PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Grosse vague de spam sur le blog

samedi 5 décembre 2015 à 09:00

A l'heure actuelle c'est totalement transparent pour vous mais pas pour moi, les utilisateurs de pluxml se font spammer comme c'est pas permis. On a des messages super positifs du genre "quelle information formidable, je la partage sur les réseaux sociaux". L'antispam qui déteste les daltoniens n'y voit que du feu, j'ai plus d'une vingtaine de messages par jour. Ce qui est étonnant dans cette campagne c'est qu'elle est française et oriente de façon étrange vers des sites qui n'ont pas l'air "bizarres". Comprenez par bizarres, des sites qui vous promettent d'avoir la queue de Sangoku mais pas au même endroit, des sites russes et d'autres joyeusetés, rien de cela mais plutôt des sites sur les fleurs, les chiens, avec des sites qui n'ont même pas de publicité. En gros je ne comprends pas réellement le but, sauf tenter vainement d'augmenter le référencement.

Je suis dans une situation similaire à celle que j'avais connue il y a quelques années sur fluxbb, c'était plus pénible car il n'était pas possible de modérer les messages sur un forum, déjà que peu de gens postent, si bien qu'on essayait d'aller au plus vite pour éliminer les spams en Russe. Une autre similitude, le projet est ultra-léger et à l'instar de pluxml, il vaut mieux savoir mettre un peu les mains dedans, on est loin des communautés, des outils que peuvent offrir un Wordpress, c'est un élément que je connaissais avant de changer de monteur de blog l'an dernier et j'en assume pleinement le choix en espérant que quelqu'un va faire quelque chose.

Je ne suis pas malhonnête, je fais partie du camp des utilisateurs, je n'ai pas l'énergie intellectuelle pour aller me mettre à coder, j'ai les idées, mais pas la volonté pour les réaliser. Dans le fil dédié sur le forum pluxml, quelqu'un propose d'avoir un temps de réponse de 5 secondes minimum, c'est effectivement une solution qui marche plutôt bien pour détourner les robots. Beaucoup de propositions très intéressantes mais qui va le coder ? Et plus que qui va le coder, qui va le coder sous forme de plugin out of the box ?

Un exemple parmi d'autres du libre, des compromis à faire ou des investissements, accepter de patiemment chaque jour effacer à la main le spam ou se plonger sérieusement dans le code.

La matinée de répit

jeudi 3 décembre 2015 à 12:00

Alors forcément le jeudi matin dans ta petite semaine quand tu ne travailles pas tu te dis que tu vas dormir, jusqu'à 7 heures où ta fille ouvre la porte en grand pour récupérer le téléphone que maman avait oublié. La journée commence bien.

Étape 1 : descendre, les escaliers, chercher la pâte à bois, le pôt de peinture, attaquer la porte. Lancer en parallèle un café

Étape 2 : pendant que ça sèche imprimer les documents SEPA à renvoyer aux différents organismes avant de se retrouver avec le même souci qu'hier chez Free.

Étape 3 : regarder où en est le PC de la petite qui pense se faire découper par son père parce que l'ordinateur qu'il lui a prêté pour travailler cette semaine fait une erreur en boucle à essayer de lancer l'explorer en vain. Il s'avère que Windows 8.1 ce superbe système d'exploitation a un bug connu qui peut survenir parfois en présence de Norton Antivirus. La suppression du mode sans échec rentre dans le top 10 des idées les plus stupides chez Microsoft, c'est donner le bâton pour se faire battre en refusant de donner un moyen d'accès à la machine pour réparer notamment quand l'utilisateur fait n'importe quoi. J'ai lancé le mode restauration en conservant les données, c'est pas terrible mais sa machine marche.

Étape 4 : oh oh !!! Il est l'heure d'appeler le banquier ! Ah non monsieur BORNE, votre chèque de 110.000 € jamais vu passer. Bah c'est pas grave on vous débitera le prêt mais on vous remboursera dès qu'on l'encaisse. Et Monsieur le Banquier, je ne m'étonne pas de savoir que mon chèque a été envoyé vendredi dernier ? Tout à fait normal Monsieur Borne.

Étape 5 : essayer de se faire un compte Veolia pour changer les informations bancaire. Je saisis mon numéro de référence client : cet abonnement a été résilié ... Voilà qui devient intéressant. J'appelle Veolia, dix minutes pour obtenir une opératrice. Veolia a changé de site internet et donc ça ne peut pas marcher. Bien sûr cette page qui aurait dû être redirigée, qui aurait dû disparaître est encore en ligne, mais c'est pas grave, elle prend ma demande par téléphone et me dit qu'elle va m'envoyer des identifants que j'attends encore.

Étape 6 : réparer à distance un truc sur le PC de mon ancienne secrétaire, se préparer psychologiquement, semble-t-il qu'il y a eu un peu de casse, mon ancienne collègue d'informatique a besoin d'un coup de main, mais là je crois que ça va être physiquement difficile.

Étape 7 : aller à la poste, aller chercher le pain, se rendre compte que la moitié des distributeurs de la ville sont en panne, avec deux distributeurs disponible, j'espère que l'autre moitié fonctionne.

Étape 8 : ne pas être satisfait de son travail de peinture, remettre de la pâte à bois, remettre de la peinture, peinture qui ne sèche pas assez vite à mon goût.

Et puis à 11 heures passées, prendre le temps d'écrire un peu, cet après midi je prends la voiture pour assister à un conseil de classe de plus, ce sera mon avant dernier. Je pense que je vais bientôt interdire ce blog aux moins de trente ans qui pourraient ne pas être suffisamment forts pour affronter ce que réserve l'avenir. Je regardais un peu l'actu informatique c'est quand même franchement tendu. Steve Ballmer parle de sauver Windows Phone, il faudra peut être bientôt y voir par extension une sauvegarde de Microsoft sur téléphone mobile, puisque je ne pense pas que l'arrivée de Windows 10 sur mobile change grand chose au choix du consommateur qui veut pouvoir télécharger tout et n'importe quoi. Le marché, le Windows Store est tout de même assez pauvre, pas étonnant que les gens cherchent ailleurs. Si Windows tombe ce qui nous ramènerait à un écosystème de "confiance", qui sera le nouveau paramètre à prendre en compte, comprenez, truc qu'on pourra utiliser encore dans deux ans sans que ce soit abandonné, la situation se ramènerait à Android et Ios, ça envoie pas vraiment du rêve. Il y a quand même aussi une moralité à tout ça, si j'achète un truc ou si j'utilise un service, on sait qu'il est mort dans six mois, c'est une perspective à réfléchir.

Plus sérieusement quand la presse informatique titre que Yahoo vise à arrêter ses activités internet alors qu'il me semble que Yahoo ça n'est que de l'internet, ou que viadeo sent le sapin, je crois qu'il faut prendre conscience que nous sommes désormais dans un internet où il n'y plus de place pour tout le monde. Je lisais un peu les chiffres hier quant à l'utilisation de thunderbird, elle serait de l'ordre de 10 millions d'utilisateurs, combien de millions d'utilisateurs de Yahoo Mail, combien en fait faut-il avoir de millions d'utilisateurs pour ne pas figurer dans une partie négligeable, 10 millions semble-t-il ce n'est pas assez. Vous avez pu trouver mon texte d'hier un peu rude, ce n'est pas comme si vous n'étiez pas habitué, mais si des acteurs comme Yahoo pensent à jeter l'éponge, si on prévoit la fin de nombres de services, d'acteurs, c'est qu'il faut peut être avoir le courage de regarder la réalité en face, d'arrêter les frais, et de se poser les bonnes questions : est ce que cette bataille vaut la peine d'être livrée ? Est ce que je peux remporter cette bataille sur ce terrain là ?

Les partenariats entre Microsoft et l'éducation nationale font grincer des dents et c'est bien compréhensible. Je suis bien placé pour vous en parler, j'ai fait travailler des tas de gosses sous Linux au niveau local. En revanche quel prestataire "libre" aurait la capacité de couvrir le réseau national en terme de matériel, de support et j'en passe. Le problème c'est qu'on rêve du libre dans toutes les écoles de France, dans tous les établissements sans se poser la question de savoir comment il peut y arriver. Pour moi le libre ne peut pas passer par la porte, il entre par la fenêtre et pour se faire c'est au niveau de la base comme je l'évoquais hier, à une petite échelle, une échelle où quelques individus peuvent réussir à avoir le contrôle, la main mise sans être dépassés. La vie nous rappelle que le quotidien est assez difficile pour faire des choses qui nous dépassent, qui sera le bénévole qui va sauver la France, qui sera le prestataire de service qui va équiper tous les élèves avec Linux ?

Il n'y a pas de honte à ne pas y arriver, je pense que le national, l'éducation nationale encore plus, n'est pas le meilleur combat du libre, en tout cas pas à grande échelle. Il manque à mon sens le maillage sur le sol national, le véritable réseau d'entraide, le guide, qui permettrait au gars qui veut un peu s'investir de basculer sa petite école sous Linux ou son petit collège. Moi je sais faire, le problème c'est que je ne saurais pas l'écrire car je ne saurais pas où commencer, serveur, bios, hardware, cloud, réseau, on balaye tellement de domaines qu'il serait difficile de faire quelque chose de linéaire. En revanche, je réponds encore aux questions pour qui voudrait se lancer. Parrains Linux ? Ah ben oui mais c'est encore une autre histoire.

Je vous ressors le dessin d'Odysseus libre qu'il avait réalisé à l'époque pour la Toussaint, c'est un peu tard, mais je trouve qu'en ce moment c'est vraiment de circonstances. Bon ben va falloir penser à manger et remettre une couche de peinture, demain soir, ça ira un peu mieux.

No place for us, no place for us in this world

mercredi 2 décembre 2015 à 21:30

La semaine est à la hauteur de mes espérances, départ à 7 heures, retour à 19 heures 30, je suis lessivé. Un dernier conseil de classe pour la semaine demain soir pour avoir la joie d'aller bosser mon jour de repos, pour finir en fanfare avec vendredi où j'aurai la joie de faire une réunion pédagogique, j'attends le weekend pour regarder un écran en bavant. Bien sûr, je ne sais pas si mon chèque de plus de 100.000 € qui me rend riche a été encaissé, ce que je sais c'est mes quatre abonnements chez free ont été refusés et que j'ai dû régulariser dans l'urgence. Peut être un problème de SEPA, SEPAgagné en tout cas, ah ah ah, on ne perd pas le sens de l'humour. Je vous épargnerai les petits bonheurs de la vie comme ma femme qui explose la porte de la salle de bain contre la porte de la machine à laver et moi qui dois chercher de la pâte à bois dans bricoman ce qui ressemble à chercher une aiguille dans une meule de foin ou le mystère de la fuite quand ma femme utilise l'évier, une fuite super légère et introuvable qu'elle est la seule à avoir, je pourrai laver un poney dans un évier, je ne mettrais pas une goutte à côté. Mariage, enfants, tout ça.

Au lycée, j'essaie de limiter la casse en évitant les trucs débiles, j'ai déjà joué à ça ce weekend en déplaçant un domaine complet et toute la pagaille qui va avec. Un peu d'informatique quand même, mais pas là où on le croit, j'ai commencé l'algo avec les secondes et l'utilisation d'algobox. J'ai démarré sur la résolution d'une équation de base, puis d'une équation produit, certains gamins ont l'air d'y prendre goût, cela reste tout de même très négatif. Les "bons élèves", disons les élèves scolaires qui se complaisent dans la répétition, dans la mécanique, sont horrifiés et m'expliquent que ça n'a aucun intérêt, j'essaie de leur faire comprendre qu'ils passent à un niveau supérieur d'abstraction, et que c'est un excellent outil de logique. J'ai demandé la résolution d'un truc du genre (ax+b)(cx+d) en inégalité par rapport à 0, en DM pour dans deux semaines, c'est la panique pour la majorité d'entre eux, les autres essaient, je ne sais pas ce que ça va donner, je pense qu'ils vont essayer de sous traiter pour la plupart, les malheureux ne se doutent pas, enfin si puisque je leur ai dit, que je leur collerai une interro dessus pour voir ce qu'ils ont compris. On ne devient pas développeur, on l'est ou pas, c'est inné. C'est une prise de conscience, une parmi d'autres qu'il faudrait que l'état prenne en considération, on ne pourra pas former des légions de gens qui savent coder.

Et pour rester dans le même domaine, on s'insurge dans le monde libre des accords entre Microsoft et l'éducation nationale. Il n'y a pas si longtemps j'écrivais un billet du genre "ça c'est fait", où j'expliquais qu'avec tonton d'Amérique qui débarquait et qui laissait les billets de partout, il serait difficile d'imaginer un espace pour le logiciel libre et qu'il ne faudrait pas s'étonner de voir des accords entre l'EN et Microsoft, voilà qui est fait. Framasoft dégaine car il faut bien que quelqu'un le fasse, c'est pas bien faut le dire, c'est dit : Accord Microsoft-Éducation nationale : le Libre offre déjà des alternatives. Je suis un peu d'humeur taquine, même au point de tirer dans l'ambulance au bazooka. Je pense que parler d'informatique, d'école, il faut vivre au quotidien pour comprendre ce que c'est. Je crois que personne n'imagine le niveau catastrophique, la mauvaise volonté, les difficultés, l'univers des profs. En lisant le billet j'ai l'impression d'avoir des discours de pédagos qui vont proposer les nouvelles méthodes innovantes qui vont révolutionner l'éducation, alors qu'ils n'ont pas vu d'élèves depuis quinze ans. Vouloir imposer des solutions libres sans être derrière au quotidien pour les piloter, c'est la bien-pensance des gens qui ne vivent pas le quotidien avec les enseignants, les mains dans la merde, jusqu'au cou, belle expression. A l'heure actuelle, moi qui vit dans les cloud, les virtualisations et les avancées technologiques, je vis à l'âge de la vidéo projection. Nos drames du quotidien sont liés à l'ampoule grillée ou l'enseignant qui s'est trompé de bouton entre l'allumage et la source perdant sa précieuse image et étant incapable de la remettre en place. De façon synthétique c'est comme si je posais la bagnole, prenais ma peau de bête, mon gourdin, et que je tentais de leur montrer désespérément le feu.

Le libre partira de la base, des petites écoles qui accepteront d'avoir un papa qui veut bien s'occuper gratuitement du réseau et un maire un peu malin qui aura compris comment faire des économies. Les petits établissements qui ont peu de moyen prendront du libre car c'est moins cher et c'est certainement l'un des mauvais paramètres, tu penses au libre quand tu es pauvre, tu penses au libre pour faire des économies et tu ne penses pas au libre pour un problème d'éthique. Quand chaque prof prendra le soin d'éteindre la lumière derrière lui, de fermer les fenêtres, les portes, je crois qu'on pourra entreprendre de parler d'éthique dans d'autres domaines que les trucs de base, l'éthique informatique sera peut être comprise dans 50 ans quand il sera trop tard.

Tonton d'Amérique vient distribuer des sous et des licences Microsoft, il est reparti en nous laissant pas les protocoles ouverts

On évoque bien sûr les qualités du libre, le code ouvert, la communauté, l'entraide, tout ça c'est bien gentil mais dans la réalité tu es seul avec toi même pour résoudre les problèmes. En ce moment nous avons des crashs d'Aplon à répétition, ma collègue sans sourciller appelle la hotline qui lui débloque le souci et qui, là, vient de trouver une solution. J'ai rencontré un problème avec epoptes, je n'ai pas trouvé la solution, qui va venir m'aider ? Certainement moi-même. Les qualités du libres sont vraies en théorie, en pratique ça devient tout de suite beaucoup plus compliqué, avoir un client mail libre sur son PC est là pour nous le rappeler. Philippe SCOFFONI, I LOOOOOOVE YOU PHILIPPE SCOFFONI a écrit un billet pour synthétiser ce qui se passe avec thunderbird, qu'on traduira de façon un peu rapide par Mozilla cherche à se débarrasser de son projet pas assez bankable. Moi quand je vois que l'un des patrons du libre cherche à lourder son produit, fait n'importe quoi avec son FirefoxOS (au fait les gens, à quand le prochain FirefoxOS en France ? Non ? Ah non), fait n'importe quoi avec Firefox avec des j'avance et je recule, mange à tous les râteliers pour gagner quatre ronds, je ne me vois pas conseiller du libre à qui que ce soit car rien ne garantit la pérennité des projets. Les clients mails libres Linuxiens d'ailleurs, c'est mort ou pas loin, il faudra aller regarder du côté de claws mail, soit un retour de dix ans en arrière en terme d'ergonomie ou evolution qui vous fera le café en plus, thunderbird c'était bien, geary ça aurait pu le devenir, c'est ballot.

Thunderbird est un super produit, outlook continue d'exister et on n'a pas l'impression qu'on pense à l'abandonner du côté de Microsoft ce qui signifie qu'avec la synchronisation IMAP c'est tout à fait le genre de produit qui a encore du sens, encore plus quand on utilise du multicompte comme c'est mon cas, 6 comptes. Je suis allé regarder du côté de Rainloop qui sera certainement ma solution d'avenir si ça sent vraiment trop le sapin, idleman ce précurseur avait écrit un article très complet sur l'outil, un webmail multicompte sans bdd. Idleman, un bon exemple, dropcenter n'a pas bougé depuis 2014 sans repreneur, comme leed l'agrégateur RSS. Je ne jette pas la pierre, je constate juste que notre fameux système du logiciel libre qui survivra malgré les tempêtes, commence à sérieusement manquer de rameurs.

No place for us, no place for us in this world c'est la chanson de Saez, je m'étonne de ne pas trouver de version live, on trouve pas grand chose d'ailleurs à part ce montage avec Final Fantasy que j'aurai trouvé plutôt réussi si j'avais été un adolescent prépubère. C'est un peu mon ressenti, avoir la sensation que le libre disparaît qu'il n'y a plus de place pour les libristes, pour le libre.

Aigri, Cyrille BORNE ? Pas plus que d'habitude, fatigué oui, lassé peut être aussi de voir qu'on n'y arrivera pas ou pas par là, pas comme ça. Mais ce n'est plus mon combat, moi je suis comme Damien, je suis désormais sur mon système d'exploitation au bec jaune, je n'ai pas besoin de Windows sur mon système d'exploitation au bec jaune, et même si les gens sans poésie se marrent de me voir compiler comme un galérien, moi je pense pense aux gens inscrits dans tous les GAFA qui s'enterrent dans leur propre tombe, quand au-dessus du local nous volons dans le cloud sur les ailes du système d'exploitation au bec jaune. Quand l'apocalypse sonnera la fin, que le trafic sera tombé, y en aura un que tu verras passer, ce sera le système d'exploitation au bec jaune.

Viens je t'emmène sur mon système d'exploitation au bec jaune !

Cinéma, cinéma, TCHI TCHA !!! Novembre 2015

lundi 30 novembre 2015 à 08:00

Jake Gyllenhaal est champion du monde, sa femme veut qu'il arrête, il va le faire. Et pourtant un jeune boxeur le cherche en permanence, et dans un gala de charité alors qu'il se fait insulter par le dit boxeur, un coup de feu part, sa femme est tuée. Forcément c'est le drame, il tombe dans la drogue, perd son combat suivant, met une pêche à un arbitre, perd tout, même la garde de sa fille. Mais seulement, l'Amérique est le pays où tout est possible, et en repartant de zéro, en devenant le disciple de Forest Whitaker il va redevenir champion du monde, god bless America. La sensation de voir un remake évident de Rocky, il n'en reste pas moins un excellent film, tant la mécanique est bien foutue, la rage au ventre vous fera pleurer comme tout le monde à la fin du film.

Joie un nouveau terminator !!! Je suis super content parce que personnellement cette licence est géniale, totalement inépuisable, enfin peut être. On se retrouve avant un énième voyage temporel avec John Connor le chef de la résistance qui envoie un gars dans le passé pour sauver Sarah Connor (SARAH CONNOR ?) pour se rendre compte que dans le passé ça a encore encore encore changé, y a Schwarzenegger qui est de re-retour avec les vieilles vannes à deux balles. J'ai passé deux heures à lutter contre le sommeil, à ne plus comprendre le scénario et à quand même apprécier les effets spéciaux qui tiennent quand même franchement bien la route. Terminator Genisys est certainement le terminator de trop, le risque de jouer avec les réalités multiples c'est qu'on finit par s'y perdre, et c'est le cas.

Les profs numéro 1 c'était pas formidable, les profs numéro 2 c'est pas mieux. Après avoir sauvé la France, ils sont convoqués en Angleterre pour faire l'éducation de la petite fille de la Reine, afin qu'elle réussisse son diplôme. La faute à pas de chance, c'est une rebelle, et la mission sera particulièrement difficile, mais pas de souci, les profs sont les meilleurs. On retrouve intégralement les mêmes situations que dans le premier film transposées dans un univers so british, on pourra bientôt faire les profs en Russie ou au Japon pour les prochains épisodes, sans avoir trop d'effort à faire. C'est lourd et c'est rarement drôle, seul Arnaud Ducret le prof de sport a des scènes vraiment amusantes si on aime le gras.

Le combat ordinaire c'est la bande dessinée totalement incontournable de Manu Larcenet, pas loin de l'autobiographie. L'histoire raconte la vie de Marco, un photographe pétri d'angoisses, un père malade, la photo qui ne lui fait plus envie, une relation amoureuse qui demande une implication qu'il ne veut pas. La bande dessinée, avec son dessin à la limite de l'enfantin est un chef d'oeuvre, il est difficile de s'en détacher, c'est une série que j'ai relue un bon nombre de fois, c'est une bédé qui parle aux hommes à bien des niveaux. N'y allons pas par quatre chemins, le passage à l'écran est complètement raté, cela n'a pas de rapport avec l'adaptation, avec le jeu de Nicolas Duvauchelle ou des autres acteurs, c'est bien plus simple, ce n'était tout simplement pas transposable. Je pense que cela vient du rythme, dans la bédé vous lisez à la vitesse que vous voulez, et pour ma part j'ai dévoré, là je me suis tout simplement ennuyé, c'est mou, ça n'avance pas.

Reda Kateb et Ludivine Sagnier sont mariés, une petite fille. Les problèmes d'argent n'entâchent pas sa concentration de champion de tir à la carabine, il prépare les championnats de France. Il est abordé par un homme dans son club, un étranger, un homme sympathique, qui finit par lui proposer de résoudre ses problèmes d'argent, simplement d'ailleurs, en tuant des gens, des contrats de professionnels. Malheureusement on sait que dans ces milieux ça finit par toujours mal tourner, et ça tourne mal. Pas mauvais cette (la) résistance de l'air, pas le film du siècle non plus, avec une trame prévisible au possible, ça se laisse regarder un jour de pluie.

Un gars se lève un matin après une nuit agitée, il est persuadé d'avoir trouvé la femme de sa vie, pas de chance il est à Paris, elle est à Avignon, elle lui a juste laissé une adresse. Il va donc partir avec son meilleur ami vers le sud pour retrouver son amour, ils vont croiser sur leur chemin des tas de gens bizarres, le commercial obsédé, ou ce chauffeur routier bizarre qui porte A Love You sur l'épaule sans se rendre compte qu'il y a une faute d'orthographe. Dire que le film est mauvais serait injuste c'est une gentille comédie qui reproduit les clichés, mal jouée de surcroît, ça se laisse regarder même si c'est totalement dispensable.

Alex Lutz travaille dans une grosse boîte avec son collègue rigolo Bruno Sanches, du fait d'avoir une hiérarchie peut regardante ils font les quatre cents coups. Un jour il retrouve Tom Dingler son ancien meilleur ami de collège qu'il avait perdu de vue, et qui bosse dans le développement personnel. Alors qu'il était un petit gros, il est aujourd'hui un homme charismatique et convainquant, du moins en apparence, tellement convainquant qu'il va réussir à le faire tout lâcher pour se lancer dans la chanson alors qu'il n'est qu'un piètre chanteur de karaoké. Le talent de mes amis est un énième film sur les hommes, les apparences, et les responsabilités, pas le plus réussi.

Emma de Caunes vient de perdre son père, interprété par Alain Chamfort ce qui n'est pas commun, elle part avec son ex pour réaliser la vente de la maison. Sur place, elle va découvrir qu'il y avait une femme qui avait remplacé sa mère décédée, elle va surtout se rendre compte qu'elle a encore des sentiments pour l'homme qu'elle avait aimé autrefois et qui a une vie plutôt bien rangée. Il ne se passe pas grand chose dans ces Châteaux de sable et pourtant c'est assez captivant, peut être la tension sexuelle à couper au couteau qui créé le suspense, on se demande quand enfin ils vont passer à l'acte. Un bonne tranche de vie.

Dan Bronchinson que je ne connaissais pas est un dealer en fin de carrière, il va pouvoir prendre sa fille et partir en Australie pour monter une affaire, loin justement des sales affaires. Après avoir régulé sa vie au mieux pour ne pas faire d'excès, pour ne pas prendre trop de risques, on lui propose un gros coup sans risque à priori, la tentation de l'argent est trop forte, il accepte. Malheureusement la drogue que lui donne un gros méchant du milieu disparaît, il part dans une course folle pour le récupérer. Court, violent, très efficace, captivant, l'un des films du moment.

Constance Rousseau, Jenna Thiam sont amies depuis toujours, elles vivent dans un village comme on en voit partout. L'une rêve de la capitale, l'autre a finalement peu d'ambitions, que vont-elles faire l'année prochaine ? Une opportunité, la première récupère l'appartement que lui a laissé sa mère en héritage et envoie les dessins de la seconde à une école des beaux arts, elle a un bon coup de crayon, elle est acceptée sans avoir rien demandé, elles partent à Paris. Les deux amies de toujours face à leur destin vont être moins amies, se perdre. Film classique sur les chemins qui se séparent et sur les déceptions, on peut l'éviter nous aussi et prendre un autre chemin.

Rémi Bezançon le Larcenet du cinéma nous livre son nouveau film, pas le meilleur et pourtant ça c'est joué à pas grand chose. Pierre Rochefort a pour le moins réussi sa vie, il a repris le cabinet de papa, il a une très jolie femme, un grand appartement, mais on sent quand même qu'il s'emmerde profondément et que c'est même au delà, il n'est pas heureux. Lors d'une soirée d'anniversaire, on lui fait défiler des photos de sa vie passée et il revoit le visage de Pio Marmai, son meilleur ami d'enfance qu'il a perdu de vue. Un coup de nostalgie, il appelle son ami pour se rendre compte que celui-ci n'a pas changé, même appartement, mêmes habits, mêmes délires, il est resté un grand gamin etc ... Celui-ci arrive à le convaincre de réunir tous leurs amis d'autrefois pour faire une fête comme à l'époque dans les années 80 afin de créer un choc temporel, lui pour grandir un peu, l'autre pour se dérider. Ils prennent la route pour se rendre compte que tout le monde a changé, pas forcément en mieux. Avec nos futurs, Rémi Bezançon explore une fois de plus le refus de grandir, la nostalgie des hommes qui sont obligés de prendre leur responsabilité. Le concept du film est très sympa, mais d'une part il tire en longueur et d'autre part il y a un élément dont on aurait pu se passer et qui change radicalement le film, je ne peux pas vous le spoiler, alors vous le regarderez par vous même pour commenter et donner votre avis (technique de blogueur).

La fin de l'amateurisme et du bricolage

dimanche 29 novembre 2015 à 18:00

Rappel de la situation. Suite à un épisode surréaliste, Cyrille BORNE apprend que la VDSL2 chez lui n'est pas compatible avec une carte dans le répartiteur de Saint Pierre la Mer, si bien que l'activation de la télévision lui flingue totalement son upload pour le ramener à 15 ko/s. Du fait d'en avoir eu marre de galérer avec les problèmes internet, status quo, une formule sans télévision à la maison. La problématique c'est que le vieux râteau des années 70 sur le toit ne prend pas la TNT, il faut donc avoir la télévision autrement, l'autrement c'est un pi2 qui me récupère les chaînes en streaming de façon plus ou moins légale.

A la maison quasiment personne ne regarde la télévision, mais le mariage, les femmes, enfin tout ça, imposent parfois des règles mystérieuses. Oui, les femmes, j'insiste bien dessus, ma fille qui me lance son commentaire à deux balles pour dire que rien ne marche dans cette maison, c'est bien un complot, mais passons. Une fois tous les quatre mois quand madame prend la télécommande il faut qu'elle allume, que ça marche et ne serait-ce que si c'est pour regarder 25 secondes BFMTV. La solution Kodi sur PI2 est convenable pour l'amateur, pour le bricoleur.

La conclusion évidente c'est qu'on ne peut pas forcer les gens à vivre avec son amateurisme, son bricolage. Le lien avec Linux n'est pas très loin, si je peux vivre à titre personnel en compilant un truc, en faisant des choses qui sortent de l'ordinaire dans l'utilisation d'un ordinateur, je ne peux pas l'imposer aux autres, même si soit dit en passant, pour l'utilisation qu'ont mes enfants de l'informatique, je dirai que c'est pas plus mal. Non seulement cela répond parfaitement aux besoins mais en plus ça ne plante jamais, néanmoins cette solution ne peut pas s'appliquer à tout le monde, notamment pour des adultes qui ont d'autres utilisations un peu moins basiques que le web et le traitement de texte.

Les options sont assez simples :

Et forcément c'est vers cette solution que je m'oriente. Seulement, fidèles lecteurs, vous voyez déjà le problème se pointer à l'horizon. Comme nous nous en doutons plus dans l'univers bornien, il est évident que la carte magique dans le répartiteur n'a pas été changée en six mois, il est d'autant plus évident que je vais récupérer les mêmes problèmes. N'étant pas d'une culture masochiste exacerbée, j'attendrais le mois de janvier quand les deux salaires seront arrivés à bon port, que les formalités bancaires seront mises en place pour passer chez free, parce que j'ai tout compris. Free propose de la vdsl2 à Saint Pierre, la boutique Free se trouve dans le polygone de Béziers ce qui me donnera l'occasion d'aller boire un coup avec Damien aka Zeodrake quand j'irai lancer ma freebox dans la tête d'un vendeur.

Il est à noter qu'Orange propose pourtant une clé Wifi Hdmi intéressante qui permet d'avoir la télévision sur un poste, seulement la faute à pas de chance, elle ne propose pas cette clé si vous n'êtes pas titulaire d'un abonnement orange avec télévision. Certes, je suis dans un cas particulier, mais en fait j'aurai été prêt à payer pour avoir la télé d'orange sans qu'on me l'active, une subtilité qui je pense aura du mal à passer auprès du commercial.

La moralité de cet article ? Si tu n'as pas la capacité de réfléchir un peu, d'accepter un peu le compromis, tu payes la solution professionnelle qui n'exempte pourtant pas d'autres problèmes que nous verrons au mois de janvier avec mon passage à Free, où on verra si j'ai tout compris.