PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Astuce : NcFTP client FTP en ligne de commande pour Ipfire

mercredi 8 avril 2015 à 08:00

Je cherchais à réaliser un truc qui parait bête à la base, transférer les contenus d'un serveur distant vers un autre serveur distant, et bien ce n'est pas si simple à réaliser sous Linux. La technologie c'est à priori FXP, c'est géré par GFTP, j'étais content d'arriver à avoir à gauche le premier serveur, à droite le deuxième serveur, en déplaçant de la gauche vers la droite crash de l'application, tout est le mieux dans le meilleur des mondes possibles. J'ai regardé un peu, pas longtemps, il semblerait que nous soyons quelques uns à chercher la solution sans succès, j'ai donc courageusement laissé tomber. Dans packfire j'ai vu qu'on avait du rsync, on a aussi du NcFTP un client FTP en ligne de commande ce qui me permet par le biais de SSH de balancer la totalité des contenus d'un serveur à l'autre.

La syntaxe est simple ncftp -u lenomduuser -p le nomdupassword lesiteftp, une fois qu'on est dedans on peut fonctionner par du put pour envoyer du local donc en fait du serveur distant ipfire vers l'autre serveur distant ou du get pour récupérer du distant vers le serveur ipfire.

 

Le meilleur des mondes

mardi 7 avril 2015 à 08:00

Notre histoire commence avec ça :

Ca c'est un live de Assassin de 2009. Comme souvent j'aime bien illustrer mes articles avec du vieux rap des années 90, l'énergie véhiculée à cette époque loin de la starification, loin du système, me plait toujours autant, je trouve qu'il y a vraiment la patate, la sincérité des gens qui ont des choses à dire et qui sont juste contents de pouvoir le dire. Pour tout dire ça me fait exactement le même effet que lorsque je lis un blogueur sans publicité qui écrit pour le plaisir et quand je lis des blogueurs dont c'est devenu une activité financière, je trouve que ça ne sonne pas pareil. Nous sommes en 2009, Rockin' Squat a 40 ans et il a pris un sacré coup de vieux et un sacré coup de gros. On pourra me faire remarquer qu'il s'agit d'une version reggae, mais sur les deux heures de concert, la rapidité de la voix, l'énergie de façon générale, il n'est globalement que l'ombre de ce qu'il était 20 ans plus tôt. De là dire que les gars de 40 ans sont tous bons à jeter à la poubelle, ce n'est pas le cas, le retour du Suprême NTM était réellement détonnant, on n'est pas tous égaux devant la vieillesse, et encore vous ne m'avez pas vu avec un marteau piqueur. Je vous invite à jeter un coup d'oeil à la page Wikipédia, Rockin'Squat c'est le frère de Vincent Cassel, il a donc grandi quelque part avec une cuillère en argent dans la bouche et c'est donc en toute logique qu'il va traiter du racisme, de l'écologie, de la politique mais pas de banlieues qu'il ne connaît pas ou de loin. Des choix de carrière courageux, le groupe aurait pu facilement se hisser au niveau de NTM à l'époque en terme de notoriété, il aurait fallu faire le compromis de signer avec des majors pour cela, vraiment lisez l'histoire de l'homme c'est intéressant, encore plus en grandissant dans ce contexte familial, j'imagine bien les repas de famille avec Monica Bellucci.

En rap "moderne", à part Orelsan qui me fait beaucoup rire avec sa mégalomanie et ses angoisses, je n'ai absolument rien écouté et ma culture actuelle est proche de zéro. Pour ne pas mourir idiot, j'ai écouté ça :

C'est assez étonnant puisqu'on a l'impression de se retrouver dans une parodie de rap, toutes les caricatures sont présentes : les armes, la drogue, les gros muscles, les filles en petite tenue, les voitures de luxe, le PSG, la meute avec une question de fond "qu'est ce que je vais faire de toute cette oseille ?". Je ne me permettrai pas de juger, je me contenterai de dire que ce n'est pas ma tasse de thé, mais c'est celle de la jeunesse actuelle, 17 millions de vue, on ne peut pas tomber dans le vieuconnisme et rejeter ça en bloc, ça existe, c'est écouté, et c'est certainement ce à quoi aspirent pas mal de gamins. Je pense que l'homme a parfaitement d'ailleurs compris comment ça fonctionne, il donne aux gens ce qu'ils attendent. Le scandale au lieu de le trouver au poste comme ont pu le faire ses aînés, il le fait par la provocation dans les commentaires dans les réseaux sociaux, plus efficace que de passer dans les faits divers pour violence conjugale, une communication parfaitement maitrisée.

Que les jeunes écoutent ceci, cela ne me pose aucun problème, j'ai grandi devant des dessins animés violents (tu exploseras dans quarante secondes), écouté de la musique violente (mais qu'est ce qu'on attend pour foutre le feu), tué des millions de personnes et même des dragons dans les jeux vidéos, il serait réducteur de ne voir ici autre chose que de la chanson et un exutoire pour la jeunesse comme les gamines hystériques qui s'évanouissaient devant les Beatles. Ce qui me gène ce sont les commentaires associés à la vidéo, morceau choisi :

Voici ce qu'est devenu une partie de l'internet, une poubelle. Quand je lis les intellos s'interroger sur la perte de leurs droits, les inquiétudes face aux lois liberticides qui vont bousculer leurs habitudes  de pirate à prendre quatre minutes pour changer les DNS pour T411, moi j'aurai tendance à m'inquiéter de la violence sur la toile. Les gens se traitent de tous les noms d'oiseaux, en toute impunité, et bien évidemment sous couvert de l'anonymat. Seboss666 assez prolixe ces derniers temps a écrit un article assez rigolo sur le respect au travers du vouvoiement ou du tutoiement, voyez quand même qu'on est en particulièrement loin, et que c'est l'intégralité de la communication sur le web qui est à redéfinir.

La question qu'on se pose dans ce genre de circonstances est toujours la même, comment en est on arrivé là ? Si dans la vie de tous les jours, malgré l'évolution des mentalités, les parents parfois moins impliqués, on note du laisser aller dans le vocabulaire ou dans la courtoisie, on arrive rarement à un tel niveau d'insultes et si on y arrive ça finit en tampon pour utiliser le vocabulaire scolaire consacré ou à la gendarmerie. Par le fait si les gens qui ont quand même ça en eux, se permettent d'écrire des horreurs pareil sur le web c'est qu'ils ont tout simplement le loisir de le faire. L'anonymat bien évidemment facilite la tâche, un pseudo anonymat bien sûr, mais surtout la passivité des services qui ferment totalement les yeux dessus sans se préoccuper s'il s'agit de propos diffamants ou non. On pourrait évoquer le fait qu'il n'est pas simple de modérer des millions de commentaires journaliers, lorsqu'on connaît la puissance des algorithmes de Google, il faudrait être dupe pour croire que Google ne pourrait pas mettre en modération de façon automatique des commentaires avec certaines expressions ou certaines insultes. De plus quand ça va réellement trop loin comme on a pu le voir avec Twitter et certains hashtags, même la justice peine à récupérer les adresses IP des personnes qui se mettent hors la loi par la teneur de leurs propos.

La remédiation en France, peut être ailleurs, n'est pas le bon sens, le sens de la modération mais bien la peur du gendarme sous une forme ou sous une autre. Ici, le problème du gendarme, c'est qu'il a d'autres chats à fouetter que de se préoccuper de gens qui s'insultent de façon outrancière sur des pages publiques et qu'à l'heure actuelle on n'entend pas de discours quant à la haine véritable qu'on trouve sur le net, une haine qui traduit réellement ce que pensent les gens puisqu'ils peuvent l'exprimer sans contrainte. Les grosses sociétés qui devraient se sentir responsables des contenus qu'elles acceptent dans leurs pages ne réagiront peut être que par la peur du gendarme, qui pourrait menacer de la fermeture du service ou d'une amende. Avec les imbroglios juridiques quant à la responsabilité du contenu, il est facile de dire que la société n'est pas responsable mais que c'est la personne qui l'a écrite, avec les sièges de ces sociétés qui sont situées aux états unis. Non seulement tout le monde se moque de la haine ou ne s'en préoccupe que lorsqu'un adolescent se suicide mais en plus c'est complexe juridiquement et techniquement, changer d'adresse IP n'est pas bien compliqué.

Je lis les inquiétudes des uns et des autres quant à la liberté d'expression, et pourtant rassurez vous, en France la liberté d'expression existe, on a le droit de dire ce qu'on veut, d'insulter qui on veut à partir du moment où on est bien planqué derrière un écran. Pour ma part en tant que parent, qu'éducateur, si moins de liberté se traduit par plus de responsabilité des éditeurs, des responsables des réseaux sociaux, pour faire comprendre aux gens qu'on ne peut pas écrire n'importe quoi, je signe de suite. Malheureusement comme je le signifiais plus haut, le sens des priorités reste du côté du portefeuille, on va imposer aux FAI de bloquer un site Warez car on touche à l'argent pendant que notre jeunesse continue de s'insulter sans aucune limite. Il sera bien courageux le décisionnaire qui demandera le blocage de Facebook ou de Youtube car on a franchi depuis bien longtemps le cap de l'infamie dans les commentaires.

Et le serveur dédié ?

dimanche 5 avril 2015 à 19:20

Dans mon précédent billet perspectives hardware, je n'ai pas évoqué le cas du serveur dédié. En effet dans une logique de diminution des machines et services, je pourrai imaginer une fusion de mon serveur actuel auto-hébergé avec l'hébergement chez o2switch sur lequel j'ai cyrille-borne.com.

Désavantage de la solution actuelle : mutualisé + serveur à domicile.

A l'heure actuelle je ne fais que la sauvegarde des données vraiment sensibles comme les cours, les photos etc sur mon mutualisé. Même si sur le principe o2switch offre un espace illimité, je ne me vois pas stocker 1 To de tout et n'importe quoi chez l'hébergeur. Par le fait, les données ne sont pas pleinement externalisées, si j'avais un feu, un vol, le hardware qui lâche, je me retrouverai avec une perte de données. Le mutualisé de plus est limitant, il m'est impossible d'utiliser cardav, d'avoir une adresse IP fixe et d'autres services qui me seraient bien utiles.

Avantage de la solution actuelle : mutualisé + serveur à domicile.

Le serveur à domicile me permet d'une part d'avoir une large capacité de stockage, mais aussi de doubler l'emploi, dans le sens où il fait à la fois office de NAS pour toute la famille mais aussi de contrôle parental ce qui serait quand même un peu plus pénible avec un serveur distant. La mutualisation quant à elle a l'avantage de la sécurité, en effet, avoir son propre serveur c'est savoir gérer la sécurité et les attaques qui vont avec, si je mettais tout au même endroit que cyrille-borne.com qui est un peu connu, ça serait encore plus tentant. En utilisant le mutualisé c'est le prestataire, un professionnel dont c'est le métier qui s'en charge. Le prix, j'ai fait le tour des offres, il faut compter entre 20 et 30 € par mois ce qui n'est pas une somme négligeable comparativement à ce que me coûte l'auto-hébergement machine et électricité comprise.

La balance pèse ...

Du côté de l'hébergement mutualisé + l'auto-hébergement pour une raison principale : la capacité à mettre un serveur complet face au web et gérer toutes les attaques, être donc au top de la sécurité, je considère que c'est un métier à plein temps et que je n'en ai pas les compétences. Je préfère donc confier mes données à un prestataire de confiance, que je paye et dont c'est le métier, le fait de payer lève les ambiguïtés quant à une quelconque utilisation des données personnelles puisqu'on ne passe pas par la case c'est gratuit donc c'est vous le produit. Mon prestataire ayant de plus son datacenter en France, on peut même occulter la phobie des serveurs situés aux États Unis pour les plus paranoïaques.

Saint Pierre, cailloux, avril 2015

dimanche 5 avril 2015 à 11:53

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'en six mois on aura pu observer le dérèglement climatique dans notre région, les inondations, la neige, un temps réellement dégueulasse. Cela faisait trois mois que je n'avais pas travaillé, il a soufflé énormément ces derniers temps, le froid aussi, il continue de souffler mais cela n'empêche pas de travailler. Il fait désormais chaud même si en avril n'oublie pas, ne te découvre pas d'un fil, j'ai bossé en T-shirt. Il en manque encore mais je suis quand même plus proche de la fin que du début. Je voulais couler pendant les vacances, je serai malheureusement certainement trop court, je pense que cela se fera dans le courant du mois de juin si je continue à avancer à cette cadence. Hier j'ai travaillé huit heures avec le fils, nous avons dégagé plus d'une tonne une fois de plus, la routine. Voici les trois angles d'attaque.

Ici c'est la partie qui me sépare de ma charmante voisine de 93 ans qui vient chaque été seulement pendant un mois pour mettre une pagaille pas possible avec 12 membres de sa familles, enfin façon de parler. Vieillir, c'est mal, la famille en fait ne se déplace en nombre en fait que pendant quinze jours, la pauvre dame est restée seule pendant une semaine, quand on s'est retrouvé avec une méga panne d'électricité, vous vous doutez bien de qui a relancé sa télé. Sa maison est d'ailleurs extraordinaire, elle a été conservée à l'identique des années 70, tapisseries et le reste, c'est comme un voyage dans le temps. Comme on peut le voir, on a une large portion constituée essentiellement de roche, je vais donc monter quelques lignes de cairons et mettre du grillage rigide, je ne risque pas l'éboulement de terrain. Il faut imaginer que tout était à la même hauteur que son terrain, si tout est plat c'est bibi qui a tout viré.

Si on continue à faire le tour, on arrive à la partie principale, croisement de terre et de pierre. Ici pas le choix, ce sera un mur de soutien, il faut donc continuer à creuser en profondeur pour faire de solides fondations. J'essaie de conserver le grillage au dessus jusqu'au dernier moment, de la même façon je mettrai un grillage rigide au-dessus. Sans dire que ça part comme du beurre, ce n'est pas la partie la plus difficile à piquer, contrairement à la partie qui me sépare de la voisine la roche est plus tendre. Dans le coin sur la gauche, vous pouvez voir la racine de l'arbre que j'ai fait couper, j'ai donc fait sauter deux mètres de profondeur ou de hauteur, c'est selon ...

Et enfin la dernière partie qui est un bonus que je me suis rajouté, un bonus de raison. Mon voisin me donne l'autorisation de faire un peu ce que je veux, sa maison étant à vendre, et comme il sait que ce sera propre, je vais monter un mur dans l'alignement du sien de façon à ce que ça soit le plus homogène possible. En fait les grillages de séparation on été coulés dans du béton et posés à même la terre ce qui fait qu'avec le vent, ça se balance dans tous les coins. Le mur sera donc monté au même niveau que le mur principal pour donner un peu plus l'impression de cours de prison, un mal nécessaire tout de même pour avoir quelque chose de correct, l'idéal aurait été de faire sauter le cabanon du voisin qui mange énormément de lumière, je suis joueur mais pas à ce point.

A l'année nous ne sommes que 1500 habitants, en une semaine le moins qu'on puisse dire c'est que la station balnéaire s'est remplie, trop à mon goût. Dix minutes de queue ce matin pour chercher le pain, le marché qui d'habitude n'est constitué que de mon malheureux légumier en hiver, présent quelle que soit la météo avait peut être 100 vendeurs. Aller chercher ses tomates c'est slalomer entre les vieux, patienter derrière les poussettes, enfin bref se mettre au rythme des touristes et des retraités, on sent dès lors un parfum de vacances. Même si cela me gave, cela fait partie du jeu économique, ici les commerçants ont 6 mois d'activité, le reste du temps c'est nous, vous comprendrez qu'ils n'ont pas droit à l'erreur ni au mauvais temps d'ailleurs, si l'afflux d'envahisseurs m'agace, c'est un enjeu important pour tout le monde, j'en ai conscience. Qu'on ne s'y trompe pas d'ailleurs, malgré la crise, le contexte, l'argent coulait à flots ce matin, des "restaurants" à proximité de la mer qui doivent faire même pas 50 mètres carrés avec la terrasse ont dû se vendre aux environs du million d'euros. La plage, le soleil, ça reste le rêve français, même si la concurrence des vacances pas cher à l'étranger existe, il en faudra beaucoup pour vider les plages de Méditerranée.

La fin d'année se précise, pressante, nous y viendrons en temps et en heure.

Perspectives Hardware

samedi 4 avril 2015 à 08:35

Il y a deux événements qui ont radicalement orienté et qui vont orienter mon hardware dans les années à venir :

Je ne supportais plus le bruit de la ventilation dans le bureau, je voulais le silence total et j'ai pris un brix. Du fait d'être limité par la taille du SSD, 256 go à peine, j'ai dû orienter de façon différente mon stockage et l'organisation de mes fichiers. Avec la solution Ipfire + Owncloud, simple, rapide et efficace à mettre en place, j'ai déporté l'intégralité de mes fichiers vers cette machine. Owncloud me permet d'avoir un stockage interne mais aussi externe accessible depuis n'importe où, il me permet d'assurer de plus la synchronisation entre mes différents appareils pour le calendrier et les contacts. Je pense que peux aller plus loin, car comme le faisait remarquer le camarade Allelouia, avoir un processeur aussi peu puissant dans le brix, autant n'avoir qu'un portable. Et c'est une réflexion que je me fais ces derniers temps, d'un point de vue puissance, je n'ai pas besoin de grand chose puisque je ne joue plus sur le PC, que je ne fais pas d'utilisation importante du processeur au travers de la vidéo ou de l'infographie, je n'ai besoin en fait que d'un seul ordinateur mais d'un clavier, d'un écran conséquent et d'une souris. Il n'est donc pas impossible que dans les années à venir si le brix lâche, que je me limite à ne conserver qu'un ordinateur portable que je brancherai et débrancherai du bureau existant afin d'éviter la multiplication des machines inutiles et des copies de fichiers. En effet, pour avoir connu pas mal de gens qui faisaient de la synchronisation de fichiers, je suis pour ma part resté à la "sauvegarde à la main" ou disons une sauvegarde où tout n'est pas automatisé, je pense que c'est plus raisonnable surtout quand on n'a pas énormément de fichiers qui varient entre les sauvegardes. J'ai vu parfois des gens perdre des quantités de données importantes pour une synchronisation daubée, je préfère mieux la jouer old school, par le fait, n'avoir à "synchroniser" qu'entre la machine et le serveur ce n'est pas plus mal.

Mon prochain portable sera certainement un portable d'occasion. En effet, j'avais investi 400 € à l'époque dans mon Asus, je ne le regrette pas, la machine est fonctionnelle, ne présente pas d'usure particulière. Néanmoins j'avais acheté un cas particulier, une machine avec la certitude de pouvoir installer Linux dessus ce qui risque de devenir délicat dans les années à venir. En effet, on a vu passer l'info, comme on en voit passer à chaque sortie d'un nouveau Windows, le secure boot pourrait sérieusement poser des problèmes pour l'installation d'un système alternatif et ce coup ci j'ai bien envie d'y croire. Avec un Windows XP qui reste devant Windows 8 et 8.1 réunis, avec un Windows Seven qui progresse, alors qu'il se vend chaque jour des milliers d'unités embarquant Windows 8, cela ne peut signifier qu'une chose : les gens installent Windows 7 sur leur PC ou Windows XP. Ce qui est pris comme une menace systématique envers Linux qui ne décolle pas en tant que poste client et qui ne décollera pas, est en fait certainement un système de blocage pour Microsoft afin d'avoir la certitude que les gens ne pourront mettre que du Windows 10 sur les machines et ne pas avoir la tentation de mettre un autre OS Windows pour éviter la segmentation. On pourrait se dire que des chaînes comme LDLC vendent du neuf sans OS, néanmoins j'ai un mauvais souvenir de mon Mercure NB1 payé au prix fort, dont les charnières avaient lâchées et dont les performances étaient particulièrement médiocres. Je préfère désormais viser la génération précédente, avoir du recul sur le matériel en terme de compatibilité Linux.

La génération précédente c'est un peu le même raisonnement avec le jeu vidéo, la PS3 répond pour l'instant pleinement à mon besoin, avant d'épuiser son catalogue et d'envisager la next gen pour qui au moment où j'écris ces lignes ne bénéficie que d'une exclusivité au travers de Bloodborne, un hommage à mon nom d'ailleurs, dans cette "suite" de Dark Souls II. Concrètement avoir une PS4 ou un PC pour jouer c'est quand même kif-kif, la différence se faisant au niveau du prix entre les bundle et steam, difficile de rivaliser.

Avec les années alors qu'on assiste à l'explosion des nouvelles technologies qu'on trouve de partout, de la montre au frigo, mon besoin devient de plus en plus réduit, de plus en plus précis. L'âge de raison, la vieillesse, la sagesse, vous rayerez la mention inutile certainement quelque part un rejet de ce trop plein qu'on essaie de nous faire passer en force, la fameuse puce dans le derrière dont parlait Kool Shen dans sa chanson qui nous pend au nez, enfin pas vraiment au nez, vous m'aurez compris.