PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Scratch, des ressources

lundi 20 juin 2016 à 08:00

On trouve pas mal de choses sur la toile, ma méthode d'apprentissage, puisque j'estime que je ne suis que dans la phase d'apprentissage même si j'arrive à faire des trucs, se limite à trois choses : regarder des vidéos, regarder du code, bricoler le code que je regarde pour comprendre ce que ça fait. On évoquait la disparition de l'écrit au profit de la vidéo, ici Scratch est trop visuel pour faire du tutoriel écrit, on s'orientera donc naturellement vers la vidéo et encore pas toutes ou disons que ça va dépendre de votre mode de fonctionnement car comme vous le savez nous ne fonctionnons pas de la même manière.

Ici par exemple, l'enseignant va pendant 12 minutes expliquer comment faire tomber un ballon selon la loi un demi de gt au carré. La seule chose que j'ai apprise dans le tutoriel c'est qu'on pouvait faire une interaction sur la couleur ce qui donne d'autres perspectives. Je n'ai absolument rien contre le Monsieur mais pour moi c'est trop lent, en 12 minutes, je m'attendais à une gestion du rebond, Michael Jordan qui entre sur le terrain pendant que R. Kelly chante I Believe I Can Fly. En fait je vais en apprendre vingt fois plus à essayer de décortiquer ce genre de programme où le gars pose les bases d'un jeu de plateforme avec le saut et pose son moteur de gravité, saut et chute. Le programme fait appel à une condition sur la couleur rouge, au départ je n'ai pas compris, en fait il a colorié les pieds du chat en rouge pour avoir une interaction entre la couleur verte et rouge au niveau des pieds si on change le rouge en autre chose, le chat tombe. 

De la même manière, la réalisation du jeu vidéo, celle du double dragon est intéressante mais le gars est non seulement un perfectionniste mais il ne débite pas assez vite à mon goût. Sa vidéo numéro 2 par exemple va expliquer comment positionner le personnage selon le fait que vous partiez à gauche, à droite, haut, bas, diagonale, il va passer 30 minutes sur un ton monocorde à expliquer toutes les combinaisons, si ce travail est nécessaire et indispensable, il n'empêche qu'il faut réfléchir au ressenti de celui qui regarde. 

Je me rends compte qu'on pourrait interpréter ceci comme une critique, c'est presque ça, mais comprenez qu'ici il s'agit de porter un regard du professionnel. Je fais parfois des journées de 7 heures par jour avec des élèves de collège et avec eux, il faut monter d'un cran en terme d'énergie, en terme de rythme, il faut que ça bouge. Le prof monocorde va perdre sa classe en moins de cinq minutes, avec mon profil d'élève il vaut mieux être Rocky que Adrienne. Pour faire mon métier, j'essaie souvent de me mettre à la place de mes élèves, ça doit déteindre quelque part sur moi, si bien que j'ai beaucoup de mal à supporter les trucs mous et trop longs. Comme précisé dans mon introduction, il en faut vraiment pour tous les goûts et cela va dépendre des personnalités. Par exemple, pour moi le must, c'est la chaîne de Will Coyot, le gars va vite, il clique plus vite que son ombre, si bien que je ne m'endors pas. 

La liste précédente permet de dégrossir un peu, d'avoir surtout quelques idées pédagogiques, la principale référence restant tout de même le site officiel et ses milliers de programmes. 

Parce que vendredi c'est souchefie

dimanche 19 juin 2016 à 08:00

Tu vois quand tu auras des gosses, tu pourras aussi les gaver avec des phrases qui commencent par quand j'étais enfant mon père. Sauf que toi, non seulement tu t'es tapé du crépi, des travaux, et tout un tas d'horreur depuis que tu as 10 ans, et en plus tu as les preuves qui sont sur internet. Et je veux que tu saches deux choses : la première c'est que déraciner l'arbre depuis trois heures maintenant n'est pas la chose la plus dure qu'on a pu faire et surtout que le jour où tu auras des gosses, si tu me les laisses à la maison tu peux avoir la certitude que je saurais les occuper dans des tâches aussi ingrates et même pire, parce que je serais plus vieux donc je pourrais moins en faire. 

Je ne voulais pas que mon fils pense que c'est open bar parce qu'il a fini l'école plus tôt, je crois qu'il ne va pas tarder à demander à retourner en cours. Nous avons attaqué à 8 heures ce matin quelques travaux de peinture, à 9h30 en route vers Micromania et nos boutiques débiles que nous apprécions, à 11h30 de retour à Saint-Pierre pour préparer le repas pour mon épouse et ma fille qui continuent l'école. A 13h et des poussières, il ne fait pas beau, ça me prend de faire tomber l'abricotier maudit du voisin. Couper un arbre ce n'est pas difficile, même avec des outils rudimentaires, il faut faire tomber le maximum de branches, le plus compliqué reste toujours les racines. On se rend compte qu'avec le temps on commence à prendre la technique, ça reste quand même toujours pénible surtout dans des espaces confinés. Les racines étaient vraiment collées contre le mur, sur certaines photos prises du côté du voisin, on voit clairement les fissures dans le muret. 

Reste l'arbre de derrière que mon voisin s'est engagé à prendre tout seul. Quand je vois la taille de l'arbre, soit mon voisin est maître Splinter des tortues ninja et il va nous le découper en faisant un combo de folie à la tronçonneuse, soit on est bon pour jouer les bucherons. 

Lundi, j'ai promis à mon fils une superbe journée nettoyage au lycée, il va en arriver même à regretter sa souche. 

Cyrille BORNE cet autre psychopathe à la hachette

                     Un peu plus court                                                            tailler des racines c'est comme le crépi c'est la vie

La technique dite du balai de Harry Potter pour déraciner, particulièrement efficace.

Le traditionnel souchefie de la victoire

Le résultat vu du ciel, j'ai laissé le cadavre pour rappeler à mon voisin que je ne rigole pas avec les travaux

Scratch pour les kids, attention

samedi 18 juin 2016 à 08:00

Vous allez encore me trouver bien lourd avec ça, mais je pense qu'il est important de réellement prendre en considération ce qu'on peut lire au niveau du référentiel ou du projet de référentiel dans le cadre du cycle 4, je vous balance l'agricole, l'éducation nationale n'ayant pas le panache et la classe des vignerons en puissance que nous sommes : 

Objectif 5 : Écrire, mettre au point et exécuter un programme simple

5.1- Décomposer un problème en sous - problèmes afin de structurer un programme ; reconnaître des schémas.

5.2- Écrire, mettre au point (tester, corriger) et exécuter un programme en réponse à un problème donné.

5.3- Écrire un programme dans lequel des actions sont déclenchées par des événements extérieurs.

5.4- Programmer des scripts se déroulant en parallèle. 

Comme je l'ai souvent écrit dans mes colonnes, lire un référentiel c'est comme ouvrir les tripes d'un animal et lire dans les entrailles ce n'est pas totalement une science exacte, néanmoins le professeur après avoir pratiqué pendant de nombreuses années les saintes écritures, a développé la capacité de voir en gros ce qu'on attend. Je suis en train de lire le bouquin que m'a envoyé Arnaud, Scratch pour les kids, si vous faites une petite recherche dessus, on voit que ça a été envoyé à pas mal de blogueurs en 2015 et que beaucoup en ont dit du bien, Eyrolles a en effet tendance à un peu arroser avec ses livres. Rien de bien criminel là dedans, mais il est particulièremen​t important de recadrer les choses. 

Il faut faire la distinction entre le gosse qu'on a à la maison et le gosse qu'on a en classe dans un cadre donné, ça n'a l'air de rien mais on est encore des professionnels de l'éducation. Ce que j'entends par là c'est que quand Genma donne sa vision du bouquin, il donne une vision en tant que professionnel de l'informatique et en aucun cas de professeur. J'ai pris Genma comme j'aurai pu prendre n'importe quel autre blogueur qui a pondu un article de ce type mais je préfère mieux lui filer un backlink à lui qu'à des gars qui ont vendu leurs sites à toute personne susceptible de leur payer un truc, mais c'est une autre histoire

Le livre Scratch pour les kids n'est orienté qu'autour de la création de jeux. Le livre est propre, coloré, mais je dirai qu'il n'est pas destiné aux enseignants. L'enseignant ne va pas payer 30 bouquins pour ses élèves, donc l'enseignant se moque complètement des planches de bandes dessinées, des jolies couleurs. L'enseignant a besoin d'aller à l'essentiel, le livre se présente trop comme un livre et pas comme un manuel. Comprenez que si les exemples sont pertinents, qu'ils donnent des pistes, des créations, j'apprends beaucoup plus rapidement en "décompilant" des programmes disponibles. Si on lit le référentiel, on peut faire l'intégralité de ce qui est demandé avec des jeux, mais le devin va tout de même s'arrêter sur la notion de problèmes qui change la donne. L'informatique doit être au service de la résolution d'un problème, créer un jeu où on poutre des bébés phoques n'est pas une résolution de problème. 

Il me parait donc évident qu'il faut s'orienter maths, genre utiliser un programme pour faire la résolution du théorème de Pythagore. On notera de la même manière que la création n'est pas tout, il faut aussi proposer des programmes qui ne fonctionnent pas afin que l'élève puisse apporter une correction, on est réellement dans une démarche intellectuelle poussée, on essaie à tout prix de faire réfléchir l'élève, de le conduire sur les chemins de la logique. 

Pour en revenir au livre lui même, je pense que les gens qui l'ont écrit n'ont pas les mêmes enfants de 8 ans que ceux que je suis amené à croiser. Concrètement le niveau est trop élevé, pour les enfants de 8 ans que je croise, pour ceux que mon épouse croise aussi me disait elle puisqu'elle enseigne en cycle trois avec des enfants qui vont jusqu'à 11 ans. Je trouve qu'on est trop dans l'invitation au copier coller les contenus sans explication claire des contenus. Je suis en train de faire le pallier numéro 2, il s'agit de faire bouger scratch dans le ciel de façon à éviter des éclairs. On explique comment faire un éclair qui va apparaître de façon aléatoire en haut de l'écran, se déplacer vers le bas et disparaître. On note l'expression dans le programme "envoyer au premier plan, déplacer de 1 plans arrière", je ne sais absolument pas ce que ça fait au milieu. Je pense d'ailleurs que le gosse ne se posera pas de questions et se contentera de reproduire les exemples sans les comprendre. 

Pour moi un livre, même un livre de programmation où il est nécessaire de programmer, ça peut sembler évident, c'est un outil qui doit pouvoir être utilisé n'importe où, sans forcément l'ordinateur. Comprenez que je lis dans mon lit, dans mes toilettes, je dois pouvoir comprendre la séquence de code sans avoir de PC en face de moi ce qui dans les toilettes n'est pas évident. A plusieurs moments, j'ai dû coder pour comprendre ce que ça faisait, dès lors, je pense qu'on rate l'objectif, comme précisé plus haut, si un gars de 40 ans passés a dû se pencher sur la question, alors qu'en sera-t-il de l'enfant de 8 ans qui sera tenté de ne pas creuser mais de copier. Pour faire apprendre à scratch à mes élèves, je pense partir d'une démonstration très simple de ce que peut faire l'outil, et proposer des exemples très simples puis ensuite monter en puissance. 

Tu es déjà mort mais tu ne le sais pas encore, rime riche en or

vendredi 17 juin 2016 à 08:00

Avec quelques articles j'ai réussi à insidieusement saper le moral, des trois pelés qui écrivent encore, aujourd'hui je me propose d'achever les derniers survivants, que nous nommerons désormais, blogus dinosorus ou même écritus dinosorus, pour aller plus loin. Facebook prédit que d'ici cinq ans l'écrit sur internet sera mort au profit de la vidéo. Avant de tous se mettre à chialer comme des gamines qui auraient perdu leur tube de rouge ou des agriculteurs qui auraient perdu leur bouteille de rouge, il est tout de même nécessaire de moduler cette annonce. Facebook s'est lancé dans la bataille contre youtube au niveau de la vidéo, annoncer que l'écrit est mort ou qu'il va mourir c'est rappeler qu'il est capable de produire de la vidéo et qu'il peut facilement égaler un youtube, ce que je ne crois pas car Facebook arrive trop tard. C'est plutôt ballot, mais on a beau être un géant de l'informatique, les choses sont désormais posées et il paraîtrait particulièrement difficile aujourd'hui d'imaginer des gens qu'on appelle youtubeur ce qui en dit long, comme quand on dit powerpoint pour toute forme de présentation, lâcher leur chaîne au profit de Facebook. 

L'écriture va donc devenir un marché de niche et avec elle un problème de fond : l'image. Oui, quand j'écris, je peux être une femme, un homme, petit, gros, vieux, moche, paralysé, l'écriture a cette qualité, l'écriture n'est pas raciste, sectaire, l'écriture c'est le prolongement du cerveau, l'écriture te permet d'avoir un physique de radio, l'écriture te permet de tricher, l'écriture permet de tout faire puisqu'on ne te voit pas, on ne t'entend pas. L'écriture c'est le nivellement par le haut, la vidéo c'est malheureusement le nivellement par le TF1. On ne s'étonnera pas dès lors de trouver ce genre d'articles, Les ados youtubeurs ont les mêmes atouts que les stars de la récré dans lequel on peut lire par exemple des phrases qui font vraiment mais vraiment peur :

Paola réfléchit, mais elle n’arrive pas à me citer un seul youtubeur qui soit moche. « Mes youtubeurs préférés sont super beaux », avoue-t-elle, à regret.

Mllex Chloé, jolie blonde aux cheveux longs, 339 000 abonnés, ne connait pas non plus de « youtubeurs moches », seulement quelques-uns qui « se rendent moches » pour faire rire dans leurs vidéos.

« Les gens sur YouTube, ils jugent vachement sur la beauté. Beaucoup de mes commentaires portent là dessus et pas sur le fond. Sous mes vidéos, parfois, on m’écrit juste “t’es trop belle”. »

Interrogée par une abonnée sur cette question, la youtubeuse beauté Horia commence par dire « On s’en fout du physique tant que vous avez quelque chose à raconter », avant de préciser que le physique est important pour les partenariats avec les marques. Et d’admettre encore :

« Il faut prendre soin de soi. »

L'expression Minitel 2.0 qu'on a souvent voulu faire passer dans les discours de gauchistes (dédicace aux francophones de Gnu Social), m'a toujours amusée car c'est Television 2.0 que sera l'internet de demain. Les inquiétudes liées aux actions des gouvernements ne sont finalement que peccadilles face à ce que réclame le peuple, ici en l'occurrence retrouver les stars de la télévision mais d'une autre façon, dans son téléphone, dans son internet avec les mêmes critères, de la beauté, de l'humour, pas trop d'esprit parce que sinon on aurait des youtubeurs moches. 

Je pourrai trouver du positif en écrivant qu'à la différence avec la télé, c'est le youtubeur tout seul avec ses petites mains qui a su se propulser, se mettre en avant, et on pourrait s'en féliciter. En effet on nous a bassiné pendant des années avec les majors, les intermédiaires, le moins qu'on puisse dire c'est que cette chaîne est en train de particulièrement diminuer puisque désormais c'est directement du producteur au consommateur en passant quand même par une unique plateforme de diffusion qui fait quand même très fort puisqu'elle est mondiale. Malheureusement on voit apparaître de nouvelles professions, des agences pour youtubeurs, on doit déjà commencer à avoir des gens qui détectent les talents et j'en passent, on se retrouvera donc bientôt dans une configuration totalement similaire à celle de la télévision. On pourrait dire que comme dans la démocratie le peuple a toujours la possibilité de changer la donne en rendant célèbre un anonyme, malheureusement dans la masse des milliards de vidéos qui affluent comment faire émerger une parmi tant d'autres ? Simplement si quelqu'un d'influent montre la vidéo, c'est tout bête, de la même manière que Laurent Ruquier a fait travailler Steevy à la télé, l'image est belle, je sais. L'âge d'or de l'internet culturel est désormais révolu, place à la télé, une forme de télé quand même puisque nous avons encore la liberté de pouvoir bloguer tous au même endroit ce qui est techniquement différent de la télévision locale, mon message si on le lit a une portée qui peut être mondiale. 

Ce que je retiens de cette histoire, c'est qu'on ne peut pas aller à l'encontre de ce que veulent réellement les gens. Il y a quinze ans vous ne trouviez sur le net que des gens qui avaient accès à l'internet : cadres supérieurs, étudiants, professeurs, on va être sale et dire globalement le haut du panier. Il était normal dès lors d'avoir un internet aux mêmes couleurs, un internet dédié au partage et à l'apprentissage. Maintenant que l'internet appartient à Kevin, Kevina, la ménagère de moins de 50 ans, il est normal d'avoir l'internet que nous avons aujourd'hui. Quand je vois mes collègues s'échiner à faire la promotion du libre, de certains combats, je ne peux m'empêcher de trouver ça complètement vain. 

Si on prend le libre par exemple, les révélations de Snowden, le fait que pas une semaine ne passe sans qu'on parle de piratage de données, toutes ces informations, ce matraquage n'a rien changé car il n'y a pas eu de "marqueur" fort qui fasse changer le comportement des gens. J'en reviens toujours à la même notion, à savoir que dans la vie tu changes soit parce qu'un matin tu as décidé de changer, car tu sens quelque chose qui ne va pas, soit parce que tu as pris une claque, un cancer des poumons par exemple qui va te faire arrêter radicalement la cigarette que tu consommes. Le mode de vie dans lequel nous sommes à savoir que c'est le plus beau qui passe à la télé, que c'est celui qui a le plus gros iphone qui est le plus beau convient finalement à la très grande majorité des gens. Personne ne force les gens à abandonner l'écriture au profit de l'image, c'est un choix, personne d'ailleurs ne me force à abandonner l'écriture au profit d'autre chose. 

Nous avons la chance en France d'avoir encore une très grande liberté de nos choix, de nos actions et d'avoir par conséquent le monde que nous méritons. Les solutions alternatives, d'autres modes de vie existent, est-il nécessaire d'aller rabâcher à qui veut l'entendre c'est à dire des gens qui connaissent déjà qu'on peut faire autrement. Il ne faudrait pas faire preuve de mépris envers l'intelligence des peuples, les gens ont su montrer au fil des siècles que lorsqu'ils voulaient changer le monde, ils pouvaient le faire, parfois même avec des rois au bout d'une pique. Si les gens sont heureux avec une télévision faisant office d'internet, c'est qu'ils le veulent. 

Si en outre vous voulez vivre de façon différente, en tout cas pour cette partie qui reste dans le domaine de la légalité, j'ai le droit d'écrire, j'ai le droit d'avoir un bureau Linux, vous trouverez toutes les solutions sur internet ou ailleurs. 

Il faut tourner la page du prosélytisme et se contenter de répondre simplement à l'appel des gens qui veulent envisager de faire les choses autrement. 

 

Itinérance : les clients de Free n’auront plus accès au réseau d’Orange en 2020

jeudi 16 juin 2016 à 21:11

Ca risque de pas mal changer la donne, notamment dans mon coin. A l'heure actuelle je tourne sur SFR, ou disons RED et je ne suis pas satisfait. C'est simple, dans la zone de Pezenas, la réception est déplorable. Curieusement mon CPE qui est chez SFR mais pas chez RED me disait que lui avait du signal dans tout le lycée quand moi par exemple en salle des profs je n'ai rien. Mon téléphone ? Le fait que je sois chez RED ? Aucune idée, ce qui est sûr c'est que la priorité pour moi c'est de pouvoir être joint s'il y a un problème et qu'ici mon abonnement ne me rend pas service alors que paradoxalement j'ai une couverture optimale dans l'Aude pourtant moins fréquentée, Pezenas étant quand même une zone assez importante, sa proximité avec Beziers devrait aider, même si nous sommes sur l'extérieur au lycée dans les vignes. 

Dès lors la question pour moi s'est posée de retourner chez Free, 2 €, si je pars en vacances c'est avec ma femme qui a l'abonnement à 5 Go de data donc deux abonnements c'est inutile, ce qui compte pour moi c'est bien d'être joignable à mon établissement, notamment s'il y a un problème avec les enfants, qu'importe finalement la quantité de forfait, au lycée j'ai de la téléphonie et du réseau de partout. Free avec ses 2 € propose le forfait le plus intéressant du marché, il faut monter à 5 € chez Sosh pour avoir à peine l'équivalent ce qu'on pourrait qualifier de honte, sauf, sauf si bien sûr avec la fin de l'accord d'itinérance, la qualité de service que propose free qui s'appuie sur le réseau orange n'est plus au rendez vous. Quelque chose me fait dire que les premiers qui vont souffrir sont les zones de campagne, une intuition. 

J'aurai tendance à dire que ce sera vite vu avec mon fils qui après plusieurs mois de coupures et une excellente année de cinquième récupère une ligne, je pense que pour moi par contre ce sera direction un autre opérateur, payer 10 € par mois pour ne pas être joignable et ne pas utiliser la data n'a pas de sens. A suivre. 

http://www.presse-citron.net/itinerance-les-clients-de-free-nauront-plus-acces-au-reseau-dorange-en-2020/