PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Linkedin dévisse de 28 % en Bourse

lundi 8 février 2016 à 14:00

L'analyse est intéressante, Linkedin c'est bien gentil mais ne te fait ni avancer dans ta carrière ni trouver du boulot. Dès lors quel intérêt si ce n'est de se faire mousser pour dire qu'on a dans ses cercles tel ou tel individu branchouille et influent. Il faudra donc certainement développer d'autres activités pour rendre attractif le réseau autrement. Décidément, cette fameuse révolution des réseaux sociaux, à part l'omniprésent facebook, on a quand même du mal à se dire qu'il y a de la place pour tous et que c'est tellement bankable. 

https://actualite.housseniawriting.com/technologie/2016/02/05/linkedin-devisse-de-28-en-bourse/13260/

Les sites d'économie numérique devront transmettre les revenus des utilisateurs

lundi 8 février 2016 à 12:00

Il est certain qu'il sera plus facile de faire payer les gens sur le territoire français que de faire payer les géants qui permettent l'existence de cette économie et qui sont malheureusement un peu trop virtuelle. Il y a quand même quelque chose qui me gêne profondément sur la démarche. Un gars fait du covoiturage et par le fait demande une participation aux frais, ce qui parait légitime. On invite au covoiturage pour limiter la pollution, mais finalement le type va se retrouver taxé, cherchez l'erreur. Un nouveau chantier intéressant de taxation intéressant pour l'état moins pour le contribuable, pendant ce temps là des géants de l'informatique comme Facebook continuent de s'engraisser et de générer des milliards sans qu'on soit capable de prendre la dîme. 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/02/08/20002-20160208ARTFIG00059-les-sites-d-economie-numerique-devront-transmettre-les-revenus-des-utilisateurs.php

 

Tout va très bien madame la "markize"

lundi 8 février 2016 à 08:00

S* me regarde et elle me dit c'est quoi un terrien ? Je lui réponds que c'est quelqu'un qui habite sur terre. S* me dit avec un grand sourire de celle qui est contente d'avoir appris quelque chose : "alors ça veut dire que je suis terrienne !". Je fais un projet informatique à l'heure actuelle sur le réchauffement climatique, je serais prof de français je me tirerais une balle. Les enfants pour me montrer qu'ils ont bien compris la consigne m'envoient le boulot par l'ENT en me mettant du bonjour et du cordialement, chacun me rappelant qu'il m'envoie le "travaille". Je ne me moque pas. Mes élèves me font souvent la réflexion que je suis horrible, qu'on ne sait jamais quand je plaisante ou pas, mais jamais je ne me moque, ces enfants savent lire, écrire, mais pas comme moi. Je ne me moque pas de ces enfants car demain c'est peut être l'une d'elle qui me fera manger à la maison de retraite, l'un deux qui me sauvera la vie si je m'écrase en voiture, je suis là pour contribuer au même titre que leurs parents à faire d'eux des citoyens honnêtes, je m'y dévoue corps et âmes quand j'explique 10 fois le même calcul pour les 10 gamins qui ne sont pas capables d'écouter, quand je gueule sur mon groupe de filles qui arrivent toujours en retard mais que c'est fini monsieur BORNE on le fera plus, ou quand j'explique à la petite T* qu'il faut qu'elle arrête en permanence d'employer le mot testicule.

On pourra me rétorquer que c'est l'enseignement agricole qui veut ça, qu'effectivement je ne travaille pas avec l'élite de la nation et pourtant ce genre de choses me fait penser qu'on est passé de l'état d'urgence éducative à la reddition : Adieu accent circonflexe, la réforme de l’orthographe va s’appliquer en septembre. On va passer à la moulinette 2400 mots pour y poser une simplification, vous verrez que dans quelques temps, le correcteur orthographique nous signalera une erreur quand nous serons quelques uns à écrire le mot oignon et pas ognon. On va essayer de s'extraire du débat pour regarder une situation de façon purement concrète. La langue française c'est quand même space, chou, hibou, genou, caillou et ce genre d'exceptions, la logique n'est pas toujours au rendez-vous même pour ceux qui la maîtrisent, alors si on a les moyens de la simplifier et bien faisons le. Si on fait l'analogie avec la voiture, on trouverait quand même bravement débile de faire un retour en arrière et de supprimer la direction assistée pour montrer comme on est des bonhommes. Si la technologie doit nous simplifier la vie pourquoi ne pas réformer notre langue pour la rendre plus simple, plus accessible. Je suis donc pour, mais à ce compte là allons y franchement, dépouillons la langue de toute sa complexité, que le travail s'appelle le travaille, ça se prononce pareil, même pareille, et au moins personne n'aura besoin de réfléchir quand il écrit. Acceptons dès lors la phonétique, le SMS, à partir du moment où c'est compris, c'est que le message est passé, no rules.

On pourrait s'interroger s'il s'agit d'une histoire d'oeuf et de la poule, est ce qu'on simplifie parce qu'il faut simplifier, est ce qu'on simplifie parce que notre jeunesse n'est plus capable d'assimiler la langue française, comme on a dégagé le latin et le grec, comme on dégagera bientôt d'autres choses. Si l'on doit pousser le vieuconnisme, la question qu'on peut encore se poser, décidément qu'est ce qu'on s'interroge, pourquoi les gosses avec un certificat d'étude, qui sont devenus ouvriers ou qui ont occupé de petites fonctions ont un niveau de français bien supérieur à celui des gens qui ont BAC +2 aujourd'hui ? Et de se dire que les méthodes du passé, de la règle écrasée sur les doigts aux règles répétées cent fois avaient peut être quelques vertus qu'il serait bon de remettre au goût du jour. Il serait simpliste de se rapporter à la société d'il y a 50 ans, sans informatisation à outrance, sans multiplication de l'information, avec une cellule familiale dure comme de la pierre en apparence, en se disant que c'était tellement mieux avant qu'il ne suffit que d'y retourner pour tout régler.

Nous sommes obligés de nous adapter à la société dans laquelle nous vivons, malheureusement nous n'évoluons que dans un sens, faciliter la tâche chaque jour un peu plus à l'enfant roi. Si on veut être équitable entre l'enfant de 1960 et l'enfant de 2010, il faut dire que l'enfant de 1960 sans télévision, sans loisir, avec maman qui ne travaille pas pour s'occuper de lui n'a que ça à faire que de lire et de travailler à l'école, quand l'enfant de 2010 est confronté à un ensemble de savoirs beaucoup plus important et une société bien plus difficile où papa et maman travaillent s'ils vivent encore et qu'il est par le fait davantage livré à lui même. Si on se dit qu'on évolue, c'est à dire que la génération de 2010 doit être capable de faire plus de chose que celle de 1960 est ce que la somme des nouveaux savoirs ajoutés compense le déficit en français mais aussi en histoire, en mathématiques, en culture générale, mais aussi pratique car aujourd'hui la majorité des gamins ont deux mains gauches pour reprendre l'expression consacrée ?

A mon sens non. Même si les gamins d'aujourd'hui savent utiliser des tablettes, des ordinateurs, des smartphones, l'internet, qu'ils savent socialiser, à force d'aller dans leur sens, c'est à dire donner trop de liberté, l'enfant roi, c'est la notion d'obligation qui est passée à la trappe et avec elle l'apprentissage qui est vu comme une corvée si bien qu'ils n'ont pas développé comme ils auraient dû le faire, de vraies compétences face aux nouvelles technologies. Quand je vois des gamines névrosées en salle informatique qui se lamentent parce que "ça marche pas", alors qu'il suffit de remettre le fil RJ45 que quelqu'un a trouvé drôle de retirer, on se dit que non seulement ça ne maîtrise pas les savoirs de base, mais ça n'a pas de logique face aux savoirs modernes. On ne raisonne qu'en terme de plaisir, il faut que l'école soit ludique, pas traumatisante, et par le fait on écarte la notion d'obligation sans poser de limites.

Notre vie est faite surtout d'obligations, de règles, et on aura beau tourner le problème dans tous les sens, si en 2016 on veut un slip propre, il faut le mettre en machine avoir de la lessive et avoir payé son eau et son électricité pour pouvoir faire tourner l'appareil qu'on a payé. Si on veut manger, il faut aller au supermarché faire les courses et se préparer son repas, c'est le quotidien de l'individu moyen, un quotidien parsemé d'obligations. Ognon restera trop difficile, d'ailleurs le gn alors qu'il y a le ni finira par poser des problèmes, on aura la tête de l'ognon pour arriver à onion pour finir par mettre une photo dans la tablette et la montrer à son prof. Dans cette démarche où on ne demande plus rien à notre jeunesse, tout sera trop difficile et la simplification même si elle a énormément de sens n'est pas faite pour les bonnes raisons.

Comme je l'écrivais il y a peu, on cherche à faire de la pédagogie innovante, on imagine que les tablettes qui se gamellent de 10% dans les ventes en 2015 vont révolutionner l'éducation, que la solution ne doit pas venir de nos bébés mais uniquement de nous même, on se flagelle parce que le niveau baisse, parce que les gamins s'en foutent complètement. On se remet en question à longueur de temps dans la culpabilisation de l'échec, personne ne met franchement les pieds dans le plat en disant qu'il serait peut être temps que les enfants fassent leur part du job en commençant à apprendre tout simplement, même si c'est pas forcément rigolo, même si ça ne les passionne pas, mais parce que parfois malheureusement dans la vie, tout n'est pas passionnant, et pourtant il faut le faire.

 

Astuce : augmenter le volume d'une vidéo

dimanche 7 février 2016 à 11:14

On m'a fait remarquer que ma dernière vidéo avait le son qui était particulièrement bas au début. Il s'agissait de la première vidéo que nous réalisions avec l'Alcatel, et comme la tradition veut que comme des équilibristes sans filet nous ne fassions qu'une prise, on a découvert qu'à un mètre c'est plutôt moisi et ça devient franchement plus clair quand ma fille s'approche. Les aléas du direct, ma bonne dame.

Pour augmenter le volume d'une vidéo sans recompression,

ffmpeg -i file.mpg -vcodec copy -vol 1024 file_louder.mpg

Le son est ici multiplié par 4. Cette astuce a été honteusement piqué dans le forum ubuntu-fr

Joue la comme FirefoxOS et rate ta cible

dimanche 7 février 2016 à 08:00

Dans la journée de vendredi, pour le monde libre, deux nouvelles se sont croisées, la mort de FirefoxOS, ah ah ah ah, pardon, et la sortie de la tablette Ubuntu Touch chez Aquaris où tout le monde note la possibilité d'avoir le continuum du pauvre pour environ 250 €. Aucun libriste n'aura pu zapper l'information, tout le monde est en train de jeter un coup d'oeil, et soudainement la société Canonical que je décrivais comme la société qui se contentait d'essayer en échouant beaucoup devient tout de suite beaucoup plus sexy. Comme exprimé dans le précédent billet je trouve que c'est cher pour ce que c'est. Ce que c'est, un système dont on n'a pas de vrai retour, un système sur lequel on ne sait pas si on pourra compter, un système dont on ne sait rien du marché d'applications. Quand à 80 € j'achète un téléphone Windows, j'achète un savoir faire Microsoft, je n'ai mis que 80 € et encore là on se rend compte que ça ne tient pas la route, et encore là les rumeurs d'abandon sont de sorties. A mon sens, puisque je suis devenu très fort en prévision, je pense que Microsoft ne va se concentrer que sur le très haut de gamme, Surface ayant l'air de quand même pas trop mal se vendre.

On a l'impression que dans le monde du libre on a raté une étape dans le succès de Linux sur le desktop. On pourrait croire que ma phrase est super vacharde, ironique, mais quand je vois que je pose aujourd'hui des ordinateurs sous Linux chez des particuliers, qui me demandent de le faire sans que j'ai proposé, raconté mon monde, on se dit qu'on a quand même gagné la guerre psychologique et qu'on peut dire merci au cloud qui fait qu'on a maintenant désormais surtout besoin d'un navigateur. Qu'est ce qu'on a raté ? On a raté le fait que Linux ne vient pas du neuf mais de l'occasion, que toutes les tentatives de vente de Linux neuf se sont écrasées comme des crêpes. Pourquoi ? Parce qu'à chaque fois qu'on aura sorti un produit, c'était un produit pas fini, les premiers netbook asus, la gamme Dell qui coûte un bras sous Ubuntu ou mon Asus d'ailleurs et dernièrement FirefoxOS 1.3 sur le ZTE OPEN C pour ne citer que lui. Linux pour l'heure et l'échec cuisant de FirefoxOS le montre doit passer par la petite porte, on doit pouvoir l'installer partout sans se poser de questions.

La petite Tatiana a eu le bon goût de planter son Lordi de la région et de me le laisser pour le week-end avec une description du symptôme extraordinaire "j'ai allumé, ça marche pas, enfin vous regarderez". Quelques centaines de virus supprimés plus tard, il marche curieusement mieux. Il s'agit d'un X360 beats, une machine plutôt sympathique, puisqu'il s'agit d'un hybride comme vous pouvez le voir sur la vidéo. J'avais dit que j'étais intéressé par ce genre d'appareil tout simplement parce qu'il me permettrait de me débarrasser de ma tablette et de mon portable pour ne conserver qu'une machine. J'y vois tout de même deux points négatifs, le premier c'est le poids, on est loin de celui d'une tablette, c'est lourd, le second c'est le système d'exploitation, il me semble qu'il n'existe rien pour fournir une expérience tablette avec nos distributions Linux. On peut penser ce qu'on veut de Windows 10 mais cela reste un système intéressant dans le sens où vous pouvez choisir d'utiliser votre ordinateur de façon classique ou de le basculer en mode tablette ce qui donne du sens à ce type d'appareils hybrides. Je n'ai pas fait de recherche approfondie, j'ai tourné sur "interface Linux tablette", "clavier virtuel linux" et on n'arrive pas à sortir grand chose. On se retrouve bien sûr avec du lien vers Ubuntu Touch, le système complet qui est utilisé sur les téléphones et la future tablette. Le système est disponible pour arm mais aussi pour x86, je télécharge et j'obtiens un tar.gz dégueulasse dans lequel j'ai l'arborescence complète et qui ne me donne pas envie d'aller chercher plus loin. Je ne comprends pas pourquoi je n'ai pas une iso qui s'installe toute seule. J'ai fait un test d'Ubuntu et de son interface unity, le tactile est reconnu sans problème comme c'était le cas pour HandyLinux d'ailleurs mais ce n'est pas adapté, les icônes sont trop petites, pas de clavier virtuel qui se lance, enfin bref, une interface pour PC mal ficelée qui ne vaut rien pour du tactile.

Linux, le libre, c'est quand même le championnat des occasions ratées en permanence, on nous a sorti un Gnome 3 bien trop tôt, un KDE 4 qui ne ressemblait à rien, les tablettes ne vont pas fort en ce moment totalement inaccessibles sont remplacées par des l'hybride qui possèdent de l'atom et donc qui sont compatibles avec du Linux, au lieu de se lancer dans la conquête de ses appareils par la petite porte on va encore se débrouiller pour rater le coche. Tant pis, c'est pas comme si on n'avait pas l'habitude.

A la caméra, la présidente du syndicat des enfants, vous apprécierez le fait que j'ai réussi à tenir sans me moucher, tousser ou éternuer pendant moins de deux minutes, j'ai quand même gardé une belle voix d'hommes.