PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Nos entraves

lundi 29 février 2016 à 08:00

J'évoquais dernièrement les réseaux sociaux, Arpinux en rajoutait une couche en disant que c'était la société qui nous poussait à être communiquant, à socialiser, à utiliser ce type de réseau. Je partage à moitié, je pense que les réseaux sociaux sont une mauvaise évolution des forums qu'on a pu connaître. Mauvaise pour une raison mainte fois répétée, alors qu'on allait sur les forum pour évoquer un sujet collectif, informatique, bande dessinée, poterie, dans le réseau social c'est sa personne qu'on met en avant et nécessairement cela donne les excès qu'on connaît, tout faire pour se faire remarquer quitte à mourir en faisant un selfie. Non seulement les réseaux sociaux sont mauvais car ils poussent au narcissisme, ils sont mauvais car ils ne facilitent pas la conservation, le tri des échanges, et encore quels échanges, ils sont devenus encore plus mauvais puisqu'ils sont désormais les poubelles des billets de blog ou des sites qui ne veulent plus voir les commentaires. Mais je m'égare, ici il s'agissait juste de souligner que les réseaux sont une entrave technologique qu'on se rajoute, une entrave dont on se passait parfaitement il y a quelques années et qui aujourd'hui nous parait incontournable. Laissez moi vous raconter l'entrave des années 2000 que se mettent eux mêmes les parents, le téléphone portable pour gosse. 

Nous sommes en décembre 2014, souvenez vous c'est à l'époque où j'ai flingué blog-libre, on se prend dans le sud de la France des pluies qui sont colossales. Le bus de mon fils main innocente, c'est un peu la loterie, on ne sait pas s'il va passer, on ne sait pas s'il va rentrer. Pour nous sécuriser avec sa mère nous achetons un mobile au gamin, le mobile le plus pourri soit il, du genre le mobile à 10 € qui fait même pas mp3. Avec le recul on a découvert qu'il y avait un site qui indiquait parfaitement les horaires et qui prévenait le cas échéant si le bus passait ou pas, son collège est particulièrement performant et informe les parents en cas de problème, mais c'était trop tard, le mal était fait, on avait ouvert la boîte de Pandore. Connaissant mon fils, un smartphone c'était même pas la peine, je m'y suis toujours opposé, on aurait eu un gosse planté devant l'écran 24/24. Avec un simple téléphone, on a eu droit aux SMS envoyés pendant les cours, aux SMS envoyés pendant la nuit, au téléphone portable perdu, des centaines de SMS envoyés avec un vieux clavier. J'ai fait jouer la pédagogie dans tous les cas, en le faisant asseoir à côté de moi et en lui montrant qu'avec le panneau Free, il était facile de voir les SMS envoyés, à quelle heure, les appels. Je n'ai jamais demandé, le motif, le destinataire, c'est sa vie privée, moi je me contente des horaires, c'est interdit d'envoyer pendant les heures de collège, c'est interdit chez moi d'envoyer la nuit, la nuit on dort. La semaine dernière alors que ma femme était en voyage scolaire en Espagne et que j'avais donc encore un peu plus de choses à gérer, l'enfant qui est naturellement fourbe a envoyé des SMS jusqu'à 21h30 alors qu'il devait dormir, a envoyé des SMS durant le temps scolaire, en classe. C'était une journée où il a envoyé un nombre conséquent de message, ça sent l'émulation, le genre de choses où il faut impérativement avoir l'actu, une pression que les blogueurs connaissent bien quand on regarde parfois les commentaires d'un billet où l'on sait que les réactions peuvent dégénérer. La différence, c'est que le gamin lui, et ce n'est pas sa faute, ne gère pas, il n'a pas la capacité, j'en connais peu d'ailleurs. Cinq fois averti, j'ai découpé sa carte SIM et envoyé la résiliation chez Free qui perd un abonné. 

Je n'en tiens absolument aucune rigueur à mon gamin même si sur le coup c'est particulièrement rageant et qu'on aimerait que les choses soient différentes, après tout c'est nous qui lui avons mis le téléphone entre les mains. Au lycée, je le vois, l'un des problèmes majeurs c'est le téléphone, les gosses sont dans la tentation de savoir ce qui s'est passé sur facebook, étant donné que les réseaux sociaux sont le direct prolongement de leur vie sociale. Les parents se plaignent sans cesse de l'utilisation abusive, confisquent mais jamais ne résilient comme si c'était un acte impossible, un peu toucher au domaine du sacré que de résilier la ligne de son gamin. 

Si on s'écoutait on irait greffer un GPS sur nos gosses, les faire poursuivre par des drones, quand il y a plus de 25 ans, on partait, on donnait une heure de retour, et on rentrait généralement. Même si on voit régulièrement des gens qu'on réussit à localiser grâce à leur téléphone portable, malheureusement si la fatalité doit se produire, il y a peu de chance pour qu'on puisse prendre le téléphone et avertir qu'on est en danger, seulement dans les mauvais films.

Désormais quand mon gamin va se coucher, je n'ai pas besoin d'aller vérifier si le téléphone a bien été déposé à l'entrée, je n'ai pas besoin d'aller pointer de temps à autres pour voir si des SMS n'ont pas été envoyés en temps scolaire, c'est une entrave de moins, une entrave que je m'étais posée. Lui, la nuit il dort, et j'ai envie de croire qu'il a meilleure mine, il n'a pas l'air en manque plus que ça. A 13 ans il n'a pas créé de compte facebook, il m'a demandé l'autorisation de créer un profil youtube pour s'abonner à ses chaînes de vidéo, personne n'a l'air d'être lésé, la vie continue avec un stress de moins.

Je vois dans mon petit univers libriste des gens s'agiter pour la "bonne" cause, leur cause en tout cas. Pour moi le combat se déplace de plus en plus vers le trop plein, le superflu qu'on s'impose parfois en croyant bien faire, ces chaînes qu'on se pose et qui vont au-delà de la notion de libre ou de propriétaire mais bien du réel besoin à définir. 

Toi aussi code avec Bronco le dimanche et deviens un warrior

dimanche 28 février 2016 à 16:00

Nous n'avons pas fait d'annonce sur la version 2.3 de BoZon mais elle est sortie, en fait on n'a pas fait d'annonce car je rencontre de lourds problèmes de lenteur. Nous traquons le bug depuis deux jours, ça fait peut être plus de dix heures que nous passons du temps par nos jabbers interposés. Il se trouve que comme d'habitude, je suis dans le cas extrême c'est à dire que j'ai un BoZon avec plus de 30.000 fichiers. L'arborescence met plus d'une minute à s'afficher. Travailler avec Bronco c'est ça : 

(15:51:32) Bronco: au passage, le blème ne vient pas de mes optimisations :-P
(15:51:57) cyrille: au passage le problème n'existait pas avant
(15:52:28) Bronco: pourtant il aurait du !
(15:52:49) cyrille: et tu l'expliques ?
(15:53:52) Bronco: ben c'est en générant la liste des dossiers et sous dossiers qu'il fait ça...
(15:54:16) cyrille: et pourquoi il le faisait pas alors qu'il aurait dû le faire
(15:54:17) Bronco: bon, c'est un peu à cause de l'optimisation, je pense...

(15:56:39) Bronco: tu veux rire ?
(15:56:47) cyrille: oui vas y
(15:56:59) Bronco: si tu avais fait ctrl+u dans ton navigateur, tu l'aurais vu de suite ^^
(15:57:14) Bronco: 30000 lignes de code, ça ce voit ! :-D

Faudrait qu'on diffuse un jour nos logs, à ce niveau là c'est du bétisier du développement. A l'heure actuelle, j'ai un temps d'avance, c'est à dire que je suis en 2.3.1b, on reviendra plus sérieusement quand on aura fini la chasse aux bugs sur les apports. Cette 2.3.1b apporte des optimisations au niveau des accès, il y a en effet tout un contrôle à exécuter sur les liens morts par exemple. Du fait de ne pas trouver le bug, est apparu la possibilité de positionner un debug dans le fichier de configuration. 

Le projet se porte plutôt bien on voit désormais apparaître dans le github des remarques en anglais, si vous voulez donner un coup de main à la visibilité du projet n'hésitez pas à le valoriser dans github ou dans alternativeto, Eauland fait un travail considérable et code désormais l'application avec de nombreux merge. Plus nous serons nombreux à utiliser, à tester plus il sera facile d'avancer et de faire des remontées d'où l'intérêt d'attirer du monde et espérer avoir des gens qui vont faire des thèmes par exemple ou apporter des corrections. Owncloud n'est pas une fatalité, si vous voulez un projet léger, francophone, que vous pouvez tester en quelques minutes, si vous aimez les rapports de bug obscurs, BoZon est certainement fait pour vous. 

Bédés, février 2016

dimanche 28 février 2016 à 08:00

Pendant la guerre de sécession, une ville qui s'est mis en retrait de tout et qui essaie d'appliquer d'autres lois, une forme de communisme. Ca ne marche pas très fort, les gens sont tendus, et crèvent quand même un peu la dalle mais restent car ailleurs ils se disent que c'est encore moins la fête. Dans la forêt, vit une créature un peu étrange qui a un lien particulier avec un enfant qui ne dit rien, les événements se précipitent un groupe de nordiste noir déserteur vient dans la ville, la bête se fait capturer, la révolte gronde. Fraternity est un diptique pour le moins étrange qui mélange tous les genres, fantastique, historique, pour s'en sortir pas trop mal avec un dessin qui claque tellement qu'on se demande si on n'est pas plus tolérant avec l'histoire.

Les bandes dessinées de pirates modernes sont assez rares pour être signalées, à part Long John Silver, on n'a pas eu grand chose à se mettre sous la dent. Un galion se fait attaquer par le Barracuda, CE SOIR J'AI DE LA FIEVRE ET TOI TU MEURS DE FROID !, à son bord, une dame noble, sa fille au caractère bien trempé, un gamin efféminé qu'on habille en fille pour que ça passe et dans les gens qui abordent le fils du capitaine. On va suivre leurs aventures sur une île où tout est autorisé à partir du moment où on a les papiers pour le faire, ça ne manquera pas de faire penser à Assassin's Creed chez les pirates. De l'amour, un diamant géant, de la vengeance venue d'un passé qu'on croyait oublié, c'est vraiment de la grande bédé d'aventure qui en fait certainement trop au point qu'on pourrait en faire une série sur TF1 mais la mayonnaise prend de suite et on en redemande.

Le triangle secret est à l'origine une bédé qui s'est déclinée en un tas de spin off, les gardiens du sang en fait partie. L'histoire est assez complexe, mais dans l'idée c'est de la théorie du complot autour de Jésus. Les gardiens du sang est une branche secrète de l'église méga puissante composée de moines généticiens, rien que ça, qui s'est donné comme mission de créer un premier être immortel à base de techniques méga ancestrales qu'auraient utilisé Jésus. Oui c'est un peu tiré par les cheveux, mais c'est comme ça. Seulement leurs plans vont être contrariés par le mystérieux rectificateur, un gars qui tue tout le monde pour empêcher que ça se produise. Le gardien du sang fait partie de ces bandes dessinées où il vaut mieux ne pas se poser de questions et se contenter de lire. Le suspense qu'on essaie de nous faire passer sur l'identité du rectificateur alors qu'on le sait dès qu'on le voit apparaître est certainement l'un des moins crédibles de l'histoire de la bande dessinée franco-belge. La bande dessinée par contre, alors qu'il y a de très nombreux protagonistes qui interviennent est un modèle de clarté scénaristique, on comprend tout du début jusqu'à la fin sans avoir besoin de revenir en arrière. 

J'avais présenté je pense en 2014, un des albums du block109 sans avoir conscience qu'il s'agissait d'une série complète, je viens de me faire la totale. Block109 c'est ce qu'on appelle une uchronie c'est à dire que les auteurs réécrivent l'histoire et imaginent ce qui aurait pu se passer si certains événements c'étaient produits ou non. Ici le postulat c'est qu'Hitler se fait assassiner, que les états unis se prennent une bombe atomique monumentale dans la face et que technologies soient plus avancées au point de créer un virus zombi. La bande dessinée nous fait donc passer d'une Allemagne qui veut faire un génocide colossal pour ne laisser que l'élite en terme de survivants, aux états unis ravagés en passant par l'Australie ou à un héros de Cinéma, genre Batman nazi qui pète les plombs et se met à tuer des tas de hauts responsables. Il s'agit d'une série très inégale au niveau du scénario et du dessin avec le tort de multiplier les personnages sur certains albums et de ne pas avoir un dessin suffisamment clair pour qu'on puisse s'en sortir sans revenir en arrière. Je rajouterai de plus que cette uchronie même si elle bouleverse la guerre puisque ce sont les allemands qui gagnent n'est pas assez forte à mon goût pour me faire entrer dans l'histoire. 

Atalante fait partie des héroïnes belles et rebelles de la bande dessinée franco-belge, il s'agit des aventures d'une guerrière de la mythologie grecque et accessoirement une série tenue par Crisse. Crisse, les gens de ma génération et les plus anciens avons un contentieux avec ce Monsieur, un dessinateur hors pair, qui s'est lancé dans des tonnes de bédés en même temps et qui a arrêté ou refilé le bébé. Ishanti fait partie des bédés abandonnées, un seul tome et puis s'en va, l'album avait à l'époque marqué les esprits, les couleurs étaient informatisées à outrance, il s'agissait des aventures d'une jeune danseuse dans l'ancienne Egypte. Avec Atalante Odyssée, Crisse réalise ce qui me semble être un première, un cross over entre son personnage à succès puisque la bédé n'est pas terminée et un personnage abandonné depuis une dizaine d'années. Pour réaliser cet exploit quoi de mieux qu'une porte temporelle pour passer d'un univers à l'autre et vivre des aventures bien niaises. Un dessin plutôt joli qui fera penser à du Disney, un scénario qui s'adresse à un public quand même assez jeune, c'est gentil, pas plus. 

Dans les années 2000, l'apparition dans une soirée très mondaine de Christopher Dantes, un milliardaire riche à en crever, beau gosse et énigmatique. Qui est-il, d'où vient-il, pourquoi s'oriente-t-il vers ce groupe de personnes. Retour dans les années 80, une banque fait anormalement confiance à l'un de ses jeunes banquiers et son ami, pour assurer de lourdes transactions en bourse, le jeune homme va de plus en plus loin, des erreurs se produisent de façon anormale, la banque prend toujours tout avec le sourire, il accepte des transactions qu'il ne devrait pas et c'est le drame, la banque fait faillite, il est le dindon de la farce. Il ne faut pas être polytechnicien pour avoir compris que c'est bien des années plus tard sous les traits du milliardaire que le jeune homme vient se venger. Dans la lignée des Largo Winch, une excellente série. 

Deux enfants se voient confier un masque, et ne peuvent le retirer, on demande à chacun d'eux l'animal ou l'insecte auquel il pense, la fourmi qui va devenir le maître de la pègre parisienne et l'abeille qui va finir en Napoléon Bonaparte, rien que ça. Double masque est une bédé historique qui met en scène dans les personnages principaux Napoléon comme on l'a compris, ses ministres et la torpille, une espèce de racaille qui règle les problèmes, un peu trop nombreux à mon goût d'ailleurs et qui ne font pas avancer l'histoire. Je suis réservé sur cette histoire à laquelle j'ai beaucoup de mal à adhérer, la trame de fond intrigue, l'origine des deux masques, la ressemblance entre les deux hommes mais ça n'avance pas, ça part dans toutes les directions, dans les intrigues, tout ceci n'étant qu'un prétexte à faire de la bédé historique, il fallait mettre alors directement les pieds dans le plat et rejeter le fantastique. 

Les carnets de Darwin est une bande dessinée d'action dont le héros est Darwin, ça nous ferait presque penser aux bandes dessinées bizarres de Larcenet. Une série de morts horribles se produit sur la construction du réseau ferroviaire, les gens sont tellement massacrés qu'on a peine à croire qu'il s'agit d'un animal ordinaire, alors on appelle Charles Darwin, expert en évolution qui pourrait peut être expliquer d'où ça vient, et par le fait trouver une nouvelle espèce, ou une espèce mythique, genre un griffu. Plutôt sympathique comme bande dessinée, avec son personnage central qu'on attend pas nécessairement en héros, et qui cache un bien lourd mystère. 

Le premier tome des chroniques barbares est peut être l'album de bédé le plus gore que j'ai eu l'occasion de lire. Il raconte l'arrivée des barbares en France, décapitant, torturant, violant tout ce qui passe dans les parages. Dans un monastere, un novice arrive à s'échapper et réussit à trouver refuge dans la chambre d'une princesse que vient justement récupérer le prince Vicking, la faute à pas de chance. La jeune femme met du poison dans la coupe mais n'a pas le courage de la boire, c'est le prince qui le boit et tombe raide mort, le moine enfile la tenue du prince et nous voilà partis pour une supercherie qui va durer trois albums. Au tome numéro 4, on réalise que le prince n'est pas mort et qu'à son réveil on l'a pris pour le moine, nous voilà cette fois-ci partis pour un récit avec une teinte de fantastique mais beaucoup moins passionnant. Une bédé assez sordide qui se laisse bien lire. 

Dans le futur, les vampires ont pris le pouvoir, il reste néanmoins des poches de résistance. Parmi elles, une jeune femme, ses parents se font massacrer devant elle, et curieusement elle est la descendante des dieux, bla bla vengeance, bla bla tombe amoureuse d'un loup garou, bla bla devient la représentante de l'église pour sauver le monde, bla bla happy end. Les fugitifs de l'ombre vous l'aurez compris, ne m'a pas vraiment emballé, un scénario pas vraiment formidable, un dessin intéressant mais inégal notamment au niveau des proportions des personnages, quelques planches très réussies mais pas ma tasse de thé. 

Un scientifique au Tibet fait une découverte particulièrement surprenante, Jésus après avoir été crucifié, serait parti de la Palestine pour cette destination justement. Alors qu'il pense apporter cette découverte aux Etats Unis, nouvelle qui mettrait quand même à mal la religion catholique, le monastère dans lequel il séjourne se fait attaquer par les Chinois, nous sommes dans les années 50 et ça ne rigole pas. Sa fille qui n'a pas de nouvelle, part sur ses traces en compagnie d'un beau et ténébreux détective. Le manuscrit interdit nous refait la énième variante sur Jésus, ben il a pas fait ce qui est écrit dans la bible, et le fait de façon très classique, d'autres ont trouvé des pistes bien plus originales. Une bédé moyenne. 

Un peu de retour technique 6, dav chez o2switch, evolution à la place de Thunderbird, plus de portable

samedi 27 février 2016 à 14:00

Dans les commentaires wiltur écrivait que pour chaque compte mail de o2switch il était possible d'avoir un calendrier, des contacts en dav ce que je n'avais pas vu. En fait vous allez dans la configuration des comptes de messagerie et vous faites "plus". Toujours d'après Wiltur ça marche, néanmoins il rencontrait des problèmes similaires avec le plugin SOGO pour avoir dav. J'ai eu de plus des soucis avec le calendrier avec une synchronisation un peu pourrie, du genre, j'ajoute une date, elle met quatre minutes avant d'apparaître, j'ai donc commencé à m'énerver tout seul. J'étais tellement énervé, désespéré, que j'ai installé la suite Kontact de KDE. C'est à la limite du honteux, alors que dans Thunderbird il faut faire les bricolos, cardav ou caldav sont parfaitement gérés. Bon après c'est du KDE, l'intégration das Xfce c'est pas ça, j'ai installé Evolution, même combat, tout est parfaitement géré, salut Thunderbird, on t'aimait bien avec ta messagerie instantanée qui manquait à moitié et tes cinq mille plugin à installer pour arriver à un résultat. Je n'ai donc plus de produits Mozilla sur mon PC, mon seul et unique PC. L'intégration d'Evolutiond ans Xfce ne pose pas de problème, la présentation fait quand même largement penser à Thunderbird ce qui ne déroute pas l'utilisateur.

Vous m'avez vu l'évoquer, je n'ai plus besoin d'ordinateur portable du fait de ne plus m'absenter de chez moi pendant deux mois, et d'avoir des ordis partout au lycée. J'ai donc donné mon X201E à ma fille qui avait un netbook 10 pouces, elle se ruinera moins les yeux et direction le bon coin, on verra ce que ça donne. J'ai installé Handylinux sur son poste, la prise en main s'est faite en quelques minutes, l'installation aussi d'ailleurs, je n'ai pas eu besoin d'aller bricoler comme un malade pour configurer une debian de base. 

Et comme je suis un grand malade j'ai acheté un chromecast 2 à 25 € sur priceminister, je pense que je vais faire du geogebra depuis mon téléphone portable sur le vidéo projecteur. 

Un contributeur de diaspora* lance son Crowdfunding

samedi 27 février 2016 à 10:07

Il s'agit d'un crowdfunding bien spécifique, il s'agit en fait de coder la fameuse possibilité d'exporter et d'importer ses données. L'export m'étonne un peu, j'avais pu récupérer au moins les textes quand j'ai supprimé mon compte de framasphère, l'import je n'ai pas essayé. Le crowdfunding ponctuel sur une partie de code très spécifique est une excellente idée, j'ai vu que Fla* avait relayé l'information, ce qui pour moi donne une caution au développeur. 

J'espère sincèrement, oui je suis capable d'utiliser le mot sincèrement au premier degré, que le projet sera financé et qu'il va aboutir, cela permettrait je pense de montrer que crowdfunding et diaspora* c'est possible. 

http://genma.free.fr/?Un-contributeur-de-diaspora-lance-son-Crowdfunding