PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Si à 13 ans t'as pas installé Linux, tu as raté ta vie ou comment j'en connais un qui va se souvenir de sa première installation

lundi 1 juin 2015 à 08:00

Comme je l'avais montré dans le précédent billet sur la thématique (à quand un moteur de recherche interne dans pluxml pour linker ses propres billets ? Stéphane ?), j'avais fait assembler à Samuel mon fils son premier PC. Il me paraissait évident de finaliser la démarche en lui faisant faire sa première installation de Linux. Fabrice qui m'épaule dans la réalisation de mes sites depuis une dizaine d'année, m'a envoyé la pièce qui me manquait pour aller avec le processeur, la fameuse carte LGA en micro ATX. Bien évidemment, j'ai fait remonter le PC au gamin et nous avons démarré l'installation de Linux, du fait que le poste est destiné à la classe de ma femme, Handylinux pour voir ce que ça peut donner avec un public pas franchement power user.

Première étape, petite présentation du bios, très rapide, le bios c'est quand même pour les bonhommes, explication surtout sur l'oeil du chasseur et localiser la combinaison de touche pour démarrer sur le menu de boot. Faire comprendre que c'est complètement variable d'une carte mère à l'autre, faire comprendre l'utilité d'une live USB. L'installation n'a posé aucun problème sauf qu'au moment de l'écriture sur le disque dur, freeze.

Changement de disques durs, changement de nappes, crash de façon systématique au même endroit, tentative avec un live usb de Xubuntu. Bug assez étonnant, la souris avec le clavier K400 tourne au ralenti, quasiment impossible de bouger la souris. J'explique alors une des grandes lois du hardware, tu vires tout jusqu'à ce que ça marche. On vire donc la carte réseau, on récupère un comportement normal. Par défaut, Xubuntu ne reconnaît pas la carte pourtant pas une nouveauté, il fait donc la fête je pense en tentant de la reconnaître puisqu'on voit le voyant du wifi s'agiter dans tous les sens si bien que ça a une incidence sur le port USB aussi délirant cela puisse paraître puisque la carte est en PCI. On arrive à la troisième étape de l'installation de Xubuntu, c'est à dire celle de la demande de partitionnement, crash du système avec reboot.

A partir du moment où le problème a l'air quand même de tourner autour du disque dur, je fais une dernière tentative avec essayer Xubuntu en live, sans passer par le disque dur. Premier lancement du navigateur, ça crashe, je change les barrettes de RAM, ça passe. Le gamin qui commence à en avoir sérieusement ras le bol car on n'a pas commencé vient de réaliser quelques points importants de l'informatique :

Donc on finalise l'installation de Handylinux, je lance le navigateur et ça crashe encore. Là par contre je me rappelle d'un message laissé dans le forum d'Handylinux de quelqu'un qui explique que le lancement de iceweasel fait planter le navigateur. Il s'agit en fait d'un problème pour des cartes vidéos nvidia, un coup de LPCI me confirme que c'est bien le cas, une carte mère intégrée avec un chip 7100, il est nécessaire d'installer le pilote propriétaire pour que ça passe. Le problème c'est qu'ici Handylinux plante de façon systématique sans même lancer le navigateur, je ne peux donc pas installer les paquets qui vont bien. Je libère mon fils étant sur le point de l'explosion pour installer une debian.

La procédure fonctionne parfaitement, j'installe le pilote realtek et ça passe, ma femme prend son premier PC pour l'école, son premier poste Linux. Je pense que je le prendrai dans la tête au bout de 15 minutes de tentative d'utilisation, car lorsque j'évoquais mes collègues harpies qui veulent tout dans la minute, je n'ose évoquer le dragon cracheur de feu qui ne comprend pas pourquoi le débile de mari qui passe des heures à faire des PC ne lui livre pas un truc qui lit dans ses pensées, même qui anticipe.

C'était la première installation de Linux pour mon fils, cela nous rappelle qu'un enfant de douze ans et demi peut installer une distribution Linux, en fait deux, puisqu'il aura fait l'handylinux et la xubuntu sans aucun problème, que l'informatique quand tout marche bien c'est super, mais par contre quand ça ne va plus, il faut d'autres capacités à mettre en jeu, celles des vrais bonhommes.

Cinéma, cinéma, TCHI TCHA !!! Mai 2015

dimanche 31 mai 2015 à 08:00

Le hobbit nous place 60 ans avant les événements du seigneur des anneaux. Des nains sous la montagne ont une énorme fortune, tellement d'or que cela finit par attirer le dragon smaug qui carbonise tout le monde et qui élit son domicile poussant les survivants vers la sortie. Des années plus tard, une troupe de 13 nains avec à la tête leur roi, poussés par Gandalf le gris, le magicien, décident de reprendre leur royaume ou plus particulièrement une pierre précieuse, tellement précieuse, qu'elle permet d'asseoir l'autorité du nain qui la possède. Pour la récupérer, ils ont besoin d'un cambrioleur, le hobbit, une odeur inconnue pour le dragon et un pas léger pour feinter la fête. La troupe durant son périple va réaliser que les forces du mal sont en train de revenir en force, et qu'une méga baston se prépare. Le hobbit est une trilogie dans la droite lignée du seigneur des anneaux qui souffre des mêmes qualités et du même défaut, l'unique, que la trilogie précédente, les temps morts qu'au retrouve durant les deux premiers films qui passent la barre des trois heures. Pour le reste, c'est un chef d'oeuvre, féerique, épique, des effets spéciaux de folie, des chorégraphies pour les combats complètement folles, la palme revenant aux scènes de Légolas, énormément d'humour, et un film réellement familial, même ma fille de 11 ans qui n'est pas dans le trip geek a accroché. Du grand cinéma comme on en voit peu.

Marina Hands est une responsable dans une maison de haute couture, une femme détestable qui vire comme un malpropre Eric Elmosnino son jardinier, un homme de base. Fanny Ardant c'est l'artiste, une femme complètement givrée mais qui a un talent incroyable, elle doit remettre sa nouvelle collection sous peu, de nombreux emplois dépendent d'elle, des sommes d'argent colossales. Malheureusement celle-ci ne fonctionne qu'à l'amour, elle vient de perdre son toy boy du moment et ne peut créer sans homme. Comme la vie est plutôt bien faite, elle tombe amoureuse d'Eric Elmosnino, Marina Hands va devoir ramper pour que l'homme accepte de revenir travailler chez elle afin de faire office de muse. Chic ! est une critique du milieu superficiel de la haute société, des apparences, des gens qui font tous les compromis pour plaire et faire carrière. La caricature est grosse, parfois lourde, mais le film est plaisant, le jeu des comédiens aidant largement, Fanny Ardant en artiste italienne déjantée est dans le rôle de composition.

Louane Emera est une gamine pas comme les autres, elle est la seule entendante au sein de la famille bélier, des agriculteurs. Dire qu'elle est exploitée est un euphémisme, elle est l'interprète pour tout, pour ce monde qui n'est pas adapté aux gens qui n'entendent pas. Cela va du marché pour vendre les fromages au journal télévisé qu'elle traduit en temps réel, les commandes, en passant par le médecin où elle expose les problèmes génitaux de ses parents ... La pauvre gamine peine à trouver une vie privée, du temps et les choses vont devenir encore plus compliquées quand elle va se découvrir un véritable talent pour la chanson, un art difficile à comprendre pour le reste de la famille. Très drôle, très bien trouvé, bien joué bien sûr avec une Karine Viard qui ne cesse de rajouter des cordes à son arc et qu'on aura vu tout faire, un François Damiens très à l'aise comme toujours et cette petite Louane que je ne connaissais pas puisque je ne regarde pas les émissions de télé pourries à part envoyé spécial ou pas, et qui porte la gentillesse sur elle.

La loi, c'est celle de l'avortement, avec Emanuelle Devos en Simone Veil qui réalise une performance d'actrice pour le moins énorme, j'aurai tendance à dire comme d'habitude, même physiquement elle y ressemble et pas que pour la teinture mais bien dans l'attitude. Le film est passionnant, les alliances politiques, les compromis, la pression permanente, et montre une autre image de la politique que l'on a actuellement, les assemblées pleines certainement y sont pour quelque chose, des combats pour le citoyen, la gauche qui vote des lois de la droite, enfin bref, une autre époque. Et toujours dans l'historique et le judiciaire, l'affaire SK1 qui est plus connue sous le nom de l'affaire Guy Georges. Raphael Personnaz est un jeune policier qui se voit confier l'enquête de meurtres en série particulièrement violents, des jeunes femmes tuées dans des conditions terribles, pendant 8 ans il va suivre la trace au gré des erreurs judiciaires. Le film nous montre d'une part l'enquête, d'autre part le procès, c'est prenant, révoltant quelque part à la vue des très nombreuses erreurs réalisées durant l'enquête. A voir.

Les souvenirs est un film de Jean-Paul Rouve et il n'est pas évident de trouver un point de départ, étant donné que c'est un peu la vie de tout le monde qui est chamboulée, on va quand même essayer. Ca commence par la mort du père, la mère, Annie Cordy, est placée en maison de retraite par ses fils dont Michel Blanc, celui-ci vient de prendre sa retraite de la poste et c'est la déprime, sa femme Chantal Lauby ne le supporte plus. Pendant ce temps là le petit fils est au milieu de tout ça et cherche le grand amour, les choses vont s'accélérer encore quand Annie Cordy s'évade de la maison de retraite et qu'on ne la retrouve pas. Malgré le nombre de personnages et les directions multiples que prend le film, ça tient particulièrement la route, c'est amusant, bien joué, intelligent, la palme revient certainement au type de la station service qui connaît la vérité sur tout, j'aime beaucoup.

Josh Gad qui a joué le rôle du frère de Zach Braff dans l'excellent, le rôle de ma vie, est un type qui a bien réussi dans la vie, qui va se marier avec une jolie femme alors qu'il est plutôt moche mais malgré cette réussite, il réalise qu'il n'a absolument aucun ami ce qui est un problème pour un mariage. Il va donc s'orienter vers une société de témoin à louer, un spécialiste qui est capable de composer pour les enterrements, les mariages etc ... Le souci, c'est que n'ayant aucun ami, il a besoin de trouver pas moins de 8 personnes pour participer à son mariage, des gens aussi bizarres les uns que les autres. Chacun va devoir apprendre à se connaître, connaître aussi sa fausse identité, créer de faux souvenirs, et comme on peut s'en douter commencer à devenir de vrais potes. Comédie américaine pour le moins basique, la mayonnaise monte pourtant bien, pas mal de scènes amusantes et un peu trash, à voir si on est très bon public.

Jerry l'ordinateur dans un bidon, une histoire de pédagogie, de solidarité et de recyclage

samedi 30 mai 2015 à 08:00

Notre histoire commence avec un cadeau, on m'offre un set complet, carte mère + barrette de RAM + processeur, je suis donc content. Néanmoins, un problème se pose, il s'agit d'une carte mère au format ATX, je n'ai qu'un boîtier au format micro-ATX pour tout mettre dedans. Si on regarde le prix des boîtiers ATX, il faut compter de 35 à 40 €, ce qui commence à faire cher puisque comme je le signalais dans le précédent billet, à ce prix là j'ai deux optiplex à 20 €. C'est alors que je suis tombé sur une fois de plus, un message de Jean-Marie Josselin sur la réalisation d'un Jerry. Un jerry c'est à l'origine un ordinateur monté dans un jerrican à destination des pays d'Afrique, un ordinateur à base de récupération en fait. Si j'ai tout suivi c'est un étudiant qui a eu cette idée, on explique que les pièces détachées dans les bennes c'est pas difficile à trouver y compris en Afrique, que les sociétés sur place donnent des vieux écrans et qu'un jerrican c'est moins d'un euro. Au départ je n'avais pas compris pourquoi ne pas utiliser directement la carcasse métallique, le gars explique dans le reportage qu'avec la poussière et la chaleur c'est plus adapté, on y viendra plus loin, je vous invite à jeter un coup d'oeil au reportage où vous verrez une Ubuntu tourner, des gamins intéressés :

Je pense que ce projet est très intéressant mais deux points me posent problème :

C'est un projet particulièrement intéressant  à bien des niveaux. Du DIY (Do It Yourself), écologique avec le recyclage du matériel, la lutte contre l'obsolescence programmée, une action solidaire. D'un point de vue pédagogique c'est vraiment au top, l'illustration qu'un ordinateur c'est quand même pas grand chose, ça je peux vous dire que ça marche avec des gosses qui sont toujours étonnés de voir le vide dans les tours, la personnalisation du jerry où l'on voit des gens fabriquer des minions, des pokemons, donner vie à la créativité, je calcule déjà comment je pourrai faire ça en pluridisciplinarité dans quelques temps. Je rajouterai de plus que c'est fait avec des logiciels libres bien sûr, histoire de compléter la chaîne, souvent des installations d'Emmabuntus.

J'ai commencé à parcourir les différents sites sur la réalisation et on a un peu le même problème que pour tout sur le net, les gars vous montrent leur réalisation avec fierté, vous pouvez consulter les galeries plus bas, mais je n'ai pas vu pour l'instant le gars qui se fait violence pour donner une explication de la mort qui tue ce qui nous amène à une question qui m'a été posée par ultra, le garçon souvent énervé que vous croisez dans les commentaires :

Mais est ce que le boulot de prof tel que tu l'exerces aujourd'hui existera encore dans 10 ans ? Je dis ça parce que avec internet, même un gamin du Cantal a accès aux cours de Stanford et ridiculiser ses profs.

Le web c'est bien, on peut avoir des connaissances, pas forcément évidente à trouver et à trier vu la masse, mais je pense qu'on ne remplacera jamais l'autre, le gars qui est à côté. Dernièrement j'ai fait monter un PC à mon fils, à chaque étape je lui expliquais les gestes, comment faire, quand forcer, quand ne pas forcer, où plier et j'en passe. L'expérience de l'individu, la main qui aide, la main qui vient au secours, le prof en fait, tous les Wikipedia du monde auront du mal à le dématérialiser pour de bon. J'ai vu que pas mal d'actions avaient été réalisées au niveau local, si j'en ai une pas trop loin et dans la bonne période, j'essaierai d'y faire un tour ou pourquoi pas selon les responsabilités informatiques que j'ai l'an prochain, inviter quelqu'un pour faire un projet pédagogique autour de ça.

PrimTux distribution pour enfants

vendredi 29 mai 2015 à 08:00

Jean-Marie Josselin aka Idéefix, est un personnage particulièrement actif sur toutes les distributions liées à la solidarité et à l'enfance, on ne s'étonnera donc pas de le voir traîner sur les distributions Handylinux, Asri, ou Emmabuntus. Comme c'est un peu mon créneau, un peu éloigné quand même puisque je n'interviens que chez des collégiens / lycéens, il m'a demandé de faire une passe sur la distribution Primtux. Je viens de voir que Arpinux a réussi à s'attraper avec le développeur, et pour cause, Arpinux lui proposait tout simplement de refaire sa distribution de la cave au grenier, à force de coder 24 / 24 dans son village perdu de l'Aude, il a oublié que les gens n'étaient pas des machines comme lui.

Pourquoi j'écris, le billet ne sera pas positif, j'écris tout simplement parce que cela fera parler de la distribution, des gens testeront, etc ... A l'époque j'avais mis un grand coup de tampon dans Handylinux et sur ce que je pense des forks (qui n'en est pas un d'ailleurs), ça a fait regarder Cep qui a fait des remarques, Arpinux a fini par faire un dépôt, et si aujourd'hui c'est beaucoup plus propre, si Handylinux est utilisée c'est parce qu'on en a parlé en bien et en mal. J'écris donc comme à mon habitude ce que je pense, j'espère que le développeur ne prendra pas ceci comme une attaque personnelle ou une attaque sur son travail, il ne s'agit que d'un point de vue.

Primtux est une distribution qui s'inspire de Asri Education. Asri à l'époque de son lancement avait fait le choix de Puppylinux, une distribution minimaliste, ultra légère qui permet de tourner sur des Pentium II. Aujourd'hui, je pense que de passer de Puppy à Debian est un bon choix, j'ai acheté dans un vide grenier un optiplex dual core, 1 Go de RAM et 80 Go de disque dur à 20 €, nous sommes je pense entrés dans une autre époque où la distribution ultra légère n'est peut être plus une évidence, sauf pour les vestiges du passé. Premier point positif donc, une construction sur une debian, adapté à des machines vieilles de plus de 7 ans facilement, adaptable, plus simple que Puppylinux, plus riche. De la même façon qu'à l'époque, je trouvais le choix de la distribution légère intéressant, je trouvais que le découpage par cycle c'était pas mal non plus, en modifiant les applications proposées selon que l'élève soit en maternelle ou en CM2. Si l'on se place toujours dans le contexte de l'époque, "la salle informatique" composée de deux postes pour toute l'école, proposer des sessions différentes me paraissait une bonne idée, aujourd'hui je suis plus partagé, je vous montre deux écrans.

Le premier écran est celui du login, il propose donc comme on peut le comprendre par rapport au niveau, une session qui sera différente, j'ai mis en capture d'écran la session mini, pour les maternelles. Le mot de passe c'est tuxmini, comme on aura tuxmaxi ou tuxsuper. C'est un obstacle, je suis particulièrement sérieux, quand je vois à mon niveau les petits riens qui sont des difficultés, trouver les login sera un problème. L'écran mini c'est le coeur de la distribution et ça ne va pas. Les icônes sont minuscules, il faut quelque chose de large et de parfaitement visible, de facilement cliquable pour des petits qui ne sont pas au top de la motricité, ce n'est pas adapté et pour des enfants et pour des adultes, de plus une icône n'est pas forcément une application mais un groupe d'applications. Pour le reste, pas plus, c'est du debian, on sait ce qu'on va trouver, je note enfin qu'il n'y a pas de contrôle parental, cela signifie qu'il est nécessaire d'avoir un proxy type ipfire dans l'école ou un proxy distant.

Quand je vois ma nièce de 5 ans très à l'aise sur une tablette, je me dis qu'il est important d'avoir une interface claire, lisible sur laquelle l'enfant puisse trouver rapidement ses applications, en gros ça :

C'est clair, c'est visible, c'est moderne, on peut faire différents onglets et agencer comme on l'entend. Je lisais Arpinux qui écrivait qu'à l'occasion il lancerait une handikids ou une variante, comprenez que c'est le seul gars qui essaie de se faire un burnout tout seul des fois qu'il n'en aurait pas assez avec la distribution mère. C'est une lourde erreur, il faut avoir une handylinux la plus facilement configurable pour que chacun puisse l'installer sur un PC et modifier à sa guise les logiciels qui sont installés dessus sans créer une distribution de plus qui n'a pas lieu d'être. Ici si on voulait maintenir la notion de cycle, on pourrait imaginer un onglet par classe par exemple.

Voici mon opinion, la mienne, je pense que la base de départ n'est pas la bonne, que l'interface choisie n'est pas assez claire et plutôt que travailler seul, mieux vaudrait se focaliser sur l'existant, soit en aidant Cédric à faire une migration de puppylinux vers debian ce qui n'est peut être pas encore à l'ordre du jour, soit pour faire évoluer Handylinux afin de pouvoir modifier les applications dans les menus le plus simplement possible (c'est peut être le cas, je n'ai pas testé la v2) pour adapter l'existant au besoin et proposer une liste de logiciels pédagogiques à embarquer.

J'offre à Primtux un peu de visibilité, à vous de télécharger et de vous faire votre propre opinion : http://primtux.fr/

Il est à noter que des solutions existent, on peut penser à Asri l'originale, doudoulinux mais aussi la distribution abuledu de la société ryxéo dont les écrans vous rappelleront curieusement quelque chose puisqu'on est encore sur le profil d'âge de l'enfant avec login automatique. Contrôle parental intégré et quand même quelque chose de franchement lisible.

 

Les douze travaux de Cyrille BORNE ou presque

jeudi 28 mai 2015 à 21:50

Si je fais abstraction de la partie pédagogique avec l'inscription des élèves pour le brevet, pour l'orientation, voici mes journées.

Comme vous pouvez le lire dans cet article écrit rapidement, trois aspects sont pertinents. Dans la majorité de mes interventions ces jours-ci, j'en oublie quelques unes, beaucoup tournent autour de Linux, c'est cette année que j'aurai fait le plus de migrations spontanées alors que paradoxalement comme je l'ai expliqué, je ne fais plus de prosélytisme, même si de l'autre côté je commence de plus en plus à refuser d'intervenir sur des postes Windows. Les gens commencent à flipper de me voir partir et me demandent des tas de trucs en même temps sans s'interroger un quart de seconde que je pourrai avoir d'autres chats à fouetter en cette période à peine chargée de l'année, la peur informatique, nouveau mal du siècle. Enfin, je suis le con qui dit oui, et en ce moment je dis oui à beaucoup de choses.

Avec un planning hebdomadaire que vous pouvez voir chargé, la semaine prochaine sera pire car nous entrons dans les conseils de classe, j'ai bon espoir de pouvoir réinstaller mon brix ce weekend sous debian et de m'occuper des deux nouvelles rougnes qui trainent dans la maison, dont une qui doit équiper la salle de classe de mon épouse. J'ai écrit pas mal ce mercredi, quoi qu'il arrive vous avez des articles écrits jusqu'au 31 du mois.