PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Le RSS cette technologie sacrifiée sur l'autel de l'argent

mardi 9 juin 2015 à 08:00

Comme on pouvait s'y attendre le feed RSS de la veille que j'ai lancée en début de semaine est devenue la deuxième page la plus consultée du site après le feed de la page principale. Concrètement ça signifie que mon blog est moins lu que ma propre page RSS et ma veille. Quels sont les désavantages pour moi ? Absolument aucun, j'écris pour être lu, je peux avoir la skin de base de pluxml, éviter de me casser la tête pour avoir une jolie skin (celle actuelle est avec des poney, des chiots et des arc-en-ciel), que je sois lu directement depuis votre agrégateur ou directement depuis mon blog ne change absolument rien pour moi puisque ce qui compte chez moi c'est le contenu, pas le contenant, je suis un esprit avant d'être un corps aurait dit Mano Solo. En outre imaginons que demain je commence à lancer des pubs, des annonces, tout ceci va commencer à devenir problématique car pour que mes annonces soient lues, il faut que vous veniez sur mon site. Dès lors vous avez quatre écoles

Restons sur le cas youtube. Je voudrais pouvoir être informé de la sortie d'une vidéo sur une chaîne qui produit peu mais régulièrement. Je ne possède pas de compte Google, je veux pouvoir m'abonner pour être au courant de la sortie d'une de ces fameuses vidéo sans aucun autre engagement de ma part. Si j'ai un flux RSS en ma possession, à la sortie de cette fameuse vidéo, je serai directement au courant sans aller vérifier de façon récurrente si la dite vidéo est parue ou non. J'ai donc avec l'agrégateur RSS, un outil pratique, un outil qui me fait gagner du temps, un outil qui me permet de traiter l'information de façon pertinente et efficace. Je pourrai vous donner un exemple totalement similaire avec le bon coin qui s'il me proposait l'agrégation RSS me permettrait de savoir exactement quand une nouvelle annonce dans la catégorie qui m'intéresse vient de paraître, me permettant dès lors de multiplier les sites du même type et d'éviter de passer un temps fou sur internet, de rentabiliser mes affaires. Par le fait, comme ces sites refusent le RSS, nous sommes bien face à une régression puisque la technologie existe, est maîtrisée depuis longtemps, dans le seul but de vous faire venir. C'est un peu comme si on trouvait le remède pour la vie éternelle et qu'on ne le donnait pas de peur que les marchands de cercueil fassent faillite. Certes, vous me rétorquerez que je suis dans la caricature, enfin quand on voit le nombre de morts liés à l'industrie du tabac mais qu'on ne peut démanteler de peur de se retrouver avec des gens au chômage, pas si loin donc. Nous sommes donc dans le cas d'une possibilité technologique qui faciliterait la vie des usagers mais qu'on n'applique pas en but de manipuler les gens, pas joli, joli.

Les réseaux sociaux, plus que les autres, ont tout intérêt à ce qu'un format comme le RSS disparaisse. En effet, nombreux sont les petits malins qui à partir d'un réseau social ou d'un blog ou d'une plateforme quelconque vont récupérer leurs propres écrits pour les réinjecter dans d'autres plateformes. Si à partir de l'un, on rebalance dans tous les autres, on ne s'investit pas réellement dans un réseau social. Moralité, les développeurs des réseaux ont coupé court à cette technologie pour forcer l'internaute à s'impliquer dans un réseau. En effet, s'il faut alimenter manuellement cinq ou six réseaux cela va devenir lassant, en comptant sur la flemme des internautes, le réseau social espère que l'internaute n'utilisera que son réseau au détriment des autres.

Le philosophe Kool Shen du Suprême NTM a écrit : C'qui fait qu'du coup tu t'mets à regretter les coutumes, Le temps où on rêvait tous qu'le progrès serve les hommes, Juste pour qu'on vive mieux mieux et non pas pour qu'on vive vieux, Un peu plus libre seulement c'est mal barré, En haut des tas d'tarés rêvent de nous foutre des puces dans le cul, C'est ça le pari hein? J'parie même qu'tout ça c'est déjà prêt Et qu'dans les hautes sphères tous les paris sont déjà pris

Si le langage est fleuri, que Kool Shen, à tort, ne pensait pas au flux RSS, on occulte une technologie de progrès au profit d'intêrets commerciaux, c'est le monde dans lequel nous vivons. C'est à ce moment là que je sors mon laïus sur les logiciels libres mais il est 22h48 au moment où j'écris ces lignes et je vais me coucher.

 

Un peu de retour technique 4

lundi 8 juin 2015 à 08:00

Les profs sont-ils des cancres ?

dimanche 7 juin 2015 à 08:00

Mes collègues me racontaient qu'ils avaient assez rapidement coupé leur télévision pendant l'émission où dans les grands débats qui étaient posés dans cette émission très chic, on s'interrogeait à quelques semaines du BAC pour savoir si les profs étaient des branquignoles. Sans tomber dans le côté propagande de la chaîne d'état qui devrait soutenir sans faille les actions du gouvernement, je reste perplexe tout de même sur le thème de l'émission. Notre profession fait partie des métiers les plus stigmatisés, le gouvernement peine à recruter des enseignants et je peux vous dire que nous ressentons à notre niveau de façon très palpable le manque de professeurs, les postes à pourvoir ne sont non seulement pas pris au niveau des concours, mais il devient désormais de plus en plus difficile de recruter des enseignants lorsque l'un de nous s'en va, notamment en sciences, au point que désormais les chefs d'établissements sont obligés de mettre un peu n'importe qui pour assurer le face à face élève. Dans ce contexte, le service public télévisé qui joue théoriquement dans la même équipe que nous aurait pu peut être se poser d'autres questions, assurer une information plutôt que de sabrer encore un peu plus la profession. C'est un peu à mon sens comme si on voyait dans les sujets du BAC apparaître, la redevance télé est elle justifiée, ou qu'on prenait le temps de décortiquer dans tous les cours de communication les reportages télévisés pour montrer que la télévision n'informe plus vraiment, s'interroger sur qui sont aujourd'hui les vrais journalistes. les gens payés pour faire du sensationnel ou le journaliste citoyen qui explique le monde tel qu'il le voit sans respecter les codes de l'audimat.

Après un reportage très court qui part dans toutes les directions c'est à dire qui d'un côté, oh la la la ils ont quand même pas mal de problèmes ces gens là, ne faisons pas de généralité, on explique qu'il y a une minorité de brebis galeuses intouchables, minorité mais qui existe quand même. Retour sur le plateau. Il faut savoir que les invitées principales sont Michèle Laroque et Isabelle Nanty, cette dernière étant à l'affiche des Profs 2, une comédie qui met en scène des profs caricaturaux et complètement nuls. Voyez ici que la question, les profs sont-ils des cancres n'est finalement qu'un prétexte pour poser un cadre pour la promotion d'un film. Les invités sur le plateau sont : Daniel Picouly qui a un livre à vendre, Stéphane Furina professeur qui a un livre à vendre, Nicole Ferroni qui a une chronique à vendre, Natacha Polony qui parle avec une aisance incroyable d'un métier qu'elle n'a pratiqué qu'un an, elle a à se vendre étant donné qu'elle circule sur tous les plateaux télés et Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa qui a son syndicat à vendre, en effet s'il prend correctement la défense de ses collègues, ce qu'il fait d'ailleurs, les enseignants qui tiennent encore devant la télé seront peut être tentés d'adhérer. La moralité c'est que toutes les personnes qui sont sur le plateau ont quelque chose à vendre, nous ne sommes pas dans une volonté d'informer mais de promouvoir, dès lors, on peut s'interroger sur l'utilité du service public dont la mission devrait être d'informer. Pour se faire, un panel d'enseignants neutres, de victimes, de parents, des gosses contents, un inspecteur d'académie, enfin bref des gens qui n'ont rien à vendre et qui chacun à leur niveau maîtrise le sujet. On ne peut que penser à 2 minutes pour convaincre et l'internet de 2025 où l'on explique qu'il faudra payer pour avoir une analyse indépendante et que si l'information est gratuite, elle est orientée pour vendre un produit, la télévision a 10 ans d'avance sur l'internet, à une nuance tout de même, nous payons la redevance télévisée pour avoir ce type d'émission.

En 2000 alors que j'étais prestataire pour BNP Paribas, j'avais un collègue, pas prestataire mais BNP sinon il aurait été viré, qu'on trouvait assez régulièrement endormi du côté de la photocopieuse pour un salaire de plus de 3000 € par mois. Forcément cela choque moins car c'est dans une boîte privée et pas dans institution dans laquelle on place nos chères têtes blondes ce qui a tendance à exacerber pas mal de choses, les réseaux sociaux, les téléphones portables contribuant encore un peu plus. Des chèvres, il y en a dans toutes les professions, j'en ai croisé en tant qu'élève, j'en ai croisé en tant que prof, j'en croise en tant que parent d'élève. En tant qu'élève je crois que j'avais du mal à réaliser, élève on a finalement pas réellement de recul quand on est au collège, au lycée pour les classes scientifiques, je passais 15 heures avec deux tueurs qui nous faisaient travailler comme des chiens et qui étaient d'excellents enseignants. En tant que prof avec d'autres profs, j'ai tendance à être mordant mais cela reste tout de même difficile de rentrer dans le tas, notamment avec des gens avec qui vous partagez le quotidien. La particularité étant que parfois vous trouvez des individus extraordinaires mais qui n'ont pas leur place dans l'éducation. En tant que parent d'élève, j'ai du mal à serrer les dents et je n'épargne malheureusement pas mon fils de mes commentaires, je ne devrais pas le faire. Je lui apprends que dans la vie, il sera confronté à des tas d'incompétents, et je le félicite parce qu'il vient déjà de commencer. Plus d'une fois j'ai failli prendre rendez vous, je ne l'ai jamais fait, car, et cela reste une vérité tout de même, un prof dans l'éducation nationale est particulièrement difficile à déboulonner, rentrer dans un collègue c'est prendre le risque d'avoir la répercussion sur son enfant, je compense donc les carences à la maison. Fameuse école égalitaire où si t'as pas des parents et un prof incompétent tu te dois de subir le système. Malheureusement et c'est bien là la problématique de l'évaluation de notre profession, de la neutralité des intervenants, d'essayer de voir le métier de façon professionnelle et pas déformée par les sentiments. La hiérarchie se doit de protéger ses profs et elle le fait les trois quarts du temps, car malheureusement si on devait inquiéter un enseignant pour toutes les rumeurs, pour un propos mal interprété, on serait certainement tous en prison. Si au collège et au lycée ça se voit moins, les mères hystériques à la sortie des écoles qui viennent invectiver les enseignants pour une punition ou une réprimande, parce que bébé on peut pas lui dire du mal, même bébé qui lorsqu'à 13 ans fera son premier vol, fumera ses premiers joints, maman se demandera ce qui a pu clocher dans son éducation et réclamera à corps et à cris (une habitude) que les profs du collège rattrapent une vie d'autorité qu'il n'a jamais reçue. Le métier d'enseignant doit être visé par des professionnels, les inspecteurs sont de vrais professionnels, ils ne passent que rarement pour assister à des messes organisées, jusqu'à des collègues ayant déjà préparé le jeu des questions et des réponses pour récupérer le quart de point tant attendu pour l'avancement de carrière. Il faut donc être à l'écoute des élèves, des familles, mais avec précaution, car rarement dans un métier n'intervient autant la notion de vengeance et de manque d'objectivité.

Ce qui est sûr c'est qu'avec les difficultés qu'on rencontre actuellement, comme je l'évoque souvent ici, la crise de la famille et de l'emploi que nous prenons en plein dans la gueule au quotidien avec ce rôle qui ne se borne plus au simple enseignement mais à l'éducation, avec un concours relevé à BAC +5 pour démarrer à 1600 net ce qui est une véritable idiotie car on n'a pas besoin d'avoir un master de maths pour enseigner à un élève de 4ème, on a désormais besoin surtout d'avoir des nerfs solides et d'être bien dans sa peau, le recrutement va devenir de plus en plus difficile car à BAC +5 en maths tu vas peut être te dire que tu vas tenter autre chose dans ta vie, quelque chose de plus rentable. On risque donc de se retrouver avec une vague de gens qui sont là par hasard, qui font ce métier en attendant autre chose et comme on explique aux élèves de 3ème qu'une orientation mal choisie c'est la porte ouverte à l'échec, on va avoir des charrettes d'enseignants qui n'ont pas leur place aggravant encore un peu plus la situation.

En fait celui qui résume parfaitement la situation c'est Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa. Il explique qu'avec un roulement de gouvernement tous les 5 ans, des ministres de l'éducation nationale qui changent tous les 18 mois et qui comme tout bon politicien cherche à rentrer dans l'histoire, il va tenter de faire passer sa réforme qui va changer le monde même si c'est l'opposé de la réforme précédente sans tenir compte que les enfants et les profs deviennent des béta testeurs pédagogiques. Nous passons notre temps à être bousculés sans avoir le temps de pouvoir installer notre pédagogie. En gros et pour résumer la situation il serait urgent de foutre la paix aux profs pour commencer et de nous laisser faire notre métier que nous sommes très majoritairement à maîtriser de façon professionnelle.

Une histoire de client mail

samedi 6 juin 2015 à 08:00

Alors qu'à une époque j'étais un grand partisan du logiciel à tout faire, les tentatives de Mozilla pour regrouper toutes les possibilités dans le même logiciel au point d'en faire des usines à gaz ont réussi à m'écoeurer. La multiplication des logiciels si elle a l'avantage, souvent, de rendre plus simple les applications du fait d'avoir moins de fonctionnalités pose quand même le problème de la multiplication des bugs et d'être plus vigilants quant aux évolutions / abandons des programmes. Avec le changement d'établissement va certainement se poser le problème du calendrier partagé que je ne pourrai plus utiliser pour la simple et bonne raison que j'utilise la boîte du lycée actuel dont j'ai le code, que je ne posséderai pas (tout de suite) dans mon nouvel établissement. On y reviendra plus longuement et en détails pour un article qui fera gerber tout le monde sur l'utilisation de office365 et de "sites", il y aura peut être moyen de contourner, pour le moment je ne le sais pas encore mais il parait d'après le technicien en chef que le partage peut se faire de façon assez fine. Ce que je sais c'est que Office365 et son calendrier, je n'ai réussi à le faire tourner qu'avec Thunderbird et un plugin dédié (voir l'article quelque part qui va bien), un Thunderbird qui si je n'utilise plus le calendrier pourrait être troqué alors par un autre logiciel. Je vous épargne mes commentaires sur la fermeture de Office365 qui vous impose de passer par le site en permanence étant donné que dav n'existe pas, c'est une invitation à l'utilisation unique des produits Microsoft, interopérabilité, formats fermés tout ça.

J'ai lancé Évolution, peu d'intérêt pour moi, c'est une usine à gaz, j'ai remis claws mail un moment mais le temps de configuration me paraît trop long pour avoir un résultat intéressant quand Thunderbird fait tout bien, j'ai enfin compilé geary le nouveau client à priori léger qui en fait ne tient pas la charge, il n'était pas capable de me récupérer l'intégralité de mes mails. La moralité c'est que sous Linux, si on veut avoir un client mail au local ce qui soit dit en passant avec la synchronisation IMAP ne justifie pas l'utilisation d'un webmail, ça va rester Thunderbird de la même façon que pour le navigateur, si on veut un navigateur qui tienne un peu la route c'est Firefox. Dire qu'on est dans la merde si on n'a pas la fondation Mozilla est un euphémisme, je prends donc le problème à l'envers en m'investissant un peu dans l'utilisation de ces logiciels plutôt que de les changer pour désactiver par exemple les fonctionnalités qui ne m'intéressent pas, pour exemple mail.chat.enabled permet de faire sauter le tchat.

Aussi curieux soit il j'ai toujours utilisé le pop, je suppose que cela vient du fait que faisant régulièrement des manipulations douteuses, je voyais le moment où j'allais perdre tous mes mails notamment avec des clients douteux, geary par exemple, ou celui de FirefoxOS. Comme je suis un foufou plein de confiance, j'ai reconfiguré toutes mes boîtes mails en imap, malheureusement, il faut supprimer les boîtes, les recréer, et je ne me suis pas posé de question sur l'ordre. Pourtant j'ai un ordre dans mes boîtes, et il n'est pas simple dans Thunderbird de modifier l'ordre en passant par le about::config même si c'est faisable, on peut toutefois utiliser un plugin du nom de "Trier les dossiers manuellement" qui comme son nom l'indique permet de Trier les dossiers manuellement comme on peut le voir ci-dessous, il permet de même de bouger les répertoires :

Les répertoires parlons en, office365 possède une batterie de répertoires non utilisés qui n'apparaissent pas dans le pop puisqu'on conserve les dossiers de base, réception, envoi, poubelle. Il est possible de faire clic droit, s'abonner et de sélectionner les dossiers de son choix, comme quoi on en apprend tous les jours.

Comme je l'écrivais dans les commentaires du billet, faut-il sauver le soldat Mozilla, les critiques que je peux faire ne sont en aucun cas une volonté de céder à la mode du bashing mais bien de marquer mes inquiétudes. Que ce soit au niveau du navigateur où vous avez droits à une batterie de projets plus ou moins abandonnés (Midori n'est pas Jessie ...), tous plus bugués les uns que les autres ou l'alternative joie dans la maison éternelle chromium, ou pour le client mail même si le choix est moins restreint, les produits Mozilla sont complètement incontournables. Si pour une raison ou pour une autre, ils venaient à disparaître, plus particulièrement pour Firefox, avec une informatique qui se résume de plus en plus à l'OS support du navigateur pour accéder au web, c'est l'écosystème du logiciel libre au complet qui s'en trouverait menacé.

L'erreur SSL de la mort dans le navigateur et partout ailleurs enfin démystifiée

jeudi 4 juin 2015 à 20:29

Ce matin je me fais chopper par ma collègue d'informatique qui me montre un poste qui n'a pas d'internet, je fais mon malin sans rien dire au gamin devant en le fixant droit dans les yeux, je tourne la tour, je rebranche RJ45 le cable mal fixé et curieusement le network manager se remet en marche, et je lui explique qu'il n'est pas interdit de réfléchir. Il lance iceweasel, toutes les pages qu'il lance lui demande une certification SSL en disant que la page n'est pas reconnue, etc etc etc ... Je regarde le paramétrage de iceweasel, rien à dire, je purge le répertoire de configuration, rien de mieux, je fais un apt-get update pour voir si c'est pas un problème de dpkg cassé ou un truc du genre, j'ai une erreur bizarre sur SSL et ça plante. Je comprends donc que ça vient de la machine. Je lance l'installation de chromium qui passe, et je me retrouve avec un certificat en erreur, un écran de ce type.

Ce n'est pas mon écran, j'avais un écran similaire, et ce à chaque lancement. Je fais un tour dans Google et je vois un gars qui a un problème similaire dans ubuntu, il devait reconfigurer des paquets python, effectivement sur ma machine ce paquet n'était pas installé, malgré le reboot rien ne change. Je relance Chromium et je me rends compte qu'à côté du message d'erreur il y a une référence à une date.

Je regarde la date de la machine, elle est en juillet 2016, je repasse la machine à la date du jour, tout redémarre normalement, 1 an dans le futur, ça lui a pas plu.

Ce n'est pas la première fois que je me fais prendre au jeu de la pendule avec un ordi, pensez y la prochaine fois que vous avez un problème réellement bizarre.