PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Rayman Legends ou la poutre Rayman Origins 1.0000000001

lundi 2 mai 2016 à 08:00

Là vous allez dire, il est aigri le Cyrille, ou disons pas plus que d'habitude. J'avais trouvé Rayman Origins il y a quelques temps bien sympathique, plutôt joli mais quand même franchement lourdingue entre une maniabilité pas toujours au top, des niveaux un peu hardcore avec une précision millimétrique qu'on pensait avoir abandonné dans les années 80. Le pire, c'est la notion de sauver un maximum de bonshommes et de récupérer un maximum de gemmes ou l'équivalent pour pouvoir débloquer des boss au point de devoir refaire des niveaux pour bien tout siphonner et ne rien laisser derrière. Et bien cela va vous paraître très curieux, dans cet épisode, on doit sauver des bonshommes dans des univers très colorés, ramasser un maximum de bestiaux qui font office de gemmes, et, attendez vous n'allez pas le croire, on débloque des mondes au fur et à mesure, et que si on n'a pas assez sauvé de monde, il faut, oui il faut, refaire les mondes. 

Alors on aura beau me rétorquer que c'est magnifique, que c'est trop lol parce que c'est Rayman et pourtant on a quand même la sensation de jouer exactement au même jeu qui commençait déjà à gaver au bout d'un moment, là ça gave très rapidement. Je ne peux donc que conseiller ce jeu aux masochistes qui ont fini l'opus précédent, qui y ont rejoué comme des fous et qui sont encore pris d'une soif insatiable de Rayman Origins, là indiscutablement, ce jeu est fait pour vous. 

Message de service : adopte un C138

dimanche 1 mai 2016 à 18:16

C138 est un commentateur qui demande un peu trop d'attention ces derniers temps, ne laissant pas d'adresse mail, je me vois contraint de passer par la voie publique pour signifier que je ne passerai plus un de ses messages. En effet qu'on soit pour ou contre mes idées qui sont discutables comme toutes les idées, il ne faut pas se sentir obligé de venir commenter chaque propos, chaque mot. Même s'il lui arrive d'être pertinent, l'acharnement fait perdre toute crédibilité à mes yeux, je sature. Je ne peux qu'inviter notre camarade à se trouver un nouveau blogueur à harceler, même si je sais que ça commence à manquer dans la blogosphère francophone. Si une âme charitable a envie de débattre avec un individu en désaccord permanent, je donne la garde sans aucun problème. 

Enfin, je ne peux qu'inviter notre commentateur qui sait tout à ouvrir son blog et répandre la bonne nouvelle à travers le monde entier, le premier backlink sera gracieusement offert par la maison BORNE. 

Un peu de serveur debian mais pas trop, épisode 2

dimanche 1 mai 2016 à 14:00

Cascador m'envoie environ 20 mails par jour, il écrit des articles sur moi, et s'il n'était pas un gars marié avec un gosse, je le suspecterai de vouloir me chopper. Comme il me voue un culte de la personnalité, il aime bien me dire que c'est triste que je sois l'un des derniers gars à faire des réflexions sur le monde libre, genre le philosophe dans sa robe blanche qui laisse dépasser seulement la jambe mais suffisamment pour donner envie, et que les articles techniques on en a marre. Pour réussir à installer mon serveur DLNA, cette merveille qui théoriquement s'installe en quelques minutes à peine et vous transforme un serveur en serveur multimédia qui peut être vu par n'importe quelle machine de la maison qui le gère, il m'a fallu consulter je pense une dizaine de tutoriaux. A croire que finalement, il n'y a pas que la disparition des philosophes qui est inquiétante, mais celle du bon tuto tout court. Bon tuto sur le contrôle parental avec prise en charge de la liste de Toulouse et de https que va bientôt nous présenter Cascador, nous sommes nombreux à l'attendre, mais je m'égare. 

Pour faire simple, le DLNA pour reprendre la définition de Wikipedia c'est un standard d'interopérabilité permettant la lecture, le partage et le contrôle d'appareils multimédia indépendamment de leur marque ou de leur nature. Ce qui veut dire très concrètement que ta PS3, ta 360, le Windows 10 de ta femme qui va bientôt nous quitter, se débrouillent pour trouver le serveur et les fichiers multimédias qui sont dessus. C'est la démarche inverse de ce que j'avais fait à l'époque, j'avais paramétré du temps du pi l'appareil pour qu'il pointe en SSH vers ipfire. Ici j'ai configuré debian pour que celui-ci puisse arroser l'ensemble du domicile et que chaque appareil capable puisse trouver le serveur et lire les fichiers. 

Pour faire dans l'originalité j'ai installé le logiciel minidlna présent dans les dépôts, il se configure à deux endroits différents : 

/etc/default/minidlna

/etc/minidlna.conf

Le premier, tout le monde vous dit qu'il faut vérifier que START_DAEMON="yes" ce dont les gens parlent moins c'est de USER et GROUP qui sont à priori basés sur minidlna et minidlna, un user et un groupe auxquels je n'ai pas été présenté. Et là le problème, c'est que mes fichiers que je veux scanner sont dans BoZoN, et que pour aller dans l'endroit où est le BoZoN, il faut être en root, donc j'ai balancé en root. Il y a un gars dans le ASK anglo-saxon de Ubuntu qui demande textuellement si de mettre le user en root c'est mal, on lui répond par un lien d'une documentation. Du fait que chez moi ça marche, je n'ai pas creusé plus, mais ça reste quand même une question qui est en suspend et que je n'ai pas vue traitée dans la palanquée de tutoriaux francophones que j'ai pu m'envoyer. 

Le deuxième fichier /etc/minidlna.conf contient les informations principales. On notera : 

Pour vérifier si la mayonnaise est bien montée 192.168.1.x:49200 parce qu'on est un panurgiste qui a mis 49200, service minidlna status est pas mal non plus. Peut aussi servir service minidlna force-reload pour forcer la reconstruction de la base.

Sur le papier, les choses ont l'air relativement évidente, alors la question qui vous brûle les lèvres : sur quoi tu as séché mon bon Cyrille ? Tout simplement parce que ces documentations ne tiennent pas compte de iptables. Je me suis retrouvé bloqué pendant un moment car avec un peu de sens, il suffit d'ouvrir le port 49200 pour que tout passe, sauf que ça ne passe pas, c'est ballot. Il se trouve qu'il faut aussi ouvrir le 1900, on rigole comme on peut. Par le fait les règles à ajouter à iptables sont : 

iptables -t filter -A INPUT -p tcp -s 192.168.1.0/24 --dport 49200 -j ACCEPT

iptables -t filter -A OUTPUT -p tcp --dport 49200 -j ACCEPT

iptables -t filter -A INPUT -p udp -s 192.168.1.0/24 --dport 1900 -j ACCEPT

iptables -t filter -A OUTPUT -p udp --dport 1900 -j ACCEPT

​Vous pouvez admirer ci-dessous une photo vue de la PS3, et ci-après un magnifique client Linux tellement que c'est trop beau que ça donne envie d'être sous Linux. Pour Android, il y en a toute une batterie, ça passe plutôt pas mal. 

 

 

Une histoire de cours vite

dimanche 1 mai 2016 à 08:00

J'avais déjà évoqué ma voisine, une dame très gentille chez qui je vais casser des murettes ou réparer l'intégralité de l'installation free. Elle vit entre Montpellier et Saint Pierre, une femme que j'apprécie car elle est capable de se mettre à table simplement et sans tout le tralala. Cela peut vous sembler étrange, mais moi quelqu'un qui vient chez moi, prend son assiette et s'assoit sans avoir le besoin d'aller chercher des fleurs, du vin, j'aime bien, ça fait famille. Ses filles étaient présentes ce weekend et elle tenait impérativement à nous présenter, elle avait fait un grand goûter. Même si je suis sur les rotules après cette petite semaine d'automobile, que je suis un ours, que je veux bricoler mon serveur, j'accepte. Ambiance détendue, les chiens ne font pas des chats, des gosses de partout, les gens sont naturels, normaux. Et puis alors que je vis dans le grand secret, le mot ordinateur est lâché, l'une des filles a oublié son mot de passe, elle ne peut plus se connecter à son PC. Oublier son mot de passe, ça paraît incroyable pour vous, pour moi, c'est comme oublier sa date de naissance, ça prouve que pour certains l'informatique n'est pas tout. Sachez que la distribution ophcrack, même si elle n'a pas été mise à jour fonctionne parfaitement et je prends plus de temps à bidouiller les protections du bios que de retrouver son mot de passe. Là tu fais le kéké, t'es tout fier et tu rebootes la machine pour te rendre compte qu'elle boote de façon cyclique en arrivant sur le menu de réparation sans pouvoir faire quoi que ce soit. 

Une rapide consultation de l'internet montre quelques pistes, des gens qui essaient, des chkdsk et on finit par trouver un message plein d'humour dans le forum de Microsoft lui même, où un particulier évoque que le service téléphonique l'a invité à restaurer l'intégralité de son poste qui était sous Windows 8 et de remettre à jour pour éventuellement pouvoir retrouver le standard. Il n'y a semble-t-il pas de solutions, et on en vient à regretter de plus en plus le Windows 7 et son démarrage en mode dégradé. Il ne faut cela dit pas être totalement injuste non plus. J'ai fait passer une myriade de personnes en Windows 10, ça marche plutôt bien, en récupérant les fichiers de son poste avant la réinitialisation, il apparaît qu'il est bourré de Warez, la routine. 

C'est long. Au moment où j'écris ces lignes, ça tourne depuis hier soir, ça n'a pas réussi à se mettre à jour en Windows 10. Je pense qu'en temps d'intervention, c'est une histoire qui va me monopoliser entre deux heures et trois heures sans compter le temps que ça tourne, je parle d'intervention réelle. 

On en revient toujours au même problème, dire non. Ah non ma bonne dame, moi pour un bout de tarte je te répare pas ton PC, tu iras chez le dépanneur du coin. Ben non je répare le PC parce que je suis quelqu'un de sympa, tant pis si ça ne me rapporte rien en retour. Il n'empêche qu'on en revient toujours au même problème, pas l'autre problème qui arrive quand c'est trop tard, mais celui d'avant, à savoir qu'il ne faut jamais parler d'informatique et dire qu'on y connaît un peu, il faut faire le mort le plus complet et parler uniquement de la météo.

Copier simplement une iso hybride vers une clé usb amorçable

samedi 30 avril 2016 à 15:00

Les solutions avec interface graphique ne manquent pas. En voici une autre qui ne nécessite par l'installation d'un programme tiers car déjà présent sur nos systèmes ou pouvant être facilement ajouté depuis les mirroirs officiels des distributions, c'est à dire le paquet gnome-disk-utility.

Après avoir téléchargé une image *.iso on ouvre Nautilus ou Thunar et on clique sur le fichier avec le bouton droit puis on choisit :
Ouvrir avec « Enrégistreur d'image disque »

Ceci va ouvrir gnome-disk-utility ( gnome-disks --restore-disk-image ) et dans la fenêtre affichée il suffira de séléctionner la destination de la copie, en l'occurence la clé usb présente dans la liste des cibles possibles.

Si le paquet n'est pas présent sur votre système configuré avec Xfce, on peut l'ajouter très simplement car il n'aura pas besoin de toutes les dépendances gnome.

Le mot de passe root est demandé et la copie démarre avec une barre de progression.

iso2usb

iso2usb2

iso2usb3