PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

En mai fais ce qu'il te plait : réflexions informatiques

jeudi 7 mai 2015 à 08:00

Les statistiques de Steam ne sont pas formidables pour le jeu Linux au mois d'avril, moins de 1%, une statistique qu'on connaît d'ailleurs dans l'utilisation desktop. En même temps ça ne m'étonne que moyennement, le portage de jeux sous Linux traîne quand même des pieds, et pour être vraiment vulgarisateur je dirai que tant qu'on n'aura pas vu Assassin's Creed sur Linux, on ne pourra pas réellement parler de jeu sous Linux. En fait c'est inexact, je pense qu'un bon début serait de voir arriver les jeux Android sous Linux comme véritable première étape, de mémoire Android c'est quand même un proche parent de Linux, ce serait plutôt pas mal. Mais revenons sur Steam, les Steam Machine ce n'est que de la poudre aux yeux puisque Steam OS n'est pas fini et il est d'autant moins fini que peu de jeux sont portés sur Linux. Cela signifie concrètement que malgré tout le pouvoir de Steam, saint patron du jeu vidéo sur PC, la pression n'est pas assez importante pour que les éditeurs fassent leur effort pour porter des jeux sur Linux. Je pense que d'ici peu de temps on apprendra que Steam a noyé le poisson, pas bien compliqué d'ailleurs, il suffit de ne pas donner de nouvelles et d'estampiller un label Steam Machine pour des PC qui seront vendus sous Windows.

J'ai été joueur PC pendant des années, il y a tous les avantages à être joueur PC sauf un, Windows quand on est Linuxien. En effet, avec un PC vous avez la qualité, l'évolutivité de la machine, le prix, le choix et le fin du fin la combinaison clavier souris. Je ne veux plus être Windowsien, Linux ça roxe, et à y réfléchir, la PS3 est actuellement largement suffisante pour mon besoin comme les appareils que je possède. En ce moment je suis en train de faire l'intégrale des Prince Of Persia en version HD, même si les jeux possèdent de nombreux défauts, c'est plaisant, la qualité graphique de la console est largement suffisante pour moi, la taille de la logithèque aussi, j'achèterai une PS4 en occasion dans quelques années comme je l'ai fait avec la PS3.

Du fait d'être aujourd'hui joueur console, il y a un avantage pour le PC, le brix actuellement, c'est que la puissance de la machine n'est plus un problème, je peux me contenter de peu puisque Linux pour de la bureautique se contente de pas grand chose. Je dirai même que je peux facilement me contenter du marché de l'occasion, ce sera certainement le cas pour ma prochaine machine qui pour l'instant n'a pas de raison d'arriver. Je vis actuellement dans le cadre d'une informatique raisonnée et qui va évoluer par rapport au besoin. Je regardais pour exemple dans mon salon, la présence de mon serveur qui est basé sur Ipfire, ce serveur qui me sert d'Owncloud d'une part, me sert d'autre part et surtout de contrôle parental, dans le sens où j'ai littéralement coupé le porno, les sites sur les drogues, les réseaux sociaux etc ... Cette machine n'aura "bientôt" plus de sens, les enfants ont respectivement 12.5 et 11 ans, je ne me vois pas couper tout quand ils seront majeurs. Je transformerai la machine en autre chose, certainement un openmediavault ou la solution du moment qui ira bien. Je suis content de ne pas avoir acheté un serveur de folie avec 20 coeurs et 60 Gigas pour faire de la virtualisation, cela aurait été trop.

La vrai difficulté de l'informatique c'est de définir le besoin dans un contexte donné. On retrouve bien évidemment le problème à titre personnel, et à force de se pratiquer, de se tromper, de vieillir, on finit par cerner la problématique, on retrouve cette même difficulté dans les administrations, les entreprises et les écoles. Je crois que pour bien définir son besoin, il ne faut en aucun céder et à la mode, et à la précipitation qui sont d'ailleurs largement utilisés par les grosses sociétés pour manipuler le consommateur, il me faut le produit maintenant et tout de suite. Dans un cas que je connais bien, l'école, il ne faut pas céder aux sirènes du trop, du formidable, de l'exceptionnel mais bien commencer par viser le strict minimum pour être certain que celui-ci sera utilisé.

A l'heure actuelle dans la définition de mon besoin personnel, je suis en train de revenir sur trois points principaux :

Une fois n'est pas coutume je vais utiliser la technique de la question de fin pour faire le débat et monter les stats (rires dans la salle), et vous quels sont les ajustements de besoin informatique que vous avez pu faire dernièrement ? Quelle est votre tendance forte du moment ?

Touche d'espoir

mercredi 6 mai 2015 à 14:50

Fais des sites internet, fais toi payer en pâté, qu'on traduira pas bornien un jour, bornien toujours. Je vous racontais que j'avais fait une mise à jour à l'oeil j'ai trouvé ça dans ma boite aux lettres, je trouve ça plutôt sympa comme geste, comme quoi les gens ne sont pas tous des ingrats. C'est aussi une leçon pour toi le jeune, la bienveillance est toujours récompensée et même parfois en pâté ... Bien évidemment, les plus hip hop d'entre vous auront trouvé la référence musicale.

Retour vers le futur dernier épisode : don't worry be happy

mercredi 6 mai 2015 à 12:00

En fait tout est lié. Si vous regardez les nouveaux programmes, vous avez deux types de réaction. Vous avez la réaction des gens qui vivent dans l'urgence c'est à dire des gens comme moi, qui vont avoir tendance à dire que le latin, le grec, enfin ce genre de choses, on peut très largement s'en passer, les gamins ne sont pas foutus de lire un truc en français, écrire une phrase avec un verbe, un sujet, un complément, sans douze fautes d'orthographe. Et de l'autre côté, il y a des gens qui nous rappellent qu'on tire vers le bas, qu'à une époque, des gamins étaient capables de faire de l'anglais, de l'allemand, du latin, du grec, de la musique, du sport, s'intéresser à tout et être épanouis. C'est certainement eux qui ont raison, j'ai fait de l'anglais, de l'espagnol, du grec ancien, je faisais du karaté à côté, et si à un moment donné j'ai tout laissé tomber à l'adolescence, c'est parce que mes parents ne m'ont pas poussé, ils avaient d'autres chats à fouetter dans le Nîmes d'après 88 rasée par les inondations.

Le nerf de la guerre, cette société qui se casse la gueule, c'est certainement dans l'effondrement de la cellule familiale qu'on va trouver des réponses, une partie, mais pas seulement, je pense qu'il y a une grosse évolution biologique, génétique, un peu comme à l'époque les gars qui vivaient jusqu'à 35 ans et qui mesuraient 1m50, aujourd'hui on taille des centenaires et des demeurés. Si j'évoque la cellule familiale ce n'est pas pour rien, chez nous c'est papa, maman, les règles de vie, du suivi pour tout etc ... et pourtant à l'instar de nombreux enfants, alors que la culture est à portée de main, qu'il y a un gars qui passe son temps à apprendre et qui propose le partage, j'ai deux glandus qui regardent des vidéos débiles sur youtube et je ne peux rien y changer. Je pourrai chercher des explications dans le fait qu'ils sont adoptés, dans le fait qu'ils ont un vécu, mais quand je vois chez mes collègues qui ne sont pas plus rigolos, qui ont des règles de vie, les gosses sont tout autant sur facebook à faire des selfies. On me faisait la remarque dans les commentaires sur le paradoxe entre ma lucidité et les vidéos débiles sur youtube de mes gosses, mais la lucidité c'est d'avoir compris qu'on ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif. La lucidité c'est de savoir s'incliner quand le monde est en train de changer autour de vous, la lucidité c'est de ne pas lutter contre le temps qui passe, la lucidité c'est d'accepter qu'on fait partie de la race des derniers dinosaures. Dédicace à Cep pour Denver.

Alors quand je lis Philippe dans les commentaires qui est en recherche d'un modèle alternatif pour pérenniser son blog, je ne peux que penser qu'il est déjà trop tard. Le web se transforme gentiment en télévision, le déplacement de l'écrit vers la vidéo se fait de façon naturelle. Quand nextinpact s'interroge sur son avenir, évoque le regroupement de la presse libre à très juste titre, je pourrai vous parler du regroupement des blogueurs, je ne peux que les inviter à faire des vidéos où ils ne se fâcheront avec personne, un ton consensuel et kikoulol avec des titres bien accrocheurs et des tops 10.

Chercher la monétisation de l'écrit, c'est comme le gars qui réfléchit à faire de l'argent sur la vente de tamtam, c'est pas forcément miser sur un produit d'avenir.

Alors plutôt que de vivre dans la perspective de gagner de l'argent sur une technologie déjà dépassée, profitons de l'instant présent, du plaisir d'écrire, du plaisir de savoir qu'il existe encore des gens pour lire nos mots qui n'ont pas réellement de valeur, de faire partie du cercle très privé des dinosaures. Un jour, la lassitude, le changement de centre d'intérêt, ou la mort passeront par là, les dinosaures auront disparu, on se rappellera d'eux peut être quand entre trois vidéos à la con abrutissante on fera une émission pour raconter l'an 2000 avec ces types qui écrivaient (écrire ???) gratuitement (gratuitement !!!) et sans arrière pensée pour le simple plaisir de le faire.

Ami blogueur, si tu recherches la monétisation, change de crémerie, si en outre écrire c'est ton kif, je ne peux te dire qu'une chose.

 

Un peu de retour technique 2

mercredi 6 mai 2015 à 08:00

Ce blog est gratuit et il le restera. Pigeon inside

mardi 5 mai 2015 à 08:00

Ce matin, le figaro dans mon agrégateur RSS, QuiteRSS, un article au titre intéressant, je l'ouvre, on m'invite à m'abonner pour le lire. Le nombre de sites qui passent au modèle du payant se multiplient, la vidéo un drop dans la mare semble-t-il vise juste, l'internet de 2025 sera et payant pour avoir de la qualité, et très sponsorisé pour avoir du basique. J'aimerai néanmoins revenir sur un point particulier de la vidéo, attention, vieuconnisme inside.

J'observais ma fille de 11 ans dans le canapé la tablette à la main en train de regarder des youtubeuses procéder à des swap. Je lui demandais si c'était des Linuxiennes qui discutaient sur l'intérêt des partitions d'échange dans les SSD, elle m'expliquait qu'il s'agissait de filles qui s'échangeaient des trucs, il s'agit en fait de gamines qui s'offrent des cadeaux et qui les testent. Quand je vois les conneries que regarde ma fille, quand je vois mon fils branché sur les chaînes de youtubeur en train de regarder des gars qui commentent des vidéos de pokemon, quand je vois mes élèves qui regardent les youtubeuses donner des conseils de maquillage, et les gars sur les chaînes call of avec quelques années de plus que mes enfants, je me demande réellement si le monde, si le figaro, si la culture de façon générale aura sa place dans le monde de demain, et si le Louvre ne sera pas remplacé par un Sephora avec la Joconde maquillée pour l'ouverture.

Si l'on fait abstraction de cette question, la place de la culture dans 10 ans, quand aujourd'hui l'actualité d'une bonne partie des jeunes c'est la mise à jour des profils facebook, un drop dans la mare élude le fait que cette génération aura grandi dans la gratuité la plus complète, musique gratuite, télévision gratuite, films gratuits. La combinaison d'une information pour le jeune qui n'a pas besoin d'être ouverte au monde mais centrée sur l'individu avec une gratuité omniprésente, le modèle du payant par abonnement pour une information solide aura-t-elle réellement du sens ?

On a quand même l'impression que tout ceci n'est qu'un éternel recommencement. L'écrit est en train de disparaître au profit de la vidéo, les gros deviennent de plus en gros, les petits sont voués à disparaître ou se regrouper, déjà on aborde les problèmes de monétisation alors que l'organisation n'a pas vraiment commencé comme les journaux qui se plaignent de leur disparition, la faute à internet. Quand les sites d'actualité fermeront, ce sera la faute à qui, mais ça c'est une autre histoire.

Blogueur choisi ton camp, passer au modèle payant par abonnement, ou vendre ton âme au diable en devenant un panneau publicitaire gigantesque. Je vois que Philippe tente de le faire à la ploum et il n'y arrivera pas pour au moins quatre raisons.

Et pourtant nous apportons quelque chose de différent, d'alternatif, de désintéressé, souvent de pertinent, je peux vous dire que j'aurai dépanné beaucoup de monde, que des gens auront appris quelque chose, que malgré la passion de l'écriture qui anime derrière, nous pourrions, car tout travail mérite salaire, imaginer une compensation en espèce sonnante et trébuchante. Donc, quelles sont les pistes du financement ?

La pub, les billets sponsorisés, c'est vendre son âme, l'abonnement payant, faudrait le tenter à 1 € par mois pour rire, marcherait pas non plus, comme je le disais, on paye pour quelque chose de précis. Les campagnes de type Tipee, je n'y crois pas non plus, il faudrait s'engager et comme je l'ai écrit, ce n'est pas un métier, c'est une passion et c'est certainement là le coeur du "problème".

Je ne vivrai pas de l'écriture, ce n'est pas mon métier, je ne vivrai certainement plus de l'informatique, en tout cas pas directement. Un de ces quatre je ferai sûrement une campagne de crowdfunding histoire de me faire payer un jouet, un truc à tester, mais ça n'ira pas plus loin, un peu comme le gars qui s'est fait payer sa salade de patates sauf que je ne ferai pas 50.000 dollars.

Ce blog est gratuit, le restera, je me contente d'écrire pour le plaisir.