PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Amazon va ouvrir plusieurs centaines de points de vente aux Etats-Unis

jeudi 4 février 2016 à 17:44

Et ce qui est pratique c'est qu'ils peuvent prendre les emplacements des librairies qui ont fait faillite à cause d'Amazon, une façon intéressante d'implanter ses boutiques.

http://geeko.lesoir.be/2016/02/03/amazon-va-ouvrir-plusieurs-centaines-de-points-de-vente-aux-etats-unis/

Internet : les sites non responsables des injures de leurs lecteurs selon la CEDH

jeudi 4 février 2016 à 16:30

Tiens c'est de circonstances puisque j'ai modéré Gilles ce matin, qui lorsqu'il est pris par la passion du débat a parfois tendance à être injurieux, c'est son côté chien fou. La législation quant à la responsabilité des propos tenus par un tiers sur son propre site, selon les jugements ça passe ou ça casse. Pour ma part, j'ai toujours pensé qu'on pouvait dire les choses sans être vulgaire ou insultant, c'est d'ailleurs beaucoup plus drôle d'être mesquin en choisissant ses mots.

http://www.generation-nt.com/internet-sites-non-responsables-injures-cedh-actualite-1924398.html

Sponsorisé ? Un peu ? Beaucoup ? Passionnément ?

jeudi 4 février 2016 à 08:00

Tiens pour faire plaisir à Cascador, je vais un peu déconstruire, ou déstructurer, oui je suis un déstructurateur d'intemporalité, comme on aime parler de moi dans le milieu artistique. Sur le site Toolinux qui fait quand même partie de nos références françaises dans le domaine de l'actualité libre, je vois apparaître l'article : Guide : comment choisir son hébergeur web. Ok, pourquoi pas, dans un contexte large, avec de plus en plus de cloud pour nos applications libres cela fait effectivement partie des questions qu'on doit se poser, si par exemple vous voulez héberger une instance owncloud, beaucoup d'hébergeurs mutualisés bloquent webdav, vous ne pourrez donc pas faire de la synchronisation, et pour les fichiers, pour le calendrier et l'agenda. L'article a donc du sens, néanmoins le lien vers l'hébergeur amen en a peut être un peu moins.

Dans la vie sur internet, en tout cas, vous avez deux types d'individus. Les Cyrille BORNE qui vont vous dire qu'o2switch c'est la grande classe parce qu'il héberge des tonnes de site dont le sien depuis au moins six ans, ou un Damien qui fait de la pub pour des sites d'occasion qu'il pense être de qualité, nous le faisons pour pas un rond, tout simplement parce que nous pensons qu'il est juste de le faire. Et vous avez les autres qui pour quelques sous vont faire un article sponsorisé. 

Moi je le dis, faut bien vivre ma bonne dame et il n'y a absolument aucune honte à faire un billet sponsorisé à quelques conditions tout de même. La première bien évidemment c'est de l'annoncer, c'est je crois une obligation légale de plus, on confirmera ou infirmera. La seconde c'est tout de même de proposer un lien vers quelque chose de pertinent. Les plus anciens d'entre nous, j'entends par là la fine équipe qui partage mon monde virtuel depuis 15 ans se rappellera qu'on avait réussi à se faire virer de Amen à cause d'une sombre histoire de hits, il est loin le temps où on faisait des efforts de folie pour optimiser nos sites internet au point de répartir les images qui généraient trop de hits chez nos pages de fournisseurs d'accès internet (véridique). La communication à cette époque où le net n'était pas réellement l'affaire de tout le monde mais de quelques uns, nous avait laissé un arrière goût de standard téléphonique amer avec une dame particulièrement désagréable au téléphone. Ça a dû certainemet changé au profit d'un ticket informatique et d'un gars au téléphone qui connaît son laïus par coeur et qui ne s'en échappera pour rien au monde. Ah non pardon, ça c'est quand on s'est fait virer d'OVH.

Si vous êtes un gros site qui se contente de faire de la duplication d'informations, parfois de la traduction, le billet sponsorisé n'est qu'un fardeau supplémentaire que nous supportons, ça fait partie du décor. Si par contre votre fond de commerce reste la crédibilité et Dieu sait qu'il en faut au pays des Linuxiens, le discours est alors différent. Le linuxien, ce garçon barbu qui se sent espionné du matin au soir, a besoin de vivre dans la confiance, de vivre dans la sécurité. Il vaut mieux annoncer qu'on fait un billet sponsorisé quitte à se le retrouver bavant de rage les yeux injectés de sang dans les commentaires, que d'insinuer en lui le poison du doute.

ci-dessus un ensemble de blogueurs motivés pour faire un billet sponsorisé

Démonstration : on s'en fout quand même un peu de ce que vous avez à raconter

mercredi 3 février 2016 à 08:00

Il est important de préciser qu'on ne se fout pas de vous, bien au contraire, mais on se fout globalement de ce que vous avez à dire, en tout cas en terme de commentaires. Illustration :

Il s'agit de l'article de Numerama écrit par Guillaume Champeau sur le fait que Microsoft et son contrat avec l'éducation nationale risquent de prendre un grand coup dans la face. C'est plutôt rigolo, mais ce n'est pas réellement ce qui compte, c'est le fait que si vous descendez vers le bas, vous passez à l'article d'après sans passer par la case des commentaires, si vous voulez voir les commentaires, vous devez cliquer sur le 28. Je suppose que Google les ramasse même pas dans son moteur de recherche. On a caché les commentaires sous le tapis, comme si finalement c'était un peu honteux ou certainement pas prioritaire quand dans la structure classique on voit encore clairement apparaître les commentaires. Cela doit nous interpeller car Numerama est un site professionnel, si ce choix est fait c'est qu'il y a certainement une bonne raison pour cela.

Bon allez, vous allez encore me dire que je vous fais un plan Bornien en partant d'un exemple précis et en faisant une généralité pour arranger mon message, vous le savez, je le sais, nous le savons, les gens qui ne me lisent pas ne le savent pas mais ils pourraient le découvrir, et pour la peine je vous montre un deuxième exemple.

Bon j'ai triché pour prendre uniquement la partie qui m'intéresse, n'est pas bornien qui veut, les commentaires dans cet article de Clubic sont bien présents, mais ils sont refoulés complètement en bas. Au moment où j'écris ces lignes, on a franchi la barre des 40 smiley pour 3 commentaires. Ils sont tristes parce qu'on annonce que Jolla renonce à faire du hardware mais continuera quand même son aventure avec son système d'exploitation. Dans quelques temps vous verrez, il suffira de faire sauter les commentaires, les gens se contenteront des smiley et ça ira très bien, il ne s'agit que d'une étape intermédiaire sur ce qui sera l'avenir, un avenir sans commentaire ou un commentaire autrement.

Deux sites professionnels changent la donne, pourquoi ? Quelques pistes ?

Moralité. Tu es un gros site qui vit de la pub ou qui vit d'autre chose parce que tu as été acheté par un énorme groupe. Tu dois faire de la rentrée publicitaire, et finalement la seule chose que tu dois faire c'est convaincre ton public que les adblockers c'est pas bien et que ça tue le métier. Tu laisses quand même un espace de commentaire pour faire croire qu'on se soucie encore de ce que les gens à raconter, mais en fait on s'en fout complètement. Si par contre tu es un site alternatif et que tu dois jouer la carte des abonnements, alors là malheureusement pas le choix, il va falloir que tu fasses croire à ton lecteur que c'est un Werther's Original, que chaque mot écrit, tu l'as fait pour lui et qu'il est légitime qu'il s'abonne chez toi.

Voyez quand même comme tout est relatif. Je lis ici ou là que la liberté d'expression est menacée, que tout fout le camp, qu'on est surveillé, qu'on vit dans l'état policier. Et pourtant chaque jour en France, on perd un peu d'espace de parole. La faute à qui ? A l'état policier ? A la dictature ? Non, tout simplement à nos comportements, à nos attitudes, à notre société où l'argent passe avant le dialogue et quand on met le dialogue en avant c'est souvent pour l'argent.

Les commentaires de ce billet ont été exceptionnellement coupés ..... ;-)

Ce billet est tendrement dédicacé à Cascador

Ant Simulator, le projet Kickstarter qui payait alcool et strip-teaseuses

mardi 2 février 2016 à 20:36

Ah vous voyez avec mon obsession des projets où les gars partent avec la caisse et finissent à la piscine avec des filles et des moritos, et ben nous y voilà. On va en revenir du financement participatif, et la douche va être très très très froide. Quand on voit par exemple Jolla et sa tablette, un camouflet parmi tant d'autres, la clé HDMI FirefoxOS qui n'a jamais vu le jour, la ouya qui fut un fiasco, on se dit qu'ils ne sont peut être pas si nombreux les projets qui sont maîtrisés de main de maître et qui finissent en production. A force d'investir dans des projets bidons, dans des projets qui ne verront pas le jour, les gens vont se transformer en banquier et devenir "frileux", pour employer le vocabulaire de circonstances.

On a pensé qu'on arriverait à s'affranchir des intermédiaires pour avoir un service ou un produit directement entre le créateur et le consommateur, on va en fait se contenter simplement de changer d'intermédiaires. Fini peut être la FNAC et les grosses maisons institutionnelles pour embrasser les uber et autres facebook.

http://fr.ubergizmo.com/2016/02/02/ant-simulator-escroquerie-kickstarter.html