PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Kev Adams détrôné au classement des personnalités préférées des 7-14 ans

mardi 8 mars 2016 à 21:03

Ca doit quand même être un sacré soulagement pour Kev Adams. Cela dit si les gosses ne l'aiment plus, ce n'est pas forcément pour cela que les adultes ont de la considération pour lui. Et le jour où la calvitie le frappe ... J'ai peur pour lui. On notera que les youtubeurs sont désormais les nouvelles stars, j'attends avec impatience les numéros d'envoyé spécial ou de zone interdite sur l'enfer et les coulisses de youtube pour briser le rêve. Que c'est trop bien l'internet !

http://www.20minutes.fr/societe/1802455-20160308-kev-adams-detrone-classement-personnalites-preferees-7-14-ans#xtor=RSS-145

Déconstruisons ensemble l'article de mon camarade Alterlibriste

mardi 8 mars 2016 à 08:00

Avec quelques semaines de retard Alterlibriste écrit cet article : Agir pour le libre sans faire ni défaire où il commente sans le dire mes exploits de Cyrille contre le reste du monde libre, rappelez vous de ma petite passe avec le Framasoft par exemple. Le message si je devais le synthétiser c'est que la baston entre nous c'est rigolo, la baston quand elle est visible de l'extérieur c'est moins rigolo, et plutôt que de tirer sur tout ce qui bouge, mieux vaut mettre en avant un projet qui nous tient à coeur, plutôt que de tirer sur des projets qui ne nous tiennent pas à coeur, c'est pas faux mais ce n'est pas suffisant et l'un n'empêche pas l'autre. 

On va parler d'abord de contexte, Alterlibriste fait partie des gens que j'apprécie dans le libre pour quelques raisons simples : il a de l'humour, il vit les choses avec un certain recul et pas comme si on avait traité sa mère, il est capable de dire quand il s'est planté et il fait partie des gens pour qui bloguer n'a pas d'enjeu. Quand je lis Alterlibriste, j'ai envie de le lire, il n'a rien à me vendre, il m'écrit un billet pour moi en plus pour expliquer par exemple que ce n'est pas parce que je ne comprends pas quelque chose que forcément dans ma vision simple, simpliste des choses, je dois le découper à coup de hache, la quadrature du net pour ne citer qu'elle. 

Dans la majeure partie du billet, il a raison et j'en ai pris mon parti depuis un moment, vous ne me verrez plus évoquer les associations dont je ne comprends pas l'action, dont l'action me semble floue, dont je ne suis pas d'accord avec la façon de fonctionner. Je préfère évoquer Montpellibre dont je suis les actions depuis mon flux RSS, le travail de terrain est vraiment conséquent, ces gens prennent de leurs temps pour aller expliquer le libre, c'est un vrai travail d'évangélisation. Je préfère mieux parler de BoZon que je teste et que j'utilise au quotidien, d'Handylinux qui fait un vrai travail d'accompagnement des noobs sous Linux ou de la future version de pluxml qui devrait sortir, je mets effectivement mon énergie dans quelque chose de positif, plutôt que de frapper sur les "copains". 

Il y a néanmoins une partie du problème que néglige mon confrère dans son analyse, c'est qu'il demande à l'expert de se taire quand il voit un projet mal ficelé et qui pourrait emmener des gens dans le mur. Il y a quelques temps, je faisais un test à la va vite de la distribution Primtux, je trouvais que l'idée de remplacer Asri de base puppy linux par une debian était une franchement bonne idée, elle l'est toujours. A l'époque de Asri on avait encore des machines du type 486DX, aujourd'hui le bas du panier c'est du pentium IV cadencé à 2 GHZ. Très enthousiaste, j'ai donc fait mon billet sans pousser jusqu'à l'installation. Ideefixe qui bosse chez Handylinux et chez Primtux est quelqu'un qui sait pousser les choses vers l'avant, il communique, il écrit aux blogueurs, enfin bref, on est plusieurs à faire les choses de la même façon et on dit bravo. Cep, qui pour ceux qui le croisent depuis plus d'une dizaine d'années dans le forums dont celui d'Ubuntu fait partie des gens qui ont de très lourdes connaissances en Debian, teste la distribution et ici même la fracasse joyeusement en expliquant qu'elle ne remplit pas les conditions sécuritaires de base de construction d'une distribution. J'en rajoute une couche en poussant jusqu'à l'installation de la distribution et je dis que je me suis trompé et qu'effectivement la distribution est mal finie. Et là vous le savez, dès que je suis au milieu de quelque chose ça tourne mal, pour ne pas dire que ça part complètement en sucette, le développeur de la distribution très à cran, stoppe la distribution, on se fait pointer du doigt, enfin bref la routine. Il y a de cela quelques semaines, Cep refait le test de la distribution. Toutes les remarques, l'installation, la construction des paquets, tout a été modifié, les rapports sont désormais cordiaux entre les deux hommes, moi je ne dis rien parce que je ne suis pas intelligent et rancunier. 

Moralité : si on suit à la lettre la vision d'Alterlibriste, on n'avertit plus. Il évoque effectivement la notion de "ne faire de mal à personne", mais c'est une notion qui peut être discutable. En gros, si on caricature, car j'aime bien caricaturer, ça signifie que si je sais qu'un projet va droit dans le mur, que je connais la raison, que je peux parfaitement l'argumenter, que ce projet à terme pourrait entraîner des problèmes aux futurs utilisateurs du logiciel, je ne dis rien. 

C'est ici qu'il faut trouver la frontière, l'équilibre, la limite, l'auto-censure, la façon de dire les choses ou de ne pas les dire, publiquement ou en privé et c'est le plus difficile à gérer car on va tâter directement de la réaction des hommes et des femmes qui sont derrières les claviers. J'ai dernièrement fait un article sur Piqo, le raspberry Pi "assemblé" en France, c'est un projet dont on a beaucoup parlé, j'ai même un collègue que j'avais passé sous Xubuntu qui m'a écrit un mail pour me dire que le projet était séduisant. Si on va dans le sens que propose Alterlibriste, personne ne dit rien, personne n'explique qu'il est aussi possible de commander cette carte à la source, que c'est un produit anglais, qu'on peut en faire un mediacenter, et que désormais pour 35 dollars on a la version wifi. On sait mais on se tait histoire de ne froisser personne. 

Oui Alterlibriste a raison dans les grandes lignes. Néanmoins si on sait quelque chose, si on voit une erreur, il n'est pas honteux de la corriger, de faire remarquer la faiblesse du plan. Il vous suffit de lire mes commentaires que je publie tous pour réaliser que je raconte souvent n'importe quoi, qu'on vient souvent me corriger et qu'il m'arrive de changer de point de vue parce qu'on m'a expliqué que j'étais dans le faux. Et oui charité bien ordonnée commence par soi-même. Néanmoins, car il y a toujours un mais, si j'ai la certitude de voir que quelque chose ne tourne pas rond, je l'exprimerai, car j'aurai l'impression d'une dissimulation de preuves. 

Quelle image pour l'extérieur ? Aujourd'hui si par hasard vous tomber sur mon billet de blog, vous direz. Il y a ce gars un peu libriste mais pas trop qui explique qu'il faut mettre en avant les projets dans lesquels on croit mais tailler à la hache les gens dès qu'on voit qu'ils sont dans le faux. Vous avez le lien vers mon collègue qui prône la positive attitude. Deux avis, pas totalement différents mais pas vraiment pareils, écrits sans violence, je pense que nous avons davantage enrichi le sujet que moisi. Si effectivement tout le monde y allait d'un avis différent ça serait un peu la pagaille mais nous n'en sommes pas là. J'évoquais il y a quelques jours la difficulté de trouver des vrais sites de tests, et que parfois au détour de la toile on trouvait des gars qui exprimaient quelque chose de totalement différent des numériques, plus on aura d'opinions, mieux ce sera. Si elles convergent toutes dans le même sens, si elles sont majoritaires, alors on peut avoir envie de croire en l'opinion, si par contre elles sont divergentes, on aura peut être plus envie de se poser de questions. Car après tout, si les gens ont le droit de forker à profusion, nous avons le droit de forker l'opinion bien pensante si elle ne convient pas, n'est ce pas cela l'esprit libre ? 

Numérique à l'école: l'Institut Montaigne demande une vraie stratégie

lundi 7 mars 2016 à 21:00

L'article met les pieds dans le plat à plusieurs niveaux, ce qui m'intéresse c'est ça : le numérique doit être envisagé comme «un nouveau savoir fondamental, au même titre que parler, lire, écrire et compter». Il faut quand même se dire que comme pour l'informatique, derrière savoir lire écrire ou compter il y a un enjeu commercial, il y a des méthodes qui sont vendues derrière, plus ou moins bonne. La véritable différence entre l'informatique et le savoir lire écrire compter c'est que l'enseignant dont c'est le métier aura la capacité de dire si telle ou telle méthode est valable. En ce qui concerne l'informatique, il n'a pas de recul et sur les méthodes, et sur la pratique, et sur les appareils, si bien qu'il se contentera de suivre bêtement le choix du prestataire. 

Écrire ça veut dire quelque chose, c'est globalement quelque chose qui est encadré, on sait où on va. Que veut dire le numérique ? La gestion de tout appareil électronique ? Être au courant des dernières tendance et savoir s'adapter ? Coder ? Gérer un réseau ? Maîtriser les fichiers Multimédia ? On sort complètement de la fonction d'enseignant traditionnel pour aller vers d'autres compétences que les enseignants n'ont pas et qu'ils ne devraient pas nécessairement avoir. 

Pas demain la veille qu'on sortira du bourbier informatique, tant que l'état ne dira pas stop aux sociétés pour poser les bases de l'informatique qu'il veut avoir, on continuera dans le grand n'importe quoi. 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/07/01016-20160307ARTFIG00009-numerique-a-l-ecole-l-institut-montaigne-demande-une-vraie-strategie.php

Publicité dissimulée : premières sanctions contre les YouTubeurs avant l’été

lundi 7 mars 2016 à 20:14

Logique, il est nécessaire de savoir si l'on regarde un véritable avis ou une publicité. On parle ici d'arrangement à l'amiable, de youtubeurs qui sont concernés et qui seront sanctionnés avant l'été ce qui veut dire que ça existe, que ce n'est pas une légende et que nous ne vivons pas au pays des bisounours. Nous ne serons néanmoins pas informés ce qui est bien dommage, puisqu'on s'arrange à l'amiable, l'image que certains présentent, ce côté on est tous amis, en aurait peut pris un coup si on découvrait que le produit miracle dont on exposait les mérites n'avait finalement que pour mérite de donner un gros chèque à la sortie. 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/07/publicite-dissimulee-premieres-sanctions-contre-les-youtubeurs-avant-l-ete_4878086_3234.html#xtor=RSS-3208

Mars à ma fenêtre : another brick in the wall

lundi 7 mars 2016 à 08:00

Au moment où vous lirez ces quelques lignes j'aurai repris le chemin de l'école, deux semaines de vacances où je n'aurai pas chômé. Des travaux, bon sang qu'est ce que je vais m'ennuyer quand il n'y aura plus de travaux à faire, je vais prendre 40 kilos tant l'activité physique est intense. Voici, le mur, pas celui de la honte, bien au contraire, le mur du mérite, le chantier d'une vie d'homme, celui que tout homme doit faire, comme avoir une rollex à cinquante ans, pour moi c'est ça. 

On a fini samedi, j'écris comme souvent par anticipation et quand je dis que j'aurai repris le chemin de l'école, c'est peut être faux, du vent, de la pluie, du froid, rien ne nous aura été épargné dans cette journée, je serais peut être au lit avec 58° de fièvre. Vous noterez le coffrage sur la gauche dans l'esprit bornien, on coffre avec ce qu'on trouve, ce n'est plus du coffrage mais une oeuvre d'art. Samedi prochain, il faut couler sur le mur d'en face une semelle supplémentaire qui accueillera les platines pour le grillage, et faire un coffre de plus sur la droite dans la prolongation du mur bizarre en pierre du voisin. Quand ceci sera fait il faudra que je me débrouille pour boucher les espaces entre le mur et la clape, à certains endroits c'est plus d'un mètre à boucher, il va certainement falloir que j'aille récupérer des gravats à la déchetterie, joie dans la maison éternelle, après avoir jeté des tonnes, je vais retourner en chercher, le gardien va me prendre pour un fou.

Ces vacances auront été aussi l'occasion de faire du debug sévère pour BoZon, je tourne au moment où j'écris ces lignes sur la version 2.3.1.g. Quand on voit l'application à ses débuts, un simple upload dans un répertoire, pour aujourd'hui ressembler de plus en plus à une alternative à une partie de owncloud, ça laisse rêveur, tant de travail accompli. J'évoquais les réseaux sociaux, ma mauvaise utilisation, mon expérience plutôt négative, ben le moins qu'on puisse dire c'est que tout le temps passé à raconter des conneries est désormais mis à meilleur escient je pense dans un projet que j'utilise de façon quotidienne. C'est banal de l'écrire mais cela reste vrai, moins de temps passé sur les réseaux plus de temps passé pour faire autre chose. L'aspect socialisation qui me manquait est en fait largement compensé par les heures passés avec Bronco que j'ai épousé secrètement dans la semaine. Je préfère mieux me recentrer sur un nombre réduit de personne, si vous voulez taper la discute vous avez mon jabber cborne@dukgo.com

Je n'ai plus d'ordinateur portable, on verra prochainement quelles sont les solutions que je mets en place, je réalise en fait que je m'oriente de plus en plus vers le cloud, mais un cloud partiellement auto-hébergé, partiellement dans le sens où la totalité de mes backups sont sur mon serveur ipfire bricolé, et le plus important chez mon hébergeur o2switch qui me permet désormais d'assurer ma synchronisation dav entre mon PC et mon téléphone et dans le courant de la semaine, ma nouvelle tablette 8 pouces android. Je lisais avec attention l'article de Numérama : Où en est le Libre face aux tablettes, smartphones et hybrides ? C'est juste, c'est bien écrit, c'est discutable et ça interpelle nécessairement quand on est Linuxien. L'article écrit ce que je raconte depuis quelques temps, à croire qu'on m'espionne, c'est à dire que sur portable hybride, tablette, smartphone, le libre c'est mort. Souvenez vous de FirefoxOS même s'il semblerait que le projet va continuer sur smartphone rendu à la communauté, ou encore de ma vidéo réalisée avec Lordi de la région, le HP Beats tactile hybride, le libre tactile c'est pas facile. L'article va plus loin sur deux points, le premier c'est qu'il descend en flèche les produits mobiles Canonical que je n'ai pas pu tester, en expliquant que c'est plus que de la beta, de la beta à 250 € tout de même, et le second point où il explique qu'à l'heure actuelle la vie de Linux est totalement liée à celle de l'ordinateur tel que nous le connaissons depuis quelques décennies. La moralité que j'avais déjà évoquée, c'est que si l'ordi meurt, à l'heure actuelle, Linux meurt avec lui puisqu'il n'est pas compatible avec les autres systèmes. Là où le journaliste fait très fort c'est d'imaginer que le futur de Canonical pourrait ne plus passer par Debian mais par Android, celle là, je dois reconnaître, je ne l'avais pas vu venir, je suis encore tout interpellé rien que d'y penser. Je suis globalement dans cette situation, c'est à dire un poste fixe sous Linux, un serveur sous Linux qui le restera, et deux appareils mobiles sous Android en attendant, sans avoir la certitude que quelque chose se produise dans ce domaine. Là où je ne rejoins pas le journaliste, c'est qu'il enterre un peu trop vite l'ordinateur de façon générale, si l'ordinateur portable se cherche, entre tablette, hybride, ultra book et j'en passe, le fixe lui aura certainement sa place dans les bureaux pour encore longtemps, chez les gamers d'une part, les professionnels d'autre part, dès lors on peut espérer qu'on conservera cette liberté de pouvoir installer notre système d'exploitation. Longue parenthèse, j'avais prévu d'en faire un billet mais tant pis. 

Voilà le début de ce mois de mars 2016, cette année où tout est possible, 2016 pour tout finir, pour tout arrêter, et certainement tout recommencer parce qu'on est en 2016.