PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Contrôle sur l'image

mardi 8 novembre 2016 à 08:00

Une fois de plus tout est discutable, mais voici ce que j'ai demandé aux élèves.

Question 1 : Qu’est ce qu'un pixel ?

Question 2 : Qu’est ce qu’une grosse image ? Quelle est son utilité ? Quels sont ses inconvénients ?

Question 3 : Qu’est ce qu’une petite image ? Quelle est son utilité ? Quels sont ses inconvénients ?

Pratique :

  • Trouver une image de 4 mpx, la déposer dans l'enveloppe de Scolinfo "image originale"

  • Recadrer cette image, rajouter un texte, redimensionner cette image dans une largeur de 800 px, déposer dans l'enveloppe "image modifiée"

Pour les quatre groupes les moyennes sont de 14.4, 13.3, 14 et 14.3 ce qui est relativement cohérent et plutôt convenable même si théoriquement un élève de cette génération devrait avoir 20/20. La notion de grosse image, petite image, ce n'est pas terrible au niveau du vocabulaire, il aurait fallu parler de poids mais c'est une notion qui ne serait pas aussi bien passée. Huit points de cours sur les questions, douze points sur la pratique, de façon générale les questions de cours ont été mieux réussies que la partie pratique, cela veut dire que les gamins ont compris cette notion. Je l'ai vue appliquer d'ailleurs dans un contexte avec une élève qui avait un ralentissement dans un traitement de texte, je lui ai fait remarquer que c'était certainement lié au poids de ses images, elle a redimensionné sans que j'ai eu besoin de dire quoi que ce soit, j'en aurai au moins sauvé une.

Des élèves ont été capables de réaliser le travail en 20 minutes d'autres n'ont pas sur le faire en 1 heure et pourtant il s'agit quand même d'un travail de base. Je ne vous tannerai pas ce coup-ci avec le fait que ce n'est pas parce qu'ils ont grandi avec l'informatique qu'ils maîtrisent l'informatique, bon je le dis quand même mais plutôt finalement sur la véritable utilité du travail, vous savez les interrogations qu'on peut se poser quant à ce qu'on fait et la pertinence de le faire.

J'ai fait utiliser photofiltre qui est un logiciel gratuit qu'on peut installer gratuitement et pas librement. Le problème c'est que je ne connais pas d'outil libre, simple, qui permet de faire ça, donc photofiltre parce que j'ai toujours utilisé photofiltre quand je travaillais sous Windows. Bon ils s'en foutent, j'aurai pu utiliser paint ou autre chose mais surtout j'aurai peut être dû utiliser un service, je vous montre par exemple celui-ci.

Si on ne tient pas compte de la plaisanterie, admirez la simplicité avec laquelle on fait le travail, c'est bien, ça répond à la demande, on peut faire des typos sympathiques, l'interface est pensée de façon simple. Je le dis franchement c'est par là que j'aurai dû passer et ce pour plusieurs raisons :

En gros ce que j'essaie de pointer, c'est que j'utilise quelque chose de trop compliqué parce que j'ai 41 ans, que je suis un poweruser, que ça me paraît la voie naturelle ou la moins sale, la moins sale serait the Gimp mais que ce serait trop, comme sortir une arme nucléaire pour tuer une mouche. Je me rends compte d'ailleurs que je fais un bien meilleur prof de mathématiques que d'informatique car je suis moins parasité dans cet univers par ma propre personnalité, mes opinions qui sont presque politiques. On voit bien d'ailleurs que l'informatique n'est pas neutre. Je raisonne en vieux libriste de 41 ans, certains vous expliqueront que pour réaliser ça on a besoin de photoshop ou d'un Mac comme beaucoup sont persuadés qu'on a besoin de Word pour faire un simple courrier et que Libreoffice c'est de la merde.

Allons plus loin. Un élève prend une photo, il la publie sur Facebook, c'est transparent pour lui, Facebook ou tout service va compresser la photo sans avoir besoin de réfléchir, sans avoir besoin de se poser la question du poids de l'image. Est-ce que c'est mal ? Non ce n'est pas sale, comme ce n'est pas sale de ne plus communiquer avec la machine en binaire, avec des cartes perforées, c'est du progrès tout simplement. Allons encore plus loin, la manipulation que je donne n'a d'intérêt que pour l'ordinateur, pour faire un document et encore. Avec des machines qui seront bientôt à 8 Go de RAM en standard, avec des connections où tout va vite, on peut se permettre de faire un document dégueulasse avec des photos à 8 Mpx.

Avec l'utilisation de l'ordinateur en classe, on est effectivement vers le trop difficile. Car force est de constater, je n'ai pas cherché mais je vais m'y mettre, aucun logiciel n'offre autant de simplification que les services ou les applications qu'on trouve dans les tablettes. L'utilisation de la tablette en classe, je n'y crois pas, d'ailleurs on y croit de moins en moins, le marché des tablettes se viande. Ce qui est sûr c'est que quel que soit l'appareil à utiliser, on a initié une véritable simplification des logiciels et de leur interface, une simplification qui n'arrivera certainement pas sur ordinateur car il est tenu par le vieux monde ou qui viendra uniquement par le biais de services.

Remédiation ? Je pense que l'an prochain je prendrai ce service ou un autre car il est plus simple. Il a de plus l'avantage de pouvoir être utilisé à la maison sans installation d'un logiciel complémentaire. Le risque est évident, lancer une séance et se rendre compte que le site est mort. Tout comme en mathématiques où je le fais plutôt bien, je dois me mettre davantage à la portée des élèves qui ont un vrai petit niveau d'informatique et utiliser des solutions qui ne me plaisent pas mais qui sont certainement meilleures pour faciliter le travail des élèves.

L'informatique ça gave

lundi 7 novembre 2016 à 08:00

Je vais commencer ce billet par ces propos :

On se retrouve face à des utilisateurs-trices à qui on parle de coffre-fort numérique, d’avoir un mot de passe unique pour chaque site et pour lesquelles, l’ordinateur reste quelque chose de complexe, qui pour beaucoup n’ont pas des bases essentielles à la compréhension du message que je souhaite faire passer. Elles ne savent pas comment marche Internet, ce qu’est le cloud... Alors on commence par les bases. On explique... Et très vite on a des interrogations du type SAV informatique : de "quel antivirus est à conseiller" à "mon ordinateur rame, il bugue" qui sont hors sujet, mais auxquelles il faut quand même apporter une réponse.

Ce n'est pas de moi c'est de Genma et ça me fait plaisir qu'il l'écrive car ce qu'il vit dans ces réunions c'est une approche, j'insiste bien sur le mot approche, de ce qu'est mon quotidien. On s'était un peu chauffé à ce sujet, j'évoque souvent les vrais gens, et il y a pire que les vrais gens, il y a le milieu éducatif. D'un côté les enseignants, faudrait des lois spécialement pour ces gens là, avec des obligations d'avoir une pancarte dans le dos avec noté dessus "je suis prof" et de l'autre côté les élèves, le monde de la surprise permanente.

J'aurai certainement dû rajouter qu'un mot de passe pour un ordinateur ça aurait été quand même plutôt sympa, mais faut pas abuser. Ophcrack, distribution Linux de 2013 permet de craquer un Windows 10, je trouve que c'est intéressant. L'iso s'appelle vista, voyez quand même à quoi ça s'adresse et je trouve que c'est intéressant de voir qu'on peut craquer un mot de passe de Windows 10, preuve que derrière, ça n'a pas dû vraiment évoluer dans le moteur. Pour ophcrack ce n'est pas noté partout, il faut penser à charger les tables. Pour se faire vous allez dans tables, dans sdb1, tables et d'un coup ça charge. Après ça craque tout seul. J'ai passé plus de temps à chercher un chargeur chez moi qu'à craquer son mot de passe.

Comme vous le savez, j'ai réinstallé 17 ordinateurs portables pendant les vacances, on rigole comme on peut. De l'autre côté, avec le chef on a dit que ce serait pas mal de coller du SSD dans les E4300 qui composent l'intégralité de la flotte informatique. C'était un des problèmes que j'avais rencontré, à savoir comment faire un backup d'un Windows 10 dans un SSD, je n'avais pas réussi avec l'ordinateur de la région, je n'avais pas cherché non plus. Là il me faut une solution relativement rapide et efficace. Je pense que je vais à terme faire la totalité des 60 portables qui traînent dans l'établissement.

Le logiciel que j'ai utilisé : EAseUS Todo PC Backup Free qui comme son nom ne l'indique pas permet de faire un clône vers un SSD. L'écran est vraiment bidon, on sélectionne la source, la destination et on lance, j'utilise un cable USB SATA pour faire la copie. Seulement l'informatique ça gave. Je me rends compte que l'ordinateur que j'ai récupéré de la collègue n'est pas passé à la version anniversaire, qu'après il faudra faire la purge des 20 Go de Windows, globalement des opérations qui vont être particulièrement lentes et pénibles. Je vous montre l'écran, regardez comme c'est beau :

Soit j'ai raté quelque chose soit il y a quelque chose de foireux, sur un SSD de 120 Go je me retrouve avec une partition réservée par le système que je suppose être l'endroit où le logiciel a stocké sa sauvegarde de 25 Go, une de 25 Go pour le boot (?!!!) soit à peine 70 Go pour le reste ce qui est pourri. Comme vous pouvez le voir si j'ai un écran Gparted ce n'est pas pour rien mais ça va signifier que cela sera encore une perte de temps conséquente si je dois le faire de façon systématique pour chaque poste. Comme j'écris l'article en même temps que je le fais, le redimensionnement a conduit au crash, je vais avoir la joie de recommencer ce qui me permettra de compléter cet article.

Bon ça se fait au niveau du logiciel, on peut directement bricoler les partitions d'arrivées. Je ne sais pas trop à quoi ça correspond pour la première et pour la dernière, j'ai fait du petit pour en avoir plus mais du trop petit je suis resté à 2 gigas en première partition et en troisième partition, j'espère que je ne vais pas me retrouver bloquer, enfin pas moi mais la collègue, faut que je me documente un peu. Bien foutu quand même quand on voit que Clonezilla ne sait pas faire dans plus petit. A toutes les personnes qui ont compris mon paragraphe, vous pouvez vous faire du souci.

Troisième ordinateur, l'ordinateur de la fille de la collègue au SSD qui inaugure une longue série. Il s'agit d'un Lenovo de 15 pouces, celui de sa fille. Il s'agit de l'ordinateur d'une adolescente, forcément on peut commencer à blasphémer et penser des horreurs, même pas. L'ordinateur est un peu comme mon Fujitsu de 2007, ce n'est pas au niveau de la RAM que ça pêche, c'est au niveau du processeur que ça bloque, c'est du Celeron. Et là, malheureusement pas grand chose à faire, une vérification des virus toutefois, retirer les crapwares installés par Lenovo de base, pour mettre un coup de fouet à la machine il faudrait du Linux ou un SSD comme maman, c'est le SSD qui sauvera le monde. Quelques virus quand même mais dans le raisonnable, pas grand chose à dire. Pour les virus, je continue d'utiliser mawarebytes antimalware, il y a peut être mieux, il faudrait que je regarde. Ah ben finalement 151 virus trouvés quand même ... Comme quoi le jeune c'est toujours le même. A noter que adwcleaner comme ont pouvait s'en douter a changé de tête, il s'appelle Malwarebytes Adwcleaner et hérite désormais d'une interface qui ne fait plus penser aux années 80, pas du luxe. J'aurai quand même entre les deux antivirus sortis 250 fichiers contaminés. Tiens j'ai lancé une installation de Spybot Search and Destroy qui fut quand même la référence, je n'ai pas poussé jusqu'au bout parce que ça fait peur. Est ce que je compte l'acheter un jour, est ce que je laisse se débrouiller tout seul, c'est typiquement le genre de logiciel qui n'incite pas à la confiance.

Quatrième ordinateur, un E4300, même constat, le collègue n'a pas mis l'ordinateur à jour, 20 plombes de plus le temps que Windows Update fasse ce qu'il a à faire, 40 de plus le temps de faire le nettoyage de fichiers systèmes, c'est bien une qualité que ne possède pas Windows, la légèreté à tous les niveaux, on est très loin des apt-get update, upgrade, dist-upgrade, clean et j'en passe. Je me rends compte qu'il n'est pas à jour au niveau du BIOS, ça peut dépanner, erreur fatale au lancement de l'exécutable, c'est ballot, en fait il fallait le lancer en administrateur. Ce n'est pas parce que ça n'a pas marché que ça n'inscrit pas des cochonneries dans la base de registre, si vous rencontrez une erreur 0x00000406 pendant la mise à jour vous avez la résolution à cette adresse.

Encore heureux qu'on avait un samedi pourri, j'y ai laissé la journée, l'informatique ça gave, personne n'y comprend rien, tout le monde fait n'importe quoi et on fait toujours appel à celui qui sait.

Il fait effectivement moche à Saint Pierre, la mer a débordé en plus, ce qui me rapproche de la mer un peu plus, la maison prend de la valeur et moi j'ai moins à marcher pour aller à la mer. Pratique le dérèglement climatique.

Prof à la gomme, pas que

dimanche 6 novembre 2016 à 08:00

Jeudi soir sur France 2, un reportage dans l'émission d'Elise Lucet, "prof à la gomme". Enfin un reportage, un reportage à la gomme, puisque c'est l'expression consacrée. Un journaliste, enfin un journaliste à la gomme, démontre comment il a pu se faire recruter pour devenir contractuel en mathématiques et en moins de 15 jours enseigner face à une classe. Le reportage puisqu'il faut lui donner ce nom, est joué, on a l'impression d'avoir un personnage, le type qui montre qu'il a des problèmes avec sa conscience car il a l'impression qu'il n'est pas à sa place, beaucoup d'effets vidéos, d'effets tout court, on n'est pas dans le reportage pur et dur en version old school mais plutôt dans une forme de télé réalité d'un gars qui joue à l'usurpateur. Il montre avec caméra planquée,  y compris dans la salle de classe les étapes de sa contractualisation jusqu'à ses cours, qu'il filme, et qu'il présente à un enseignant qualifié.

Ce que veut démontrer le journaliste :

Par effet de bord ce que cherche à montrer le journaliste :

Par effet de bord ce que peut créer le reportage du journaliste : on a une grosse bande d'incompétents qui éduquent nos gosses au quotidien, c'est la catastrophe.

Ce que n'aborde absolument pas le journaliste : pourquoi aujourd'hui, on se retrouve avec une pénurie complète d'enseignants et plus particulièrement dans certaines matières comme les mathématiques ? Preuve qu'il s'agit bien d'un reportage destiné à choquer, pas à faire réfléchir.

Je regarde donc le reportage sans aucune surprise, sans rien apprendre, c'est notre quotidien, on peine à recruter des enseignants dans nos établissements. On voit de plus en plus de gens qui craquent au bout d'une semaine, on voit des fous, des gens qui ne sont pas bien, qui ne vont pas bien, le genre de trucs qui ne pardonnent pas face à une classe de gamins qui devinent tout. Je l'ai souvent évoqué dans mes colonnes, on voit des gens quitter l'enseignement. Les réponses sont simples : un BAC +5 en mathématiques, on peut envisager d'autres choses que d'aller se coltiner à pas cher des gamins, quand à droite on expliquer qu'il faut surtout travailler plus, quand à gauche on a continué les réformes dans tous les sens pour s'enfoncer dans le classement PISA. Pas besoin d'épiloguer, si à un moment, on ne se penche pas sérieusement sur le sort des profs, que ce soit en les bichonnant ou en les remplaçant par des machines, on va avoir un problème, la tendance est forte et amorcée. Le problème des mathématiques mais de façon générale de tout ce qui est difficile devrait profondément interpeller les dirigeants, là encore c'est une tendance lourde, les gamins ne veulent plus faire de longues études, ils veulent bosser et quitter le système scolaire le plus rapidement possible. J'ai le côté déformant du miroir du fait de travailler en enseignement professionnel, donc des profils d'élèves qui cherchent à quitter l'école.

Derrière la ministre de l'éducation nationale, face à Elise Lucet, on espère un débat, des réflexions de fond. Des chiffres de l'ancien président qui est vilain parce qu'il a supprimé des profs en pagaille, les chiffres du nouveau président qui est trop bon parce qu'il a recruté des enseignants et monté les salaires mais à aucun moment une explication sur la question de fond, comment se fait-il qu'il n'y a même pas dix ans on faisait carton plein sur les concours avec des gens qui se battaient pour devenir prof pour arriver à une situation où plus de 1500 postes sont à pourvoir. Car la question, la vraie, c'est celle là, si on peut dire que la masterisation a peut être posé quelques problèmes un temps, ce n'est plus le cas aujourd'hui, si des places sont à pourvoir, c'est que la vérité est forcément ailleurs.

Vérité qui pour l'instant n'intéresse personne, peut être que de réaliser qu'on peut devenir prof en claquant des doigts pourrait changer la donne.

Quand ça veut pas, ça veut pas

samedi 5 novembre 2016 à 08:00

Comme je l'ai expliqué, je suis sur tous les fronts ces jours-ci, j'en avais même oublié qu'il fallait que je récupère des lunettes que mon fils a réussi à exploser, quelle victime celui-là. L'idéal bien sûr c'est le calendrier, seulement le problème c'est quand on a un truc à faire et que ça tourne dans le flou au niveau de la date, ça devient une tâche.

L'outil tendance c'est le kanboard. Curieusement ça me fait toujours penser à ça.

J'avais utilisé à une époque, c'était super, mais seulement trop usine à gaz par rapport à mon besoin. La méthode Kan, c'est en gros, la tâche commencée, la tâche en cours, la tâche réalisée. Curieusement je ne vois pas de sens dans chercher les lunettes de mon fils, à marquer en cours ou réalisé, il faut que je le fasse et c'est tout. Le kanboard est une usine à gaz qui est réellement orienté gestion de projets collectifs et répartition des tâches, pas l'idéal pour le simple quidam. Il est d'ailleurs à noter que ce n'est absolument pas responsive design avec un internet mobile qui dépasse l'internet fixe, ça fait vraiment pas rêver. Car oui, il faut que ce soit mobile,  je vais regarder régulièrement dans mon téléphone pour voir où j'en suis.

Si j'avais été sur Android, avec davdroid, j'aurai pu simplement gérer mon calendrier, mes contacts et ma liste des tâches depuis mon téléphone et du PC en passant par l'intermédiaire de Thunderbird. Avec mon Windows Phone c'est franchement plus tendu puisque dav ne fonctionne pas, problème de compatibilité je pense entre sabredav et Windows Phone. La logique aurait voulu que l'application tâche se retrouve dans le téléphone, mais c'est quand même là qu'on voit que chez Microsoft l'expérience Windows a été complètement ratée, il est possible de l'utiliser dans Android mais on ne peut pas l'utiliser dans Windows Phone, c'est très fort. Pour compenser donc l'absence de service Microsoft, on cherche dans l'auto-hébergé. Ne cherchez pas trop longtemps celui qui revient tout le temps c'est MytinyTodo un logiciel qui n'est plus développé depuis quatre ou cinq ans et sur lequel Nicolargo faisait un article en 2012. Si le logiciel sur PC est particulièrement intéressant, simple, répond parfaitement à mon besoin, l'interface n'est pas mobile si bien que le logiciel est totalement inexploitable sur Smartphone.

Alors que mine de rien ce logiciel me paraît quand même assez indispensable, qu'on devrait imaginer des tonnes de logiciels de ce type avec du multi-compte pour une liste de courses par exemple, du mobile bien sûr, du libre, de l'auto-hébergé et bien vous pouvez vous asseoir dessus, on voit encore ce vieux logiciel comme une légende, j'ai vu quelques forks mais rien qui tienne la route.

La seule solution que j'ai trouvée, une utilisation plus ou moins détournée, c'est onenote, je peux directement écrire dans Office365 et récupérer dans l'application onenote sur Windows Phone. Détournée car il y a une possibilité de faire apparaître une checkbox ce qui prouve qu'on n'est pas loin de la todo list.

C'était l'astuce pourrie de la journée, ne me remerciez pas.

Bilan des vacances de la Toussaint

vendredi 4 novembre 2016 à 08:00

Nous sommes mercredi au moment où j'écris ces lignes, écrire en ce vendredi où vous lirez ces lignes me serait impossible, sept heures de cours, une rencontre parents professeurs, je ne serais certainement pas à la maison avant 21 heures, un vendredi en fait, un vrai, qui sent le travail. Ces vacances ont été particulièrement tendues sur le plan familial avec une femme Borgne plus de la moitié des vacances. Vous noterez le super jeu de mots dans la phrase qui tient dans la majuscule, c'est grande classe. Néanmoins ça a été particulièrement tendu et si tout va bien le problème est réglé de façon définitive. Je vais quand même démarrer cette période aussi crevé qu'à la sortie scolaire, la période jusqu'à Noël est relativement courte, avec des élèves en stage, des conseils de classe toutefois, dopé au doliprane pour arriver aux prochaines vacances ou au ciflox.

Au niveau de la maison, la science avance, du fait d'avoir un garage qui arrive à la mi-décembre, j'ai anticipé sur l'achat de meubles, des super promos sur les étagères, sur des peintures, du rebouchage de trous, j'en ai plein la maison, c'est la pagaille. Nous allons transformer un placard de 1.5 mètres carrés en bureau pour main innocente qui s'imagine déjà avoir un PC de gamer quand il aura juste un vrai bureau pour travailler. On va virer des tas de choses qui encombrent, les affaires d'une saison sur l'autre, la table de jardin, les décorations de Noël, les vélos, les affaires de plage, des mètres cubes et des mètres cubes de rangement à 50 mètres de la maison, c'était effectivement une affaire à faire avec une famille qui passe son temps à remplir la maison quand je m'évertue à essayer de la vider.

le garage de Cyrille BORNE, un garage accueillant

D'un point de vue informatique même si ça peut vous paraître complètement fou et désorganisé, à mon niveau c'est au contraire très carré.

Je vois se profiler quelques tendances lourdes. Une recherche de minimalisme dans mes pratiques informatiques, qui s'accompagne aussi d'une volonté de facilité, le passage à Xubuntu par exemple ou Openmediavault c'est plus simple que debian sur le poste principal et debian sur le serveur. Une recherche de services ou d'outils qui m'en donnent le moins possible, c'est logiquement lié au minimalisme mais j'ai de plus en plus tendance à chercher des outils qui font peu de tâches et pas des usines à gaz ça fait partie des raisons pour lesquelles j'ai quitté Windows 10, y en avait de partout.

A terme j'espère arriver à des solutions qui sont plus ou moins définitives et pour véritable objectif, l'économie, ne pas mettre d'argent dans le matériel informatique ou le moins possible, le prochain achat sera certainement la PS4.