PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Salut l'artiste

mardi 6 octobre 2015 à 17:50

Gruick est un sanglier ou un cochon sauvage selon l'autopsie, dans la fleur de l'âge. Résidant à proximité de la station d'épuration de Saint Pierre La Mer, la vie n'est plus ce qu'elle était. Son travail de destruction dans les vignes c'était mieux avant, sa relation avec Samantha sa fiancée s'est largement dégradée et puis les cartes, la boisson, rien ne va plus. Il est 7 heures du matin quand Gruick doit se lever pour partir travailler, la gueule de bois après une nuit trop agitée, il décide d'aller prendre sa douche quotidienne dans l'étang de Pissevaches, sur le chemin, il tourne la tête et se demande qui a soudainement allumé la lumière.

Il est 5h30, je me lève trop tôt, j'ai chaud. Je regarde mes mails, les nouvelles du monde, je suis prêt, tant pis je pars, j'aurai bien quelque chose à faire au lycée. Il est 7 heures, je trouve qu'il fait particulièrement sombre ce matin, il a plu, je roule prudemment. J'arrive au niveau de l'étant de Pissevaches quand je vois un truc qui ressemble à un sanglier de la taille d'un gros chien en train de traverser la route. Je me dis : le con, il va pas le faire, et il le fait. Trop tard pour freiner, je dévie la voiture au plus pour me le prendre côté phare j'entends chtonk puis ploc, j'ai roulé dessus. Je suis vert, il fait nuit, je ne vais pas m'arrêter je suis au plein milieu des vignes et je me dis que je vais me prendre un tracteur ou rameuter sa famille qui va me dévorer.

J'arrive à Port Vendres encore appelé le port du Chicholet et je regarde la voiture, je n'ai absolument rien. Je pousse un peu la voiture, ça passe, 130 sur l'autoroute ça passe encore et j'arrive au lycée où mon collègue si matinal est présent, je lui raconte mon histoire. Il me demande d'un air tout à fait sérieux et naturel si je l'ai ramassé. Je lui dis que non. Il peste, me dit que c'est n'importe quoi et que le gars derrière aura un bon civet pour ce soir. Quand je dis que mes collègues sont chasseurs c'est loin d'être un euphémisme. Je lui réponds qu'il doit certainement se tromper et que je lui ferais une photo ce soir, il me dit que quand je repasserai, il n'y aura plus rien, ce sera dans le ventre d'un gars. Ce soir il n'y avait rien.

A tous ceux qui lisent mes histoires de sangliers depuis quinze ans, des suicidaires du Paris Melun, aux sangliers plagistes en passant par ceux qui jouent à cache cache du côté de Bédarieux.

Windows 10, Debian

lundi 5 octobre 2015 à 08:00

Encore un weekend à cavaler, on est allé acheter une Xbox 360 avec le gamin dans un village perdu de l'Aude, le gars en vendait une à 20 Go, 10 jeux, une manette à 60 €. Vous me direz que d'acheter une 360 quand on a une PS3 n'a pas d'intérêt car les exclusivités sur la console de Microsoft sont rares ou inexistantes, que de changer le disque dur c'est la croix et la bannière et qu'en à peine quelques secondes on a compris les raisons de l'échec, néanmoins il y a un fort intérêt pour cette console, le prix des jeux. On va arriver sur le même jeu à 5 € d'écart sur le marché de l'occasion avec la PS3, la loi de l'offre et de la demande en fait, les gens s'en débarrassent, on paye tout moins cher. Jouer moins cher c'est quand même franchement jouable, il suffit de patienter un peu, la patience, le temps, c'est le nerf de la guerre pour bien des choses.

Premier weekend sans ordinateur du lycée, plus de copies à corriger en attendant la nouvelle et importante moisson de la semaine, pas de marteau piqueur avec la pluie, j'en ai profité pour m'occuper du parc informatique de la maison. J'ai viré la Xubuntu de mon fils que j'avais installée l'an dernier dès qu'il a eu l'ordinateur, et plus délicat, la manjaro de ma fille. Dans les deux cas j'ai mis debian stable. Avec son vieux Lenovo, aucun problème pour mon fils, si ce n'est sa partition android perdue, le copier coller du répertoire android n'a rien donné, j'ai donc procédé à la réinstallation depuis le début, c'est certainement ça qui m'a pris le plus de temps. Ma fille dormant au moment où j'ai fait sa réinstallation, j'ai pu prendre le temps de vérifier ce qui clochait la dernière fois. Souvenez vous, elle voulait faire des vidéos comme ses youtubeuses favorites, le seul logiciel digne de ce nom pour Linux c'est cheese avec les effets qui vont bien et j'avais de gros problèmes, pour ainsi dire il plantait lamentablement. Le problème vient de Xfce, puisque dans Gnome il passe, cheese n'arrive pas à générer les miniatures ou un truc du genre, il est pourtant capable de le faire avec Lxde. Comme il était un peu tard, je n'ai pas poussé les essais sur le son où on a le problème d'avoir la carte son pour le volume et pour l'enregistrement qui ont le même nom, et là encore le contrôleur de volume de Xfce avait des soucis de gestion. Même si je ne suis pas totalement ravi de l'environnement gnome, c'est celui-ci qu'elle va apprendre à utiliser, à 12 ans bientôt on se fait à tout.

A la sortie du weekend donc, toutes les machines sont sous Debian et semblent fonctionnelles. J'ai fait ce choix pour des raisons simples : la cohérence du parc d'une part, éviter de me disperser d'autre part. Elle a eu une série de mise à jour sur sa machine, ça a cafouillé au point de bloquer la base, il a fallu faire sauter manuellement un fichier lock dessus. Suite à ces mises à jour encore, elle n'arrivait plus à éteindre la machine sans passer par l'interrupteur physique. Enfin bref tout ça pour dire que déjà que je trouve que debian stable ne manque pas de bugs et qu'il faut s'y pencher dessus, ajouter Manjaro n'est pas une idée très fine quand on ne maîtrise pas. Désormais Linux pour moi, ce n'est que debian, les distributions spécifiques comme redobackup, ipfire et j'en passe, Xubuntu si on me demande du Linux et que la machine ne rame pas. Ce fut le cas ce weekend, une collègue de ma femme m'a sorti un Asus avec 3 Go de RAM, un dual core, Xubuntu est passé comme une lettre à la poste. Je lui fais la proposition entre remettre comme on peut son vista en place ou mettre un Linux, du fait qu'elle a vu tourner Linux dans la salle de ma femme, pas de réticence. Je crois que quand on voit travailler des enfants de 11 ans sur un système d'exploitation et que personne ne cède à la panique, on doit se dire que c'est possible.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, je suis persuadé que d'autres doivent avoir des combinaisons similaires entre Arch pour eux, Manjaro pour les autres, Fedora et Mageia pour les afficionados du RPM, c'est là la force de Linux, pouvoir encore choisir.

J'ai migré ma femme sous Windows 10, pour avoir un cobaye. Avec des portables des collègues qui passent sous 10, il faut que je maîtrise un peu et je veux voir ce que ça peut donner avec l'utilisateur lambda. Mon enthousiasme est retombé sur un point : la consommation de ressources. On ne peut pas crier au miracle avec Windows 10 car il s'agit tout simplement d'un mélange réussi de Windows 7 et de Windows 8. Il faut reconnaître que le système est bien fait, intuitif, que plus il va se développer, plus le cloud de Microsoft va se développer étant donné qu'il est très imbriqué dans l'OS, ne serait ce que pour installer des applications du Market. Microsoft réalise ici un très beau travail de convergence, un OS intuitif. Forcément tout cet espionnage, toutes ces animations comme la météo, tout ce qui peut se passer à l'écran a un coût, et c'est palpable dès l'écran de bienvenue où pour  arriver sur le bureau c'est beaucoup plus lent. De la même façon accéder au solitaire, c'est passer par le menu démarrer, aller dans les jeux, aller dans le menu, sélectionner le freecell. Si je le passe en plein écran, c'est l'écran noir, il faut recommencer la partie, je suppose que le chip graphique n'est pas assez puissant car il y a de la 3D là dessous.

Un optiplex 360 avec un E5200 cadencé à 2.5 GHz et 3 Go de RAM, est ce bien raisonnable mon bon Cyrille en 2015 avec le dernier système d'exploitation de Microsoft ? Ca se discute. Sur le papier, une machine qui a facilement 7 ans sur la dernière nouveauté, on pourrait y voir une hérésie et pourtant la machine sous Windows 7 était parfaitement fluide, les tâches à produire sur Windows 10 seront exactement les mêmes et pourtant elle n'est plus fluide. Windows 10 induit donc une obscolescence logiciel sur le hardware, ce qui n'était pas prévu à la base. Bon c'est vrai que j'aurai pu laisser en Windows 7 pendant quelques années encore mais pourtant Microsoft me pousse largement au passage en lançant des rappels pour m'inviter au changement, la gratuité tout ça.

Je vais lui installer en parallèle une debian, avec l'intégralité de ses documents, un bureau Xfce dépouillé qu'elle connaît bien, on verra si elle a envie de migrer, si elle n'est pas bloquée. Car, travaillant de plus en plus sur Libreoffice, utilisant Firefox, Thunderbird, il n'en faut pas beaucoup pour qu'elle bascule.

Preuve en est que le rôle de Linux dans la prolongation de la durée de vie des machines est indéniable, il faut réellement que les développeurs se focalisent sur l'optimisation du code (Mozilla entends mon appel), car c'est certainement de cette façon là, en prolongeant la vie des machines de façon efficace que les gens changeront leur mode de fonctionnement informatique, leur mode de consommation tout simplement.

L'art délicat de la séduction

samedi 3 octobre 2015 à 09:30

Le logiciel shaarli est une création de Sébastien Sauvage, il s'est présenté à l'époque comme un logiciel de microbloging, un moyen de faire passer des liens comme on le fait sur twitter ou comme je le fais avec pluxml. Et d'ailleurs le parallèle que je fais avec pluxml n'est pas anodin, c'est à dire que si j'utilise cette solution et pas shaarli c'est pour laisser la possibilité aux gens de pouvoir commenter. 

Quand vous avez un système, il faut nécessairement le détourner sinon ce n'est pas rigolo, c'est ainsi qu'on a vu arriver les river, c'est à dire des sites agrégeant des shaarli ce qui a pour but de transformer ce qui ne devait être que des sites sans réponse en véritable réseau social. Au départ je suivais le shaarli "officiel" qui se définit lui même comme un Réseau social de partage de liens hypertextes et puis quand j'ai vu que les gars passaient leur temps à se répondre ce qui pour moi n'a aucun sens, je me suis désabonné pour ne suivre que quelques shaarli, l'original de Sébastien Sauvage, le Hollandais Volant, Bronco le warrior du dimanche pour qui je vais essayer de planter mon bozon ce weekend, et strak. Concrètement, je ne lis que les gens qui m'apprennent quelque chose, les journées ne faisant malheureusement que 40 heures, je n'ai pas le temps et la patience de lire les commentaires politiques des uns et des autres et quand bien même j'aurais le temps, je ne le ferais pas.

Je vois donc passer des bribes actuellement où on comprend que des shaarlieurs se sont étripés sans courtoisie et que certains sont allés bouder dans leur coin. C'est là où je vais tenter un virage qui ne sera compris que par les plus froids et les plus intelligents, j'accueillerai tout de même volontiers les plus hormonaux car c'est totalement significatif de l'esprit libre.

Un outil qui n'est pas prévu pour faire des commentaires mais pour que les gens puissent faire de la veille. Cet outil se transforme en réseau social alors que les gens qui ont agrégé au départ le faisaient pour suivre de la veille. Quand bien même ils ne suivent pas l'ensemble du groupe mais seulement quelques comptes, ils récupèrent des bribes de conversation d'une violence rare avec des nazis et la panoplie traditionnelle, ils n'y comprennent rien et au départ je le rappelle ne sont pas là pour ça. Il ne leur reste plus qu'à attendre que ça passe ou quitter le navire pour de bon.

Ce qui est étonnant là dedans c'est qu'à aucun moment, les rédacteurs ne se sont posés la question sur l'opinion qu'on se ferait d'eux, sur l'impact de leur attitude sur l'outil car si dans le cas d'un moteur de blog ou d'un forum, il n'est pas intrinsèquement lié à l'utilisateur, ici chacun a un shaarli et ça s'appelle un shaarli quand mon pluxml s'appelle un blog et qu'on ne fera pas de lien direct entre mon utilisation et le moteur.

C'est à ce moment là que vous allez me faire remarquer qu'avec ce qu'on apparente à du pessimisme mais qui n'est que du réalisme anticipé, l'enterrement régulier d'Ubuntu ou l'achèvement de FirefoxOS par exemple, je ne donne pas non plus une image très positive du logiciel libre, parfois de moi même mais à la différence c'est que je suis tout seul ici et que mon message est intelligible car même si vous comme moi ne savons pas ce qu'il se passe chez les shaarlieurs nous savons ce que c'est et qu'ils s'égorgent.

Il me parait important parfois de réfléchir à ses écrits. A l'heure actuelle où ma prose n'est consacrée qu'à mon investissement scolaire ce qui traduit mon obsession du moment, j'ai tout à fait conscience que je peux faire fuir une partie de l'auditoire, les statistiques n'ayant aucune importance, qu'ils partent. Néanmoins dans ce mois, les plus curieux d'entre vous auront tout de même pu voir qu'on pouvait utiliser des clients légers Linux pour faire du Windows, auront appris comment gérer une salle complète par epoptes, à cracker un Windows 7 et bien d'autres choses encore.

J'ai donc fait le job, j'ai fait la transmission du savoir et c'est ce qui importe. Les shaarlieurs de façon consciente ou inconsciente ne réalisent pas qu'ils sont lus, que même s'ils ont leur liberté d'écrire et de détourner la plateforme comme ils l'entendent, ont détourné la plateforme et donc quelque part induit leurs lecteurs en erreur car ils ne sont pas venus pour ça, et par ricochet causent du tort à l'outil.

Je n'ai pas de leçon à donner, mais étant un parent pas si éloigné que ces gens qui interviennent (dans la famille libre, je demande le vieux tonton aigri), je me permets juste de signaler que du point de vue du spectateur c'est du grand n'importe quoi, un n'importe quoi particulièrement classique dans l'univers du libre, un n'importe quoi de plus qui fait que pendant ce temps là notre peau de chagrin n'en finit plus de rétrécir, rétrécir, rétrécir ...

Le guide de survie du gamin sur Lordi

vendredi 2 octobre 2015 à 21:00

Cette après midi mes élèves de seconde GT, je n'ai jamais eu encore l'occasion de faire de jeu de mots sur Dragon Ball GT, ont reçu leur Lordi, l'occasion pour moi de faire une heure de cours théorique avec des gamins qui déballent leur cadeau comme si c'était Noël et des filles qui se peignent, je n'ai jamais vu autant de filles se peigner cette année, c'est peut être une provocation contre ma chauvitude.

Plus ou moins dans l'ordre j'ai abordé les points suivants :

La majorité des gamins m'a demandé s'ils pouvaient faire l'installation avec moi, j'ai dit banco pour mercredi après-midi, l'un d'entre eux s'est engagé personnellement à moisir son ordinateur avec cacaoweb et télécharger des torrents en pagaille pour faire une démonstration de décontamination.

La trahison

vendredi 2 octobre 2015 à 08:00

Je regardais ça :

Souvenez vous Edward Snowden, le gars qui après s'être fait la malle de son pays pour avoir divulgué quelques pratiques de la NSA, expliquait que qu'il fallait laissez tomber Dropbox, Facebook et Google, parce qu'il s'agissait de produits dangereux. Certes, il ne cite pas Twitter mais à pas grand chose, il s'agit d'un réseau social équivalent qui même s'il semble moins intrusif doit quand même faire un peu de récup à droite à gauche. La terre entière a salué l'arrivée du héros ou du traître c'est selon, le trait d'humour de ne suivre que le compte de la NSA, plus d'un million de followers déjà et personne ne s'étonne de voir un gars qui a dit que ces boîtes étaient dangereuses, que pour vivre heureux il fallait au moins utiliser tails, se produire sur un réseau social comme twitter. Plus rien ne m'étonne depuis longtemps. Comme il faut bien vivre, bientôt on le verra en photo avec Poutine avec qui il avait déjà participé à un "jeu télé" boire de la smirnoff avec en toile de fond des filles en bikini qui tirent à la kalashnikov sur facebook.

Ni héros, ni traître, Snowden a bien raison, c'est un simple citoyen, un citoyen qui pour une raison quelconque a décidé d'enfreindre ses propres principes pour faire le pinpin sur les réseaux sociaux. Et c'est certainement ici le plus important, nous ne sommes que des hommes, avec nos forces, nos contradictions, nos paradoxes, nos faiblesses, sauf RMS bien sûr qui est le meilleur d'entre nous et qui tient encore le cap. La seule erreur je pense c'est de faire croire à un moment donné qu'on est plus qu'un homme, un super héros.

On finir tôt ou tard par trahir quelqu'un, se trahir soi-même et c'est dans la nature humaine. A titre personnel, avec mes centaines de changement de distribution, mon Windows Phone, mes contradictions et j'en passe, je crois que j'ai déjà trahi cent fois mon lectorat, qui ne vit d'ailleurs plus ça comme une trahison mais comme une habitude et c'est peut être là la différence fondamentale entre le traître et l'homme.

Le traître c'est celui qui a fait croire, celui en qui on a placé tous ses espoirs, celui qui prend la pose dans sa belle armure blanche. L'homme c'est celui qui n'a pas peur de se tromper, qui n'a pas peur de changer et qui le dit.

On n'est finalement trahi que par les mythes ou ceux qui font croire qu'ils en sont, pas par les hommes.