PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Journal de bord du capitaine, le 15 avril 2016

vendredi 15 avril 2016 à 17:37

Comme certains ont pu l'observer cet après midi avec l'article sur le Cyrille BORNE encrypté, qui est apparu un certain nombre de fois, faire des modifications à l'arrache entre midi et deux heures alors qu'on est vendredi, n'est pas une riche idée. Un vendredi traditionnel avec un ordinateur qui brûle en direct et un élève qui ne comprend pas pourquoi le bouton rouge à l'arrière de l'alimentation quand on le bascule sur 110 ça brûle, un ta mère la p*** à gérer et un magnifique cours sur la sécurité informatique qu'il faudra quand même que je vous raconte où l'on découvre que nos joyeuses princesses de 15 ans filent leurs identifiants à leur copain comme preuve de confiance et moi de briser les rêves derrière. 

Je suis en vacances au moment où j'écris ces lignes, vous comprendrez bientôt pourquoi j'ai voulu coincer ici un article en tête de gondole. 

DNB 2017 sujet 0

vendredi 15 avril 2016 à 08:00

La réforme du DNB est en marche, je n'ai pas regardé les histoires de coefficient et les détails, par contre j'ai regadé ça, le sujet 0 de mathématiques. 

La première chose qu'on peut remarquer c'est qu'il n'apparaît pas de DNB Professionnel pour l'instant, et qu'on peut supposer, en tout cas on l'espère que notre DNB sera un cran en dessous, même si ça ne casse pas trois pattes à un canard, il faut comprendre qu'à l'heure actuelle peu de mes élèves sont capables de réaliser cet examen. Toujours le même problème, ce sont des exécutants, ils ont besoin d'être guidés dans les problèmes, ici c'est encore la grande aventure. La seconde chose qu'on peut remarquer c'est que la structure est la même que pour le DNB précédent à savoir 7 à 8 exercices qui balaient de façon théorique l'intégralité du programme. Enfin et c'est le dernier point, notre fameux exercice d'algorithmique qui rentre dans le programme de mathématiques, joie dans la maison éternelle. 

Attention, je raisonne ici en tant que professeur dans l'enseignement professionnel, mes collègues des filières traditionnelles dites générales apporteront je l'espère leur précieux éclairage. 

Exercice 1 : probabilités, puissances, propriété des triangles, propriété des volumes. Les gamins ne seront pas capables de poser d'après ce que j'ai pu raconter plus haut. Peut être la deuxième partie pour ceux qui auraient un vague souvenir des puissances et encore c'est pas dit. On est quand même dans l'exercice plutôt bien fait, le gosse doit avoir compris le concept pour appliquer. 

Exercice 2 : fractions et simplifications, l'énoncé est tellement fatiguant à lire que les trois quarts des élèves s'arrêteront au bout de la troisième fraction. 

Exercice 3 : poser une équation, un très grand classique. On voit bien ici que la démarche c'est bien de poser et de triturer les problèmes, tout ce que les élèves d'aujourd'hui sont incapables de faire, il va falloir donc apprendre à penser à nos jeunes, apprendre à raisonner, et là je dois reconnaître que quand on en est à apprendre à écouter, à se concentrer, on est super mais vraiment super loin, genre l'infini et l'au delà. 

Exercice 4 : voici donc notre fameux exercice d'algo, le tant attendu. Il ne faut écrire le programme ce qui est plutôt positif, on demande de comprendre le programme, c'est du français et pour la suite le gamin doit comprendre la notion de boucle. En gros si je devais prendre ce programme et en faire une généralité, je me lancerai avec les élèves dans la notion de décryptage, ou de déchiffrement, excusez moi les amis mais c'est tellement tendance que je n'ai pas pu m'empêcher de faire la plaisanterie, sans jamais me lancer dans la réalisation. Algobox ça va être quand même notre copain, et quand j'imaginais me lancer dans linotte par exemple, je pense que je vais passer mon tour. 

Exercice 5 : copier coller d'un exercice de BEP que j'ai vu il y a une dizaine d'années je pense, j'ai souvenir de l'avoir placé dans un CCF. Je suppose que c'est un Thalès puisqu'on met le rapport, vous noterez encore qu'on ne dit pas "en utilisant le théorème qui va bien démontrez que" mais en route pour l'aventure avec Banga ce qui signifie qu'une fois de plus le gamin doit se débrouiller pour trouver comme un grand. 

Exercice 6 : destiné aux gamins qui feront l'effort de faire un schéma, on vient de larguer 95% des gosses qui seront incapables de penser à faire un rectangle, les 5% restants étant dans la catégorie des ingénieurs nés. 

Exercice 7 : le problème pour la fin. Convertir des m/s en km/h, c'est ce qu'on appelle la question du polytechnicien, histoire de départager les 5% d'ingénieurs de l'exercice précédent. Notez la référence au cours pour l'élève besogneux qui a appris ses leçons pendant toute l'année et qui pour récupérer ses 2 points sur 20 sera fier de pouvoir placer qu'il ne s'agit pas d'une situation de proportionnalité car ce n'est pas une droite qui passe par l'origine et de pleurer de joie d'avoir réussi à le placer. Remplacer dans une expression avec un carré, c'est beaucoup d'audace. 

Comme vous l'avez compris je suis très confiant quant à ce nouveau brevet, qui assurera sans aucun doute la réussite à l'ensemble de nos élèves. 

DNB 2017 sujet 0

vendredi 15 avril 2016 à 08:00

La réforme du DNB est en marche, je n'ai pas regardé les histoires de coefficient et les détails, par contre j'ai regadé ça, le sujet 0 de mathématiques. 

La première chose qu'on peut remarquer c'est qu'il n'apparaît pas de DNB Professionnel pour l'instant, et qu'on peut supposer, en tout cas on l'espère que notre DNB sera un cran en dessous, même si ça ne casse pas trois pattes à un canard, il faut comprendre qu'à l'heure actuelle peu de mes élèves sont capables de réaliser cet examen. Toujours le même problème, ce sont des exécutants, ils ont besoin d'être guidés dans les problèmes, ici c'est encore la grande aventure. La seconde chose qu'on peut remarquer c'est que la structure est la même que pour le DNB précédent à savoir 7 à 8 exercices qui balaient de façon théorique l'intégralité du programme. Enfin et c'est le dernier point, notre fameux exercice d'algorithmique qui rentre dans le programme de mathématiques, joie dans la maison éternelle. 

Attention, je raisonne ici en tant que professeur dans l'enseignement professionnel, mes collègues des filières traditionnelles dites générales apporteront je l'espère leur précieux éclairage. 

Exercice 1 : probabilités, puissances, propriété des triangles, propriété des volumes. Les gamins ne seront pas capables de poser d'après ce que j'ai pu raconter plus haut. Peut être la deuxième partie pour ceux qui auraient un vague souvenir des puissances et encore c'est pas dit. On est quand même dans l'exercice plutôt bien fait, le gosse doit avoir compris le concept pour appliquer. 

Exercice 2 : fractions et simplifications, l'énoncé est tellement fatiguant à lire que les trois quarts des élèves s'arrêteront au bout de la troisième fraction. 

Exercice 3 : poser une équation, un très grand classique. On voit bien ici que la démarche c'est bien de poser et de triturer les problèmes, tout ce que les élèves d'aujourd'hui sont incapables de faire, il va falloir donc apprendre à penser à nos jeunes, apprendre à raisonner, et là je dois reconnaître que quand on en est à apprendre à écouter, à se concentrer, on est super mais vraiment super loin, genre l'infini et l'au delà. 

Exercice 4 : voici donc notre fameux exercice d'algo, le tant attendu. Il ne faut écrire le programme ce qui est plutôt positif, on demande de comprendre le programme, c'est du français et pour la suite le gamin doit comprendre la notion de boucle. En gros si je devais prendre ce programme et en faire une généralité, je me lancerai avec les élèves dans la notion de décryptage, ou de déchiffrement, excusez moi les amis mais c'est tellement tendance que je n'ai pas pu m'empêcher de faire la plaisanterie, sans jamais me lancer dans la réalisation. Algobox ça va être quand même notre copain, et quand j'imaginais me lancer dans linotte par exemple, je pense que je vais passer mon tour. 

Exercice 5 : copier coller d'un exercice de BEP que j'ai vu il y a une dizaine d'années je pense, j'ai souvenir de l'avoir placé dans un CCF. Je suppose que c'est un Thalès puisqu'on met le rapport, vous noterez encore qu'on ne dit pas "en utilisant le théorème qui va bien démontrez que" mais en route pour l'aventure avec Banga ce qui signifie qu'une fois de plus le gamin doit se débrouiller pour trouver comme un grand. 

Exercice 6 : destiné aux gamins qui feront l'effort de faire un schéma, on vient de larguer 95% des gosses qui seront incapables de penser à faire un rectangle, les 5% restants étant dans la catégorie des ingénieurs nés. 

Exercice 7 : le problème pour la fin. Convertir des m/s en km/h, c'est ce qu'on appelle la question du polytechnicien, histoire de départager les 5% d'ingénieurs de l'exercice précédent. Notez la référence au cours pour l'élève besogneux qui a appris ses leçons pendant toute l'année et qui pour récupérer ses 2 points sur 20 sera fier de pouvoir placer qu'il ne s'agit pas d'une situation de proportionnalité car ce n'est pas une droite qui passe par l'origine et de pleurer de joie d'avoir réussi à le placer. Remplacer dans une expression avec un carré, c'est beaucoup d'audace. 

Comme vous l'avez compris je suis très confiant quant à ce nouveau brevet, qui assurera sans aucun doute la réussite à l'ensemble de nos élèves. 

GLPI ça se fait

jeudi 14 avril 2016 à 08:00

Comme vous avez pu le lire dans un de mes billets, je me suis lancé dans la recherche d'un logiciel de gestion de parc informatique. Voici mes quelques contraintes de travail. Le super serveur qui virtualise tout au lycée, je n'y touche pas. Il s'agit de la "propriété" du prestataire, exit donc l'installation d'un serveur debian avec une ouverture sur le monde extérieur. Par le fait pour installer mon fameux logiciel que je veux accessible de partout, et vu comment le lycée est blindé, je n'ai la possibilité que d'utiliser le mutualisé que nous avons chez o2switch. La moralité c'est que déjà que les logiciels de ce type ne sont pas très nombreux, certains sont disponibles dans les dépôts debian mais ne sont pas installables sur du mutualisé c'est donc GLPI ou GLPI. GLPI pour Gestion Libre de Parc Informatique c'est le logiciel qui fait tout, et qui en fait trop pour moi. 

Mon besoin est simple, avoir l'inventaire de tout le matériel, l'historique des modifications du matériel mais aussi les interventions des différents prestataires pour des problèmes de logiciels. Actuellement on fait intervenir un technicien Aplon tous les deux jours pour des problèmes divers et variés, on fait tout à l'arrache entre deux coups de téléphone mais on ne met pas d'historique. Et puis entre les tours, les portables, on a un parc qui doit avoisiner les 150 à 200 machines, il faut quand même quelque part qu'on puisse avoir un endroit où tout est listé, ne serait ce que pour l'ordre et la mémoire. GLPI va beaucoup plus loin et en fait sur le principe il faudrait que je fasse un compte pour chaque prof, pour chaque secrétaire et pour chaque incident la déclaration, plus de transmission orale à la sauvette, la grande classe. La personne ouvre un ticket, on peut l'attribuer à quelqu'un, donner la priorité et j'en passe. Le système est d'ailleurs très intuitif, puissant, et je montrais mon jouet à mon chef avec un grand sourire en lui expliquant qu'avec ça, je refusais toute demande orale, écrite, par mail, par ce qu'on veut, que dorénavant tout passerait par là. Et lui de répondre aussi sec que j'allais pouvoir oublier la partie support, ce qui pour l'instant est effectivement une évidence. 

Alors que mes collègues en sont à la découverte du mail, n'ont pas appréhendé totalement la dimension de machine de travail, de mail de travail, que nous restons un établissement à taille humaine, si je commence à dire que chaque intervention passera par là et que je refuse de les prendre d'une autre façon, c'est mort d'avance. Si dans des lycées où l'on a plusieurs centaines de profs, je conçois que c'est incontournable, dans mon établissement ce serait une hérésie, pour l'instant en tout cas. J'ai tout intérêt à faire basculer le secrétariat notamment dans la gestion des cartouches d'encre, les interventions sur les photocopieurs pour ce qui me vient directement à l'esprit, je pense que les collègues qui ont beaucoup plus de rigueur que les collègues enseignants se plieront plus facilement à ce type de logiciel. 

A terme il faudra y passer, j'entendais un collègue se plaindre d'un câble vidéo qui dysfonctionnait, l'information a peut être circulé, mais de façon orale, ou pas à la bonne personne et finalement les gens se plaignent comme si on avait une super mémoire, qu'on communiquait toutes les informations, alors que le système permettrait de centraliser et de mieux traiter les problèmes.

La mise en place est laborieuse car il est nécessaire de créer tout, et quand je dis tout, c'est tout, les ordinateurs, les composants, les réseaux, les utilisateurs, c'est vraiment déprimant quand on imagine la masse de choses qu'il y a à réaliser mais ça finit par se faire. Je pense que je m'y prends certainement mal du fait de la richesse du logiciel, mais j'y vais à l'instinct, si je me retrouve bloqué, je ferai comme avec le montage de meubles, je lirai la documentation après. A force d'utiliser, c'est un peu comme dolibarr qui au départ fait peur, on finit par s'y faire. 

La véritable difficulté n'est pas tant d'alimenter au départ et de créer mais bien de tenir et de mettre à jour, un problème que connaissent tous les gens qui à un moment font des documentations, des wiki, très loin du confort du blog où tout peut tomber en désuétude, c'est pas grave, c'est un blog donc c'est fait pour. 

GLPI ça se fait

jeudi 14 avril 2016 à 08:00

Comme vous avez pu le lire dans un de mes billets, je me suis lancé dans la recherche d'un logiciel de gestion de parc informatique. Voici mes quelques contraintes de travail. Le super serveur qui virtualise tout au lycée, je n'y touche pas. Il s'agit de la "propriété" du prestataire, exit donc l'installation d'un serveur debian avec une ouverture sur le monde extérieur. Par le fait pour installer mon fameux logiciel que je veux accessible de partout, et vu comment le lycée est blindé, je n'ai la possibilité que d'utiliser le mutualisé que nous avons chez o2switch. La moralité c'est que déjà que les logiciels de ce type ne sont pas très nombreux, certains sont disponibles dans les dépôts debian mais ne sont pas installables sur du mutualisé c'est donc GLPI ou GLPI. GLPI pour Gestion Libre de Parc Informatique c'est le logiciel qui fait tout, et qui en fait trop pour moi. 

Mon besoin est simple, avoir l'inventaire de tout le matériel, l'historique des modifications du matériel mais aussi les interventions des différents prestataires pour des problèmes de logiciels. Actuellement on fait intervenir un technicien Aplon tous les deux jours pour des problèmes divers et variés, on fait tout à l'arrache entre deux coups de téléphone mais on ne met pas d'historique. Et puis entre les tours, les portables, on a un parc qui doit avoisiner les 150 à 200 machines, il faut quand même quelque part qu'on puisse avoir un endroit où tout est listé, ne serait ce que pour l'ordre et la mémoire. GLPI va beaucoup plus loin et en fait sur le principe il faudrait que je fasse un compte pour chaque prof, pour chaque secrétaire et pour chaque incident la déclaration, plus de transmission orale à la sauvette, la grande classe. La personne ouvre un ticket, on peut l'attribuer à quelqu'un, donner la priorité et j'en passe. Le système est d'ailleurs très intuitif, puissant, et je montrais mon jouet à mon chef avec un grand sourire en lui expliquant qu'avec ça, je refusais toute demande orale, écrite, par mail, par ce qu'on veut, que dorénavant tout passerait par là. Et lui de répondre aussi sec que j'allais pouvoir oublier la partie support, ce qui pour l'instant est effectivement une évidence. 

Alors que mes collègues en sont à la découverte du mail, n'ont pas appréhendé totalement la dimension de machine de travail, de mail de travail, que nous restons un établissement à taille humaine, si je commence à dire que chaque intervention passera par là et que je refuse de les prendre d'une autre façon, c'est mort d'avance. Si dans des lycées où l'on a plusieurs centaines de profs, je conçois que c'est incontournable, dans mon établissement ce serait une hérésie, pour l'instant en tout cas. J'ai tout intérêt à faire basculer le secrétariat notamment dans la gestion des cartouches d'encre, les interventions sur les photocopieurs pour ce qui me vient directement à l'esprit, je pense que les collègues qui ont beaucoup plus de rigueur que les collègues enseignants se plieront plus facilement à ce type de logiciel. 

A terme il faudra y passer, j'entendais un collègue se plaindre d'un câble vidéo qui dysfonctionnait, l'information a peut être circulé, mais de façon orale, ou pas à la bonne personne et finalement les gens se plaignent comme si on avait une super mémoire, qu'on communiquait toutes les informations, alors que le système permettrait de centraliser et de mieux traiter les problèmes.

La mise en place est laborieuse car il est nécessaire de créer tout, et quand je dis tout, c'est tout, les ordinateurs, les composants, les réseaux, les utilisateurs, c'est vraiment déprimant quand on imagine la masse de choses qu'il y a à réaliser mais ça finit par se faire. Je pense que je m'y prends certainement mal du fait de la richesse du logiciel, mais j'y vais à l'instinct, si je me retrouve bloqué, je ferai comme avec le montage de meubles, je lirai la documentation après. A force d'utiliser, c'est un peu comme dolibarr qui au départ fait peur, on finit par s'y faire. 

La véritable difficulté n'est pas tant d'alimenter au départ et de créer mais bien de tenir et de mettre à jour, un problème que connaissent tous les gens qui à un moment font des documentations, des wiki, très loin du confort du blog où tout peut tomber en désuétude, c'est pas grave, c'est un blog donc c'est fait pour.