PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Image et Libreoffice, une pratique, une réflexion

vendredi 7 octobre 2016 à 08:00

Après avoir fait la recherche, mon cours de vendredi, va être plus ou moins mal consacré à un léger travail sur l'image, comment redimensionner une image, le poids de l'image, tout ça. Derrière ça se cache une problématique bien connue, les élèves ne font absolument pas attention au poids des objets, et pourtant il faut en avoir conscience, c'est d'ailleurs l'objet d'une conférence réalisée par le site GreenIt où l'on apprend par exemple que le poids des pages qui a été multiplié par 3 entre 2010 et 2016, par 115 entre 1995 et 2015. Cela donne un argument pédagogique que je donnerai oralement mais qu'il faudra que je couche par écrit, la problématique à notre niveau c'est principalement d'avoir un gamin qui va monter un document, prendre quatre photos en 120 mpx, se plaindre des difficultés à l'envoyer et à les manipuler.

Jusqu'à maintenant, j'ai toujours fait travailler les élèves sur le retaillage des images et sur la compression par un logiciel externe au traitement de texte, photofiltre maintenant que je travaille sur Windows, kolourpaint4 quand je travaillais sous Linux dans mon précédent lycée. On m'a fait remarquer plus d'une fois que dans Libreoffice, il était possible de retailler les images et de les recompresser, explication en image avec bien évidemment une licorne en silicone.

Facilement on passe au rouge et on peut cropper, on fait clic droit rogner sur l'image, et ça rogne. C'est intuitif, c'est sympathique et ça fonctionne. Vous noterez qu'on a un compressé l'image, je m'exécute, voyez la fenêtre de redimensionnement qui paraît assez intuitive et le résultat. 

Je pense qu'il s'embrouille totalement les pinceaux parce que j'ai travaillé sur une image croppée et que ça ne lui a pas du tout plu. Admettons donc que ça ne marche pas, et que l'image soit parfaitement retaillée quand je la mets dans le traitement de texte. J'ai joué avec l'image à essayer d'imposer de nouvelles dimensions, comme c'était un carré de base, j'ai demandé du 100x100. 

Voyez la pixelisation de l'image, je pense sans en être persuadé que quelle que soit la taille donnée il ne l'adapte pas et c'est donc à l'utilisateur de se débrouiller pour la remettre en place. Dire que ça marche mal est un euphémisme, ça fera partie des choses qui marcheront certainement mieux bientôt, ou qui marche déjà mieux, je pense que je suis sur les backports ou que j'ai installé à la main, il faudrait que je teste une nouvelle version. Cela dit quand bien même ça marcherait, on peut s'interroger sur la pertinence de l'action, le principe de l'oeuf ou de la poule. Qui arrive le premier, l'image qui va bien ou l'image à rendre bien ? 

Pour moi d'un point de vue logique, si le gamin a pris conscience qu'il ne devait pas insérer n'importe quelle image dans son document, cela signifie qu'il doit la travailler en amont dans un logiciel dédié car cette image n'a pas forcément que vocation a partir dans un document texte mais peut être mise en ligne sur un site internet ou envoyé par mail. Par conséquent, si l'idée d'intégrer des notions de retouches élémentaires dans la suite libreoffice part d'un bon intérêt, la démarche quant à elle ne me paraît pas nécessairement pertinente avec un public qui ne fait pas attention à grand chose et qui a besoin d'avoir des schémas logiques simples. 

Que dit la météo ? Qui sème le vent ... euh non

jeudi 6 octobre 2016 à 08:00

Ma mère prend sa retraite cette année, ce sera certainement un problème de plus à régler mais comme vous le savez, éternel optimiste, ça ira mieux dans six mois. Elle a tenu pendant plus de 40 ans un commerce de vêtements pour femmes dans lequel j'ai grandi. Ce qui est extraordinaire avec la mode et nous l'avons subi pendant des années, c'est qu'alors qu'on vend des fringues, on ne tient pas compte de la météo, mais uniquement du rythme imposé par la mode. Je me rappelle de ma mère courir les fournisseurs pour trouver des robes alors qu'à Nîmes on pétait la canicule et qu'il fallait présenter la collection automne hiver. Aller présenter à une femme le magnifique pull qu'il va mettre alors qu'il fait une chaleur à crever, et qu'on n'a pas le choix, parce qu'il n'y a pas un imbécile qui s'est dit qu'il fallait peut être travailler en flux tendu et faire tourner les rotatives pour fabriquer des robes au mois d'août.

Je déambule dans les rues de Saint-Pierre, c'est mercredi matin, je suis en T-Shirt. Je vais faire marrer mon facteur avec mon colis, je vais prendre le pain au Spar parce que la boulangerie a repris ses heures d'hiver, je demande à la caissière si elle a vu mon vieux, rappelez vous, le monsieur que je me traînais en voiture, il a été placé en maison de retraite, je suis soulagé car cela faisait un moment que je ne l'avais pas vu, preuve qu'à force, l'action citoyen paye mais c'est une autre histoire. Le marché est réduit, il sera encore plus petit bientôt, il ne restera plus que mon légumier qui n'est pas tout jeune, qui reprendra le flambeau quand il partira à la retraite ? A son stand, deux mamies Auvergnates demandent des melons qui tiennent car elles rentrent au pays, les pauvres, il doit faire -7 degrés en ce moment du côté d'Aurillac. 

Et la question qu'on peut se poser, c'est pourquoi les mamies s'en vont alors qu'il fait un bon 26 degrés et qu'elles pourraient enfiler leur plus beau maillot à paillettes parce que le vieux ne craint pas une eau à 18 degrés qu'il aurait pour lui tout seul ? Le vieux, c'est un être simple à comprendre, le vieux aime le monde, le vieux aime la foule. C'est pour ça que le vieux va chez le coiffeur aux heures de pointe, que le vieux fait ses courses le samedi après-midi, de cette façon en emmerdant le monde, le vieux se sent doté de pouvoirs uniques sur les gens pressés, se soumettre au rythme du vieux qui lui prend son temps. Ce weekend par chez moi on a fermé le camping. Et oui, il fait 26 degrés, mais c'est gravé dans les tables de la loi que quelle que soit la météo, sans aucune flexibilité, on fermera le camping pour le dernier weekend de septembre qu'on a quand même fait l'effort de pousser jusqu'à début octobre parce que sinon on l'aurait vu qu'on a fermé en milieu de semaine. Par effet boule de neige, le vieux qui aime le monde, voit ses copains partir du camping et se met à migrer lui aussi vers son pays, l'Auvergne, bien évidemment. J'ai souvenir d'il y a quelques années ma fille se baignant pendant les vacances de la Toussaint.

La météo aujourd'hui n'a plus de sens, le plus beau mois de l'été aura été septembre, octobre peut en faire parti. On parle de flexibilité dans le monde du travail, d'adaptabilité et pourtant certains concepts ont encore la peau bien dûre, on pourrait remplir sans souci désormais la station de mai à octobre, cela ferait les affaires des commerçants qui n'auraient pas besoin d'aller chercher du travail hors saison ou moins, mais on reste trop attaché aux dates de la météo d'il y a 50 ans. C'était mon billet de comptoir de la journée. 

Une nouvelle histoire de livraison

mercredi 5 octobre 2016 à 10:30

Ma femme et la consommation c'est une histoire qui dure, le jour où elle a compris comment acheter sur internet fut certainement le début de la fin. De la fin de je ne sais pas quoi, mais la fin de quelque chose. Premier colis, passage du facteur, avis de passage, demande de relivraison pour aujourd'hui, positionnement donc par le site de la poste, bien évidemment le colis se trouve au bureau de poste malgré l'action sur internet. J'avais anticipé le coup, il fallait que j'envoie une carcasse d'ordi à Gilles avec sa dalle ce matin, les carcasses des uns font le bonheur des autres, sa pièce d'identité, le colis était bien, mes histoires font toujours marrer le gars au guichet qui a pris l'habitude de mes problèmes de livraison. 

Seulement il ne faut pas sous estimer ma femme qui aime de nouveaux défis. Elle a commandé un pôt de fleur en Allemagne ................. 12 € le pôt, 11 € de livraison ........ On est au pays de la céramique, y a des potiers à tous les coins de rue mais c'était celui-là, la destinée sans aucun doute. Message en noir dans Amazon, le signe d'un mauvais présage, j'ouvre une parenthèse pour dire que ça fait cinquante fois que je lui demande d'arrêter d'acheter n'importe quoi sur Amazon et de regarder le transporteur, j'ai pas dû le dire assez, le transporteur n'a pas trouvé mon adresse. Nous sommes face à un grand classique, le gars vient pas. Je suis géolocalisable par GPS mais seulement avec 1200 pèlerins à l'année, une majorité de vieux qui ne consomment pas par internet, en terme de commande je le vois d'ailleurs ce matin à la poste, le seul colis c'était le mien. Comprenez qu'en fait le transporteur tente sa chance à raison d'ailleurs, il ne se déplace pas jusqu'à chez moi en notant un motif bidon car il sait que de toute façon je vais faire l'effort de demander une autre façon de me faire livrer. C'est quand même ici qu'on voit qu'on est dans le n'importe quoi, les gars ne font pas leur boulot de façon délibérée et sont les gagnants de l'histoire car le client va se débrouiller pour tout faire pour avoir son colis jusqu'à se déplacer lui même, ni vu ni connu. Association de consommateur, entend mon cri. 

Donc, on commence la procédure habituelle. Transporteur DPD, je ne le connaissais pas, DPD France ne trouve pas le colis, je vais sur le site DPD Allemagne et je vois que le colis est situé à l'agence de Montredon des Corbières, je vous donne uniquement le nom parce qu'il est joli mais inutile dans notre histoire, c'est l'agence Chronopost. Moi je me casse pas la tête même si je sens l'embrouille et j'appelle l'agence la plus proche qui se trouve à Lézignan-Corbières, où vit ma belle soeur, et ça n'a aucune importance. La dame m'explique que DPD est aussi propriétaire de Chronopost, je pensais que c'était la poste et donc que pour les colis arrivant de l'étranger, les colis étaient pris en charge ou par DPD France ou par Chronopost, ça se précise. J'appelle donc cette fois de façon officielle Chronopost et je fais ce que fait le bon client de base qui s'est déjà brûlé sur la plaque très chaude, je ne repose pas la main en demandant une livraison en point relais, qui sera la poste de Saint-Pierre ce qui sera une nouvelle occasion pour faire marrer mon guichetier. 

On vit quand même dans un monde de fou, à l'heure actuelle si je commande un obscur produit technologique sur la plus obscure boutique chinoise au monde où je vais payer 10 cents pour que mon colis parcourt plusieurs milliers de kilomètres, je vais le recevoir sans aucun problème quand à plus de 10 € de livraison je dois faire preuve d'astuce et d'espièglerie comme candy pour récupérer mon colis, rime riche en i. 

La moralité est simple acheter local comme ça aurait dû être le cas pour un pôt de fleur, vérifier le transporteur si c'est possible, en cas de doute, acheter un autre produit ailleurs. La seule sanction qui existe vis à vis des commerçants et donc des transporteurs, c'est de ne pas acheter les produits qu'ils sont incapables de livrer de façon correcte. Les premiers veilleront peut être à changer de prestataires, les second à enfin faire leur travail, et de comprendre qu'il n'y a pas de requin à Saint Pierre. 

Informatique encore et toujours en milieu enseignant

mercredi 5 octobre 2016 à 10:00

Au lycée, j'ai le problème suivant. Uniquement pour les ordinateurs portables, et pas tous, qui sont donc tous passés à Windows 10, les impressions ne se font plus. Pour les sessions TSE qui se connectent au serveur de façon filaire, pas de problème. Ce qui est difficile dans ma situation c'est toujours la réparation entre deux cours, avec quelqu'un qui vient vous demander quelque chose toutes les quatre minutes, parce que pour une fois qu'on ne me voit pas courir et assis concentré entre deux écrans, on saisit sa chance. Pour être plus précis dans le "ça n'imprime pas", les imprimantes sont parfaitement reconnues, le pilote s'installe sans l'once d'un problème, le document lancé apparaît dans la liste des tâches à imprimer mais ne sort pas, il est de plus impossible de supprimer la tâche qui n'est pas coincée ailleurs dans le réseau mais bien sur le poste. Comme ça marche partout ailleurs mais que ça ne marche pas sur les postes de certains collègues, l'idée qui vient directement c'est leur culpabilité et je ne suis pas loin de le penser car les postes des secrétaires sont sous Windows 10 et curieusement fonctionnent.

Voici les quelques manipulations que j'ai pu réaliser :

Et puis il y a quand même quelque chose dont il faut avoir conscience, on est sur du Windows 10, il s'agit d'un système d'exploitation qu'il faut quand même avoir à jour et pas qu'un peu. Chez mon épouse ça a été particulièrement net, le passage de Windows 7 à Windows 10, pour retrouver l'imprimante wifi, 10 minutes dans les premiers temps. Mon collègue me racontait quant à lui que depuis la mise à jour anniversaire de Windows, les documents de ses enfants sortaient parfois au bout de 24 heures. Donc je lance la mise à jour sur le PC de la collègue, pas d'espace disque, il reste quatre gigas .................................. sur une machine de 160 Go, je me rends compte qu'il y a 80 Go de films .................. au moins .............. je ne me suis pas arrêté pour compter le reste. Il aurait été facile de piquer un scandale avec des invitations à se mettre l'ordinateur dans des endroits qui voient rarement la lumière, mais j'ai d'autres collègues qui sont dans la même situation si bien qu'il faut que j'investigue. A la maison, hier soir, transfert à la vitesse de l'USB 2 de 80 Go de films pour être sûr d'avoir la paix, j'aurai pu en faire moins mais tant qu'à faire, mise à jour de Windows 10 vers la version anniversaire, re-transfert de 80 Go de films vers la machine, voici où j'en suis pendant que j'écris ces lignes ce matin, je suis en train de procéder à 20 Go de nettoyage de fichiers temporaires sur l'ordinateur pour l'instant et aux différentes mises à jour. 

Je reviendrai vers vous quand j'aurai trouvé la solution, je finis toujours par trouver, je n'ai pas testé notamment l'impression avec mon Lenovo propre et neuf pour voir si le problème est similaire et qui éliminerait par le fait l'utilisateur. Ce qui est intéressant ici c'est de noter les comportements : 

A suivre donc, mais avec quand même une certitude quelque part, les solutions actuelles proposées en informatique ne sont pas à la portée de toutes les personnes pour ne pas dire la grande majorité.

L'organisation

lundi 3 octobre 2016 à 08:00

Je dois reconnaître que je tire la langue depuis le début de l'année scolaire, un problème de santé lourd qui va s'arranger, pas moi, donc je ne peux pas vous en parler, mais disons suffisamment pour rajouter une bonne dose de fatigue comme se retrouver à Toulouse pour un rendez vous manqué. Des enfants qui ne jouent absolument pas le jeu mais qui sentent passer la vengeance paternelle, punis tous les deux, avec une entrée en sixième où on pose des bases saines de l'organisation et de la méthodologie pendant que l'autre se sent plus depuis qu'il a trois poils au menton. Une réforme qui nous fait courir dans toutes les directions, faire du travail bâclé, créer de la désorganisation au possible. La charge de prof principal est quand même prenante, c'était prévisible, j'essaie de faire le tour des parents du plus urgent au moins urgent, certains en sont déjà à leur deuxième coup de téléphone. Le problème là dedans, c'est de n'oublier personne, je pense à des gamines qui sont sérieuses comme des papes, qui travaillent beaucoup, il est impératif de dire que ça va bien. Nous échangeons beaucoup par mail avec les collègues, c'est un plus, cela prend du temps pour traiter l'information mais cela permet aussi d'avoir des informations quant à l'attitude des élèves dans toutes les matières.

Dans ce weekend qui fut encore une course, une de plus, j'ai réussi à avancer un peu et je le prouve : 

Mon bureau est rangé, rien dessus, j'ai fini un ordinateur pour une ancienne collègue, un Linux de moins. En effet les vieux netbook 10 pouces Asus rendent l'âme dans mon ancien lycée, et on les remplace par des Lenovo, si on réfléchit bien c'est 50 € d'écart de moins sur le prix payé à l'époque et des performances qui n'ont rien à voir, la différence étant quand même une gestion de 32 Go contre 320 Go, soit un espace de stockage divisé par dix qu'il faudra apprendre à gérer autrement. Aussi étonnant que cela puisse paraître la collègue m'avait demandé Linux, une prise de risque que je ne ferai pas sur ce type de machines où j'exposai le bricolage pas terrible et pas forcément durable. Cela confirme un peu ce que j'évoquais, la difficulté à venir d'installer Linux sur les machines modernes. 

Avec cette année scolaire et l'ordinateur portable du lycée qui sera un choix définitif, comprenez que je n'emporterai plus mon matériel personnel pour aller bosser et par le fait, tricher quelque part dans l'organisation que j'essaie de moi même installer auprès de mes collègues, apparaît de façon très claire, une sectorisation importante de mon activité. 

Le boulot c'est de plus en plus déplacé vers office365. Par exemple, avec les fameuses compétences et l'absence de logiciels en ligne pour stocker les résultats des élèves, j'ai fait une bonne grille de tableur à l'ancienne. J'avais démarré un fichier libreoffice au départ, j'ai terminé par un fichier excel online que je peux modifier depuis n'importe quel navigateur. J'ai noté un fort déplacement mais pas un déplacement complet de mon activité vers office365, je pense que je serai prof de lettres ou prof de quelque chose qui ne demande pas de mettre des formules mathématiques à outrance, je ferai tout en ligne pour le travail. Qu'on le veuille ou non c'est un confort, les outils Microsoft en ligne s'ils sont castrés par rapport aux versions locales, permettent tout de même de réaliser de nombreux documents de base, suffisants. 

Pour mon activité personnelle, je pourrai me passer de Linux, aisément d'ailleurs. Je serai moins gêné pour certains logiciels, désormais la console de Windows 10 est suffisamment puissante pour me permettre de faire le gros de mes activités, le peu de logiciels que j'utilise sont disponibles sous Windows, j'aurai en fait même moins de problèmes comme cette lenteur à l'extinction en ce moment que je n'explique pas. Je ne me fais même pas la réflexion d'un passage complet sous Windows, c'est une prise d'otage que je réfute, je voyais mes collègues pester contrer la mise à jour anniversaire qui les a bloqués pendant les cours de la semaine avec le passage en force. La perte de temps qui peut se produire parfois avec Linux est finalement dérisoire dans un calcul d'utilisation permanente de Windows, changer son système d'exploitation tous les trois ans par exemple, et tout ce que cela implique, on a tendance avec la facilité que procure ce système d'exploitation à oublier que d'une part c'est un énorme piège à données, que d'autre part c'est un vrai problème quant aux mises à jour et au suivi. D'ailleurs ça va finir par poser problème et Microsoft devrait je pense à l'avenir durcir sa stratégie, j'évoquais je ne sais où que l'hôpital de Montpellier est sous Windows XP, il en est de même dans le Carrefour de Narbonne, si on évoque une adoption importante de Windows 10, je serai curieux de connaître la distinction entre les particuliers et les entreprises. 

Alors plutôt que de faire exploser mon système, pas le temps pour ça, le peu de temps qu'il me reste pour mes loisirs est actuellement dédié à la refonte des blogs, de la présentation, de l'organisation. Pour ceux qui auraient raté un épisode, désormais le domaine cyrille-borne.com pointe vers ça : 

Je travaille actuellement sur la fin 2014 du blog où j'avais écrit quelques articles récurrents, le domaine de la monétisation par exemple, je vais le réécrire pour le passer sur les conseils du professeur Borne, quelques autres aussi, j'en ai fait un par exemple sur les moteurs de recherche. L'idée des conseils du professeur Borne, c'est de laisser des billets un peu intemporels, la monétisation, je pense qu'on aura toujours le problème du gratuit contre payant, j'ai aussi une série de billets sur des logiciels pédagogiques, d'autres bricoles que j'aimerai déplacer. Certainement démarrer quelques cours de maths qui tournent pas trop mal pour les mettre en ligne, un peu salement car je n'ai pas envie de me casser la tête, entre capture d'écrans à l'ancienne et html pour quelques bricoles simples. Il faut que je fasse des choses qui me tiennent à coeur, comme calculer un pourcentage, si vous saviez la masse de gens qui sont incapables de calculer un pourcentage. 

L'organisation telle que je la fais me convient parfaitement, elle est tout de même issue d'un regret et je le sentirai certainement passer à moyen terme, je maintiens à l'heure actuelle 4 blogs pluxml ce qui sur le principe est une incohérence, il aurait fallu faire quatre catégories différentes, et faire jouer les gens sur des flux RSS différents, néanmoins j'ai la sensation de maintenir quatre univers réellement différents qui nécessitent d'être séparés, jusqu'à la charte graphique. Le côté multi-blog de Wordpress est quand même quelque part pertinent, et j'attends sans grande impatience les mises à jour, quand je vois que j'ai fait pas mal de modifications, je pense notamment aux bons conseils du professeur Borne où j'affiche une page de façon aléatoire, ça ne se fera pas en cinq minutes, encore heureux que la philosophie pluxml est la même que Debian, quand c'est prêt. 

Quand j'aurai fini mes bricolages, je vais réellement m'intéresser à mes calendriers. Les calendriers partagés avec mes collègues c'est un échec, ils ne jouent pas le jeu de rajouter les dates. Par le fait, le peu de dates que je ramasse, j'ai tout intérêt à les mettre dans mon propre calendrier caldav consultable depuis mon téléphone. D'ailleurs, je vais faire sauter owa, l'application de Microsoft, bien trop lente pour récupérer les mails et bien trop mal faite pour les calendriers. Jusqu'à maintenant j'utilisais horde pour placer mes rendez-vous ou mon téléphone portable. Du fait d'utiliser roundcube et pas horde pour les mails, je risque finalement de revenir à un client mail à l'ancienne, evolution ou thunderbird pour assurer une vraie gestion des calendriers. 

En ce moment je vis au jour le jour, la véritable difficulté est de ne rien oublier, et surtout de se disperser le moins possible, le truc totalement impensable quand on est prof, marié avec deux enfants.