PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Star Wars 7, le réveil de la force et pas que.

dimanche 3 janvier 2016 à 08:00

Attention je spoile comme c'est pas permis dans cet article, évitez donc de lire mon texte et allez voir le film au cinéma c'est une tuerie.

J'ai vu le retour du jedi au cinéma en 1983, j'avais 8 ans, l'âge du fils de Gilles, c'est peut être un présage. J'ai vu le film deux fois, il faut dire qu'à l'époque en terme de sciences fictions, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent, Star Treck qui ne passe pas encore sur la cinq de Berlusconi. Il faut se dire qu'en plus, c'est peut être l'un des rares, seuls films, avec une suite et une fin, Star Wars a anticipé sur les Hunger Games, les Divergente et les films qui aujourd'hui sont calés directement sur trois ou quatre épisodes sans que ça choque qui que ce soit. J'ai vu les six films, je n'irai pas vous faire le plan du gars qui trouve que la seconde trilogie est minable, et qu'on a tué le scénario à coup d'effets spéciaux, je pense que de la même façon que pour le jeu vidéo j'ai du mal à trouver un charme fou dans les jeux en 8 bits que dans le cinéma des effets spéciaux qui claquent me paraissent désormais indispensables, encore plus devant un grand écran.

On est quand même forcé de tenir compte de ce paramètre, déjà quand on a réédité les épisodes originaux en modifiant les effets spéciaux ça avait été un drame, la nouvelle trilogie avait été mal acceptée du fait que la cassure avec les anciens épisodes était trop importante, il fallait réussir à rendre heureux tout le monde et c'est un pari réussi. En effet, Star Wars n'est plus la propriété des gens de mon âge, l'univers appartient à tout ce qui est masculin et âgé de 7 à 60 ans, même si je pense que le scénario reste difficile à appréhender pour les plus petits notamment les histoires politiques des trois premiers épisodes. Il faut donc réussir à séduire tout le monde, les amateur d'effets spéciaux de la mort, les amateurs de carton-pâte, les fans des épisodes 1 à 3 qui ne sont pas les mêmes des épisodes de 4 à 6, les uns préférant les gros effets spéciaux, les autres inconditionnels fans de la princesse Leia et de son bikini doré, de Harrisson Ford qui est l'acteur de mon enfance avec Indiana Jones et de l'inoubliable Luke Skywalker et des répliques à deux balles, je suis ton père que je fais régulièrement à mon fils avec la voix de Dark Vador.

Jeudi 31, 10 heures, nous sommes une petite dizaine, 2 filles dans la pièce, on voit des hommes avec leurs fils dans la salle, j'en suis, Samuel aka Main Innocente est avec moi. Deux heures quinze de performance en parfaite continuité avec le retour du Jedi, on retrouve délivrés au compte goutte tous les héros qui nous ont fait rêver et qui ont pris un sacré, sacré, sacré, sacré coup de vieux. On sent d'ailleurs le positionnement dans le passage de témoin, même si Harrisson Ford est encore en avant, les scènes d'action pure et dure sont laissées à la jeune génération qui se débrouille plutôt bien. L'histoire est bien simple, tout ce beau monde a beaucoup, beaucoup, beaucoup, vieilli, Harrisson Ford est retourné à la contrebande, la princesse Leia, Carrie Fisher cherche son frère qui s'est barré suite à une expérience de création d'école de Jedi qui a mal tournée. Le personnage principal, Rey, est certainement sa fille même si on nous ne le dit pas clairement, elle tombe sur un droïde qui a une carte donnant l'emplacement de Luke, elle va essayer de rallier la résistance en compagnie d'un stormtrooper qui s'est rebellé.

Cet épisode est extraordinaire car c'est l'épisode qui mettra tout le monde d'accord. Mon fils a vu 2h15 d'effets spéciaux qui en mettent plein la tête, moi j'ai vu les anciennes stars, des maquillages, des décors, j'ai vu des plans qui faisaient penser aux épisodes 4 à 6, l'équivalent de l'étoile noire, le bistrot avec l'orchestre d'aliens, de façon générale la technologie se fait beaucoup plus discrète ici que dans les épisodes 1 à 3 c'est très agréable en terme de continuité. Star Wars 7 va réussir à réconcilier les déçus de la précédente trilogie et pose les bases d'une nouvelle et solide aventure, un passage de témoin pour la vieille génération vers la nouvelle.

On peut critiquer la politique Disney, le film facile qui ne prend aucun risque, pour ma part j'ai retrouvé des sensations qu'on avait quand même perdues dans 1 à 3, et j'ai vécu un énorme moment de cinéma.

Adaptateur HDMI vers VGA pour jouer à la console sur un écran un peu ancien d'ordinateur

samedi 2 janvier 2016 à 08:00

Ma femme en avait marre de voir le gamin squatter la télé du salon, et lui en avait marre de se faire virer de la télé par sa mère, quel drame familial, un écran supplémentaire c'est la solution. Alors forcément, BORNE junior a des goûts de luxe et me dit tout de suite qu'il ne jouera pas sur moins de 24 pouces parce qu'avec sa mère on a des 24 pouces. Je lui montre que pour ses jeunes yeux, du 22 ça passe, je lui montre le prix du neuf, 120 € de base, 150 € pour du 24, ça calme. Comme vous le savez en grand amateur de bon coin, on a trouvé le bonheur en occasion, 50 € un 22 pouces, sur ma route en plus, une femme sympathique qui vidait les affaires que sa fille lui avait laissées. J'aime le bon coin. Le problème c'est qu'une grosse majorité des écrans sont avec du VGA et il faut taper dans la gamme au-dessus en terme de prix, j'en ai vu très peu sur le bon coin.

J'avais à la maison un adaptateur HDMI vers DVI, l'écran a du DVI, ça ressemble à ça :

Il est spécifié quand on regarde ces adaptateurs qu sont vendus à pas cher sur internet que le son ça passe. J'avais un adaptateur de ce type dans mes affaires, livré avec une carte graphique achetée il y a quelques années je pense, l'image passe niquel, le son ne passe pas. Du fait que le DVI c'est quand même un peu spécial, plusieurs normes, je n'ai pas insisté et je me suis orienté vers l'adaptateur VGA.

Pour rester dans la même démarche que celle de touche de clavier, tdc pour les intimes, le backlink est gratuit, qui étend désormais son activité aux dalles d'écran, on peut effectivement acheter des adaptateurs partout sur le net comme il est possible d'acheter chez un petit, français, même s'il achète en Chine. Le site MiniMachines de Pierre Lecourt propose un adaptateur de ce type pour 9.90 €, comptez moins de 13 € avec les frais de port.

Dans le package, une petite carte dédicacée, le porte clé qui doit décapsuler, je trouve que c'est super plaisant et ça correspond à la dimension que j'ai envie de donner, au choix que j'ai envie de faire : l'humain derrière et pour ma part un achat plus responsable. Je suis dans une démarche où je ne vise pas le moins cher, je suis dans la démarche où je cherche à trouver le compromis, l'équitable. Les prix de la boutique MiniMachines sont assez intéressants pour mal de produits, je ne peux que vous inviter avant d'aller vous orienter vers le marché Chinois, à faire un tour chez quelqu'un qui blogue gratuitement, librement, qui le fait bien et qui n'a ni choisi la publicité ni le misérabilisme pour essayer de s'en sortir.

 

2016, parce qu'on est en 2016

vendredi 1 janvier 2016 à 08:00

Comme la tradition l'impose et surtout parce qu'on n'a plus rien à écrire, c'est l'heure des bilans et des perspectives que vous pouvez voir chez les nombreux blogueurs qui écrivent encore. En ce qui concerne le retour sur le passé, c'est inutile, je l'ai fait très largement et ce sur plusieurs billets, on va se préoccuper de l'avenir.

Je crois que ce qu'on veut pour l'année suivante c'est surtout ce qu'on ne veut plus voir de l'année précédente, quelques espoirs pour la suite en bonus, on va commencer par là. Ce que je ne supporte plus dans cette année 2015, je crois que principalement c'est ça :

Ca bien sûr, c'est le chantier cailloux, deux ans et demi de travaux quasiment, ce sera fini en 2016, parce qu'on est en 2016. Voyez cette demi-tonne de sable et de gravier, sans le verre pilé même si le coeur y est, on voit la ferraille qui permettra de faire les poteaux, merci le jardin du voisin. Samedi 2 janvier sera à marquer d'une pierre blanche, enfin d'une semelle de béton, le mur sera monté aux vacances de février, la terrasse, je pense dans la foulée ou pendant les vacances du mois d'avril, il faut que le portefeuille arrive à suivre. Plus que la folle envie de manger des merguez cet été sur la terrasse, les chats errants sont nombreux dans le quartier, c'est surtout le besoin de finir. Finir les travaux, finir le changement de banque, finir le changement d'établissement, 2016 représente l'année de la fin. Comme vous avez pu le lire dans les derniers billets, ça a été pas mal la course ces dernières années, j'ai lancé des tas de choses en même temps, il devient urgent de les achever, j'ai besoin de m'arrêter.

Une véritable lassitude d'avoir la vie chamboulée, l'envie de se poser, mais surtout une véritable lassitude généralisée. Fatigué de me fatiguer tout seul mais aussi fatigué des autres. Aujourd'hui quand j'ai un coup de téléphone de quelqu'un que je n'avais pas eu depuis un moment, j'ai tendance à couper court très rapidement aux banalités d'usage pour demander ce que la personne veut car si elle appelle ce n'est pas pour prendre des nouvelles, elle appelle pour quelque chose. Les gens n'en n'ont rien à foutre de savoir comment je vais, les gens s'en foutent de savoir si j'ai passé de bonnes fêtes de Noël, j'ai la sensation que de plus en plus, à part des personnes bien ciblées qui se limitent souvent au cadre familial, on n'appelle que les autres que par intérêt. C'est quelque chose qui me pèse de plus en plus, et par le fait je prends de plus en plus de recul vis à des gens, je n'ai pas envie de réparer leurs ordinateurs, je n'ai pas envie de réaliser leurs sites internet, je n'ai pas envie de leur venir en aide car je n'attends rien en retour.

Étrange démarche me direz vous, d'attendre quelque chose en retour quand on donne. Néanmoins quand pendant des années vous avez donné sans compter et que vous réalisez à la sortie que vous n'avez rien reçu, un merci parfois, un fond de gratitude souvent simulé puisque ce qui compte c'est qu'on ait fait le job, on peut s'interroger sur cette obligation de service qu'on s'impose à soi-même. Je mets ça sur le compte de l'âge, de la perte des illusions, encore heureux que certains font preuve de générosité, donnent de leur temps, c'est peut être moi qui m'y prend mal, il faut dire que je n'ai jamais demandé grand chose en retour, j'aurai peut être dû.

Voilà donc ce que je ne veux plus pour 2016, parce qu'on est en 2016, je ne veux plus m'investir. Ce n'est pas totalement exact, je continuerai à m'investir dans mon travail, pour ma famille, pour être plus précis, je ne veux plus m'investir dans de l'exceptionnel, je veux m'investir dans une routine, une routine qui me profite, une routine qui ne m'engage pas trop, une routine facile. Si tout le monde se positionne dans ce même état d'esprit, on a en gros l'état du libre français. On va coder son petit programme personnel, on va quand même faire l'effort de le distribuer, on va bloguer un peu sur ses trouvailles mais plus trop, et puis on va finir par s'arrêter car cela demande trop d'effort et puis ça ne paye pas. L'avenir du web est au payant, l'avenir du web est au regroupement, à la disparition de la diversité, pourquoi continuer à produire des contenus gratuits, originaux quand on pourrait faire son beurre avec d'une façon ou d'une autre. L'année 2016 remettra sur le tapis la guerre entre les sites qui vivent des revenus publicitaires et les utilisateurs des adblockeurs. Avec une disparition qu'on ne peut que constater des contenus au travers de nombreux sites qui ferment, nous n'aurons pas d'autres choix que de payer ou de débloquer, le déblocage ne sera qu'une première étape, passer en caisse la suivante.

Le libre francophone dans sa communication se porte mal alors qu'il ne va pas si mal dans le fond. En effet, si l'on réfléchit bien, il n'a jamais été aussi simple d'installer Linux sur un ordinateur, les gens n'ont quasiment pas besoin d'être convaincus pour installer du libre. Le problème c'est que cela ne sert à rien. Ils resteront de simples utilisateurs qui utiliseront ce système comme demain ils utiliseront un MAC comme hier ils utilisaient Windows. Les soucis liés à la sécurité des données, à l'enfermement, tout le monde s'en fout. L'affaire Ashley Madison qui reste quand même un cas extrême puisqu'on pouvait connaître les préférences sexuelles des utilisateurs avec des gens qui sont allés jusqu'au suicide n'a rien changé, il y aurait 4 millions d'utilisateurs de plus. Lisez le dernier billet de Damien pour avoir une situation que j'ai rencontrée des dizaines de fois, les gens n'en sont même pas à l'utilisation de base, il faudrait en plus leur faire passer la compréhension qui va avec. Lassitude chez ceux qui s'expriment encore, lourdes interrogations quant à la porté du message même s'il est juste, multiplication des associations d'utilisateurs de Linux, de distributions Linux, de programmes, manque de clarté de l'offre, d'offres professionnelles, de professionnels tout court. On a pu voir par exemple l'appel du gouvernement au "logiciel libre" pour contrer le contrat entre Microsoft et l'éducation nationale, contrat très largement dénoncé, mais aucune proposition chiffrée en retour, à part bien sûr, il faut utiliser libreoffice, un pare-feu tout aussi performant qu'Openoffice.

Pas évident de se retrouver là dedans, je crois que les seuls qui s'en sortent sont ceux qui ont des projets solides, sont dans des associations bien ancrées, un territoire, des objectifs, une organisation. Je crois que c'est la porte d'entrée. Si je voulais me rendre utile, faire vraiment du libre, je passerai par Montpellibre. Depuis des années les gars font des réunions, des présentations, recyclent des ordinateurs, enfin bref, ils mènent leur barque. C'est d'ailleurs devenu peut être le plus symptomatique pour le libre, aujourd'hui il y en a plus qui en font qui en parlent ou disons que ceux qui en parlent comme j'en parle ont disparu, pour avoir de l'information sur libre désormais, il faudra certainement revenir aux origines, les mailings lists par exemple, au coeur des projets.

En 2016 je serai encore un peu plus un dinosaure qu'en 2015. Avec la blogosphère qui n'en finit plus de mourir et là ce coup-ci je pense qu'elle est quand même bien morte pour les raisons évoquées plus haut, lassitude, monétisation mais aussi le déplacement vers la vidéo qui est un moyen d'expression extraordinaire, je ferai partie des derniers à écrire librement sur la toile. La relève qu'on a tant de fois voulu annoncer, je ne la vois toujours pas pointer le bout de son nez, quelques gamins se sont lancés cette année mais ils écrivent peu, trop peu. Et puis en toute objectivité, qu'écrire de plus ? Présomptueux de penser que tout a été écrit, que tout a été dit ? Bien sûr. On peut revenir sur les sujets, on peut toujours compléter, néanmoins énormément de choses existent. Rajoutons à cela que le libriste de base va avoir tendance à s'inscrire dans les modèles slow, c'est à dire ne pas se lancer dans le renouvellement, le changement à outrance et on risque de se retrouver dans des périodes de vaches maigres assez conséquentes le temps de voir apparaître une véritable nouveauté qui justifierait un renouvellement.

On va quand même essayer de faire une synthèse de mon laiüs. En 2016 parce qu'on est en 2016, je finirai ce que j'ai commencé et je vais surtout éviter de me lancer dans d'autres choses. Je n'ai pas évoqué le travail par exemple, mais là encore j'ai un joyeux chantier et j'aimerai qu'à la fin de l'année scolaire la situation "matériel" soit propre, la formation des gens c'est autre chose, c'est un boulot à vie. A la maison, je vais continuer à stabiliser le matériel et le logiciel, du fait d'avoir maintenant un décodeur TV, il faut que je trouve une utilité pour mon PI 2 ou je le vendrais afin de ne pas garder des choses que je n'utilise pas. En parlant de ça, c'est les soldes, je passe mon ZTE OPEN C à 40 € fdpin. Toute mon installation maison fonctionne, me donne satisfaction, je n'ai pas besoin d'aller chercher plus loin. De la même manière si mon téléphone Windows venait à lâcher, je reprendrai un téléphone Windows, comme pour ma tablette d'ailleurs qui ne me sert qu'à lire. J'ai compris que je n'étais bon qu'à bloguer, je vais donc continuer à le faire, c'est sans doute sur la toile que je suis le plus efficace, on fera un grand effort en 2016 parce qu'on est en 2016 pour ne pas se lancer dans un projet débile avec pour but de réunir plein de gens. Je vais essayer de m'intéresser à la vidéo, comprenez ce qu'on peut voir sur youtube. Je suis de plus en plus convaincu que même les tutoriaux on va commencer à les trouver là bas parce que c'est ce qu'il y a de plus simple à faire, une webcam, un téléphone, pas besoin de se casser la tête à faire des tournures de phrase, des captures d'écran, j'ai même vu des installations d'ipfire en vidéo.

Je crois qu'on a fait un grand tour, meilleurs voeux pour cette année 2016 parce qu'on est en 2016.

2010, J’me laisse pousser les cheveux, parce qu'on est en 2010

Masochisme ou pas, telle est la question, bientôt la réponse

jeudi 31 décembre 2015 à 08:00

Souvenez vous nous sommes vers le mois de janvier de l'année 2014, alors chez SOSH, je fais partie des gens qui se ruent sur la VDSL2 puisqu'on a la fameuse ouverture de 5 ou 6 millions de lignes éligibles. Je réalise que j'ai de gros problèmes d'upload, la communication avec SOSH se limitant à parler avec un robot qui ne maîtrise que quatre phrases, dont la devenue célèbre, je ne vois aucun incident sur votre ligne, me font partir vers la maison mère, Orange, chez qui j'aurai exactement les mêmes problèmes. Au mois de mars 2015, un stagiaire trouve le problème, la carte TV du répartiteur de Saint Pierre la Mer n'est pas compatible avec la VDSL2, je passe donc à une offre avec uniquement le téléphone et l'internet. Pour compenser l'absence de télévision, je monte un pi 2 avec Openelec qui marche bien quand on sait le faire marcher. Il y a deux problèmes avec cette solution, la légalité, quand on voit dans certains flux proposés Canal+ on sait qu'on est borderline. La fiabilité, les canaux ont tendance à parfois changer en moins d'une semaine si bien que si pour moi ça ne pose pas de problème, que pour les gosses ça ne poserait pas de problèmes s'ils n'étaient pas fainéants pour remettre les chaînes en place, pour ma femme, ça se limite à ça marche pas.

J'envisageais de changer d'opérateur, vous connaissez la bête, tant qu'à faire changeons tout, néanmoins j'essaie de lutter largement contre ça en ce moment, et me limiter au minimum syndical. J'ai pris mon téléphone et j'ai composé le 3900, un peu dépité de devoir expliquer ma si bizarre histoire, un peu comme d'habitude d'ailleurs. Je tombe sur une plate-forme en France, avec un type qui respire bon l'accent du midi, il y vit en plus, qui comprend directement mon problème et qui me dit qu'il y a eu des travaux sur le répartiteur en juillet 2015 sans avoir la garantie qu'il s'agisse bien de la fameuse carte TV. Le type me propose de tenter le coup et me donne son mail de boulot pour être son unique interlocuteur, dans la foulée il me fait une ristourne de 5 € par mois pendant 6 mois, comme ça, je suis bluffé, c'est une sensation de compétence que j'avais oubliée depuis longtemps. A priori mais j'aurai la confirmation la semaine prochaine, dès que commercialement le gars active la télévision, ça active physiquement la ligne c'est ce que j'avais pu constater à l'époque et qui m'avait permis en direct de vérifier la chute d'upload. Ca n'a pas bronché, j'ai par contre une chute de débit depuis quelques jours mais qui reste dans le domaine du raisonnable avec 160 ko/s en upload, j'étais à environ 300 ko/s, je dirai que quoi qu'il arrive c'est toujours mieux que les 80 ko/s de l'ADSL, et je pense qu'après quelques reboot de la box ça finira par revenir.

Comme expliqué, l'activation commerciale, entraîne l'activation physique mais aussi l'activation du service si bien que rapidement j'ai pu avoir la télé sur mon téléphone. J'ai retiré le pi 2 et j'ai mis à la place l'Orange pi que je n'ai pas bricolé depuis la dernière fois, j'attends que des isos de meilleure qualité arrivent. Souvenez vous le clone du pi 2 à 20 €, je l'avais laissé sous Android, j'ai installé l'application Orange qui va bien, mal codée d'ailleurs, il faut savoir qu'elle ne fonctionne pas en ethernet qu'elle ne reconnaît pas, il faut le désactiver dans les paramètres et brancher un dongle wifi, enfin c'est ce que j'ai eu chez moi et elle bloque. Chez Orange on est bizarre, on refuse le fonctionnement de l'application vers un écran externe, ce qui veut dire que de façon plus conventionnelle, on ne pourrait pas brancher une tablette sur la télé pour avoir les chaînes.

Je me suis donc rabattu sur les moyens du bord, l'application Orange pour XboX 360, ça marche sans problème. Ca laisse d'ailleurs perplexe quant à la nécessité d'avoir un décodeur, seule la télé bloque un peu si on n'a pas de console, et dans ce cas là Orange propose une clé HDMI pour une trentaine d'euros je pense, qui permet de récupérer la télé par le biais du Wifi. Au moment où j'écris ces mots, je n'ai pas encore reçu le décodeur, j'ai retiré par contre le raspberry pi qui perd quelque part son utilité, il va falloir tout de même que je bricole un peu pour visionner les films stockés sur le serveur sur la télé, en l'absence de pi, je ne sais pas si le décodeur est capable de le faire. Je vais aussi voir ce qu'on peut faire avec le pi 2 que j'ai peu testé.

Je note quand même avec consternation que le premier réflexe de ma fille c'est de regarder de la merde sur Disney Channel, ma femme n'était pas forcément ravie mais ce n'est pas moi qui est demandé le retour de la bête ...

Orange c'est tout un programme, un programme télé surtout.

Bédés, décembre 2015

mercredi 30 décembre 2015 à 08:00

Le sang des Porphyres était une série qui se concluait après quatre tomes, une histoire de famille sombre, en Bretagne, pour ne pas changer, où l'on retrouve les enfants plus ou moins illégitimes de Hyacinthe Porphyre un naufrageur qui filait la frousse à tout le monde. Deux albums supplémentaires ont été rajoutés, on retrouve les quatre protagonistes chez l'ancien associé de Hyacinthe avant qu'une histoire de brouille féminine ne les sépare. Soizik la gamine brune, se fait passer pour l'héritière disparue du vieux bonhomme et avec la complicité de ses deux frères et de sa soeur, elle va tenter de récupérer l'héritage. Dans la même veine que les quatre premiers, avec un épilogue par contre qui ne donnera certainement pas de suite, on retrouve les mêmes rebondissements quant aux origines des personnages. Tous les secrets seront dévoilés, une conclusion bien agréable qui rajoute une vraie plus value à la série originale.

On ne vous l'a pas dit, mais en fait la religion chrétienne, le pape, tout ça, et bien c'est une décision qui a été prise par neuf familles puissantes de Rome, une façon comme une autre de prendre le pouvoir. Parmi elles les Trébaldi, et il se trouve que le fils actuel fait le nécessaire pour accéder au rang de pape en tuant tout le monde. On ne sait pas trop pourquoi et c'est d'ailleurs le gros fil rouge de la bédé, ce futur pape voue une haine incroyable à un homme répondant au nom du scorpion, un aventurier spécialisé dans les reliques qui porte bien étrangement une marque de scorpion sur l'épaule. Si on devait décrire le personnage, ben je dirai qu'on a le clone de Ezio Auditore de Assassin's Creed, le beau gosse italien qui tombe toutes les filles, c'est d'ailleurs complètement caricatural, elles cherchent à le tuer mais elles l'aiment et aucune ne résiste à son charme. Au niveau du dessin, c'est Marini, donc grosse pointure de la bédé franco-belge, un trait de qualité, c'est la grande classe. L'histoire quant à elle, est pour ma part quasi inexistante, on sent que les auteurs sont des fans des films de cape et d'épée, le scorpion s'agite dans tous les sens, part à Jérusalem pour plusieurs tomes sans rien trouver, il revient, a peu progressé dans le "pourquoi ?", continue de s'agiter. Plus d'un million d'album vendus, on est ici dans le cas classique de la poule aux oeufs d'or, on exploitera le filon jusqu'à écoeurement du lecteur. Pour l'instant, on se laisse embarquer dans l'aventure, pour l'instant ...

La petite Emily n'a pas de chance, un accident de voiture et c'est papa qui est mort. Maman, Emily et le petit Navin partent vivre dans une petite ville perdue, dans la maison familiale. Durant le grand nettoyage, Emily découvre le bureau de son arrière grand père, une espèce de savant fou et avec, une pierre (amulet) qu'elle se passe autour du cou. A partir de ce moment là, les événements s'enchaînent, maman est kidnappée par une araignée géante qui l'entraîne dans un univers parallèle et nous voilà dans une super méga quète. Il se trouve qu'Emily fait partie du club très fermé des gardiens de la pierre, une pierre magique qui rend super fort mais qui a la contrepartie, d'essayer de faire disjoncter son propriétaire pour qu'il rentre dans une envie de pouvoir la plus complète. C'est malheureusement ce qui semble être arrivé au roi des Elfes, Emily n'aura pas d'autre choix que de devenir super balèze, de résister à la pierre, et de poutrer tous les vilains à l'aide de ses amis. Très jolie bande dessinée à destination des petits mais aussi des grands, une forme de manga en couleur, on alterne des planches avec un graphisme d'une simplicité la plus complète et des dessins qui prennent toute la page, riches et magnifiques. Un très bel ouvrage.

L'univers de Sfar n'est pas simple, le chat du rabbin ou même donjon, l'humour est parfois tellement trentième ou cinquantième degré qu'il est difficile de tout comprendre, de s'amuser, d'entrer dans le délire de l'auteur. Grand vampire, c'est ça, un gros délire très difficile à appréhender. Grand Vampire est un ... vampire, le genre de gars qui met des costumes, qui dort dans un cercueil, loin des vampires qui se la pètent en Marlylin Manson. Pendant 6 tomes on va suivre ses déboires amoureux, notamment avec Lou son ex-copine, une femme arbre qui couche avec tout le monde. Sa vie sentimentale est très complexe, il ne tombe amoureux que de femmes qui ne l'aiment pas, réciproquement il n'aime pas les femmes qui tombent amoureuses de lui. Il lui arrive des tas d'aventures étranges à lui et ses amis tout aussi étranges, les deux tomes les plus intéressants étant les deux derniers parus où les créatures mystérieuses commencent à être pourchassées par les humains, rappelant les plus mauvais moments de notre histoire. Très lourd à lire, pas vraiment passionnant, je vais quand même tenter petit vampire qui est classique pour les gosses.