PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Ca c'est fait ou une semaine de ce qui est fait n'est plus à faire

vendredi 3 février 2017 à 21:00

Comme je vous l'ai dit, fatigue, travail, Dark Souls III, un cocktail qui occupe. J'ai commencé la semaine en allant "pirater" le photocopieur de la paroisse de Saint Thibery. J'ai une collègue qui est à la retraite cette année, je ne la connais que depuis l'an dernier mais c'est une dame qui m'amuse beaucoup. Impliquée de partout, une vraie croyante, une vraie gentillesse, une dame qui de temps en temps vient encore mettre des chocolats dans mon casier, une dame débordée qui passe comme la tempête et qui emporte tout sur son passage. Elle débarque au lycée, me fait sauter dans la voiture et m'entraîne ici.

Un paroissien a récupéré un photocopieur dans un établissement scolaire et seulement le problème c'est qu'à l'allumage il y a un code. Simple en fait, on peut supposer que chaque prof avait son code, on n'a pas les codes, donc ça photocopie pas, et moi je dois faire quelque chose. En quelques secondes, j'accède à l'admin car 000000000000 n'a pas été changé, je réinitialise le photocopieur, on peut photocopier, les grands mères de la paroisse auront désormais la possibilité d'avoir la copie des chants, j'ai encore gagné des points paradis. Sachez donc que sur les Konica, le code standard c'est du 0 à bloc, du 123456789 et qu'il y a de fortes chances pour que les gens laissent d'origine. C'est dans ce genre de circonstances que tu te dis que tu es un super héros, et que finalement tes connaissances en informatique, même si tu as encore gagné des chocolats, tu n'es pas mécontent de les mettre à profit pour la bonne cause.

A la maison, j'avais un serveur openmediavault qui faisait office de NAS. J'ai fait un billet dessus dans l'année, ce qui est réellement intéressant là dedans c'est la possibilité d'utiliser minidlna qui est très bien lu par les périphériques de la maison et notamment la clé TV d'orange. Les fonctionnalités extérieures ne me sont pas indispensables si bien que l'utilisation de ce serveur à part pour stocker les sauvegardes que je continue de réaliser de façon manuelle est particulièrement limitée. J'ai coupé la poire en deux en supprimant la machine et en montant le 2 To dans mon PC. Je continue d'utiliser openmediavault, la seule différence c'est que le serveur est désormais virtuel. Avec pas mal de choses qui tournent en même temps, en ayant une machine qui n'a pas un processeur avec des fonctions de virtualisation, l'ensemble tourne sans broncher. Si vous devez faire fonctionner une machine virtuelle comme je le fais, pour qu'elle soit dans le réseau, pensez à faire une connexion de pont, ça vous donnera une adresse dans la même plage IP que votre box.

Et comme j'étais dans les grands travaux j'en ai enfin profité pour virer Ubuntu et remettre debian stable, soit Jessie pour l'instant, en attendant la sortie de Stretch. La migration ne pose que peu de problèmes il suffit toujours de récupérer les mêmes dossiers de configuration :

Il est à noter que pour une raison qui m'échappe complètement le partitionnement a lamentablement planté, je ne suis pas le seul à avoir rencontré ce problème sur la toile, la solution passe par faire les partitions en amont avec gparted et de balancer la sauce debian à l'intérieur, ça tourne. Il me reste quelques ajustements à faire, notamment les nouveaux mails qui s'affichaient en bleu dans Xubuntu dans la zone de notification, ça faisait partie des choses que j'aimais bien chez Xubuntu, il faut que je regarde comment on fait. Il est à noter que pendant que j'étais en train de faire ma grande réinstallation, j'ai appelé l'intégralité de mes stagiaires, les téléphones étant enregistrés dans une feuille office365 qui est devenu pour moi un outil de travail réellement indispensable. J'ai la satisfaction de plus d'avoir collé tout le monde au cloud, quand l'an dernier les appréciations pour les stages et ce genre de choses retapissaient l'intégralité de la salle des enseignants, tout le monde a pris le pli, il m'aura donc fallu un an pour faire changer une habitude de travail, il faut maintenant en donner d'autres mais la voie est ouverte.

J'ai viré le dernier site qui n'était pas à moi et que j'hébergeais, désormais je n'ai qu'un domaine supplémentaire avec un simple mail que je gère, tout le reste est à moi. C'était le genre de responsabilités qui me posait problème. On n'est jamais à l'abri dans la vie, il peut m'arriver quelque chose, les personnes en face alors perdent tout parce que si ce n'est pas moi, personne ne comprend rien. La migration vers un domaine o2switch ne gène en rien, j'ai l'intégralité des codes, je continue à gérer, mais si pour une raison ou pour une autre je ne suis plus en mesure de le faire, quelqu'un d'autre que moi le fera.

Je me suis tâté dans la semaine pour fusionner tous les blogs à nouveau et ne faire qu'un blog, et puis quelques messages dans la partie professeur m'ont confirmé que j'avais raison de continuer à dissocier l'ensemble, status quo de ce côté là donc.

Pour l'heure je dois continuer une grande purge dans mes fichiers, dans mes machines, casser la gueule à quelques monstres aussi qui m'attendent et envisager de me reposer un peu.

Dark Souls III, épisode 3, la plus grosse

mardi 31 janvier 2017 à 07:00

L'idée de faire le jeu intégralement à la dague n'est pas une super bonne idée. En fait sur le papier ça parait intéressant, des coups rapides, le cumul de coups finit par faire saigner mais en fait les dégâts ne sont pas assez importants et les monstres qui font douze mètres ne se backstabent pas (étonnant). Il y a une règle fondamentale dans Dark Souls et je vous la donne, c'est une règle simple, logique mais qui pose quand même un problème, on peut difficilement jouer comme on veut. La règle, plus tu frappes fort, plus tu finis rapidement le boss, moins tu as de chances de te faire tuer et c'est un problème. Ça veut dire en gros que tu prends la plus grosse épée du jeu, aussi lourde soit elle, et tu tapes trois coups pour tuer le boss. Si on rajoute à cela, une vraie rapidité des monstres, une véritable invulnérabilité à la magie, une grande lenteur pour lancer les sorts, Dark Souls III vous invite à ne jouer qu'avec un build force.

J'ai donc renoncé à mon voleur avec son arc et ses dagues pour passer à un personnage, moitié dextérité, moitié force, et là encore une mauvaise idée. J'ai fait monter les caractéristiques n'importe comment, je n'ai pas fait monter les bonnes armes, j'avais fait monter la claymore qu'on trouve au début du jeu, c'est une bonne arme mais on se rend compte que ce n'est pas assez une bonne arme. Autre point, en regardant les vidéos d'Exserv, j'ai réalisé que j'avais raté nombre de quêtes, il y a pas mal d'objets à gagner, que j'ai raté des zones complètes, c'est vraiment des fous ces développeurs. A un endroit donné façon Indiana Jones, vous traversez un pont un peu bancal, derrière vous, une armée de squelette se lève et quand je dis une armée c'est par dizaine. Il suffit de casser le pont et de pouvoir continuer, sauf qu'en fait le pont cassé fait office d'échelle et vous voilà en route pour un univers gigantesque avec un lac où se trouve une baliste géante qui vous envoie des pieux monumentaux pour vous marave. Je me suis arrêté face au deuxième seigneur des centres, une forme de sirène, moitié femme, moitié ver de terre qui tient un arc, le monstre est jouable mais je ne suis pas satisfait de mon personnage donc j'ai redémarré chevalier, grosse armure et bouclier en faisant attention aux monstres. Les gens qui ont joué au premier Dark Souls seront ravis de se retrouver à Anor Londo où l'on retrouve le forgeron géant mais mort et la grande cathédrale qui en a pris un coup.

Parce que vendredi c'est parfois touche d'espoir

dimanche 29 janvier 2017 à 15:00

Vous aurez remarqué qu'en ce moment j'écris peu, même si les quelques pavés pondus ce week-end montrent que j'arrive encore à tenir le clavier, il y a quelques raisons à cela :

Nous retrouvons notre héros vendredi pour une journée de foufous, sept heures de cours, et réunion parents professeurs jusqu'à 19 heures, une pensée bien sûr pour Fillon et le travail des enseignants. Météo France avait prévu de la pluie sur la route, je me retrouve à proximité de Valras Plage, oui ami du nord de la France ou Parisien, je te vends du rêve, tous les jours je passe devant Valras, avec une pluie anormalement importante, je ne mouille pas trop ma culotte, mais l'enfant des inondations que je suis, petit Nîmois de 1988, garde en lui une forme de traumatisme sachant que je commence à avoir quelques expériences particulièrement douloureuses d'il pleut il mouille. Les choses se tassent et entre Béziers et Pezenas je me prends un déluge tellement important que je me retrouve à rouler à 70 km/h sur l'autoroute, de nuit en plus, un rideau de flotte, j'ai peur. J'arrive tant bien que mal au lycée pour attaquer la journée, la suite on la connaît, alerte orange, grosses pluies, inondations dans l'Aude et dans l'Hérault, tout ça..

La journée est dédiée à la fin de mon fameux concours, l'objectif c'est de finir le maximum de travaux et de gérer les gamins, je salue mes collègues qui m'ont largement aidé pour la matinée, j'arriverai à une quarantaine de projets finalisés, c'est trois fois mieux que l'an dernier. J'ai des trucs qui sont sympas dont un que je regrette de ne pas pouvoir diffuser, il s'agit d'une gamine qui fait du manga et qui a tout réalisé par elle même, des dessins qu'elle réalise à la DS ou au doigt sur la tablette, c'est assez énorme et si elle gagne, je serai de la partie pour aller à Paris avec elle ça me permettrait d'avoir enfin du temps pour lui expliquer comment se lancer vraiment là dedans. J'avais dit à mes collègues, ras le bol, ça demande un travail de folie et l'an prochain j'arrête. Et puis on a ce genre de travaux :

Je ne sais pas si le gamin peut remporter quelque chose avec ça, parce qu'il faut quand même un peu de second degré ce qui malheureusement dans le monde enseignant, humour et second degré ça passe pas trop, mais j'ai pu voir les effets sur lui. Il s'agit d'un gamin qui a du mal avec l'informatique, on l'a pas mal aidé mais c'est surtout un gamin qui m'a expliqué chaque semaine que la semaine suivante il ne serait pas là. Et chaque semaine, je lui faisais part de mon étonnement de le voir et de le taquiner pour dire qu'il n'avait pas l'air si malheureux. Je l'ai vu bosser son projet au CDI tout seul, il s'est vraiment accroché et a peut être fait depuis le début de l'année son premier travail sérieux, toutes matières confondues. De la même manière, la majorité des parents que j'ai pu croiser en réunion parents profs, leur gosse leur avait montré le travail qu'ils avaient réalisé, les gosses contents, comme quand ils avaient quatre ans et qu'ils ramenaient un truc en pâte à modeler tout moche pour montrer à papa et à maman qu'ils avaient fait un truc à l'école.

La moralité est quand même simple. Alors que le truc m'a vraiment gavé, que j'étais persuadé que tout le monde s'en foutait, je vais le reprendre l'an prochain. Ce qui montre quand même que de temps en temps, c'est bien de dire à quelqu'un qu'on aime ce qu'il fait, ça donne de l'espoir, ça redonne l'envie, ça montre que ça a du sens. L'autre moralité c'est que pour réussir à accrocher la grande majorité des élèves, il faut quelque chose de concret à la sortie. Ici chaque enfant repart avec sa production, j'avais imprimé en plus sur papier pour que les gosses puissent le montrer, et c'est peut être ici qu'on se rend compte que c'est là qu'il faut creuser, le concret, la matérialisation, pour faire revivre en chaque adolescent l'enfant qui faisait de la pâte à sel et qui trouvait ça beau.

Pourquoi j'ai appelé ce billet touche d'espoir ? Pour que ceux qui croient en la pédagogie n'aient pas le cafard

On va tous mourir, nouvel épisode

samedi 28 janvier 2017 à 16:30

Il y a quelques informations qui sont intéressantes et qui vont toutes dans le même sens, on va tous mourir, on le sait déjà, mais rappelons le pour se mettre du baume au coeur et y aller léger :

Alors on commence par quoi ? On va démarrer par le dernier article celui de Techrepublic où le gars y va de ses prédictions qui sont assez amusantes et certaines vont se réaliser ou à pas grand chose. L'arrêt pour Ubuntu des systèmes d'exploitation pour portable, ça je pense qu'il n'a pas tort il n'y a désormais que les optimistes pour continuer à y croire et l'avenir de me donner raison comme FirefoxOS, la convergence entre Android et ChromeOS avec un ChromeOS qui désormais va lancer des applications Android c'est évident, des attaques orientées vers Linux, j'en ai vu passer une pas plus tard qu'hier et une augmentation de la part d'utilisation de Linux pour PC au dessus de la barre des 5%, c'est crédible mais dans le mauvais sens.

L'ordinateur n'est pas en train de mourir, l'ordinateur c'est comme l'écriture, c'est en train de devenir un secteur de niche aussi paradoxal que cela puisse paraître tant qu'on sait qu'un ordinateur c'est populaire. L'ordinateur c'est désormais pour les gens qui travaillent sérieusement, pour les codeurs, pour les joueurs bourgeois qui ont 1200 € à placer dans un appareil et c'est sans surprise de lire que le marché du PC gaming explose tant l'offre console devient de plus en plus décevante avec une switch qui même pas sortie voit son prix baisser et des éditeurs qui à l'instar de la Wii U se positionnent pour dire qu'ils ne sortiront leur jeu. Pour le particulier, l'avenir est dans le smartphone, on va donc assister comme on assiste à une baisse global du nombre de machines car mine de rien c'est fragile, des développeurs, des professionnels qui ont tendance à installer toujours autant ou plus des ordinateurs sous Linux car c'est rentable comme on a pu le voir avec Dell, si le nombre qui correspond à 100% des machines diminue et que le nombre d'ordinateurs qui correspond aux postes sous Linux se maintient ou augmente à peine il est normal que le pourcentage d'utilisateurs sous Linux augmente, mais quelque part de façon artificielle et pas par une adhésion de masse. Si je devais vulgariser d'un grand coup je dirai que c'est une victoire par forfait dans une compétition où les joueurs sont partis ailleurs.

L'avenir du citoyen lambda se déroule dans sa poche pour la très grande majorité des actions qu'il a à faire et on peut compter sur son entreprise pour lui fournir le matériel nécessaire s'il a un travail en lien avec un ordinateur. Concrètement à part un courrier à gauche à droite, la quasi-totalité des démarches peut se faire par smartphone, j'ai bon espoir d'ailleurs que pour le courrier on puisse bientôt faire les demandes directement par vidéo, notez le dans un coin, ça finira par venir quand l'administration aura réalisé que plus personne ne savait écrire.

Donc du smartphone pour les gens normaux, de l'ordinateur pour les gens différents qu'il soit hardcore gamer ou qu'il travaille mais plus d'ordinateur pour le quidam qui a trouvé son bonheur avec Android ou IOS à s'en mettre plein le cloud jusqu'à sa dernière photo. Comprenez dès lors que toute forme de tentative d'évangélisation des communautés d'utilisateurs type Michu si c'était obscur il y a quelques années c'est ridicule maintenant. Ah ben oui ma bonne dame, tu vas lui proposer du libre comment à Kevin qui n'a plus d'ordinateur et qui son Iphone 12SX dans la poche pour 14000 € ? Et bien tu ne lui en proposeras pas car tu ne peux pas lui en proposer. Et proposer d'utiliser dès lors des services libres sur des systèmes où le moindre contact avec ton téléphone te suce l'information jusqu'à la substantifique moelle c'est comme vendre des masque à oxygène à Fukushima, c'est un peu tard.

Ce qui devrait être une prise de conscience collective et de se dire qu'on a complètement raté le train et que le poursuivre à dos de mulet est raté n'a l'air de heurter que les gars aigris qui ont passé la quarantaine, noir c'est noir il n'y a plus d'espoir, mais pas chez les communautés de Linuxiens. Je lisais donc sans grand intérêt l'article diffusé sur l'association des gauchistes quant à OpenSUSE, une distribution méconnue. Ceux qui me lisent depuis nombre d'années savent qu'OpenSUSE et moi c'est une histoire courte, les tentatives d'installation se sont systématiquement terminées en crash. J'aimerai revenir sur le point que soulève le garçon et faire un moment de silence pour méditer : Ce que je constate en revanche, c’est le déclin de communauté d’entraide en général. La montée des réseaux sociaux a tué les bons vieux forums d’entraide et les mentalités ont changé. On peine à recruter des bonnes volontés mais ce n’est pas un problème exclusif à Alionet.

Voilà, le moment de silence est fini. Il y a ici tout, mais le tout universel, le début, la fin, même le milieu. Les forums sont morts c'est un fait, l'entraide c'est devenu du marche ou crève, faut faire des bouquins c'est plus rentable, les gens sont partis sur les réseaux sociaux, mais ce n'est pas une raison pour ne pas avoir 10 environnements de bureau différents, des distributions en masse qui font exactement la même chose à pas grand chose, de maintenir le plus de projets possibles qui font doublons, et si l'on prend le cas de debian par exemple faire cinq forum francophones pour apporter une aide encore meilleure à ses utilisateurs. Dans un contexte dans lequel l'univers du x86 est un grand bateau qui est en train de sombrer, qu'on assiste effectivement à un changement profond des utilisateurs, des mentalités, ça forke à tour de bras, ça continue de faire des nouveaux projets, ça continue de se disperser et de partir dans toutes les directions quand il faudrait avoir l'humilité de s'arrêter pour rejoindre le voisin qui existe déjà.

De façon synthétique alors que le marché du PC est en train de se transformer de façon très importante, que le marché du téléphone est pour le moment totalement inaccessible, Linux continue de se développer, le libre continue de se développer mais d'un point de vue communication, information, documentation, en tout cas d'un point de vue francophone, tout est en train de disparaître quand il faudrait se positionner sereinement et pouvoir faire une offre cohérente pour les gens qui pourraient être intéressés. Pire de mauvais choix continuent d'apparaître au niveau de ces trop nombreuses distributions, comme l'abandon du 32 bits par exemple. J'ai sous la main une masse conséquente d'ordinateurs 32 bits qui sont certes vieux, pour de nombreux programmes on est forcé de faire jouer le multi arch pour récupérer du 32 bits notamment dans une batterie de logiciels propriétaires très populaires, la où la cohérence voudrait un maintien pour contrer l'obsolescence que provoque de façon régulière Microsoft, les distributions Linux vont montrer que comme les acteurs du marché qu'elles condamnent, elles font pareil, réclamer des machines de plus en plus puissantes pour faire tourner des bureaux en 3D débiles qui ne servent absolument à rien puisque finalement il ne reste plus grand monde à séduire, si ce n'est des gens qui visent avant tout l'efficacité de la machine et qui utilisent la ligne de commande.

Donc d'un côté on se ferme la porte sur la vieillerie synonyme d'écologie et de lutte contre le modernisme mais de l'autre on n'est pas foutu de se positionner sur les smartphones mais aussi sur les machines à l'UEFI un peu violent réduisant ainsi de façon drastique la possibilité d'installer Linux.

Tout va donc très bien madame la marquise, si j'évoque de moins en moins Linux et le logiciel libre ce n'est pas qu'il est sorti de ma sphère, bien au contraire c'est mon pain quotidien, c'est que je porte ça comme une croix qui m'est totalement personnelle. J'ai des ordinateurs que j'ai installé sous Handylinux que j'ai fortement conseillé pendant pas mal de temps à faire migrer vers un système qui j'espère ne va pas mourir dans quelques années, je n'aurai rien dû proposer. Je réalise qu'en fait même si l'avenir nous donnera à terme raison à savoir que le libre finira par être imposé par les états qui en auront marre de se faire dicter leur conduite par les grosses compagnies américaines, moi je me serai contenté de faire de l'assistanat auprès de gens qui n'étaient intéressés que par la réparation gratuite de leur ordinateur.

Dans cette année de fin du monde qu'est 2017 on continuera d'assister à la professionnalisation du libre, à la raréfaction des petits projets, des blogs, et j'en passe, on a intérêt à se coller à l'anglais et à man.

Merci le monde

samedi 28 janvier 2017 à 14:50

Vous le savez avoir la télévision à Saint-Pierre la mer c'est assez galère :

Les alternatives dès lors sont vraiment comptées sur les doigts d'une main d'un gars qui s'est fait couper les doigts, la clé TV orange ou un Raspberry PI avec KODI ou molotov.tv le temps que durera ce service. J'ai donc une clé TV d'orange et avec, un smartphone qui fait office de télécommande avec l'application qui va bien. Mercredi de la semaine dernière, l'application orange ne fonctionne pas, je traîne un peu le soir pour vérifier que ça vient de chez Orange et je pose le téléphone à sa place. Le lendemain matin, jeudi donc en pleine semaine, je descends parce que ça m'a gonflé la veille et je me rends compte que le smartphone n'est pas dans le salon. Je monte quatre à quatre les marches des escaliers, je dévisage mon gamin et dis le smartphone, maintenant. Je ne prends même pas le temps de faire tourner l'insultron paternel, je demande quand, et depuis combien de temps, entre une heure et trois heures du matin et depuis une semaine.

L'ambiance à la maison est pour le moins très tendue, les échanges peu cordiaux et j'ai expliqué que désormais quand on avait suffisamment d'astuce pour avoir ce genre de comportements, on en avait pour tout, il allait donc se débrouillait pour penser à tout, et gérer sa vie comme en grand ce qui pour un assisté n'est pas simple. Comprenez que ce qui me rend particulièrement furax c'est que l'épisode c'est la vingtième fois que ça se produit, que le dernier c'était il y a deux mois avec la 2DS, et qu'au bout d'un moment, fils ou pas fils, et bien merde, les enfants posent aussi des actes qui ont leurs conséquences, se fâcher avec son paternel en fait partie, j'ai trop pardonné, je suis à court de stock. Je continue de vider la maison des produits électroniques car on est malheureusement face à un cas de dépendance et que rendre au fur et à mesure, redonner, même aménager ça ne sert à rien, c'est comme un alcoolique des écrans, c'est binaire, l'alcoolique ne consomme pas avec modération, il ne consomme pas ou il se bourre la gueule.

Bien sûr, la logique c'est de se dire mais qu'est ce que j'ai fait au bon Dieu ? La logique c'est de se dire que tout est ma faute avec mes écrans partout dans la maison, oui mais en fait absolument pas. La nuit je dors, si je ne peux pas allumer l'ordinateur parce que j'ai des choses à faire comme m'occuper de ce traître et de sa soeur qui va avoir sa tablette vendue et qui suit les mêmes traces que son frangin, je fais à manger, je fais leurs devoirs, je les sors, je ne fais pas de l'informatique ou du jeu vidéo une priorité qui me grille la santé. D'ailleurs s'il suivait mon modèle, il se grillerait la santé au travail, des gens qui travaillent chez moi avec ma femme, c'est pas ce qui manque.

En fait c'est simple. Moi 14.5 ans, moi j'ai mes copains qui font absolument ce qu'ils veulent dans leur maison et c'est le cas, chez beaucoup de ses collègues c'est l'open bar le plus complet avec un accès libre, illimité aux appareils, aucune contrainte, avec une adolescence débile et sans recul, il a du mal à comprendre pourquoi nous vivons chez nous avec des limites, des impositions et que chez les autres c'est la fête. S'il fallait pousser la comparaison, mes gosses ont la sensation qu'on vit comme des mormons, s'ils ne le disent pas de façon explicite, ils ont le coup de poignard assez régulier pour nous rappeler ce qu'ont les autres, ce qu'ils peuvent faire, parce que vous le savez bien : ailleurs c'est forcément mieux.

Nous sommes donc dans le cas très précis de la minorité qui a raison face à la majorité qui a tort. Oui ce n'est pas rendre service à son gamin de le laisser toute la nuit devant youtube pour aller faire sa journée de travail. Oui ce n'est pas une bonne idée de payer des cigarettes à son gamin ou de le laisser se bourrer la gueule à 14 ans, oui. Et pourtant, je vois énormément de gosses qui sont dans ce cas, des enfants qui sont des enfants, et qui ont la sensation que la liberté c'est de pouvoir faire toutes les conneries possibles et imaginables avec des parents qui ont abandonné, qui tournent la tête, qui n'osent pas dire non, ou trop préoccupés par leurs propres problèmes et qui se disent que tant qu'on n'est pas à l'hôpital ou au commissariat c'est qu'on s'en sort finalement pas trop mal.

C'est inquiétant. Ce n'est pas inquiétant pour mes enfants à qui j'ai expliqué un système très simple c'est à dire qu'au bout d'un moment le parent sature et que contrairement aux autres qui n'ont pas le courage de faire sauter les téléphones pour de bon, comme dit le proverbe on peut tromper une fois mille personnes mais difficilement mille fois la même personne, si bien qu'au bout d'un certain nombre de fois la même erreur, le problème disparaît de façon définitive. Aucune gestion vis à vis des écrans, pas de problème, y a plus d'écrans. Mécontents du système ? Ah ben pas le choix, il faut ronger son frein jusqu'à ses 18 ans, aller gagner sa vie et se payer sa console, sinon accepter les règles qui sont posées. C'est inquiétant car si nous avons tous à un moment trahi nos parents, que nous n'avons pas respecté les règles du jeu, ce n'est plus un jeu de chat et de souris que j'ai la sensation qui se fait avec les gosses mais la gestion d'une révolte, une révolution.

Ces enfants rois, ces enfants qui vont péter les plombs s'ils n'ont pas le dernier iphone, s'ils n'ont pas le scooter à Noël c'est en train de devenir l'enfant majoritaire, et cet enfant explique aux poches d'enfants qui vivent encore dans la monarchie parentale qu'il faut faire la révolution, qu'il faut imposer sa loi. C'est inquiétant parce que mine de rien ces gosses qui avec le refus d'obéir de respecter les règles du jeu, refusent de la même manière de travailler, d'apprendre, de se faire un peu violence, seront à la tête du monde demain, seront parents et il va y avoir quelques conflits d'intérêts. Comment des êtres tellement égoïstes vont réussir à donner un peu d'eux mêmes à leur propre progéniture ? J'espère que je serais mort avant qu'on puisse voir les réponses.

Merci le monde de façon générale, car c'est grâce à ce nivellement collectif, consummériste, cet échange omniprésent qu'on récupère tous la même connerie à son domicile. Il est impossible de préserver son enfant de la bêtise, de la société, il est impossible pour un gosse d'échapper aux autres enfants qui expliqueront que pour en être il faut avoir fumé son premier joint à 12 ans, regardé du porno depuis l'âge de 9 ans, avoir les dernières pompes et le dernier téléphone à la mode. Néanmoins mon positionnement de parent reste tout de même simple, ma maison, mes règles du jeu que j'estime être justes et qui doivent être respectées. Si mes enfants ne comprennent pas qu'on a besoin de dormir la nuit, s'ils ne comprennent pas qu'il faut travailler dans la vie, s'ils ne comprennent pas certaines valeurs de bases qui ont encore du sens en 2017, la vie leur apprendra ce que je n'ai pas pu leur apprendre.

Tout commentaire qui ne me plaît pas n'apparaîtra pas sur le blog, étant de mauvaise humeur, épargnez vous des pavés que personne ne lira. En complément cet article sur les écrans connectés, qui me confirme qu'on va de plus en plus vers la fin du monde.

Ah ben tiens, ma fille débarque pour que je l'aide à faire ses maths, j'avais déjà donné pour le français ce matin, un magnifique weekend en perspective, encore heureux que ça innonde, ça donne pas envie de sortir.