PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Susan 11 ans, montage de SSD, installation de Xubuntu

mercredi 17 juin 2015 à 08:00

On avait dit qu'on mettrait une debian mais j'ai tenté la facilité avec une Xubuntu comme ça les deux gosses sont équipés de la même façon. Il n'est pas impossible que ça me prenne et que vire Xubuntu de leur PC pour coller une debian à la place, on sera tous sous debian, ce sera beau, il restera maman la rebelle de la maison sous Windows. D'un point de vue pédagogique avec ma fille, je retrouve les mêmes problèmes que la dernière fois c'est à dire que je n'ai pas eu le temps de donner les consignes qu'elle est déjà en train d'ouvrir le PC comme une brutasse. Connaissant la bête, je pense qu'elle est tellement impatiente d'utiliser son ordinateur qu'il faut plier la partie hardware le plus rapidement possible. Elle a de plus le défaut ou la qualité ça va dépendre des situations, d'avoir une grande assurance, du fait de m'avoir vu réaliser ce genre d'opérations des centaines de fois, elle se dit que c'est simple. En fait cela ne l'intéresse absolument pas, j'aurai plus de succès sur l'utilisation des logiciels où elle a ici le désir de comprendre, de savoir tout gérer. Bon complément quelque part, son frère est plus intéressé par le hardware et par le jeu, elle au logiciel, on arrivera à faire quelque chose en équipe.

L'installation du SSD ne pose absolument aucun problème, comme je l'ai déjà précisé Asus a bien fait les choses, il suffit de retirer le capot du dessous et tout le PC est accessible sur ce modèle. Nous avons été surpris de constater que la dalle tactile est gérée par Xubuntu vous voyez dans une des photos ma fille mettre le doigt, ce n'est pas pour montrer quelque chose mais bien pour finaliser l'installation. N'ayant fonctionné jusqu'à maintenant qu'avec les tablettes, elle a du mal à utiliser le pad et a ce réflexe de doigt sur l'écran. La machine avec le SSD va booter en moins de 15 secondes c'était prévisible, elle est relativement réactive. On retrouve par contre les mêmes problèmes qui m'ont fait passer mon poste sous Debian, une vidéo en 480p avec Firefox met le processeur à genou. On évoquait dernièrement l'utilisation de minitube, Leloo qui fait partie de la team ne comprenait pas l'utilité du logiciel, ultra disait que ça consommait dix fois moins de proc, il a parfaitement raison, sur youtube la vidéo n'est pas fluide, avec minitube, ça passe comme une lettre à la poste.

Au moment où j'écris ces lignes, je me dis que si la dalle est aussi repérée par debian, ce serait cohérent de mettre Gnome qui finalement est fait pour ça, pourquoi pas debian dans la foulée. Je viens de faire le test avec handylinux elle bloque au démarrage, un live USB de debian n'arrive pas à afficher le bureau malgré la présence des pilotes propriétaires. Je viens de faire un essai avec Android x86 c'est tellement lent que c'est inutilisable, il va falloir que je creuse un peu.

Ah finalement, j'ai réussi à passer le live usb, le tactile est repéré, je lance l'installation de debian et de Gnome.

La relève

mardi 16 juin 2015 à 08:00

On ne va pas se mentir, l'internet français tel que nous le connaissons est en train de mourir. On va écarter rapidement la partie qui se professionnalise du web, pour se concentrer sur la partie qui continue à écrire de façon gratuite / libre, même si les deux phénomènes sont intrinsèquement liés.

Il y a quelques années tout le monde lançait son blog et on voyait dans le web un nouvel Eldorado où il suffisait d'écrire quelques lignes pour faire couler des rivières d'or. Le web était saturé de conseils pour devenir millionnaire, on s'est rapidement rendu compte que les gens qui pouvaient vivre de leur blog se comptaient sur les doigts des deux mains, peut être un bout des pieds au point que cela fait peut être plus d'un an que je n'ai pas vu une infographie, les gens qui monétisent gardent désormais leurs petits secrets pour eux. Alors que d'un côté les gens  qui n'avaient pas réussi à devenir riche stoppaient leur activité, les grosses boîtes qui ont toujours un temps de retard se sont essayées au web avec plus ou moins de succès pour finir avec la solution de facilité, c'est à dire racheter l'existant comme on peut le voir actuellement dans les sites de jeux vidéos qui disparaissent les uns à la suite des autres. L'apparition des réseaux sociaux n'a fait qu'enfoncer les clous sur le cercueil des plateformes de blog avec Facebook, un réseau unifié, facile et où l'on trouve tout le monde. Ca c'est le monde tel qu'il évolue, c'est le monde plus ou moins pro qui écarte la partie des gens qui écrivent par passion, par conviction, ce fameux internet de 2025.

Je ne peux parler que du domaine que je maîtrise, peut être que les blogs cuisine, mécanique, et autres cartonnent en continuant dans un amateurisme bon enfant, ce qui est sûr c'est que la toile libre a pris une sévère claque et que lorsqu'on voit les blogs / sites à l'arrêt, la peau de chagrin du libre francophone a aujourd'hui l'épaisseur d'une feuille de papier toilette discount, bien loin du confort du papier Lotus encore trop épais pour illustrer notre réalité. Quelques tentatives d'explications

Pendant longtemps j'ai pensé qu'on avait de quoi se faire du souci car l'animation du web libre se faisait par des gens qui avaient largement franchi le cap des 25 ans et qu'on ne voyait pas se pointer les jeunes. Depuis quelques mois je constate que de plus en plus de gamins m'écrivent, un français impeccable, pas d'agressivité, des gamins sympas qui me posent des questions sur tout un tas de sujets différents, demandent des conseils, des gosses curieux en quelques sortes. Deux exemples parmi tant d'autres, Angristan, Adrien de Passionaqua, ou Alexandre de dtcux chez qui on retrouve des traits communs, des sites internet jolis, une utilisation décomplexée des réseaux sociaux quand certains d'entre nous en sont à compter le nombre de paquets non libres sur leur système. Autre trait commun dans les échanges, ils sont cools et c'est je l'espère eux qui vont changer la vision du libre que nous donnons actuellement, j'entends les grabataires qui ont passé les 35 ans, celles de gros barbus agressifs qui ont tous fait leur chemin dans le libre pour essayer de coller au mieux à la vision Stallmanienne du libre.

Car en fait c'est ce qui nous manque, des jeunes normaux, qui parlent aux autres jeunes, loin des caricatures du gros geek qui vit dans une cave avec sa mère, des gars qui ont une vie remplie, qui maîtrisent parfaitement les réseaux sociaux, et auront la capacité de faire passer les produits que nous utilisons pour des produits cool, même si nous savons que seule la ligne de commande est vraiment cool. Des jeunes qui arrivent alors que la partie est finie, des jeunes désintéressés, des jeunes qui pourront reconstruire ou construire autrement, sans la volonté de faire tomber le monde propriétaire, des jeunes qui apporteront une vision différente de ce que nous proposons actuellement.

Il y a quelques jours je disais à Cep au téléphone que si dans les quinze derniers années je n'avais pas fait tout ce travail de déréférencement, destruction de sites, reconstructions, aucun effort SEO et j'en passe, je serai à la place de Korben ce qui aurait été drôle. C'est une vérité sur internet, ce sont les endurants qui ont gagné la bataille de la visibilité, bien plus que les gars qui auront mis en place les règles SEO et tout le bazar. C'est ici le handicap de la relève, réussir à émerger de la nasse des sites internet. Néanmoins ils pourront réussir s'ils persistent et si nous leur donnons un peu de visibilité. Viens le jeune, n'aies pas peur, montre toi.

blog-libre.org ou de l'illustration des problèmes du cadre

lundi 15 juin 2015 à 08:00

Il y a dernièrement cette phrase d'alterlibriste qui m'a interpellé : On retrouve du grand Cyrille d'avant l'implosion du Blog-Libre ces derniers temps ... Quand je parlais du grand Cyrille, c'était pour le contenu des billets, plus personnel, plus engagé, sur le fil alors qu'il y a eu un passage beaucoup plus distant et froid, ce qui peut se comprendre mais est moins intéressant.

Sur le coup, je n'y ai pas pensé, mais c'est vrai, j'ai beaucoup de plaisir à écrire sur mon blog ces derniers temps, et je n'avais même pas réalisé la distance que j'avais pris avec ma propre écriture, avec moi-même. Peut que toute la violence des derniers temps, dans les articles, dans les intempéries, dans les tracas du quotidien à cette époque, m'ont conduit à cet éloignement, une protection, la coupure des réseaux sociaux, des communautés, seul avec moi-même. Je pense que ce qui ne m'a pas fait lâcher à l'époque c'est le plaisir de l'écriture.

De cette époque je retiens deux choses : 

Si le premier point parait évident, ça partait dans tous les sens avec la multiplication des sujets polémiques, le second parait plus difficile à cerner. Je restais le propriétaire du blog, un blog de Cyrille BORNE que j'avais transformé en blog-libre pour faire valoir l'intérêt collectif contre l'intérêt individuel. Sans avoir jamais marqué une ligne éditoriale si ce n'est la mienne, toutes les personnes qui intervenaient savaient, savent, que je suis quelqu'un de profondément modéré. Le respect, la compassion, ça aurait été de voir qu'un type faisant plus de 3h30 de route par jour, qui ne savaient s'il arriverait à rentrer chez lui le soir et de se dire qu'il n'est pas si difficile que cela de lever le pied, lui foutre un peu la paix. Au lieu de cela, les querelles internes n'ont fait que redoubler avec des désaccords profonds entre les auteurs, il a fallu non seulement assurer dans la modération des commentaires, à apporter une réponse ou un apaisement pour des textes que je n'avais pas écrit, mais aussi arbitrer les problèmes de communication au sein d'une équipe.

Je ne pense pas qu'il s'agissait d'un manque de respect mais bien d'un problème de communication. Si l'on prend le cas de Christophe avec qui nous sommes restés sur un billet arborant l'entrée d'un camp de concentration, il n'a jamais été question d'un problème de respect mais bien de compréhension. Comment peut-on en vouloir à Christophe ? Engagé, érudit, entier, lorsque Christophe envoie ses textes c'est fait de façon gratuite, il n'y a rien à vendre, tout à prendre. L'incompréhension nous sommes nombreux à la trouver avec Christophe, tout simplement car nous ne communiquons pas de la même façon, nous ne nous exprimons pas de la même façon, quand il met une photo de camp, je reste coincé sur le point Godwin sur un site dont je suis le propriétaire quand lui y voit les bases d'une argumentation solide. Que dire de Damien, enragé toute l'année, en révolte contre tout. Je le voyais la dernière fois s'attaquer directement à la municipalité de son arrondissement pour une antenne relais, interpeller directement ses élus. Damien comme Christophe ne fait pas semblant, un engagement que j'ai du mal à comprendre mais que j'ai toujours respecté, Damien a fait / fait partie du parti pirate pour faire bouger les choses, ce n'est pas un engagement de pacotille comme quand nous manifestions au baby-foot pendant notre adolescence. Augier, jeune, énervé, hyperactif, qui rentre dans le tas à la hache et qui pourtant a des choses intéressantes à dire. En dehors des caméras, à l'écoute, mais chauffé dans la foule, un sanguinaire. Un garçon qui a du talent, brillant mais qui a la diplomatie d'un berserker au combat.

Je pourrai évoquer les autres au milieu de tout ça, mais c'est sans importance, je pense que vous avez compris où je veux en venir, derrière nos écrans il n'est pas simple de réellement comprendre qui est l'autre, comment fonctionne l'autre, l'obstacle de la langue bien sûr, le rôle qu'on se donne, ce qu'on laisse voir ou pas. Je n'ai aucune rancoeur, j'ai fait toujours les choses comme je les ai senties, on ne pourra pas dire que je n'ai pas essayé de faire quelque chose, même s'il aurait fallu faire autrement.

Le problème de communication est certainement la base de nombreux forks, de mésententes, et peut être quelque part du manque de réussite du logiciel libre, ça et l'argent bien sûr. Souvenez vous, il y a quelques mois j'écrivais un peu sur Cozycloud, j'ai fait des remontées d'anomalies et j'ai cessé. Je me suis pris assez rapidement le bec avec des développeurs car j'ai écrit qu'un plugin supplémentaire était obsolète et buggué, ce qui est vrai. D'un point de vue pragmatique j'ai totalement raison, si on veut mettre en avant un logiciel, le faire découvrir, il est impossible d'avoir une piètre qualité. En outre d'un point de vue nétiquette, je suis complètement hors jeu, et je me suis fait largement tomber dessus par les développeurs, me rappelant que derrière chaque développeur, il y a un humain, avec sa sensibilité. J'ai tendance à ne pas mettre les formes, non pas parce que je suis un gros bourrin mais tout simplement parce qu'agissant bénévolement, j'ai souvent l'impression que c'est déjà bien heureux qu'on communique un bug, que si en plus je dois mettre les formes, on va jamais y arriver. Les développeurs de Cozycloud sont payés, il y a de l'argent derrière tout cela et par le fait ces gens se doivent de maîtriser tous les processus de communication qu'on va retrouver quand on est au boulot, sauf que s'ils y sont, je n'y suis concrètement pas, je suis bénévole.

Le meilleur exemple c'est certainement Frédéric Bezies. Si on regarde d'un point de vue professionnel, du point de vue de l'angle de la communication par rapport au monde du travail, la démarche de Fred est suicidaire. Fred est souvent insultant dans son vocabulaire, Fred arrive à se fâcher avec tout le monde, se fait insulter par tout le monde de façon aussi gratuite par des gens qui prennent le temps d'une certaine façon de répondre bénévolement sans aucun respect d'une quelconque nétiquette car ils sont déjà bien sympas de prendre le temps de répondre gratuitement, et tout tourne à la grosse boucherie avec fermeture de blog. Mais en même temps, Fred n'a rien à vendre, il ne s'agit pas de son travail, pourquoi irait-il se poser des contraintes ou des limites alors qu'il distille son savoir bénévolement ? Si certains comme Philippe Scoffoni ou Coreight maîtrisent parfaitement leur communication avec jamais un mot qui dépasse. Pour la majorité d'entre nous, qui n'ont aucun intérêt financier dans le logiciel libre, qui pour beaucoup se doivent de respecter un cadre dans leur milieu professionnel, il n'y a pas l'envie de faire l'effort du choix des mots pour ce qui est un loisir, une passion souvent chronophage. Philippe et Coreight d'ailleurs partagent le point commun d'avoir un lien avec les métiers de l'internet, et quand ils écrivent sur le web, ils sont quelque part au boulot.

Et si tout simplement cette impression d'anarchie, de mésentente, provenait de cette difficulté de poser un cadre chez des bénévoles ? Trop facile, on n'imagine pas des bénévoles du secours populaire, des restaurants du coeur, péter littéralement les plombs, répondre mal aux gens, s'entre-déchirer sous prétexte d'être bénévoles. Le bénévolat c'est un choix, adhérer à une association c'est se conformer au cadre qu'elle impose, personne ne vous oblige à être bénévole, si vous le faites c'est que vous acceptez les conditions en votre âme et conscience.

Moralité :

Conclusions

Solutions miracles ?

bonus

A l'instar des gens qui sont interdits de casino, je pense qu'on devrait ficher certains d'entre nous pour tout projet collectif, moi le premier. A mon sens, certains d'entre nous ne sont bons qu'à bloguer, moi le premier, et en aucun cas collaborer. En effet, quand vous voyez certains d'entre nous, moi le premier, pondre avec une facilité extrême des billets de 1000 mots, manipuler les mots en toute tranquillité, c'est qu'ils ont trouvé leur vocation, le blog. Le blog, ce calepin personnel qu'on crache à la gueule du monde, par fierté, vanité, persuadé de tenir la vérité dans nos mots, ce temple de l'orgueil, démontre un individualisme exacerbé. Plus le blogueur est productif, plus le blogueur est doué, plus il faut le laisser dans son coin et ne faire appel à lui que pour qu'il fasse sa besogne de communication, un peu comme les bourreaux de l'époque, un type bien utile mais pas fréquentable.

Il est de rigueur de nous quitter sur un rap des années 90. Le Saian Supa Crew qui manque horriblement à la scène française, comprenez un rap qui est capable d'aborder d'autres thèmes que les armes à feu, l'argent et les filles faciles, avait écrit la chanson maladie sur la fierté mal placée des hommes, j'aime beaucoup.

Notre prochain billet s'appellera la relève, une suite logique de ce qui est écrit ici.

 

Une histoire de GPU et d'émulation

dimanche 14 juin 2015 à 21:00

Comme je l'écrivais dans mon dernier billet, j'ai acheté un vieil optiplex à 20 € qui traîne dans un coin et dont je ne fais rien. Comme à la maison on rigole d'un rien, on se voit bien faire des parties de Mario Kart ou de vieux jeux à plusieurs, j'ai donc installé la distribution Lakka sur un optiplex 330, une machine double coeur cadencée à 2 GHz, 1 Go de RAM, 80 Go de DD et qui possède un chipset video GMA 31xx. Le résultat est assez catastrophique comme vous pourrez l'observer dans la vidéo du bas.

Du fait d'avoir vu dans les forum que globalement c'était du out of the box, je n'ai pas vraiment cherché du côté du paramétrage des émulateurs, mais j'ai booté en live USB sur les machines suivantes.

J'en ai déduit et ce malgré l'écart temporel entre les processeurs, avec des gravures plus fines et de nouvelles instructions, que la puissance du proc ne devait pas tout faire et que c'est certainement du côté du GPU qu'il fallait creuser, j'ai posé la question dans le forum. Les intervenants sont Le Furet et Fabrice, de véritables spécialistes de l'émulation, et du retrogaming, Fabrice est le genre de gars à réparer les Super Nintendo et ce genre de choses. D'après eux, c'est le CPU qui fait le gros oeuvre, j'ai pour ma part du mal à croire que malgré l'évolution des technologies, un CPU de 2 GHz soit moins performant qu'un CPU de 1 GHz notamment lorsque j'ai le souvenir d'avoir joué avec Mupen64 sur une machine de type E5200 c'est à dire ce qui tourne dans l'optiplex de mon épouse.

J'ai eu souvenir que Saby dit le banquier, m'avait envoyé une carte vidéo à base de HD2600XT soit une cochonnerie de ATI, donc le sommet théorique de la non compatibilité Linuxienne. Malgré un montage un peu sale, du fait que l'optiplex attende du low profile, on voit que la vidéo est parfaitement fluide. J'en déduis donc que soit, effectivement le GPU fait ici toute la différence et que le GMA 31 n'est pas capable de faire le job, soit que ce même GMA n'a pas de pilote correct sous Linux ce qui explique le résultat catastrophique.

Au moment où j'écris ces lignes et parce que je suis un foufou, je viens d'acheter cette carte pas chère low profile qui est bien notée et qui devrait être suffisante.

 

 

Du grand n'importe quoi Bornien

dimanche 14 juin 2015 à 08:00

Je crois que pour synthétiser ma semaine, ça c'est pas mal.

Ca c'est vendredi à mon retour chez moi après 1h30 de route, routes inondées bien sûr, sinon ce ne serait pas drôle. Vous ne l'avez peut être pas réalisé, mais du côté de Narbonne, l'eau a monté sérieusement, environ 50 cm d'eau à certains endroits, le bas de Saint Pierre inondé bien sûr et moi et ma piscine. Cela dit, il faut savoir que vue la somme de précipitations, la force de l'orage, le fait de n'avoir que ça montre que ce n'est pas si mal, un collègue m'avait dit qu'à la première forte pluie le fond s'effondrerait, rien n'a bougé, c'est dire la dose de cailloux qu'il y a. Le niveau d'eau tel que je vous le montre est le plus haut, ce qui prouve que j'ai bien creusé en pente, rien devant la porte comme en décembre 2014.

Comme je l'expliquais dernièrement, je suis en train de finir mon lycée, je suis en train d'attaquer l'autre, je tire dans tous les sens, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, plus j'en fais, plus j'en fais, et plus j'ai envie d'en faire. Au niveau de mon futur ancien établissement, j'ai fini de mettre la salle informatique à jour et au propre, il ne me reste plus que des temps de formation pour mes collègues. Pour le nouvel établissement, je prends la mesure, je commence à regarder le matériel, le matériel en panne notamment. On m'a donné le portable type qui ne s'allumait plus, qu'utilisent les enseignants, un DELL lattitude E4300, une très jolie machine. Il y a malheureusement la problématique de l'ultraportable, la RAM est facilement accessible, le disque dur aussi, la dalle se récupère facilement, pour le reste tout est imbriqué de façon à ce que cela ne soit pas réparable. La machine a cramé sur la table. On m'a demandé pour le CDI d'installer le logiciel Italc qui un outil de surveillance des postes. Du fait d'avoir travaillé dans des petits établissements et d'avoir une politique de non informatisation stérile, la surveillance de 20 postes avec une pièce disposée en U n'a jamais posé de problème. Ici des coins, des recoins, c'est différent. Je n'avais jamais fait, j'ai fait l'installation à la maison sur le poste de ma femme et de mon fils pour le faire flipper, le logiciel a l'air peu maintenu, avec des bugs, mais il fait quand même son petit effet. Il est à noter que italc est compatible Windows et Linux, dans la capture d'écran ci dessous, mon poste, le maître, est sous debian, le poste de ma femme sous Windows et mon fils sous Xubuntu, parfaitement fonctionnel avec des possibilités intéressantes comme l'envoi de message ou la possibilité de bloquer les postes. J'avais la possibilité d'installer le poste dédié sous Linux pour le CDI mais finalement j'ai laissé sous le Windows, il y a quelques problèmes au lancement qui ne se produisent pas sous Windows, autant attaquer de façon saine et pas trop dans la bricole. Arnaud me disait que pour Linux, on avait epoptes qui a l'air propre, et qui d'ailleurs n'existe que pour Linux, certainement une preuve de goût.

Au lycée un collègue me demande un conseil d'achat pour un ordinateur portable pour le boulot, en début d'année il avait acheté un ordinateur sous Windows 8 du type des netbook que j'ai fait acheter aux enseignants il y a un trois ans, un modèle qu'il a payé je pense 350 €, 500 Go, 2 Go de RAM, une dalle tactile et une hérésie, un processeur cadencé à 1 GHZ. J'avais installé Windows 7 pour soulager un peu, mais ce n'est malheureusement pas suffisant, pas de miracle. Je lui ai fait acheter le X205 qui correspond parfaitement au cadre de son utilisation, c'est le deuxième que je "vends". Comme je suis dans ma semaine n'importe quoi, j'ai acheté son portable à 70 € pour ma fille qui me gonfle avec sa tablette qu'elle pourrit une fois par semaine. Ma fille à 11 ans, a le profil de la gamine à vous tuer un PC, de façon logicielle et maintenant je pense que de façon matérielle c'est pas mal non plus. Ma fille est à l'école des Bornes et à part ma femme qui se contente de subir l'informatique domestique dont elle se fout totalement tant que ça marche, la petite Borne aura son Linux, démontera des PC, et fera peur aux hommes non pas à cause de son mauvais caractère, enfin si, mais quand elle expliquera qu'elle est sous debian. On a donc commencé tranquille dans l'ouverture du PC, il est simple, dans le sens où il suffit de faire sauter 6 vis, 3 visibles, 1 sous l'étiquette, deux sous les cales en plastique pour ouvrir facilement le PC et avoir accès à tout, la RAM soudée par exemple. Ma fille n'a peur de rien, alors que son frère est super prudent, elle ose tout, j'ai cru qu'elle allait exploser le PC. En gros on aurait dû un ostréiculteur qui ouvre une huitre. Pour le disque dur, je n'ai même pas eu le temps de donner les consignes qu'elle l'avait dans la main, je devrais recevoir son SSD lundi, elle fera sa première installation de debian en début de semaine, parce que je pense que si à 11 ans tu as un ordinateur sans Debian, c'est comme des cheveux sans shampoing, pour rester dans un domaine qui lui est cher. J'ai pris du 64 Go à moins de 40 €, je pense que la combinaison SSD + Debian devrait mettre un coup de fouet à la machine, je ferai l'essai de Android x86 pour voir si le tactile est géré.

Dans un vide grenier à Narbonne Plage, j'ai rencontré un gars qui vendait des Optiplex 330 à 20 €, 4 € l'écran 15 pouces pour aller avec. Depuis que Naabster qui j'espère viendra passer ses vacances populaires dans le sud de la France à Gruissan m'a offert mon premier optiplex, je mets des optiplex de partout, j'en vois un, j'achète, j'ai donc acheté un optiplex dont je n'avais aucune utilité, je risque de lui en racheter d'autres et de les stocker, mon gars récupère ses machines de façon légale sur les grosses boîtes de Montpellier qui destockent. Comme j'étais dans mon samedi éducatif, qu'avec les gosses on avait brûlé un PC et arraché le disque dur d'un autre, j'ai voulu faire le test du projet Lakka. Lakka est une distribution Linux qui vous transforme en 3 minutes montre en main avec le temps de l'installation un ordinateur en console de jeu retrogaming. Le 330 est à base de dual core cadencé à 2 GoHz, 1 Go de RAM seulement mais j'ai des barrettes qui traînent, 80 Go de disque mais j'ai plus, seul peut être le GMA 3100 va peut être me poser des problèmes en terme de puissance, j'ai fait un essai avec Zelda Occarina of Time, peu concluant, ça tournait au ralenti mais il faut certainement creuser la configuration. Je ferai un retour complet sur Lakka qui présente une interface vraiment bien foutue et calquée sur ce qu'on peut voir sur la PSP ou la PS3. La manette de la PS3 d'ailleurs est compatible.

L'ordinateur était bloqué par un mot de passe sur le bios, j'ai donc expliqué aux gamins ce qu'était le bios, à quoi ça sert et comment on fait sauter le mot de passe, la seule chose qu'ils ont bien sûr retenue. J'ai fait le coup de la pile, mais avec ma patience légendaire, j'ai rallumé au bout de trois minutes, le paramétrage avait valsé mais pas le mot de passe, j'ai donc fait un CLEAR CMOS en retirant le cavalier présent sur la machine. Il faut que je creuse un peu pour les performances, je ferai un retour complet, je me dis que ce serait peut être sympa d'acheter une petite carte vidéo pas trop cher pour après faire de l'émulation Wii ou Game Cube, la seule problématique étant que les optiplex sont Low Profile en terme de carte PCI ou PCI express ce qui interdit l'achat de tout et de n'importe quoi. Une autre alternative puisque le Intel HD est recommandé, serait l'inversion de mon brix que j'utilise actuellement avec l'optiplex, jouable, sauf qu'il faudrait que je rachète un SSD de plus d'une valeur de 40 ou 50 €, globalement le prix de la carte vidéo. Il n'est pas impossible que j'adopte cette solution même si j'arrive à court de port HDMI sur la télé, un brix à côté de la télé c'est quand même franchement plus discret qu'un optiplex, surtout quand j'ai déjà un serveur au même endroit qui est un optiplex ...

Voilà, manquerait plus que je me lance dans un projet que je flinguerais dans trois mois et je pense que je serais au top. Chiche ?