PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Afro Samuraï ou la poutre touche triangle

samedi 18 avril 2015 à 22:35

Afro Samuraï est un beat them all dans lequel on incarne Afro Samuraï, un samuraï afro avec la grosse coupe des années 70. Il faut savoir que c'est Samuel L Jackson qui interprète le rôle, que la bande originale est réalisée par un des membres du Wu Tang Clan, une bande originale rap US donc sur musique orientale, une véritable réussite. Au niveau du graphisme on a la même technique que pour Borderland, le cell shading qui donne un côté dessin animé très réussi, en même temps pour une adaptation de manga c'est un peu logique. Au niveau du scénario c'est l'incompréhension les trois quarts du temps, la trame de départ est pourtant assez intéressante, Afro voit son père se faire décapiter dans son enfance et il décide de le venger. Classique, ce qui est plus intéressant, c'est l'histoire des bandeaux, deux bandeaux, le numéro 2 permet de défier le numéro 1 qui est l'égal d'un Dieu, son père était le numéro 1, la première partie de l'aventure consistera à trouver le numéro 2 en affrontant des hordes d'ennemi.

Mon titre, la poutre touche triangle, c'est ce que je montrais à mon fils pendant une baston avec une dizaine d'ennemis, je me contentais d'appuyer sur triangle et ça marche. A l'instar de Bayonneta, on peut bien évidement faire des combinaisons diverses et variées, arrêter le temps, découper des membres mais finalement appuyer sur la touche triangle c'est encore ce qu'on fait de plus efficace, vous imaginez à quel point le jeu est passionnant. Afro Samuraï est un mauvais jeu pour ma part, même si c'est joli, que l'ambiance est bonne, le pathfinding mauvais, l'action qui se résume à cliquer sur un bouton, comprenez que pour un gars qui a joué à Dark Soul la pilule est difficile à faire passer, je rajouterai les bugs aussi, ça saute pas, ça pare pas, ça évite pas, la caméra pourrave, enfin bref, un gameplay totalement éculé, même dans Final Fight on rigolait plus, il partira chez Micromania. Ah oui, j'oubliais, 15/20 sur jv.com, ça vaut le coup de lire les avis, Gamekult vise juste par contre à 5/10.

 

Je l'ai tellement retournée qu'elle craque de tous côtés, à la prochaine révolution je retourne mon pantalon

vendredi 17 avril 2015 à 14:00

Nous sommes le jour d'après, la France est désormais un état sous surveillance. Alors qu'à titre personnel j'attendais un exode de masse vers les frontières, seul Xavier a fait quelque chose. Soit dit en passant je ne comprends pas sa réaction du fait qu'il s'agisse d'un espace public, mais c'est ici une fois de plus que vous voyez la différence entre les actes spontanés et non calculés, les autres, le calcul, le business, puisqu'en fait ici tout n'est qu'une question d'argent. A table ma femme n'a pas entendu parler du projet de loi, je ne suis donc pas rentré dans les explications car cela signifie que cela ne l'intéresse pas, elle aura été plus marquée par les pédophiles, les enfants morts, je la comprends. Comme la majorité des français, comme l'ensemble de l'hémicycle qui était absent pour voter une loi qui ne concerne qu'à peine les quelques dizaines de millions d'internautes en France, la surveillance sur internet n'intéresse pas grand monde.

Les hébergeurs qui nous ont fait le plan du départ, on en a connu d'autres, si la droite passe, on partira, bon on est toujours là, les hébergeurs ont donc réussi à obtenir une modification de la boîte noire, je vous invite à lire la langue de bois pratiquée par le communiquant d'OVH. L'honneur est sauf, on donne l'impression que la bataille a été rude, qu'on a essayé de sauver la liberté, déjà que la fraternité et l'égalité vont pas fort, on a l'impression de voir les syndicats enseignants qui ont négocié le 31 août, une grande victoire. On n'imagine pas qu'il aurait pu en être autrement, on n'imagine pas qu'un accord n'aurait pas pu être trouvé, imaginez les hébergeurs qui s'en vont pour de bon, qui suppriment des emplois, un déficit d'image pour tout le monde, entre la surveillance de masse et le blé, la réflexion n'a pas dû être bien longue.

De cette histoire j'ai envie de retenir ceci :

N'attendez pas la révolution, de changements profonds, dans moins d'une semaine tout le monde sera passé à autre chose, la sortie de l'Apple Watch par exemple, GTA 5 sur PC a peut être plus de chance de faire encore du bruit, plus que la loi. On trouvera bien évidemment quelque chose contre quoi s'insurger pourvu que l'audience soit bonne, car, comme les hébergeurs, les fournisseurs d'accès internet, écrire sur le web est un business et il faut que ça gagne.

 

ZTE OPEN C sous CyanogenMod 12 (Android 5.0.2) même pas honte

vendredi 17 avril 2015 à 08:00

Au départ je voulais m'acheter un nouveau téléphone, un téléphone avec une caméra pour faire des super selfies, avec plus de 2 Mpixel pour l'appareil photo, un téléphone qui fait le GPS, vous imaginez quand même, le GPS, et puis j'ai regardé les prix. Mettre environ 80 à 100 € pour attendre que FirefoxOS se réveille un peu plus, c'est quand même cher payé. Se réveille un peu plus, car il ne faut pas être mauvaise langue, ça avance, mais ça n'avance pas assez vite à mon goût. Pour moi les problématiques restent les mêmes : les bugs d'une part, l'absence de GPS de l'autre. On a beau critiquer ZTE et à raison quand même car comme on pouvait le prévoir le ZTE OPEN C ne verra pas de mise à jour et on vous annonce d'une voix guillerette qu'il faudra attendre le L pour bénéficier d'un nouveau FirefoxOS,

ZTE propose certainement le téléphone le plus bidouillé de la planète sur lequel on peut coller du FirefoxOS bien sur et ce dans n'importe quelle version, mais de l'android de la 4.4 à 5.1 puisqu'au moment où je vous écris ces lignes, je suis sous CyanogenMod 12 soit Android Lollipop, mal, dans le sens où c'est particulièrement lent depuis que j'ai installé les outils Google mais ça marche quand même, je ferai peut être un retour sur la version 4.4 ou sur CyanogenMod sans rien, même si je ne connais pas grand chose, le principe du market de Cyanogen par exemple.

L'installation est primaire, rendez vous sur la page de Cyrille BORNE qui va bien pour les notions de base et sur la page de Modaco pour récupérer les ROMS qui vont bien.

Les manipulations ci-dessus s'adressent à des gens qui savent ce qu'ils font et qui ont l'habitude du bidouillage de leur open C, et je te bricke, et je te débricke encore. Si des gens veulent des précisions je le ferai à la demande, pour les captures, je ne sais pas ce que ma fille a fait de l'appareil photo, donc pas une vidéo tout de suite.

J'ai pu tester rapidement les fonctionnalités de base, le GPS par exemple où contrairement à Nokia Here (qui va être vendu, openstreet map qu'attends tu ?) qui me situe en région parisienne ici me trouve directement dans ma rue, le client mail, c'est le jour et la nuit, j'en passe, on a 3 ans de décalage entre les systèmes d'exploitation. Je vais rester sous android, changer pour Firefox à l'occasion, ZTE nous a quand même fourni quelque part l'équivalent d'un ordinateur, il ne manque que la possibilité d'installer Windows pour avoir la panoplie au complet.

Remarque : la zone du bas à côté du rond est tactile si bien que sur la gauche du rond même si ça ne se voit pas vous avez le retour et sur la droite vous avez la sélection des fenêtres. Le téléphone n'est donc pas pénalisé par son "unique" bouton.

 

Le pouvoir

jeudi 16 avril 2015 à 08:00

En parcourant le seenthis de cep et par ricochet je suis tombé là dessus.

Ca donc c'est Christophe qui se retrouve avec une bannière qu'il n'a pas demandée et Christophe fait du Christophe c'est à dire qu'il exprime son mécontentement, y a Cep aussi dans la partie. La réponse je vous donne la portion qui m'intéresse, c'est celle de Fla qui est propriétaire du pod diaspora-fr. C’est mon site internet (je sais que cette argument va faire grincer Christophe des dents). Cette bannière est une manière de le rappeler. Cette situation est comparable à la vraie vie : je vous invite chez moi, on est assis dans mon salon, vous avez en face de vous une affiche engagée politiquement. Vous pouvez être en désaccord avec cette affiche, mais vous êtes dans mon salon, ni dans la rue, ni dans le votre. Plusieurs réactions sont donc possible : par politesse, vous ne dîtes rien. Dommage. Vous avez envie d’en discuter et vous lancez un débat, ce qui se passe ici et j’en suis très content :). L’affiche est trop insupportable et vous décidez de partir. J’ose espérer que ce ne sera pas le cas pour quelque chose d’aussi temporaire. Un des buts était donc aussi de relancer ce débat du propriétaire du serveur, en incitant les gens à installer le leur. Pour diaspora-fr, je ne pense pas que ce soit le cas (nous sommes peu nombreux et ceux qui veulent créer leur serveur l’ont déjà fait, cette bannière ne sera pas un élément déclencheur), mais pour framasphere, cela peut porter ses fruits.

Que nous traduirons par diaspora-fr c'est chez moi, je paye, je fais ce que je veux avec mes cheveux, diaspora-fr tu l'aimes ou tu le quittes. Il a raison, parce qu'effectivement il est le responsable du pod, qu'il paye le serveur ce qui par le fait lui octroie la partie problème, se retrouver chez le juge s'il ne vire pas les comptes djihadistes, payer la facture chaque mois, régler les problèmes techniques et j'en passe. Je trouve qu'il n'est pas malhonnête non plus dans la démarche dans le sens où les inscriptions sont clôturées sur diaspora-fr et qu'il renvoie les gens chez Framasphère, plus d'une fois il a fait le plan, je suis le patron, si t'es pas content t'as qu'à voir ailleurs ou monter ton propre pod. C'est ici certainement que cela coince le plus :

Je me contente ici de commenter, je n'ai pas d'opinion particulière, car effectivement c'est son pod, c'est un grand garçon, il fait ce qu'il se veut, moi ça fait 10 ans que je suicide des blogs. Je n'ai pas de leçon à recevoir tout en ayant parfaitement conscience des conséquences, division du trafic par deux, déficit d'image, problèmes de référencement et j'en passe. A partir du moment où je n'ai rien à gagner, que je n'ai rien à vendre, que ça n'engage que moi, pourquoi pas.

Si dans le cas de Fla où il s'agit d'une démarche personnelle il n'y a rien à dire, il faut savoir que cette bannière est apparue sur Framasphère, donc sur Framasoft, et qu'elle a été retirée depuis. La saveur est ici totalement différente puisqu'il s'agit cette fois-ci non pas d'une démarche personnelle mais d'une association, une association qui au départ ne se positionne que pour la promotion du logiciel libre et qui au travers de cette bannière milite pour un acte politique.

Cep qui s'est fait taper sur les doigts pour avoir employé le mot otage a totalement raison, cela signifie en fait que potentiellement l'usager de Framasphère est otage des opinions d'un pod ou d'un podmin qui se veut neutre. Demain ce sera peut être une autre cause que ne partage pas l'usager qu'on lui imposera de façon relative puisqu'il suffit de faire sauter par adblock ou autre.

Moralités :

J'ai parcouru ça ce matin et j'y ai trouvé ce que je vois dans le libre depuis 10 ans : de la baston, de l'incompréhension, des relations de force, un sacré manque d'humour. La réponse de Fla qui consiste à inciter les gens à s'auto-héberger, à ne pas mutualiser marque ici un des paradoxes insolubles du libre. Pour être libre, il faut être seul, ne dépendre de personne, comment alors collaborer à des projets collectifs quand la seule finalité c'est de fonctionner de façon autonome ? Pas simple.

 

De la différence entre ce qu'on imagine et la réalité ou une histoire de surveillance généralisée

mercredi 15 avril 2015 à 11:30

Depuis les attentats de Charlie Hebdo, le gouvernement fait ce que nous voyons désormais en politique depuis environ dix ans, la réaction immédiate et sans réflexion à un problème qui se pose, c'est le principe de la réaction sous le coup de l'émotion. Un enfant pleure, on lui offre un poney magique qui pète des arcs en ciel, est ce qu'on lui rend réellement service, est ce réellement ce dont il avait besoin ?

L'équation est donc simple, on peut en France commettre des attentats, on a utilisé des téléphones cellulaires, on a utilisé l'internet, si on surveille l'internet et les réseaux de façon générale, on peut éviter d'avoir des attentats et sauver des vies. Une fois de plus, on part d'une bonne intention, mais on est totalement en décalage entre ce qu'on imagine et la réalité. La réalité, elle se trouve du côté des fournisseurs d'accès internet et des hébergeurs qui bien au delà des libertés tiennent un discours parfaitement réaliste et économique. Surveiller la France pour trouver une poignée d'individus va poser des problèmes, des problèmes économiques qui seront à la charge des entreprises et ou du contribuable, des problèmes de sécurité car on a une collecte d'informations centralisée, des problèmes éthiques car une société qui refusait de placer ses données aux States pour des problèmes de confiance ne le fera plus en France pour des raisons similaires ce qui va entraîner d'autres problèmes économiques. Ajoutons à cela qu'un réseau de terroriste un peu structuré ne va certainement pas héberger ses données de façon traditionnelle et utiliser des moyens plus complexes.

Dans une démocratie, le #renseignement est une activité exclusivement tournée vers la protection des citoyens et leurs libertés, ce n'est pas de moi, c'est de Manuel Valls et il a entièrement raison. Comme je l'écrivais suite aux attentats de Charlie, le policier ne peut pas être exclusivement le type qui prend des balles quand ça arrange, le policier protège de façon générale. Si on n'a pas la capacité d'avoir confiance en son état, de voir le mal partout, il faut prendre un billet d'avion et partir vers d'autres destinations où l'on pense que la démocratie est meilleure, plus juste, la Chine par exemple. C'est d'ailleurs parce qu'on est en démocratie que les gens peuvent descendre dans la rue ou se plaindre d'un tel système.

En 3 mois, il est impossible de prendre des mesures aussi complexes sans avoir fait le tour des partenaires techniques, légaux et financiers. Car, et c'est bien là le véritable problème ici, si les gens qui vivent de l'internet, si la magistrature se mettent à criser c'est qu'on a certainement imaginé le projet sans leur demander leur avis. Imaginer un super niveau de finesse pour ne pas pister les avocats, les juges, et à ce compte là il faudrait penser aussi aux médecins pour préserver le secret médical, c'est dire qu'on veut agir dans l'urgence, et c'est bien là le coeur du problème en France, le manque de capacité de laisser le temps au temps pour certains sujets qui ne peuvent pas être balayés en cinq minutes du revers de la main.

L'erreur répétée de l'état Français c'est de ne pas consulter les professionnels, OVH et Orange pour ne citer qu'eux, ont une place mondiale dans le secteur, ne pas les consulter c'est faire preuve d'amateurisme.

crédit image : http://dzwonek.deviantart.com/art/third-eye-41943570