PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Work In progress BoZon

samedi 11 mars 2017 à 18:30

Cette faignasse de Bronco va bientôt publier la nouvelle version de BoZon, je reprendrai alors mon tablier de démolisseur pour à nouveau tout casser, car il le mérite, cet amateur.

source

Statistiques ou la confirmation que tout le monde s'en fout

samedi 11 mars 2017 à 08:00

Souvenez vous, au mois de février, je cassais tout une fois de plus, on dit merci Bronco le Warrior du dimanche qui m'a permis de faire un blog unique pluxml multi thème. Une conséquence donc, un déréférencement de plus, au lieu d'avoir des choses qui pointent vers /blog, /social, /culture, je me retrouve avec tout qui pointe vers le /. Parallèlement à cela comme si un déréférencement ne suffisait pas, j'ai fait sauter le forum. J'ai monté un petit réseau social mais pas sur le domaine cyrille-borne.com, ce qui fait que j'ai donc uniquement les statistiques du blog et rien d'autre.

En terme de nombre de pages vues au quotidien on est passé de 23000 - 25000 à environ 19000, le nombre de visiteur était un peu au-dessus de 4000, on est un peu en dessous de 4000 si bien qu'on peut dire qu'à pas grand chose ça n'a pas trop bougé. Ça c'est la partie qui est purement liée à l'orgueil, on ne va donc pas s'attarder là dessus, on va surtout regarder les pages les plus fréquentées et ce genre de choses :

Attention, prof de maths, analyse des chiffres. Le lectorat bornien est un lectorat d'habitués, habitué aussi aux changements d'url, qui continue de lire le blog par le biais du flux RSS. Le lectorat Bornien qui va me dire qu'il se fout de mes billets culturels est paresseux car il suit la globalité du flux RSS, il trie peut-être derrière. Le lectorat Bornien est réellement un club d'habitués, car même quand je fais un peu de vagues pour montrer que je suis encore un blogueur influent selon l'expression consacrée cela reste complètement dérisoire par rapport à l'ensemble et pour preuve :

Ce qui me fait donc sourire c'est de voir encore des gens dire que je suis vilain mais de savoir que rien ne les force à me lire car je suis finalement très discret, pire encore, il y a de bonnes chances pour qu'ils viennent me lire en cachette et qu'ils y prennent un plaisir honteux, j'en connais quelques un. Cyrille BORNE c'est comme le Nutella, on sait que c'est pas bien mais le goût est irrésistible. Continuons un peu notre analyse. Le lecteur Bornien est à 50% Linuxien, 25% Windowsien, le reste c'est une masse de flou qui doit être liée au fait qu'awstats doit s'emmêler les pinceaux quand ça vient d'un agrégateur RSS. Ca se retrouve d'ailleurs dans les navigateurs, où le lecteur Bornien aime perdre, 45% de Firefox, 20% de Chrome, 20% d'inconnu.

Enfin et il s'agit d'informations que je n'ai pas en ma possession, mais si je devais catégoriser le lecteur Bornien, je me dirai qu'il me ressemble, père de famille, un emploi du temps de ministre, une bonne vanne à deux balles de temps en temps, un gars qui fait traverser les grands mères dans la rue. Ça les gens, ça fait partie de vos mystères, merci à ceux qui régulièrement font leur coming out en criant que eux aussi ils ont la quarantaine, qu'ils sont mariés avec des gosses et que nous partageons des destinées où les similitudes sont souvent troublantes, peut être que nous sommes le résultat d'une sordide expérience de clonage.

Nous terminerons ce billet sur une infographie pour faire plaisir à Strik-Strak cet enfant qui n'a même pas trente ans et qui aime quand je le cite, pas besoin de faire 1500 mots pour commenter, il suffit de me lire au quotidien pour voir que le blogueur c'est quand même une diva.

source : http://www.choblab.com/web-20/declaration-quasi-universelle-des-droits-du-blogueur-12067.html

L'odyssée

vendredi 10 mars 2017 à 13:52

L'odyssée raconte la vie du commandant Cousteau en essayant de coller au mieux à la réalité. Il faut dire que personnage de l'enfance des gens qui ont la quarantaine, le commandant était présenté comme un super héros des fonds marins, un protecteur de la planète. Par la suite on a découvert que sous l'armure c'était pas forcément joli, joli, argent, pollution, mise en danger des animaux, tous les bruits ont couru, le commandant étant largement passé de mode, je crois qu'on n'a jamais vraiment cherché à distinguer le vrai du faux. Le choix de Lambert Wilson comme acteur principal n'est pas anodin, c'est quand même le profil type du gars arrogant et c'est l'image du personnage qui en ressort, un homme qui aime les femmes, l'argent et la notoriété. Un très bon biopic, à voir mais qui ne fera pas grandir la légende du commandant.

Ma famille t'adore déjà

vendredi 10 mars 2017 à 13:44

Thierry Lhermitte. Voilà, c'est fini. Bon, on va faire un effort quand même mais cela dit vu ce que tourne l'homme depuis des années c'est quand même un gage de mauvaise qualité et c'est encore le cas ici. Donc, un gars aime une fille, un gars un peu fauché, il la demande en mariage, il dit oui et ils partent en province à la rencontre de la belle famille qu'il ne connaît pas. Blindés, arrogants, des gens méchants, il réalise que sa promise vit dans le mensonge et qu'elle n'a rien révélé de leur situation modeste, le weekend tourne au cauchemar. C'est mauvais, c'est vu et revu avec quand même une sacrée batterie d'acteurs qui décident de suicider leur carrière pour ce qu'il en reste en jouant avec Thierry Lhermitte.

Quand ça veut pas, épisode 6 millions et des poussières.

vendredi 10 mars 2017 à 08:00

Mon fils qui poursuit sa course à l'auto-destruction a pour consigne de poser son téléphone portable tous les soirs sur la table. Il "oublie" assez régulièrement. Le problème c'est qu'il utilise la ligne SOSH offerte avec l'abonnement internet et que cette ligne n'est pas traçable dans toute sa partie gratuite. Comprenez que le but n'est pas de savoir qui il appelle, mais quand il appelle. Par le fait on peut savoir quand des appels ont été passés parce que le forfait est limité à deux heures mais on ne peut pas savoir quand il envoie des SMS car ils sont illimités. Prévenu des dizaines de fois, je reçois la facture et cet âne a envoyé un SMS surfacturé à 22h30 passés en milieu de semaine, ce n'est pas la surfacturation qui me pose problème, c'est le 22h30 une veille d'école, à cette heure-ci tous les BORNES dorment. J'ai donc une ligne qui ne me sert à rien mais je au cas où du fait d'avoir une couverture orange, je me dis que ça peut servir le jour où on part dans un trou. Néanmoins ne voulant pas recevoir de SMS de ses camarades du genre tfk, dtc, lol et j'en passe, j'ai demandé le changement de numéro de téléphone. Cette intervention au niveau de SOSH se fait sous 48 heures pour la somme tout de même de 18 € que Main Innocente paiera de sa poche sauf que ça fait cinq jours et que ce n'est pas fait. Je tente donc de lancer le echat qui est la seule manière de communiquer avec SOSH quand on n'a pas la ligne coupée, je n'ai pas pu le faire sous Linux il me dit que soit mon navigateur est obsolète, soit je dois virer mon bloqueur de pub. Donc utilisation de la tablette, il aura fallu 25 minutes d'attente pour qu'on me dise que mon dossier était transféré à un technicien qui résoudrait le problème entre 72 heures et 5 jours. SOSH marche très bien, il faut juste éviter d'avoir un problème ou d'avoir une demande spécifique.

Je me déplace tel le vieux lion à la recherche de sa salle de classe, je prends les clés mais trop tard j'ai été intercepté. Une collègue me demande si je peux regarder l'ordi personnel d'un gamin, je dis oui parce que je dis toujours oui, je dis encore plus oui quand je rentre dans une salle de cours et que c'est la classe des filles bizarres qui prennent leur douche à plusieurs et qui passent leur temps à s'échanger les pantalons. Le gamin débarque, je fais l'appel en même temps, les gamins ont pas encore démarré leurs bizarreries, j'allume l'ordinateur, ça clignote au démarrage avec un curseur, c'est étrange. Attention, décalage temporel, je rentre chez moi après m'être pris la tempête et comme je suis en attente avec le conseiller SOSH, je commence à regarder son ordinateur. Avec une clé Windows 7 j'arrive à lancer du check disk, il me sort des erreurs en pagaille, je répare à priori le démarrage et absolument rien de rien. Et pourtant je peux démarrer la machine sous Linux, avoir accès aux fichiers, rien d'anormal au niveau du disque dur. Bon ben, à l'ancienne, un coup de Gparted, tu fais de la place et tu relances une installation à côté. Windows 7 alors détecte deux installations au démarrage, la nouvelle en premier et la seconde. Je lance la seconde bien sûr et il me balance un message pour dire que les mises à jour ont échoué, si bien qu'il rétropédale pour reprendre l'expression consacrée. Au reboot d'après, je vois le login, je fais un reboot car il me dit qu'il a des mises à jour, plus de 200 mises à jour ... En fait, le gamin pour une raison ou pour une autre a coupé les mises à jour au moment où il ne fallait pas. Le gamin bien évidemment m'avait certifié qu'il n'avait absolument rien fait, c'est ça ouais ... Plus tard le gosse m'explique qu'il a payé ce PC d'occasion pas plus tard que ce weekend 250 €, à peine planté en un weekend, je dis bravo.

Ma fille qui va faire ses treize ans voulait un sac Eastpack pour son anniversaire. Eastpack c'est extraordinaire, j'ai acheté le mien dans le Cantal quand la marque n'était pas connue, le Eastpack noir classique, un sac que j'avais payé dans une obscure boutique à 15 € pour aller à l'école, aujourd'hui le même sac est vendu à 40 €. C'est beau le jeune, il veut être différent mais veut se payer la même chose que le voisin, cela dit je reconnais à ma fille une certaine audace, le sac est tellement rose que même Barbie n'en voudrait pas. Le chauffeur m'appelle vendredi, il me dit qu'il est devant la maison. Il me propose de le planquer quelque part, je lui dis qu'il n'y a rien, il me demande si j'ai des voisins, il y a les vieux qui ont 85 ans passés avec ce vieux monsieur qui me fascine et qui monte sur le toit pour débarrasser ses feuilles pendant que sa femme l'engueule, il est à moitié sourd, il ne comprendra rien, je lui dis de faire un avis de passage et que j'aviserai par internet. J'ai l'avis de passage, j'ai l'accès à GLS seulement le site du transporteur ne me propose pas de déposer le colis en point relais ou de changer la date autre que mardi. Il se trouve que ce mardi, moment où je continue d'écrire son billet, voyez le direct c'est génial, il fait beau, hier c'était la tempête, ma fille n'a qu'une heure de cours dans la journée, comme moi d'ailleurs, le confort de l'emploi du temps le mieux fait du monde, 1h30 de route pour une heure de cours. J'ai donc à la fraîche laissé un message pour dire que j'étais chez moi, et que le cas échéant si il ne pouvait pas passer, il pouvait le déposer au mondial relay à 7 km de chez moi. Il me rappelle dans la matinée, il ne pourra pas être à mon domicile avant 10h30, il pense qu'il va rater la fermeture du relai, je lui propose donc de balancer le carton par dessus mon balcon, moi je suis un fou. Je lui envoie donc une autorisation par SMS pour le faire au cas où je me retournerai contre lui ce qui peut se comprendre. Suspense, ma fille n'est pas rentrée de l'école mais on se permet de m'appeler, le site marchand pour savoir si j'ai reçu mon colis, j'envoie bouler la bonne femme en lui expliquant qu'il m'arrive parfois de travailler, oui ne souriez pas, un prof ça travaille. La présidente du syndicat des enfants m'appelle, notre livreur est un bon basketteur elle a son sac rose comme un poney magique, moi je m'active pour envoyer un mail et dire que mon colis a été reçu, je sens que le livreur GLS et moi on est ami pour la vie.

Marianne utilise la messagerie du lycée pour me dire que son ordinateur de la région est planté, j'aime bien Marianne, c'est la gamine la plus pessimiste de l'univers, je pense l'avoir vu sourire deux fois depuis le début de l'année, j'aime bien son copain Jimmy qui est le gars le plus souriant et jovial au monde, à eux deux ils font un parfait équilibre. Il s'agit de l'ordinateur de la région version HP, j'avais fait une démo je pense il y a plus d'un an pour montrer comment ça marchait mal avec Ubuntu. C'est un modèle x360 qui se plie pour faire une tablette, de nombreux problèmes de SSD sur ce type de poste, c'est une panne générique. Ici ce n'est pas ça, l'ordinateur reboote en boucle avec le logo HP.

  1. tentative de réparation depuis une clé USB Windows 7 pas reconnu
  2. tentative de récupération des fichiers depuis Linux. J'ai installé une version Gnome Ubuntu, dans la vidéo qui traîne quelque part je montrais que ça marchait mal, désormais la machine est intégralement gérée preuve qu'on a quand même fait des progrès. Aucun fichier personnel présent sur le PC, c'est du crash en toute beauté.
  3. à partir du moment où la machine est bien morte, je fais le F11 de la réinitialisation de la machine et ça ne marche pas, ça continue de rebooter en boucle
  4. je télécharge un live DVD de réparation dédié que je ne connaissais pas, Dépann’Ium, je fais une série de commandes sur le fixboot et je réussis enfin à tuer le boot fièrement. Je récupère le numéro de licence du Windows avec ce live au cas où.
  5. là j'ai pas trop le choix, soit je laisse Ubuntu sur le PC et c'est quand même un cadeau empoisonné que je lui fais et à moi-même car c'est une imposition qu'elle ne maîtrisera pas soit je tente ma chance avec une iso de Windows 10. Je vais sur le site de Microsoft je télécharge une iso officielle, je tente de la mettre sur la clé USB avec l'outil dédié de Microsoft qui n'a pas été mis à jour depuis 5 ans bien tassés, ça ne marche pas pour la rendre exécutable, j'utilise Rufus ça marche. L'idée c'est de tenter les réparations qui sont proposées, rien ne passe, donc je me lance.
  6. Je fais sauter toutes les partitions et j'installe Windows 10, j'attends la douloureuse avec la demande du numéro de série, Windows 10 se contente de me dire qu'il est content de me revoir. J'en déduis qu'on a une super base de données quelque part avec des tonnes de données personnelles dans laquelle on a l'association entre le matériel et le numéro de série. Au moment où j'écris ces lignes, mercredi matin, ouh ouh, nouveau saut temporel, je finalise l'installation de Windows 10.

La moralité de cette histoire c'est que désormais j'ai une clé de Windows 10 dans la masse de mes clés USB ce que je n'avais pas avant et que dorénavant j'hésiterai moins à lancer une installation de 10 directement sur un ordinateur planté.