PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Le roi sans couronne

dimanche 4 décembre 2016 à 08:00

Il y a peu, j'avais écrit que j'avais de plus en plus la sensation qu'on était considéré comme de la merde par les sociétés. Paradoxe tout de même, on est dans une société consumériste où tout est basé sur l'argent du client, et on arrive de plus en plus à nous faire croire qu'en fait tout ceci n'a aucune importance, que c'est la boîte qui décide. C'est d'ailleurs assez simple, dans ce domaine comme ailleurs on assiste à un nivellement vers le bas, la prestation devient alors de plus en plus mauvaise, de partout d'ailleurs, si bien que plus personne ne tire assez son épingle du jeu pour donner l'envie. Laissez moi vous raconter une histoire.

D'ici une quinzaine de jours je vais recevoir les clés du garage, ou plutôt du box même si je pense que la Citroen C1 doit pouvoir se manoeuvrer pour rentrer dedans. Une opportunité, à peine à 50 mètres de chez nous un terrain abandonné depuis toujours, le propriétaire a négocié la vente de son terrain contre un appartement dans un petit immeuble, c'est une pratique qui se fait assez couramment par ici. Le box fait 18 mètres carrés cela va être l'occasion de vider la maison, de transformer un grand placard qui était à l'origine une douche en bureau pour mon fils qui a une petite chambre. Sur Narbonne si vous voulez du meuble, c'est But, Conforama ou fly, je suis allé vers l'une de ces enseignes, pour du meuble j'éprouve le besoin de voir, de toucher. Commande de deux bibliothèques pour démarrer, livraison dans un mois. Il semblerait que désormais ce soit devenu monnaie courante, on ne sait pas trop comment travaille ces gens là malgré la taille des entrepôts et quand il y a quelques années on disait par boutade qu'ils les fabriquent vu le temps que ça prend, c'est effectivement aujourd'hui une sérieuse question à se poser.

Je me présente deux jours avant la date butoir au magasin, car je sais qu'il y a un problème, je me fais répondre sèchement que le mois de délai n'est pas écoulé, donc tout est normal, je recevrai mon SMS en temps et en heure. Seulement et comme c'était prévisible, deux jours plus tard, pas de commande, j'appelle le magasin. C'est là qu'on voit quand même le sens du service qui évolue, alors qu'il s'agit tout de même de meubles et d'électroménager, une enseigne qu'on imagine être moins harcelée que Cdiscount qui vend de tout et de n'importe quoi, on a un numéro à 18 centimes d'euros la minute. J'ai arrêté de m'énerver depuis de nombreuses années et c'est donc sur un ton très calme que j'explique mon cas. J'entends une dame ulcérée qui dis textuellement à sa collègue "prends le je n'en peux plus". J'ai désormais une dame au ton particulièrement agressif qui passe différents coups de téléphones que j'entends avec "le monsieur a payé, je lui dis quoi ?". Je pose la conclusion de façon simple, je lui dis que ne sachant pas quand je dois me déplacer pour venir récupérer mes deux bibliothèques qui font plus de deux mètres vingt, que je dois demander à mon beau père de venir avec une remarque, le magasin à réception de ma commande me livre gratuitement. Elle me dit que son responsable de magasin sera là dans la journée de jeudi et que le vendredi elle s'engage à m'appeler pour confirmation. Bien évidemment elle n'appelle pas, mon épouse se déplace sur la zone le samedi, la dame lui dit que la commande arrivera lundi et qu'effectivement elle me téléphonera à réception pour la prise de rendez-vous.

Lundi je reçois le SMS m'informant de l'arrivée de ma commande. Comme vous pouvez vous en doutez, je n'ai pas reçu d'appel téléphonique et je fixe donc rendez vous à mon beau père pour récupérer les bibliothèques. Je passe quand même par la case magasin et je lui rappelle ses engagements, je lui dis que j'ai vu un bureau et qu'elle va me faire un rabais dessus, 40 € qui correspond en gros au prix de la livraison. M'énerver n'aurait servi à rien, claquer la porte du magasin n'aurait servi à rien non plus, j'aurai vécu une situation similaire chez la concurrence ou par internet car dans cette mondialisation si bien faite, on se rend compte qu'on ne se bat plus pour faire venir le client, on produit tous la même merde en sachant que d'une manière ou d'une autre le client a un besoin et qu'il faudra le remplir.

J'essaie désormais quand c'est possible et c'est bien là la difficulté, de faire travailler les gens du coin, le maraîcher, le garagiste, quelques autres, tant qu'on est dans la limite du raisonnable bien sûr, c'est difficile, c'est évident, dans ce cas trouver un menuisier, peut-être. J'ai quand même la sensation qu'on a fait un peu le tour du capital, ce sera l'objet d'un prochain billet et que les gens en ont ras le bol du monde dans lequel nous vivons. Je pense que le protectionnisme, la fermeture des frontières, ces mots qui sont dans la bouche de plus en plus d'électeurs, il doit y avoir aussi une part de ça, même si ce seront les premiers à se jeter sur le dernier Iphone sans s'interroger sur sa conception américaine par des usines chinoises.

De cette histoire je suis quand même content sur un point, j'ai retrouvé une forme quasiment olympique. Alors que je suis en plein dans les conseils de classe, j'ai tapé 8 heures à cavaler, à monter des meubles, à transporter, à nettoyer, avec presque plus de mal au dos, la machine a largement redémarré.

 

L'internet qu'on mérite

samedi 3 décembre 2016 à 08:00

L'annonce de la fermeture de zone-telechargement c'est comme l'annonce de Megaupload il y a quelques années sur le principe, on reviendra quand même sur la particularité du fait que ce soit français plus loin. A l'époque de la fermeture de Megaupload, c'était un véritable couperet qui s'abattait sur le piratage populaire mondial, qui s'était reconstitué selon la théorie de l'hydre : les sites de download au lieu de proposer un lien unique vers Megaupload ont proposé cinq liens vers des hébergeurs différents, si l'un tombe, quatre peuvent prendre le relais. Le problème ici c'est tout simplement déplacé d'un hébergeur de fichiers vers un fournisseur de liens, fournisseur de liens si efficace qu'il est devenu l'un des plus gros sites français toute catégorie confondue, et c'est la loi du net qui s'applique, plus le site est gros plus il devient gros, plus il devient un symbole à abattre pour les autorités. Avec la fin du site on va avoir un éclatement certains de la "communauté" vers plusieurs sites, on reproduit donc la théorie de l'hydre, pour un temps.

Pour un temps car il y a quand même quelques tendances fortes :

Ces tendances existent mais revenons à notre cas francophone. Soit on a le pays qui le plus grand humoir noir au monde, soit on a quand même un vrai problème de fond. Sur le twitter de la gendarmerie on peut y lire des insultes directes avec des noms d'oiseaux, avec des invitations à se faire voir chez les grecs et plus si affinités. On voit apparaître sur un drapeau noir, je suis zone-telechargement comme on avait pu avoir je suis Charlie, et bien évidemment la question que fait la police, en s'interrogeant sur le fait que les gendarmes ont du temps à consacrer à ça plutôt que de chasser les terroristes. Il y a nécessairement des gens qui manipulent l'humour, d'autres qui sont complètement premier degré, l'argument du terrorisme étant particulièrement fallacieux, on sait au moment où nous passons à table que des gens meurent de faim, ce n'est pas pour cela qu'on arrête de manger ou que ça coupe l'appétit. Comprenons que la gendarmerie n'arrête pas la sécurité routière, n'arrête pas les enquêtes en cours, la vie continue.

Quand pour du Warez, alors qu'on a conscience que c'est illégal, on en arrive à insulter les forces de l'ordre faire du godwin, bafouer la mémoire de gens qui sont morts, on se dit quand même que cette fabuleuse liberté d'expression que nous avons dans notre pays, on n'a pas compris son intérêt, sa rareté, cette chance si précieuse, alors qu'il suffit en silence d'aller pomper ailleurs.

On ne peut pas dire que Trump a été élu par internet ou si c'est le cas il sera difficile d'en avoir la certitude. Néanmoins ce qu'on a montré c'est que le virtuel est devenu tellement important qu'il prend désormais directement le pas sur le réel au point de potentiellement faire basculer une élection présidentielle de la plus grande nation au monde, qu'il est tout à fait possible d'avoir un extrême au pouvoir, quelqu'un avec des opinions politiques très fortes, qu'on soit d'accord ou non.

Prenant conscience de cette première partie, la Russie et la Chine s'entendent pour avoir la main mise sur l'internet, que se passera-t-il aux états unis demain, ailleurs quand on voudra que Facebook endosse le status de média ? Que se passera-t-il en France si un parti plus sévère prend le pouvoir ?

Les gens n'ont pas conscience de leur propos, et c'est un peu comme tout, aujourd'hui ils pleurent la mort de zone de téléchargement alors qu'en fait, ils en sont les responsables puisqu'en usant et en abusant ils ont mis en lumière le site, demain c'est peut être la liberté d'expression qui risque de tomber à force d'en user et d'en abuser à tort et à travers.

Certainement pas de PS4 au pied du sapin

vendredi 2 décembre 2016 à 08:00

Comme je vous l'ai expliqué dernièrement et après de savants calculs, je ne monterai certainement pas de PC de gamer génération actuelle. A une époque pas si lointaine j'ai l'impression qu'on pouvait jouer à moins de 600 €, aujourd'hui le gaming PC voit son chiffre d'affaire exploser et curieusement comme souvent dans ce genre de cas, comme le gaming PC devient la façon de jouer d'excellence, les prix tirent vers le haut. Les raisonnements d'ailleurs sont mauvais, si vous avez de très nombreux rebelles à travers la toile qui montrent qu'on peut jouer à pas forcément cher, la tendance lourde reste d'expliquer qu'il faut 1200 € pour avoir la classe avec le beau boîtier qui va avec et j'en passe. La console qui figurait avant comme le produit de luxe est aujourd'hui le produit du pauvre, si tu n'as pas les moyens de te payer la machine à 1200, tu prends la console à 400. Seulement, ce prix "dérisoire", on le paye ailleurs, le prix des jeux, le prix des accessoires, calculatrice Bornienne entre en action.

Moralité : 300+60+45+95=500 € pour avoir une console et deux jeux. La PS4 ne sera donc pas pour moi cette année sauf s'ils font un pack à 300 € pour Noël.

Comme j'ai toujours un bon d'achat de 130 € chez Micromania, j'ai quelques options. Je me prends 130 € de carte PSN que j'écoule dans les jeux PS3. Je me prends 130 € de carte Steam et je me débrouille pour finalement me pencher sur une config de gamer intermédiaire ce qui sous entendrait une nouvelle installation de Windows ou de Steam OS (c'est peut être une énorme boutade), ou alors l'achat d'une switch. Et pour le dernier point je suis sérieux. A priori deux manettes à la sortie, un concept qui a l'air mauvais mais curieux, pourquoi ne pas donner alors sa chance à Nintendo, sortir des sentiers battus le temps de trouver une PS4 à un tarif bien plus intéressant.

Ça le fait quand même pas mal

Les boîtes à vieilles

jeudi 1 décembre 2016 à 08:00

Vous le savez je suis un grand malade, il y a de ces maladies de blogueur mégalomane dont je n'arrive pas à me défaire, les statistiques, me googler aussi, enfin des trucs d'égo complètement stupide, on ne se refait pas. Je mets donc ça sur le compte d'une manie, car le moins qu'on puisse dire c'est que le déréférencement j'en ai fait un art, une culture, une façon de vivre. Depuis le mois de juillet :

Le blog depuis sa réouverture en fin 2014 avait connu une période de pointe jusqu'à 4500 visiteurs par jour. J'ai observé une coupure nette au passage en https. Pourquoi, aucune idée, sachant qu'en plus j'ai redirigé l'intégralité de http vers https. On arrivait à 3500 visiteurs. Au 15 octobre une chute conséquente des statistiques pour arriver à moins de 2500 visiteurs. Au tout début du mois je mettais en place le portail, j'aurai pu imaginer une chute quelconque en provenance de Google, en me disant que mes efforts de déréférencement ont enfin porté leurs fruits. Seulement : 94% du traffic provient d'un bookmark, d'un lien dans un mail, d'un agrégateur, 5 % des référents ce qui nous ramène à une part de 1% en provenance des moteurs de recherche. Ca aurait voulu dire concrètement que les gens auraient arrêté de me lire 15 jours après avoir mis le portail en place, puisque c'est de cela dont il s'agit, pas de cohérence, aucun sens. Le 8 et le 9 novembre, 1400 visiteurs, une légère remontée à 2000 environ les jours qui suivent et depuis le 18 novembre et sans discontinuer, un retour à plus de 4000 lecteurs par jour pour plus de 25000 pages lues au quotidien ...........................

Ma conclusion est assez évidente, que les statistiques de o2switch auraient fait un pâté dans la colle depuis un bon moment ne m'étonnerait qu'à moitié, ou alors j'ai retrouvé des bots en pagaille qui font gonfler mon trafic de façon artificielle. Les résultats donnés par les autres outils de o2switch étaient à l'identique, on peut donc supposer à pas loin, un problème de statistiques plus générale.

J'aimerai quand même que vous applaudissiez votre humble serviteur : je n'ai pas rajouté d'outil supplémentaire de statistiques comme des outils Google, Xiti qui existe encore ou même le gros piwik car j'écris pour moi et pas pour les autres. Je n'ai pas non plus fait dans le facile en balançant des trolls à tout va pour vérifier que je suis encore un blogueur influent. J'ai tout simplement continué comme avant, car j'aime ce que je fais, écrire au gré de mes humeurs et du vent, sans aucun calcul.

Je lisais ce matin avant de partir au lycée l'article de Denis où il remercie le journal du hacker en me citant et en backlinkant un lien de 2015 que j'ai donc effacé, GRAND MAITRE DU DEREFERENCEMENT, où j'expliquais que je ne voulais pas faire parti du journal du hacker, comme d'ailleurs j'avais demandé à l'époque mon retrait du classement wiko, car je ne voulais pas déplacer le débat là bas et je trouvais qu'il était incorrect de se servir du travail des autres pour faire son propre site sans au moins demandé l'avis des gens qui sont linkés. Alors certes, on peut considérer que la méthode est pour le moins cavalière, je remercie d'ailleurs le jdh de l'avoir respectée, mais quand on voit les grands efforts réalisés pour qu'on perde ma trace, on ne peut pas me refuser une véritable sincérité. Ma position sur le thème reste totalement inchangée, je suis le planet-libre donc je vois passer les billets "pertinents" du jdh, je n'ai découvert aucun article de blog à travers cet outil, mais on dira que ça vient de moi. Avec désormais un an de recul, si c'était à refaire je referai exactement de la même manière.

Dans le discours de Denis, je suis toujours amusé de voir cet homme enragé qui fait des titres provocs, qui a un discours provoc, regarder les statistiques, évoquer les problèmes de duplication du contenu des flux RSS tout en installant des Linux dans la commune qu'il administre. Bon c'est pas moi qui vais lui jeter la pierre, je suis le gars qui se déréfence et qui s'inquiète de ses statistiques mais preuve en est que nous sommes quand même dans une culture du paradoxe. Je trouve que l'effort est vain.

Tronquer son flux RSS pour éviter de perdre des points chez Google, mais forcer les lecteurs à venir sur le site pour lire, apparaître dans différents agrégateurs et imposer sa présence à des gens qui n'ont pas demandé à vous lire, peaufiner le SEO, trouver le titre clé, je trouve que ceci est désuet.  Pour faire plaisir à Alterlibriste, on va tous mourir.

A l'heure actuelle, c'est bien l'agrégation des chaînes youtube sur laquelle il faut se pencher, ou monter sa chaîne youtube pour faire le récapitulatif des vidéos pertinentes sur youtube parce que c'est là bas que ça se passe, que demain ça se passera encore plus là bas, même Numerama qui est quand même un site où ça écrit beaucoup met désormais un lien en évidence vers sa chaîne Youtube. Batailler pour mettre en avant ses écrits c'est comme essayer de remettre la guinguette au goût du jour, on sait qu'il y aura toujours des amateurs mais que ça ne reviendra jamais sur le devant de la scène. Les blogs c'est comme les boîtes à vieilles, un plaisir pour les gens élégants d'un autre âge

c'étaient les boîtes à vieilles qui les faisaient rêver

Les enfants français sont des quiches en maths ? NON ? PAS POSSIBLE ?

mercredi 30 novembre 2016 à 08:00

Ce billet sera court mais je tenais tout de même à le faire passer compte tenu de l'article que j'ai écrit la semaine dernière je pense où j'écrivais que le problème de l'école c'était quand même un problème avant tout de travail et d'exigence et que nous ne pouvions plus parler de pédagogie en tout cas tant que le travail à domicile ne serait plus fait. L'article en question L’inquiétant niveau des élèves français en maths et sciences explique que :

Petit rappel sur les gosses de primaire. Le petit Gaston découvre avec sa maîtresse qui est si belle les fractions. Le petit Gaston a de la chance, contrairement à l'époque de l'odieux Cyrille BORNE qui ne se rappelle d'avoir fait que des maths, du français et du sport, le petit Gaston quant à lui a 64 matières différentes dans son emploi du temps, dont beaucoup s'appellent découverte. Madame Lefontefroid, la maîtresse du petit Gaston est pressée, il faut avancer plus vite, car il y a 40 sorties scolaires de prévues pour ... découvrir. Alors que monsieur Lafont qui fut l'enseignant préféré de monsieur BORNE sans aucun doute, un gars qui jouait au hand avec nous et qui nous achetait des pains au chocolat quand on partait à pied au stade, donnait une bonne dizaines de gros calculs de fractions à faire pour le lendemain et que père BORNE aurait marave son fils si ça n'avait pas été fait, Camille Lefontefroid se rappelle de Jeanine sa collègue plus âgée dite "la disparue" qui avait donné un travail écrit aux élèves et qui après le passage de l'inspecteur lassé de recevoir des centaines de lettres des parents outrés, aurait été mutée, quelque part, selon la rumeur. Camille prudente, demande gentiment à ses élèves, s'ils ont le temps entre leur compte facebook et secret story de revoir la leçon.

La suppression des exercices à l'écrit au primaire, la diversité des programmes, posent le problème de la répétition des fondamentaux, Bruce Lee vous le dira, le mawashi geri ne s'apprend pas en répétant quatre fois le geste.

un élève faisant des fractions

On a donc des enfants qui n'ont pas l'habitude de travailler chez eux, qui n'ont pas l'habitude de faire des efforts et ce n'est absolument pas leur faute, on ne le leur a pas demandé. Si vous ne demandez pas à un enfant, il ne va pas faire des petits calculs de fraction par plaisir, il va faire autre chose. Plus on est exigeant avec un gosse, plus il en fait !

L'arrivée au collège est nécessairement dramatique. D'ailleurs c'est pour cela que le cycle 3 se poursuit jusqu'à la fin de sixième et que ma fille qui a fait sa sixième a un bon quart de ses notes qui sont des pages de garde. L'enfant a 11 ans à peine, il n'a pour ainsi dire jamais travaillé chez lui car on ne lui a pas demandé, et du jour au lendemain on le bombarde. Ca coince, il se rebelle, il ne fait pas. Et c'est là qu'on en revient à mon dernier billet éducatif, alors que dans les années 80 choupinou se serait fait tacler par maman puis par papa puis aurait dû affronter le regard bien sadique de l'enseignant qui sait qu'on s'est fait marave, aujourd'hui maman sans papa parce qu'il est parti avec la secrétaire vient faire un scandale pour dénoncer les tortionnaires.

Bébé fait donc le collège et il trouve ça mais vraiment, mais vraiment super chiant. On lui demande de faire des efforts intellectuels, on lui parle de gens qui sont morts, d'endroits où il n'ira jamais, de trucs qui d'une manière ou d'une autre ne lui serviront absolument à rien dans la vie, lui il se dit qu'à la sortie de troisième, il part faire un BAC PRO Vente et qu'à 18 ans, il fait 5000 € de cash sans compter les primes en vendant des BMW ou des Nike. On se retrouve avec des situations qui sont parfois ubuesques, des gamins qui avaient des possibilités n'ont tellement pas envie de réfléchir qu'on se retrouve avec des gamins moins au niveau dans les filières générales, les meilleurs étant partis en pro.

Des lacunes accumulées au collège par l'impossibilité d'avoir de véritables exigences, des élèves qui sont en général et qui pourtant ne sont pas en leur place, on est en terminale scientifique avec des élèves qui : n'ont pas l'habitude de travailler, ne comprennent pas pourquoi il faut autant travailler, n'ont pas le niveau. Je suis la dernière génération qui a passé le BAC C et je vous garantis qu'on avait la pression parce que tout changeait pour le passage en S, on finissait en philo nos 10 copies doubles de devoir hebdomadaire que le psychopathe qui nous servait de profs de maths nous demandait et je vous garantis que nous ça nous serait jamais venu à l'idée de ne pas le faire, lui ça ne lui est jamais venu à l'idée de s'interroger sur le fait qu'on avait une vie, et accessoirement un psychopathe qui avait la bonté d'âme de nous donner un devoir de physique par quinzaine. A notre époque déjà on nous disait qu'on était nul, c'est à ce moment là que quelqu'un me balance la phrase de Platon sur la génération qui suit, j'ai souvenir de mon frère de trois ans mon aîné qui regardait mes cahiers et qui me disaient d'un oeil objectif que mon niveau était plus bas, il avait certainement raison.

La remédiation de la situation française est une évidence, il n'y a que les politiques qui ne la voient pas et pourtant ce sont tous des travailleurs. On peut dénigrer les programmes, les idées, les valeurs de ces gens mais à un moment, ce sont des personnes qui se sont privées de sommeil, de vie, qui ont travaillé comme des chiens pour arriver à ce niveau de réussite et satisfaire leurs ambitions. Ils sont tellement loin de tout qu'ils ont oublié que dans notre monde ultra-concurrentiel on essaie de préserver nos enfants du monde du travail, de la réalité, imaginer que dehors c'est le pays des bisounours. Quelle que soit la société dans laquelle nous vivrons demain, sauf si on nous met un salaire de base pendant que les robots font le boulot, la valeur travail restera une évidence.

Quelles que soient les méthodes, les réformes, tant qu'on n'aura pas compris qu'un cerveau c'est un gros muscle qui a besoin d'entraînement, nous continuerons de nous enfoncer dans tous les classements du monde. Il faut du travail, il faut des exigences sans tomber dans les excès que nous avons pu connaître par le passé, comme tout il faut un juste équilibre, et là de toute évidence nous n'y sommes pas, puisqu'il n'y a plus de travail à la maison qui se fait. L'école se doit d'être un espace préservé, où les gamins ne vont pas la boule au ventre, un endroit où même si c'est difficile, si on est en situation d'échec, on n'est pas jugé si on a fait son maximum mais l'école doit rester un espace de travail.

Tiens finalement j'ai pas fait court, comme si en fait je ne savais pas faire court ... Étrange ...

Edit plus tard : on a commencé à trouver l'origine du problème et c'est comme toujours une évidence. C'est la faute aux enseignants. Et oui c'est simple, comme majoritairement les instits ont une formation littéraire, ils ne sont pas capables d'enseigner les mathématiques aux petits enfants CQFD. Comme les enfants sont nuls en français, faut pas trop chercher non plus sinon il faudra pour enseigner au primaire avoir écrit l'équivalent d'un roman de Hugo et savoir monter une centrale nucléaire les yeux bandés. Mais, comme une réminiscence, un souvenir. Les gens qui faisaient l'école normale il y a de cela plusieurs dizaines d'années, les enseignants de nos ministres peut être, n'étaient pas des gens qui n'avaient que le BAC ? La vérité serait donc peut être ailleurs que du côté des enseignants ? Pas possible !