétence alors que j'imagine que je ne suis certainement pas le seul dans ce cas et pour preuve quand on fait quelques recherches sur "livebox essentiel", on découvre ce que je raconte ce qui laisse supposer qu'il s'agit de faits connus, c'est donc anormal de laisser végéter le client si ce n'est pour le plumer dans un numéro surtaxé.

Je n'ai jamais été client Orange, je pense qu'il faut faire la part des choses entre le service SOSH et le service Orange, je l'espère en tout cas, l'expérience SOSH s'avère réellement catastrophique, une expérience bien sûr que je déconseille aujourd'hui très vivement. J'avais évoqué dans le précédent billet la possibilité de passer chez Bouygues, l'article des numériques très bien illustré interpelle tout de même un peu. Il est question des motifs de résiliation, je ne me suis penché que sur l'aspect du problème technique, on arrive au plus fort taux chez Bouygues Telecom. Quand je vois la galère avec une insatisfaction qui ne trouve pas de résolution sur le réseau Orange, même si je reste absolument convaincu qu'à l'instar de l'accord d'itinérance chez Free, le réseau SOSH est bridé, car ce up de 60 ko/s sonne trop juste pour être une simple anomalie technique, j'ose à peine imaginer dans mon coin de mer reculé ce que ça peut donner chez quelqu'un qui a le taux record de problèmes techniques, même si plus de 80% de satisfaction reste quand même un joli chiffre. SFR en effet, jouit d'une mauvaise réputation de ce côté là, à part quelques erreurs singulières, je n'ai jamais rencontré de véritables problèmes et surtout un service commercial, technique, aussi déplorable. A suivre ...