PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Borne un jour Borne toujours même la veille de Noël

samedi 24 décembre 2016 à 15:45

Avant hier machine à laver qui coule, je le vois venir très très gros, ça coule par dessous. Je nettoie tout, j'ouvre, je vire plein de saleté, je relance ça recoule, bon je laisse de côté. Je passe une après midi à refaire les joints de la douche histoire de donner encore un peu plus de sens à ces vacances déjà franchement pourries et j'attends donc ce matin pour relancer la machine à laver qui coule encore. J'ouvre devant, derrière, main innocente est avec moi pour sa longue initiation au futur rôle de père de famille, j'ai la tête sous la machine à laver pendant qu'il la tient, c'est humide à des endroits incohérents, qui font penser que ça coule en provenance du dessus et que ni la pompe ni les arrivées d'eau sont incriminées. Et main innocente dit j'ai trouvé et effectivement il a trouvé, le joint du hublot a un trou béant

Après avoir rempli un demi seau d'eau tu fais le calcul que tu répares ou que tu répares pas, tu fais le calcul surtout que tu en as ras la casquette et que si tu as besoin d'attendre une quinzaine avant d'avoir la pièce c'est plus d'une vingtaine de machines qu'il te faudra éponger, sans avoir la garantie que ça marche sachant qu'en 2015 le changement d'une courroie sur la précédente machine n'avait pas réglé le problème, joie dans la maison éternelle. C'est certainement l'erreur de la matinée que je mettrai sur le compte de la fatigue et de l'agacement, j'ai amené la machine à la déchetterie, un joint hublot ça coûte 50 € sans les frais de port et le démontage aurait été instructif, j'aurai dû stocker dans le garage puis suivre le tutoriel vidéo. Il est à noter que c'est avec émotion que main innocente a descendu sa première machine à laver dans les escaliers, comme j'aime à lui répéter, je l'ai adopté pour ça, il n'est pas encore totalement au point puisqu'on avait démonté le bloc béton.

Enfin bon c'est trop tard, direction electrodepot car je commence à saturer, la dernière machine c'était par internet et la livraison avait été bien lourdingue, electrodepot positionne deux ans de garanties pour ses produits, la dernière machine vient de me tenir un an et demi, je me dis que celle-ci passera bien le cap des deux ans. Début d'après midi arrivée du beau père et escaliers à nouveau, les maisons à étages c'est super.

La machine à laver est un bonus supplémentaire qui vient se rajouter à ces magnifiques vacances, je trépigne d'impatience pour le prochain problème, en même temps avec les travaux qui démarrent mardi, tout est possible, j'ai hâte !

Le vrai faux bureau PIXEL

samedi 24 décembre 2016 à 08:00

J'ai vu passer cette information sur les sites anglo-saxons, les anglois, que le bureau PIXEL dédié au raspberry pi était porté sur PC et sur MAC. Alors moi je vois tout de suite une opportunité pour faire mieux tourner mes vieux PC, une iso de 1.3 Go, sur du vieux PC ça commence quand même à faire, ils en sont aux balbutiements, à savoir que ce n'est pas une iso installable directement, il y a une notion de persistence sur une clé USB, comprenez donc que c'est une invitation à emporter votre bureau avec vous. Pixel dans une machine virtuelle ne se lance pas de façon instantanée comme c'est le cas avec des distributions ultra-légères et pour cause, il s'agit d'une Debian, et PIXEL n'est qu'un simple LXDE, on ne peut donc pas parler de nouveau bureau, de bureau particulier, mais d'un simple LXDE pour lequel on a mis certains logiciels particuliers comme Libreoffice et plus drôle chromium comme navigateur par défaut ce qui ne manquera pas de faire plaisir à Denis qui est son plus grand fan.

La moralité de ce court billet c'est qu'on a parfois tendance à parler de nouveauté un peu rapidement alors qu'il ne s'agit simplement que d'un OS bien connu sur un gestionnaire de fenêtres tout aussi connu à qui on a mis un coup de maquillage, réussi cela dit. S'il passe dans les dépôts debian c'est peut être le thème que je choisirais, il est propre et lisible.

Note de service : passage sur planet-libre non désiré

vendredi 23 décembre 2016 à 08:32

Pour une raison qui m'échappe mes derniers articles sont passés sur planet-libre. En fait ça ne m'échappe peut être pas tant que ça, hier j'ai eu un crash sur o2switch avec des soucis d'écriture qui semblent rétablis. Le problème c'est qu'hier j'ai un peu fait crasher le blog en faisant une sauvegarde de billet, ça aurait tapé dans un fichier dont celui des tags, ça ne m'étonnerait qu'à moitié. Compte tenu de l'aspect trollesque de la chose, ce n'est pas du tout le genre de la maison d'utiliser l'outil à ce genre de fin, j'ai demandé la suspension de mon compte et l'effacement des billets.

Edit : Cascador vient de faire le nécessaire, reste maintenant à trouver d'où vient le problème.

 

Tout n'est pas si pourri quand même, en fait si mais on va faire comme si c'était pas vrai

vendredi 23 décembre 2016 à 08:00

Oui 2016 a été une année pourrie pour le libre, les exemples sont multiples et j'aurai pu encore aller plus loin dans mon précédent billet, mais ça va faire bien de faire un billet pour évoquer les très très très nombreux événements positifs qui ont pu se dérouler cette année. Je crois que je n'arrive pas à deux au moment où je suis en train d'écrire ces lignes et je cherche en écrivant ce qui me demande une souplesse intellectuelle colossale.

Je tiens à saluer l'initiative de Nicolas Lœuillet qui se lance avec Wallabag pour essayer de gagner quatre ronds avec son logiciel libre. C'est courageux car si vous lisez son blog vous voyez qu'il y a changement d'emploi pour pouvoir dégager du temps pour son logiciel, c'est courageux car c'est un logiciel de niche et c'est courageux car il y a de la concurrence avec lui même, je m'explique. Wallabag est un logiciel qui permet de lire des articles plus tard, je dis que c'est un logiciel de niche car par exemple mon agrégateur RSS aussi rustique soit-il (krissfeed), le permet et en plus il fait agrégateur. A l'heure actuelle, Wallabag propose un tarif en promotion de 9 € par an, le tarif habituel étant 12, c'est donc dérisoire mais cela va rester trop cher tant que la situation est la suivante. Ma capture d'écran n'est pas anodine, il s'agit de softaculous disponible dans mon hébergement o2switch, cela signifie qu'il me suffit de trois clics pour installer Wallabag chez moi. Et à la rigueur, je paye pour ce service à raison de 72 € par an, il y a pire, il y a cette association de gauchistes dont je tairai le nom avant de me faire "taggliser" qui propose une instance de Wallabag gratuitement et c'est un problème. C'est un problème parce que le libriste c'est quand même le gars qui entre un service gratuit et un service payant, il y a 90% de chance pour qu'il prenne le service gratuit. Je ne sais pas comment va s'en sortir Nicolas pour se rendre attractif avec cette concurrence qui est inhérente au libre, je lui souhaite bonne chance et j'espère qu'il va réussir car c'est courageux de se lancer, le garçon est de plus sympathique pour l'avoir vu intervenir plusieurs fois notamment par rapport à pluxml.

Je crois que de 2016 ce qu'il faudra retenir avant tout c'est l'échec collectif, l'échec de la masse pour voir apparaître la réussite de quelques individus bien sympathiques. D'ailleurs d'une certaine manière une partie de la société est en recherche de ça, la fuite de la grande consommation au profit du commerce de proximité, du circuit court, aller voir le gars qu'on connaît plutôt que la world company. Je suis dans cette démarche, j'ai tendance à fuir les masses au profit des individus. Il serait de circonstance de citer mes camarades blogueurs, Bronco, Didier, Philippe ou Alterlibriste, mais ils sont suffisamment cités dans mes colonnes, je les engraisse suffisamment avec mes backlinks, je fais une spéciale dédicace à l'ancienne à ... Ah, à l'ancienne, DJ Cut Killer, vous noterez cette tendance du moment de mettre des intermèdes musicaux au coeur des billets.

Et d'ailleurs pour votre culture, sachez que le sample provient de KRS One qui était intervenu dans la bande originale du film de Jean-François Richet Ma 6-T va crack-er, avec un son qui n'est pas sans faire penser à du Cypress Hill, groupe qui apparaît sur le T-Shirt de DJ Cut Killer dans ce morceau issu de la bande originale de la haine. Décidément le rap c'est comme tout, c'était mieux avant, on peut tout faire avec du RAP des années 90.

Spéciale dédicace à Arpinux, Thuban et Starsheep plus pour le travail qu'ils ont réalisé avec les cahiers du débutant qui débute que pour DFLinux à laquelle j'ai plus de mal à adhérer mais qui a l'air d'être un agréable passe temps pour eux, pour le bouquin de Thuban, là encore un gars qui s'est lancé dans de l'auto-édition sur un marché de niche OpenBSD le truc dont tout le monde se fout sauf le pervers kuniyoshi de notre forum, je dis bravo. Bravo aussi pour son blog où il met les pieds dans le plat, il finira au tribunal un beau matin quand on retrouvera Arpinux étouffé dans son vomi après avoir trop codé. Je pense qu'ils ont eu très largement raison de larguer la communauté de boulets qu'ils avaient au pied. DFLinux se développe, les cahiers sont écrits, l'intégration dans debian-facile que je fréquente de loin se fait sans problème et ça montre bien qu'on a quand même deux races d'individus qui se dessinent, ceux qui font, et les autres. J'évoquais l'échec du communautaire, bel exemple que cette Handylinux qui démontre une fois de plus que le pouvoir est chez les codeurs et que même s'il y a un utilisateur final, la liberté de cet utilisateur c'est de coder par lui même ou de ne pas utiliser. Le codeur c'est un peu comme une entreprise, tu veux le pénaliser, tu n'utilises pas son logiciel, ça marche aussi avec les blogueurs, tu es pas content d'un blog, tu le lis pas.

Et puis peut-être, se rendre compte qu'il y a encore un peu de monde, qu'on est encore là ... ah on est encore là désolé

que finalement cette blogosphère qui n'en finit plus de mourir, cette francophonie qui va si mal, oui c'est évident, car il ne faut pas se mentir c'était quand même plus fréquenté avant, et bien nous sommes encore quelques uns à tenir le rang. Je crois que pour ma part, le plus grand manque c'est l'endroit pour réunir tout le monde, Diaspora* le repère des Bolcheviks aurait pu être cette place mais malheureusement il y a trop de gens qui se prennent au sérieux, qui manquent d'humour. La sensation permanente que j'ai quand je vais dans certains endroits c'est qu'il y a toujours un con au milieu qui nous sépare, dans l'attente de cet endroit merveilleux et modéré par des gens de bons goûts, un peu vieille France, un peu réactionnaires, un peu âgés, il reste la solution que je pratique actuellement, passer voir les uns et les autres dans leur antre respective en attendant peut-être des jours meilleurs.

Ah ben tiens je l'ai écrit quand même cet article, comme quoi tout se fait.

2017, l'année où on va encore mourir plus

jeudi 22 décembre 2016 à 10:00

En début 2016 j'avais écrit 2016 parce qu'on est en 2016, l'année où on finit tout, une référence à Orelsan qui est certainement ce qui se fait de mieux en RAP dans ces tristes dernières années où le RAP c'est désormais maître Gims, il s'agissait d'un billet pour expliquer ma volonté de finir ce que j'avais entrepris et de me désinvestir de tout projet collectif. J'ai plutôt réussi les deux, la terrasse est finie, le garage est acheté, je finis une dernière vague de travaux, il n'y aura plus rien derrière, du côté projet et communautaire, c'est parfaitement au point, je suis ici et peu ailleurs, github et quelques forums, je ne fais plus grand chose à part écrire encore et encore. En perspectives personnelles 2017, je ne m'engage pas, la mauvaise surprise au niveau de la santé de mon épouse, les promenades à Toulouse rappellent à l'ordre, l'accumulation de fatigue au point de se prendre un tampon, on a un plan, on essaie de s'y tenir et un grain de sable vient tout chambouler, j'éviterai donc d'évoquer mes projets qui sont simples, abandonner toute forme de responsabilité et profiter un peu pour faire un peu la madame soleil de l'informatique et vous annoncer que nous allons mourir encore plus cette année.

Antistress a fait la synthèse de cette année, il écrit suffisamment rarement pour ne pas le backlinker, il s'agit d'un bilan optimiste, c'est un point de vue, moi vous savez je suis le gars qui lorsqu'il regarde un verre, même s'il est plein, aime bien juste pour le plaisir vous montrer comment on pourrait imaginer qu'il soit vide. Cela dit, la situation n'est pas brillante.

La mort de FirefoxOS est certainement la plus mauvaise nouvelle libre de l'année car elle illustre plusieurs problèmes. Une véritable crise de confiance face à la fondation Mozilla qui aura largement démontré qu'il n'y a avait pas qu'une volonté de faire du logiciel libre pour les masses mais une stratégie ambiguë, floue et peu efficace, son système d'exploitation mobile en tête après des cliff hangers dignes de 24 heures chrono puis thunderbird qu'il ne faudrait pas oublié et dont on cherche à se débarrasser. Il serait facile de jeter la pierre uniquement à Mozilla, on peut citer Cozycloud par exemple avec le recrutement très publicitaire de Tristan Nitot le monsieur qui écrit des bouquins sur la surveillance mais qui a quand même sa page facebook, le licenciement de l'un des fondateurs pour une application qui vous m'excuserez était de très mauvaise qualité l'an dernier, j'émets quelques doutes quant à la qualité actuelle, on communique plus qu'on ne code et comme je me permets la gratuité du mauvais propos, je ne prendrai même pas la peine de voir si c'est mieux. Alors oui, continuons de tirer sur l'ambulance, l'année des forks, on crache sur le partenariat entre l'éducation nationale et Microsoft quand de l'autre côté Owncloud n'est plus dans les dépôts Debian et Nextcloud n'est pas entré, la même chez seafile, ça se marave à tour de bras sans voir émerger une solution alternative qui pourrait faire office de référence, pendant ce temps là je peux vous le dire pour l'utiliser chaque jour, office365 se bonifie, avance. Que dire des Apple Store qui risquent de devenir les nouveaux lieux pédagogiques, si ça commence à inquiéter c'est qu'il y a une raison à ça, l'ambiguité que maintient l'état avec les grosses boîtes d'informatique, souvenez de cet homme qui offrait des Ipad aux enfants de son département ou de Lordi de la région et des accords passés avec Dell puis HP. On peut difficilement jeter la pierre à des enseignants qui ne comprennent rien car personne ne comprend rien sauf les GAFAM qui voient l'intérêt de former très jeunes les enfants à leurs produits.

La marave est partout, pas seulement chez les codeurs mais chez les utilisateurs, des rageux dans tous les coins, c'est certainement le climat politique qui veut ça, l'élection de Trump, les attentats, il va falloir retrouver la parole fraternelle, c'est par là qu'il faudra commencer et je vous offre une pause musicale, une pause Saez. Malheureusement comme les gens sont cons, ce n'est pas la parole fraternelle qui va calmer le jeu en 2017 mais les outils de modération et de contrôle, car c'est certainement ça 2017 la fin de la fête et de la liberté d'expression, si on définit la liberté d'expression par celle de pouvoir cracher sur son voisin.

Mais revenons sur la mort de Firefox OS, mais aussi celle de Jolla, de Cyanogen ou encore celle de Windows Phone qui est certainement celle qui m'inquiète le plus. Vous me direz qu'on a toujours le choix dans la vie, le choix d'utiliser un Nokia 3310, de ne pas avoir de smartphone, de continuer à sortir le bon vieux GPS et l'appareil photo, personnellement j'aurai du mal, je fais peu de choses avec le smartphone, mais ce que je fais c'est déjà beaucoup et pratique même si je me rends compte des grandes limitations de Windows Phone, si on constate un net progrès dans la transposition des sites en version mobile, qu'il n'est plus nécessaire d'avoir de façon systématique l'application, les sites avec Edge sont souvent déformés, pas mieux avec Opera, on sent que l'étau se referme de plus en plus sur le consommateur autour des solutions Android et Apple. Donc il y a de bonnes chances pour que mon prochain smartphone soit Android quand j'arriverai au bout de mon Nokia, car l'écosystème d'Apple est trop cher pour moi. Le pas cher a quand même un prix, celui de la sécurité désormais directement au niveau du matériel, chaque semaine apporte son lot de backdoor dans nos téléphones chinois. On réalise qu'il y a largement la place pour un système alternatif, pour du hardware alternatif, sauf que si Microsoft avec tout son argent se casse les dents, ça laisse peu d'espoir pour le reste, on continue de regarder du côté d'Ubuntu où les quelques rares blogueurs qui écrivent encore, ça a l'air de progresser mais après la déception Firefox OS, il sera très difficile de faire passer la pilule encore plus quand celle-ci dépasse les 200 €.

L'étau qui resserre c'est aussi sur PC, on l'a vu cette année avec Lenovo, il devient de plus en plus difficile d'installer Linux sur du matériel récent, pas cher, comme tous ces ordinateurs à tarif abordable à 32 Go de disque dur partagés avec Windows 10 qui feraient de bons PC sous Debian. On se rabat alors sur le marché du PC de l'occasion mais pour combien de temps encore ? Du côté des distributions Linux, je ne vois plus d'évolution vraiment significative depuis plusieurs années, les versions se suivent et se ressemblent sauf dans l'interface graphique où c'est uniquement ici que ça se joue, pour preuve la fiesta qu'on fait avec le menu de libreoffice qui imite celui de Microsoft. Les bugs continuent de s'installer et les interfaces quand certains logiciels sont tellement instables qu'ils plantent trois fois l'heure, on se dit que ce n'est pas la première des préoccupations, la mienne en tout cas, pas celle des développeurs qui donnent toujours plus la sensation de traîter la forme plus que le fond.

Et oui tout fout le camp ma bonne dame, vous comptiez les blogueurs francophones sur les doigts des mains et des pieds en 2016, cette année ce sera sur les doigts des mains et des pieds d'un manchot unijambiste. J'aurai bien voulu être encourageant en disant que la très grande majorité des gens qui écrivaient et qui n'écrivent plus pour des raisons qui leur appartiennent ont migré ou ont été remplacés par de jeunes Youtubeurs, malheureusement ce n'est pas le cas, si quelques uns tentent l'aventure ils ne remplacent pas les centaines de blogueurs traitant du libre il y a moins de 10 ans. Je n'irai pas dire qu'ils n'utilisent pas Youtube car faire du libre sur cette plateforme c'est comme animé une émission bio depuis le Mac Do mais tout simplement parce que le libre on considère que c'est peut-être désormais tellement passé dans les moeurs qu'il n'est même plus la peine d'en parler, peut-être que ça marche trop bien, peut-être autre chose, peut-être.

Alors oui ma bonne dame, il n'y a pas de réelle raison que la tendance 2017 s'inverse cette année sauf peut-être car c'est le billet des peut-être que la vie c'est encore ça, des gens toujours de plus en plus seuls, des jeunes, des vieux, toute catégories socio professionnelles confondues et qui malgré les facebook, les twitters et les instagram regarderont Patrick Sébastien le soir de Noël, peut-être une prise de conscience généralisée que tout ceci n'est qu'un outil, pas un but, que derrière les écrans il y a des gens qu'on se doit d'aimer et de respecter, s'ils font encore l'effort d'être respectables.