PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Le presque repos du guerrier

jeudi 1 octobre 2015 à 08:30

Nous sommes jeudi, c'est mon jour de repos, je n'ai aucune machine du travail à la maison ce qui est une première. J'ai corrigé l'intégralité de mes copies jusqu'à 22 heures, j'ai quelques bricoles à préparer pour la semaine prochaine mais pas grand chose. Je pourrai même jouer à Assassin's Creed mais je me sentirai honteux, c'est difficile à expliquer, je suis dans une telle mouvance de travail à l'heure actuelle que j'aurai du mal à me détendre, je vais donc me trouver des activités utiles à faire et certainement dormir, il me manque du sommeil. Dormir ce n'est plus de la détente à ce niveau là mais réellement un besoin primaire à assouvir.

Hier j'ai bataillé avec un Windows Vista pour le faire se connecter à un lecteur réseau, je n'ai pas encore fini, mais j'ai bon espoir d'y arriver. Vista et son système de défense de l'utilisateur fait planter l'application, Vista qui ne sait pas que administrateur ça marche alors que Windows XP le sait, Vista qui a besoin de informatique\administrateur pour que ça marche, Vista enfin et c'est là où je l'ai laissé qui n'est pas capable de mémoriser le mot de passe et le login à chaque redémarrage. Vista qui avec le recul on se rend compte qu'il a quand même un grand air de famille avec ce qui deviendra Windows 7 n'est pas ce qu'on peut appeler une réussite. L'homogénéité du parc va faire partie des problèmes à venir, je suis actuellement en train de virer tous les Windows XP, il va rester Debian qui ne compte pas car on a la main dessus et on se pose peu de questions pour son avenir, le tout frais Windows 10 et une batterie de PC en Vista qui à terme vont être abandonnés par Microsoft, mais pas par nous.

L'obsolescence des produits Microsoft n'est pas un problème, le problème ce sont les gens qui ne savent vivre que par Microsoft. Dans mon lycée j'ai la mère et la fille qui enseignent, on est à table, la fille me passe la mère au téléphone dont la boîte outlook s'est mise à arroser ses plus de 400 contacts pour dire qu'elle est dans un pays étranger et qu'il faut envoyer de l'argent. Je lui demande de venir d'urgence au lycée avec ses machines. Elle avait eu la présence d'esprit d'associer son compte avec son téléphone, il a été aisé de reprendre le contrôle de la boîte. Néanmoins, on peut s'interroger sur le comment. Son ordinateur du boulot est sain tout comme sa machine personnelle, un XP, c'est un vieux PC qui fonctionne parfaitement, néanmoins XP n'est plus maintenu depuis un an et demi, on est donc en mesure de s'interroger sur une éventuelle faille de sécurité qui fait que son compte a été piraté. J'aurai pu proposer l'alternative d'un Linux léger, néanmoins la culture Microsoft est tellement forte dans l'établissement qu'elle déteint sur les habitudes personnelles, elle serait totalement perdue sans Windows, elle m'a demandé de regarder un nouvel ordinateur.

Demain les élèves reçoivent Lordi de la région et là encore on en sort pas, il sera certainement livré sous Windows 8.1. Comme chaque année tout ceci est livré sans mode d'emploi ni consignes c'est à dire que lorsque les gamins verront s'afficher l'icône pour passer à Windows 10, ben on sait pas trop ce qu'ils vont faire. Au départ je pensais les inciter à faire un grand passage massif à Windows 10 mais c'est une responsabilité que je ne veux pas assumer. Je sais pertinemment que certains vont essayer, que d'autres vont commencer à installer tout et n'importe quoi sur la machine, je ne me donne pas une semaine avant d'avoir les premiers ordinateurs plantés, et c'est bien sûr bibi qu'ils vont venir voir. Le passage à Windows 10 sur le principe peut sembler une bonne idée, malheureusement en cas de plantage c'est du Windows 8.1 qui sera rechargé et je ne sais absolument pas comment ça se passe pour une "re" mise à jour vers Windows 10. Et là je ne vous parle que de la première année où l'on sait que c'est gratuit. Je vais donner les rudiments de l'utilisation d'un ordinateur, des choses qui ne leur viendraient certainement pas à l'esprit du genre une machine de travail c'est fait pour travailler, renoncer au téléchargement pirate ou au streaming, ça risque d'en choquer plus d'un.

Il reste deux semaines avant d'arriver aux vacances, et j'aurai réalisé les gros objectifs que je m'étais fixés :

Les étapes suivantes sont :

Voilà les grandes lignes, je vais pouvoir arriver en vacances pour reprendre ... le chantier cailloux.

Cinéma, cinéma, TCHI TCHA !!! Septembre 2015

mercredi 30 septembre 2015 à 08:00

Aux états-unis la faute à pas de chance, une maladie qui transforme les gens en zombis. C'est original d'ailleurs cette idée, je ne sais pas où ils sont allés chercher ça. On met les gens qui vont se transformer en monstre dans des camps, et c'est pas vraiment la fête puisque on va mettre le gars qui se transforme à peine avec les gars qui sont totalement zombifiés si bien que ça tourne à la grosse boucherie, tout le monde se bouffe les uns les autres. Arnold Schwarzenegger a sa fille qui est contaminée, et comme bon nombre de pères de famille il décide de garder son adolescente à la maison même si pour cela il doit lui mettre une balle dans la tête. Maggie est un film où il ne se passe pas grand chose, où le seul suspense réside dans l'interrogation, va-t-elle bouffer toute la petite famille à commencer par son dodu petit frère ?

Michelle Williams dont vous vous rappelez certainement tous le rôle extraordinaire qu'elle a pu tenir dans Dawson, cette série qui restera gravée dans nos mémoires avec la plus grande tête à claque de l'histoire de la télévision interprète ici une bourgeoise pendant l'occupation de 1940 en France. Elle vit avec sa belle mère, la très désagréable Kristin Scott Thomas, son mari ayant été fait prisonnier par les allemands. Mais qui donc va arriver pour pimenter un peu sa vie, je vous le demande, Matthias Schoenaerts la brute épaisse qui jouait dans de rouille et d'os, un officier allemand un peu classe, qui joue du piano, ils ne pourront bientôt plus dissimuler la passion dévorante qui les embrase au beau milieu de cet enfer. Suite française est une romance on ne peut plus classique dans un contexte difficile, un bon film.

Adaline dans les années 30 je pense, a un accident de voiture dans un lac gelé, la conséquence est assez spéciale, elle ne vieillit plus. Pas une situation facile, elle change d'identité tous les 10 ans et ne garde en contact que sa fille qui a l'âge de sa grand mère. Elle se refuse l'amour, mais quelques jours avant son changement d'identité, elle va rencontrer un homme qui va lui redonner le goût du love. Alors que les choses se précipitent, elle est invitée chez les parents du jeune homme et la faute à pas de chance, Harrison Ford le père de son nouveau compagnon est un homme qu'elle a aimé il y a plusieurs dizaines d'années, qui en a gardé un souvenir très vif et qui est persuadé que c'est elle. Un joli film pas bien original.

JoeyStarr est un gars spécialisé dans la protection rapprochée genre brute épaisse qui ne supporte personne, Manu Payet va réussir à décrocher le même boulot dans la même boîte suite à une erreur, il tamponne en fait à la place de l'examinateur qui fait une crise cardiaque. Ils vont avoir la responsabilité de protéger Alice Belaïdi la star montante de la chanson française. Si vous avez passé un certain âge et que vous avez vu l'intégrale des films de Pierre Richard avec Gérard Depardieu, pour les plus jeunes le boulet, les gorilles tentent de faire plus ou moins un remake des tandems improbables entre la brute épaisse et le demeuré. Ce n'est pas le film du siècle, loin de là, néanmoins Payet dans son rôle de guignol amuse plutôt bien, ça se laisse donc regarder.

Jonah Hill qu'on voit plutôt dans des comédies à deux balles de franc, il n'arrive même pas à franchir la conversion avec l'euro tellement c'est pauvre est un journaliste d'investigation plutôt connu mais qui va aller un peu vite dans sa dernière enquête au point de falsifier des preuves. On finit par s'en rendre compte et c'est la loose, si bien qu'il est difficile de trouver du travail. Il se trouve que la vie est bien faite, un homme qui aurait tué sa famille, James Franco accepte de se confier mais seulement à lui pour révéler la vérité ou pas. Pas mal, sans plus, classique, True Story est basé sur le traditionnel sentiment de doute qui vous fait tenir jusqu'à la fin du film pour savoir si effectivement c'est une true story ou non.

People are strange when you're a stranger

mardi 29 septembre 2015 à 21:30

Gilles me demandait avec un tact non dissimulé si mes collègues avaient des problèmes cognitifs, ce à quoi j'ai répondu non, le problème ne vient pas d'eux mais de nous. Aujourd'hui donc, petite journée, à peine deux heures de cours mais plus de huit heures de présence sur site, histoire de nous rappeler que la génération des emplois du temps par informatique n'est certainement pas l'invention la plus humaine qu'on ait inventée. J'ai décontaminé une collègue, réglé un vidéo projecteur qui affichait du grec et dans la foulée le problème de son parce qu'un gamin a trouvé drôle de couper la tête ce qui fait antenne, j'ai installé un nouveau PC uniquement pour un logiciel de vie scolaire qui n'est pas compatible avec TSE, j'ai répondu à des dizaines et des dizaines de questions sans aucune difficulté.

Il est important de bien concevoir que les anormaux ce ne sont pas les collègues mais bien nous, les mutants de l'informatique. Alors que nous étions à la récréation, mon collègue me raconte ses problèmes avec debian, je lui demande s'il a bien modifié dans son /etc/apt/sources.list la liste des dépôts pour ajouter non-free et contrib afin de récupérer certains pilotes propriétaires qui doivent lui manquer. Dans un milieu normal, c'est surréaliste, les gens nous regardaient comme des martiens et ils ont raison.

Nous sommes tous l'idiot de quelqu'un. A table les gens parlent de vin, c'est un lycée viticole c'est donc un sujet de conversation traditionnel, les gens parlent aussi de chasse bien sûr, ça va avec le terroir, j'écoute poliment alors que je m'en fous complètement et que je ne comprends rien du tout. Si en outre un jour je cherchais des explications, je suis persuadé que le collègue à qui j'ai expliqué comment envoyer un mail au groupe serait un homme patient et en aucun cas méprisant de ma méconnaissance en ces domaines.

La différence entre le manque de connaissance de mes collègues en informatique et le mien en vin, c'est qu'aujourd'hui pour l'enseignant, il est indispensable de savoir manipuler l'informatique quand pour ma part je peux m'autoriser de ne rien comprendre au vin et à la chasse. Peut-on pour autant jeter la pierre aux gens d'être de véritables buses en informatique ? Oui et non. Oui car s'ils s'intéressaient, ils se rendraient compte qu'ils se font escroquer à tous les étages, qu'ils pourraient optimiser leur temps de travail, leur pédagogie, qu'ils pourraient faire des choses étonnantes. Non car la technologie va trop vite, qu'ils n'ont pas eu l'occasion de se former, que les formations proposées sont souvent minables, qu'il est très difficile de savoir par où commencer.

Même si on s'exaspère quand on maîtrise l'informatique de voir ce grand n'importe quoi généralisé, il ne faut pas être méprisant car on n'aimerait pas se faire démonter si on était soi-même dans la situation de l'apprenant. Je fais donc preuve de patience, et c'est normal. La seule chose que je ne supporte pas c'est la normalité. Je trouve toujours extraordinaire quand quelqu'un m'apprend quelque chose, car il m'affranchit de la dépendance, la dépendance du prestaire, la dépendance de quelqu'un, l'indépendance c'est le plus beau cadeau qu'on puisse vous faire. Si je trouve ça merveilleux qu'on m'apprenne quelque chose, j'estime que la personne en face doit en faire autant, comprenez dès lors que les gens dans l'urgence, les gens qui s'énervent, n'ont pas de place au pays de Socrate.

 

La console portable s'en va et les conclusions qui vont avec sont pas joli joli

mardi 29 septembre 2015 à 08:00

Sony qui s'est pris un bon gros four avec sa Vita a décidé qu'il mettait en pause ses activités sur console portable qu'on traduira par la Vita sera certainement sa dernière console portable. De l'autre côté on a Nintendo qui est en train de réfléchir à éditer des jeux sur Android qu'on traduira par Nintendo va éditer des jeux sur Android font qu'on peut arriver à la conclusion suivante : les consoles portables c'est mort. Et c'est bien évidemment totalement compréhensible, avec votre téléphone portable vous avez non seulement la possibilité de téléphoner, ça peut servir, de communiquer sur internet, de regarder des vidéos, tout ça dans votre poche et en plus vous pouvez jouer à des grosses daubasses pleines de pubs ou des daubasses que vous allez payer 2 € pour avoir de la daubasse sans pub.

Vous noterez que j'ai employé trois fois le mot daubasse, car en fait les jeux sur tablettes / smartphones sont effectivement des daubes et cela doit interpeller car c'est ce marché de mauvaise qualité qui est en train d'enterrer le marché de la console portable où l'on trouve tout de même du jeu de forte qualité. Si un acteur comme Sony estime que ce n'est pas rentable, c'est que ça doit être effectivement le cas, si les gens préfèrent jouer à de la daube, la question qui va suivre est évidente, pourquoi leur servir du caviar, pourquoi faire du AAA ? Il n'y aucune raison.

On aura donc connu certainement avec la PS Vita où vous avez des jeux de grande qualité, le summum, la suite sera nécessairement une régression. C'est assez étonnant d'ailleurs dans le domaine des hautes technologies de se dire que c'était mieux avant et là ce sera indéniable, techniquement ça sera mieux avant, tout simplement car on a payé le prix fort pour arriver à ce niveau là et que vu que la demande est au jeu médiocre, peu chronophage, qui permet d'occuper pendant les transports, et bien on ira investir le moins possible pour avoir le meilleur retour sur investissement.

A titre personnel, je suis satisfait de la DS, c'est dire que je me contente de peu. Pour ma part jouer sur une tablette ou un smartphone c'est possible, mais pour un ensemble très limité de type de jeux, l'absence de paddle bien évidemment coupe pour moi toute possibilité de jouer à quoi que ce soit qui ressemble à un jeu de plate-forme par exemple, un shoot em up, ou la grande majorité des jeux qu'on connaît sur console. J'irai même au-delà, sans stylet et avec des doigts boudinés, c'est encore plus limité, certains jeux de la DS ne peuvent même pas être envisagés. Mauvais jeux, perte complète de gameplay, mais pourtant une cohérence de fond, la convergence des appareils est une logique qui s'établit depuis des années, un téléphone portable ça passe partout, une console de jeu c'est moins évident, il est normal que ce type d'appareil disparaisse même pour un moins bien.

Si les gens se contentent de peu dans leur poche, une trajectoire similaire peut elle se produire dans le salon ? Oui et non, réponse de Normand. Non car le marché du jeu PC explose, c'est le PC de gaming qui sauve partiellement cette économie, les gens sont prêts à payer de véritables fortunes pour se payer une machine de course. Néanmoins on sent que ce marché est en train de se resserrer autour d'une "élite", des gens exigeants, des gens passionnés, qui sont prêts à payer le prix fort pour de la qualité. A côté de ça on a toute une populaion qui a pris l'habitude de la médiocrité, qui a pris l'habitude de ne pas payer ou très peu, un public pour qui avec cette crise qui perdure, trouve insupportable de payer 60 € un jeu vidéo.

Il y a un créneau à prendre dans une console de jeu pas cher, qui offre du casual, du jeu peu attachant qu'on peut faire quelques heures et abandonner. On pourrait dire que la Wii U comble ce secteur, ce n'est pas vrai, les jeux sont vendus bien trop chers. La console de salon Android à l'instar du téléphone portable n'a pas réussi à décoller car il manque les accessoires pour réussir à jouer de façon convenable, les jeux ne sont pas adaptés pour le paddle car personne ne pense réellement à faire du jeu de salon pour Android.

Je ne donne pas longtemps aux grands acteurs du marché pour se positionner sur un appareil "générique" de type android et se lancer dans le lowcost du jeu vidéo, un univers qui sera certainement bien plus bankable que le marché actuel, sans réelle prise de risque, sans gros investissement mais surtout sans qualité pour les gamers qui devront se tourner vers un marché de niche particulièrement onéreux.

Et à la cinquième semaine, Cyrille BORNE commença la formation de ses collègues

lundi 28 septembre 2015 à 21:30

Ce matin j'arrive, j'installe epoptes sur tous les postes du CDI et ça marche plutôt bien, je m'amuse à bouger les fenêtres d'un quatrième qui se met à insulter sa souris, je lui bloque son écran, il ne comprend rien et appelle le documentaliste qui tourne la tête et me regarde. C'est beau un quatrième. Deux difficultés sur epoptes tout de même, il n'envoie pas de message, il n'est pas capable de diffuser, je trouve que la VNC n'est pas immédiate non plus. Je n'ai pas eu le temps de le lancer en ligne de commande, demain j'ai le temps, je le ferai, certainement un problème de dépendance.

J'entre en salle du personnel, je me fais tomber dessus par une avalanche de collègues, je croise mon collègue Linuxien qui me dit que debian c'est moins facile et qu'il a des problèmes de reconnaissance matériel là où avec Ubuntu ça passait tout seul. Rendons à Ubuntu ce qui appartient à Ubuntu, le out of the box, il me confirme toutefois la plus grande rapidité du système et me dit qu'il va creuser, je vais faire l'essai sur un des ordinateurs certainement histoire de lui donner un coup de main.

J'ai passé environ plus de deux heures à intervenir sur les ordinateurs des collègues. Ils sont perdus. Copier sur une clé USB c'est difficile, trouver office365 c'est difficile, beaucoup ont tendance à tomber sur le site de outlook en version non professionnelle, tout est compliqué pour les profs. Nous avons un établissement où personne ne tranche, vous allez donc trouver dans les salles de classe des tableaux blancs et des tableaux à la craie, vous ne serez pas surpris dès lors de trouver dans les installations chrome et firefox. Comme je suis un peu coquin, je vire chrome de tous les postes que je croise comme pour y laisser ma signature et j'installe speed dial sur tous les postes, coupés en quatre : Scolinfo l'ENT pour les élèves, office 365, Google et le site du lycée, les collègues sont ravis.

Il y a quelques semaines mon complice d'informatique qui je le rappelle est utilisateur de produits Apple et ne jure que par Microsoft quand il n'a pas pu jurer par Apple me disait qu'il fallait attendre la sortie d'office 2016 pour être au top de la synchronisation et que ça roulerait tout seul, les ordinateurs portables, à domiciles, la session TSE, tout cela synchronisé. Dans les faits, ça serait bien que les collègues commencent à regarder leurs mails professionnels, ce serait déjà un bon début. J'avais expliqué comment se connecter à TSE avec des captures d'écran j'en vois encore chercher dans le menu Xfce pour savoir où il faut aller. Un collègue me dit qu'il faudrait que je mette un papier à coté de chaque ordinateur avec le mode d'emploi. Comprenez que mes 70 élèves de troisième ont tous réussi à assimiler en une séance de 1 heure, ils se contentent de regarder leur code qu'ils ont collé dans leur carnet de liaison, pendant que mes collègues sont en train de se plaindre en permanence qu'ils ont trop de code ce qui donne une bonne raison pour les perdre.

La formation des collègues reste un art particulièrement délicat et il faut avoir pratiqué la bête pendant très longtemps pour arriver en gros où on veut commencer. Avec les profs on peut difficilement arriver à une finalité, on arrive à un début qu'on essaie de faire assimiler comme une gymnastique jusqu'à ce qu'un connard de technicien ou pédago décide de faire une révolution informatique et de casser votre joli château de cartes. Pour arriver à ce début, il est impératif que le matériel tourne comme une mécanique parfaite, ce sera très bientôt le cas.

A l'heure actuelle, plus que l'apprentissage pour l'utilisation, je suis en train de vérifier que chaque prof puisse se connecter à sa session, récupérer ses documents, je regarde que son ordinateur portable a la possibilité d'imprimer, qu'il se connecte au bon wifi, qu'il n'est pas contaminé. Je me débrouille concrètement pour que chacun puisse avoir le confort d'utilisation, je réponds au besoin du faut que ça marche pour que tout un chacun puisse enfin commencer. Quand tout le monde sera opérationnel, on pourra alors répondre aux questions, aux besoins, aux attentes, on pourra commencer à montrer ce qui est possible, ce qui ne l'est pas, on pourra commencer à montrer le chemin, ouvrir la voie.

Cette activité même si elle m'empêche de finir mon grand ménage et notamment me débarrasser des vieux rétros est primordiale à titre personnel, car elle me permet de rencontrer les très nombreux membres de l'équipe et de me faire ma place. Le besoin au même titre que la désorientation, qui peut se traduire par du découragement ou de la colère est singulièrement palpable, il est réellement temps de faire avancer les choses pour que les collègues ne subissent plus l'informatique.