PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Stardict

vendredi 22 avril 2016 à 21:34

Suite au problème que je signalais ou que je signale peut être dans le billet de demain, désolé mais comme j'écris en non linéaire par rapport à vous, parfois le passé et le présent se croisent, j'ai formaté le PC de ma fille pour le passer en debian pur. Debian pur c'est pas si long que ça à installer et configurer, notamment quand la machine commence à dater. Elle m'a demandé un dictionnaire, et bien sachez que ce n'est pas forcément super simple sur Linux pour trouver un dictionnaire français. Je suis passé par stardict et l'utilisation de la documentation du Wiki d'Ubuntu m'a bien aidé. 

https://doc.ubuntu-fr.org/stardict

Le retour du contrôle parental ou le filtrage délicat de https

vendredi 22 avril 2016 à 08:00

De voir mes enfants regarder des youtubeurs à la con à longueur de journée au lieu de faire du crépi a commencé à m'agacer, j'ai donc légitimement bloqué youtube par Ipfire. Je vous laisse commenter trois minutes pour me traiter de facho et on reprend. C'est fait ? C'est fait. Comme vous le savez je suis passé en https, moi, 25% du web avec Wordpress et des sites comme facebook l'ont toujours été, tout comme youtube. Sans s'en rendre compte, les gosses se connectaient à youtube et ce après 18 heures alors que le serveur doit théoriquement tout couper. L'explication ? Squid et ses copains ne sont capables que de gérer le http mais pas le https c'est donc la fête à la maison, open bar, tout ça. 

Si on fouille le net, chez ipfire notamment, on se rend compte que la façon de filtrer en mode transparent réellement idéale c'est d'éditer le fichier hosts du serveur. Du genre vous allez dans votre fichier hosts associer youtube.com à cyrille-borne.com pour rappeler à l'enfant pourquoi il se retrouve là. La problématique c'est qu'il faut le faire à la main, que ce n'est pas automatisé, etc ... Moralité les solutions de type ipfire, pfsense, dans une utilisation orientée uniquement vers le contrôle parental, ce que je fais ne sert à rien. 

Donc forcément on change de solution parce qu'on est un gros rageux du contrôle parental et pour 20 € on se paye ça, top budget : 

Ça c'est un routeur TP-Link TL-WR841N de base. Je le prends, je lui colle le firmware alternatif dd-wrt, je colle les DNS de opendns et j'ai la solution ultime de filtrage. Bon, je vous la refais au ralenti pour les non connaisseurs. Opendns est un service sale qui n'a d'open que le nom comme on aime à le rappeler. Au lieu de passer par les DNS de votre fournisseur d'accès internet plus ou moins en tout bien tout honneur, on passe par un service intermédiaire qui vous propose le filtrage et avec le contrôle parental. C'est une méthode très très très sale à bien des niveaux. On dépend d'un service, le service doit se faire une fête pas possible avec les données personnelles, mais seulement et c'est bien malheureux de le dire, ça fonctionne tout seul. Pendant ce temps les solutions libres nécessitent un investissement de longue haleine quand il serait simple de gérer des listes de hosts et de les injecter dans des procédures automatiques comme des listes noires, on préfère avoir un temps de retard quand tout le net passe au https. J'ai fait l'essai simplement en modifiant les DNS au niveau d'ipfire, youtube est bloqué en http ou en https, uniquement en changeant 2 DNS, c'est presque risible. 

A priori d'après les panneaux du routeur, il est directement possible de changer les DNS dans l'interface de TP-Link. Le cas échéant, le routeur est compatible avec le firmware dd-wrt qui est un peu le Linux des firmware pour routeur, à savoir qu'il remplace le firmware original par un firmware plus complet et libre dans lequel on peut mettre des DNS. Concrètement, le temps de la création et du paramétrage du compte opendns, 10 minutes, il doit y en avoir pour 10 minutes pour bricoler le routeur avec un SSID digne de ce nom et les DNS, en moins de 30 minutes vous avez pour 20 € la solution de contrôle parentale domestique la moins chère du marché, pas la plus propre mais la plus efficace. 

Je vous ferai le retour à la réception du matériel, je vous raconterai aussi la détresse de mes gosses essayant de vivre dans un monde sans youtube. 

Ubuntu Snap et possibles failles de sécurité

vendredi 22 avril 2016 à 07:29

Nous disions l'autre jour qu'il faudra surveiller les paquets Snap sur le plan de la sécurité.

Matthew Garrett montre les risques éventuels liés à X11 et les possibilités d'intercepter les données personnelles sans grande difficulté.

À surveiller donc.

http://mjg59.dreamwidth.org/42320.html

La poutre c'était mieux avant ou le retour fort probable de t'es vieux, parce que t'es vieux

jeudi 21 avril 2016 à 08:00

Je lisais avec attention l'article de utux quant à la longévité des jeux vidéos, et la très intéressante vidéo qui va avec, avec un ton sérieux en plus pour dire des choses intéressantes. De façon simple on peut résumer à : le jeu vidéo c'est devenu trop long car trop répétitif, celui qui a cherché les 100 plumes d'Assassin's Creed voit parfaitement ce que je veux dire. A mon stade, je constate les choses suivantes

En ce moment je joue à Dragon's Crown. Voilà à quoi ça ressemble

Les vieux joueurs sauront reconnaître un beat-em-all quand ils en voient un et c'est le cas, on rentre dans un donjon, on marave tout ce qui bouge, on prend des trésors, on est content et on s'en va à la ville pour monter les niveaux et retourner marave trois fois plus fort le prochain coup. On fait ça avec main innocente, trente minutes de donjon avant de passer à table, la présidente du syndicat des enfants sera peut être de la partie au prochain coup. Engagement personnel proche de zéro, gameplay acquis très rapidement sans passer six heures à découvrir les possibilités, on s'amuse et dans la foulée on s'émerveille devant les décors qui sont quand même franchement bien foutus. La note de 18/20 dénote l'un des problèmes majeurs du jeu vidéo actuel, Dishonnored c'est 19 pour s'ennuyer, ici le jeu à quatre joueurs finit par être tellement confus qu'on ne voit plus où est son personnage, mais c'est pas grave, il suffit de regarder les monstres tomber pour comprendre où on est pour se reperdre la minute d'après. Ca laisse quand même supposer qu'on a plus tendance à appuyer partout que de jouer vraiment, un 14 maximum. 

Pour réussir à me capter aujourd'hui pour un jeu, que faut-il ? 

Pas encore prêt à tourner la page du jeu vidéo, mais lassé, c'est une évidence. J'ai acheté avec la PS3 des jeux qui me paraissaient de bonne facture, bien notés et finalement ils s'avèrent que ce sont des daubes. Même si c'est payé moins de 10 €, puisque c'est mon budget jeu habituel, ça reste toujours payé trop cher pour ne pas y jouer. Avec toujours un emploi du temps de ministre, la part de jeu est nécessairement en baisse, le luxe de passer 100 heures de jeu pour en voir la fin devient désormais un luxe que je ne peux plus m'offrir, ou plutôt je fais un blocage psychologique pour me l'offrir. Le jeu aujourd'hui doit me divertir rapidement ou me passionner, je crois que les développeurs peuvent prendre le pari de faire des jeux plus courts, plus intenses, pas forcément calculer la rejouabilité mais offrir au joueur une aventure qu'il n'oubliera pas. On peut revenir sur le prix d'ailleurs, une forme de culpabilité de ne pas en donner un maximum quand le jeu avoisine les 70 € mais si on fait calcule de 10 heures, on est à 7 € de l'heure, au prix du cinéma, ce n'est pas si éloigné. 

La vie c'est pas du gâteau, on fera pas de vieux os

mercredi 20 avril 2016 à 08:00

Les vacances, le repos, le soleil, la mer, mon cadre de vie au moment où j'écris ce billet bien sûr. Lundi matin je charge la bétonnière dans la voiture pour la ramener chez le beau-père. Pourquoi tant d'empressement ? Tout simplement parce que mardi faut s'occuper de l'ophtalmo pour les gosses, mercredi nous partons de façon exceptionnelle de notre domicile, jeudi nous rentrons, et vendredi ma femme me dit que ce serait bien de faire livrer les 3 mètres cubes de gravier à mettre derrière. Mon épouse me demande pourquoi je suis si pressé, j'explique qu'enterrer la bétonnière sous le gravier n'apportera rien de bon. Bien évidemment mon beau père veut récupérer les planches de coffrage et c'est donc avec les planches de coffrage qui sortent par la fenêtre que nous perdons deux heures, le temps d'y aller, de revenir, de charger, de décharger, de boire le café. L'après-midi nous partons direction Pezenas pour mon épouse, un rendez vous médical. Il faut savoir que Narbonne c'est devenu tellement la foire pour avoir certains médecins qu'on va où on peut. Pezenas étant mon lieu de travail c'est pas comme si je n'avais pas l'habitude d'y aller. On y va, on en revient, on s'arrête à Bricoman qui est sur la route qui ne pourra livrer que mercredi 27, j'étais donc dans l'urgence pour rien. Comme je vous l'expliquais, "ils" sont de retour et parfois "ils" c'est une grosse dame au volant qui en tapant dans mon rétroviseur m'explique que c'est parce qu'on a tous les deux des grosses voitures. Effectivement quand on voit une route minuscule avec une ornière gigantesque, que le partner blanc est engagé il y a beaucoup de possibilités, laisser passer, foncer par exemple, bon ben on fonce. C'est le deuxième rétro que j'explose à cet endroit en trois ans, côté conducteur bien sûr et je vous rappelle que je suis sur la route mercredi, l'autoroute A9 en plus, rien que d'y penser ça me rend malade.

Après avoir passé peut être 4 heures dans la voiture en cette première journée de vacances, je vois que sur le site Norauto, ils vendent des miroirs, je ne réfléchis pas et je prends la voiture. Vous noterez le jeu de mot, réfléchir, miroir, admirez le gars au sommet de sa gloire à 40 ans. Et puis passant devant le château de Barberousse à Gruissan, je réfléchis enfin et je me dis qu'un miroir c'est un miroir, et pas le support en plastique. Arrivé sur place 20 € le miroir sans support en plastique, je rentre bredouille et rageux à 18h30 chez moi. 

Mardi 6h15 le réveil sonne, ma femme a oublié de couper son téléphone portable, je crache du feu. 7h40 je prends la voiture en direction de Tilt Auto, j'aurais dû commencer par là. Tilt Auto, déjà Tilt, ça nous fait penser aux années 80, c'est toute une ambiance, sur la route de Béziers d'ailleurs pour ne citer qu'elle, plus célèbre que la route 66, une prostituée tous les deux cents mètres. Vous arrivez dans une espèce de casse obscure, le genre de coin qui fait peur, et vous vous imaginez déjà à trouver le gars qui va vous découper au coin d'une voiture. J'arrive, je pose mon morceau sur la table, la "dame" sans que je dise quoi que ce soit revient avec la pièce à l'identique, 10 €. Je clipse sur le parking et je fais bien sûr le cri de la victoire.

Je rentre chez moi, il est 9h15 et des brouettes, je croise mon fils : "Y a plus d'eau". Le gosse, il te dit même pas bonjour le matin, y a plus d'eau. Je regarde sur le site de Véolia qui en est à la quatrième coupure de flotte sans avertissement de l'année et je constate avec joie que tout va bien. 

Aucune intervention de Veolia sur tout le territoire. Seulement à moi, on ne me la fait pas, je prends mon téléphone 15 minutes d'attente. Pendant ce temps là je reçois un mail de la MSA qui m'indique qu'elle a opéré un remboursement de folie pour mon arrêt maladie du mois dernier, le 21 mars, souvenez vous, j'étais devenu monsieur Ciflox, l'ami rageux de tous les rageux. Il y a quatre semaines, je renvoyais le papier pour mon analyse d'urine avec le changement de RIB, et forcément le virement a été réalisé sur le compte de la banque populaire qui est clôturé. Je m'énerve tout seul car j'ai toujours mes quinze minutes d'attente avec Veolia, ma femme m'appelle sur mon portable, en allant au marché elle a croisé les "techniciens" qui lui ont annoncé qu'effectivement ils coupaient la flotte pendant encore au moins une bonne heure. Je pense que c'est leur façon d'accueillir les touristes et d'emmerder les résidents à l'année. Je raccroche, j'appelle la MSA, en moins de cinq minutes j'ai quelqu'un qui me dit que mon RIB a été traité le 11 avril, soit quand même trois semaines de délai pour recevoir un papier et le valider et par le fait malheureusement c'était trop tard. J'ai demandé si par le plus grand des hasards, on aurait pas trouvé mon test d'urine qui aurait été contrôlé positif directement à la testostérone si j'avais dû le faire maintenant, elle me dit qu'effectivement on y est, mais qu'il faut encore le temps de le traiter. Entre les trois jours de carence et la MSA, mieux vaut ne pas tomber malade. 

A 14h50 j'ai rendez vous pour les yeux des gosses, et pendant ma journée de lundi où je courrais de partout, je harcelais la secrétaire pour qu'elle me faxe une ordonnance pour le produit qui bloque les yeux. Imaginez vous êtes sur le parking de Bricoman, vous appelez, la femme elle veut pas, vous venez de vous faire éclater le rétro, la femme vous dit de rappeler, pour après me donner raison et me faxer l'ordonnance. La fois d'avant je pars avec "y pas d'eau", le médecin me dit, ah ben il accommode votre gosse, il lui faut le produit pour bloquer les yeux. Mon cerveau fonctionnant encore bien, et regardant la présidente du syndicat des enfants s'agiter dans tous les sens, je me dis que c'est soit le produit, soit la masse, je finirai par avoir le produit à 17h30. Nous sommes mardi matin 11 heures au moment où j'écris ces lignes, j'ai le rendez vous toute à l'heure, puis partir sur Narbonne pour choisir les lunettes ce qui avec ma fille risque d'être très très long, je fais 40 de tension. 

Au moment où vous lirez ces quelques lignes, je serai sur la route, en espérant ne pas croiser la route d'une grosse dame qui sert un peu trop.