PROJET AUTOBLOG


Le Blog de Cyrille BORNE

Site original : Le Blog de Cyrille BORNE

⇐ retour index

Parce que vendredi c'est parfois vacances

lundi 3 avril 2017 à 08:00

Ce vendredi j'étais à la maison, mes élèves de troisième en stage, c'est six heures de cours dans une journée de sept qui sautent. Six heures de troisièmes, imaginez le rêve que ça peut représenter pour un enseignant. Enfin bon comme j'aime à le rappeler, à 41 ans je me sens de le faire, et je pense qu'il faut le faire, un collègue dit ça très bien, enseigner au collège c'est garder un pied ancré dans la réalité. La dernière heure je la partage avec mes secondes GT, j'en profite pour saluer le boulet qui est devenu un lecteur de mon blog, preuve que la fayotage n'a vraiment aucune limite chez certains élèves, a été déplacée le jeudi, un vendredi à la maison, imaginez, un vendredi de paix, vendredi quoi. Enfin la paix, pas totalement quand même, plus de deux heures de téléphone pour appeler mes troisièmes sur le lieu de stage, même quand ils ne sont pas là, on pense quand même à eux.

Un vendredi tout seul à la maison, le soleil. Tiens pour la peine je vous déterre un vieux live de Sinclair, comment j'ai pu autant aimer un chanteur avec des paroles aussi connes, j'écris en chantant dessus, et je n'ai même pas honte.

Bon ce n'est pas le soleil de Marseille mais le soleil de Saint-Pierre.

Bon je sais la photo est sale, mais c'était histoire de faire la transition dans ce billet très imagé. Un peu mieux.

Vous n'avez rien remarqué ? Et pourtant il y a un truc qui devrait vous faire flipper, oui surtout toi le parisien, celui qui a fait sa réservation. Bon je vous épargne pas, pleure parisien, pleure, voilà la plage qui t'attend.

Donc là je vous laisse le droit de remonter et de voir qu'alors que j'étais en face du marché, c'est à dire l'un des accès principaux à la plage, on est bourré de bois, y en a partout et puis pas forcément que du petit bois, du tronc. Le résultat des inondations successives, il faut savoir que la plage de Saint Pierre est à proximité de l'embouchure de l'Aude si bien qu'avec les très fortes pluies qu'on se ramasse depuis plusieurs mois, ben ça descend et avec les vagues ça revient. C'est un vrai problème, n'oubliez pas comme j'aime le rappeler que Saint Pierre est ruinée depuis la construction de la bulle qui prenait l'eau, et c'est une ardoise de 100.000 € que présente le maire Guy Sié, je connais enfin le nom de mon maire après trois ans, quand le pauvre homme n'a pas les moyens de sortir 27.000 € pour réparer ma route. Pour l'heure ça fait le bonheur des gamins, on les voit construire avec plaisir le cabane en bois, de quoi monter un village indien, le rêve. On arrive comme le dit l'article vers la saison, et c'est d'ailleurs palpable, les restaurants font leur réouverture, le marché au quotidien commence à prendre forme, les manèges font leur retour.

Le marché, je me fais violence pour y aller le plus régulièrement possible, parce que le marché c'est aussi marcher pour moi, n'acheter que mes fruits et légumes chez mon légumier. Cet homme présent toute l'année quelles que soient les conditions météo, hiver comme été sauf quand il prend ses deux semaines à Noêl pour retourner au bled, un travailleur, un vrai, la soixantaine passée, me fait toujours sourire quand il appelle toutes les vieilles touristes Mademoiselle et les vieux jeunes hommes, ça donne le sourire aux voyageurs, moi j'ai droit à Monsieur et à une poignée de main. Je marche, je marche le plus souvent possible, toutes les occasions sont bonnes pour désormais sortir, il faut que je me remue, sortir de l'écran en plus ça m'évite de réellement traîner quand il n'y a rien à faire. Ce sont mes nouveaux principes de vie, s'aérer la tête, bouger, profiter du plein air le plus régulièrement possible, il faut que je compense les deux ans passés à jouer les forçats, musculation gratuite au marteau-piqueur. Cette semaine c'était la déforestation, entre la flotte et le soleil, c'est l'Amazonie. Je vous montre le truc qui me gonfle en ce moment :

Le voisin, ça fait plus de quatre ou cinq ans qu'il essaie de vendre sa maison. L'un des motifs d'échec, car il faut toujours trouver un coupable, c'est que le trou béant de deux mètres qu'il y avait entre son terrain et le mien était à l'origine de la peur des mamans voyant déjà que leur gamin allait tomber dans trou et s'écraser la tête chez moi ou s'empaler quand il y avait les piliers. Que le toit de son cabanon ne soit pas sécurisé et que n'importe quel gosse pouvait grimper dessus, ce qu'il peut faire encore pour s'écraser chez moi, ça devait pas le gêner, aujourd'hui c'est sécurisé pour la partie qui nous sépare, la maison ne se vend toujours pas (175.000 € pour un truc qui est très particulier à l'intérieur), et l'entretien de son arrière est toujours aussi inexistant. L'an dernier nous l'avions fait avec mon fils, il faut dire que sans le grillage c'était assez facile, trente minutes pour tout vider. De temps en temps un membre de sa famille passe faire un coup de ménage, d'entretien, j'espère pouvoir le chopper et lui demander comment vont les affaires, comment se déroule la vente, d'autant plus que cela fait plus de 9 mois que j'ai clôturé l'arrière et demander à ce qu'il vire tout ou me filer un double des clés pour le faire moi-même.

J'ai remarqué un truc étrange. Ma maison est cernée par les goélands.

ça c'est la façade arrière mais en face chez ma voisine désagréable y en a autant. Je ne sais pas si vous vous souvenez mais l'an dernier j'ai sauvé un goéland avec la technique simple qui consiste à jeter une serviette dessus. J'en suis arrivé à la conclusion unique, il ne peut y en avoir d'autres, que les goélands m'avaient élu comme sauveur, un dieu. Et puis, vu la merde que j'ai trouvée sur mon balcon j'ai compris que je faisais fausse route, sauf s'il s'agit d'un témoignage de respect chez les goélands, sait-on jamais avec ces étranges volatiles.

C'était mon vendredi, un vendredi tout seul, un vendredi au calme, un vendredi qui change des vendredi, certainement l'exception qui confirme la règle.

Oppression

dimanche 2 avril 2017 à 21:39

Naomi Watts a bien des problèmes, c'est la guerre à la maison avec son fils et son mari prend la décision de l'emmener dans une école spécialisée. Seulement sur le chemin de l'aller, le gamin s'énerve fait dévier la trajectoire et le père et le fils finissent dans un camion. Le père meurt sur le coup, le fils est paralysé totalement, un légume, Naomi Watts se dévoue intégralement à son fils mais elle commence à saturer, elle commence à vouloir une autre vie. Elle fatigue d'ailleurs tellement qu'elle a la sensation de devenir folle de se dire qu'il y a des fantômes dans la maison. Bon on ne va pas se mentir, on se doute bien comme on a pu le voir dans deux millions de films que le fils fait la comédie et gambade comme un lièvre. Alors c'est pas que c'est mauvais mais il faut reconnaître qu'on a énormément de mal à s'étonner face à un film qu'on a déjà vu cinquante fois. Il serait temps maintenant pour le cinéma d'arrêter de produire ce genre de choses qui n'apportent plus rien pour se concentrer sur une production plus originale. 

Problème de https ce soir

dimanche 2 avril 2017 à 21:29

21h30 Si vous vous prenez une erreur 404 en https, ce n'est pas parce que j'ai pulvérisé le blog, c'est tout simplement parce que ça ne passe pas sur o2switch ce soir. J'ai fait sauter la redirection pour rassurer les gens qui auraient le bon sens de tester les deux. Je dois reconnaître qu'avec les messages qui font flipper en début de semaine, o2switch choisit bien son jour.

21h40 aucune réaction de la part du site, je suis en train de chercher un nouvel hébergeur.

21h47 Mickael de o2switch vient de faire le nécessaire, le https est revenu, videz vos caches. Et arrêtez de flipper comme si j'allais tout casser, soyez des bonhommes un peu.

21h53 le problème venait de let's encrypt, o2switch comme vous pouvez le constater reste l'hébergeur le plus réactif, le plus meilleur du monde et que les gars ils vous réparent les trucs à 21h30 un dimanche soir, comme d'habitude. Si vous cherchez un hébergeur, signez Auvergnat.

Personne n’est anonyme sur Internet, pas même le patron du FBI

dimanche 2 avril 2017 à 20:42

Je la place dans les brèves mais on pourrait en faire un long billet de blog, car c'est quand même franchement pertinent. Un gars cherche à échapper à pas grand chose à l'internet et préserver sa vie privée. La faute à pas de chance il suffit qu'un membre de votre famille partage des informations et on peut alors aisément collecter sur vous. Au niveau du libre, on avait pu voir des échanges de gens qui disaient refuser désormais de répondre à des gens qui écrivent de gmail, ou d'un compte outlook, car avoir le mail le plus blindé du monde et échanger avec des passoires ça ne sert pas à grand chose. De là à dire que la bataille du libre est foutue d'avance car tout est tellement imbriqué que même si on fait bien les autres sont trop nombreux à faire mal, il n'y a qu'un pas que je franchis joyeusement.

source

Arès

dimanche 2 avril 2017 à 18:30

Le film d'anticipation n'est pas un exercice aisé car cela signifie qu'on se place un peu dans le futur et que cela demande un peu d'argent pour faire de l'effet spécial. C'est donc un genre qui se fait très rarement en France et souvent c'est raté. Arès essaie donc, et s'en sort plutôt pas trop mal. On a donc notre héros qui est un ancien combattant dans un monde où les boxeurs peuvent s'entretuer et sont sponsorisés par des entreprises pharmaceutiques, en gros celui qui gagne c'est celui qui a la meilleure dope et c'est assumé. La soeur de notre héros part en prison et dans ce monde de corruption il n'a d'autre choix que de remonter sur le ring, coup de chance, il est le seul à supporter une méga dope qui lui permet de marave la terre entière. Film noir, qui sent quand même qu'on n'a pas trop de moyens mais qu'on a eu de bonnes idées, à voir.