PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

L'oiseau de passage

mardi 30 juin 2015 à 19:30

Voilà c'était ma dernière journée au Lycée Agricole le Cep d'Or de Clermont l'Hérault, "dernière journée" car comme j'aime à le rappeler ce n'est qu'à 25 km et que je passerai voir mes collègues quand le serveur aura brûlé par exemple. Enfin 25 km, il peut quand même s'en passer en 25 km des choses, pour exemple ce soir à mon retour, je vois noté attention véhicule à contresens, je me rabats bien sur la file de droite en espérant que le gars soit sur l'autre file, je regarde le véhicule devant moi il s'agit de la société ohciel à qui j'offre un backlink car je n'ai pu m'empêcher de sourire malgré la gravité de l'instant, j'étais derrière une société de pompes funèbres qui proposait une prestation à peine à 1350 € ce qui n'est vraiment pas cher.

Mes collègues m'ont fait de jolis cadeaux, j'ai eu droit à un énorme panier de chocolat et un ordinateur en bonbons où vous voyez le logo de Superman. L'origine est double, il m'arrive de me balader avec mon T-Shirt Superman, ce qui me vaut le surnom de Superborne par les gamins, mais surtout parce que j'évoque régulièrement mes supers pouvoirs. Pour nous qui venons de la même planète, où notre Kryptonite c'est le wifi trop faible ou la coupure de courant, les prises de contrôle à distance, les Linux, et autres réparations qui font partie de notre quotidien paraissent souvent tenir du surnaturel pour les gens normaux. Pour le chocolat, je reconnais là, la touche de mon chef d'établissement à qui je donnais régulièrement des carrés pendant l'année scolaire, le chocolat, les bonbons, une grande tradition dans mon établissement, la bouffe de façon générale, un exutoire parmi d'autres quand les situations sont parfois si difficiles.

Beaucoup d'émotion mais pas chez moi, j'ai dû passer encore pour un ours. Je suis un oiseau de passage, je n'ai jamais vraiment quitté l'uniforme de prestataire de service de mes débuts il y a 12 ans, le départ est ancré en moi. Et pourtant je quitte ici une équipe que j'apprécie réellement, des gens entiers, des vrais warriors de la pédagogie. Il y a certainement une évidence dans notre métier, les emmerdes ça rapproche, et nous les emmerdes le moins qu'on puisse dire c'est qu'on les a cumulées, alors forcément on était plutôt proche. Et plus paradoxal et difficile à comprendre, les emmerdes qui sont souvent à l'origine de nos élèves nous rapprochent d'eux aussi, même si je ne le montre pas j'ai l'impression de quitter une famille.

A cette culture du départ, s'ajoute certainement un optimisme fou, l'idée saugrenue qu'on se reverra, qu'on a les moyens de se revoir et qu'on va le faire. Bonne Terre est un gros établissement qui accueille souvent des formations, j'irai me fendre d'un peu de route et je ferai mon effort, il y a le net.

Les adieux n'ont jamais vraiment été mon fort, car en fait je n'y ai jamais cru, les adieux c'est pour les morts, pour le reste il ne s'agit que de simples au revoir qui peuvent se transformer avec un peu de bonne volonté en à bientôt.

 

Cinéma, cinéma, TCHI TCHA !!! Juin 2015

mardi 30 juin 2015 à 08:00

discount est ce qu'on appelle techniquement une comédie sociale qui se passe curieusement dans un discount. Après avoir montré la dure loi du travail, des conditions difficiles, où tout n'est qu'optimisation, les salariés se voient en prendre une couche supplémentaire avec l'arrivée des caisses automatiques qui va entraîner le licenciement de plusieurs d'entre eux. Ayant tous besoin d'argent, ils vont tout simplement voler une partie des produits du magasin pour les revendre à faible coup dans leur propre magasin, une ferme aménagée. Discount est une critique sévère du monde du travail pour un film pas vraiment passionnant et trompeur puisqu'au départ je pensais à un film dans lequel il y avait vraiment un montage d'une épicerie solidaire, une alternative et pas un commerce basé sur le vol d'une autre société quelle que soient ses pratiques.

Kad Merad est un ancien policier qui travaille désormais dans une société spécialisée dans le recouvrement de fond. Séparé de sa femme, Géraldine Pailhas, il mène une vie austère, allant de ville en ville pour forcer les gens à payer. Dans un bistrot de passage, il accepte de déposer une jeune fille chez elle, elle lui fait prendre un détour et se retrouve au beau milieu de la forêt, elle lui propose alors une relation tarifée. Celui-ci la dégage de sa voiture et la laisse en plan. Il culpabilise, revient, ne la trouve pas, elle a disparu et va mener l'enquête pour savoir ce qu'elle est devenue. Disparue en hiver est un film sans aucune once d'humour, avec un Kad Merad qui essaie de se la jouer à la Liam Neeson ce qui ne le fait pas trop. Pas désagréable, se laisse regarder.

C'est l'histoire d'une fille qui rencontre le prince charmant mais la faute à pas de chance il est masochiste (un jour mon prince viendra et il me fouettera). Voici le pitch de 50 nuances de Grey, que j'oserai qualifier de twilight sexuel. Car, et c'est bien là le problème, si l'on prend nymphomaniac par exemple qui mérite d'être regardé car c'est du sérieux, on a réellement la description sans détour d'une nymphomane en souffrance, la présentation de l'addiction est réaliste, ici les dialogues sont nuls, totalement surréalistes, c'est fleur bleue quand le film aurait peut être eu à gagner avec davantage de violence. Je n'ai pas tenu l'intégralité ce qui est rare, le succès qu'a rencontré ce film est quand même étonnant, avec tout le porno qui traine sur internet, les gens n'ont pas besoin de payer 10 € une place de cinéma pour voir un mauvais film.

Pas évident d'évoquer it follows sans spoiler et sans gâcher, mais tant pis allons y. Tout démarre par une belle rencontre, une étudiante avec son petit copain, tout va bien jusqu'à la première relation. Là, le gars la ligote à une chaise et lui explique ce qui va lui arriver. Elle va désormais être poursuivie par un monstre qui peut prendre l'apparence de n'importe qui, qu'elle sera la seule à voir et qui va tracer vers elle pour la tuer, le monstre n'est pas très rapide mais déterminé, on peut donc le semer. Original, bien fait, flippant, le meilleur film d'horreur que j'ai vu depuis bien longtemps.

Jupiter Ascendant, est un film des frères Wachowski à qui l'on doit accessoirement Matrix, ce petit film de sciences fictions qui aura un peu marqué les esprits. Alors forcément dès qu'ils sortent un film, on les attend au tournant. Forcément avec Channing Tatum et Mila Kunis, on espère moins qu'avec Keanu Reeves mais quand même. Donc Mila Kunis est une fille dont la vie a été marquée par des tragédies, le décès de son père, son boulot de femme de ménage, les galères financières. Elle accepte un mauvais plan de son cousin, se faire prélever un organe pour gagner des sous, malheureusement il se trouve que les médecins sont des extra-terrestres envoyés sur terre pour la tuer. Il se trouve qu'elle est la réincarnation de la propriétaire de la terre, pas rien quand même, et que d'après le testament, l'originale a laissé comme héritage la planète à sa "déscendante". Voilà donc le pitch, avec un conflit pour récupérer la terre, les méchants étant les enfants de l'originale ce qui fait assez bizarre quand l'un d'entre eux essaie de l'épouser, on sent la force de l'oedipe. Un début difficile pour ma part, des effets spéciaux qui claquent quand même pas mal, une histoire par contre très basique, à des années lumières d'un Matrix.

Kidnapping Freddy Heineken raconte l'histoire vraie de l'enlèvement de du patron de Heinenken par des amateurs qui se disent que s'il y en a bien un qui est blindé, c'est bien lui. Plutôt classique, pas très passionnant, la présence de Anthony Hopkins en patron qui prend son enlèvement plutôt avec philosophie, permet de remonter le niveau mais pas assez. Dispensable.

Pas évident de faire le pitch des nouveaux sauvages puisqu'il s'agit d'un film découpé en sketchs où dans chaque cas les personnages à priori normaux se mettent à péter littéralement les plombs. Ca va des deux automobilistes qui pour une histoire de mauvais gestes finissent à des actes de violence irréparables à la mariée qui découvre que son mari l'a trompée avec une femme dans l'assistance et qui sabre son mariage, en passant par cet homme qui prend une contravention alors que le marquage est effacé et qui finira dans le terrorisme ! Très bon film, décalé comme souvent dans le cinéma espagnol qui est capable de faire des choses vraiment différentes de ce qu'on est amené à voir d'habitude.

Marina Foïs et Laurent Laffite (de la comédie Française) se séparent en très bon terme. Ils réalisent qu'ils sont de bons amis mais que l'amour est mort. Ils ne l'ont pas encore annoncé à leurs enfants mais des événements vont changer la donne. Elle obtient une promotion qui doit la conduire à l'étranger pendant six mois, lui de son côté veut partir faire de l'humanitaire. Elle découvre qu'il a une liaison, elle ne le supporte pas, ils se lancent respectivement dans un guerre pour se faire détester de leurs enfants afin de pouvoir quitter le pays et les laisser à l'autre. Papa ou maman fait partie de ces comédies que je n'apprécie pas même si le sujet est original, la bataille inversée quand les couples luttent pour la garde, car on tombe rapidement dans l'exagération pas drôle, jusqu'à l'empoisonnement des enfants. Je trouve que le film va trop loin et qu'il aurait largement gagné à jouer la carte de la modération.

Faire une suite à Taken avec l'enlèvement des parents n'était pas une mauvaise idée, comment rebondir dans ce troisième opus de Taken ? En partant dans une autre direction. Liam Neeson retrouve son ex femme morte, toutes les preuves l'accablent nous voici partis dans une course poursuite où il est la proie quand jusqu'à maintenant c'était surtout le chasseur. Moins d'action, moins de sang froid, moins de maîtrise, alors qu'on se marrait quand même franchement de le voir totalement maître de la situation et mettre tout le monde par terre, on a surtout l'homme désespéré d'avoir perdu son ex et tout faire pour que sa fille ne le croit pas coupable. Taken 3 est un épisode médiocre, il sera difficile de relancer la machine.

Seth Rogen et James Franco sont respectivement le producteur et le présentateur d'une émission de télévision très populaire mais qui n'apporte ni à l'un ni à l'autre la crédibilité de journalistes qu'ils recherchent. Ils réussissent à décrocher une interview (The) de Kim Jong-un qui est un fan de l'émission. Alors qu'ils voient là enfin l'aubaine d'être enfin pris au sérieux, la CIA profite de l'opportunité pour leur demander de tuer le dirigeant. Comédie complètement déjantée avec des passages surréalistes, très très drôle si on aime l'humour sans finesse, un vrai plaisir pour les gros lourds.

Chris Rock interprète quelque part son rôle dans ce top five, un artiste roi du stand up qui devient roi de la comédie et qui cherche à faire du cinéma sérieux. On le suit dans sa journée, entre la sortie de son film dont tout le monde se fout car on veut le voir dans une comédie, la préparation de son mariage avec une femme qui veut réussir et qui a mis en scène la cérémonie et sa préparation dans une émission de télé réalité. Il accepte de donner une interview à une journaliste dont il va bien sûr tomber amoureux, à qui il se confie en toute franchise, lui racontant sa dépendance à l'alcool, ses origines et pourquoi il ne veut plus être drôle. Satire du cinéma américain, un film drôle bien sûr, réalisé par Chris Rock, qu'on aurait de l'autobiographie dedans m'étonnerait à moitié, à voir.

Pio Marmai est heureux en ménage, il va se marier et c'est la toute première fois qu'il trompe son compagnon Lannick Gautry avec une femme en plus. C'est ici que réside l'astuce du film, alors que d'habitude on présente la situation inverse avec le gars hétéro qui devient gay, on s'amuse ici avec tous les clichés transposés, pour exemple le père qui fait sa crise quand il découvre que son fils est hétérosexuel. Une comédie assez amusante avec la présence de Franck Gastambide des Kaïra qui fait vraiment le show dans le rôle du meilleur ami gros lourd obsédé par les femmes.

Kristen Stewart qu'on connaît surtout pour son rôle dans le mémorable, que dis inoubliable twilight interprète dans The Guard, curieusement un garde d'une prison genre Guantanamo. Il s'agit du traditionnel film américain qui conssite à excuser la patrie pour des actes où "on a été très très vilain". Le film ne met pas totalement les pieds dans le plat, c'est à dire qu'il essaie de coller au mieux à la réalité, en étant pas totalement tranchant envers l'armée américaine et les méthodes, en montrant des soldats gentils, des soldats méchants, comme elle montre des islamistes intégristes et au milieu un gars qui a l'air tellement plus chouki que les autres mais qui se fait quand même torturer. Pas désagréable à regarder même si tout est fait pour qu'on s'indigne et qu'on dise "oh les pauvres, ils ont quand même été très très vilains avec eux".

Franck Dubosc et Kad Merad sont des amis d'enfance, le premier est un restaurateur qui passe son temps à séduire les filles et qui compte quitter le pays car il n'a pas payé ses impôts depuis cinq ans, le second quant à lui est marié avec Alexandra Lamy, il est un gynécologue célèbre qui a perdu un peu le goût de tout ça, le mariage parfait, la carrière parfaite, la vie parfaite. Les deux amis se prennent une murge pas possible, se cassent la figurent dans la cave et se réveillent à poil en 1986 adolescents. Ils vont essayer de refaire leur vie ou pas, c'est l'idée très classique de bis. Idée classique mais parfaitement bien menée avec des scènes et des clichés assez amusants pour quand même un ensemble classique. Il faut dire qu'il a beaucoup plus de sens pour quelqu'un comme moi, j'ai 11 ans en 1986 et le Paul une tourtel par exemple, est l'archétype de la vanne qu'on pouvait lancer à l'époque. Plaira-t-il à ceux qui n'ont pas connu l'époque ?

La France web 2.0 c'est trop bien

dimanche 28 juin 2015 à 22:00

Une glace, l'idée est simple, en terrasse face à la mer, une envie de se faire plaisir. Nous changeons nos habitudes pour aller dans un restaurant où nous n'avons jamais mis les pieds, une des plus belle vue de Saint Pierre. D'entrée, je vois que les tables ne sont pas débarrassées, le sol est sale. Nous sommes accueillis par une jeunette qui manque de dynamisme, elle ne nous propose même pas une table, nous en choisissons une, la table colle. La carte arrive, elle est dans un état vraiment lamentable, on dirait une copie de troisième, alors qu'il n'y a plus grand monde, nous patientons pour passer la commande. La serveuse revient plus tard et dit à ma femme qu'il n'y a plus de glace au café ce qui pour un café liégeois n'est quand même pas terrible, ma femme me jette le regard de levons nous et partons, je ne le fais pas, désormais nous vivons ici, nous ne sommes pas des touristes, on ne va pas commencer à se fâcher avec les locaux. La commande arrive, tardivement, ce n'est pas bon, 13.50 € pour deux glaces.

Depuis que j'ai mon compte Facebook, je vois apparaître désormais des pages qu'on me propose de suivre, AbsoluBurger en fait partie.

AbsoluBurger est un restaurant qui est récent sur Saint Pierre et qui a eu la bonne idée de ne pas faire comme les autres. Concrètement si vous venez manger à Saint Pierre, vous avez les pizzerias / friteries, de l'autre côté les restaurants de "fruits de mer", comprendre moules frites. Absoluburger a eu la bonne idée de prendre à contre-pied ce qui se fait ici et de proposer un équivalent de Mac Do sur Saint Pierre que vous ne verrez jamais s'installer ici, moins de six mois d'activité chez nous, c'est une façon évidente de faire fuir les marques quelles qu'elles soient. C'est propre, les gens sont en uniforme, le produit est bon, un bon calcul je pense. Ce qui est intéressant dans la démarche des propriétaires c'est que non seulement il y a le concept, un concept qui on le sait fonctionne mais en plus une présence active sur Facebook, avec des photos des événements qui se produisent sur place.

Ca peut vous paraître étrange, mais à 40 ans dans deux semaines, je suis resté vieille France, et si la réputation d'une boutique internet me parait totalement évidente, que je n'irai pas acheter sans lire les avis, je découvre le pendant pour la boutique physique, ça ne me serait pas venu à l'esprit de lire un avis sur un restaurant avant d'aller manger une glace. Je découvre en fait qu'à une époque quand il fallait se contenter de la qualité de l'assiette et du service, des sites comme tripadvisor font la pluie et le beau temps chez les restaurateurs, imposant à ceux-ci de répondre aux agressions que laissent les gens.

Car, nous le savons, on a souvent tendance à laisser un avis quand on a payé une ardoise pour un produit dégueulasse que de penser à laisser une appréciation positive quand on a passé un bon moment. Si Mark Zuckerberg freine des deux pieds pour ne pas voir arriver le bouton je n'aime pas c'est tout simplement parce que Facebook passerait du pays des Bisounours au pays de la haine. On peut me faire remarquer que c'est déjà le cas, néanmoins je pense que le fait de ne pas pouvoir ne pas aimer, est une façon efficace de limiter la casse. Le site Tripadvisor est la parfaite représentation de ce que devient l'internet :

Conclusion ?

Indéniablement, pour ma prochaine table j'aurai la curiosité de regarder le site tripadvisor, par exemple, le restaurant le mieux classé de Saint Pierre n'est pas un endroit où je serais allé de par son emplacement qui n'est pas face à la mer, je risque d'y faire un tour, obligatoirement quand on voit tant d'éloges, on est nécessairement tenté même si l'on peut s'interroger sur la part d'ombre. Ce soir les tables les plus "déguelasses" de Saint Pierre d'après le site, mais qui sont en bord de mer étaient pleines, preuve que même si la France est de plus en plus connectée, ça marche toujours, mais est ce que ça marchera toujours ? Des tarifs qui sont chers, une France qui court après l'argent, des restaurateurs qui parallèlement à cela se plaignent mais qui ne font aucune remise en question sur la tambouille qu'ils servent depuis des décennies, ni sur la qualité, ni sur la formule, espérant que le moule frites restera la formule magique qui fera payer les touristes jusqu'à la fin des temps.

Désormais la bataille se fait dans l'assiette, c'est une évidence, mais aussi sur le web dans la communication. Non seulement il faudra veiller à embaucher un bon chef mais en plus trouver dans le personnel quelqu'un capable de jouer les community manager, d'influencer les avis, de répondre avec brio aux attaques.

Et en conclusion bonus. Je peux vous dire que la prochaine profession qu'on verra se plaindre de la difficulté du métier, c'est le guide gastronomique, à quoi bon lire le guide Michelin quand il suffit d'avoir des centaines d'avis différents sur un même restaurant. J'espère que cela ne se passera pas comme avec Uber et qu'on ne verra pas un critique agresser à coup de moules un gars qui poste une critique sur trip advisor. Bon apétit ;)

Poutre la DS - juin 2015

dimanche 28 juin 2015 à 08:00

OH MON DIEU PANORAMIX A TRAHI !!! C'est sur cette base complète surréaliste que démarre le jeu Astérix & Obélix XXL 2 : Mission Ouifix, on voit effectivement Panoramix notre bon druide donner à Jules César ses collègues druides durant la fameuse réunion annuelle. Astérix et Obélix partent donc à l'aventure pour résoudre ce mystère. Il s'agit d'un jeu de plate-forme où l'on dirige à sa guise Astérix ou Obélix, le dernier pouvant casser plus et plus fort quand pour le premier on a les seuls phases du jeu qui permettent d'utiliser la partie tactile, Astérix peut se déplacer dans une nacelle qu'il faut guider à l'aide d'un stylet. Le jeu n'est pas désagréable, le character design respectueux, on finit toutefois par s'ennuyer au bout d'un moment compte tenu de la répétitivité de l'action. On appréciera les références au jeu vidéo, et les dialogues qui vont avec comme ce centurion habillé en Lara Croft à qui Jules César reproche de ne pas porter la jupe officielle.

Astro Boy : The Video Game est l'adaptation du dessin animé qu'on connaît en France sous le nom de Astro le petit robot. Pour "remplacer" son fils décédé, un scientifique fabrique un robot super intelligent au point de ne pas savoir qu'il est un robot et dans la foulée super balèse avec des réacteurs dans les pompes, une super force et plein d'autres gadgets. On va donc incarner le petit robot qui doit sauver la ville des méchants et castagner tout le monde. Le jeu se décompose en deux phase, castagne au sol et shoot-em-up. Si cette deuxième phase est plutôt amusante et réussie, la première est catastrophique, Astro est totalement incontrôlable notamment lorsqu'il faut sauter de plateformes en plateformes avec trop d'inertie pour le personnage. Moralité on a envie de faire voler la console à travers la pièce dès le troisième niveau. Une daube.
 
 
7 Wonders Of The Ancient World est un puzzle game basé toujours sur le même principe, aligner des briques de la même couleur pour faire cette fois-ci sauter le fond. Quand on a fait sauter le fond et qu'on a réussi à faire tomber une grosse pierre en bas sous le prétexte de construire une des sept merveilles du monde on passe au niveau suivant. D'un point de vue possibilité c'est franchement limité, si on aligne 3 on casse, si on aligne 4 on fait une bombe qui saute horizontalement, si on fait 5 ce qui n'est pas simple on fait une bombe à la verticale et l'horizontale. Le jeu est répétitif mais dans les toilettes ça passe, néanmoins, comme tout tient beaucoup au hasard et avec des niveaux qui se complexifient en mettant des recoins on finit par perdre. Perdre n'est pas le problème, on recommence sauf qu'on a un nombre de vie limité, si on perd on redémarre depuis le tout début du jeu ce qui n'est pas possible surtout quand les jeux de ce type sur DS sont légion et qu'on se doit de rester dans le casual.
La série a dû certainement remporter un certain succès puisqu'un deuxième opus est paru, avec exactement le même concept. Quelques différences sont tout de même notables.
  • le graphisme est beaucoup plus clair et plus joli
  • les niveaux sont moins tordus
  • on a la possibilité de faire une réorganisation complète des pièces au bout d'un certain temps
  • il est possible d'avoir des bonus, comme la possibilité de détruire en diagonale en balançant des éclairs ou d'échanger deux pièces.

L'ensemble dès lors prend une saveur totalement différente puisque le jeu devient beaucoup plus casual ce qui à mon avis est le but de ce type de gameplay, permettre une partie agréable en attendant quelque chose ou pour se détendre.


Saint Pierre La Mer : Lâcher de Percussions

samedi 27 juin 2015 à 23:30

J'évoquais dans un dernier billet que pour remplir les bistrots c'était pas bien difficile quand tu es en bord de mer, tu mets un peu d'animation et c'est parti. C'est encourageant la saison commence tôt cette année à Saint Pierre La Mer, alors que ce n'est pas encore les vacances, nous avons droit au festival lâcher de percussions. Concrètement on a de la batucada dans tous les coins de rue. La batucada c'est de la percussion brésilienne pour faire simple, des orchestres complets. Ce que j'aime particulièrement là dedans, avant la musique rythmée qui met de l'ambiance c'est le sourire qu'affichent les participants, ils sont heureux d'être là ou ils font bien semblant. Autre point, des vieux, des jeunes même des gosses, des gens de toute corpulence, des hommes, des femmes, on serait presque tenter de dire qu'on peut la pratiquer de 7 à 77 ans. De par sa coordination, l'ensemble donne une espèce d'ensemble harmonieux et familial qui fait oublier les différences pour ne former qu'un seul individu, la batucada c'est le wikipedia de la danse, elle efface les individualités, ça ne veut absolument rien dire mais vous comprendrez ce que je veux exprimer dans les vidéos ci-dessous car vous serez vous aussi envoûtés. Certains groupes sont vraiment impressionnants, de par l'énergie et la coordination, les costumes, je vous raconte pas les calories grillées. Les gens dans la rue avaient la banane, certains se trémoussaient joyeusement, ça m'a rappelé la féria de mon enfance, avant que cela ne devienne la beuverie que l'on connaît. C'est d'ailleurs parfaitement représentatif de l'esprit Saint Pierre, une station familiale.

A noter que comme chaque année le groupe de batucada Zookasamba de Salles d'Aude, un village à côté de chez moi était présent, ce sont les gens en violet dans la quatrième vidéo.

Et bien sûr, comme vous pouvez le constater sur les vidéos, la station balnéaire est pleine comme les restaurants, les vendeurs de glace, alors qu'une majorité des touristes ne sont pas encore arrivés. Je n'irai pas me féliciter de ce trop plein de monde parce que vous comprendrez que faisant désormais partie des résidents à l'année ça me gonfle (des gens étaient garés dans ma rue !!!! DANS MA RUE !!!), mais bon faut bien faire travailler le commerce, venez nombreux dépenser vos euros sur nos plages.