PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Orgueil 2.0

vendredi 9 octobre 2015 à 19:00

Je viens de recevoir une demande de participation à la chaîne de télé http://www.minutefacile.com/ que j'ai découverte avec le mail de la personne qui vient de m'écrire et qui fait de la prospection. On me demande bénévolement de faire de la vidéo sur des thématiques ne tournant qu'autour de Windows 10 ............................ Windows 10 ............................. Bien évidemment comme c'est pour pas un rond j'aurai été grassement récompensé en me présentant : bonjour, je suis Cyrille BORNE, prof de maths, veux tu être mon ami et dans le générique de fin, le truc que personne ne lit on aura droit à mon url pour faire complètement exploser mon trafic ce qui couronnerait tous ses efforts pratiqués depuis tant d'années pour faire monter mon référencement. Mon orgueil 2.0 est fortement touché, je l'ai montré à ma moitié du lycée pour quand même lui montrer que j'étais un vrai bonhomme, une star et puis pour se marrer parce que c'est lui l'expert MS. Bon, je me doute qu'on est plus de deux mille à l'avoir reçu, mais c'est pas grave, mon profil l'intéresse qu'elle a dit la madame, c'est moi qu'elle veut et personne d'autre.

Bien sûr, vous vous doutez de la réponse, ce qui signifie que je vais certainement aussi rajouter dans la page à propos que non seulement je refuse le démarchage mais que de plus je ne me produirai pas dans une chaîne de vulgarisation pour parler de Windows 10 alors que si on prend le temps de lire un peu ce blog on réalise quand même que c'est orienté sur Linux et le logiciel libre. Oui les plus mauvaises langues d'entre vous me diront qu'avec mes contrôleurs de domaine, mes hyper V et mon téléphone Windows, il y a de quoi être induit en erreur, néanmoins quand même, quand on essaie de recruter, on essaie de faire un effort, un minimum, on essaie de s'intéresser un semblant à ce que peut bien écrire l'interlocuteur.

J'ai donc envoyé un mail pour dire que ma première vidéo concerne la rédaction des mails, avec en introduction lire la personne à qui on écrit pour éviter de lui envoyer n'importe quoi. C'est comme si on demandait à un végétarien ce qu'il pense du goût de la viande de boeuf, il trouverait ça de mauvais ... goût.

Quelques éléments pour conclure

 

Xubuntu est un mot ancien qui signifie ne prend pas de risque avec ta femme

vendredi 9 octobre 2015 à 08:00

Nous sommes jeudi au moment où j'écris ces lignes et je suis globalement tranquille à la maison. Les problématiques actuelles doivent se régler au lycée, j'ai fait une bonne partie de ce que je voulais faire notamment dans le nettoyage physique, je vous montrerai la photo. J'évoquerai après les vacances, les nouveaux chantiers, pour l'heure je consacre un peu de temps aux ordinateurs de la maison. Pour les enfants, c'est fait, nous sommes tous sous debian. 

Mon épouse qui travaille depuis cette rentrée sous Libreoffice, passe à la vitesse supérieure et m'a demandé une installation de Linux, c'est parti. Au niveau des spécifications matérielles à priori pas trop de problèmes, un optiplex 360 avec un dongle wifi usb, une Canon LBP1120 que je n'ai jamais installée en USB par Linux et une Epson XP 205 sur laquelle je sais que je scanne régulièrement en wifi depuis debian sans avoir imprimé. Le bon sens c'est d'installer debian de façon à avoir un parc homogène et uniquement des machines sous la même distribution, ce qui ferait rêver. L'installation de debian ne pose pas de problèmes par contre à l'arrivée deux soucis majeurs :

Après quelques recherches on se rend compte que le problème du Wifi est connu, un problème que rencontrent les gens qui utilisent debian Wheezy au travers de la version 1 de Handy Linux ou de Raspbian. Le passage à Jessie aurait dû calmer le jeu, la faute à pas de chance, la portée du signal est dérisoire alors que la box est à 2 mètres, ça coupe de temps à autre. Au niveau de l'imprimante, system-config-printer plante lamentablement avec Xfce peut être avec Debian 8 de façon générale quand celui-ci essaie de trouver un driver qui n'est pas installé.

Comprenez que si je propose du Linux à ma femme, il faut que l'expérience soit au top en tout cas, pas inférieure à ce qu'elle a sous Windows. J'ai donc installé Xubuntu ce qui a résolu le problème du Wifi avec un signal très faible. Je me suis ensuite penché sur la doc de CAPT où j'ai découvert que contrairement à l'installation réseau par Samba, il faut balancer toute une fournée de lignes de commande pour installer son imprimante, j'ai enfin installé les drivers epson et tout fonctionne.

J'ai installé les grands classiques qu'elle utilise déjà en récupérant les préférences et les comptes, thunderbird, firefox, Libreoffice sa nouvelle suite bureautique. J'ai mis kolourpaint, on verra si elle s'en sort, après je vais faire à l'usage. La véritable crainte résiderait dans l'arrivée du fameux logiciel pédagogique uniquement disponible sous Windows, jusqu'à maintenant j'y ai échappé. A suivre.

C'est pas gagné

jeudi 8 octobre 2015 à 11:30

Lordi reste une véritable problématique chez nous du fait d'avoir une véritable césure entre la région d'une part qui fait son action de distribution du matériel et d'autre part les enseignants qui se sentent un peu dans l'obligation de l'utiliser ou pas du tout. En gros soit vous avez un véritable plan d'action avec la machine, soit elle est inutile, pire elle peut être nocive.

Je gère. J'entends par là que si j'ai une classe qui utilise Lordi pour prendre son cours, je suis capable de faire avec. Par contre j'ai averti mes élèves, j'ai montré mes cours sur Libreoffice, j'ai informé que quand je ramasserai les cahiers ou que je demanderai les cours, il faudra quelque chose qui ressemble à ça, ce qui a jeté un grand froid, des gamins ont ressorti les cahiers. Ils savent de plus que je ne plaisante pas ce qui signifie que s'ils doivent remonter leurs cours le samedi matin pour avoir voulu faire les drôles, pas de problème. Dans d'autres cours, les élèves se sont permis de sortir Lordi sans demander à l'enseignant, le prof se retrouve avec des gens qui ont des odis en face, sans avoir la possibilité de savoir s'ils sont en train de gagner le championnat du monde de poker ou de faire réellement le travail. Nous ne nous sommes pas concertés pour savoir ce qu'il y a à faire, comment réagir et si les enfants prennent cette liberté c'est certainement ma faute puisque cela doit être la première année où quelqu'un s'occupe réellement de Lordi.

Dans le programme de seconde, on a la partie algorithmique, je l'ai évoquée, et l'utilisation que je vais faire de Algobox. Si je veux jouer la carte de la simplicité, je prends tout le monde, je mets tout le monde en salle informatique et je fais travailler tout le monde avec une installation faite par moi ou ma moitié, donc une installation de qualité. D'un naturel un peu joueur, j'en viens à me dire que si on a filé un ordinateur portable aux gamins, ce serait bien de l'utiliser, donc je me suis lancé dans l'installation de programmes de base.

Depuis vendredi 2 octobre, date à laquelle a été distribuée Lordi, j'ai dû en réinitialiser deux à l'arrache, deux élèves ont oublié leur code ... qu'ils ont mis eux mêmes ... Je suis en demi groupe, la première chose que je fais faire aux élèves c'est d'installer un bloqueur de pub. Ils vont être confrontés dans leur scolarité à des recherches, je montre par exemple avec une recherche sur chaussure que le comportement du moteur n'est pas le même avec ou sans le bloqueur de pub et donc que le moteur de recherche n'est pas forcément un ami. Je propose l'installation de ublock origin et je réalise que les premières difficultés arrivent, ils n'ont jamais installé une extension. Plus problématique encore, il semblerait que plusieurs navigateurs soient installés sur la machine, IE, Chrome et Firefox, selon le navigateur chargé, les enfants ne sont pas allés sur le bon site, et essaient d'installer l'extension Chrome pour le navigateur Firefox.

Installer un programme n'est pas simple pour cette dernière génération, cette fameuse génération qui devrait être de l'ordre du Z ou même après. A 16 ans, ils rencontrent des difficultés similaires à mes collègues plus âgés dès qu'on sort de Facebook et snap.

Il faut comprendre à travers cette série d'articles que je ne dénonce pas les carences de mes collègues, hier encore je montrais comment enregistrer une image depuis le navigateur quand ma collègue prenait intégralement la page internet. Je ne dénonce pas non plus le fait que la génération montante n'a pas de réelles connaissances en informatique, des facilités peut être mais peu sont ceux qui ont développé de vrais compétences, comme chez les adultes d'ailleurs.

Même pas de dénonciation en fait, un constat. On essaie de tirer vers l'avant sans à aucun moment mesurer de façon précise l'état des troupes. La grande informatisation française ne peut pas se produire car les gens ne sont pas prêts à ce qu'on propose, les systèmes sont trop complexes, les solutions pas assez fiables, on livre ce qu'on pense être des solutions alors que c'est une nouvelle source de problèmes. 

Le politique qui aura réellement compris l'informatique et surtout les gens qui l'utilisent, leur niveau, c'est celui qui arrêtera tout d'un grand coup. C'est celui qui aura le courage de dire que l'informatisation à outrance n'est pas une solution dans tous les cas, que l'informatique ne résout pas tous les problèmes. Celui qui expliquera de la même façon que remplacer une solution qui fonctionne parfaitement par une nouvelle solution ce n'est pas judicieux si la nouvelle solution n'a pas de plus value.

On solutionnera les problèmes informatiques que rencontrent actuellement les powers users que nous sommes avec nos troupeaux respectifs quand quelqu'un appuiera sur le bouton pause. Pour l'heure nous nous contentons de prendre et de subir de mauvaises décisions, dans l'urgence, courir partout et n'importe où, tous les lièvres à la fois, la meilleure manière de se casser la gueule.

 

La bonne blague

mercredi 7 octobre 2015 à 18:00

Si vous avez raté l'épisode précédent : Cyrille BORNE libriste tourmenté se retrouve dans un établissement où tout le monde ne jure que par Microsoft. Profitant des 5 installations par postes offertes, il contribue à Microsofter ses collègues sous la pression horrible de son collègue de travail quand lui ne rêve que de mettre des Linux à tous les étages. Seulement un événement allait perturber sa vie.

Lundi j'arrive au lycée j'ai promis à la benjamine de l'équipe que je vais m'occuper de ses ordis. Je vais sur son compte pour activer sa licence éducative pour pouvoir réaliser par la suite l'installation sur le serveur hyper V puis sur son ordinateur portable. J'inscris son mail, je me fais jeter. Pas trop tôt, j'appelle le technicien du CNEAP qui a l'habitude de mes trucs bizarres et m'annonce qu'en fait Microsoft nous a filé des licences qu'il n'aurait pas du nous filer. Alors là forcément quand vous avez construit toute votre stratégie autour de la possibilité d'utiliser du Office 2016, une synchronisation dans le one drive et j'en passe, ça fait quand même franchement mais franchement mal. J'ai appris plus tard qu'en fait Microsoft aurait revu sa politique éducative et ne donnerait plus la possibilité aux enseignants d'installer le pack office.

La problématique comme vous l'avez compris c'est qu'on a déjà fait activer la quasi-totalité des collègues et que d'ici un mois à un an, fourchette d'une précision extraordinaire on va se retrouver en carafe avec des messages en rouge qui tâchent pour expliquer qu'on n'a pas le droit d'utiliser le produit. Des profs hurlant dans tous les sens, criant à la panique.

A partir de ce moment là plusieurs perspectives nous sont offertes, j'aime beaucoup le mot offert, vous allez voir :

Je crois qu'au bout d'un moment faut arrêter. La volonté de mon chef d'établissement de pousser à l'informatisation est indéniable, une véritable volonté de bien faire et de ne pas pénaliser les professeurs qui réalisent leurs cours depuis 15 ans sur les produits Microsoft. Seulement je pense que la volonté doit aussi s'arrêter face à certaines évidences, se ruiner pour que les profs ne puissent pas s'adapter à un logiciel que sont capables d'utiliser des enfants de 11 ans, à titre personnel je dis stop. Les professeurs ne sont pas des princesses, s'adapter à un nouveau logiciel pour faire économiser des milliers d'euros à son bahut, ce n'est pas du luxe et autant d'argent utiliser à faire autre chose.

J'irai même plus loin. Je suis utilisateur de Linux, je ne rendre donc pas dans le cadre de mon établissement dans ses choix matériels, notamment par rapport aux photocopieurs. Je me débrouille, car je fais un choix alternatif à celui de mon travail. Si pour une raison ou pour une autre mon lycée passe à Libreoffice de façon officielle, si mes collègues veulent poursuivre en utilisant les produits Microsoft c'est leur choix, il peuvent imprimer en PDF à l'établissement. Je rajouterai de plus que les professeurs qui ont les documents les plus complexes sont les professeurs de mathématiques et de sciences physiques, l'opposition ne viendra pas de notre côté.

Je n'ai rien contre les logiciels professionnels, encore faut-il qu'ils aient une véritable plus-value par rapport aux logiciels libres. Pour exemple, le logiciel de gestion de l'école, de la compta à la vie scolaire n'a pas d'équivalent libre, on paye. Preuve d'ailleurs que la majorité des gens qui ont répondu à ce sondage n'ont rien compris à nos problématiques. Si la suite bureautique de Microsoft est indéniablement plus légère, mieux foutue que Libreoffice, pour réaliser un tableau de base, taper du texte de base, insérer une image, faut arrêter.

Mon opinion est connue, je l'ai déjà dit, répété, que ce soit ici ou dans la vraie vie, et dans tous les cas je respecterai la décision du chef comme je le fais dans mon établissement depuis le début.

Astuce : monter un lecteur réseau au démarrage ou quand Vista c'est trop de la balle

mercredi 7 octobre 2015 à 08:00

Soit un ordinateur Vista qui est dans un domaine, on va dire Workgroup de base et qui a besoin de se connecter à une machine qui se trouve dans le domaine informatique et bien curieusement si Vista est capable car il est capable, il est totalement incapable de mémoriser le mot de passe. La moralité c'est qu'à chaque démarrage il est nécessaire de lui coller cette commande dans un fichier bat sinon il vous demande en boucle le login et le mot de passe.

Il faut savoir qu'on a quand même passé quatre jours pour trouver cette astuce, y a plein de gars désespérés qui avaient le même problème sans solution, qui nous a été donnée par un technicien qui avait déjà été confronté au problème. Malheureusement on remarquera que le mot de passe est en clair, ce qui est quand même particulièrement désordre. En même temps c'est pas un prof qui va aller vérifier.

Microsoft je kife mais grave comme c'est pas permis.

NET USE Y: \\SERVEUR\PARTAGE1 /USER:DOMAINE\TOTO MOTDEPASSE