PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

CHROMECAST 2, ANDROID TV, APPLE TV, MIRACAST : QUELLE SOLUTION CHOISIR ?

samedi 30 avril 2016 à 14:11

J'ai acheté une chromecast 2, j'ai profité d'un petit prix comme on en voit passer régulièrement. Il faut comprendre que ça reste un produit de transition dont l'utilité est relativement limitée mais qui peut être vraiment puissant parfois. Du fait que l'encombrement est vraiment minime, c'est le genre de produit qu'il faut avoir avec soi. Par exemple j'étais chez la grand mère la dernière fois, je montrais des photos sur mon téléphone, je regrette de ne pas avoir eu la chromecast pour envoyer sur sa télé, c'était posé en quelques secondes. Le casting est indéniablement une solution d'avenir, il faut désormais attendre qu'elle soit en standard dans les téléviseurs, les vidéos projecteurs, les écrans d'ordi etc etc ... 

http://www.phonandroid.com/chromecast-2-android-tv-apple-tv-miracast-quelle-solution-choisir.html

 

Twitter n’est plus un réseau social !

samedi 30 avril 2016 à 13:50

Le changement de "catégorie" est une bonne idée ou pas. En effet se présenter comme un site d'échange d'actualité, reste encore à définir l'actualité que twitter veut faire passer parce que des gens qui se mettent des gifles je trouve que c'est quand même médiocre, est une bonne idée, le site peut se démarquer d'un facebook par exemple, d'un réseau social quelconque et afficher sa particularité. En outre afficher une image sérieuse, professionnelle, puisqu'en lien quand même avec l'actualité c'est prendre le risque de faire fuir une partie des gens qui ne se sentiraient pas concernés, une bonne partie des jeunes pour ne citer qu'eux. 

http://www.presse-citron.net/twitter-nest-plus-un-reseau-social/

LEBONCOIN : VOUS SEREZ BIENTÔT TAXÉS SUR VOS VENTES

samedi 30 avril 2016 à 12:27

Les préoccupations de l'état pour gratter des sous de partout, poussent nos dirigeants aux lois les plus débiles. A ce compte là, ça laisserait supposer que chaque dimanche dans tous les vides greniers de France, se présente un agent du fisc pour vérifier la recette et relever les identités. Si on peut comprendre que les millions d'euros qui sont brassés sur le bon coin puissent donner envie, on se dit qu'il y a peut être d'autres choses à faire que de tenter de prendre les quatre ronds que vont faire les classes moyennes sur des objets pour lesquels ils ont déjà payé des taxes. 

http://www.phonandroid.com/leboncoin-serez-bientot-taxes-vos-ventes.html

Cinéma, cinéma, TCHI TCHA !!! Avril 2016

samedi 30 avril 2016 à 08:00

Jean Dujardin est un très grand compositeur de musique de film, il part en Inde pour réaliser la bande originale, un film à Oscar. Il rencontre Elsa Zylberstein la femme de l'ambassadeur Christophe Lambert, et c'est assez rapidement qu'on se rend compte qu'on regarde un film de Lelouch, une musique épouvantablement longue, Christophe Lambert, une tentative de refaire un homme et une femme. Donc il est en Inde, le contact passe tout seul et comme elle n'arrive pas à avoir d'enfant, elle se lance dans un périple spirituel pour avoir une bénédiction, il la suit avec toujours cette tension seuxelle à couper au couteau. Les musiques de piano derrière toujours aussi oppressantes à la Michel Legrand, ce petit côté "ce film vous est offert par la compagnie des Indes", tout est insupportable dans ce film, comme dans tout Lelouch qui se respecte. Un plus une est de toute évidence un film à éviter qui vous donnera une seule envie, partir en Inde et serrer très fort Mata Amritanandamayi pour qu'elle vous fasse oublier. 

Babysitting 2 part sur une idée très originale. Une femme en couple avec un garçon pas forcément courageux, part pour le présenter à son père avec sa bande de copains où chacun y va de sa caricature personnelle dans une espèce de Club Med de l'Amazonie. Le père, le père ... c'est Christian Clavier. Voilà tout est dit je crois et vous aurez compris que le film est une comédie particulièrement lourdingue qui joue sur tous les clichés, tous sans aucune exception. Alors effectivement, il ne faut pas s'attendre à quelque chose d'extraordinaire, juste une comédie à la française à l'humour bien lourd. 
 
Niels Arestrup est un acteur vraiment particulier, ce style détaché, j'adore cet homme, son rôle dans quai d'Orsay de gars qui sauve le monde par téléphone est vraiment génial tout comme celui de président de la république dans le baron noir est pas mal non plus. Dans papa lumière, il incarne un patron d'hôtel de luxe qui débarque en France avec sa fille de quatorze ans qu'il a eu avec une prostituée en Afrique. Le pays a tourné à la guerre, il n'a plus rien et tente de reconstruire sa vie depuis un foyer qui accueille les réfugiés. Pas facile à tous les niveaux, l'homme et la jeune fille vont devoir apprendre à se serrer les coudes. Jolie histoire dans laquelle il ne se passe pas grand chose, à voir.
 
Adrien Brody est psychologue, il sort d'une très douloureuse épreuve, sa fille est morte. Pour remonter la pente, son vieux professeur lui confie des patients, mais ça ne s'arrange pas vraiment. Une gamine se présente elle a les mêmes initiales que sa fille et il pense qu'il est devenu chèvre. Là où il croit réellement qu'il est devenu chèvre c'est quand il découvre que tous les patients qu'il fréquente sont morts y compris son vieux prof et qu'en fait il parle aux morts. TROP COOL ! Tout ceci est évident, il y a un lourd secret qui fait qu'ils n'arrivent pas à trouver la paix et notre héros va devoir retourner vers son passé pour comprendre. Backtrack n'est pas le film du siècle, ça se laisse néanmoins très bien regarder. 

Avant de hurler, il vit, il vit, le Docteur Frankenstein était un étudiant comme les autres, enfin pas totalement comme les autres on peut s'en douter. Dans ce film on nous raconte comment le docteur a rencontré Igor interprété par Daniel Radcliffe qui devrait se faire du souci de jouer de plus en plus souvent les seconds couteaux dans des films qui ne sentent pas le blockbuster, il va finir dans des films du nom de opération cobra s'il ne fait pas un peu plus attention. Le film n'apporte rien de plus au mythe, est plutôt lassant, on s'ennuie, enfin bref, on peut l'éviter. 

Manu Payet est un écrivan dépressif, il retourne vivre chez son père Fabrice Luchini et son jeune frère. Ce dernier, un gamin tombe amoureux d'une femme de 35 ans et ils vont la suivre dans son monde, les cartes, les courses etc ... Lui fou amoureux et fou d'enthousiasme, Payet dans le rôle de l'aigri désabusé. Ce film est réalisé par Emma Luchini, la fille de l'acteur et on ne sait pas trop où ça va, mais ça y va, sauf que nous on n'y va pas vraiment. Un début prometteur est une bizarrerie qui se laisse regarder sans aucune passion mais qui se laisse regarder quand même.

Le tandem Spielberg, Tom Hanks ça marche quand même plutôt pas mal, le pont des espions est un film exceptionnel. Avocat dans les assurances, Tom Hanks se voit confier la défense d'un homme dont personne ne veut, un espion Russe sur le territoire américain. Prenant son rôle très à coeur, ce dernier va aller jusqu'au bout réussissant à se faire détester de l'opinion américaine qui voudrait pendre un traître et celui qui le défend, mais parallèlement il arrive à interpeller ses homologues Russes qui voit en lui l'intermédiaire idéal pour faire un échange. Drôle, passionnant, humain, le top. 

Il y a de très nombreuses années j'achetais tous les mangas qui sortaient, c'était la période euphorique, à tort. Kenshin le vagabond en fait partie, à tort, c'est un manga franchement niais dans lequel on a un ancien tueur, genre le mec trop balèze tu vois qui renonce à tuer tout le monde parce qu'il a trop tué, le renoncement. Il a tué comme un fou pour arriver au passage à l'ère "occidentale" et il se retrouve dans un monde dans lequel les samouraïs sont au chômage, où y a de la drogue, où un super méchant se fait passer pour lui en tuant tout le monde. Cela faisait un bon moment que je n'avais pas réussi à terminer un film du genre et là j'ai réussi. Assez fidèle au manga, agréable à regarder avec une magnifique bande originale, ça passe. 

Virginie Efira est blonde et belge et interprète le rôle d'une jeune veuve qui n'arrive pas à éduquer ses deux gosses et sauver l'exploitation agricole familiale. Là j'ai planté le tableau, ambiance prime time TF1 mais on peut faire mieux. Elle tamponne un gars façon Rain Man, un génie qui va entrer dans vie et régler tous ses problèmes. Le goût des merveilles n'est brillant que dans son manque d'originalité et remportera peut être le record du monde du nombre de clichés placés dans un film. Bravo !

Le nouveau c'est l'histoire d'un gamin qui arrive dans une école et qui est nouveau. Au départ, il essaie de se faire copain avec les gamins qui sont les plus populaires, malheureusement ça le fait pas, il est donc exclu. Il va tomber amoureux d'une gamine tellement jolie mais d'origine étrangère, donc comme elle parle mal le français elle est rejeté, puis ensuite il sera copain avec le gamin premier de la classe que tout le monde rejette, une gamine handicapée et enfin le gamin bizarre. L'affiche du film est une tromperie, ce n'est pas une comédie mais une tranche de vie honnête du comportement des gosses aujourd'hui. Malgré les personnages clichés, ça respire la sincérité, les gamins sont tous très puissants, c'est un joli film à voir. 

Principales commandes pour gérer les programmes et services avec systemd

vendredi 29 avril 2016 à 14:00

Récapitulatif des principales commandes pour gérer les programmes et services avec systemd

Avec systemd on parle de services et units. Un unit peut être un service (*.service), un target (*.target), un montage (*.mount), un socket (*.socket)

Pour démarrer un service on utilise la commande :
# systemctl start programme.service

Par exemple systemctl start apache2.service

On ajoute .service au nom du programme et la complétion automatique le fait pour nous mais la plupart du temps ce n’est pas nécessaire et l’on pourrait très bien utiliser indifféremment la commande :
# systemctl start programme

Pour arrêter un programme (service) la commande est :
# systemct stop programme.service

Pour relancer ou recharger un programme :
# systemctl restart programme.service

Ces commandes remplacent les anciennes :
/etc/init.d/programme start   (ou restart)
ou
service programme start (ou restart)
qui même si la plupart du temps sont encore reconnues un jour ou l’autre leur compatibilité ne sera plus assurée. Donc autant prendre les bonnes habitudes et être certain aussi que toute la chaîne systemd est assurée.

Pour recharger un programme :
# systemctl reload programme.service

Lorsqu’on ignore si le programme possède la fonction de rechargement on peut utiliser :
# systemctl reload-or-restart programme.service

Pour qu’un programme soit pris en charge automatiquement à chaque reboot :

# systemctl enable programme.service

Cette commande est en quelque sorte à rapprocher de l’ancienne update-rc,d et même remarque que ci-dessus sur sa compatibilité dans le temps.

Pour que le programme ne soit plus lancé automatiquement au boot :
# systemctl disable programme.service

Pour savoir quel est le status d’un programme :
# systemctl status programme.service

Pour savoir si un service est actif :
# systemctl is-active programme.service

De la même manière il existe les commandes is-enabled et is-failed

Pour avoir la liste  de tous les units actifs :
# systemctl list-units

On a la même chose avec la commande systemctl sans autre option.

Pour connaître la liste des units chargés et ceux en instance de chargement :
# systemctl list-units --all

Pour avoir des informations sur un unit particulier (depuis la version 209)
# systemctl cat programme.service

Pour visualiser le journal :
# journalctl

Et le journal pour un seul service !
# journalctl -u programme

Pour arrêter le système :
#  systemctl halt
ou
# systemctl poweroff

Pour le redémarrer :
# systemctl reboot

Sources :

https://wiki.archlinux.fr/Systemd#Commandes
https://www.digitalocean.com/community/tutorials/how-to-use-systemctl-to-manage-systemd-services-and-units