PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Un jabber au local et de la juste utilisation des appareils

dimanche 16 août 2015 à 08:00

J'échange pas mal par mail avec Gilles au point que ce soit parfois ridicule dans le sens où on détourne de l'utilisation du mail pour transformer ça en client de messagerie instantanée. J'avais écrit il y a quelques années, faire un serveur jabber en 5 minutes, je vous renvoie vers la documentation de Nicolargo qui est plus complète que la mienne, c'est actuellement cette méthode que j'utilise encore mais de façon, dirons nous, non conventionnelle. Prosody sur ipfire c'est pas encore arrivé et je pense que ça n'arrivera pas. Ce n'est pas une question de sécurité puisque sur ipfire on a le serveur web et owncloud dans les paquets de base qui permettent de faire un peu n'importe quoi mais tout simplement parce que la technologie jabber a été quand même particulièrement maltraitée avec les années et qu'elle n'intéresse plus grand monde, à tort. Nous sommes dans le cas précis qu'à vouloir trop décentraliser, ne pas proposer de serveur de référence comme on l'a par exemple avec le framasphère, on finit par tellement éparpiller la population qu'on tue la technologie. A l'époque j'avais fait des comptes sur jabber.org, sur jabber.fr, les serveurs étaient en carafe deux jours sur trois, c'était inutilisable, c'est à cette époque que j'ai fait mon propre serveur jabber.

J'utilise donc un serveur au local avec un seul compte le mien, c'est un peu cavalier comme procédure mais pas tant que ça si on y regarde de près. J'ai tendance à faire du multi-tâches, si bien que je peux écrire un billet et avoir une conversation sur pidgin. Pidgin c'est pratique car la fenêtre ne prend pas toute la place et me permet de faire autre chose. Gilles me dit qu'il utilise la messagerie instantanée de Facebook ou celle de skype, pour le premier c'est une page complète de navigateur qu'il faut suivre avec attention donc je ne peux pas faire autre chose, pour le second la nécessité de rouvrir un compte chez Microsoft que je peux éviter. En effet, la majorité de mes contacts ont une adresse gmail, google utilise encore le protocole xmpp contrairement à facebook qui l'abandonne, la majorité des gens ont un téléphone android si bien qu'on peut toujours communiquer par ce biais. 

Le fait de ne l'avoir que sur mon poste va limiter l'intérêt, cela rend par exemple inutilisable jabber sur un autre poste si mon PC n'est pas allumé. Toutefois, je n'utilise la messagerie instantanée que lorsque j'ai le confort de mon écran 24 pouces si bien que je n'ai pas d'intérêt à l'avoir sur mon portable de petite diagonale. On en revient toujours aux appareils et aux usages, le portable est pour moi un outil de travail que j'utilise de façon exceptionnelle, uniquement dans le cadre du travail ou presque ce qui fait que je n'ai pas la nécessité d'avoir un jabber ailleurs pas même sur mon téléphone portable où mes doigts trop boudinés ne pourraient de toute façon maintenir la cadence.

Moralité :

A l'instar de nombreuses technologies qu'on essaie de faire disparaître, le mail, les blogs et j'en passe, il serait dommage d'abandonner la messagerie instantanée qui est un excellent outil de communication et qui au travers d'outils comme pidgin et jabber peut se mettre en place en une dizaine de minutes sans grandes connaissances.

Bonus

Si vous aviez réellement le besoin d'avoir un serveur jabber à domicile pour étendre à tous vos appareils, un raspberry 1 ou 2 peut faire parfaitement l'affaire et plus si affinité.

Un peu de retour technique 5

samedi 15 août 2015 à 08:00

J'ai donc fait une petite ronde rapide des distributions, très rapide. J'ai démarré par Fedora Xfce, j'aimerai revenir uniquement sur cet écran :

L'installation ne se fait plus de façon linéaire, genre le truc de base qu'on fait dans toutes les distributions, suivant, suivant, et puis suivant. C'est vraiment je veux dire le truc le plus élémentaire quand on essaie de pas semer les gens, ben chez Fedora on doit considérer que c'est trop simple. Comprenez que si ça c'est de l'innovation ben ... ben en fait c'est tout sauf de l'innovation c'est du n'importe quoi ergonomique. Au niveau de la distribution, j'ai pris comme on peut le voir la version Xfce qui est livrée brute de décoffrage pour ainsi dire. On est donc dans une situation totalement similaire à celle que je connais sous debian, à savoir une interface complète à aménager. Intérêt dès lors réduit, à part peut être une certaine fraîcheur sur les paquets, mais une moins bonne maîtrise du système pour moi. Sans dire que Fedora est à jeter à la poubelle, c'est certainement une distribution qui mérite d'être utilisée sur le long terme. Si elle apporte la même stabilité que debian, mais une mise à jour tous les 6 mois, ce n'est pas négligeable. Il manquera néanmoins à Fedora l'énorme communauté des utilisateurs de debian et par extension ceux d'Ubuntu.

Pour rappel, Manjaro est une distribution basée sur Arch c'est à dire une rolling release, la différence entre la mère et la fille c'est un peu comme Debian et Ubuntu, Manjaro facilite l'utilisation de Arch et c'est pour ainsi dire particulièrement réussi. Comme on peut le voir sur les écrans suivants, on est loin du thème Xfce de base, c'est du out of the box, j'ai fait le test sur le portable, même le bluetooth est installé. La richesse de la bibliothèque est impressionnante, on va trouver par exemple un logiciel comme dukto R6 que j'affectionne et que je mets sur tous les postes pour communiquer des fichiers simplement entre les machines quel que soit le système d'exploitation. Seulement et c'est la faute à pas de chance, je vous invite à regarder la capture ci-après, l'installation de dukto plante.

Vous serez peut être cinquante à m'apporter la solution mais reconnaissez tout de même que l'une des plus grandes craintes pour une rolling release c'est sa stabilité. A ce niveau là je n'ai pas envie d'aller plus loin car cela nécessiterait un investissement mais pas au bon endroit, je n'ai pas envie de m'investir là dedans, donc j'ai remis mon portable sur debian stable. Vous noterez que j'ai fait une capture d'écran avec Steam, c'est relativement gênant pour moi. D'une part c'est propriétaire, mais c'est pas grave, d'autre part tout le monde n'est pas gamer et enfin faire le choix de Steam c'est prendre parti pour une société commerciale pourquoi pas un lien vers Gog par exemple qui ne propose pas de DRM.

En moins d'une heure je pense que j'ai installé mon portable, configuration comprise. Au niveau des dépôts, j'active les non-free, les dépôts Marillat, et le dépôt mozilla pour récupérer la dernière version de iceweasel, je suis en 40 au moment où j'écris ces lignes et semble-t-il des efforts ont été faits quant à l'utilisation de la mémoire. Ce n'est pas palpable d'un point de vue quantitatif, mais je n'ai plus de freeze ou autant qu'avec Midori, ce qui est un très bon point. Pour le reste mes logiciels traditionnels et la configuration que je récupère sur mon brix, rien de bien extraordinaire.

Il est à noter que les problèmes que j'avais rencontrés avec le blutooth pour communiquer avec le portable sont résolus, je peux me promener dans mon ZTE OPEN C bien tranquillement. Comme je suis d'un naturel méfiant, j'ai voulu vérifier avec la version Firefox OS puisque je tourne actuellement sur deux smartphone, un version Cyanogenmod qui roule sans souci, une version 2.5 de Firefox OS qui est Firefox OS et qui le prouve une fois de plus, impossible d'activer le bluetooth dans cette version, qu'est ce qu'on rigole, en même temps j'étais sur la branche instable. Comme je compte revenir à Firefox OS parce que télécharger les apk à la main ça me gonfle, j'ai remis une version 2.2 ce qui a eu pour but de planter, il a fallu que j'efface complètement les données. Le retour en 2.2 fait fonctionner le bluetooth et cela fonctionne avec debian, j'imagine que le correctif de blueman a dû passer depuis un moment.

Donc en résumé, Debian Stable sur tous les ordis de la maison sauf celui du fils qui est resté sous Xubuntu plus par flemme qu'autre chose et la rebelle sous Seven plus pour longtemps. Après un essai réussi sous Cyanogenmod avec GPS et toutes les fonctionnalités qu'on peut attendre d'un téléphone, je repasse tout de même sous Firefox OS parce que ça me gonfle de télécharger les apk à la main. Firefox 40 faute d'être le super grand cru que j'attends depuis des années en terme de légèreté est un bon cru avec la disparition des problèmes mémoires.

Socialisons

vendredi 14 août 2015 à 08:00

ÉTAT DES LIEUX OU BIS RÉPÉTITA

Comme j'aime à le répéter mon internet est en train de mourir. Attendez je vais la refaire au ralenti pour Cabernet138, MON internet, pas l'internet mais le mien. A l'époque (bonus de +5000 points de vieux), on se rendait sur un forum pour une passion commune. Avec les réseaux sociaux, c'est la différence fondamentale, on va sur le réseau pour trouver des gens, pas une passion. Dès lors il est difficile de se fédérer, puisque si fédération il y a c'est autour de quelqu'un, on passe donc d'un statut de gens qu'on pouvait qualifier de passionnés à groupies. On peut me faire remarquer qu'il existe des pages fan qui porte bien son nom, mais la page fan va se contenter de me présenter des événements, des annonces, mais ne va pas me permettre d'échanger clairement, sainement. Essayez de faire un échange technique par un réseau social quelconque c'est difficile, il n'y a pas les bons outils.

Si vous voulez échanger réellement avec une communauté de professionnels ou de passionnés sur un thème, le réseau social n'est pas adapté, je pense que deux outils sont réellement dédiés, un forum ou un système de ask. Si les forum sont aujourd'hui désertés au profit des réseaux sociaux c'est en partie dû au fait je pense que l'internet qui était réellement participatif est en train de passer à un état contemplatif où l'on se contente d'un commentaire sans recherche de dialogue que je qualifierai de monologue ou d'un like, un peu comme la bonne vieille arène romaine pouce vers le haut ou vers le bas. Un autre point qui n'est pas à négliger et qui a été noté dans les commentaires d'un de mes précédents billets assez similaire c'est que beaucoup de choses ont été documentées, beaucoup de choses ont été écrites, il n'y a donc plus le besoin permanent de réinventer la roue.

Donc à ma gauche de nouveaux usages qui se concentrent sur les personnes et plus sur les thèmes, quand on voit le nombre de personnes qui se tuent en faisant des selfies, quand je vois qu'on arrive à vendre des perches à selfies sur le marché de Saint Pierre et voir des tas de gens dans la mer les utiliser pour balancer derrière sur facebook, je me dis que le narcissisme a de beaux jours devant lui. A ma droite reste donc des gens qui font des blogs et des forums à l'ancienne, une portion qui se réduit comme une peau de chagrin, et une portion qui va d'autant plus se réduire pour des problèmes économiques. On annonce en effet que 200 millions d'internautes utiliseraient des bloqueurs de pub, c'est une information que vous n'avez pas pu rater. Forcément ceux qui vivent de la pub vont devoir soit changer de modèle économique, soit fermer boutique pour trouver un modèle plus lucratif. Trop de sites internet qui ne donnent pas une information assez variée, nombreux sont ces sites qui finiront par fermer ou se vendre à des sites plus gros qui récupéreront les url pour augmenter leur référencement afin de former des super gros sites façon highlander. Je vois donc pour ma part ce que je qualifierai de sites commerciaux réduits à une portion congrue d'ici quelques années, avec quelques indépendants.

L'internet version Cyrille

Ce qui est intéressant dans la quasi-totalité des sites qui ont relayé l'information et qui ne sont pas indépendants car ils vivent de la publicité c'est le discours commun qui explique la disparition de l'internet gratuit, ce qui montre l'hypocrisie du message. D'une part la pub ne se contente pas que d'être là, elle trace et c'est un aspect qui n'est pas nécessairement abordé par ces gens, d'autre part les mêmes personnes qui ont usé, abusé de ce système sont les premiers à culpabiliser aujourd'hui. C'est cette moralité que je trouve défaillante, on se permet d'être intrusif, de polluer les internautes et lorsqu'ils réagissent on trouve ça honteux. Si la publicité avait été discrète, jamais on en serait arrivé à cet état de fait, un blocus complet sans réflexion de la part des utilisateurs, moi même qui suis un power user, je dois faire l'effort de penser à faire sauter le blocage pour certains sites. La conception même des adblockeurs montre le ras le bol, on aurait pu imaginer que par défaut l'adblockeur se contente de tout laisser passer, mais en fait comme tout le monde a usé et abusé de la pub il est bloquant par défaut.

Et pour conclure avec cette partie que j'ai déjà ressassée 1000 fois mais que je condense de façon ultime pour passer à autre chose, je trouve que ces gens manquent de courage. Le courage aujourd'hui serait de bloquer la lecture des sites qui utilisent les adblockeurs même s'il y a la parade, ce serait une façon forte de montrer son mécontentement, de passer au modèle payant ou semi payant, ou de fermer boutique.

UN OUBLI DE TAILLE ?

L'annonce de la mort du web gratuit, c'est une menace, c'est pour faire peur, c'est pour faire réagir mais c'est aussi oublier des gens qui font du web vraiment gratuit quoi qu'il arrive. Des gens comme moi en fait. Mon modèle économique est totalement différent de l'existant, c'est le modèle dit "de ma poche". Grâce au modèle économique "de ma poche", j'ai le plaisir d'écrire pour 72 € par an que parfois je ne paye pas, quand o2switch estime que j'ai trouvé assez de client. Ce modèle économique qui effectivement me coûte 6 € par mois pourrait être abaissé facilement par un auto-hébergement, ou me faisant héberger par quelqu'un ou encore en cherchant un hébergeur moins cher. Je pourrais chaque année lancer une campagne de crowdfunding arriver à l'équilibre et pourquoi pas être bénéficiaire, mais j'ai les moyens de payer, ce qui me garantis mon indépendance, donc je paye.

A l'instar du logiciel libre, il existe de nombreux contenus qu'on peut trouver gratuitement sur l'internet sans aucune contrepartie, c'est ici qu'on se rend compte que la formule si c'est gratuit c'est vous le produit est à double tranchant pour nous, puisqu'elle impliquerait une potentielle cible, ce qui n'est pas le cas.

Le web vraiment gratuit existe, nous l'avons rencontré, il présente toutefois quelques inconvénients que nous devrions essayer de corriger.

WEB DES ANNÉES 80 MAIS WEB JUSQU'AU BOUT DES ...

Alors que les réseaux sont totalement centralisés, le web gratuit, est totalement explosé. Si dans Facebook, vous pouvez y passer la journée car vous pouvez jouer, vous pouvez consulter les sites d'actualité, si vous cherchez l'information dans le web gratuit, il faudra se déplacer ou agréger, à l'ancienne. En effet si on prend mon blog qui est un très bon exemple, je vais figurer sur le planet-libre et nulle part ailleurs qu'ici, sachant que je tague peu sur le planet-libre de plus, il est donc nécessaire d'agréger mon flux RSS, comme pour tout le monde d'ailleurs. Il est à noter et je le pense sincèrement pour l'avoir testé, qu'aucune forme de réunion n'est possible compte tenu des personnalités, de la volonté de liberté qui fait qu'il est difficile ou impossible de réussir à retrouver tout le monde au même au endroit ce qui est regrettable peut être pour le lecteur mais c'est ainsi.

La décentralisation ne facilite pas l'identification des blogs et des différents sites ce qui signifie que pour compenser, il est nécessaire de faire un épais maillage de nos sites au travers des uns et des autres. Pour exemple, je me suis fait violence pour faire une page de liens, je viens de réaliser que je n'ai pas noté Genma dedans, c'est un oubli de ma part. En allant sur le blog de Genma respectivement, je ne vois pas de pages de liens et c'est dommage.

Remédiation number one : il est nécessaire de faire émerger sur nos pages le maximum de confrères qui pratiquent le web de la même façon ou de façon similaire, pour se faire : pages de liens, backlinck et j'en passe afin de faciliter la découverte de ce qui se fait ailleurs. Cela signifie que c'est un travail supplémentaire qu'il est nécessaire de réaliser. Je me rends compte à la relecture de ma page que j'ai fait preuve de laxisme, entre les pages qui ne sont plus, les sites que j'ai oubliés, les nouveaux sites, on est loin de l'automatisme d'un facebook qui fait tout tout seul.

Postblue faisait remarquer que le système de commentaires dans pluxml c'était pas la fête, et il a totalement raison. L'absence d'indentation, la lisibilité, l'absence d'abonnement par mail mais par RSS tout de même sont autant d'éléments qui ne facilitent pas "l'adhésion" et qui peuvent inciter les gens de ces modèles quand la communication à travers les réseaux sociaux est bien plus aisée. Ce que dit Postblue est vrai, il est de plus concerné par la problématique du fait que son moteur de blog ne propose pas de système de commentaires, néanmoins je reste persuadé que ce n'est qu'une partie du problème, beaucoup sont aujourd'hui qui se limitent au troll pour forme de participation, d'autres tellement habitués à liker qu'ils ne sont plus capables de produire. Je participe peu aux commentaires des billets, j'ai tendance à faire des billets de blog quand je vois quelque chose qui est pertinent et qui mérite d'être développé. Néanmoins il peut m'arriver d'écrire pour compléter ou surtout pour corriger comme j'ai pu le faire sur le blog de Genma sur cet article. Pas de possibilité de recevoir de notification de réponse par mail, pas de flux RSS, je suis donc contraint de retourner régulièrement sur son site pour voir s'il y a eu une réponse, c'est décourageant.

Remédiation number two : avec des réseaux sociaux au top dans la communication et dans le commentaire, avec de plus cette décentralisation que nous imposons, il faut faciliter la tâche à nos lecteurs qui font l'effort de commenter par tous les moyens. Laurent à l'époque avait créé un système de commentaire pour le blog-libre (rires dans la salle), qu'il utilise encore sur son blog, ça serait formidable si on arrivait à quelque chose de similaire sur pluxml. Je sais que Bronco s'ennuie car je n'ai pas cherché de bugs dans Bozon depuis quelques jours, et je suis persuadé qu'en le harcelant un peu, on peut le faire coder comme un foufou, au moins un plugin de notification par mail qui serait réellement fondamental pour pluxml. A voir sur le forum officiel aussi, si quelqu'un peut faire quelque chose pour la présentation des commentaires.

Facebook et les réseaux sociaux font croire au social et pourtant c'est le contraire. A une époque quand on voulait prendre des nouvelles de quelqu'un on prenait le téléphone, on appelait, on envoyait un mail, c'est à dire qu'il y avait une nécessité d'implication qui a radicalement disparu depuis l'avènement de ces nouveaux outils. On vient sur les réseaux sociaux pour prendre des nouvelles des autres mais sans en demander et c'est ici que réside toute la subtilité de la communication ou de la non communication. Comme je l'expliquais dernièrement depuis mon arrivée sur Facebook, j'ai vu les naissances, les mariages, mais où est mon effort ? Où est mon implication. Elle peut être parfaitement nulle, je peux continuer à jouer simplement les espions et me donner l'illusion d'avoir des nouvelles quand mon implication dans la vie des gens que je regarde est totalement nulle. L'amitié, le contact, le vrai, c'est lui qu'on doit (re)mettre en place dans notre web alternatif, un web qu'on veut participatif.

Cette semaine j'ai été invité par Hugues, fidèle lecteur de ce blog à boire un coup à Gruissan. J'y suis allé, c'était sympa, on a raconté des trucs que personne ne comprend et on était content de pouvoir le faire car c'est dans ce genre de circonstances où on a envie de courir en criant "je ne suis pas tout seul !!! Je ne suis pas tout seul !!! D'autres formes de vie Linuxienne existent !!!" Franchir le pas du virtuel au réel, aller aux manifestations, voir les gens derrière les machines, créer un réseau qui s'étend en dehors de la toile, c'est certainement de cette façon que notre web gratuit pourra perdurer et se développer.

Remédiation number three : il est important de communiquer, d'échanger, pour enrichir les liens et former une véritable communauté.

Conclusion.

Le web gratuit tel que je le conçois est totalement viable, et nous sommes je pense plus ou moins nombreux à avoir une vision similaire, basée sur le partage et la camaraderie, ce que pourront vous décrire de façon précise les gens qui ont connu l'internet du début des années 2000, avec les private joke, le flood, les vannes à deux balles. A la différence avec l'an 2000 c'est que la masse de sites est colossale, que l'offre est particulièrement large et qu'il est difficile de nous trouver, un peu le principe de l'aiguille dans la botte de foin. Et pourtant ce net que nous tenons, c'est le bon, c'est un web généreux, un web de partage, un web collaboratif, un web actif. Du fait d'avoir fait le choix de plateformes individuelles et donc d'imposer aux gens qui font l'effort de venir nous voir de se déplacer ailleurs que dans les quatre sites qu'ils utilisent, nous devons offrir le meilleur accueil possible, le plus simple, le plus convivial et il faudra travailler pour obtenir ce résultat. Cela fait maintenant 8 ou 9 mois que j'écris en solo, et je viens à peine de mettre la licence du blog qui était absente, je me connais, je suis tombé dans la routine et je me contente du tarif syndical, bloguer pas plus. Néanmoins, je crois que pour progresser, pour mettre en avant ce web que j'apprécie, que j'aime retrouver et pas seulement chez moi, il faut sortir de sa zone de confort pour reprendre le titre de l'article de Coreight le poney magique, et donc tout simplement se bouger afin d'offrir à l'usager qui partage encore nos valeurs et qui pourraient les partager, la meilleure expérience possible.

Remarque : le billet est long, j'ai écrit beaucoup, je pense que j'ai fait plus de deux heures pour l'écrire ce qui est exceptionnel mais il fallait que je le fasse. On corrigera les fautes d'orthographes au fur et à mesure .

 

Midori et compagnie

jeudi 13 août 2015 à 08:00

Il y a peut être de cela six ou sept ans, peut être plus, on avait une discussion avec un collègue qui utilisait Gentoo et qui nous disait que sa machine était super optimisée puisque tout était compilé sur son PC et qu'il gagnait donc du temps parce que ça allait super vite. Quelqu'un lui a répondu que dans les quelques millisecondes qu'il avait gagné, est ce qu'il avait fait le compte du temps passé à compiler. 

Je suis dans une situation similaire avec Midori et ce pour deux raisons :

Comprenez que le temps gagné dans le chargement des pages ne compense pas les carences du navigateur. Me voilà donc de retour sur Iceweasel, avec quand même un suivi pour Midori qui manque encore de maturité mais qui va vers le mieux.

ou pas

Je poursuis mes recherches dans les fuites de mémoire, et cherche toujours à faire des économies ici ou là, sachant que l'idée c'est de remplacer un logiciel qui consomme beaucoup par un logiciel qui consomme moins mais qui fait le même job. Là encore il ne faut pas tomber dans la bétise. J'ai commencé à regarder si je pouvais troquer Thunderbird contre Claws Mail, étant donné que Evolution est une usine à gaz et geary une plaisanterie, il ne reste pas beaucoup de clients mails à part en ligne. Claws Mail en terme d'utilisation de la RAM c'est moitié moins que thunderbird, en outre la configuration, l'esthétique, font que c'est tellement vilain que je m'offre le luxe de 100 Mo de RAM de plus pour thunderbird. Un bureau Xfce vide ou presque c'est 270 Mo de RAM, c'est peu me direz vous quand le standard pour un PC c'est 4 à 8 Go de RAM mais tout ceci reste pour ma part une question de principe. Quand je fonctionne normalement avec quelques logiciels lancés, je passe facilement le cap du 1 Go de RAM, où est donc partie la fameuse légèreté du poste Linux ? Je considère que c'est un égarement et qu'il serait temps de rentrer au bercail, Linux, l'OS sécurisé et léger pour toutes les machines.

une fuite de mémoire, là c'est du midori sans aucun doute

Dans les pistes de réflexion que je me fais, je suis en train de regarder pour une autre distribution. Le brix qui reste ma machine de travail quasi exclusive quand je n'ai pas allumé mon portable depuis un mois et demi restera sous Debian Stable. Ce changement de distribution ne devrait pas me poser trop de problèmes du fait d'utiliser peu de logiciels qui sortent des sentiers battus. Le logiciel pour le VPN du lycée peut être mais je n'ai pas besoin de l'avoir sur le portable puisque si j'utilise le portable c'est que je suis au lycée. En ce qui concerne le fameux portable, j'aimerai tester autre chose pour voir. J'ai retenu deux distributions, la Fedora parce que je suis masochiste et que l'annonce Fedora is now more focused Less setup, more innovation. Choose a flavor of Fedora streamlined for your needs, and get to work right away. Fedora Workstation is a reliable, user-friendly, and powerful operating system for your laptop or desktop computer me donne envie de croire que ce sera moins la fête avec des alertes et plus de convivialité. La seconde sera Manjaro, j'avais fait une passe à l'époque, mais il s'agissait d'une simple beta donc ce n'est pas bien objectif, beaucoup de gens ont l'air content.

Remarque 1 : il y a quelque chose qui me gonflait dans Thunderbird et que je viens de résoudre c'est la notification pour les messages et passer Thunderbird dans la zone de notification. L'extension Firetray fait ça très bien.

Remarque 2 : je n'évoque pas LMDE dans les distributions de test car en fait je maîtrise assez debian stable comme ça pour avoir besoin de nouveaux logiciels. Néanmoins il est possible quand même d'utiliser des méthodes sales, pour avoir Firefox dans debian à la place de Iceweasel on peut utiliser : deb http://packages.linuxmint.com debian import

Remarque 3 : d'après dada c'est la révolution de la rapidité avec Firefox 40, je vous dirai ça bientôt.

Assassin's Creed révélations ou la poutre gastro

mercredi 12 août 2015 à 08:00

Comme je l'avais écrit je ne sais où, je suis en train de me faire l'intégrale de Assassin's Creed sur la PS3 et je fais donc le Assassin's Creed Révélations que j'avais commencé sur PC mais pas fini. Le grand écran c'est quand même bien sympa, même si mon écran de PC est confortable, le canapé c'est formidable, néanmoins un mauvais jeu, reste un mauvais jeu, quel que soit le cadre. Un mauvais jeu c'est un peu exagéré, on a un gameplay d'une richesse extraordinaire, riche à en vomir d'ailleurs mais on y reviendra plus loin, le scénario est absolument catastrophique par contre. 

On retrouve Desmond qui vient à la fin de Brotherhood de tuer sa copine blonde qu'on appellera fadasse car je n'ai pas retenu son nom et qui reste coincé dans l'animus, prisonnier. Il retrouve 16, le gars qui a écrit sur les murs et qui est devenu fou, celui-ci nous explique qu'on est dans un endroit perdu de l'animus et qu'il a la possibilité de compléter la mémoire de Ezio et de Altair s'il ne veut pas devenir fou et récupérer son corps qui est dans le comas. On se retrouve donc à Constantinople avec un Ezio tout vieux et tout ridé qui est sur les traces d'une bibliothèque qu'aurait laissé Altair, il faut pour cela cinq clés. On va donc partir à la recherche de ces cinq clés et ça va être franchement long, franchement pénible, avec des missions franchement inintéressantes où il faudra suivre des gens, où il faudra se déguiser et ça gave. Comme si ce n'était pas assez on va revivre à l'aide de chacune des clés, un souvenir de Altair, y compris Altair à 92 ans qui a conservé toute sa patate, Altair qui assassine à 82 ans et qui utilise la pomme à 92, vous en rêviez, Ubi l'a fait. 

Le jeu subit ce qu'on appelle le syndrome Batman, c'est à dire qu'à chaque nouvel épisode de Batman, on a 50 possibilités de plus qu'on n'utilisera pas bien sûr mais on est tellement content des les avoir quand la liberté d'action quant à elle est complètement bridée. Dans les nouveautés, la tyrolienne, très sympa, on peut se lâcher sur des méchants et les tuer d'un coup, les bombes pour tous les goûts, celles qui font du bruit et qui détournent les gardes, celles qui leur font du bobo et j'en passe. Je ne les ai utilisées qu'au début du jeu car c'était imposé, je fais tout le jeu avec des techniques qui sont quasiment similaires au premier épisode qui se résument globalement à la hache et à la lame d'assassin. J'évoquais Batman plus haut et le problème de la multiplication des armes, on a de nombreuses similitudes entre les jeux, il y a tout de même un point fondamental dans lequel les jeux diffèrent : le spectaculaire, le mémorable. Dans Batman, vous avez des scènes qui sont épiques, qui marquent le joueur, et elles sont nombreuses, affronter les super méchants qu'on a vu dans les bédés c'est déjà beaucoup, quand elles sont super bien réalisées, c'est énorme. Assassin's Creed ne nous place pas réellement dans des scènes épiques, j'en compte moins de cinq pour cet opus, ne comptez pas sur un boss non plus. 

A la rigueur je dirai que ce n'est pas grave, si en contrepartie on avait une véritable liberté d'action, mais non seulement on ne peut pas faire ce qu'on veut pendant les missions mais en plus pour arriver à 100 %, on impose certains défis comme ne pas tomber dans l'eau, ne pas perdre de vie etc ... Finalement la liberté n'est qu'apparente, tant l'imposition et certains passages sont linéaires, les quelques scènes d'action un peu sympa comme courir dans les bateaux en feu, on s'étonne de ne pas avoir des panneaux de signalisation tant le chemin est unique. 

Un jeu qui donne trop, un jeu qui impose trop, un jeu au scénario poussif et répétitif, Assassin's Creed Revelations ne laisse que le plaisir de la manipulation de Ezio, tuer quelqu'un du haut de la tyrolienne, ça n'a pas de prix et c'est pour cela qu'on se laisse prendre à Assassin's Creed et qu'on continuera jusqu'à aux descendants de Desmond Miles avec des sabres laser pour la PS 12 en 2025.