PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Le market de FirefoxOS se développe, mais ...

lundi 23 mars 2015 à 13:45

Je jetais un coup d'oeil sur le market de firefox on fait désormais le plein d'applications et pas n'importe lesquelles. On a désormais des acteurs comme Microsoft avec un client mail pour outlook ou yahoo avec la météo. La présence de géants de l'informatique montre que FirefoxOS se développe et c'est une bonne chose. J'ai par exemple trouvé une prise de contrôle de Kodi par le biais de FirefoxOS, ça marche plutôt bien, Kodi en effet a une interface web accessible à distance, ça colle parfaitement avec FirefoxOS.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles sauf deux points. Lorsque j'installe une application FirefoxOS je ne sais pas à quoi elle accède alors que sous Android je sais exactement ce qu'elle va scanner. Je ne connais pas le processus de validation des applications pour le market. On trouve dans la documentation cette référence : Avant que votre application ne soit disponible pour le grand public, elle subira un processus de révision pour qu'on puisse avoir l'assurance qu'il s'agit d'un travail de haute qualité et dépourvu d'éléments dangereux. Quels sont ces fameux processus de validation ? Quels sont les tests ? Y-a-t-il des spécialistes qui décortiquent le code ? Je n'en ai aucune idée. La combinaison de ces deux inconnues me pose un véritable problème. Alors que deux tiers des applications du market android seraient des malwares ou pas loin, qu'il y a tout de même la possibilité de vérifier ce qu'on installe et ce qui est scanné, ici quelle possibilité à part regarder directement dans le code.

J'ai fait le choix du ZTE OPEN C et de Firefox OS pour justement échapper à la sensation d'avoir une puce collée dans le téléphone, d'être traqué. Dans ces conditions, difficile de savoir si on n'est pas en train de reproduire ce qui se passe actuellement chez Android ou même chez ios. Avoir un OS propre n'a aucun sens si les applications qu'on installe ne présentent pas le même niveau de qualité.

De la difficile organisation

lundi 23 mars 2015 à 09:41

Au départ je voulais écrire un article du nom, the place to be, pour expliquer un peu les endroits intéressants où il faut être, mais j'ai un fourre tout mental que je me dois d'étaler dans le même billet car tout est plus ou moins lié. A l'heure actuelle, je rencontre plusieurs problèmes sur le web :

Les sites d'actualité en général c'est bien, mais ça ne permet pas d'avoir d'informations précises sur les projets qui m'intéressent. Il est donc nécessaire de trouver le bon endroit. Si dans certains cas c'est évident, pour Ubuntu par exemple la communauté française est puissante, unique, si on ne trouve pas les réponses on peut toujours passer par askubuntu très riche ou par le forum Anglo-saxon, trouver de l'information sur Ubuntu de façon simple, c'est simple. Si je parlais de debian trouver de l'information de façon simple, c'est beaucoup plus tendu. Si l'on regarde par exemple la sphère francophone, on a plusieurs forum, les puristes me diront que les forum c'est pour rigoler, il faut donc s'abonner aux lettres d'informations pour avoir les nouvelles qui vont bien. La mailing list c'est difficile pour moi, ça l'a toujours été, je trouve que c'est trop old school, pas assez clair et d'un point de vue social c'est proche de zéro. Je pense que le succès d'Ubuntu d'ailleurs ne tient pas qu'en la facilité d'utilisation et d'installation de la distribution mais aussi dans celle des outils de participation qu'il propose.

Dernièrement mon problème principal a été de trouver de l'information sur FirefoxOS donc indirectement sur le ZTE OPEN C. Il faut se rappeler du contexte, le téléphone fait son apparition sur le marché anglais en juillet 2014, les blogueurs prennent possession de l'appareil et des informations, diaspora devient un canal de diffusion important de communication. Quasiment dix mois plus tard, nous sommes nombreux à avoir fait le tour du téléphone, il n'y a pas de nécessité de faire de l'actu tous les jours, il est nécessaire de trouver un endroit pour échanger avec une information pérenne. Diaspora ne se prête pas à l'exercice, l'information étant volatile, je viens de m'inscrire sur le forum Geckozone sur lequel on voit se développer pas mal de sujets sur Firefox OS, c'est faire d'une pierre plusieurs coups puisqu'on trouve des sujets sur tous les produits Mozilla. Je pense qu'il est important de s'entraider, c'est une logique, non seulement ça permet de faire avancer les gens mais aussi de socialiser, on fait de belles rencontres sur internet.

Mettons donc tout ça dans le mixeur. Je suis de façon régulière le forum pluxml, le forum ipfire en allemand (sic), le forum Ubuntu, maintenant le forum Geckozone, je suis aussi le forum officiel Orange et pas seulement pour rappeler mes déboires avec la VDSL2 mais aussi car c'est un intéressant indicateur de tendance, je ne serai pas passé par exemple à la VDSL2 si j'avais lu ce forum de façon quasi quotidienne tant les problèmes sont importants, il faudrait que je me trouve une source d'informations sur kodi aussi. Vous noterez que je ne fréquente pas de forum dédié au raspberry pi car j'ai ici une utilisation bien spécifique, que je ne fréquente pas de grandes communautés généralistes comme hardware.fr par exemple où la majorité des thèmes sont abordés, que je ne m'intéresse pas à Android alors que j'ai une tablette Android, j'ai espoir que cela ne reste qu'une solution transitoire, que je pourrai traîner sur des forum dédier aux modifications de la PS3 et tant d'autres domaines encore j'utilise.

En fait l'équation est simple, plus on fait rentrer de technologie chez soi, plus on a besoin de fréquenter les sites supports, notamment quand on fait du libre où tout est segmenté et plante souvent, les utilisateurs d'Apple par exemple malgré leurs nombreux produits ont besoin de moins sites. La place pour les autres projets libres, les projets libres que je n'utilise pas, ne peut être que réduite à sa portion congrue, pour ne pas dire inexistante, j'ai fait des remontées de bugs sur Cozycloud, c'est un projet que je n'utiliserai pas car comme je l'ai déjà expliqué il n'est pas multiutilisateur, je passe donc mon tour. Je lisais Laurent dernièrement qui écrivait qu'il avait la sensation d'avoir régressé en informatique, ce n'est pas mon cas pour ma part, par contre ce qui est certain c'est qu'à force de balayer tous les domaines, les compétences et les connaissances ne peuvent être que superficielles. Néanmoins je préfère mieux être touche à tout plutôt que de me focaliser dans un domaine bien précis où j'aurai l'impression de m'ennuyer.

La conclusion de ce billet est simple, limiter les services et le matériel, éviter le early adopting et la consommation de gadgets électroniques, bien choisir les communautés et les sources d'information.

En solitaire

dimanche 22 mars 2015 à 10:12

Cela fait maintenant quatre mois que je suis en solitaire même si l'expression est impropre, c'est du solitaire de façade vu le nombre de personnes qui sont dans l'ombre. On dira que je suis seul en haut de l'affiche, une forme de one man show mais comme tous les spectacles, rien ne serait possible sans les machinistes, les accessoiristes, metteurs en scènes et j'en passe, ce n'est pas le monde qui manque derrière moi, il fallait néanmoins trouver un titre pour cet article.

C'est mieux, c'est plus reposant, pour tout le monde d'ailleurs. D'une part la ligne éditoriale est on ne peut plus classique dans le style bornien, on retrouve les thèmes antiques, éducation, informatique, bédé, cinéma, réflexions, je crois que c'est plus facile pour tout le monde, celui qui écrit bien sûr, mais surtout celui qui vient, il sait désormais sans faillir, ce qu'il trouvera sur le site. La coupure des commentaires ne me gêne pas, enfin partiellement, mais j'y reviendrai plus loin. Je reçois tous les jours un message au moins de quelqu'un qui veut échanger sur un billet, on discute hors antenne loin de la tentation de l'arène et de la baston qui faussent complètement l'audimat. HS : @Don Quichotte, Tor est bloqué car c'est mon hébergeur qui le bloque, je comprends que si tu es soucieux d'utiliser Tor tu n'allais pas me laisser de mail de réponse, je précise que je ne compte pas changer d'hébergeur, fin du HS. Je réponds à tout le monde de façon systématique, je pense que c'est important, respectueux d'échanger avec des gens qui font l'effort de vous écrire, que ce soit critique ou non, j'attends encore les mails des crapules qui commentaient tous les jours et qui démontrent par leur silence qu'en fait l'échange n'a absolument aucune importance mais que ce qui compte c'est bien de poser sa merde dans votre blog. Ça ferait un bon slogan publicitaire, pour un blog plus propre, je supprime les commentaires, un type costaud au sourire brillant, un peu chauve.

C'est une solution drastique que je module à partir de ce jour, comme je le vois faire par nombre de mes camarades, les commentaires seront modérés avant publication. Ce qui pèse dans l'absence de commentaires :

Le repli sur soi n'est pas une bonne solution même si elle reste un soulagement, j'ai passé quatre mois de tranquillité que je ne regrette pas. Je pratiquerai la modération comme un barbare, vous pouvez avoir confiance, l'idée n'est pas de ne laisser que ce qui m'arrange mais bien de faire comprendre aux parasites que le bashing et le mauvais esprit n'ont pas leur place ici. J'aurai pu imaginer la réouverture d'un compte diaspora, ça n'aurait été que le quatrième, et faire comme certains de mes collègues, décentraliser l'intégralité de mes commentaires dans Diaspora. Les réseaux sociaux ce n'est pas fait pour moi, trop chronophage, je n'ai pas la capacité à gérer la masse "d'informations", enfin de trolls, enfin on s'est compris.

Les statistiques sont intéressantes, le blog oscille entre 2600 et 3000 visiteurs, les weekends plus mous, les passages sur le planet-libre remontant un peu le niveau sauf que j'oublie de taguer le planet-libre. 94% des gens viennent ici tous seuls comme des grands, 2.5 % en provenance de Google, 3.5% des référents avec en tête blog-libre, Fred Bezies, la vache libre. C'est assez spectaculaire quand même le travail de déréférencement que j'ai pu effectuer pour qu'on tombe encore autant sur blog-libre, mais bon, comme vous le savez, je ne suis pas l'homme des regrets mais des décisions difficiles, tant pis. L'absence des commentaires est je pense la principale raison de la chute des statistiques, la réouverture ne devrait pas changer grand chose, étant donné qu'on ne devrait pas avoir les fameux 50 commentaires où tout le monde tente d'éclater le score godwin. Je continue de regarder les stats comme je l'ai toujours fait, elles sont toujours révélatrices du lectorat. Alors que les chiffres sont à la baisse, j'ai d'autres choses qui sont plus surprenantes, les vidéos que j'ai mises sur Kodi avec un talent de cadreur qui fait rêver le tout Hollywood ont chacune franchi en moins d'une semaine le cap des 11000 vues. Ce n'est pas ça qui va me motiver pour changer de support, la vidéo était nécessaire dans ce cas précis, j'en referai d'autres étant donné que c'est tout bénéfice pour moi, 0 préparation 100 % improvisation, un passage dans transmageddon et c'est en ligne, la vidéo à l'arrache c'est bien pour les fainéants. Au niveau des systèmes d'exploitation, 15% de Mac c'est étonnant, 40% de Linux c'est moins étonnant, 25% de Windows, le reste étant une espèce de nébuleuse qui doit correspondre aux agrégateurs et que awstats a du mal à identifier. On retrouve d'ailleurs la même chose au niveau des navigateurs, 45% de Firefox, 5% de Safari, 10% de chrome, moins de 3% de IE, le reste étant dans la nébuleuse des agrégateurs.

Je n'ai aucun projet précis, et c'est tant mieux, entre l'annuaire libre que j'ai tué, le blog libre que j'ai tué, les projets resteront dans les cartons pour faire ce que je sais faire de mieux, ça, pas tuer hein, du Cyrille BORNE. Pas de projet, une ambition, celle de maintenir le lien avec les gens que je côtoie depuis des années, prendre mon téléphone ou mon mail pour savoir comment ça va. A bientôt.

Le site de confiance c'est terminé

samedi 21 mars 2015 à 15:54

En 2012 Tux-Planet alors qu'il était actif, écrivait de télécharger les logiciels sur leur site d'origine. A l'époque, 01net avait modifié le package de notepad++ pour proposer l'installation d'une barre d'outil BFM TV. Mon épouse aujourd'hui me demande d'installer didapage, elle me dit qu'elle le télécharge depuis clubic, je lui dis de faire attention à bien lire ce qui est écrit entre les suivants, elle s'en va je regarde son poste qui vient de lancer un logiciel qui n'a rien à faire là. Un coup de malwarebytes antimalware, de adwcleaner et pas moins de deux cents fichiers impactés plus tard, je vais sur le site officiel et je télécharge pour avoir une installation propre, ce qui n'est plus d'ailleurs forcément une garantie.

La pratique c'est donc massivement généralisée à l'ensemble des "hébergeurs" de programmes pour qui tout est bon pour faire leur beurre de la manière la plus subtile qui soit, noyer dans l'installation du logiciel de manière plus ou moins claire l'installation de logiciels tiers qui vont quand même quelque part pourrir la machine. Le paradoxe bien sûr c'est que ces mêmes sites vous proposeront derrière les meilleures outils pour garantir votre sécurité, une sécurité qui serait largement moins entachée si ceux-ci jouaient le jeu de la clarté en n'embarquant que le logiciel demandé. Ce qui n'avait lieu que pour les sites "multi-services" d'informatique se propage désormais aux forges de logiciels puisque sourceforge pour exemple qui distribue du logiciel libre a procédé à des modifications de package de façon similaire. Framasoft d'ailleurs relayait son inquiétude dernièrement avec la fin de Google Code qui propose l'envoi vers Github, en mentionnant que Github qui n'est pas une plate-forme libre pouvait faire le choix de la publicité, d'injecter des bizarreries dans le code ou autres.

Le message de Sébastien Bilbeau a certainement encore plus de sens aujourd'hui qu'hier, je ne peux vous inviter qu'à télécharger sur le site d'origine sachant qu'il ne s'agit pas d'un gage absolu de sécurité. Dernièrement on a pu voir par exemple l'affaire du mineur de bitcoin dans le client torrent utorrent et c'était bien sur le site officiel qu'on avait le programme tiers, pas sur une ferme de logiciels ou sur une forge. Pire, alors qu'on pourrait penser que le système des markets qui devient la norme aujourd'hui pour le téléchargement de logiciels garantirait une véritable sécurité, bien au contraire, on balance n'importe quelle application contaminée dans les machines des gens car il n'y a aucune contrôle, applications qui pillent les données personnelles et qui envoient de la pub.

Étonnant quand même, alors qu'on devrait s'orienter vers une informatique de plus en plus facile, de plus en plus sécurisée, c'est tout l'inverse qui est en train de se produire. De plus en plus d'objets connectés, de plus en plus de menaces potentielles, une fausse facilité, une segmentation des systèmes d'exploitation, quand ça va péter ça va pas faire semblant. Comme toujours, la meilleure des protections reste la prudence, la réflexion.

Deux tiers des élèves n'ont eu pas la moyenne en maths au brevet

samedi 21 mars 2015 à 07:28

Paradoxalement c'est une mauvaise nouvelle mais c'est une nouvelle rassurante pour les profs de maths et notamment pour moi. J'ai écrit plusieurs billets sur le thème, petit rappel sur l'évolution du brevet des collèges à travers les années. Il y a quatre ans le brevet des collèges technologique ou professionnel, le technologique a disparu, était composé de la façon suivante : une partie calcul numérique et littéral, une partie au choix statistiques ou géométrie, une dernière partie sur les fonctions linéaires et affines. Aujourd'hui le DNB est décomposé en 7 à 8 exercices où les connaissances, j'insiste bien sur connaissances, ne dépassent pas le théorème de Thalès et de Pythagore, les exercices sont ouverts et sont de vrais problèmes de réflexion. Je n'ai pas encore vu dans mes flux d'actualités cette nouvelle commentée mais on va certainement avoir le grand n'importe quoi de la nullité des élèves en mathématiques, alors que ce n'est pas le cas.

Le cas de l'enseignement professionnel est particulier, nous avons des élèves qui ont des difficultés en matières générales, souvent en échec scolaire, arriver dans l'enseignement agricole leur permet de se rassurer, d'apprendre certaines choses, d'appliquer mais en aucun nous n'arriverons à insuffler la volonté de rechercher, de prendre un papier, un crayon, et de creuser sur des exercices qui sont pourtant faciles. Alors que nos élèves sont volontaires dans un restaurant, un salon de coiffure, de la maçonnerie car ils veulent bosser, face à l'exercice ils se découragent. Ils ne sont pas nuls, ils sont tout simplement incapables d'un certain niveau abstraction compte tenu des difficultés accumulées durant leur scolarité. Et pourtant, ils sont capables de résoudre des équations, de faire des exercices sur les racines carrées, de faire du Pythagore et des tas de choses, ils ont dû mal en outre à appliquer dans des énoncés de type problème.

On va retrouver de la même façon le problème en troisième générale, à la différence, on devrait se dire qu'un élève de troisième générale a des capacités de réflexion qui vont au delà de l'application et que les élèves devraient s'en sortir sans aucun problème dans le domaine de l'abstraction. Pas tous, tout le monde n'a pas la logique, tout le monde ne va pas filer en études scientifiques. On pourrait dire que j'exagère et que le niveau du DNB est suffisamment faible pour qu'on n'en soit pas encore à la distinction des profils scientifiques ou littéraires, pas si simple en fait. On a donc cet examen basé sur la "réflexion", des élèves qui se découragent vite qu'ils soient en général ou en professionnel, mais nous avons surtout dans un cas comme dans l'autre, un programme à terminer. La classe de troisième n'est qu'un simple relais vers une classe de seconde que ce soit un CAP, une seconde professionnelle ou une seconde générale et par le fait nous avons un programme à boucler impérativement pour que l'élève ne soit pas lésé au lycée.

Nous avons donc des connaissances à transmettre, des connaissances que les élèves doivent savoir appliquer, alors que pour réussir le brevet des collèges il faudrait que nous apprenions à nos élèves à réfléchir, à résoudre des problèmes. Le nombre d'heures de maths est faible par rapport aux difficultés des élèves et au programme conséquent, il y a des choix à faire, et ce choix c'est de finir le programme car le DNB n'est pas une fin en soi au point qu'on vise à l'abandon. En fin d'année durant la fameuse période de bachotage, ou dans le courant de l'année lorsqu'on fait un brevet blanc, les enfants sont surpris de ce décalage dur à expliquer entre l'application du programme qu'ils font à l'année et ces problèmes de réflexion qu'ils rencontrent. Si on voulait redresser le niveau à l'examen il faudrait passer son année à faire des problèmes afin que les enfants apprennent des méthodes de résolution de problème, cela se ferait au détriment du programme, donc du niveau requis pour passer en seconde.

Ce tiers unique, des enfants qui ont la moyenne à l'examen, c'est le tiers de gamins "intelligents". Lors de mon dernier brevet blanc, ce ne sont pas les meilleurs élèves qui sont les élèves qui travaillent, qui appliquent, qui sont sérieux qui ont eu les meilleurs notes mais certains gamins plus atypiques, plus paresseux d'habitude mais qui ne rechignent pas à se creuser les méninges devant un problème de logique car cela leur demande moins d'effort que de travailler. Et c'est ce qui fait toute l'injustice de l'examen actuel qui ne favorise pas le travail mais bien les capacités brutes de l'élève.

Il n'y a donc pas de souci particulier à se faire vis à vis de nos élèves en mathématiques, disons pas par rapport à cet examen qui pose des problèmes dans sa construction, le problème est ailleurs. En effet, si l'on prend le concours pour devenir enseignant, on n'attend pas nécessairement de la réflexion, de la compréhension pure et dure mais du bachotage de celui qui aura fait 20 ans d'annales comme un bourrin et qui maîtrise les types d'exercices.

Vous noterez que mon discours est ambigu et qu'il pourrait faire penser que l'école n'apprend pas à réfléchir, mais que l'école apprend à appliquer, je dirai que ça dépend. J'ai certains collègues de lettre qui sont incapables de poser un pourcentage, qui sont totalement paniqués face à un ordinateur, des gens qui ont de la culture, de la réflexion sur des tonnes de sujets mais qui sont dénués de logique, d'organisation mentale et qui seraient même je pense incapable de résoudre certains des exercices de brevet qui sont actuellement proposés. On peut apprendre des dates d'histoire, la grammaire, l'orthographe, apprendre à résoudre des équations différentielles, mais la logique ne s'apprend pas, soit on l'a, soit on ne l'a pas. Cette forme d'intelligence brute, les gens qui travaillent dans l'informatique peuvent en témoigner car elle est facilement palpable entre les collègues, où l'on en voit certains qui vont à une vitesse folle, pendant que d'autres sont plus lents dans leur compréhension. Aucune école ne vous apprendra à être plus intelligent, la mesure de l'intelligence ne devrait pas à mon sens avoir lieu en fin de troisième sauf si bien sûr on veut voir des élèves se rétamer comme c'est le cas actuellement.