PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Astuce : changer le label d'une clé USB

jeudi 10 septembre 2015 à 20:38

Parce que sous Linux on est des bonhommes, en tout cas sous Xfce, il serait trop facile de faire clic droit renommer la clé USB alors on fait en ligne de commande.

Pour des partitions de type FAT32 : sudo mlabel -i /dev/sdbx ::NOUVEAUNOM

Pour des partitions de type EXT2/3/4 : sudo e2label /dev/sdbx "NOUVEAUNOM"

Back to life, back to reality

jeudi 10 septembre 2015 à 13:00

Commençons d'abord par cette photo :

Cette photo dégueulasse c'est la mer en bas de chez moi prise d'un ZTE OPEN C, je ne vous referai pas un article dessus, les fascistes du positivisme, les afficionados de Madame la Marquise risqueraient de me refroidir, ils me font peur avec leur optimisme sans faille. Ne nous attardons pas sur la qualité mais sur le contenu, le parking est désert à dix heures, les familles sont parties il ne reste que les étranger et les vieux, surtout les vieux étrangers d'ailleurs. Ils ont raison d'en profiter même si sur la route c'est moi qu'ils font profiter mais c'est une autre histoire. Je reste toujours fasciné d'être à quarante ans le plus jeune de la rue, dans 20 ans ça nous fera tous drôle quand j'écrirai que j'ai 60 ans, que j'ai quasiment leur âge et que j'aimerai bien être à leur place mais que malheureusement je dois encore continuer à travailler pour une retraite que je n'aurai certainement pas.

Je regardais Matronix expliquer sa première rentrée en toute humilité en tant que professeur des écoles, c'est là qu'on voit qu'un blog est beau quand l'homme n'a pas peur de montrer ses réussites comme ses échecs. Les sensations évidentes qui ressortent à la lecture du billet c'est le stress et la panique, la peur de mal faire, je crois que ne pas les avoir serait bien plus grave, ne pas les avoir ce n'est pas avoir de conscience et ça donne des profs de merde. Je le prendrais bien dans mes bras, le ferais sauter sur mes genoux en lui disant au creux de l'oreille que tout ira bien, que plus tard tout sera plus facile, j'ai bien peur qu'il soit un peu trop grand et qu'il trouve ça bizarre, mais le coeur y est, et le coeur c'est le plus important dans tout ce qu'on fait.

Comme vous avez pu le voir, ma rentrée se déroule plutôt pas mal même si je pars à 7 heures pour revenir à 18 heures, en travaillant entre midi et deux heures. Mon chef d'établissement en me voyant à 7h30 installer des ordinateurs me disait qu'il ne fallait pas me mettre la pression, je lui expliquais que je ne me la mettais pas, je me contentais de faire ce qu'il y a à faire. Je me connais, je ne serais apaisé quand lorsque je serais arrivé à un niveau que j'estime convenable, j'en suis loin. Je trouve le soulagement dans l'avancement de mes corvées. C'est d'ailleurs le discours que je tiens à mes élèves quand ils me font le plan de la peur de l'échec, j'invite à travailler plus, ça rassure.

Si je devais donner un conseil à Matronix, c'est d'essayer de planifier au mieux sans rogner sur le capital santé, en faisant des choix. Je vous écris le billet en ce jeudi, une journée où je ne travaille pas. Levé à 6 heures comme les autres jours de la semaine, je profite pour faire du ménage, tourner des lessives, m'occuper de la paperasse et prendre les rendez vous que n'a pu prendre mon épouse le mercredi après midi. Malgré une organisation réellement rodée, c'est un peu le nerf de la guerre actuellement, comme je travaille le mercredi après-midi et que je ne rentre pas avant 18 heures, elle doit gérer les deux gosses pour les devoirs. Il va falloir que mon fils qui a la joie de travailler avec moi d'habitude apprenne le minimum d'autonomie syndical s'il compte retrouver un écran un jour. Je suis revenu du lycée avec 7 ordinateurs, mon coffre du partner se transforme en salle informatique, je ramène du travail à la maison, c'est une façon pour moi plus sereine de travailler, pour trouver les pannes, pour comprendre les problèmes. Au moment où je vous écris, je mets des ordinateurs portables Windows 7 à jour vers Windows 10. Je profite aussi de ce moment pour appeler les gens, mes anciens collègues notamment, je crois en la fidélité dans tous les domaines, en amitié notamment, ce n'est pas parce que nous ne travaillons plus ensemble, qu'il faut couper les contacts. Comme on le sait loin des yeux, loin du coeur, mais j'aurai fait les efforts nécessaires.

Il faut se résoudre à faire des sacrifices, j'ai déjà conscience que malheureusement je ne pourrais pas rallumer la PS3 pour m'ennuyer dans Assassin's Creed III avant plusieurs mois, le temps n'est malheureusement pas incompressible. Au grand désespoir de tous je n'aurai pas le temps non plus de m'acheter un téléphone Windows et de jouer avec, ce qui me laissera le temps de voir arriver des nouveaux modèles quel que soit l'OS.

De façon synthétique pour ne pas céder complètement dans la panique quand le quotidien est prenant :

Mon objectif personnel pour la fin de cette semaine, c'est de finir d'installer tous les postes de la salle que j'occupe et de commencer à faire le grand ménage. En effet, on trouve des disquettes 5 pouces 1/4 dans les placards, des documentations pour MS-DOS, du matériel qui traîne et qui doit être trié, archivé. L'impondérable c'est certainement l'arrivée de mes collègues en TSE, il faut donc remplacer les Windows XP actuels par des postes Linux.

avec beaucoup d'imagination, ce qui ferait un bon slogan pour le capteur du ZTE, le téléphone qui laisse place à l'imagination, sur la gauche la session Xfce des élèves, sur la droite un coup de redobackup et voilà un ordinateur qui se fait Linuxer d'un coup.

Le titre fait référence à la chanson du groupe Soul II Soul que je vous invite à regarder pour voir qu'avant on savait faire de la chanson et des chorégraphies, bien s'habiller aussi.

Informatique au lycée, les très grands travaux

mercredi 9 septembre 2015 à 08:00

Dans mon lycée, ma collègue de vente tient avec les élèves de troisième une boutique bien réelle dans laquelle est vendue une partie de la récolte des élèves qui font les sections production. On va donc avoir un peu de tout et n'importe quoi, de l'huile d'olive, du raisin de table, des oeufs et j'en passe, qui sont vendus principalement au personnel, aux familles. J'ai été associé une semaine sur deux en mathématiques, l'autre semaine c'est la prof de français. Les mathématiques vont avoir du sens pour les calculs de pourcentage, pour la gestion de la caisse, quelques opérations de base mais pas de quoi à mon sens faire tenir une année scolaire. On va donc faire un site internet de la boutique qui sera archivé chaque année et on recommence à zéro chaque année. Je suis parti d'une base Wordpress, on a fait dans une première séance le choix du template par groupe. Les gamins sont donc passés en trinome pour présenter leurs choix, je vais pour ma part regarder un peu ce qu'ils ont choisi pour savoir ce qui est jouable ou pas et leur faire un retour pour prendre un thème.

On a un petit peu débattu autour de la visibilité, des réseaux sociaux à partir d'un article de presse sur deux femmes qui avaient monté une épicerie et qui fait un peu maraîcher aussi, elles avaient axé dans un premier temps leur communication en ligne uniquement sur Facebook mais elles notaient qu'elles allaient monter leur site internet. J'ai demandé pourquoi, une petite a eu la présence d'esprit de dire que c'est pour garder le contrôle. Je leur ai demandé s'ils connaissaient Myspace, inconnu au bataillon, ni même skyblog ce qui est déjà plus surprenant. La majorité d'entre eux sont utilisateurs de Facebook, snap et instagram, peu sont sur twitter, un élève disait que sa grand mère était aussi présente sur facebook, ce qui m'a permis de faire remarquer que les études montraient que les plus jeunes quittaient ce réseau pour ne plus fréquenter les adultes. La réponse : faux comptes ou blocage des comptes des parents pour les plus audacieux. Sur les prochaines séances j'ai dit qu'on ferait le logo, l'habillage, les rubriques, un journal de bord où les articles seront corrigés par la prof de français. C'est la première fois que je travaille en pluri depuis douze ans, la collègue est une femme sérieuse, ouverte, nous avons quasiment fait les trois heures ensemble sans se "manger" laissant s'exprimer l'un ou l'autre dans son domaine de compétence. C'est vraiment intéressant de travailler dans ces conditions, la pluridisciplinarité pour ce que j'en ai vu chez mes collègues c'est le partage de la classe en deux avec un vague lien entre les enseignants ou rien parfois. Comme je le précise souvent ici, le collaboratif restera toujours la difficulté de ce métier où les gens ont trop l'habitude de travailler seul.

Je n'étais pas d'accord la dernière fois avec Gilles, où dans la veille il écrivait à propos d'une migration Linux qui avait coûté 300.000 € de plus que prévu : Les mauvaises surprises, c'est quand tu n'as pas préparé en amont. Et donc c'est synonyme d'incompétence quelque part. C'est sûr pour le cas général mais certainement pas dans le cas du libre qui réserve toujours des surprises. Souvenez vous de ma fameuse image disque réalisée depuis virtualbox et tout de même testée sur l'optiplex traditionnel qui passait comme une lettre à la poste. Je la mets sur un premier P4 passe pas, je la mets sur un deuxième P4 passe pas, j'ai une invite qui clignote. Au départ j'ai pensé à un problème de PAE mais ce n'est pas le cas, j'avais bien installé une image i386 de debian, le problème ne venait pas de là mais du membre si bien que j'ai dû lancer une réparation derrière. Pourquoi ça fonctionne sur l'optiplex, pas sur le P4, je n'en ai aucune idée, mais maintenant ça marche.

Et les surprises sont tout de même assez nombreuses, du lecteur DVD tellement défoncé par les élèves qui coince Linux car il y a des accès, où il faut ouvrir pour déconnecter physiquement, en passant par ces ports USB qui ne fonctionnent pas tous parfaitement au point de créer des erreurs de lecteur, ou encore cette création de plusieurs clés multisystem à 5 heures du matin où aucune des clés n'est valide à l'arrivée sans que je sache pourquoi. L'informatique qu'on le veuille ou non n'est jamais une science exacte, tôt ou tard on tombe toujours dans le domaine du bizarre, dès qu'il s'agit du libre c'est encore pire. La science avance néanmoins j'ai fait migré gentiment hier matin une dizaine de postes, je vais faire en priorité la salle que j'utilise pour roder, si tout fonctionne j'étendrais, sachant que mon collègue veut conserver pour l'instant sa salle avec des vista donc moins de postes que prévu

La semaine prochaine, je pense, verra arriver la migration des professeurs sous TSE, un véritable soulagement pour le fonctionnement, ils sont actuellement sur un vieux contrôleur de domaine et sous XP sur les postes. Sous TSE ils passeront en 2008, l'ensemble sera bien évidemment géré par Linux pour les clients et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Je lisais avec grand intérêt le billet de Sébastien sur Office 365, il n'a que partiellement raison. Il y a effectivement un souci d'offre globale cohérente au niveau du libre, néanmoins malgré la grande cohérence de l'offre Microsoft, quand un produit est mal foutu, il est mal foutu, aussi complet soit-il. La migration chez nous est difficile sur de nombreux points car l'outil est trop complexe, a des manques, n'est pas ergonomique. Concètement chez nous le partage de documents se ferait par bozon ou owncloud, ce serait plus simple. Le calendrier pour exemple, avec des notifications automatiques qui viennent polluer le calendrier personnel pour tout finir en double, le partage des couleurs qui ne se font pas, le téléchargement d'un fichier sur le poste, l'impossibilité de partager des listes de contact, tous les jours nous multiplions les obstacles et les problématiques liés à 365.

Comme vous pouvez le voir pour paraphraser la doctrine de Framasoft, la route est longue, pas particulièrement libre, mais elle a le mérite d'être tracée et nous savons à la sortie que nous aurons une infrastructure robuste avec cet intéressant mélange de modernité et de prolongation de matériel obsolète entre notre serveur de virtualisation super hype de la mort et nos vieux Pentium IV qui ont déjà plus de dix ans d'âge.

Odysseus - BORNE - Smell like Smartphone Propriétaire

mardi 8 septembre 2015 à 08:00

Comme on a pu le voir dans les derniers billets, ZTE, Alcatel qui étaient les principaux partenaires de Firefox OS c'est mort. Si vous regardez sur cette page qui est très bien faite et qui annonce les prochains produits sur Firefox OS, on voit la gamme des PIXI 3 qui apparaît mais comme on le sait pas pour la France, le ZTE OPEN L mais pas pour la France, un Yezz Foxy introuvable à l'achat, et surtout il faut se rappeler que toutes ces anonces sont datées de janvier 2015 pour le CES. La moralité, peut être que je me trompe, c'est qu'il n'y a aucune annonce de création de téléphone Firefox OS depuis 8 mois.

Pour ma part j'ai deux téléphones ZTE OPEN C dont je suis très satisfait dans mon utilisation quotidienne, le premier en version stable 2.2, le second que je devrais tester en version 2.5. Le jour où ça lâche, si je ne peux rien acheter, si c'est difficile, sera-t-il nécessaire de tout faire pour avoir du Firefox OS étant donné que la fondation Mozilla n'a pas envie de se faire violence et se lancer dans la fabrication de ROMS dédiées à des tas de téléphones. Du fait en plus de voir que le marché recule, est ce que les développeurs vont s'investir pour créer des applications déjà peu nombreuses ? En gros, faut-il continuer à miser sur le cheval Firefox OS ?

Mon prochain téléphone qui arrivera soit au décès des deux appareils soit sur un coup de tête par lassitude sera certainement un téléphone basé sur un OS propriétaire et avec de bonnes chances pour le Windows Phone. A moins d'un miracle bien sûr, je vous livre globalement tout ça dans le désordre.

Par conséquent je ne joue pas, je n'ai pas de besoins colossaux, le téléphone est un simple outil de consultation rapide, je ne suis pas du tout un addict, loin de là même, car j'ai besoin du confort d'un grand écran du fait d'être quand même plus un producteur qu'un consommateur. S'amuser à mettre à jour à la main les paquets téléchargés régulièrement sur le web jusqu'à se prendre un virus est un exercice qui ne m'amuse pas, dans les conditions actuelles, je me résigne au prochain achat à créer un compte Google ou utiliser un compte Windows.

Et c'est d'ailleurs à la réflexion peut être vers ce dernier que je risque de me tourner. Mon téléphone en fait, reste très orienté vers le travail, travail qui comme vous le savez est très lié à Office 365. Pour le boulot j'ai mon adresse mail qui me permet de me connecter à 365, elle est donc certainement considérée comme une adresse Microsoft, pourquoi ne pas franchir alors le pas pour éviter d'avoir à m'associer à Google et avoir des outils qui feront le job que j'attends et bien évidemment les meilleurs outils pour 365.

Il est facile de tirer sur l'ambulance du téléphone libre, et pourtant on peut dire que les acteurs ne mettent pas forcément de la bonne volonté. Chez Mozilla on a mis à disposition du public un matériel bas de gamme, passons même si aujourd'hui ne pas pouvoir faire de selfie par exemple c'est se fermer toute une partie des consommateurs mais surtout un OS absolument pas fini et qui rappelons le pour le ZTE OPEN C n'a pas dû bouger de la version 1.3 ou 1.4 de façon officielle quand on sait que les choses ont énormément bougé en terme de fonctionnalités depuis. Cyanogen a un certain succès mais il y a ici tout de même une forme d'hypocrisie. Les gens vont utiliser ce système non pas pour se libérer mais pour monter dans les versions d'android quand leur téléphone a été abandonné par la marque. Ubuntu avec un téléphone à 150 € pour commencer oublie que sa base d'utilisateur a quand même tendance à viser du pas cher et qu'à 150 € on peut faire pas mal de choses.

La situation n'est pas sans rappelée l'arrivée des EEE PC sous Linux il y a quelques années qu'on a vu rapidement disparaître car le système d'exploitation et les logiciels n'étaient tout simplement pas prêt. Si aujourd'hui je croise de plus en plus d'appareils sous Linux c'est tout simplement parce qu'on a donné la possibilité aux gens d'installer Linux partout. Un discours qui semble-t-il ne trouve pas écho auprès des créateurs de systèmes d'exploitation libre pour smartphone qui à mon avis vont bientôt annoncer qu'ils rendent le système à la communauté.

Dommage, la situation est écoeurante au point d'inciter les libristes les plus convaincus à se tourner vers des services propriétaires.

BoZoN 1.6.3 statistiques et apparition sur alternative.to

lundi 7 septembre 2015 à 08:00

Bronco vient de produire la version 1.6.3 qui apporte la page des statistiques de connexion. Petit écran avant d'aller plus loin :

Il faut se rappeler que le principe de BoZoN c'est l'absence de login et de mot de passe à part pour l'administrateur pour fonctionner à la confiance, en comité réduit. Difficile dès lors quand vous donnez un lien de savoir qu'il ne va pas être exploité par 50 personnes. Il est toujours possible d'aller consulter les logs apache pour les hommes de goût mais ça devient rapidement lassant. Les statistiques apportent donc une réponse à cette problématique, l'une des dernières je pense.

BoZoN pour ma part arrive à maturité, il est aujourd'hui peut être la seule "alternative" légère qui marche à Owncloud et Cozycloud. J'ai tanné Bronco pour qu'il le mette dans alternative.to afin de faire venir du monde, c'est chose faite, ALLEZ LIKER LA PAGE JE VOUS L'ORDONNE. Alternative.to fait partie de mes principales sources pour trouver les logiciels, le fait de se connecter avec github d'ailleurs donne encore plus de sens à ce site.

BoZon mérite d'être connu et de voir son équipe se renforcer, on a déjà vu passer un commit extérieur ce qui est une bonne chose. Les portes de la gloire sont déjà ouvertes.