PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Dans la tempête

samedi 28 novembre 2015 à 19:00

C'était forcément prévisible. Nouveau compte en banque, un trou de 1600 € ... je suis bleu ou vert. Je vérifie mes offres de prêt, il figure bien une histoire de 1600 € pour une garantie qui est remboursée aux deux tiers à la fin du crédit c'est à dire pas pour demain. Je laisse un message un peu désemparé sur le répondeur de mon banquier. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, le salaire de ma femme arrive un mois trop tôt sur la nouvelle banque, ce qui me force à accélérer encore un peu plus les changements de RIB et ce n'est pas le moment.

Je suis dans la pire période de l'année, je vais rentrer la semaine prochaine dans les conseils de classe, tous les soirs je vais rentrer à 20 heures pour être dans la voiture le lendemain à 7, pour finir en apothéose avec un chèque de 110.000 € qui passe d'une banque à l'autre et que j'aimerai bien qu'il y passe avant de me retrouver à payer mon prêt deux fois.

J'avance, je n'ai pas le choix, j'ai vraiment les boules parce que je gère les papiers, et je me dis que j'ai pas pu rater un truc aussi gros. Avec ma femme qui me regarde vraiment méchant, je culpabilise. Je fais quatre heures d'informatique avec mes élèves de troisième, quatre groupes de une heure, comme je suis joueur je fais péter une évaluation sur le travail que j'avais demandé dans la semaine pour vérifier parmi ceux qui ont fait l'effort de m'envoyer le travail qui a triché ou non. Jocker s'interroge dans les commentaires s'il est réellement nécessaire de faire apprendre le tableur aux gosses, malheureusement c'est dans les programmes, programmes qui valident le b2i, donc on est bien forcé d'y passer. Si on demande à l'homme, moi en l'occurence, ce qu'il en pense, et pas au prof qui se doit de se conformer, je pense effectivement qu'il y a des choses franchement plus importantes à apprendre mais que le tableur c'est quelque part une forme de programmation, un début de face à face avec la logique d'un ordinateur, d'un outil. C'est très théorique tout ça car la logique est totalement absente chez la grande majorité des gamins, je me retrouve avec des =SOMME(C1+C2+C3) ce qui montre qu'ils ont quand même raté quelque chose.

Dans Aplon / Scolinfo, notre solution d'établissement à tout faire, est arrivé un nouvel outil pour ramasser les contrôles. Jusqu'à maintenant les gamins me l'envoyaient par la messagerie, désormais, je peux déclarer un devoir, il leur suffit de charger le fichier dedans et c'est fait, je peux donc voir en temps réel les devoirs qui arrivent, ceux qui sont éventuellement en retard et surtout ça m'évite de recevoir plusieurs centaines de mail, c'est vraiment puissant, l'interface est propre

Surréaliste, sur les 70 élèves que j'ai fait passer j'ai répété peut être plus de 50 fois l'explication, j'ai reçu en pagaille des mails avec le devoir. Dans un groupe de 18 élèves, j'ai commencé à compter le nombre de fois où je le répétais, au 14ème gamin qui me posait la question, j'ai hurlé que c'était pas la peine de me le donner et que je lui collais zéro, c'est son voisin qui m'a dit de me calmer et qu'il allait lui montrer comment on fait, ce qui n'est pas sans rappeler cet article.

Vendredi midi, toujours pas de banquier, je vais manger, la pause de midi est moins occupée que les premières semaines et je peux aller aux toilettes sans être poursuivi, j'ai quand même une masse de travail encore assez importante, ne serait ce que pour montrer aux collègues l'innovation ci-dessus, j'essaie de faire la formation de quelques uns qui vont diffuser aux autres.

13h35 je démarre mon cours sur les nombres relatifs avec mes élèves de troisième. On devrait être sur les révisions puisque c'est le programme de quatrième, je devrais rapidement pouvoir passer aux fractions et au PGCD qui a été remis au programme de l'enseignement professionnel. Pour beaucoup c'est la découverte, je peste, je connais leur prof de maths et je sais qu'elle n'a pas fait l'impasse dessus, qu'elle fait bien le job. Soit on enseigne tous comme des pieds car j'ai connu ça avec mes propres élèves de quatrième que j'ai récupérés en troisième, soit on devrait faire douze heures de maths par semaine ou peut être les gosses devraient se mettre à pratiquer un peu à domicile en faisant le boulot qu'on donne par exemple. Une heure à suer pour faire passer le message, je finis comme chaque vendredi sous les applaudissements, c'est une bizarrerie dans cette classe composée pratiquement que de garçons. C'est aussi une forme de clin d'oeil qui résume mon métier, ces mêmes garçons à qui j'ai fait sauter la récré parce qu'ils sont pénibles en début de semaine reconnaissent que je me la donne pour faire mon boulot, on se quitte de cette façon sans rancune. Ils touchent d'ailleurs du doigt parfaitement ce qu'est notre travail, un artiste qu'on applaudit si la représentation a été bonne.

Contrôle en quatrième, la droite des milieux, le truc le plus couillon du monde, tu prends deux milieux ça te fait des droites parallèles, tu prends deux milieux ça te fait une moitié, tu prends deux parallèles et un milieu ça te fait un milieu. Mes quatrièmes sont de braves gamins qui ne font rien, un classique. Depuis deux semaines, je passe la porte et je leur fais répéter sans succès les théorèmes pour une partie d'entre eux. Au contrôle, je mets 9 points sur les trois théorèmes, 11 points sur un exercice qu'on a fait mercredi, je me retrouve avec quatre élèves qui ont la moyenne, j'ai envoyé ce matin à 6h30 un mail à toutes les familles, je vais convoquer les parents. Pendant ce temps là mon fils qui joue à Skyrim et qui fait le minimum syndical a franchi la barrière du 16 de moyenne, tout simplement parce qu'il se contente d'apprendre. Ils ont le secret de la réussite scolaire au collège planté devant les yeux, ils ne l'utilisent pas, ils s'en foutent complètement. Un oeil sur l'ordinateur, le banquier a répondu, avec des phrases toujours très lapidaires mais qui rassurent, la somme prélevée sera remboursée à l'émission du chèque. Putain je suis soulagé, je ne m'étais pas raté, je suis un bonhomme. Il me confirmera plus tard que les offres sont bien arrivées et que le chèque est parti, je ne serai peut être pas débité pour le prêt dans ma future ancienne banque.

Je finirai l'après midi après les courses, bonheur supplémentaire que je me suis rajouté mais il faut dire que les supermarchés sont sur ma route ce qui évite d'aller cavaler sur d'autres temps de la semaine. Je corrige mes copies d'informatique, de quatrième et de seconde jusqu'à 22h50, je m'effondre. 6h30, je rage, je suis réveillé, impossible de me rendormir, je repars dans la correction de mes copies. 8h30 le marteau piqueur à la main, ma femme m'arrête pour me dire que c'est un peu tôt, c'est pas grave je ramasse pour la quatrième fois les feuilles mortes.

Cinq heures de marteau piqueur, je pense que si j'ai pas fini, je ne suis pas trop mal, je compte couler pour les vacances de Noel. Cinq heures de marteau piqueur, je m'effondre, je me réveille vers 17 heures, j'écris un billet histoire de dire que je suis en vie et que je m'éclate comme un fou. Mano Solo disait la vie c'est pas du gâteau, on fera pas de vieux os, il n'avait pas totalement tort. Jeudi, j'ai eu toutefois une nouvelle pas trop mauvaise, les gens qui veulent vendre leur maison montent le syndic bénévole. Tous mes voisins font grise mine, acheter une maison sans règle pour devoir en écrire, c'était pas vraiment ce qui était prévu au programme, merci la loi française. Néanmoins comme je leur expliquais, il vaut mieux qu'on soit présent à l'écriture et qu'on se mette d'accord autour d'une table, sachant que nous partageons tous le goût pour notre indépendance, pour les choses à faire soi-même, ce qui aura pour effet de bloquer un psychopathe qui voudrait nous imposer un ravalement de façade.

Quelle moralité pour ce billet ?

A bientôt.

Informatique et milieu scolaire c'est pas gagné

jeudi 26 novembre 2015 à 08:30

Le vendredi 13 novembre, date tout de même mémorable, je donnais un travail d'informatique à réaliser à mes élèves pour le lundi 23. Je vous montre en gros ce que c'est :

Il s'agit de deux tableaux de statistiques qu'on peut être amené à faire en mathématiques, l'idée c'est de montrer qu'on peut faire ce que je demande en cours en à peine quelques minutes, le problème c'est que ça ne marche pas, quelques explications.

En informatique je ne donne pas de travail à faire à la maison, pour des raisons qui me paraissent évidentes. Même si par exemple dans le collège de mon fils, les enseignants considèrent qu'il est normal que chaque gosse possède un ordinateur, et envoient des documents qu'ils ne distribuent pas par papier mais par l'ENT, ce n'est pas mon cas. Le rendu de travail informatique pose un véritable problème car il faut que les enfants puissent avoir un accès à un ordinateur sans pour autant en posséder un. Il ne me semble pas que la loi française impose d'avoir un ordinateur. Vous allez me dire que tout le monde a un ordinateur à la maison, c'est pas faux, sauf que ce n'est pas vrai non plus, j'ai des élèves dont l'ordinateur ne marche pas, j'ai des élèves qui n'ont que des tablettes. Prenons alors le cas du gamin qui a bien un ordinateur en état de marche à la maison, j'ai reçu des messages de parents me disant qu'ils n'avaient pas libreoffice et qu'ils n'arrivaient pas à l'installer, c'est leur droit de ne pas y arriver.

J'ai donc laissé un premier délai de 10 jours et la veille, donc le dimanche, j'envoyais un message à l'intégralité des élèves, des parents, pour dire que je m'étonnais de n'avoir que dix devoirs parmi les 70 élèves et que je donnais une prolongation jusqu'à ce jeudi. Comme évoqué plus haut, c'est à moi de pouvoir fournir aux élèves la possibilité de travailler au lycée. Seulement là encore quelques bémols. En classe de troisième, ils ne peuvent pas accéder à la salle informatique seuls, pour des raisons que seuls peuvent comprendre des gens qui ont laissé un groupe d'ado seuls dans une pièce, si bien qu'ils doivent aller au CDI. Donc depuis mardi un rush au CDI, avec uniquement 10 places de disponible. Rajoutons à cela le cas extrême du gamin qui a son bus à prendre le soir et qui ne pourrait pas rester un moment pour faire son travail, et on se retrouve avec un gamin qui ne peut pas rendre le boulot, rien que pour lui, il me parait injuste de donner du travail à domicile en informatique en tenant compte de ce qui précède.

Pourquoi j'en donne ? Une heure de cours par semaine. Avec une heure de cours par semaine, tu ne fais rien ou pas grand chose. On ambitionne d'avoir des kadors de l'informatique avec des profs qui ne comprennent rien, et des élèves qui devraient faire de la programmation. Ce matin au moment où j'écris ce billet, je dois avoir en gros un bon tiers de zéro. J'ai mis 10 minimum à tous les élèves qui ont essayé de m'envoyer quelque chose même quand c'était n'importe quoi. L'idée ici c'était de montrer qu'en quelques clics de souris, on peut réussir à faire franchement plus rapidement qu'avec un papier et un crayon. Dans la quasi-totalité des devoirs que j'ai reçu, les élèves ont complété le tableau à la main c'est à dire en utilisant une calculatrice. Si le prof de maths qui est en moi est quelque part content de voir que les gamins savent faire un tableau de stats que je leur ai appris, le prof d'informatique quant à lui est catastrophé de voir que non seulement ils n'ont pas sur faire, qu'ils n'ont aucune logique, mais surtout qu'ils n'ont pas compris le sens profond de l'informatique, aller plus vite. Si on prend par exemple la colonne ni*xi qui consiste en la multiplication de deux colonnes, des élèves sont aller me coller la formule de la moyenne histoire de faire bien, alors qu'ils savent sur le papier qu'il faut multiplier, ils sont incapables de l'appliquer sur un outil.

Je me retrouve avec pour ce trimestre de meilleures moyennes de maths que d'info, cherchez l'erreur. Allez je fais quand même un retour en arrière. J'ai un gamin qui m'a balancé l'intégralité juste, en mettant des % dans les colonnes qu'il voulait fixer, et je sais qu'il l'a fait seul, il m'envoyait paisiblement son travail dans les premiers, égal à lui même. Par conséquent cela signifie que mon polycope de cours n'est pas si nul, que c'était jouable et qu'il suffisait peut être aussi aux gosses de se remuer un peu et d'anticiper sur le travail donné. Les gamins ne peuvent pas se dédouaner de tout, en se remuant un peu il n'est pas bien difficile de trouver un ordinateur, de faire le nécessaire.

Oui les tableurs c'est lourdingue, ça n'intéresse personne et j'aurai certainement d'autres réussites avec des choses plus palpitantes. Néanmoins cela met réellement en évidence les carences en terme de logique des gamins qui ne seront certainement jamais compensées par une heure par semaine.

Remédiation ? Augmenter de façon conséquente le nombre d'heures informatique, car quand on voit la taille du programme avec la validation du b2i, b2i qui ne couvre pas l'intégralité des besoins des gamins, qui apprend à peine l'hygiène informatique quand il faudrait développer pendant des heures, et bien on se dit qu'il faut y passer plus de temps. Plus de temps en informatique c'est moins de temps pour autre chose mais c'est peut être plus profond que ça. Quand on enseigne les mathématiques, tout le monde s'en fout parce que les gamins n'ont pas de conception particulière des mathématiques, pour l'informatique, c'est totalement différent, le gamin pour lui c'est les réseaux sociaux, les jeux vidéos, les vidéos youtube et s'il n'est finalement pas si choqué que ça de faire des fonctions linéaires, des statistiques ça devient tout de suite plus choquant de faire des tableurs, d'envoyer des mails, car cela ne répond pas à ses habitudes qui lui conviennent parfaitement.

L'informatique trop imbriquée dans les habitudes quotidiennes, les mauvaises habitudes quotidiennes pour qu'on puisse imaginer l'apprendre autrement, c'est sur le même terrain que l'alimentation, la façon de vivre, l'éducation, des concepts qui sont bien au-delà de l'école et qui en fait devraient peut être sortir de l'école.

A 18 ans j'ai quitté ma province, à 40 ans ... pfffff

mardi 24 novembre 2015 à 20:30

Ca me pendait au nez, j'y suis dedans, bientôt un article sur toi aussi créé ton syndic bénévole. Quand on a 18 ans qu'on pense que la vie est compliquée, que rien ne va, que tout est difficile, et ben les gamins, la suite est plutôt sympa entre le boulot, les gosses et les parents qui commencent à prendre de l'âge et que le monde entier semble avoir monté une coalition pour vous pourrir la vie.

J'ai eu ma notaire ce matin qui m'a parlé de la loi ALUR, c'est rigolo la loi ALUR. La loi ALUR stipule de façon nationale mais plus particulièrement dans l'Aude et dans l'Hérault qu'aucun bien ne sera vendu s'il n'y a pas de syndic de copropriété, moralité c'est le notaire qui joue sa tête s'il fait une vente. Elle m'expliquait que dans certains départements c'était plus souple et donc que les notaires du nord de la France avaient un peu de mal à comprendre pourquoi les ventes ne se faisaient pas. La loi ALUR n'a semble-t-il pas que des désavantages car elle vise à l'origine à limiter les débordements des syndics qui s'en sont mis plein les fouilles pour être inefficaces mais ne tient absolument pas compte du fait que certaines copropriétés n'ont jamais eu de syndic, et que le blocage des ventes dans ces cas particuliers ne fait que rendre encore plus morose un marché de l'immobilier bien tristounet.

Comme dans certaines copropriétés les ventes n'ont pas pu se faire et que les gens n'étaient pas forcément motivés pour se débrouiller pour convoquer les voisins et monter un syndic ou payer un syndic, par le fait faire le mort, et tant pis pour le voisin s'il ne vend pas sa maison est arrivée en renfort la loi Macron, sacré Macron. La loi Macron appuie la loi ALUR en disant qu'un tiers peut convoquer l'assemblée générale des copropriétaires pour imposer un syndic. On peut imaginer qu'une agence qui voudrait réussir à se fâcher avec tout le monde, dans l'intérêt de la vente, donc son intérêt pour toucher sa commission, peut convoquer l'assemblée des copropriétaires, présenter trois syndics pros et dire, alors ? Alors la vie m'a appris que même si c'est pénible, il vaut mieux anticiper sur les problèmes qui se présentent

J'ai appelé une partie de mes voisins, Cyrille président, Cyrille président. En gros tout le monde trouve que c'est une super idée, personne ne veut le faire bien évidemment c'est moi qui m'y colle. A priori la procédure n'est pas bien compliquée, il faut convoquer une AG, se faire élire président, ouvrir un compte, payer une assurance pour la toiture et pour la responsabilité civile du syndic au cas où, fini. Bien sûr ce sera forcément plus compliqué, mais tant pis, déjà que je n'avais le temps de rien, je devrai trouver le temps pour ça.

Je dois dire que j'ai franchement les boules. On était content d'avoir réussi, enfin je vous le dirai sous peu à changer de banque et d'assurance pour le crédit afin de gagner quatre sous, les assurances auront un coût supplémentaires que j'ajouterai au courrier de la MGEN, cette extraordinaire mutuelle qui sur un ton larmoyant et sur un papier certainement pas recyclé annonce que la sécurité sociale se désengageant de plus en plus, la malheureuse MGEN est forcée d'augmenter ses tarifs. Avec une non augmentation des salaires, je crois qu'indéniablement la France est le pays où tu apprends à perdre.

Au boulot j'avance. Je suis assez fier de moi d'ailleurs, ça fait un problème de moins. Il me reste quatre postes physiques à migrer sous Windows 10, et loin d'être les pires. Je continue de distribuer des ordinateurs portables sous Windows 10 aux collègues, les postes Linux qui se connectent au serveur sont tellement occupés que j'hésite à en rajouter d'autres pour désengorger, une forme de succès. Après il sera indispensable de passer à l'utilisation globale des outils, pour ça il est indispensable d'avoir un parc homogène et fonctionnel.

L'absence de facebook comme vous pouvez l'imaginer ne me manque absolument pas, de toute façon, je n'ai déjà pas le temps pour bloguer, pas le temps pour jouer, je n'ai donc pas le temps de regarder des vidéos débiles et les photos narcissiques de circonstances. Mon billet sur touche de clavier où j'ai écrit que c'était sponsorisé a eu un effet surprenant, j'ai reçu trois propositions de billets sponsorisés, preuve que les gens ne savent pas lire. Et toujours au rayon des billets sponsorisés, je m'étonne de la campagne massive, de l'omniprésence sur de nombreux sites de billets consacrés à la série de netflix : Jessica Jones. Des sites d'informatiques en parlent, alors que ce n'est pas du tout leur ligne éditoriale, j'ai un peu de mal à comprendre. De là à voir une opération d'envergure, il n'y a qu'un pas que je franchis joyeusement, je trouve surprenant toutefois qu'on ne voit pas la mention billet sponsorisé. Fameuse indépendance de la presse, qui crache sur les youtubeurs, cherchez l'erreur.

Au niveau du libre, les nouvelles du front ne sont toujours pas jouasses, le gars qui fait les logiciels geary, shotwell ne donne plus signe de vie, Firefox pense à sa refonte parce qu'il est trop lourd (étonnant), Jolla va vraiment très mal, le plus gros kickstarter européen part en sucette, les déboires de Marissa Mayer et de Firefox, décidément. Tout ceci n'est que l'illustration que ce n'est pas facile, changer le monde, c'est tout sauf simple. Geary était une des alternatives pour Linux au client mail thunderbird, une intiative, certes qui marchait assez mal mais moderne et loin de l'usine à gaz que représente thunderbird, evolution ou encore le très austère clawsmail. California aurait pu apporter enfin au local un véritable logiciel de calendrier, les communautés et notamment celle de elementary vont devoir se mettre à forker. Tout ce contexte difficile donne un resserrement évident autour de Mozilla, de ses logiciels et du reste, nous éloignant de plus en plus des petites solutions à papa pour aller vers une fondation qui peine quand même à s'en sortir et proposer des solutions qui font plaisir à tout le monde, utilisateurs et marchés.

J'avance, pas le choix, j'ai toujours avancé, je continue encore. Néanmoins et c'est comme toujours, je reste lucide. Avec une retraite déjà très largement entamée depuis quelques temps, un retrait, une ouverture de clapet de temps à autres pour me faire un tas d'amis, je ne m'imagine pas un quart de seconde pouvoir me lancer dans une activité autre que ce que je fais actuellement. Si à une époque je pensais monter un lug de la mer, m'essayer à mettre un peu de libre dans les écoles du coin, c'est raté.

Il serait malhonnête de d'écrire que ce n'est lié qu'à mon emploi du temps de ministre, pardon, de futur président, l'envie n'est plus au rendez vous. Le retour sur investissement n'est pas à la hauteur de mes attentes, l'histoire du syndic de copropriété bénévole en est la parfaire illustration, on aura du remerciement, peut être un peu de gratitude, une boîte de chocolats, alors qu'on attend de la participation, de l'investissement du partage, ce n'est pas dans la nature humaine. Les autres attendent le cul sur le bord de la route qu'il se passe quelque chose, que les autres fassent, moi je fais, pour moi, pour les miens, plus pour les autres.

 

Repli et autres réflexions dominicales

dimanche 22 novembre 2015 à 11:30

Tirer la langue est un euphémisme. La société comme on peut le voir dans l'actualité est complexe à tous les niveaux, nous avons la chance de vivre dans d'autres contrariétés que de mourir dans un attentat, d'être malade, ou d'autres joyeusetés, des contrariétés quand même. A la maison je pensais être à l'abris, mon patelin reculé sauf en été, vivre seuls dans la rue, on se dit qu'on va forcément limiter les problèmes de voisinage et pourtant non. Dans ma copropriété, deux maisons sont à vendre. Historiquement chez moi il y a une copropriété, nous n'avons que le toit en commun, c'est déjà beaucoup me direz vous, mais il n'y a rien d'autre, pas de frais, pas de parties communes, et pas de syndic pour aller avec. En 2014 est sortie une loi qui s'appelle la loi ALUR, je pourrais m'offrir de nombreux jeux de mots mais non, qui devait mettre fin à la grande arnaque des syndics, ces gens qui vous prennent un bras pour rien. Je suis en train d'étudier le problème, d'écrire à ma notaire, de chercher sur le web, concrètement pour la vente d'un bien, il faut avoir un papier type rédigé par un syndic, si pas de syndic pas de papier, et donc un vendeur qui risque de se mettre dans une situation délicate avec un acheteur qui pourrait dire qu'il n'avait pas toutes les informations.

Du fait, je ne sais pas trop comment ça va tourner, si la vente se fait, c'est tant mieux, si la vente ne se fait pas pour se motif, il sera nécessaire de monter un syndic bénévole, les gens ont le droit de vendre leur bien, je pense que de toute façon nous devrons le faire pour être en conformité. Les gens qui viennent régulièrement sont des gens sympas, instruits, des ingénieurs, un gendarme, je pense qu'en s'y mettant à tous on arrivera à faire une réunion en short autour d'une table. Il me parait indispensable d'éviter la case syndic professionnel, pour sept maisons, ça me parait évident, pour éviter des charges qui n'auraient pas lieu d'exister, pour les vendeurs aussi, s'ils doivent expliquer qu'ils vont devoir payer 500 € ou plus par an pour rien, ça risque de freiner la vente. Tout est compliqué, tout est complexifié, je viens de renvoyer mes offres de rachat de crédit immobilier, je vais devoir être vigilant pour bien vérifier que le premier prêt s'arrête, que l'assurance de ce prêt s'arrête et puis s'amuser à faire passer tous les prélèvements d'un compte à l'autre, en ayant la certitude que dans la chaîne il y aura forcément quelqu'un qui n'aura pas fait son travail.

Je me rends compte que je vis plutôt bien la charge, que j'anticipe, que j'ai l'énergie et c'est tant mieux. Néanmoins, je me rends compte qu'il y a des choses que je ne supporte plus, les agressions du quotidien par exemple en font partie. On pourrait penser qu'étant enseignant, l'agression du quotidien c'est l'élève, cette jeunesse débordante de vie et d'énergie avec qui il faut déployer cinq fois plus d'énergie pour réussir à faire quelque chose, ce n'est pas le cas. L'agression du quotidien, c'est le collègue qui ne comprend pas qu'effacer un tableau quand il quitte une salle de classe c'est du respect, qu'éteindre un vidéo projecteur pour ne pas griller la lampe toute la nuit c'est possible de le faire soi-même et ne pas penser que c'est à la femme de ménage de le faire. L'agression de ces derniers jours, facebook et la masse d'informations. La surenchère dans l'info depuis l'apparition des chaînes 24/24 devient difficile à digérer, ça je connaissais et je ne regarde pas, les réseaux sociaux par contre c'est nouveau pour moi. Les drapeaux dans tous les sens, les commentaires politiques, le racisme, la haine, les déclarations d'amour pour se retrouver huit jours plus tard avec les photos de chats, on peut tuer 150 personnes et le transformer en événement à commenter pour rebondir sur les mêmes conneries quelques jours plus tard.

J'a fermé le compte. J'aurai bien dit j'ai supprimé le compte, mais Facebook me signale qu'à n'importe quel moment je peux y retourner, Facebook tu l'aimes ou tu le quittes, en fait tu le quittes pas même si tu ne l'aimes pas. Dans ma veille j'évoquais cet article, Mes parents n’ont pas Internet, mais tout va bien pour eux, merci et je réalise qu'en le lisant, j'étais en train de sourire. Il y a la description d'une forme de repli sur soi, une protection contre l'extérieur qui me plait bien, dont actuellement j'ai envie.

J'aurai réellement envie de participer à un réseau social, mais je dois reconnaître que je suis mûr pour le réseau social des bisounours, entre Diaspora et ses fanatiques, Facebook et sa bêtise crasse, Twitter et sa haine gratuite, je ne me sens pas très chaud pour tenter Google+. Le forum reste la meilleure des solutions, car le forum est modéré, alors que tout le monde crie sur les libertés qu'on va perdre ou pas, j'ai tendance à penser que certaines personnes ne méritent pas tant de liberté, ils la gâchent, et en usant et abusant de cette liberté qu'on leur donne, ils piétinent celle des autres.

Donc en attendant le réseau tout amour, je retire mes billes du social, ici et nulle part ailleurs, c'est déjà un point de commencement, un retour à la case départ d'ailleurs, comme quoi on y revient toujours.

J'ai décidé de modifier ma veille, je ne balance plus mes liens à la chaîne et je les espace de trente minutes. Je me plains de la masse d'informations qui arrivent, si je balance 10 liens en 15 minutes, je donne une masse d'informations trop importante à lire, et je participe donc à l'agitation omniprésente. J'ai décidé d'avoir 30 minutes d'écart entre chaque lien de veille.

J'ai découvert depuis plusieurs semaines que d'écrire le weekend ne servait absolument à rien, et j'ai tendance à dire que c'est tant mieux, ça veut dire que les gens font autre chose de leur weekend que de rester devant l'écran. Vous constaterez en effet que les commentaires sont moins importants quel que soit l'article, vous pouvez balancer n'importe quelle horreur, ça passe inaperçu. La masse d'articles le weekend d'ailleurs est, je trouve, en forte baisse, alors que l'internet nous offre pourtant la possibilité de programmer à l'avance. J'en déduis que le phénomène est observé ailleurs et qu'il parait donc plus bankable ou seoable de ne pas publier pendant le weekend mais durant la semaine.

Le billet sponsorisé le moins cher de France : touchedeclavier.com

samedi 21 novembre 2015 à 18:00

J'avais évoqué dans un billet que j'avais une série d'ordinateurs à réparer et que dans le lot, une collègue de mon épouse avait eu la joie de donner un lordi de la région à un escroc qui non seulement ne lui avait pas réparé l'ordinateur mais en plus s'était débrouillé pour lui arracher la touche H. Bon personne n'utilise le H mais ça fait moche sur un clavier. J'avais écrit encore que la solution touchedeclavier.com c'était quand même pas gratuit, parce qu'à 8 € j'avais qu'une touche quand moi à 15 € j'avais le clavier. Après un achat raté en France où l'on m'a envoyé le mauvais clavier, j'ai fini par acheter toujours sur ebay le clavier complet.

J'ai fait réagir le responsable de la communication de la boîte et qui écrivait à juste titre que viser au moins cher n'était pas forcément un achat réfléchi, si j'achète en Angleterre, je n'achète pas en France, CQFD. A la notion de matériel Chinois puisque les touches sont quand même fabriquées en Chine, on répondra à raison que l'emploi lui est bien français. Acheter un clavier aussi Chinois soit il en France ou en Angleterre, ce n'est pas la même chose, acheter un clavier complet de plus quand il ne s'agit que d'acheter une touche pour avoir le clavier complet, c'est aussi une réflexion à faire en terme d'écologie. D'économie, à 3 touches ça ne se réfléchit plus trop quand même puisqu'on franchit la vingtaine d'euros, je prendrai la solution touchedeclavier.com à une ou deux touches, au dessus non, et tant pis pour l'éthique, c'est trop cher, on y viendra dans la conclusion.

J'ai demandé à ce qu'on m'envoie une touche pour voir si ça passe, on m'a envoyé la touche le lendemain, soit quand même un cadeau à 8 € faisant de ce billet, le billet sponsorisé le moins cher de France, c'est dire que je me contente de peu. Pour la mise en place j'ai suivi la vidéo, j'ai galéré quand même dix bonnes minutes pour la mettre en place. L'explication est simple, je pense que j'ai abîmé le crochet en essayant de faire rentrer la touche précédente, je vous ferai bien une blague sur les hamsters et le chatterton, mais ce n'est pas trop l'esprit de la maison. Une fois le crochet remis en place, c'est direct, l'accroche se positionne toute seule, j'ai utilisé un stylet de DS du fait d'avoir des gros doigts boudinés.

Je ne vais pas broder pendant deux heures, on retrouve dans le service les caractéristiques essentielles dans les critères borniens :

Après il ne faut pas tomber dans la caricature. Comme précisé plus haut faire de l'écologie, du recyclage, du développement durable de l'occasion, c'est très bien, ne pas viser le moins cher, trouver un compromis intelligent, je dis banco dans la limite du raisonnable. Je n'irai pas par exemple changer 10 touches d'un clavier pour faire bien et payer 80 €. C'est un peu la limite du marché de l'occasion, l'argent, ne pas se retrouver à payer des réparations même réalisées par soi-même pour arriver à des sommes folles qui dépassent le prix du neuf. A l'heure actuelle j'ai deux collègues qui ont réussi à exploser leur dalle de portable en appuyant comme des bourrins. Le problème qui se pose c'est que la dalle est côté à 80 € quand la machine en vaut environ 120. Je remplace ? Je ne remplace pas ? That is the question, how much, est certainement l'autre.

Pour en rester sur le service, je le valide, je pense sans trop me tromper que les gens qui sont derrières sont corrects et fiables. Amen.