PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Un peu plus loin avec Xubuntu

lundi 31 octobre 2016 à 08:00

J'ai montré dernièrement et comment facilement on pouvait mettre un Minidlna sur Openmediavault, le fait d'être sous Windows pendant quelques jours fait que les médias distants étaient lus de façon spontanée, c'est clair que Windows ça marche. Faites un tour sur la toile à la recherche de players qui lisent le dlna sous Linux de façon native et vous vous rendrez compte que personne ne sait. Je crois qu'en fait c'est comme souvent, les gens n'utilisent pas le matériel qui est à leur disposition, notamment quand on sait que les NAS par exemple font quasiment tous du dlna ou presque. Dans l'année 2016 j'avais présenté le logiciel eezUPnP qui fonctionne plutôt bien mais qui est moche, en java et qui pose quand même problème quand on cherche à avoir quelque chose de propre. Je vous donne les solutions et les problèmes rencontrés. 

Au niveau de la vidéo, VLC est capable de le faire quelle que soit la plateforme, ça marche d'ailleurs franchement bien avec le Windows Phone sauf quand on lui balance une playlist de plus de 2000 fichiers, il ne sait pas la gérer. Sous Linux, si vous allez dans la playlist vous avez quelque chose de ce type.

Le problème c'est que lorsque vous sélectionnez Universal Plug'n Play le serveur Minidlna n'apparaît pas. En creusant un peu on découvre qu'il s'agit d'un bug sur la libpunp qui a été corrigé en avril 2016 mais qui continue de sévir aujourd'hui. A ce compte là en remplaçant à la main le deb, il détecte le serveur mais n'est pas capable de remonter les fichiers, exit VLC. On trouve la solution du côté de Totem et on le verra plus loin avec rhythmbox pour la musique, il est nécessaire d'installer les grilo-plugins et on a accès à l'intégralité des contenus sur les serveurs dlna et ça marche du tonnerre. On peut le voir d'ailleurs sur la capture d'écran, sur la droite avec le logo debian c'est Openmediavault.

Seulement la faute à pas de chance, ça crashe de façon aléatoire et ça n'a pas de rapport avec la lecture des fichiers distants, ça plante au local mais je suppose avec le problème de pilote ou un bug quelconque, il faudrait creuser, bug qu'on peut voir ici ou mais nulle part ailleurs. Il y a peut être la solution dans le deuxième lien mais mon Russe laisse à désirer.

(totem:3911): Gtk-WARNING **: Drawing a gadget with negative dimensions. Did you forget to allocate a size? (node slider owner GtkScale)
(totem:3911): Gtk-WARNING **: Drawing a gadget with negative dimensions. Did you forget to allocate a size? (node slider owner GtkScale)
(totem:3911): Gtk-WARNING **: Drawing a gadget with negative dimensions. Did you forget to allocate a size? (node slider owner GtkScale) 

Moralité pour l'instant je n'ai pas de solution viable pour regarder sur Linux de la vidéo depuis du dlna, totem est certainement la meilleure des pistes, on me le confirmera probablement. Pour la musique ça passe comme une lettre à la poste avec Rhythmbox, c'est fluide.

Je pourrai vous sortir un Linux c'est de la merde, lapidaire, tout ça, j'aimerai quand même juste resituer dans le contexte. J'ai passé quelques heures à trouver des réponses et des non réponses, il y a bien sûr la satisfaction intellectuelle d'avoir trouvé et de ne pas avoir trouvé, néanmoins sous Windows, dans l'explorateur on voit une jolie icône debian, on clique dessus ça lit tous les fichiers.

Je crois sans l'ombre doute que le poste Linux est prêt pour tous les utilisateurs du monde.  Il va falloir que j'aille quand même trouver une solution pour la carte vidéo, et je pense que ça va être passer 30 € dans une nvidia.

Histoire d'une migration daubeuse, retour vers Xubuntu 16.10

dimanche 30 octobre 2016 à 13:00

Ah, ah. Bon j'ai fait même pas une semaine de vacances sous Windows, quelques conclusions :

Rigolons donc un peu.

Ce que j'ai appris de cette histoire :

Docteur c'est grave ? Monsieur BORNE ... vous êtes vieux.

dimanche 30 octobre 2016 à 08:00

Je profite de mon passage sous Windows 10 pour lancer tout et n'importe quoi, pas tant n'importe quoi d'ailleurs. On se rend compte qu'il faut une certaine maturité pour utiliser les systèmes Microsoft, j'ai souvenir d'une époque, il y a peut être plus de 15 ou 20 ans où j'installais le monde sur mon PC. Le fait de sortir d'une période pour le moins spartiate de plus de dix années passées sous Linux, ça vous met quand même un sacré coup de calme dans la consommation de logiciels et je n'ai pas envie de tomber dans l'euphorie. Le seul logiciel que j'ai rajouté par rapport à mon environnement Linux c'est Pinme! un logiciel qui permet de mettre les fenêtre "on the top" ce qui est naturel chez Linux ne l'est pas chez Windows ce qui est une carence pour le moins étonnante. 

Donc le tout et n'importe quoi pour moi c'est du jeu vidéo, je me suis mis de côté les épisodes 4 et 5 de King Quest que je vais savourer avec énormément de bonheur et j'ai lancé quelques bricoles, pas mal d'indé en fait. Je crois qu'on fait une confusion entre indé et nostalgie ou si j'étais mauvaise langue, les budgets de l'indé ne peuvent pas fournir autre chose que des concepts de jeux auxquels on jouait il y a plus de trente ans. J'ai lancé Pankapu, c'est un très joli jeu en 2D avec des couleurs magnifiques et une musique assez horrible qui pourrait être jouée dans un ascenseur . J'ai tenu quand même quinze bonnes minutes, pas plus. J'ai la sensation d'avoir joué à ce jeu pendant trente ans, sous différentes formes bien sûr, moins réussi techniquement, mais le concept est à l'identique, je saute, je marave, je saute sur la plateforme, j'évite les ronces, je marave. Merci l'indé de nous permettre ce retour en arrière prodigieux.

Sur ce coup, je me dis que je file vieux con, je n'arrive à accrocher à rien, il y a peut être quand même dans le jeu un fond de crise, la sortie en HD par exemple sur PS4 et sur XboX One de la super nouvelle édition de Skyrim un jeu qui commence à dater est un exemple parmi d'autres. Les gars se sont contentés de reprendre le même jeu, sans en corriger les bugs je suppose et de balancer ça à 40 €. Si on n'est pas en souffrance dans l'industrie du jeu vidéo, dans la créativité, c'est qu'il y a quand même quelque chose qui m'échappe.

comme c'est beau toutes ces couleurs !

Malheureusement il n'y a pas que le jeu vidéo qui est concerné, je n'arrive plus à regarder un blockbuster depuis quelques temps. Quand je commence à regarder les cinq premières minutes et que je sais déjà comment ça va finir, je n'ai pas envie de regarder la suite. Je trouve de plus que les films ont une tendance à l'allongement, alors que le standard c'était 1h40 il n'y a pas si longtemps, un film peut faire désormais plus de 2h20 sans qu'on soit choqué. J'ai essayé par exemple de regarder le dernier X-Men alors que j'ai été un grand fan de la série, au bout de 1 heure, je n'en pouvais plus, trop long, manque d'action, manque de quelque chose. Je pense que le quelque chose c'est certainement la surprise. Les séries télés je passe mon tour, avec la surenchère de violence et de sexe, on essaie de choquer ou de surprendre le téléspectateur, si c'était le cas il y a quelques années désormais on sait que tout le monde va mourir, que tout le monde couche avec tout le monde, c'est donc devenu totalement prévisible.

Je lis en ce moment Petit Vampire. C'est plus simple que Grand Vampire, et je trouve ça génial. Je crois que commencer à apprécier Sfar c'est certainement le début de la fin. En fait ce que j'apprécie chez l'auteur et c'est souvent le cas dans la bédé franco belge, c'est que je ne sais absolument pas où le gars va m'emmener. D'un autre côté quand tu vois où il t'emmène, plutôt loin quand même, dans un délire complet, tu comprends que pour l'éditeur il y a une sacré prise de risque à sortir ça plutôt qu'une grosse merde formatée avec des dessins magnifiques mais totalement fadasse.

En fait l'équation est simple. Quand tu as passé un certain âge et que tu as vu beaucoup de choses, que tu vis dans une société où la prise de risque est surtout une prise de risque pour le portefeuille, tu comprends tout de suite que tu fais rapidement le tour des choses, qu'on ne voit que des choses qu'on a déjà vues, des choses qui ont déjà fonctionné. Attention quand même, au jeu du même joueur joue encore, on finit par se brûler les ailes, Apple qui se contente de vendre le même produit depuis des années voit pour la première fois ses chiffres en forte baisse. C'est malheureusement le moment où il faut innover, ce moment qui fait peur à tous ceux qui vendent leur came, ce moment où l'on n'arrive plus à berner le public.

Vivement que les 20 ans soient gavés de la culture qu'on nous sert en ce moment, on pourra enfin passer à autre chose !

Sfar comme Trondheim ou Larcenet fait une fixation sur le caca, le caca c'est un peu comme le crépi, c'est la vie

Oui l'informatique est l'histoire de ceux qui savent

samedi 29 octobre 2016 à 08:00

Il y a un concept que j'ai expliqué dernièrement à mes enfants quant à la résolution du problème. Les problèmes se solutionnent à la source. Par exemple, un enfant qui envoie des SMS à des heures inappropriées quand on lui  a dit plusieurs fois, on finit par couper la ligne téléphonique, de la même manière quand un autre joue à la 2DS la nuit et bien je vends une 2DS sur le bon coin. A partir du moment où l'annonce est apparue dans le bon coin, j'ai reçu trois SMS me demandant d'envoyer des informations complémentaires sur un mail.

Dans un des commentaires du billet de postblue sur jappix/movim, il y a un gars qui écrit que monter son serveur prosody c'est pas bien compliqué. Postblue a fait une réponse qui aurait pu être la mienne c'est d'ailleurs l'une de ses qualités, alors qu'il est étudiant, qu'il est bizarre avec des idées politiques très tranchées, qu'il est belge, qu'il a un niveau de qualification informatique du mutant, il répond que le gars ne réalise pas son propre niveau de compétence. Je pense que c'est exactement ça, d'un point de vue informatique nous sommes des Usain Bolt et beaucoup ont du mal à comprendre qu'on puisse courir le 100 mètres en plus de 10 secondes. C'est toujours le même problème, le référentiel de l'utilisateur, son expérience. L'important là dedans c'est sa capacité à se mettre au service des personnes et donc d'être capable de se mettre à leur portée. Oui faire un serveur prosody ce n'est effectivement pas compliqué quand on sait installer Linux, ça prend effectivement cinq minutes.

Je suis donc un Usain Bolt de l'informatique, quand je reçois ces SMS me demandant un contact par mail, je flaire directement l'arnaque car je sais que c'est une arnaque. Une vérification sur les adresses mails, sur les numéros de téléphone et on voit très rapidement les messages qui remontent. J'ai balancé dans l'open bar je pense ou ailleurs que la jeune génération n'était pas plus à l'abri, au contraire peut être, l'an dernier j'ai sauvé la mise à une de mes élèves de troisième qui partait poster un casque de moto. J'ai vu que sur un des numéros de téléphone ça allait même plus loin, des gens ont réussi à se retrouver abonné à un service et de se retrouver à payer en début de mois, ce n'est pas un problème d'âge, d'instinct mais bien de compétence face à l'informatique.

C'est facile de traiter son prochain d'abruti, d'ignorant, c'est facile de dire que c'est facile, c'est facile de jeter au nez des gens des solutions complexes sans réaliser qu'elles sont complexes. Frédéric en ce moment a tendance à écrire qu'une partie des libristes se la "pètent", je pense pour ma part que ce n'est même pas cela, c'est un problème de pédagogie, de mépris et / ou de prise de conscience de l'autre.

En troisième, j'ai une gamine qui est incapable de faire une addition, elle est dyscalculique sans l'ombre d'un doute. Si j'étais méprisant pour dire qu'à presque 16 ans elle ne sait pas compter, je serais en faute professionnelle. Si je me moque d'un paralysé parce qu'il ne peut pas courir je suis une ordure. Si par contre je me fous des gens qui ne sont pas capables d'installer Linux sur leur PC je suis méprisant ou je n'ai pas conscience des difficultés de l'autre et ça ne choque personne, c'est le discours qu'on lit de plus en plus. Car en fait il n'y a pas d'autre débat, on est tous l'imbécile de quelqu'un d'autre. Dans notre organisation familiale, je suis le chef de l'informatique sur toute la famille au plan large. La belle mère m'appelle car ça n'imprime plus, le beau père parce qu'il n'a pas l'internet sur le téléphone, la belle soeur pour faire le site internet de l'école. De l'autre côté aucun achat de véhicule sans faire appel au beau père qui doit en être à son cinquantième achat de voiture, quand on a du gros meuble à déplacer c'est lui qui va louer le camion, et chacun y va de son savoir personnel sans jamais mépriser l'autre tout simplement car il sait que ses qualités sont ailleurs. On est toujours le con de quelqu'un d'autre, je crois qu'il faudrait se le rappeler avant de jouer les seigneurs sur la toile car on sait faire un apt-get.

Il vient de compiler son noyau les yeux bandés avec une main dans le dos, un peu fier de lui il le montre

Mon billet sur l'informatique est l'histoire de ceux qui subissent et ceux qui maîtrisent dont c'est un peu la suite a été repris par le Hollandais Volant sur un volet différent de celui-ci, un volet plus technique et j'aimerai y revenir, je cite

Je passe le côté noob VS geek, mais pour la stabilité des distrib Linux : râlez ça ne changera rien. On vous a dit que tout était possible chez les pingouins ? On vous a menti. Pour vous vendre un produit.

Pourquoi on s’attendrait à faire tourner sans bugs un Linux sur du Asus, du HP, ou du Packard Bell ?

Si vous voulez une machine où Linux marche, changez de machine. Y en a qui sont prévues pour. Et vous aurez un support si ça ne marche pas comme annoncé.

Il a entièrement raison, pas pour tout, notamment dans le changez de machine où il dit d'acheter du LDLC, pour avoir acheté une machine de ce type tout n'est pas reconnu out of the box de façon systématique et il faut parfois selon la distribution un peu creuser. Sans entrer dans le débat, je pense qu'une machine Linux se réfléchit, s'étudie, et qu'il est nécessaire d'aller arpenter les forums et les asks pour voir si les primo adoptants se sont cassés les dents.

Il y a en effet un mensonge de faire croire que Linux passe partout, je compléterai en disant qu'il y a mensonge de faire croire que le libre est fait pour tout le monde. Ce qui par contre me paraît évident c'est que le choix de son utilisation est avant tout personnel, et qu'en fait le seul débat qu'on devrait avoir c'est de son utilisation dans tout ce qui se ramène au service public. En effet, si l'individu lambda est libre de faire ce qu'il veut avec ses données, son argent, de payer ses licences, d'être la cible de Google ou de Microsoft mais aussi de choisir ses tenues vestimentaires, sa religion ou encore la couleur de sa voiture tant que ça reste dans le cadre de la loi, l'utilisation de l'argent public ou des données des élèves relèvent du débat public. Pour le reste tant que ça ne fait de mal à personne, ça reste une affaire de choix personnel.

Vacances, on s'occupe toujours

vendredi 28 octobre 2016 à 08:00

Nous venons de franchir le cap de la semaine de vacances, enfin de vacances, c'est juste une expression, les infirmières à 8 heures, les infirmières à 19 heures, conduire Jack Sparrow à ses rendez vous médicaux, promener Jack Sparrow en bord de mer ... Je vous offre dix secondes de mer et je reviens.


10 secondes de mer par cyrilleborne

Pour en revenir à Jack Sparrow et aux pirates de façon générale, on voit vraiment que c'est du cinéma, avec un oeil ça fait pas grand chose une femme. Donc on s'occupe, on court, on fait des courses, on fait des volcans :

Quand j'ai vu le projet au départ, j'étais pas vraiment chaud, ça fait très à l'américaine, le fameux projet scientifique où l'aspect scientifique est quand même loin. Les gosses font une réaction chimique qu'ils ne maîtrisent pas, ils ne vont pas étudier plus les volcans que ça c'est surtout une réalisation pratique. Et puis finalement quand on voit son gosse qui utilise youtube pour trouver un tutoriel et pas se planter devant des youtubeurs qui pondent des débilités pour engranger de l'argent, de le voir s'investir avec plaisir dans une réalisation loin des écrans, on se dit que l'idée est plutôt bonne. J'ai envoyé un message à son prof dans ce sens là, un peu de reconnaissance dans notre profession ne fait jamais de mal. Néanmoins, je mets un bémol dessus, même si on peut le faire avec des bouts de ficelle, ça reste quand même un investissement. Voyez par exemple, les journaux. Vous dans le reste de la France vous plaignez que vos boîtes aux lettres sont pleines alors que vous n'avez rien demandé. Nous, avec la masse de maison inoccupées qu'il y a, les gars ne viennent même pas tenter leur chance, ce serait à perte, on est donc forcé d'aller en piquer dans les supermarchés, c'est pathétique.

On coupe des arbres aussi :

Ca c'est l'arbre du voisin, c'est celui qui m'a fait peur quand je creusais au marteau piqueur parce qu'avec ses racines jaunes fluo qui traversaient mon terrain j'ai cru que j'avais tapé dans des gaines électriques. Il faut savoir qu'un arbre tout ce que vous avez au-dessus, vous l'avez au-dessous et que si les murs se sont pas effondrés aujourd'hui, ça n'aurait peut être pas été le cas dans 10 ans. Main innocente avait des branches jusqu'à sa fenêtre, au deuxième étage, voyez comment ça va haut, on n'a pas gagné en soleil mais en luminosité et certainement en durée de vie des murs.

On s'occupe aussi un peu sur internet, j'ai fait un travail invisible mais important pour moi :

Il faut je pense que je condense quelques billets dans la partie professeur, que je fasse un billet sur la joie d'être sur Windows et faire un troll pour montrer que je suis un blogueur influent, et peut être que j'aurai quelques minutes pour regarder un film ou lancer un jeu.