PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Des souris et des hommes

jeudi 21 juillet 2016 à 08:00

Je suis dans une de ces phases où ça ira mieux dans trois mois. C'est amusant mais en fait ça fait cinq ans que je suis dans cette phase, ça en fait des périodes de trois mois, mais là je pense que ce coup-ci c'est quasiment la bonne, je devrais arriver à la stabilité tant recherchée, je viens de régler déjà un problème de masse à savoir la récupération de la totalité de mes heures de contrat de droit public avec l'état. Je viens aussi de récupérer mes heures pour l'an prochain, mieux vaut tard que jamais, il va falloir que je dépoussière mes cours de première, ça aussi, ça fait partie des choses qui vont pouvoir avancer et envisager de profiter "pleinement" des vacances, il serait temps. Ce qui est bien quand tu es Cyrille BORNE, c'est qu'à la résolution de deux problèmes, arrive forcément un autre problème. Dans la cloison de ma chambre, un bruit de grattage. Pour avoir vécu dans tous les trous paumés du monde, il s'agit indubitablement d'une souris. Je calcule déjà comment je vais devoir faire sauter une prise électrique, mettre un produit pour la tuer, vivre avec l'odeur de décomposition ... et puis un souvenir, celui du Cantal. Dans l'école de mon épouse, un trou paumé de chez paumé, des souris en pagaille, elle avait acheté un appareil qui balance des ultrasons et qui avait fait détaler les bêtes, ça ressemble à ça : 

Quand il est 22 heures ce n'est pas évident de trouver ce genre d'appareil, oui je vous assure, alors on en revient à Android, car il y a une application pour tout. Sur ma tablette j'ai utilisé ces deux applications, et comme je suis drôle, j'ai mis les deux en même temps, le bruit de grattement s'est arrêté en moins d'une minute. 

Un jour, l'un de vous se retrouvera dans une situation similaire, et il se rappellera de Cyrille BORNE avec sa tablette collée contre le mur en train de faire fuir une souris. Une information pratique, une information personnelle, une information que je ne trouve plus sur le net. Ce n'est pas nouveau, on le sait, c'est un laïus récurrent chez moi mais c'est de plus en plus vrai, il n'y a plus d'hommes derrière les sites internet, on aura bientôt des automates pour rédiger les articles. Je continue de faire le grand ménage, je suis tombé à 65 sites suivis dans mon agrégateur, j'étais à plus de 150 il y a quelques temps.

C'est la détox, la plus complète. A une époque j'avais peur de rater l'info, en fait avec du recul, je me prenais 10 ou 20 fois la même info dans la tête. Je pense que je trouverai tout de même un système de tendance, pour voir un peu ce qui ressort dans l'actu, après tout c'est une des possibilités qui nous est offerte. J'ai retiré tous les sites de bon plan, je suivais dealabs par exemple. On finit par se retrouver à consommer sans avoir besoin des objets, uniquement sur le principe que ce n'est pas cher, que c'est un bon plan. 

Pas facile à trouver l'information alternative, j'ai fait un tour sur youtube, même ici on arrive à une véritable conformité dans les montages, dans la façon de faire, à force de vouloir faire comme les autres, youtube s'est noyé en à peine quelques années dans le conformisme, étonnant tout de même pour qui voulait casser les codes de la télévision. 

Internet c'est quand même devenu comme la grande distribution, la sensation que les produits sont réellement tenus par à peine quelques grands groupes, et qu'il faut aller chercher dans le fin fond des campagnes, les véritables produits du terroir. Pour l'instant, je ne suis pas dans la phase à retrouver le goût du bon site perdu, j'en suis à faire ma cure de malbouffe. Je reviendrai vers vous si j'arrive à trouver dans ce gigantisme un bon petit plat, un bon saucisson réalisé avec amour. 

Difficile Windows 10

lundi 18 juillet 2016 à 08:00

Mon collègue d'histoire est un type drôle qui se ramène avec des épées pour faire des cérémonies d'adoubement en classe, il est chauve, nous sommes d'ailleurs reconnus comme le chauve sans lunettes et à lunettes. Il m'a demandé un conseil d'achat pour un ordinateur, et je lui ai proposé parce qu'il est aussi joueur de mettre directement 8 Go de RAM et un SSD de 256 Go. Le choix c'est posé sur une Lenovo Yoga 500. A peine sorti du carton on l'a ouvert devant notre collègue de bio qui était atterré, pour voir s'il s'ouvrait facilement, c'est le cas, on fait sauter les vis à l'arrière, tout se déclipse. D'un point de vue physique donc, aucun problème, par contre d'un point de vue logiciel c'est une autre histoire. 

Windows 10 n'a plus de clé en façade puisque celle-ci est calculée plus ou moins de manière hardware si j'ai tout compris. La méthode de clonage ne pose théoriquement pas de difficulté, elle n'en posait pas vraiment avec Windows 7, mais ici il s'agit d'une structure de portable, ce qui rend complexe les choses, par le fait d'avoir des partitions cachées notamment pour réinjecter le système en cas de crash. J'ai donc fait un peu le tour de la toile, la solution qui revient le plus régulièrement pour ne pas dire la seule c'est d'utiliser le logiciel easeus. J'ai essayé de faire au plus propre c'est à dire ramener la partition de 900 Go allouée pour le C à moins de 100 Go easeus m'aura envoyé bouler de façon systématique pour un problème de taille. Plantage de clonezilla, sur le site de Kingston pas de logiciel dédié au clonage comme c'est le cas pour les autres SSD, on recommande l'utilisation d'Acronis mais il faut avoir acheté un kit complet pour bénéficier d'une clé. On sent d'ailleurs qu'avec l'arrivée de Windows, on a besoin de passer à du payant pour avoir quelque chose d'efficace.

Après avoir essayé, échoué, je suis allé à l'essentiel, une version pirate de 7 magique, et j'ai monté en 10. On voit effectivement la limite de la légalité, on voit aussi la limite de la méthode si l'ordinateur se mettait à crasher, mais c'est la méthode la plus efficace que j'ai pu trouver et je trouve cela particulièrement inquiétant. A une époque si votre ordinateur crashait, à l'aide d'une installation pirate si on ne possédait pas les disques, il était toujours possible de changer le numéro de la clé en la clé dont on était le propriétaire, ici je suis dans l'incapacité de faire. De là à dire que si votre ordinateur plante vous l'avez dans l'os, l'OS même, il n'y a qu'un pas que je franchi allègrement. 

Windows 10 est sans conteste un système d'exploitation réussi. Certes, on a la sensation de se retrouver dans une béta parfois, mais c'est propre, c'est moderne, c'est intuitif, c'est un système qui a beaucoup de qualité. Bien évidemment on viendra rager contre la vie privée volée, la collecte des données et on aura certainement raison. Pour moi l'inquiétude principale ne se trouve pas ici, c'est la difficulté de réparer le système. Cloner n'est pas simple, rétablir le mode sans échec n'est pas simple, il est finalement difficile d'intervenir sur ce système d'exploitation qui n'inspire pas beaucoup confiance. 

Pour ma part c'est un service que j'ai rendu et que je ne peux plus rendre à compter du 29 juillet date à laquelle Microsoft bloquera le passage de 7 à 10 de façon gratuite, car je suis devenu tout simplement incapable de réaliser cette opération avec ce système trop complexe, qui refuse de se laisser dompter facilement. En voilà une excuse qui va bien m'arranger, si vous voulez un PC sous Windows 10, il va vraiment falloir acheter une licence ou un nouvel ordinateur ...

éphémère

dimanche 17 juillet 2016 à 08:00

Je blogue de façon officielle depuis 2008, j'ai franchi la barre des 41 ans et pourtant malgré ces 8 ans, ces milliers de billets, j'ai enfin trouvé la manière de bloguer qui me correspondait. Les mauvaises langues diront, pour les quatre semaines à venir, ils ont peut être raison mais c'est sans importance, ce qui compte c'est d'écrire. 

Désormais Cyrille BORNE se décompose en quatre univers : 

J'ai choisi le titre éphémère car c'est ainsi que je conçois les billets de blog. Pendant longtemps je crois que j'ai été attaché à la conservation de l'ensemble des billets pour une histoire de comptage, de statistiques, d'orgueil. En effet, on est super content d'afficher 12000 au compteur en billets, de montrer qu'on écrit depuis 10 ans, ça fait le vieux routard qui a roulé sa bosse, le référencement, plus il y a de page, mieux c'est. Vous voyez dès lors qu'en appliquant cette stratégie je fais encore un effort de déréférencement supplémentaire mais ça n'a finalement aucune importance, ce qui compte reste l'écriture à caractère personnel, si les autres y trouvent leur compte tant mieux, sinon tant pis. 

Je pense que j'arrive à une situation qui sera stable pendant un bon moment. Deux points toutefois : 

Vous noterez qu'en faisant sauter l'instance de GNU Social, je ne suis plus sur aucun réseau social, je continue de fréquenter quelques forum et de collecter quelques adresses jabber, la conversation individuelle restant particulièrement plaisante. 

Sites internet, virez les tous

samedi 16 juillet 2016 à 08:00

J'écris cet article mardi soir, une journée sans bosser, une ballade dans la clape, de la famille, une journée loin des ordinateurs. Ce qui est difficile quand il y a 600 flux qui sont tombés c'est de voir la multiplication d'une même information, revenir encore et encore, un martèlement. Les actualités qui sont revenues le plus régulièrement sont indéniablement en cette journée : 

Commençons par les Pokemon. A priori c'est un énorme carton sur les mobiles, l'arrivée de Nintendo avec un jeu Pokemon c'est un geste fort, et les journaleux ont besoin d'en être, histoire de pouvoir dire qu'ils en sont et surtout de ne pas prendre le risque de ne pas en être. Et le problème ici, c'est que des gens en sont, alors qu'ils ne devraient pas en être. Denis exprime par exemple, que les deux articles sur les Pokemon chez Numerama, c'est les deux articles de trop. Numerama fait une erreur, car de peur de ne pas en être, il en est, et pourtant ça ne correspond absolument pas à sa ligne éditoriale. Ligne éditoriale d'ailleurs qui à force de partir dans toutes les directions est tellement diffuse qu'on comprend que la seule chose qui compte c'est de faire du clic. Alors que je suis tombé à 85 liens cette journée pokemon me dit qu'il faut que je fasse du tri dans les gens qui ont fait du pokemon pendant toute la journée et de dégager ceux qui se contentent d'envoyer exactement la même information que les autres. Comprenez que Numerama par exemple qui va produire encore des articles du style organiser l'héritage de ses données personnelles, ne fera pas partie de la charrette même si je dois dire que j'ai été très tenté avec l'article Pokémon Go vous agace ? Voici comment ne plus en entendre parler qui soit tient de la véritable stupidité, soit d'une ironie réellement géniale.. 

Le déclin du PC est une nouvelle qui me gêne de plus en plus. Moi je vais vous dire que la blogosphère n'arrête pas de mourir, parfois essayer de trouver des raisons, une explication, parfois par pure folie, des tentatives de solutions. Dans ce genre de nouvelles, il n'y a absolument aucune analyse, si ce n'est ça recule. Ces articles se contentent de présenter des chiffres, de ne pas les analyser, on va dire vaguement que les gens ont changé dans les usages. Et de l'autre côté ces mêmes sites vont expliquer que les ventes de tablettes sont en berne, qu'il se vend moins de smartphone. A quand, un véritable travail d'enquête, contacter les revendeurs de PC d'occasion pour savoir si leur commerce explose, en gros, à quand un travail de journaliste ? 

L'environnement Unity qui tourne sur Windows 10 ou le retour de la revanche de Kim Dotcom, c'est certainement même combat, déclencher de l'énervement dans les commentaires, donc faire quelque part du buzz. Dans le premier cas, on sait pertinemment que les Linuxiens qui ont tout de même franchi la barre des 2% sur le bureau, tremble Windows 10, vont représenter 98% des commentaires pour venir expliquer que Canonical s'est encore vendu et qu'il est nécessaire au pire de passer à Debian ou Arch, au mieux de revenir à Gentoo et de compiler son noyau. Pour Kim Dotcom c'est pour faire hurler tous les piratins qui vont expliquer que depuis la mort de megaupload, il n'y a jamais eu autant de sites de direct download et que ce n'était pas mieux avant mais maintenant, que personne n'attend plus Kim.

Au moment où je vous écris, je suis tombé à 80 flux, j'étais à 150 il y a quelques semaines, je n'ai pas l'impression d'avoir raté grand chose. Quand je vois une journée comme celle-ci, ce n'est pas bien difficile, il y a trois tendances : 

On m'avait fait remarquer que c'était ma faute, à savoir que c'était mon monde qui était en train de mourir et que de partout il y avait de nouveaux blogs, des tas de choses, c'est possible. Quand je vois des blogueurs de ma génération qui écrivent en gros la même chose, on peut dire que soit on file vieux con, soit on constate tous la même chose. De ce côté là, je peux effectivement mettre un point d'interrogation, du fait de ne plus être non plus en recherche d'infos quotidienne mais de façon ponctuelle. Si j'osais, je dirai qu'à l'heure actuelle c'est Google mon agrégateur RSS. 

Les regroupements dans l'informatique, les rachats, les fusions, montrent qu'on se rapproche de plus en plus vers quelque chose d'unique ou de limité. Je vous ressortirai bien le mouvement de transition en disant qu'il faut relocaliser avec des petits blogs pour favoriser la diversité mais cela n'a plus l'air d'intéresser les gens, il faudra vraiment jeter un coup d'oeil du côté de youtube pour voir si l'herbe est plus verte, c'est une échéance que je repousse à chaque fois, je ne suis pas fan de ce format. Quand je n'aurai vraiment plus mon compte avec l'écrit, j'aurai certainement plus de motivation. 

Craignez braves gens les états qui veulent transformer notre bel internet en Minitel 2.0. Il est loin ce discours que tenaient les sites comme Numerama qui aujourd'hui s'alignent comme des autres à vous sortir du pokemon à toutes les sauces. Preuve que Minitel 2.0 c'est vraiment une histoire de point de vue, j'ai l'impression que le minitel c'est encore trop bien pour ce vers quoi on s'oriente, télévision 2.0 me parait plus adapté. 

Choisir les bons outils, définir son besoin

vendredi 15 juillet 2016 à 08:00

J'aurai donc passé deux mois sur GNU Social et j'ai bien évidemment fermé le compte. Les mauvaises langues diront que c'était un piège pour Alterlibriste, moi je vous expliquerai que c'est un problème de choix des bons outils mais avant d'aller plus loin, laissez moi vous raconter mes découvertes. GNU Social est un projet intéressant qui a tout de même un véritable problème, il repose uniquement sur un développeur qui code de temps en temps. En deux mois j'ai trouvé un bug (enfin plus d'un), alterlibriste a confirmé ce bug, postblue a signalé le bug, le bug n'est pas corrigé, je n'ai pas la compétence pour le corriger. J'ai de plus détourné l'usage de GNU Social en installant sur du mutualisé, qui plus est dans du mutualisé qui n'est pas dans un sous domaine mais dans un répertoire, ce qu'on peut qualifier du summum du sale. En gros, si vous voulez utiliser GNU Social, il est nécessaire de le faire sur un serveur dédié, sur un véritable domaine, donc soit d'avoir un serveur payé type VPS ou dédié, soit de s'auto-héberger. Le logiciel est gourmand, sur un pi 512, c'est ingérable, Alterlibriste a dû le faire tourner sur un brix qu'un généreux héro anonyme a bien voulu lui donner, l'auto-hébergement pose de plus la question de la sécurité qui est pour moi le plus gros problème, mettre son serveur de façon publique face au web, face aux autres c'est prendre un risque, c'est pour cela que vous ne me verrez jamais mettre un de mes blog en auto-hébergement, je confie mes affaires à un professionnel. 

Du fait d'avoir la contrainte php/mysql sans fioriture je me suis tourné vers des solutions plus classiques. J'ai commencé par regarder du côté de Wordpress qui propose buddypress pour transformer son blog en réseau social. La solution est intéressante mais le paramétrage a commencé à me gonfler. On se rend compte que s'il est facile d'avoir un mur pour écrire un message rapidement, il n'est pas possible d'envoyer une photo par exemple sans rajouter un plugin complémentaire, en moins d'une heure j'avais jeté le programme. 

J'ai continué vers Elgg, un logiciel qui vous permet de créer votre réseau social personnel. C'est facile à poser d'autant plus qu'il est présent dans softaculous, le paramétrage est simple, c'est un peu désordonné au départ mais c'est un logiciel qui est réellement puissant. Si je devais démarrer un site communautaire, je prendrai cette solution aujourd'hui. En effet Elgg permet les discussions, l'envoie de fichier mais Elgg permet aussi de monter ses propres blogs mais aussi des pages statiques collaboratives. 

merci à Stéphane d'avoir joué les cobayes pour la soirée

Logiciel propre, mobile de plus, l'interface est totalement exploitable depuis un téléphone, mais ici, si on veut en être, il faut s'inscrire et c'est quelque chose qui me pose de plus en plus de problèmes à titre personnel, je ne veux donc pas l'imposer aux autres. Exit Elgg mais je garde sous le coude pour une prochaine fois. 

Si je ne veux pas contraindre les gens à s'inscrire, je suis donc obligé d'avoir un logiciel qui ne demande pas d'inscription ou de m'inscrire moi-même dans un vaste réseau social. J'ai donc fait l'installation de hubzilla. Hubzilla se présente comme le graal des réseaux sociaux puisqu'il a la volonté de pouvoir communiquer avec l'ensemble des réseaux sociaux libres. De façon théorique, si on utilise hubzilla on peut donc communiquer avec quelqu'un sur Gnu Social ce qui m'aurait permis de retrouver mes amis gauchistes et Diaspora* ce qui m'aurait permis de m'insulter avec d'autres personnes. L'installation qui doit se faire dans un sous domaine que j'ai finalement créé se passe pas trop mal, un répertoire data à faire à la main agace un peu, il faut positionner aussi une tâche cron, c'est supportable. L'interface est jolie pour un résultat en outre que j'ai trouvé peu réactif pour ne pas dire très lourd. 

Alors qu'on a déjà uppé 50 Mo, on se rend compte qu'aucun module de communication n'est intégré de façon native et qu'il faut rajouter encore une couche supplémentaire de fichiers. C'est à la rigueur compréhensible, on peut supposer que malheureusement les protocoles peuvent être amenés à évoluer et qu'il vaut mieux externaliser plutôt que de faire des mises à jour systématiques du moteur. Ce qui pour moi est plus incompréhensible, c'est qu'alors que le programme est totalement opérationnel sur un hébergement mutualisé, c'est que pour ajouter les plugins il est nécessaire de le faire en ligne de commande ce qui nous renvoie à du SSH ou à du dédié. J'ai commencé à regarder comment on pouvait le faire à la main, et une fois de plus ça m'a rapidement gonflé, donc j'ai poubellisé. 

Je pourrais disserter sur la qualité des réseaux sociaux libres mais ce serait injuste car le problème ne vient pas de leur qualité quelle qu'elle soit mais de mes usages. Car finalement qu'est ce que je cherche : 

Je suis en train de donner la définition d'un blog tout simplement. 

J'avais déjà envisagé cette solution sans la pousser jusqu'au bout tout simplement parce que pluxml n'est pas nécessairement l'outil le plus pratique dans sa version mobile. Par exemple, Wordpress a une application mobile qui permet de gérer son blog sans trop de mal. J'ai pris dernièrement le problème à l'envers en me faisant violence et utiliser mon téléphone portable un peu plus, j'ai écrit cette chronique en bord de mer, ce qui veut dire que ça peut se faire. 

L'open bar est donc mon quatrième blog pluxml pour gérer la séparation de mes activités sur internet, m'apportant une forme de cohérence dans le choix de mes outils.