PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Une histoire de pourcentage

mardi 21 mars 2017 à 08:00

J'aimerai aujourd'hui que nous regardions cet article, ou plus précisément le nombre de commentaires : Marre de Windows ou macOS ? Ces 5 distributions Linux pourraient vous convertir.

Un site comme Numerama est de moins en moins commenté et en ce dimanche où j'écris ces lignes nous arrivons à 148 commentaires. Il faut dire que Numerama a bien fait les choses, comme de nombreux sites internet il a mis les commentaires sous le tapis, bien cachés et pas à l'ancienne en évidence sous l'article. Il faut cliquer sur les commentaires pour les voir apparaître sur le côté, il y a donc une intention réelle pour lire les commentaires, pas comme dans mon blog par exemple où si vous cliquez sur l'article vous avez les commentaires, si bien qu'un défilement de la souris peut vous faire tomber dessus un peu par hasard. Ce simple clic d'écart entre le commentaire désiré et celui qui peut prendre par surprise c'est un fossé considérable d'un point de vue psychologique, le lecteur a fait un choix délibéré de lire ce qui est commenté et c'est beaucoup. Numerama d'ailleurs comme vous pouvez le voir sent le vent tourner comme beaucoup et met en évidence sa chaîne Youtube, cela n'a pas de rapport avec notre contexte mais c'est juste pour souligner que le site Numerama met les pratiques dans l'air du temps en avant et que tout est calculé.

Un site donc où l'on commente moins mais un site sur lequel spontanément on voit apparaître quasiment 150 commentaires au moment où j'écris ces quelques lignes. On a vu dernièrement qu'Android était en train de passer devant Windows. Cela signifie concrètement que l'ordinateur de façon générale doit représenter moins de 50% de ce qui se connecte au web. Linux aujourd'hui a franchi la barre des 2% sur ordinateur. La moralité c'est que vous avez une petite représentation de 2% de 50% qui s'exprime c'est à dire que vous avez une poignée d'individus qui est capable de faire beaucoup, beaucoup de bruit.

Imaginez tout de même, on évoque souvent dans le cadre de Linux la majorité silencieuse, c'est à dire un très faible nombre qui trolle à fond face à une large majorité qui serait plus modérée. On est donc ici face à un groupuscule, mais un groupuscule qui fait plus de bruit que tout le monde.

C'est intéressant car cela permet de tout ramener à une question d'échelle. Ce n'est donc pas parce qu'ils ont l'air très motivés, très bruyants, très révoltés qu'ils représentent un grand nombre ou même quelque chose. Avec une élection qui arrive où on a la sensation d'avoir les cartes en main, la capacité à traduire l'opinion de millions de gens, on se rend compte que finalement le résultat on ne le connaît que lorsque les dés sont jetés.

C'était le billet sur l'intérêt de relativiser en toute chose.

Une histoire de zone de chalandise

lundi 20 mars 2017 à 08:00

Aujourd'hui c'est géographie et économie. Mon coin c'est ça.

Sur un littoral relativement enclavé vous avez les stations balnéaires Gruissan, Narbonne plage et plus loin Saint Pierre la mer, d'ailleurs ça va concrètement de la plus grande à la plus petite et c'est une logique, plus c'est proche de l'autoroute plus c'est facile d'accès, plus c'est populaire. La ville de Gruissan est la plus importante, si on fait abstraction du maillage des petits commerces alimentaires du centre, il y avait un LIDL dans un endroit inaccessible c'est Intermarché qui avait pignon sur rue avec un emplacement parfait en sortie de ville face à la station balnéoludique qui se transforme en mini parc aquatique pendant l'été, piscine le reste de l'année et à côté du Pirate Parc, genre le truc inratable avec des prix qui doivent faire partie des plus chers de France. C'est un grand classique ici, les prix sont proportionnels à la température, la crème solaire a une autre utilité pour accueillir le touriste que de s'occuper de son bronzage. Mais ça c'était avant, le LIDL encaissé dans le centre a atterri à 100 mètres de l'intermarché. LIDL est une chaîne qui si je ne m'abuse a les mêmes prix partout en France, vous vous doutez que les touristes l'ont bien compris, avec des horaires d'ouverture qui en plus n'ont absolument rien à voir avec un intermarché qui ferme entre midi et quinze heures. Si souvent on peut considérer que le capitalisme c'est le mal, là c'est de la saine concurrence, intermarché a d'ailleurs rajouté sous son enseigne à l'arrivée du LIDL un énorme logo pour dire qu'on vendait des produits de la région, une région très large qui va de l'Espagne au Maroc mais c'est une autre histoire.

Faire ses courses dans notre coin est donc relativement tendu pendant l'été, mais comme il fait une chaleur à crever l'alimentation se fait principalement à base de fruits et de légumes sur le marché de Saint Pierre, il faut dire qu'en plus prendre la voiture et faire 1 heure pour les 14 km qui nous séparent de Gruissan donne fortement envie de manger cinq fruits et légumes par jour. Même si les prix sont élevés, mon légumier est ouvert à l'année, j'estime qu'il fait partie des gens qui réalisent un service public, de plus pour un type qui roule plus de 15.000 km uniquement pour aller travailler, le fait de ne pas tourner la clé de contact de la voiture maudite ça n'a pas de prix. Le reste de l'année avec mon épouse nous traversons suffisamment de territoire pour avoir des points de courses, Saint Pierre possède de plus un Spar à lannée et un petit Casino aux horaires les plus mystérieuses.

Vous noterez que j'ai fait une flèche bornienne ci-dessus, il s'agit d'une subtilité que ne comprend pas Google, c'est Narbonne Plage. Narbonne Plage fait partie de la commune de Narbonne même si 15 km les sépare, c'est d'ailleurs pour ça que Narbonne Plage est bien plus riche que Saint Pierre, Narbonne Plage a le coup de pouce financier du grand frère. Cela reste un village moderne et dans l'allée centrale perpendiculaire à la mer, vous avez un SPAR, vous avez un UTILE, et vous avez dans la même zone à 200 mètres un autre SPAR qui est le SPAR où il y a le plus grand "rien" de France, ils n'ont jamais le produit que vous voulez. Il faut reconnaître que ces commerces ont tout de même un mode de fonctionnement particulier, il faut bien imaginer qu'un village comme Saint Pierre c'est moins de 1500 habitants à l'année pour finir à plus de 40.000 personnes pendant la période estivale. Parfois effectivement c'est difficile pour ces commerces de gérer les stocks, pendant 2 mois de l'année, les gens se battent, pendant 10 mois de l'année y a pas un chat.

On peut donc dire de façon objective que quelqu'un qui vit à l'année à Narbonne plage est quand même dans une position plutôt convenable pour faire ses courses. Trois commerces de proximité ouverts à l'année, des enseignes de taille convenable à moins de 10 km, un hypermarché à 15 quand on a franchi la Clape. Seulement les gars qui sont trop forts se sont dits qu'il fallait assurer la construction d'un intermarché de grosse taille en plein milieu de Narbonne plage, parce qu'on a non seulement le sens des affaires mais surtout le sens de l'humour.

Narbonne Plage n'explosera jamais en terme de population, il n'est pas simple de construire chez nous. En gros, soit vous construisez dans le sable, soit vous reculez et vous tombez sur un gros truc qui s'appelle le macif de la Clape, un endroit que nous connaissons bien vous et moi pour m'avoir vu faire une terrasse dedans pendant deux ans. Les immeubles ne sont pas haut, les constructions qui se font restent modestes et on a quelques malins qui ont du pognon et qui se payent une grosse maison ce qui évite des constructions d'immeubles. La moralité c'est qu'une grande surface de ce type est un non sens, car si effectivement on pourrait dire que compte tenu des difficultés de circulation dans la zone, un intermarché ferait carton plein pendant les deux mois d'été et encore, désormais la pleine saison c'est 15 juillet, 15 août, le reste de l'année c'est entrer en concurrence avec l'intermarché qui est à 10 km à peine, applaudissez les génies et finir d'achever une économie locale TRES fragilisée car vivre chez nous c'est l'équivalent de vivre dans un village perdu.

Une pétition est à signer chez tous les commerçants de Saint-Pierre et de Narbonne plage, l'incompréhension vous voyez ce n'est pas qu'entre les politiques qu'on estime loin des préoccupations du quotidien et les français, c'est aussi ça, une incompréhension d'un territoire. Et je vous garantis que le notre il est vraiment particulier aussi particulier que les gars qui vivent à la montagne et qui sont plein pendant deux mois de l'année et le reste du temps seuls avec les ours. Au lieu de nous construire des structures inutiles, ils feraient bien de regarder nos routes, ce qui suit est dédicacé à Arnaud K pour qui chaque matin je jette un coup d'oeil à la recherche de son enjoliveur.

Le régulateur

dimanche 19 mars 2017 à 17:12

Dans un monde futuriste, largement steampunk l'humanité est à moitié morte, maladie, corruption, mutation. Le système politique a évolué aussi, les gens peuvent se payer un régulateur c'est à dire un tueur professionnel pour se rendre justice soi-même. Nous retrouvons donc un trio de régulateurs qui sont au centre de l'action, dont Aristide un gars qui était lié à son frère jumeau par le thorax, on lui demande de tuer Ambrosia qui projette d'assassiner le futur président. En fait elle a découvert une grande machination et elle possède une preuve, ce que ne savent pas les gens qui ont embauché Aristide c'est que d'une part c'est un rebelle, d'autre part Aristide et Ambrosia étaient dans le même orphelinat de monstre quand ils étaient gamins. A l'époque, une claque graphique, une histoire qui fait des allers retours entre le passé et le présent qui intrigue et puis à partir du troisième tome, la déchéance. Sur six tomes, trop long, trop de passages inutiles, une bande dessinée médiocre.

De Ubuntu 12.04 à Xubuntu 16.04

dimanche 19 mars 2017 à 11:00

Comme je l'ai évoqué dans le précédent billet, j'ai fait migrer un poste sous une vieille version vers une version LTS plus récente, la dernière il me semble. Si cela peut vous paraître anecdotique en imaginant que dans votre quotidien d'informaticien la mise à jour est un acte banal, et bien sachez que c'est la deuxième fois que ce cas se produit en un mois. Dans un établissement agricole, on a contacté le grand chef de l'informatique nationale pour l'interpeller sur le fait que Office365 et ses services ne s'affichaient pas avec Linux ce qui ne veut rien dire. Comme il n'y connaît rien et que ça fait plus de 10 ans que je lui pose toutes les questions bizarres au monde et qu'il sait que je suis un guerrier Linuxien chauve de l'école de Debian, il m'a envoyé un petit message, j'ai pris le problème à bras le corps en demandant : c'est quoi la distro et le navigateur. Ici encore il s'agit d'un 12.04 et la version de Firefox qui est embarquée est tellement ancienne qu'elle ne permet pas d'afficher les technologies utilisées dans Office365. J'ai eu d'ailleurs ce cas au lycée à mon arrivée, il y avait des Windows XP avec des vieilles versions de Firefox qui n'avaient pas été mises à jour, preuve que malheureusement on est forcé d'avancer et d'être à niveau si on veut pouvoir utiliser correctement certains services.

Nous sommes à l'époque avec une version d'Ubuntu où Ubuntu One est au coeur du système, la dame qui est propriétaire de l'ordinateur ne comprend pas ce que ça veut dire et pourtant un message lui affiche clairement que le service qu'elle ne connaît pas s'arrêtera en 2014. Effectivement, il suffit de se renseigner sur le net, mais quand bien même elle aurait vu ce que c'était, elle n'a pas osé le supprimer par elle même. Les différents sauts se passent relativement mal, j'ai des erreurs en pagaille et j'en viens à supprimer le paquet apport qui me balance des messages sans aucune cohérence. La machine à un reboot finit par crasher et je me retrouve en ligne de commande, je lance un fsck qui me répare les erreurs et tout finit par fonctionner après de nombreux reboot, retrait de paquets et j'en passe.

Quelle moralité ?

Windows ou Android pour les systèmes que je connais, ne se posent pas de question quand il s'agit de mettre une machine à jour, ils le font. Si on pousse le raisonnement jusqu'au bout, Ubuntu se veut être une distribution populaire, elle ne s'adresse donc pas nécessairement à un power user qui sait qu'il est nécessaire de faire des upgrades, l'assistanat doit alors faire son oeuvre et faire des mises à jour automatique sans demander l'avis de l'utilisateur.

 

Et bien sûr vendredi

samedi 18 mars 2017 à 13:30

C'était la semaine des conseils de classe et je suis sur les rotules mais vous le savez, le vendredi reste tout de même un jour privilégié. A la fraîche une de mes élèves de troisième me sort un ordinateur portable avec des touches arrachées, elle m'explique que folle de rage elle avait tapé dans le clavier, dans l'écran aussi. Il s'agit d'un ordinateur portable sur lequel elle a essayé d'installer Windows 10 depuis un DVD, ce n'est pas passé, je n'ai même pas cherché à comprendre et j'ai lancé l'installation depuis ma clé USB Windows 10 c'est passé comme une lettre à la poste ... J'aime cette clé. Je passe mon temps à courir, à régler des tonnes de problèmes, et j'ai une collègue qui est AVS, une dame d'une gentillesse rare qui avait récupéré un ordinateur de son gendre, un ordinateur sous Ubuntu. Elle veut travailler au lycée et me demande de le mettre au wifi, de jeter un coup d'oeil aussi. C'est typiquement dans ce genre de circonstances qu'on se rend compte qu'un Linux c'est comme n'importe quel système d'exploitation, si on ne s'y intéresse pas, ben ça fait pas mieux que le reste. Elle n'a pas osé mettre à jour son PC, il est dans une LTS de 2012. Je suis donc en train de lui passer sa machine assez ancienne sous la version 14.04 et je ferai monter vers 16.04 par la suite en Xubuntu. Un ordinateur, c'est comme une voiture, il faut entretenir et mieux vaut que ce soit fait par un professionnel, je crois qu'il faut réellement prendre conscience que quand une utilisatrice n'ose pas mettre à jour son ordinateur, basculer quelqu'un sous Linux c'est s'engager, c'est s'engager car contrairement à Windows où tout le monde s'y connaît plus ou moins mal, Linux ce sera tout simplement vous ou vous.

Je cours donc, nous arrivons à la pause de midi et la petite Emilie m'apporte son ordinateur portable. La petite Emilie est la seule élève du lycée qui a le droit de me tutoyer étant donné que sa mère et ma femme étaient à l'école de musique ensemble, ça fait toujours drôle aux gamins, en même temps on ne va pas faire semblant de ne pas se connaître. A la connexion sur son ordinateur, on lui dit qu'on n'a pas réussi à faire le lien avec son profil, il s'agit en fait d'un problème de mises à jours de Windows 10 qui ne s'est pas terminé correctement. Il suffit alors de mettre à jour Windows 10 et au redémarrage ça vient tout seul. Pour quelqu'un qui ne sait pas, c'est forcément flippant.

Je passe mes sept heures de cours et direction l'école de ma femme, plus d'une heure de route, et c'est le carnaval. Je retrouve ma fille habillée en hippie comme sa mère d'ailleurs, mon fils en où est Charlie, des gosses hurlent dans tous les sens sur une musique assourdissante avec les meilleurs succès de Patrick Sébastien, le type qui réussit à vous dégoûter des sardines. Cette année pour les petites filles blondes la mode est au pas cher, Harley Quinn, une évidence, deux couettes et des affaires dégueulasses, l'affaire est faîte, chez les garçons rien de bien original, des pirates, des Mario, un Storm Trooper.

Après une halte à Burger King, une nouveauté dans notre région qui est aussi dégueulasse que Mac Do et qui me fait dire que cette partie de ma vie où étudiant à Montpellier Mac Do était une forte de chapelle pour moi est largement terminée, nous rentrons à la maison assez tard, j'étends le linge, je lance le sèche linge il s'arrête au bout de une minute avec un message de réservoir plein, sauf que le réservoir est vide .............. Je commence à regarder les tutoriaux sur le net, ça peut être de façon originale 20 pannes différentes. Dire que je sature est un euphémisme, j'ai fait passer 500 € dans la bagnole, je vous l'ai pas dit parce qu'il n'y avait rien à raconter mais le four de la cuisinière vient de rendre l'âme après 12 ans de bons et loyaux services, si bien que je pars pour acheter une nouvelle cuisinière, un nouveau billet de 400, un sèche linge qui aura duré trois ans, ça me met un peu les nerfs surtout quand on sait que c'est la machine à laver qui a été changée il y a quelques mois.

Nous retrouvons donc notre héros samedi matin accompagné de son apprenti qui découvre en même temps que moi les joies du DIY, étant donné que c'est le premier sèche linge qu'on ouvre :

C'est dorénavant la politique de la maison, et vous le savez, foutu pour foutu on ouvre. Ici l'idée est d'aller regarder du côté de la pompe et des tuyaux qui amènent l'eau dans le réservoir. Le sèche linge se démonte de façon relativement simple, je trouve la pompe qui baigne dans un jus dégueulasse, je vide, je nettoie, je souffle dans tous les tuyaux pour chasser la poussière (ça revient souvent dans les tutos) et je relance avec un linge pas trop humide il passe les trente minutes sans aucun problème. Au moment où j'écris ces lignes, je ne vais pas tarder à chercher ma nouvelle cuisinière, peut être un nouveau sèche linge, aller à la décheterie parce que sinon c'est pas rigolo et j'envisagerai de corriger mes copies pour finir de pourrir mon weekend.