PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Orangepi : le raspberry killer ou pas ? Episode 3 - de l'urgence d'attendre

mardi 27 octobre 2015 à 08:00

Je vous propose une vidéo bien sale d'une tentative d'utilisation de la carte sous Raspbian. Il est à noter que si vous trouvez que c'est vraiment mauvais sous Raspbian, c'est encore pire sous Ubuntu. J'écrivais que je ferai un test sous Android à la fin ou en désespoir de cause, je crois qu'on approche des deux, la fin, et le désespoir de cause.

Quelques remarques en préambule : le son que vous entendez c'est ma femme qui ne sait pas regarder une série sans que ça hurle à travers toute la maison, le son ne passe pas en tout cas en HDMI, je n'ai pas testé en classique. On voit un énorme lag dans le déplacement des fenêtre, je pense que l'accélération de la carte vidéo ou même la carte tout court n'est pas gérée correctement. En tant que bureau c'est totalement inexploitable, en serveur c'est certainement différent.

A l'heure actuelle, je ne peux que vous inviter à ne pas acheter cette carte et réfléchir qu'effectivement payer au moins cher n'est pas forcément une bonne idée à chaque fois et pour tous les produits. Si vous avez besoin d'une solution de type raspberry pi, achetez un raspberry pi et pas un clone. Il y a certains produits comme le Nutella qui ont du mal à trouver leur équivalent, je ne sais pas si c'est le meilleur exemple mais c'est le seul qui me vient à l'esprit.

 

Linux est-il uniquement affaire de bricolage ?

lundi 26 octobre 2015 à 15:30

J'ai parlé de PrimTux sur Diaspora. Pas forcément en bien et, comme il fallait s'y attendre, cela a déplu à un ou deux développeurs de ce projet. Normal me direz-vous. Oui. Je vous ferai grâce de toute la discussion car au final elle n'a pas forcément d'intérêt. Je reviendrai juste sur un passage de Stéphane, l'un des responsables de Primtux, posé sur mon billet Diaspora. Je le cite :
« Quel système n’est pas du bricolage ? Partout on teste, on expérimente on améliore, on essaie de construire quelque chose qui tient la route et qui peut rendre service. Il  n’y a dans ce projet rien de néfaste, juste la volonté de combler un manque autrement que par des solutions commerciales chères et inadaptées. »

Bricolage. Entendons-nous bien, il n'y a aucun mal à bricoler, à tester, à améliorer, sous réserve tout de même que ce ne soit pas fait par un « bricoleur du dimanche ».

Pour autant parler des systèmes Linux comme du bricolage est une erreur grossière car il s'agit d'un système d'exploitation, et même si le pire côtoie en effet le meilleur, un système d'exploitation est avant tout fait pour utiliser des ordinateurs ou autres afin de pouvoir travailler, créer, chercher, se documenter, s'instruire. Une Debian, une Fedora, une Archlinux, une Slackware, et bien d'autres encore ne sont pas des bouts de codes improvisés, bricolés, mais des constructions pensées, assemblées, testées avec du savoir faire, des connaissances, de la réflexion et beaucoup de travail, de sérieux, de règles précises. Du travail de professionnels donc, même si souvent il y a aussi du bénévolat.

Alors, si Linux est bâti sur un modèle différent, il est tout de même en quelque sorte en concurrence avec d'autres systèmes comme Windows ou I-os par exemple. Sont-ils eux aussi du bricolage ? Évidement non.

Et faire croire le contraire comme semble le faire Stéphane est en effet un gros problème car il permet et avalise toutes sortes d'initiatives berçant dans l'à-peu-près.

Penser que l'on peut distribuer sans crainte une ISO qui, comme expliqué sur http://wiki.primtux.fr/doku.php/telecharger_et_installer_le_systeme s'installe par Systemback, afin de révolutionner la place de Linux dans l'Éducation Nationale, c'est tout simplement dans les faits cantonner Linux dans une niche digne des bacs à sable. Et je ne parle pas des bugs et défauts liés aux manques de configurations de l'utilisation de HandyMenu et autres boutons placés sur le bureau.

Alors, bien sûr « il n’y a dans ce projet rien de néfaste », juste le risque de faire perdre du temps à certains, voire leurs installations précédentes et aussi de faire reculer Linux dans l'estime de quelques potentiels utilisateurs. Feriez-vous confiance à des plombiers amateurs pour remplacer la tuyauterie de gaz de votre immeuble ? pas moi et, toutes proportions gardées il en est de même pour mes systèmes d'exploitation.

Pour le reste, PrimTux regroupe de nombreuses applications qui en effet sont pour certaines utiles dans le cadre de l'enseignement. Mais ces applications, comme on peut les voir listées sur le projet Ordi-Solidaire http://education.ordi-solidaire.fr/?page_id=46 ne dépendent en rien de PrimTux et peuvent pour la plupart être installées depuis les dépôts officiels de nombreuses distributions, et cela sans aucun problème d'intégration, de mises à jour, de corrections de bugs. Car, là aussi, les mise à jours et intégrations de correctifs de bugs ne sont pas du bricolage, demandent beaucoup de travail de la part des mainteneurs des distributions, et cela ne peut être fait que par des équipes rodées, nombreuses et structurées. Il n'y a pas de place pour l'amateurisme car il est question ici de sécurité et de pérennité des installations et du service rendu.

Alors, n'y voyez aucune charge contre les développeurs de PrimTux, car je souhaite réellement le succès de ce projet. Mais en même temps je suis agacé de voir des projets, encore au niveau du bac à sable (bis) qui, par le jeu de communications et d'emballement d'un certain petite monde du Libre se voient propulsées sur le devant de la scène sans précautions, sans essais sérieux, sans travail d'approfondissement. Là je crie en effet casse cou, danger.

Une dernière chose. J'ai voulu tester quelques paquets Debian fournis sur http://sourceforge.net/projects/primtux/files/Paquets%20et%20fichiers%20optionnels/

Après les avoir téléchargés j'ai utilisé Lintian pour les vérifier. Au secours. Des listes d'erreurs sans fin et, plus grave, de gros problèmes de sécurité montrant la totale ignorance des développeurs au niveau des bases même de la création de paquets Debian. Totale ignorance coupable donc.

Complément par Cyrille.

Plutôt que de faire un billet supplémentaire, je prends ma paire de mains pour compléter celui de mon camarade Cep. Il y a quelques jours je parlais d'amateurisme de ceux qui parlaient du libre, face aux gens qui se taisent et qui font du libre de façon professionnelle, je crois que nous tenons l'exemple. J'ai écrit dernièrement l'article du nom : "Primtux nouvelle référence des distributions pour enfants", et j'ai fait preuve d'amateurisme, puisque je me suis contenté de regarder la version live, sans pousser l'installation. Je me suis contenté de dire que c'était bien parce que ça partait dans le bon sens, je me suis contenté de faire un non test à l'arrache et de dire que c'était la nouvelle référence, rien que ça. Cep m'a écrit pour dire ce qu'il pensait de la distribution, et je me suis engagé ici ou là à faire des tests plus approfondis mais bon à force de ne pas avoir le temps, ben je n'ai pas trouvé de temps pour le faire. 

Je ne sais pas ce que cherche Fred, à part déclencher des tornades dans un verre d'eau, mais prendre dans un réseau social l'opinion de quelqu'un qui s'exprime de moins en moins sur le monde du libre et le mettre en introduction de son billet, je trouve ça particulièrement lamentable. Il me semblait que Fred n'avait pas besoin de soutien, de caution morale pour écrire ses billets ou de prétexte, j'ai dû certainement me tromper d'homme. Je dénonce ici ce que j'appelerai les vautours de la parole, des gens qui n'ont plus rien à dire, plus rien à écrire, et qui vont sauter sur la première chose qui bouge pour faire de la rédaction d'articles. Le propos de Cep serait certainement passé inaperçu ou n'aurait pas franchi la frontière de diaspora* pour rester dans l'entre soi, une dimension que connaissent bien les amateurs de films de gladiateurs. 

Cep exprime donc que la distribution a des défauts, que nous sommes nombreux à l'avoir mise en avant sans la tester, une expression donnée dans un réseau social libre où bien évidemment il se fait tomber dessus, car la liberté d'expression n'a rien à voir avec la liberté du code et pourtant il a parfaitement raison, charité bien ordonnée commençant par soi-même, je n'ai pas testé à fond la distribution. Vous m'excuserez l'agacement mais sans tomber dans un classique Linux et le libre c'est de la merde, je me contenterai de dire qu'il y a des cons de partout et qu'il y a aussi des gens très bien qui utilisent du propriétaire.

Alors testons un peu plus, au moins une tentative d'installation, je vous montre quelques écrans :

C'est peut être écrit dans la documentation, c'est peut être un bug, je ne sais pas.

Moralités :

Je suis une fois de plus atterré de voir comment tournent les choses, la susceptibilité mal placée, le sensationnalisme, l'absence de liberté dans un propos juste et non blessant, les petites guerres, la connerie généralisée en fait, tout ceci m'inspire une très grande lassitude. Le libre c'est la grande muette, il faut fermer sa gueule et dire amen à tout. Et n'oubliez pas que si vous l'ouvrez un peu tous vos propos seront modifiés, amplifiés, déformés, alors effectivement, il ne faut certainement rien dire.

Les commentaires seront très fortement modérés pour rester dans l'harmonie libriste, je ne suis pas d'humeur, j'ai un gadget chinois à tester et d'autres vrais trucs à faire.

Ah oui tout de même. J'ai bien conscience que je n'aide pas avec un billet pareil et que dans l'intelligence ambiante ça ne fera que provoquer un peu plus de déferlement de haine mais cela reste très bon pour les statistiques. Après les shaarlieurs, je pense qu'il est temps pour le peu de blogueurs qu'il reste de s'étriper ouvertement, sans classe, sans élégance, pour marquer une fois de plus que ceux qui s'expriment sur le plus sur le libre ne sont pas nécessairement ce qui en font le plus, je m'en vais de ce pas m'installer des Windows 10 sur toutes mes machines.

Orangepi : le raspberry killer ou pas ? Episode 2 - Un démarrage dans la douleur

lundi 26 octobre 2015 à 08:00

Bien. Dans la fin de la présentation j'écrivais que c'était la foire la plus complète au niveau de la carte pour les distributions, c'est encore pire que ce qu'on pouvait imaginer. J'écrivais que je pensais que c'était le même chip quel que soit le modèle de orange et que par conséquent, les isos de l'un passait pour les isos de l'autre. J'ai fait un test debian pour voir que ça se lançait, je suis allé à peine plus loin en me loguant, voici le résultat.

Comme vous pouvez le constater, les diodes de la carte réseau restent figées. C'est un problème que j'ai vu à pas mal d'endroit notamment pour l'image Android que je n'ai pas testée encore, je le ferai vraiment à la fin pour le fun ou dans un moment de désespoir. Et dans les autres problèmes bien sûr, que j'ai vus encore à pas mal d'endroit, un seul port usb fonctionne. Je crois donc sans m'avancer, qu'il faut bien viser la bonne iso pour le Orange Pi PC ce qui nous ramène de façon théorique à ça :

Vous me ferez remarquer et vous aurez raison, que la debian 8 Xfce Desktop est bien présente, sauf que, comme pour la Fedora 22, elle ne renvoie pas vers un lien de téléchargement direct mais vers la page du forum que j'avais indiquée dans le billet précédent où on a un grand fourre tout d'iso dans mega ou google drive et finalement, je pense que seules les iso avec un PC dessus sont les bonnes ce qui nous ramène juste à une iso Ubuntu Vivid que je n'ai pas testée. En lien direct donc : android, Raspbian qui vient juste d'arriver, et Lubuntu. Pour le reste je pense qu'on aura des problèmes similaires, et je vous le dis tout de suite, je ne vais pas aller vérifier. Cela signifie aussi par exemple, que tous les projets du type OpenElec, et bien pour l'instant on oublie même si Kodi doit tourner tranquillement dessus que ce soit sous Lubuntu en ajoutant les dépôts qui vont bien ou sous Android.

Donc téléchargement d'une version de Lubuntu, c'est pas réellement comme si j'avais le choix sachant qu'au moment de mon download Raspbian n'était pas encore au téléchargement. Il est à noter que pour downloader chez Baidu, je vous invite à utiliser un gestionnaire de téléchargement comme jdownloader et à ne pas être pressé, c'est long et ça plante, tout pour plaire. Voici quelques écrans pour rire :

Pourquoi pour rire. La première chose c'est que le gars qui a fait l'iso a laissé ses mots de passe ce qui confirme un peu le truc fait à l'arrache. La seconde chose qui fait rire c'est que je n'ai pas de son par l'HDMI pas testé autrement, et que la résolution maximale, je ne sais pas si ça se voit sur les images, est de 1280x760. Je suppose qu'à l'instar du raspberry pi c'est un paramètre envoyé en dur quelque part qu'il faudra modifier à la main ce qui montre le côté absolument pas out of the box du machin. Comme on peut le voir sur le dernier écran, il s'agit d'une version 14.04, je ne sais pas pourquoi ils ont balancé ça mais c'est ainsi. La première chose que j'ai faite c'est de la faire monter en 15.04, au moment où j'écris ces lignes, je la passe en 15.10. Ma référence plus haut aux réseaux wifi du gars, je pense qu'il faut vraiment comprendre qu'on utilise l'iso qu'un gars a bien voulu générer et que derrière il n'y a pas grand chose d'officiel. Moralité, il y aurait un backdoor derrière je serais à moitié étonné.

Dans le prochain billet, on verra deux choses qui me paraissent importantes, regarder une vidéo sur youtube de mauvais goût et voir si Libreoffice se lance rapidement. Pour l'instant il faut vraiment avoir conscience qu'en payant plus cher avec le raspberry pi 2, on se paye tout une communauté, le support et les très nombreux projets qui vont derrière. Cela, dit si on veut monter un petit serveur, si les capacités de l'appareil sont suffisantes pour faire fonctionner un bureau complet de type Lxde ou Xfce, il sera peut être intéressant de prendre ce produit équivalent plutôt que de payer le prix fort pour le pi2.

Je pense que pour un achat individuel, l'économie à l'heure actuelle n'est pas à prendre en considération tellement ça a l'air d'être la foire et la communauté restreinte. En outre s'il s'agissait d'équiper en masse avec un objectif bien ciblé, du genre avoir une salle informatique, cela aurait peut être du sens au niveau de la facture. Trop prématuré pour le dire, je viens de voir que sur Lubuntu personne ne savait monter la résolution, je vais peut être directement passer sous Raspbian. Pour l'instant je déconseille vivement d'investir dans ce produit qui ne serait qu'une mauvaise expérience utilisateur.

Orangepi : le raspberry killer ou pas ? Episode 1 - Présentation

dimanche 25 octobre 2015 à 08:00

Le Orangepi est un nouveau clône du raspberry pi, néanmoins quand on parle de clône on va encore plus loin puisqu'il y a une compatibilité avec l'appareil. Je vous montre en image pour qu'on se rende compte que la ressemblance est quand même frappante :

Dans la boîte rien ou presque si ce n'est une recommandation pour l'alimentation qui devrait tourner entre 1.5 et 2A. Celle qui est dans le pack fait 3 A, de là à dire que les chinois poussent au commerce en tentant de griller le produit qu'ils m'ont vendu, il y a un pas que je ne franchirai pas. Pourquoi l'Orangepi ? Des caractéristiques similaires pour un prix défiant toute concurrence, pour le kit où il ne reste plus qu'à rajouter une carte microSD j'en ai eu pour 25 € ce qui est quasiment deux fois moins cher que le Raspberry.

J'écrivais caractéristiques similaires, ça dépend ça dépasse. Le modèle que j'ai acheté est un Orange Pi PC, il existe le Orange Pi Mini2, l'Orange Pi2, l'Orange Pi Plus et l'Orange Pi. Je suspecte en fait que d'un modèle à l'autre on ne va pas retrouver l'intégralité des composants, pour exemple l'Orange Pi PC ne possède pas de port SATA supplémentaire. Le site est à l'image de la multiplication des cartes, c'est le foutoir le plus complet avec autant d'isos que d'appareils alors que je suis quasiment persuadé que la base est la même.

Donc je vais dans la partie téléchargement de mon Orange Pi PC, je lance des téléchargements d'isos, on notera par exemple que la carte est compatible android ce qui est un plus par rapport au pi original. Des liens morts de façon majoritaire, il est nécessaire d'aller faire un tour dans le forum et d'arriver à cette page.

Ici c'est semble-t-il un gars qui balance ses isos, l'amateurisme ou le manque de sérieux / moyen, rayez la mention inutile nous envoie vers des pages d'hébergement mega, google ou baidu dans lequel on trouve des isos en pagaille. Le désordre continu, seule une iso devrait en théorie correspondre à ma carte, la seule marquée pi PC, on me connaît, je suis joueur je prends une iso debian qui ne correspond théoriquement pas, vous trouverez la capture plus haut, c'est passé.

Je n'irai pas plus loin sur l'appareil, je conclurai juste sur ceci : le produit est jeune, incontestablement c'est très mal foutu derrière et tout ceci n'inspire pas confiance quand le raspberry lui affiche ses actions, sa grande communauté. Néanmoins le produit a la force du prix et on sait que quand c'est pas cher, ça fait venir du monde. Si les gens se rendent compte que c'est le même produit que le pi vendu plus de 50% moins cher, il est évident que ça va se développer, et on l'espère dans le bon sens.

Utile

samedi 24 octobre 2015 à 12:00

Il y a quelques mois on évoquait avec Christophe la possibilité d'organiser un envoi de matériel informatique à Madagascar. J'évoquais les quelques problèmes qu'on rencontrait, notamment l'envoi, une méconnaissance complète de la logistique, les problèmes sur place et le reste. Sur le réseau Diaspora*, Stéphane s'est proposé de nous faire passer 50 machines. Stéphane habite et travaille à Montpellier pour la société VOXTOK une société spécialisée dans l'embarqué et dans le logiciel libre avec un patron totalement d'accord avec la démarche, recycler du matériel sous Linux chez des gens qui en ont besoin. Christophe pour l'instant en est à essayer d'avoir une ligne fixe, d'installer sa maison en panneaux solaires, enfin un peu comme moi, de très nombreux chats à fouetter. Néanmoins l'occasion est trop belle pour la faire passer, j'ai toujours des gens qui ont besoin d'ordinateur et n'ont pas les moyens d'en avoir, des écoles à équiper et j'en passe.

J'ai rencontré ce jeudi Stéphane à Gignac. Gignac est un lieu stratégique pour nous, à 30 minutes de Montpellier et à 10 minutes de Clermont l'Hérault, juste en sortie d'autoroute un intermarché. Cela m'a permis de faire ma tournée entre Pezenas et Clermont, j'en ai profité pour arranger deux trois bricoles sur le chemin, un chemin que je connais bien et qui m'évite surtout d'entrer dans Montpellier, une ville où j'ai vécu tant d'années mais que je ne supporte plus. Conduire là bas c'est l'enfer, pas une année sans changement de plan de circulation avec des gens qui ont l'air de maîtriser et qui sont ulcérés de voir un gars perdu. Stéphane est un homme pressé, père de famille d'un enfant en bas âge, développeur, développeur qui maîtrise et pas qu'un peu : webkit, gstreamer et j'en passe. On discute un peu du libre, il est au courant mais pas de la même information que nous, il est au dessus. Je me sens honteux. En fait j'ai en face de moi un gars qui a les mains vraiment dedans, au niveau professionnel, mais qui à force d'avoir les mains dedans en a ras le bol le soir et préfère se livrer à d'autres activités que de coder encore même s'il est finalement le mieux placer pour le faire.

Si je devais être super synthétique, faire un globalité, je dirai que le libre visible, ceux qui s'expriment le plus sont les amateurs qui font du libre comme un loisir, les professionnels qui codent à longueur de journée ont d'autres passe-temps, comme une espèce de jeu des chaises musicales géant où l'amateur prendrait en permanence la place du professionnel quand il s'agit d'en parler. Voir Stéphane avec son iphone, m'expliquer qu'il est utilisateur de Mac car à la maison faut que ça marche, quelqu'un qui vous explique avec beaucoup de bon sens que les fous furieux du libres sont trop extrémistes mais qu'ils sont aussi des génies, ça replace les choses dans leur contexte.

Je sais que l'homme est pressé, je ne lui prends pas trop de son temps, il a déjà fait l'effort de faire un bout de chemin et m'a donné ça :

De cette rencontre j'ai retenu plusieurs choses :

La route est longue, pas toujours libre, il me parait impératif de la faire à plusieurs et dans le bon sens. Si vous vivez pas trop loin de chez moi, que vous avez besoin d'ordinateurs sous Linux pour une école, une association, des gens dans le besoin, ou même si vous ne vivez pas à côté de chez moi mais que vous connaissez des gens qui passent pas loin de chez moi, il y a encore moyen de faire.