PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Velvet Blues Update URLs pour déplacer un blog Wordpress

vendredi 20 novembre 2015 à 08:00

Je me suis rendu compte que je n'avais pas remis l'article sur Skyrim, je voulais savoir ce que j'avais raconté si bien que j'ai remonté le blog-libre au local. Pour se faire, pas bien difficile, il suffit d'installer phpmyadmin, mysql parce que ça c'est de la dépendance de paquets qui envoie, le gars tu lui installes un logiciel de gestion de bdd mais il t'installe pas le serveur de bdd et c'est en gros tout. Une modification du php.ini pour augmenter la taille d'upload car j'avais une base à 60 Mo et me voilà avec mon blog libre au local.

Wordpress est une usine à gaz que je ne regrette absolument pas et le déménagement ne se fait pas si simplement dans le sens où par exemple, l'intégralité de mes urls pour mes images ne sont pas changées alors que dans les options du blog, j'ai bien noté que je voulais pointer vers le 127.0.1 seulement il ne le fait pas. La chance est de notre côté, sur Wordpress on a une extension pour tout, y compris pour ça, elle s'appelle Velvet Blues Update URLs ce qui aurait tendance à me faire chanter blue velvet.

Je vous montre les écrans, ça se passe de commentaires.

Je vais profiter d'avoir la base en ligne pour remettre certains vieux billets qui marquaient le contexte de l'époque. Même si c'est n'importe quoi, même si ça c'est avéré être faux, c'était le moment présent, un témoignage, je trouve ça plaisant. En plus ça va me permettre de faire gonfler ma base d'article et d'exploser complètement mon référencement. Trop bien.

Skyrim ou la poutre surnotée

jeudi 19 novembre 2015 à 17:00

La fin de l'année arrive et c'est la course, réunions parents professeurs dans les deux sens, événements de fin d'année, bientôt les conseils de classe, des travaux bien sûr, je suis sur les rotules, et je n'ai vraiment, mais vraiment pas envie de me lancer dans des projets débiles ou même faire des efforts de concentration trop intenses, alors je joue à Skyrim.

Skyrim j'avais déjà fait des articles à l'époque et je me suis rendu compte que je ne les ai pas copiés, alors j'en fais un nouveau. Je m'étais fait incendier car j'avais écrit que c'était du Oblivion 1.5 ou du Morrowind 2.0, que l'on traduira par comment faire du neuf avec du vieux. Bien sûr comme c'est Bornien, j'ai écrit que même si c'était mauvais c'était quand même très bon et je dois dire que je persiste dans cet avis. Skyrim est un jeu de rôle qui vous fait démarrer en fanfare, on va vous décapiter et coup de chance un dragon intervient et en brûlant tout vous vient en aide. A partir de ce moment là vous avez la liberté de faire ce que vous voulez, massacrer le premier gars qui passe ou démarrer les très très très nombreuses quêtes.

Le système de jeu est assez élémentaire, si vous utilisez des épées à une main vous progressez dans le une main, si vous utilisez de la magie, vous progressez en magie. Sur le papier c'est particulièrement intéressant mais dans la réalité beaucoup moins que ça. Je joue discrétion et archer, vous reconnaissez en moi le fourbe. Je suis à niveau 90 en archer, et les niveaux se gagnent de moins en moins rapidement. Par le fait si je veux progresser, je vais devoir développer des compétences que je n'utilise pas, ce qui veut dire en fait jouer d'une façon qui n'est pas la mienne quand un jeu vous pousse à jouer comme vous le souhaiter, fausse liberté. A l'époque, les développeurs de Bethesda ont sorti un patch qui permet d'avoir la compétence légendaire c'est à dire, qu'arrivé à 100, on redémarre à 15 avec la possibilité de réattribuer les points qu'on a mis dans l'arbre ailleurs. La problématique c'est que si vous êtes arrivé à 100 dans la compétence, c'est que vous avez développé plutôt pas mal votre personnage. Plus votre personnage devient fort, plus vos ennemis deviennent forts, donc ça veut dire que si on reprend mon cas, je vais devoir si j'utilise la compétence légendaire me farcir des ennemis avec un tout petit niveau d'archer ou devoir jouer d'une autre façon en parallèle. La moralité c'est que c'est certainement l'un des plus mauvais points du jeu, le jeu est extrêmement répétitif, la progression est à un moment parasitée si bien qu'on arrive à une énorme lassitude. Monter toutes les compétences n'est pas une mauvaise idée, au moins deux de combat, quand on est arrivé à 100 avec la première, on peut jouer avec la seconde et remonter l'autre en parallèle.

Le jeu est pétri de bugs, d'incohérences et pour un jeu de 2011 c'est une véritable honte. En développant la furtivité vous pouvez être devant l'adversaire, il ne vous voit pas. Les collisions mal gérées, les missions qui ne se déclenchent pas, les flèches qui partent dans le sol alors que votre viseur n'est pas vers le sol, les dragons qui attaquent la ville et tuent des personnages principaux, vous visez un dragon, pas de chance vous tirez dans un garde, les gardes vous attaquent, l'intelligence artificielle est catastrophique pour ne pas dire inexistante. Skyrim est le jeu typiquement mal fini car il a misé intégralement sur le quantitatif quand il aurait fallu en faire un peu plus dans la qualité. Sur PC avec la grosse communauté de moddeur, on peut imaginer que les problèmes doivent être réglés, sur console c'est mort.

Et pourtant il est difficile de décrocher du jeu dans les premières heures, plus facile quand on a passé les 40 ou 50 heures mais j'ai décidé de la faire à fond. Alors que des détails sont pénibles, absolument pas crédibles, le dragon qui s'écrase à côté de vous et qui vous empêche de viser avec votre arc, le cri déstabilisant de l'ennemi qui vous fait perdre votre arme, la possibilité de se transformer en loup garou ou en vampire, Skyrim offre de grands moments de bonheur dans le gameplay, bien plus que dans l'aventure. La trame principale se résume à savoir pourquoi les dragons sont de retour, ensuite on fait les quêtes de guilde qui se résument à vider un secteur ou chercher un objet. Je trouve de plus, mais c'est peut être une impression, que les temps de chargement dans cette version Xbox 360 sont longs ce qui n'aide pas vraiment pour un jeu qui au bout d'un moment fini par devenir particulièrement lassant.

Avec des notes de 18 et plus, des ovations dans tous les sens, les testeurs de jeu ont oublié qu'on ne notait pas seulement une mécanique mais un ensemble. On n'est jamais passionné dans Skyrim, on ne sursaute jamais dans Skyrim, on ne flippe jamais sa race de voir débarquer un gros bestiau qui va vous couper en morceau comme c'est le cas de la série des Dark Souls qui ont aussi leur large lot de défauts mais qui impliquent largement plus le joueur.

Le jour où un gars prend le moteur d'Assassin's Creed pour faire un mix des mondes de Skyrim et de Dark Souls, je signe tout de suite.

Le mensonge scolaire

mercredi 18 novembre 2015 à 11:00

Rendez vous au collège avec mon fils, l'exercice de la réunion parents professeurs. Un exercice compliqué pour tout le monde, ils sont profs, je suis prof, il est enfant de prof, il y a certainement trop de profs dans la vie de cet enfant. L'enjeu est toujours le même, j'octroie une paix globalement royale à mon fils à partir du moment où tout va bien, c'est un système que cette année il a particulièrement bien compris après avoir fait de longues périodes sans écran. 15.88 de moyenne générale pour sa cinquième, il s'agit de faire plus un tour d'honneur qu'autre chose. Je suis content pour lui car tout le monde dit qu'il est impliqué, qu'il participe, qu'il est sérieux, le résultat comme je lui ai toujours dit n'a absolument aucune importance, ce qui compte c'est l'attitude, c'est l'effort. On dirait du Mano Solo, ce qui compte c'est pas l'issue mais le combat.

Et pour cause sa moyenne est complètement factice. Mon fils est arrivé à l'âge de six ans en France ne sachant dire qu'un mot de français : encore, en lien avec la nourriture, ah pour le vocabulaire de la nourriture il est incollable. Il y a une différence entre les conneries qu'on peut lire sur l'adoption et une réalité, la notre en l'occurrence, les enfants qui sont des warriors et qui vont finir ministres, les traumatismes de l'abandon et j'en passe, depuis sept ans qu'il vit avec nous c'est pas trop ça. Mon fils a une vision du futur particulièrement simple, prochain repas, dormir, jouer à Tomb Raider, essayer de ne pas trop oublier de choses pour ne pas se faire gronder, mon fils c'est lui, il ne lui manque que le système de saucissons dans son lit, il a peut être un mini-bar, c'est plus dans l'air du temps.

Le français, il n'y a vu aucun intérêt, l'assiette étant toujours pleine et le mot encore fonctionnant, ce bonhomme bizarre avec des écrans partout avec qui on pouvait se comprendre par des gestes. Sept ans plus tard il n'en voit toujours aucun, sa prof de français de l'an dernier m'a alerté car en gros faire une phrase avec sujet, verbe et complément, c'est mission impossible. La grossièreté des fautes, l'imagination dans la dégradation de la langue française, la boucherie qu'il produit quand il écrit dans un je-m'en-foutisme le plus complet mériterait la création d'un prix annuel, le prix Samuel. L'orthophoniste chez qui on m'a envoyé de force livre un bilan qui tombe comme un couperet, le niveau de français d'un enfant de 8 ans, et 35 séances d'orthophonie pour savoir s'il y a un problème ou si éventuellement le fait de n'avoir jamais fait d'effort intellectuel et de s'être investi dans la langue devenue maternelle en lisant par exemple un peu tous les soirs seraient à l'origine de ces lacunes.

Mais revenons en à notre introduction et à la question qui s'impose. Comment notre gaillard en cinquième réussit à avoir 15.88 de moyenne en général et 12 de moyenne en français. Tout simplement parce que l'école est un leurre. Enfant d'enseignants, le malheureux n'a pas d'autres choix que de faire son boulot, il est accompagné, aidé. Moralité, quand le système scolaire est en train de s'effondrer, notamment parce que les gosses ne font plus rien, on s'interroge sur la réussite des enfants de prof, elle n'est pas bien difficile à comprendre, tu ne peux pas râler que l'école ça devient n'importe quoi, que les gosses ne font plus rien sans que tes enfants fassent le boulot. Une dictée préparée et c'est 19, une leçon à réciter et c'est 20, le gamin qui aujourd'hui écoute en classe, fait le minimum syndical, c'est la roue de la fortune. Et le pire là dedans, c'est depuis qu'il a compris ce système, il fait son travail de plus en plus vite, et les résultats sont de mieux en mieux.

Arrêtons nous dans ce qui précède. Moi on me dit que je suis un sale type aigri car je dis que le niveau baisse. Moi je dis qu'il y a 30 ans à l'élémentaire je faisais des dictées hardcore et que j'ai découvert les dictées préparées avec les cours de mon épouse, professeur des écoles. Jamais je n'ai fait une dictée préparée de ma vie. On voit apparaître de plus en plus de tests de français dans le supérieur, car les illettrés ça commence à devenir singulièrement problématique. Parallèlement à cela, une de mes anciennes collègues me dit que sa fille en seconde générale est désormais notée à l'aide de pastille de couleur comme c'est la mode depuis des années dans le primaire, parce que les notes c'est trop méchant. Tout semble transformer l'école en vaste jardin d'enfants et pourtant le monde du travail est impitoyable, et je n'imagine pas que le niveau pourrait baisser. Le professionnel de demain se doit d'être au moins aussi compétent que le précédent même meilleur quand le niveau scolaire ne cesse de diminuer, on se demande comment.

Car toute l'interrogation réside là dedans. On peut court-circuiter le système scolaire comme on le fait avec mon fils car nous en connaissons les rouages mais jusqu'à quand ? Connaissant mon gamin, je pense qu'il va finir son collège pépère aux environs de 13 à 14 de moyenne, ce qui lui promettra un passage en seconde générale. En sciences il se débrouille car il a du bon sens, mais le problème dans les diplômes n'est pas de se débrouiller mais de viser l'excellence.

J'ai été un élève passable tout au long de ma scolarité et je suis arrivé passablement à la maîtrise. Quand il a fallu passer les concours, je me suis rétamé, car c'était déjà palpable à l'époque, un type qui avait son doctorat était souvent moins bon qu'un type qui décrochait un CAPES tout simplement parce qu'il y avait une masse de candidats incroyables pour devenir fonctionnaires à l'époque. On voit la "valeur" des individus lorsqu'on les met en concurrence et le problème c'est que la concurrence est présentée de façon traumatisante alors qu'elle est exacerbée dans le monde de l'emploi.

On a donc un niveau qui baisse et des diplômes qui vont devenir plus accessibles, le pourcentage de réussite au BAC est assez flagrant pour preuve. On va donc parachuter dans le supérieur des gens qui n'ont pas leur place et à qui pourtant on l'a fait croire en n'étant pas plus strict, plus rigoureux.

Revenons en au cas du petit BORNE. Avec 12 ans de métier, on arrive à pondérer le niveau d'un gamin, y compris le sien. Je pense que c'est une déformation professionnelle, de la même manière que le gars qui vend des chaussures doit regarder les pompes des gens en premier et se faire une idée, ou que le médecin sait que lui même ou un de ses proches n'en a plus pour longtemps et l'analyser de la façon la plus froide possible. Mon fils n'est pas idiot, mais il n'a pas d'intérêt pour l'école, il le fait uniquement pour la carotte. La culture, l'actualité, la programmation, ça ne l'intéresse pas. Il préfère faire des cailloux dans le jardin, faire à manger, faire des tâches ingrates plutôt qu'intellectuelles, et pourtant à 15.88 s'il maintient le niveau, on lui proposera une orientation dans le général où sans se casser les dents il arrivera à des résultats médiocres qui ne seront pas suffisants pour aller plus loin, ça finira tôt ou tard par coincer.

Si on fait le comparatif, j'avais par exemple plus un profil d'IUT et j'aurai dû faire de l'informatique plutôt que d'aller à la FAC. Personne à l'époque pour orienter, personne à l'époque pour avoir l'honnêteté de me dire que je ne prenais pas la bonne orientation et que j'allais me casser les dents ce qui aurait pu être facilement pondéré par mes notes de terminales.

Mon fils fera ce qu'il veut de sa vie, je n'ai jamais fantasmé d'avoir des avocats ou des ingénieurs, juste des enfants heureux ce qui est déjà un vrai défi dans le monde actuel. Je l'accompagnerai pour qu'il trouve sa voie, curieusement la restauration pour l'instant, la bouffe est une obsession chez cet enfant qui a connu la faim.

Soyez vigilant, le système scolaire aujourd'hui ne veut plus dire grand chose, la fameuse note qu'on réclame à corps et à cris n'est pas nécessairement significative, car le corps enseignant participe à ce leurre. Ma première fois, celle où j'ai participé à la grande mascarade, c'est à la correction des rapports de stage de BEP, il y a plus de dix ans. Des élèves qui ne savent pas écrire, des enseignants qui refont les phrases ou qui en arrivent à écrire eux mêmes les rapports, trop honteux d'envoyer des documents truffés de fautes d'orthographe et de français, peur de voir de mauvaises notes arriver et faire baisser les stats de réussite. Une forme de farce, les rapports ne sont plus rédigés par les enfants mais les adultes, un cache misère sur les lacunes de nos élèves, un parmi d'autres.

7 semaines de plus

mardi 17 novembre 2015 à 08:00

Au boulot je me suis fixé des objectifs sur du court terme. La première période de sept semaines c'était le grand nettoyage, faire propre, avoir un parc homogène ou presque du côté des salles informatiques. Comme on le disait avec la collègue cet aprem, ce fut physique, ce fut fatiguant, mais aujourd'hui on rentre à 25 dans la salle info, on allume ça marche, aucun problème. La solution debian était donc la bonne, ça fonctionne. Dans les 7 semaines que nous passons jusqu'aux vacances de Noël je mets à jour du côté de la partie secrétariat, vie scolaire, direction, c'est la partie la plus sensible car on est au cas par cas, car c'est Windows 10 et Office 2016 qui arrivent. J'ai au moins deux personnes qui passent de XP à Windows 10, imaginez le bond technologique et encore ce n'est pas pour eux que c'est le plus délicat, le plus pénible reste les passages de Windows 7 vers Windows 10 avec bon nombre d'applications particulièrement spécifiques et l'interrogation de savoir si ça va passer ou pas.

Les réticences sont particulièrement nombreuses, et pour de nombreuses raisons, le bashing est assez important avec le dernier en date celui de Dell et Hp qui conseillent un retour sous 7. En même temps, ne faut-il pas y voir une simple manipulation commerciale des acteurs hardware du monde PC ? En effet la mise à jour gratuite ne fait pas les affaires des constructeurs, comment vendre des machines alors que tout le monde peut bénéficier d'un nouvel OS sur sa machine qui fonctionne ? Si tout simplement on dénigre le système d'exploitation, il suffit alors d'attendre dans un an quand la mise à jour ne sera plus possible gratuitement pour dire que le système est enfin arrivé à maturité mais que malheureusement il faut acheter une nouvelle machine pour pouvoir en profiter. CQFD. Pour l'instant "mes" utilisateurs de Windows 10 ne se plaignent pas, aucune des anomalies signalées n'apparaît, on doit être certainement plus chanceux que les autres. Mes utilisateurs de Linux ne sont pas malheureux non plus, on a de moins en moins de réclamations concernant l'utilisation de TSE au travers de Linux.

Les collègues commencent à me poser des questions techniques sur l'utilisation ce qui veut dire qu'on avance, sur le hardware aussi, ce qui veut dire que je commence à avoir une légitimité, une expertise. Malheureusement c'est souvent après, j'avais écrit pour la collègue qui a payé 40 € un logiciel de récupération de photo, hier c'est celle qui voulait acheter une tour mais le vendeur lui a dit que ça n'existait plus et qu'il fallait s'orienter vers du tout en un ou du portable, 600 € l'ordinateur portable quand la tour d'occasion est suffisante.

Tiens je pense en faire peut être quelque chose de récurrent, le prix du matériel dans ma zone au bon coin. J'ai limité ma zone globalement à Béziers / Narbonne, Clermont l'Hérault au plus haut, il faut savoir qu'on trouve des tarifs beaucoup plus attractifs sur Montpellier. Je donne le tarif que je qualifierai de "jouable" en ne tenant pas compte des quelques fous qui sacrifient le prix et les fous encore plus fous qui surévaluent complètement le prix des appareils

Dans le cadre d'une utilisation bureautique, Linux reste quand même suffisant pour les principales activités si bien sûr on est capable de se défaire de la suite bureautique de Microsoft en tout cas à titre personnel. Dans le cadre de mon établissement par exemple, avec des logiciels éducatifs incontournables pour la gestion des emplois du temps ou de la vie scolaire, on ne peut pas déroger à Windows.

Grosse nouveauté sur le bon coin, on voit de plus en plus de tablettes à vendre ce qui n'existait pas il y a quelques temps. Le bon coin est un excellent indicateur sur les tendances, les chiffres qu'on annonçait sur le recul des tablettes au niveau mondial ont l'air de se concrétiser au niveau local. Vous noterez que j'ai donné le prix des consoles de la génération précédente, je reste très perplexe sur les consoles actuelles notamment quand on voit le peu de différence en terme de qualité. A l'heure actuelle je suis en train de me refaire Skyrim sur 360, le jeu n'a pas si mal vieilli, il conserve uniquement les défauts de fabrication qu'il avait à l'époque, ce sera l'occasion d'un prochain billet.

En terme de charge de travail, cette période s'avère moins intense au niveau de l'informatique, en outre c'est le scolaire qui reprend le pas dessus, des élèves qui se réveillent un peu, mais surtout la période des conseils de classe qui va démarrer ...

 

Après

lundi 16 novembre 2015 à 18:30

Ce n'est forcément pas simple d'écrire après, une espèce de culpabilité de traiter des sujets futiles après des événements aussi graves. Néanmoins l'adage est vrai, la vie continue. Les élèves sont là, posent des questions, notamment sur des aspects particulièrement pratiques, nous avons annulé l'ensemble des manifestations et des déplacements pour la semaine. Nous avons donné quelques explications, sans détenir les réponses, les réponses se trouvent désormais dans les mains du gouvernement, j'aurai envie de dire de toute la classe politique, passée, présente et future qui a tout intérêt à trouver la réponse, la bonne réponse. Se faire tuer dans une salle de spectacle, aux abords d'un café, ce sont des scènes qu'on n'attendait pas en France. Oui la vie continue, avec des anecdotes futiles, que faire des lots comme les saucissons ou les volailles quand le loto de l'école a été annulé, ou comment se faire rembourser des places de concert obtenues sur ebay alors que son nom n'apparaît pas sur les places. Une vie quand même plus facile à vivre quand on vit loin de tout que lorsqu'on est dans le tumulte, j'ai souvenir des attentats de 2001 quand je travaillais sur Paris, prendre le métro au quotidien avait une autre saveur.

Sur internet c'est du grand n'importe quoi, chacun y va de sa stratégie. La presse martèle, en faisant de la surenchère sur de l'information ou de la non information. Les nouvelles se multiplient de façon stérile, on retrouve l'origine de la minute de silence ou les interrogations de la presse qui se demande si trop d'informations ne contribueraient pas à rendre l'atmosphère plus anxiogène. C'est comme si la maladie s'interrogeait sur elle même ... Facebook est aussi infréquentable que les sites d'actualité, on rend hommage, spécialité du pays, l'an dernier nous étions Charlie, cette année nous sommes Paris, moi j'aimerais bien qu'on soit tous en vie et en paix au prochain coup, heureux et en bonne santé dans la foulée. Les plus engagés ou les plus dérangés profitent de la situation catastrophique pour faire passer leur message, notant par exemple que la surveillance de masse n'a servi à rien, et qu'il serait bon de l'arrêter. Comme dit en introduction, je me sens un peu honteux de faire dans le futile, je me sentirai minable de profiter des circonstances pour tirer la couverture à soi quelle que soit la cause à par l'amour et la paix.

On parle de déconnexion comme le remède à tous les maux, là je dois dire que ça a été un peu la stratégie. Voir des gamins avec leurs problèmes d'appareil dentaire, les râleries pour les envies de pisser, toute cette énergie débordante, toute cette vie, cette vie que nous avons encore la chance de partager, c'est la solution contre la morosité, loin des écrans, loin du tumulte, loin des angoisses. Le port de Narbonne plage c'est pas mal non plus.