PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Uncharted 4 ou la poutre dont tu es parfois le héros mais pas souvent quand même

samedi 18 février 2017 à 18:35

C'est avec un énorme soulagement que je viens de finir cet uncharted 4 qui, passant derrière deux sessions de Dark Souls III a justement du mal à passer derrière. Uncharted 4 c'est le jeu qui a été plébiscité pour ses qualités qu'elles soient techniques ou scénaristiques, je dois reconnaître que c'est vrai pour les deux. Au niveau de l'histoire, Nathan coule des jours heureux dans une boîte de récupération de "trucs" dans l'eau, il a raccroché avec sa vie d'aventurier jusqu'à l'arrivée de son frère Sam. Vous avez un épisode narratif sur les 22 chapitres que compte le jeu où l'on vous présente son frère qu'il croit mort dans une obscure prison. Il lui explique que s'il a réussi à s'évader c'est grâce à un dangereux truand qu'il a réussi à s'enfuir, il veut la moitié d'un trésor qu'il cherche depuis l'enfance, Nathan reprend donc du service dans une aventure qui si c'était un film serait vraiment passionnante. Techniquement c'est vraiment la claque, que ce soit dans le travail réalisé sur les animations, les décors, c'est époustouflant, seulement les testeurs de jeu ont oublié qu'il s'agissait d'un jeu.

Uncharted 4 possède exactement le même gameplay que ses prédécesseurs et exactement les mêmes carences. Vous m'excuserez mais sauter comme un cabri sur les murs d'escalade, tuer plus de 600 gars dans le jeu, faire des énigmes débiles, ça irait bien s'il s'agissait d'une heure de jeu, mais sur douze heures ça devient très répétitif. Alors parfois, on sent l'effort de fait, notamment dans certaines scènes où l'on vous rajoute des surprises. Vous attachez la voiture à un arbre pour la tracter, mais seulement le sol s'effondre et vous vous retrouvez suspendu au bord du gouffe, oh mon Dieu, que va-t-il se passer ? Et bien pas grand chose en fait, et c'est d'ailleurs le principal reproche qu'on peut faire, la pression est totalement artificielle. Comprenez que dans Dark Souls quand vous vous retrouvez face à un monstre de 4 mètres il est certain qu'il va se passer quelque chose, très vite, qui fait appel à vos réflexes, à votre adrénaline. Ici les gestes sont tellement accompagnés que ça en devient parfois risible notamment dans les sauts qui se voudraient spectaculaires. Donner l'impression au joueur qu'il joue vraiment parce qu'il appuie quatre fois sur carré pour casser une porte, ce n'est pas vraiment ce que j'appellerai jouer. A noter que le jeu gratte largement dans le terrain de Assassin's Creed avec les montées de tour et l'infiltration, dans Just Cause pour la sensation d'avoir un espace ouvert.

On ne peut pas dire que Uncharted est un mauvais jeu, mais je pense qu'on peut difficilement dire que c'est un vrai jeu ou la nouvelle merveille du monde tant il se rapproche du film, scénarisé à l'extrême avec du pathos à tous les étages, du bon sentiment, du cadrage, non plus vraiment un jeu, autre chose.

JO 2024 : Budapest pourrait à son tour retirer sa candidature

vendredi 17 février 2017 à 18:31

On peut facilement imaginer que dans quelques années plus aucune ville ne veuille recevoir les J.O. car cela coûte effectivement plus cher que cela ne rapporte. Je ne suis personnellement pas choqué, le prestige, l'esprit sportif, c'est rigolo mais ça ne nourrit pas les peuples.

source

On va tous mourir, mais que faire après la mort ?

vendredi 17 février 2017 à 16:30

Voilà une excellente question, mais avant d'y répondre, j'aimerai continuer ensemble notre chemin vers la mort. Vous le savez, il aurait été difficile d'y échapper, le marronnier est de retour, Munich risque à nouveau de basculer sous Microsoft et c'est le drame. Ce qui est intéressant ici c'est la bêtise de la situation. Les linuxiens ou une partie d'entre eux ont la sensation que c'est un épisode de Star Wars qui se déroule, et que si Microsoft l'emportait ce serait terminait, le bastion représentatif du libre à travers le monde tombe, tout s'effondre, c'est totalement ridicule. Le ridicule c'est de ne pas avoir compris que tout ceci ne tient qu'à une histoire d'hommes et pas de qualité et c'est certainement l'un des problèmes majeurs du logiciel libre. Partout où je suis passé j'ai laissé du Linux derrière moi, alors certes ce n'est pas Munich, mais ce qui est important c'est qu'à un moment donné en tant que décisionnaire, j'ai pu poser du Linux. Le décisionnaire change, il est pro Microsoft, il pousse pour du Microsoft pour des raisons qui lui sont propres, si d'autres décisionnaires ne sont pas capables de faire entrave c'est lui qui emportera la bataille. Souvent on se rend compte que la prise de décision ne dépend pas nécessairement de la qualité, du prix, mais bien de l'homme qui la prend avec l'intelligence qu'il possède. Et ça malheureusement, il faut avoir conscience que lutter contre la bêtise c'est souvent un combat perdu d'avance et que selon la théorie de la pyramide, on a tendance à mettre au plus haut les incompétents afin que de façon théorique ils ne fassent pas de mal, ça ne marche pas à tous les coups.

Ce qui se passe à Munich, reste à Munich et ne peut en aucun cas s'appliquer au reste du monde, comme on l'a souvent dit le logiciel libre est désormais partout, il apporte d'autres modèles économiques, certains en ont largement fait leur beurre et vont continuer avec, ce qui meurt c'est le logiciel libre du particulier, le petit logiciel libre qui vivait comme il pouvait dans l'ombre des ténors. Il est évident qu'on peut remplacer logiciel libre par blog, services et j'en passe pour vous dresser notre malheureuse situation, oui, on va tous mourir.

Lapineige qui croit encore que FirefoxOS fera 90% de part de marché dans 5 ans m'a envoyé cette vidéo.

Je vous fais le pitch, il s'agit d'un blogueur qui tient une chaîne youtube et qui explique si youtube fonctionne c'est qu'il s'agit tout simplement d'un procédé plus naturel que l'écrit. Il montre la comparaison entre ses statistiques de blog et sa chaîne Youtube, c'est bien évidemment sans appel. Son propos me fait sourire dans quelques parties, notamment celle où il explique qu'avec la vidéo il contrôle parfaitement son auditoire contrairement à l'écrit, en effet la vidéo c'est obligatoirement linéaire quand le texte on peut le prendre par tous les bouts, je trouve que pour quelqu'un qui veut faire de la vulgarisation scientifique c'est quand même une manière de manipuler les gens, ça manque de classe, mais c'est ainsi. Cela dit, il a parfaitement raison, et ce n'est pas faute de l'avoir expliqué ici, l'écrit se déplace complètement vers la vidéo, quand le garçon y voit un aspect naturel, j'y vois une régression mais c'est ainsi. Car, dans cet aspect totalement naturel qu'il décrit, il oublie de préciser qu'à partir du moment où l'image est en place, elle s'accompagne des artifices et des ségrégations qui vont avec, est-ce qu'un vieux noir handicapé se fera aussi bien entendre qu'une jolie blonde, pas si sûr.

La conséquence de cette délocalisation c'est qu'aujourd'hui dans mon agrégateur RSS j'ai désormais moins de 50 flux. Et comme précisé plus haut, c'est le petit qui disparaît, donc les blogs. Ce qu'on voit à l'heure actuelle en vidéo, je dois dire que j'ai beaucoup de mal à trouver mon compte, d'une part, la quantité est dérisoire par rapport à ce qu'on a pu avoir comme blogs à une époque, d'autre part tester des distributions obscures qui n'ont absolument aucun intérêt et que personne n'utilisera jamais comme la TrumpOS, je dois reconnaître que ce n'est pas forcément cela que j'attends. Enfin pour ainsi dire je n'attends rien, je me contente aujourd'hui de répondre à mon besoin quand il se présente, lire de la documentation, quelques articles de certains collègues avec qui je partage l'aigreur de la quarantaine, d'un monde qu'on a connu qui se casse franchement la gueule. En fait, mon agrégateur devient tellement peu intéressant que c'est bientôt un outil qui ne servira à rien et pour deux raisons :

Et comme j'aime vous faire rire et que je suis bon à ça, à l'heure actuelle les informations qui pourraient être pertinentes se trouvent sur Youtube puisqu'on sait que désormais le tout vidéo est dans la place, et sur Facebook ou éventuellement sur Twitter. Bon twitter en a plus pour trop longtemps mais Facebook a certainement plus d'avenir.

Je dois reconnaître, au cas où vous ne vous en seriez pas rendu compte, que j'ai perdu toute notion de culpabilité vis à vis de l'utilisation de services propriétaires. La culpabilisation vis à vis du logiciel propriétaire, l'utilisation du 200% libre c'est une mauvaise façon de faire, et puis le pire c'est que nous nous orientons certainement vers un monde qui sera beaucoup, beaucoup moins libre.

Après la mort donc, je pense que je ne vais pas tarder à faire un compte facebook, pour voir, certainement pas pour agréger des anciens élèves comme j'ai pu le faire mais pour avoir désormais accès à une information que n'est plus accessible pour moi simplement. Et même pourquoi pas diffuser mes billets de blog sur cette plateforme qui de toute façon a déjà la capacité de pomper l'intégralité de mes informations, même si ce n'est pas une raison pour les donner moi-même. Pour l'heure je continue de faire du ménage, de ranger, d'organiser et même de jouer à Uncharted 4 le navet le mieux noté de la décennie. Bonne mort à tous.

Barcelone, épisode 3, 120 km à pieds, ça use les souliers

vendredi 17 février 2017 à 16:27

Le bâtiment du fond donc, comme on a pu le voir sur la précédente photo c'est le musée des arts de Barcelone. L'accès est pour le moins difficile, même s'il y a des tapis roulant qui aident un peu, il faut pas mal marcher. La galerie d'art est magnifique, on a du Picasso dans son époque romantique dans laquelle il peignait des fresques religieuses, du moyen âge avec beaucoup de représentations chrétiennes bien sûr, c'est magnifique, enfin la partie d'art contemporain qui ressemble vraiment à quelque chose et pas des chaises à l'envers ou des photos d'allume cigare. A l'instar de ce qu'on a pu voir ailleurs, c'est encore le gigantisme qui est de rigueur, ils ont la capacité de mettre trois tableau dans une salle de 50 mètres carrés. l'intérieur des bâtiments, que dire, on finit même par se retrouver au milieu d'une espèce d'arène, c'est étonnant.

Avec ça on finissait le deuxième jour sur les rotules, au troisième jour, le parc Güell réalisé par Gaudi où le garçon a fait de la récupération de carrelages qu'il trouvait un peu partout, certainement mieux que de faire un tétris dans une salle de bain. A l'instar de la Sagrada, c'est le genre de monument qui peut se faire principalement depuis les extérieurs sans forcément avoir besoin de payer pour voir l'intérieur plutôt limité. Deux points notables. Il y a une école avec des gamins qui donne un côté zoo puisque les touristes passent à proximité, je n'aurais pas été étonné de trouver une pancarte, ne pas nourrir les enfants. Prenez la station de métro Vallcarca, le parc est très très très haut, et la pente très très très raide, ici encore on a des escalators qui permettent d'accéder plus facilement au parc même si ce n'est pas phénoménal, comme déjà dit, Barcelone c'est pas la ville pour les gens fatigués.

Le Parc donc, n'est pas forcément au top en terme de proximité des transports, nous voulions voir ce qu'est le CosmoCaixa qui est l'équivalent de la cité des sciences. Avec un parc mal situé et un CosmoCaixa qui fait penser aux Cosmo Cats encore plus mal placé nous avons opté pour Francisco, taxi. Le gars pas intéressé pour faire la conversation mais très bon chanteur danseur de voiture, au top. Moins de 10 € la course pour 4, relativement rentable. C'est assez riche et surtout c'est sympa pour les gosses qui peuvent toucher, des tablettes tactiles, des boutons, des cordes pour expliquer les ondes, par contre on l'a visité en présence de collégiens qui ne sont pas en vacances. Jamais je n'ai vu un tel bordel, on aurait dit qu'on lâchait des fauves, c'était surréaliste, j'ose à peine imaginer ce que ça doit donner dans une salle de classe. Curiosité encore, le gamin espagnol porte parfois un costume, pas toujours, il faudrait que je creuse pour savoir quand.

Et comme il fallait manger, on a fini par le centre commercial le plus original mais pas le meilleur, toilettes sales, faible restauration, le Maremagnum, un centre commercial directement posé dans le port, sur l'eau. 

Voilà, une expérience crevante mais franchement positive, dépaysante, loin des écrans, des ordinateurs, du quotidien, à revivre ailleurs.

Wikipédia et le sabotage du travail des bénévoles

vendredi 17 février 2017 à 07:34

Je lisais l'article d'Augier quant à un énième piratage de Wikipedia. Ce qui est curieux c'est qu'Augier est un type intelligent mais sa haine des profs, du système de façon générale, ne lui permet que de mal présenter le problème. Il y a quelques années je m'étais largement accroché avec l'enseignant qui avait pourri le web, je m'étais même retrouvé avec ses élèves venus prendre sa défense, c'était du grand n'importe quoi. Dégrader Wikipedia pour faire une démonstration c'est à mon sens l'équivalent d'égorger un chaton pour faire passer un signal fort à l'opinion public, c'est évidemment une mauvaise pratique. En outre même si le journaliste en question est une courgette, faire l'amalgame entre le comportement d'un individu et deux professions complètes, les journalistes et les professeurs, c'est une pente très savonneuse qui permet de faire des godwin à tour de bras. Il est à noter de plus que le problème reste entier, nous sommes face à des populations qu'il faut éduquer et qui sont persuadées que si c'est écrit dans Wikipedia, alors c'est vrai. Curieusement, on a pu voir dernièrement avec quelques révélations bien senties de certains journalistes qui font basculer une campagne présidentielle, des gars qui ont fait leur boulot, tout aussi curieusement, on voit de plus en plus d'initiatives d'enseignants à travers la France et le monde prendre du temps pour expliquer l'actualité, expliquer à penser car aujourd'hui on en est là.

source