PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Le prince de la nuit

jeudi 9 février 2017 à 19:18

Je pensais qu'avec les bouquins d'Anne Rice, entretien avec un vampire j'avais atteint le sommet de l'ennui avec les vampires et bien je me trompais, Swolfs fait la performance de faire mieux, il réalise l'ennui utlime. Le prince de la nuit c'est l'histoire d'un vampire qui un soir au moyen âge bouffe la châtelaine qui s'ennuie. Le patron n'est pas très content et fait le voeu pieux de le marave. Vous noterez l'humour, voeu pieux, pour tuer des vampires, c'est vraiment très fin. Malheureusement ce dernier échoue et il explique que ce sera à sa descendance de prendre le relais. Et c'est donc ainsi que nous allons suivre dans les années 30 le dernier de la liste qui n'est pas au courant de l'histoire mais qui fait des rêves étranges, du sang partout, et j'en passe. Il va mettre la main sur le coffret familial dans lequel ses ancêtres racontent leur rencontre avec le vampire et leur échec.

Beaucoup de dialogues inutiles, beaucoup de longueurs, un large manque d'action, seul le tome sept qui raconte les origines du vampire est intéressant, très classique mais bien meilleur que cette série où l'on s'ennuie à mourir ce qui est de circonstances.

ATTENTION : JE RECASSE TOUT

jeudi 9 février 2017 à 14:30

Bronco en lisant mon billet sur le fait qu'un blog multi-thème m'a pondu un plugin qui s'appelle caméléon.

En fait le principe est assez simple et vous pouvez le voir en application sur la catégorie "culture". Si vous cliquez sur le thème culture, vous avez automatiquement le changement de look et on retrouve le thème du blog vaguement culturel de Cyrille BORNE. L'utilisation du plugin est particulièrement simple, dans le répertoire "thème", vous mettez le thème qui vous fait plaisir et que vous aimeriez bien voir appliqué à la catégorie en le renommant culture, automatiquement si vous cliquez sur culture il applique le thème et c'est tout. Ça veut dire que les plugins globaux sont appliqués à l'ensemble des thèmes, rechercher par exemple mais que des plugins qui nécessitent un hook c'est à dire une modification directement dans le thème comme le machin de mes liens sociaux toujours de Bronco n'apparaîtra que sur le thème qui a été modifié.

Pourquoi Cyrille, tu as encore tout cassé ? POURQUOI ????

La réponse on la connaît, je suis un grand malade, mais c'est aussi dans le sens de ma simplification. Se prépare la sortie de pluxml 5.6 ce qui veut dire pour moi trois blogs à mettre à jour. Je me rends compte en plus que j'utilise mal la notion de catégorie, je m'en sert comme des tags que je n'utilise pas, en fait je ne suis pas bon depuis le départ. Concrètement pour que le plugin fonctionne, il faut que l'article ne possède qu'une seule catégorie. Par exemple sur le blog vaguement culturel, j'avais du ciné, bédé, livre, série, dorénavant je n'ai plus que culture. Donc, je suis en train de faire une refonte des catégories dans le blog qui devrait se ramener à ça :

En gros avec ça je pense que je fais la totalité du blog ou presque, tout ça au même endroit.

J'ai dû faire quelques adaptations quand même, notamment mes fameuses archives. A l'époque j'avais utilisé la notion de groupe et appliqué le tutoriel de Stéphane pour avoir un menu déroulant propre. En effet, je n'ai pas fait semblant pour les archives, j'ai des textes qui sont considérablement longs si bien que j'avais cassé le texte en trois parties et profiter de la notion de groupe. Si vous faites un tour dans le forum pluxml, vous noterez que je souligne que c'est très mal géré, déjà de base par le thème par défaut, pour les autres thèmes, aucun ne le gère de façon correcte si bien que ça me pose problème parce que ce menu statique apparaît dans tous les thèmes "enfants". Soit je devais appliquer la modification sur chaque thème soit faire ce que j'ai fait, aller à l'essentiel c'est à dire une page statique unique dans laquelle j'ai mis tout le baratin, bien motivé ceux qui liront ça d'un trait.

Alors lecteur ça va changer quoi pour toi ? Dans le courant de la journée ou demain si l'appel de Dark Souls III se fait trop pressant, je vais déménager le blog pour le remettre à la racine de Cyrille BORNE ce qui me fait perdre mon joli portail que je vais regretter mais c'est un mal pour un bien.

Le flux principal sera donc celui qui correspondra à l'intégralité des trois flux réunis, ensuite c'est par catégorie, à la carte. Pour faire la séparation entre les différentes parties, on dira le blog, la culture, la partie prof sérieuse, soit je ferai une catégorie pour le "reste", soit je mettrai un tag.

Pour l'heure, je suis en train de faire du ménage dans les catégories, joie dans la maison éternelle et puis je vais importer les billets profs et faire le ménage pour avoir quelque chose de vraiment simple.

Multibootusb à la place de Multisystem

mercredi 8 février 2017 à 13:30

Avec mon retour sous Debian je dois réinstaller certains logiciels, pas de difficulté majeure, Multisystem est par contre une source de problème, il faut jongler sur les appartenances de groupe ce qui fait qu'on perd en sécurité, une mauvaise habitude certainement prise par les développeurs qui ont un peu développé pour Ubuntu. Donc on fait un essai, ma démarche est systématiquement la même, je passe par le site alternative.to qui est vraiment intéressant si le développeur a fait l'effort de porter son logiciel pour le faire connaître. MultiBootUSB, jamais testé, et pourtant ajouté sur le site depuis 2013, pour un projet qui doit exister depuis 2010. Un deb est disponible, ça passe tout seul, une interface particulièrement simple et qui n'en donne pas trop pour un résultat lisible et propre.

Vous noterez la dernière capture qui correspond à un problème que je viens de faire remonter, le live CD antivirus de Kaspersky n'apparaît pas dans la liste alors qu'il est pourtant dans l'arborescence de la clé USB qui soit dit en passant est en FAT32 dans un répertoire propre ce qui permet d'installer un tas de cochonneries à côté comme des pilotes ou des logiciels Windows usuels. Ce n'est pas tant l'absence de ce live qui me pose problème mais potentiellement l'abscence d'autres bien plus utiles.

De l'importance de l'état

mardi 7 février 2017 à 10:30

La campagne politique de 2017 est quand même assez surprenante, entre un suicide politique de Fillon, Macron qui est le personnage typique que les sondages mettent en avant et qui va se faire rétamer à 5%, Mélenchon en hologramme, c'est du grand n'importe quoi et quelque chose me fait dire que ce n'est pas fini. Et pourtant la politique ça a du sens, l'état ça a du sens, ça devrait en avoir. J'avais une discussion avec mes collègues masculins, et il faut se dire qu'avec des gars qui passent leur dimanche avec un fusil à la main, évoquer la notion de revenu universel, c'est pas simple. Quand on regarde l'actu, qu'on voit les avancées technologiques, qu'on se dit que les chauffeurs, les moniteurs d'auto école vont se retrouver au chômage dans dix ans, eux, d'autres, pourquoi pas les profs, il faut une vraie réflexion sur ce que sera demain. Je lisais cet article, une entreprise en Chine qui voit augmenter de 240% sa production, baisser les défauts de 80%, tout simplement en remplaçant ses hommes par des machines. Comment ne pas aborder ce qui semble désormais inéluctable, la fin du travail tel qu'on le connaît, ou alors le gars qui sera courageux, un peu fou, et qui va dire stop, on met un grand coup de frein dans le progrès. Je serai étonné quand même, car en fait c'est le serpent qui se mord la queue. Le problème de mondialisation, fait qu'il est n'est plus possible de ne pas être compétitif, donc soit on fait travailler les gens comme des chiens, soit on les remplace par les machines. Oui l'état est important, car c'est lui, au travers de ses citoyens qui aura la capacité de dire stop, de se mettre en retrait, de sortir du jeu, même si comme dans un état comme la France où l'on ne produit même plus de réfrigérateur, sortir du jeu c'est devenu mission impossible.

L'état donc face aux avancées technologiques, l'état face à demain, mais aussi l'état face à maintenant. La campagne de Trump a montré que le peuple américain croyait n'importe quoi sinon Trump n'aurait pas été élu. C'est en fait très simpliste, peut être que les américains voulaient vraiment du protectionnisme, arrêter de se faire envahir par des inventions étrangères, peut être que oui, ce peuple américain qui aime les armes à feu avait vraiment envie de ça, on verra de quoi le peuple français a envie. Si on fait abstraction du résultat, ce qui est sûr c'est que dans la campagne américaine, on a vu apparaître de façon lourde le phénomène des fake news et que sont pointés du doigt les gros acteurs sur lesquels ont circulé ces nouvelles, Facebook le porteur, Google pour le référencement. Face à ce qui sur le principe est une menace pour la démocratie même s'il ne faut pas penser que les gens sont si stupides il est quand même nécessaire, comme le font les navigateurs pour les sites dangereux de signaler une nouvelle qui est fausse. Afin de ne pas reproduire la campagne américaine, Facebook s'associe avec huit médias reconnus français pour signaler les fausses nouvelles. Seulement le problème est toujours le même, comment croire ? Derrière chaque groupe de presse se trouve une société avec des intérêts et donc une impartialité qui peut poser problèmes, il suffit de voir les affaires qu'a pu avoir Bouygues qui n'ont jamais été diffusées sur TF1, un exemple parmi tant d'autres.

Qui pourrait donc de façon théorique, je dis bien théorique, garantir une information de qualité, pertinente, juste, indépendante des grands groupes financiers : l'état bien évidemment. Malheureusement et à l'instar du serpent qui se mort la queue, quand on sait que la fille de Mitterrand par exemple a été dissimulée pendant bon nombre d'années, qu'on connaît les accointances entre les hommes politiques et l'état, le salut ne peut venir d'ici, tant que des politiciens feront de la politique pour s'enrichir. Je dis bien "des", pas les, car quand on voit des gars qui sont encore au boulot et qui prennent des responsabilités pour juste des problèmes, certains citoyens croient encore dans une mission au service des autres.

Et c'est certainement d'ici que viendra notre salut, des autres, des gens biens, être à l'affût des médias citoyens, en attendant que quelque chose se passe, une révolution, un changement radical, une prise de conscience généralisée ou la fin du monde plus simplement puisqu'on va tous mourir.

Dark Souls III, épisode 4, la honte

mardi 7 février 2017 à 09:40

J'avais dit que je ne le ferai pas et puis finalement j'ai craqué, j'ai pris un abonnement de un an au PSN Plus pour avoir le droit de jouer en réseau, merci Sony. Faut pas appliquer tout ce qu'on lit sur Internet, on recommande l'épée des chevaliers noirs qui est une épée droite, on dit qu'avec ça on fait des choses extraordinaires, on fait surtout peu de dégats. Dans mon billet j'avais précisé que c'était vraiment celui qui avait la plus grosse arme qui gagnait à la fin, plus j'y pense, plus je me dis qu'il y a vraiment de ça. Les combats contre les boss c'est pas bien compliqué, soit vous êtes un virtuose de la manette, soit vous avez une arme de quatre mètres, vous mettez deux coups sur la tête et c'est fini. Donc je me traîne jusqu'à l'avant dernier boss où j'ai fièrement marave tout ce beau monde avec ma petite épée en mettant des coups qui font pas mal et là c'est le désespoir. Mais le désespoir du gars qui a fait le marathon et qui a la crampe à l'arrivée, alors de façon honteuse j'ai lâché un billet de 50, invoqué un gars qui traîné par là, un pnj et à trois on l'a marave, comme un gros honteux. Vous déboulez tout en haut d'un escalier de 600 mètres après avoir tué des soldats en pagaille, vous arrivez tant bien que mal à tuer votre ennemi, la faute à pas de chance son frère jumeau le ressuscite, se colle dans son dos et vous envoie des attaques magiques pendant que son frère lui met des grands coups d'épée. C'est certainement l'un des principaux problèmes de Dark Souls III. On voit mal comment réaliser une attaque magique avec un gars qui met du temps à charger les attaques pendant que l'ennemi vous canarde dans tous les sens et lui curieusement il arme vite ses attaques. La seule façon de s'en sortir, au corps à corps en sautant autour, quand vous avez un coup de mou, c'est à dire que vous avez pris un large coup d'épée en feu qui ne s'évite pas, vous pouvez prendre votre remontant pendant que les copains l'occupent puis retourner à la charge.

Continuant dans ma lancée j'ai fait le boss de fin, il y a un PNJ qui tabasse tout, j'ai été aidé par un type qui se prenait pour Wolverine, et c'est passé. Ici encore c'est du grand n'importe quoi, le monstre de fin fait de tout en sautant comme un cabri, quand on arrive enfin à lui faire sauter sa barre de vie, elle repousse et joue comme le seigneur Gwen de Dark Souls en faisant des moulinets à l'épée. La différence notable c'est qu'on pouvait marave Gwen en se mettant derrière des rochers et en l'arrosant dignement de boules de feu.

J'ai donc fini Dark Souls III et je vais le recommencer pour prendre un personnage qui m'amuse vraiment. Le secret de Dark Souls en fait ce n'est pas bien compliqué, en tout cas dans cet opus, c'est de farmer comme un âne pour se retrouver à niveau 200 et frapper comme un sourd.

Comme je suis un foufou, j'ai relancé Dark Souls I. D'ailleurs il est amusant de voir que la côte du jeu s'est enflammée, difficile de le trouver à moins de 20 €. Dire que le jeu a pris un coup de moche est un euphémisme, c'est tout bonnement immonde. Par contre on se rend compte qu'une fois qu'on a les réflexes, c'est quand même autre chose, on plie l'introduction en quatre minutes montre en main, sans se laisser impressionner.

Je pense que je vais faire une pause dans les Souls avant de tourner à l'overdose, peut être un Uncharted 4 et regarder du côté de Nioh qui semble être une nouvelle bonne poutre.