PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Sherman

mardi 7 mars 2017 à 09:05

Jay Sherman est un gamin des rues qui voit son père se faire tuer par des flics corrompus, c'est un rageux, il a décidé de réussir et il va y arriver. On le retrouve dans les années 50 à la tête d'une énorme fortune, une grosse banque. Son fils se présente à la présidentielle, et se fait assassiner sous ses yeux, un mystérieux coup de téléphone lui explique derrière qu'il va tout perdre, sa fortune, sa fille, sa vie. Pendant 6 tomes sur un rythme particulièrement efficace et un dessin classique on va comprendre que la liste des gens qui en veulent à Jay est particulièrement longue, il faut dire que ses débuts dans la mafia et ses accointances avec les nazis, quelques maris jaloux et d'autres ça fait quand même du monde. Très prenant, les allers retours entre le passé et le présent sont très réussis, même si à un moment on commence à se douter du coupable, on avale les pages pour connaître le dénouement de l'histoire.

Certains compteurs électriques surestiment largement la consommation réelle

mardi 7 mars 2017 à 09:01

Après la surveillance, les ondes électromagnétiques, maintenant ils fonctionnent mal. Le compteur intelligent, c'est peut être pas une bonne idée, mieux vaut rester avec son compteur un peu stupide mais qui lui sait compter.

source

Le blog de l'indépendant passe au payant, en tout cas dans mon coin

mardi 7 mars 2017 à 08:34

C'est ici qu'on se rend compte que la donne a totalement changé, apprendre que le club des retraités a fait un loto devient désormais une information payante. Alors effectivement vous allez me dire que c'est le genre d'informations dont je pourrai me passer et pourtant j'essaie de me tenir au courant des informations de mon coin. Des gens intelligents ont dû faire le calcul que désormais des gens étaient prêts à payer pour l'info locale et pas forcément pour acheter la feuille de choux du coin. Quand je serai retraité et que j'aurai que ça à faire, je ferai une gazette du coin gratuite version corbeau.

source

Le coupable c'est le poisson rouge

mardi 7 mars 2017 à 08:00

J'ai pris pour habitude d'user et d'abuser de mauvaise foi et plus particulièrement sur quelques billets ces derniers temps, j'aimerai revenir sur certains points et le faire pour une fois dans le plus grand sérieux.

Il serait complètement stupide de penser que certaines distributions sont meilleures que les autres, tout ceci est lié à notre propre expérience utilisateur. En gros c'est un peu comme si on allait expliquer que l'anglais c'est mieux que l'allemand, ça n'a pas de sens. Je suis utilisateur de Debian car j'ai sérieusement commencé mon expérience Linux avec Ubuntu, je connais toute une génération qui a commencé avec Mandrake et qui aujourd'hui en toute logique utilise Mageia. Chacun est libre d'utiliser la distribution Linux qui lui fait plaisir, rien n'impose aux distributions Linux d'être fonctionnelles, cela fait partie du "contrat", justement l'absence de contrat, si Office365 ne fonctionne pas, je suis dans une démarche commerciale, j'ai un SAV, si ma distribution Linux ne fonctionne pas, il n'y a pas de hotline à appeler et c'est normal.

Ubuntu, Mint, Manjaro restent des facilitateurs pour qui veut démarrer une expérience Linux et ce sont des distributions qui ont du sens. Si les gens ne se sentent pas de changer de distribution pour aller vers la distribution d'origine, c'est leur choix, un choix qui est totalement respectable car chacun est libre de faire ce qu'il veut. Pour ma part, une énième distribution Linux basée comme souvent sur Ubuntu dans laquelle l'apport est minime, où il n'y a pas de développement supplémentaire ne sert à rien mais je n'ai pas de jugement à porter sur ce que font les gens de leur temps libre car je n'apprécierai pas qu'on commente sur ce que je fais de mon temps libre.

Sur le même principe si Frédéric Bézies qui a eu la mauvaise idée de me citer plusieurs fois ces derniers temps prend du plaisir dans le test de toutes les distributions du classement distrowatch c'est sa liberté, et cette liberté doit être respectée. Si en outre il explique que ces mêmes distributions sont nulles avec un vocabulaire parfois violent, il n'est pas anormal d'avoir des réponses de ceux qui les "développent". Reste ici la grande zone de flou du dialogue où les gens sont incapables de communiquer sans se traiter de tous les noms d'oiseaux. Il est alors de la responsabilité des uns et des autres de modérer les propos qui circulent sur les espaces sur lesquels ils ont du contrôle, la liberté d'expression a elle aussi ses limites. Dans l'intégralité des commentaires qui ont été publiés sur le blog dans les derniers billets particulièrement provocateurs de ma part, le seul que j'ai modéré c'est "Mageia c'est de la merde". C'est lapidaire, ce n'est pas argumenté, ça ne fait pas avancer le débat. Quelqu'un qui ne modère pas les propos insultants, lapidaires, gratuits de son espace contribue à alimenter les tensions, il est possible de tout dire en étant correct.

De façon générale :

Les  trois  passoires  de  Socrate

Quelqu'un arriva un jour, tout agité, auprès du sage Socrate :

- Écoute, Socrate, en tant qu'ami, je dois te raconter ...
- Arrête, As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois passoires ?
- Trois passoires ?
- Oui, mon ami, trois passoires. La première est celle de la Vérité. As-tu examiné si tout ce que tu vas me raconter est vrai ?
- Non, je l'ai entendu raconter ...
- Bien, bien. Mais assurément, tu l'as fait passer à travers la deuxième passoire. C'est celle de la bonté. Est-ce que, même si ce n'est pas tout à fait vrai, ce que tu veux me raconter est au moins quelque chose de bon ?
- Non pas, au contraire ...
- Essayons donc de nous servir de la troisième passoire et demandons-nous s'il est utile de me raconter ce qui t'agite tant ...
- Utile, pas précisément ...
- Et bien, dit le sage, si ce que tu as à me dire n'est ni vrai, ni bon, ni utile, oublie-le et ne t'en soucie pas plus que moi.

Cet article a été écrit le dimanche soir ce qui fait qu'en le lisant le mardi, des choses ont pu se passer. J'ai décidé d'écrire ce billet suite à un message que Frédéric a publié sur un réseau social où un utilisateur de Mageia le traite de connard et lui de rebondir dans les commentaires de mon blog pour en remettre une couche pour dire que le projet est mort, au bout d'un moment il faut savoir s'arrêter.

En 1995, une famille des Epinettes aurait acheté un poisson pas frais à une famille du Canal. La mère d'Evry aurait refusé de payer. Les jeunes s'en seraient mêlés et voilà comment la haine a commencé à s'installer entre les deux quartiers. Depuis, les rixes se succèdent sporadiquement, au rythme des rencontres fortuites ou non, au centre commercial d'Evry, à la gare, dans un bus ou à l'école. L'escalade de la violence aboutit, en novembre 2000, à la mort de Romuald, 14 ans, tué d'un coup de fusil à Courcouronnes. Le seul « crime » de cet adolescent sans histoire : habiter au Canal

Un vendredi qui commence un dimanche il y a quinze jours

lundi 6 mars 2017 à 08:00

Nous sommes donc dimanche et je suis une faignasse, je vais chercher le pain en partner, je reviens, huile en rouge, la voiture s'arrête. Je regarde le niveau d'huile, il y en a. Cette partie de l'histoire vous la connaissez. Nous sommes le dimanche suivant, je regarde le niveau d'huile et je me rends compte que j'ai bouffé une demi barre sans avoir la moindre trace au sol mais que j'ai enfin de l'huile bien dégueulasse au niveau du moteur. Cela faisait des mois que la voiture puait l'huile mais jusqu'à maintenant rien d'apparent et pas de trace au sol, il y a donc une forme de satisfaction de voir que ça fuit, même si regarder internet c'est la peur.

Je regarde donc internet, moi le spécialiste de l'auto-diagnostic du cancer de la prostate et du ciflox, et je découvre que le moteur 1.6 HDI de chez Peugeot c'est le Windows Millenium des moteurs ce qui est franchement encourageant. Je garde espoir, une panne réucurrente revient assez régulièrement, les joints qui sont morts. J'arrive donc le lundi matin chez mon garagiste, le garage Singla de Pezenas pour faire de la publicité, que nous qualifierons de garage honnête, les gars qui vont pas vous changer l'intégralité des pièces mais seulement ce qu'il faut. Cela confirme un peu la situation médiocre dans laquelle je vis et que je décrivais à savoir que vivant à Saint Pierre dans le no man's land, il est finalement plus simple pour moi de me faire dépanner sur mon lieu de travail que de me trouver un garage sur Narbonne. Un mécano utilise mon partner pour m'amener au lycée et dit que ça fait un bruit anormal au niveau du moteur et que ça n'a pas de rapport avec le problème d'huile. J'appelle dans la journée, on me dit que l'huile c'était les joints mais qu'il faudra impérativement que je repasse dans la semaine parce que le bruit pourrait venir d'une courroie et me casser le moteur. Le partner a 10 ans, j'avais prévu de faire changer la courroie de distribution dans l'année, ils doivent passer devant pour savoir d'où vient le bruit, je leur dis de faire la courroie dans la foulée, tant qu'à faire.

Nous sommes vendredi matin, je tourne la clé de contact, je vais faire les derniers kilomètres avec ce que je qualifierai de corbillard et de cercueil à la fois, un deux en un. J'ai passé la semaine à dépasser les camions en serrant les dents, à me contenter d'un 110 sur l'autoroute, dire que je démarre le vendredi avec les boules est un euphémisme, je suis à cran.

C'est ma première séance d'informatique que je réalise depuis mon concours et je me lance dans les tableurs. Au DNB, brevet des collèges pour les gens restés dans les années 80, il y aura ce fameux exercice de programmation ou plutôt de logique, il y a toujours une référence au tableur. Je profite en même temps pour faire les rappels de rigueur sur les statistiques et sur le tracé de fonctions mais d'un point de vue informatique. Mon réfugié se lance, il se débrouille plutôt pas trop mal, je gueule sur deux gamins qui ne sont pas foutus de remplir un tableau quand mon gamin découvrait le clavier il y a deux mois. Loan comme tous ses camarades lui donne un coup de main, il faudra que je pense à le dire à sa mère.

J'ai demandé aux élèves de faire un tableau et de le mettre en forme, l'intégralité des gamins procède de la façon suivante, ils écrivent dans une case, ils mettent en forme, ils écrivent une seconde case, ils mettent en forme, et ainsi de suite. J'ai trouvé un truc qui était pas mal, et que je vous présente à l'arrache, il faudrait que je l'anime ou que je le fasse en vidéo pour faire comprendre mais comme vous êtes mes lecteurs, vous êtes forcément intelligents, vous aller piger le concept.

j'ai demandé aux gamins dans la construction d'un mur, si on pose un parpaing, on peint, qu'on pose, qu'on peint ou qu'on pose tous les parpaings et qu'on peint après l'ensemble derrière, les enfants vous répondent de façon évidente que l'on pose et qu'on peint tout après, enfin peindre, crépir, parce que le crépi c'est la vie, mais faut pas employer du vocabulaire trop technique. A partir de ce moment là les gosses comprennent qu'il faut tout écrire puis crépir.

Je finis la matinée, je pars manger, je croise Emilie qui me dit qu'elle a 8 de moyenne en maths cette année et qu'elle va rendre copie blanche cet après-midi. je mange vite comme d'habitude, ça parle de politique à table, il faut dire que Fillon est quand même dans la merde jusqu'au cou, et que c'est à se demander qui pourra bien sauver la droite. Je sors de table, je vais me prendre du papier, un stylo, je rentre dans la cantine sous le regard étonné des élèves qui n'ont pas l'habitude de voir des profs dans leur lieu de vie, je dis à une surveillante que je viens assurer le service après vente. Emilie est une de mes anciennes élèves de troisième, une gamine que j'aime bien qui travaillait en tailleur, la position, pas les fringues, une habitude que j'avais laissée faire dérogeant ainsi avec l'obligation pour l'élève d'être assis comme s'il devait être droit et raide comme la justice. Maeva qui m'a eu comme prof d'informatique mais pas comme prof de maths s'incruste, en trente minutes les deux petites maîtrisent les systèmes d'équations. J'arrive en salle des profs, ma collègue reçoit des intervenants et elle avait des problèmes de son, je me rends compte qu'un abruti a coupé la tête du son, je me dépêche de trouver des enceintes. 13h40, une classe de troisièmes me dit que leur prof n'est pas là et me demande de faire cours. Alors là vous allez me dire qu'on est dans le surréalisme parce qu'entre glander en étude et m'avoir ils préfèrent m'avoir, mais on n'est pas chez Mickey, quand je fais cours en plus on s'arrange plus tard dans la semaine pour libérer, ils finiront plus tôt un soir.

Il est 13h42, je n'ai pas pissé depuis 6h30 du matin, je n'ai aucun espoir avant 15h30 sauf si je laisse ma classe. Je lève la tête vers le ciel, le Dieu Ciflox me regarde avec un rictus cruel, une épreuve, celle de la résistance de ma prostate.

Je finirai ma journée en étant partout à la fois, comme un vendredi en quelques sortes, et c'est à 17 heures 15 que ma collègue me dépose dans le parking du garage, mon partner la gueule ouverte avec une perfusion d'un liquide vert qui lui coule dans les veines ou certainement dans le circuit de refroidissement. La collègue un peu effrayée me demande si elle doit me déposer à la gare de Béziers, pas Bezies, le blogueur qui attend les 200 commentaires, moi je suis un fou, et j'y crois. Ils ont trouvé l'origine du bruit c'est une histoire de diode d'alternateur, le garagiste m'explique que ça ne vaut pas la peine de le changer, que la voiture continuera à faire du bruit. Mon garagiste a bien compris mon mode de fonctionnement, si ça ne fait que du bruit, ben on va pas se casser la tête à changer.

Je rentre chez moi, je fais du 130, je me dis que si ça doit casser autant le faire maintenant en sortant du garage, tout va bien. J'arrive chez moi, je suis épuisé, mes beaux parents sont présents, ils ont tout le matériel informatique de la maison, ils sont inquiets, ils ont été hackés. Un mail de Google leur annonce que quelqu'un connaît leur mot de passe et qu'il a été utilisé, le genre de choses franchement rassurantes, en rouge. Je regarde le mail et je découvre que curieusement le pirate est du même village qu'eux. Tout aussi curieusement, le pirate a la même adresse IP qu'eux, avec mon côté totalement sérieux et pince sans rire, je leur annonce qu'ils se sont auto hackés et que tout va bien. Je profite de l'occasion pour mettre à jour les Handylinux, je ne l'avais pas fait, on retrouve la problématique énoncée les derniers jours, un des postes à 140 mises à jour, ça ne marche pas de façon graphique. Je passe en force en ligne de commande et je migre les postes sur DF Linux où je n'ai rien vu de flagrant, j'ai utilisé le script mais je ne sais pas si ça a réellement fonctionné, il va falloir que j'investigue un peu.

Il est 21 heures passées, nous avons fini le repas de famille, je viens de survivre au vendredi, j'écris un billet pour le dire car c'est important pour vous, c'est important pour moi de savoir que je suis encore le patron des vendredis et que vendredi ça reste quand même vendredi même quand ça démarre le dimanche.